daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine

Go Back   SkyscraperCity > Continental Forums > Africa > North Africa > Maroc > Infrastructures & Mobility projects > Other Infrastructures > Water & Energy



Reply

 
Thread Tools
Old May 11th, 2010, 06:53 PM   #1
BiladAtlas
المخزن يطلع برا
 
BiladAtlas's Avatar
 
Join Date: Sep 2009
Location: Bilad Al Atlas
Posts: 7,642
Likes (Received): 583

Renewable Energy in Morocco

Quote:
Energies renouvelables
L'éolien et le solaire ne représentent que 5% de la capacité totale actuelle.

280 000 m2 de chauffe-eau solaires installés.
Les professionnels demandent des mesures fiscales en faveur des industries solaire et éolienne.



A l’heure du démarrage des grands projets, la part actuelle des énergies renouvelables dans la production de l’électricité nationale semble bien loin de l’ambition fixée pour 2020 d’atteindre les 42% d’énergies renouvelables dans la production de l’électricité. Pour preuve, sur les 6 000 MW actuellement installés au Maroc, seulement 305 proviennent de sources d’énergie non fossile, soit 5% de la puissance installée. Et cette proportion fait surtout la part belle à l’énergie éolienne puisque 260 MW sont d’ores et déjà produits par quatre parcs. Pour rappel, il s’agit du parc éolien d’Abdelkhalek Torrès, d’une puissance de 50 MW et comptabilisant 84 éoliennes, du parc de Tanger, d’une puissance de 140 MW et mis en service l’année dernière, du parc d’Essaouira de 60 MW, opérationnel depuis 2007 et du parc de Lafarge à Tétouan d’une capacité de 10 MW. Ce dernier sera d’ailleurs prochainement étendu pour atteindre une capacité de production de 30 MW. Depuis le lancement du premier parc éolien d’Abdelkhalek Torrès, opérationnel depuis 2000, la filière éolienne a le vent en poupe. Au Maroc, elle est même la plus prisée des énergies renouvelables. Pourtant, l’éolien individuel, soit l’équipement d’un particulier en éolienne pour sa propre consommation, reste marginal. La croissance tient en réalité aux parcs de grandes puissances.

Le solaire reste à la traîne

Et déjà les projets se font nombreux. Il faut dire qu’il s’agit d’atteindre l’objectif fixé de 1 000 MW d’ici 2012. C’est-à-dire demain. La récente annonce de la construction de trois fermes éoliennes d’une capacité de 300 MW par Nareva vient relancer l’initiative. Ajoutons à cela le projet de Tarfaya qui prévoit une puissance totale de 300 MW. D’autres parcs sont à l’étude, notamment à Taza (100 MW). Et l’objectif sera largement atteint. Pour Ahmed Squalli, président de l’Association marocaine des industries solaire et éolienne (Amisole), «l’éolien s’est beaucoup développé ces dernières années. La maturité économique atteinte en termes de kWh lui confère un retour sur investissement tout à fait intéressant pour les opérateurs. D’où le fait que l’éolien soit plus facilement mis en œuvre au Maroc que le solaire». L’énergie solaire ne bénéficie, en effet, pas de la même maturité. Dans le domaine, le Maroc reste loin des résultats affichés par ses voisins, comme les très ensoleillées Espagne et Tunisie. Le Maroc compte aujourd’hui 280 000 m2 de plaques pour chauffe-eau solaires installés. L’objectif fixé à l’horizon 2012 est de 400 000 m2. Ce qui, pour M. Squalli, «est bien en deçà du potentiel du Maroc estimé à 1,8 millions de m2». Toutefois, le président de l’Amisole estime la croissance annuelle à environ 40 000 m2 supplémentaires installés. De quoi se hisser à la hauteur du potentiel. Ces trois dernières années, le secteur de l’énergie solaire a enregistré un chiffre d’affaires moyen de 400 MDH, technologies thermique et photovoltaïque confondues. Pour maintenir la croissance, la nouvelle Agence de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (Aderee) vient d’ailleurs de lancer la deuxième phase du programme Promasol qui vise à promouvoir l’installation de chauffe-eau solaires.

Motiver les investissements par des déductions fiscales

Quant au photovoltaïque, seulement 25 MW sont actuellement installés. 10 MW l’ont été dans le cadre du programme d’électrification rurale global (PERG) de l’Office national de l’électricité (ONE). Sur les 250 000 foyers à équiper, 60 000 en ont déjà bénéficié. Les 15 MW restants alimentent les besoins professionnels d’électrification pour les services, notamment les télécoms. De plus, la centrale thermo-solaire à cycle combiné d’Aïn Béni Mathar combine une puissance de 452 MW d’origine fossile et 20 MW d’origine solaire. Elle sera d’ailleurs inaugurée au cours de ce mois de mai. S’ajoutera bientôt la première centrale à énergie solaire photovoltaïque qui verra le jour à Assa-Zag. D’une capacité de 1 MW, elle sera construite grâce à un don de 7,4 millions de dollars octroyé par la coopération japonaise. L’obstacle relevé par M. Squalli au développement des énergies renouvelables tient en deux points. D’une part, le manque d’accessibilité des énergies renouvelables qui restent abordables aux seules catégories supérieures. A l’inverse d’autres pays, aucun financement ne propose d’aider les classes moyennes à s’équiper en solaire. Seule la récente baisse de la TVA, de 20 à 14%, pour les chauffe-eau solaires peut faciliter l’investissement. Les professionnels du secteur demandent donc davantage de mesures fiscales pour soutenir le développement des énergies renouvelables chez les particuliers, de même que chez les promoteurs immobiliers. D’autre part, subventionné par l’Etat à hauteur d’environ 60%, le gaz reste un concurrent sérieux. Et le premier réflexe en termes d’énergie pour tout Marocain.
Potentiel :6,5 millions de tonnes de déchets pour produire notre énergie


Outre les industries solaire et éolienne, le Maroc peut aussi compter sur la valorisation de ses 6,5 millions de tonnes de déchets produits chaque année (estimation) pour fournir de l'énergie.
Avec la mise en place de décharges contrôlées, c'est la récupération du méthane, gaz dont l'effet de serre est particulièrement important et produit lors de la fermentation des déchets organiques, qui devient possible.
Le biogaz ainsi récupéré peut alors soit être injecté directement dans le réseau de gaz naturel fossile après épuration ou utilisé comme combustible dans une petite turbine et produire ainsi de l'électricité à plus grande échelle. Voire même servir de carburant pour des véhicules GNV. De même, le Maroc présente un potentiel non négligeable en matière d'énergie marémotrice. Cette dernière s'appuie sur les mouvements de l'eau créés par les marées et récupère soit de l'énergie cinétique, issue des courants de marée, soit de l'énergie potentielle, exploitant les variations du niveau de la mer.
LaVieEco
__________________
.... La patrie ne peut être forte et solide sans une citoyenneté complète ....______Bensaïd Aït Idder
BiladAtlas no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
 
Old May 13th, 2010, 01:28 AM   #2
Gadiri
Moderator
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir
Posts: 40,494
Likes (Received): 1529

Quote:
Activité Royale
S.M. le Roi inaugure la centrale thermo-solaire à cycle combiné intégré de Ain Béni Mathar, d'un coût global de 4,6 milliards DH



Publié le : 12.05.2010 | 17h42


• La nouvelle centrale devra générer un productible annuel moyen de 3.538 GW/h.

• Un projet à forte dimension environnementale et citoyenne.

• Une réalisation en phase avec la tendance internationale en matière d'énergies renouvelables.





Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, accompagné de S.A.R. le Prince Moulay Rachid a inauguré, mercredi, la centrale thermo-solaire à cycle combiné intégré de Ain Béni Mathar (province de Jerada), réalisée pour un coût global de 4,6 milliards de DH. La création de cette centrale, d'une puissance totale de 472 mégawatts (MW), dont 20 MW à partir de la composante solaire, s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale pour le développement d'énergies renouvelables respectueuses de l'environnement et la mise en valeur des ressources énergétiques pour la production de l'électricité. La centrale thermo-solaire de Ain Béni Mathar est en phase avec la tendance internationale qui, face à une demande énergétique croissante et au défi du réchauffement climatique, place les énergies renouvelables et particulièrement l'énergie solaire au rang des priorités.

Ce projet à forte dimension environnementale et citoyenne et aux retombées socio-économiques significatives, peut générer un productible annuel moyen de 3.538 GW/h, soit l'équivalent de 13% de la demande nationale de l'année 2010.
La centrale est composée de deux turbines fonctionnant au gaz naturel, une turbine à vapeur, deux chaudières de récupération, un champ et un échangeur solaire. Située sur une superficie totale de 160 hectares, la centrale thermo-solaire de Ain Béni Mathar permettra de renforcer considérablement les moyens de production nationaux ainsi que le réseau d'interconnexion de la région orientale du Royaume.

Sur le plan environnemental, la mise en service de la centrale de Ain Béni Mathar permettra une économie de fioul de 12.000 tonnes par an et contribuera à éviter les émissions de 33.500 tonnes de CO2 dans l'air par an.
La centrale, dont le coup d'envoi des travaux de réalisation a été donné par S.M. le Roi Mohammed VI le 28 mars 2008, utilise le gaz naturel comme combustible en étant alimentée via une conduite de 12,6 km de long connectée au Gazoduc Maghreb-Europe.

La mise en œuvre de ce projet d'envergure a été confiée à la société espagnole ABENGOA à l'issue d'un appel international à la concurrence. De par son caractère innovant, la centrale, qui utilise la technologie de refroidissement à sec (aéroréfrigérants), permet de réduire la consommation d'eau de 5,4 millions m3 à 850.000 m3 par an, soit une économie d'eau de 80%. La centrale est dotée d'un système propre de récupération, de traitement et de stockage des rejets liquides dans un bassin d'évaporation étanche de 6 hectares. Fortement respectueux de l'environnement, le projet s'appuie sur la technologie propre du cycle combiné au gaz naturel, dans le respect des exigences environnementales nationales et internationales en termes de rejets gazeux, rejets liquides et bruits. Il a porté aussi sur la plantation d'environ 4.500 arbres et 20.000 plantes herbacées.

Cet important projet fait partie du programme de développement intégré de la région de l'Oriental, en contribuant notamment au désenclavement de Ain Béni Mathar à travers la réalisation d'une route d'accès à la centrale et aux localités avoisinantes, à la promotion de l'emploi durant les phases de mise en œuvre et d'exploitation (360.000 journées de travail) et le développement des petites et moyennes entreprises locales.

Il concerne également le renforcement des infrastructures de la commune de Béni Mathar par le biais de la construction de deux ponts sur l'Oued Charef et l'Oued Tabouda, ainsi que la mise en place d'infrastructures et forages d'eau dans les localités limitrophes.

L'accent est mis en outre sur l'encouragement de la scolarisation et la lutte contre la déperdition scolaire (contribution à l'opération un million de cartables, acquisition de deux autocars de transport scolaire et distribution de bicyclettes aux élèves). D'un investissement global de 4,6 milliards de DH, le projet a été financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), l'Instituto de Credito Official d'Espagne (ICO) et le Fonds Mondial pour l'Environnement (GEF) à travers un don de 43,2 millions de dollars, le complément étant assuré par l'ONE.

Par ailleurs, la nouvelle stratégie énergétique nationale, initiée sur Hautes directives de S.M. le Roi Mohammed VI et accordant une importance particulière à la promotion des énergies renouvelables et au développement durable, a été confortée en novembre dernier par le lancement du projet marocain de l'énergie solaire, d'un coût d'investissement estimé à 9 milliards de dollars.
Visant la mise en place en 2020 d'une capacité de 2.000 mégawatts, ce projet national, ambitieux et réaliste fera du Royaume un acteur de référence en matière d'énergie solaire.



Par MAP
http://www.lematin.ma/Actualite/Jour...=110&id=133112
__________________
A must to see : Arabs and Hollywood <<<< =======

A ne pas rater : Les arabes et Hollywood <<<< =======


No te pierdas : Los árabes y Hollywood <<<< =======

Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old May 17th, 2010, 03:41 PM   #3
[Prinny Man]
Mah *****h
 
[Prinny Man]'s Avatar
 
Join Date: Feb 2010
Location: Meknès/Tangier
Posts: 10,353
Likes (Received): 88

Quote:
Energie solaire:Une offre Schneider et Solaire Direct

Le groupe Schneider et Solaire Direct présentent officiellement cette semaine leur offre dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen).

Schneider s’appuie donc sur l’expérience du premier opérateur français en électricité photovoltaïque de l’énergie solaire d’origine photovoltaïque. Selon les premières indiscrétions, environ une quarantaine d’opérateurs ont déjà soumissionné. Dans cette phase de pré-qualification, qui se terminera le 24 mai, ils pourraient être une centaine. La phase de qualification consistera à faire une sélection des soumissionnaires et affiner le cahier des charges final.
leco
[Prinny Man] no está en línea   Reply With Quote
Old May 18th, 2010, 04:19 PM   #4
[Prinny Man]
Mah *****h
 
[Prinny Man]'s Avatar
 
Join Date: Feb 2010
Location: Meknès/Tangier
Posts: 10,353
Likes (Received): 88

Quote:
Marché solaire

Schneider Electric et Solairedirect soumissionnent



· Ils proposent une offre clés en main, basée sur le photovoltaïque

· L’appel à manifestation d’intérêt expire le 24 mai

· La pré-qualification permettra d’affiner le cahier des charges final





Le compte à rebours est enclenché! La fin de la période de soumission à l’appel à manifestation d’intérêt, lancé par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen), arrive à échéance le lundi 24 mai. Parmi les soumissionnaires, le groupe Schneider Electric qui s’appuie sur l’expertise de Solairedirect, premier producteur d’électricité d’origine photovoltaïque en France. Les deux opérateurs ont procédé au grand oral devant les responsables de Masen. «Notre groupement a proposé une solution intégrée, clés en main, basée sur la technologie photovoltaïque», explique Mohamed Karim Belcadi, PDG de Schneider Electric. L’offre Schneider Electric couvre donc l’ensemble des besoins du projet de Ouarzazate, depuis la génération de l’électricité jusqu’à son raccordement au réseau national. Pour sa part, Solaire-direct fabrique lui-même ses modules photovoltaïques. Si le leader français de l’énergie solaire a choisi de présenter une offre dans le cadre du projet de Ouarzazate, conjointement avec Schneider, c’est parce que ce dernier n’est pas un inconnu au Maroc. Il y est implanté depuis 60 ans. De plus, il est adossé à une multinationale qui emploie 100.000 personnes auprès de 100 pays. Un opérateur leader dans le domaine de l’énergie, des infrastructures, des processus industriels, des automatismes du bâtiment… En 2009, Schneider a brassé à l’international un chiffre d’affaires de 15,8 milliards d’euros, dont 34% réalisés dans les nouvelles économies. Il est numéro un mondiale de la distribution électrique et du contrôle, de l’énergie sécurisée et de l’efficacité énergétique. Il cible aussi bien le résidentiel, le bâtiment que les fermes solaires. Il opère principalement dans les marchés européens, nord-américains et asiatiques. «Les deux groupes ont maintenant acquis une solide expertise en matière d’énergie solaire et de centrales photovoltaïques», précise Belcadi.
Le partenariat entre les deux opérateurs repose sur une prise de participation de Schneider Electric à hauteur de 13% du capital de Solairedirect.
Le leader français de l’énergie électrique d’origine photovoltaïque s’implantera bientôt au Maroc et plus précisément dans la région de Casablanca. «Nous sommes intéressés, entre autres, par l’équipement des futures plateformes prévues dans le cadre de la stratégie logistique nationale», déclare Thierry Lepercq, PDG de Solairedirect. Le Royaume fait donc partie des pays prioritaires pour le groupe, à côté de l’Afrique du Sud et de l’Inde. Pour ce faire, ses dirigeants participent régulièrement, depuis 2008, à des rencontres sur le développement des énergies renouvelables au Maroc. Ils ont déjà rencontré à plusieurs reprises la direction de l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen), en France, et Amina Benkhadra, ministre de l’Energie. Le top management de Solairedirect, avec à sa tête son PDG Thierry Lepercq, s’est déplacé en nombre au Maroc du 12 au 14 mai.
Pour rappel, le plan solaire marocain porte, dans un premier temps, sur la production électrique d’origine solaire de 2GW entre 2015 et 2019: Ouarzazate (500 MW), Aïn Béni Mathar (400 MW), Foum El Oued (500 MW), Boujdour (100 MW) et Sebkhat Tah (500 MW). La stratégie solaire vise à répondre aux besoins de consommation nationale, qui ont augmenté de 6% par an au cours de ces cinq dernières années.

--------------------------------------------------------------------------------


Pré-qualification



Selon les premières indiscrétions, plusieurs dizaines d’opérateurs ont soumissionné à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par Masen. De l’avis des experts, leur nombre atteindra facilement la centaine d’ici la semaine prochaine. Il s’agit aussi bien d’opérateurs proposant des solutions intégrées que de fournisseurs d’équipements. La phase actuelle est celle de la pré-qualification. Elle consiste à recevoir les offres des différents opérateurs. Comme il s’agit d’un nouveau domaine pour les responsables du plan solaire marocain, elle est déterminante. En effet, elle permettra d’y voir un peu plus clair, de choisir la technologie la plus adéquate en termes de coût, d’efficacité et de fiabilité.
Selon des sources proches du projet, «l’on s’achemine sûrement vers un mix de technologies pour sécuriser l’investissement».
L’agence Masen, qui a fait appel, entre autres, à des experts australiens, pourra par la suite affiner un cahier des charges détaillé et de lancer son appel d’offres avant fin 2010.

Hassan EL ARIF
leco
[Prinny Man] no está en línea   Reply With Quote
Old May 18th, 2010, 04:22 PM   #5
[Prinny Man]
Mah *****h
 
[Prinny Man]'s Avatar
 
Join Date: Feb 2010
Location: Meknès/Tangier
Posts: 10,353
Likes (Received): 88

Quote:
Energies renouvelables

Mouline défend le projet Maroc



· Des possibilités d’investissements mais incertitudes aussi

· À quels prix les pays du Sud vendront-ils leur énergie verte?

· «Il faut de bons projets et une bonne approche»




L’Economiste a interviewé Saïd Mouline, directeur général de la nouvelle Agence de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, en marge de la conférence de la Femip (Facilité euromed pour l’investissement et le partenariat) qui s’est tenue le 10 mai à Valence.

- L’Economiste: Energies renouvelables, efficacité énergétique... voilà des thèmes où le Maroc se donne de la visibilité...

- Saïd Mouline: Le Maroc a décidé d’être très volontariste dans ces deux grands axes que sont l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Au plus haut niveau de l’Etat, il leur est accordée une grande priorité. Très dépendant en matière d’énergie (97 % de nos besoins sont importés), avec une facture énergétique qui a été très lourde en particulier en 2008 (avec un prix du pétrole à 140 dollars le baril), notre pays a décidé que les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique doivent jouer un rôle beaucoup plus important et il s’est fixé des objectifs chiffrés. En termes d’énergie renouvelable, c’est 20% dans le bilan d’ici 2020, c’est 42 % de la capacité électrique d’origine renouvelable en 2020 et c’est 12% d’efficacité énergétique dans les transports et le secteur du bâtiment d’ici 2020.
Le prix des énergies risque de flamber à nouveau dans les prochaines années. Il est impératif de réduire cette dépendance et en même temps il faut accorder une importance plus grande aux ressources énergétiques. L’autre aspect concerne les énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien où nous avons d’énormes possibilités. Le grand projet lancé par SM le Roi en novembre 2009 a montré que le Maroc est très volontaire: 2 GW de solaire à réaliser d’ici 2020.

- Oui, mais le plus urgent est de décrocher des contrats?


- Non seulement je suis persuadé qu’il y aura des suites, mais l’engagement de la Femip (Facilité euromed pour l’investissement et le partenariat), de la BEI qui a mis sur la table 5 milliards d’euros (en coordination avec l’AFD et KfW et de la Banque Mondiale qui mise 750 millions de dollars avec des taux d’intérêt très intéressants et parfois même une partie en dons) démontre que le secteur financier suit et cette rencontre de Valence a montré qu’il y a des possibilités d’investissement. Mais il reste quand même quelques interrogations. Au niveau régional, on a parlé des projets de Desertec, du Plan solaire méditerranéen… D’accord, mais quelle formule appliquer ? A quel prix les pays du Sud vont-ils pouvoir vendre de l’énergie verte aux pays du Nord de la Méditerranée? Comment mesurer les ressources nationales? Comment seront organisés les certificats verts? Quid de la participation aux crédits carbone? Le Maroc a décidé de lancer -pour ses propres besoins- de très grands projets énergétiques, mais il a aussi une carte régionale énorme à jouer, car nous sommes prêts, même au niveau règlementaire, en témoignent les lois très volontaires que le gouvernement a mises en place aussi bien pour les ER que pour l’EE. En résumé, aujourd’hui le Maroc a tout mis en place: très grand intérêt au plus haut niveau de l’Etat, mise en place d’une règlementation appropriée, mise en œuvre aussi d’un cadre institutionnel (le centre de développement des énergies renouvelables est transformé en Agence de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique), la création de la Société des investissements énergétiques, la création de la Masen, la société anonyme qui va s’occuper des cinq grands projets solaires qui ont été identifiés. On voit donc qu’aujourd’hui il y a un engouement, il y a des financements et, ici à Valence, on a montré que le Maroc est tout à fait prêt pour accueillir des investissements.

- La BEI et la Femip sont très actives dans les filières énergétiques. Comment se passe la coopération de l’Agence avec ces deux institutions européennes?

- Il y a des projets de financements BEI y compris de dons en matière d’efficacité énergétique (concernant une dizaine de grandes entreprises: les montants dépendent encore d’un audit qui est en cours). Nous sommes en train de remplacer tout un schéma global en matière de ressources énergétiques et qui va nécessiter des accompagnements très importants. On démarre et on fait en sorte que des projets-pilotes voient le jour et qu’il y ait un intérêt pour tout le monde. Aujourd’hui, une grande attention est accordée aux EE et ER, il faut présenter de bons projets, une bonne approche. Le Maroc, avec sa stratégie, est arrivé ici à une situation qui peut être profitable à tous.

Propos recueillis à Valence par
Aziz BEN MARZOUQ
leco
[Prinny Man] no está en línea   Reply With Quote
Old June 6th, 2010, 03:39 PM   #6
Ωρτimuş
Registered User
 
Ωρτimuş's Avatar
 
Join Date: Mar 2010
Posts: 10,363
Likes (Received): 23

Le parc d'éoliennes du détroit






panoramio.com


__________________
"Nous donnâmes à Loth la science et la sagesse; nous le sauvâmes de la ville qui se livrait à des méfaits. Certes c'était un peuple méchant et pervers.
Nous comprîmes (Loth) dans notre miséricorde, car il était du nombre des justes."



Last edited by Ωρτimuş; June 7th, 2010 at 12:41 AM.
Ωρτimuş no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 03:38 PM   #7
[Prinny Man]
Mah *****h
 
[Prinny Man]'s Avatar
 
Join Date: Feb 2010
Location: Meknès/Tangier
Posts: 10,353
Likes (Received): 88

Quote:
Maroc: un nouveau parc éolien de 250 millions d'euros près de Tanger

TANGER (Maroc) - Un parc éolien d'un coût de 250 millions d'euros et présenté comme le plus grand d'Afrique a été inauguré lundi par le roi Mohammed VI du Maroc à Melloussa près de Tanger (nord), a-t-on appris de source officielle.

La capacité de ce parc éolien est de 140 (mégawatts) et il comporte 165 aérogénérateurs. Une part importante de ce projet éolien est financée par la Banque européenne d'investissement avec 80 millions d'euros, selon la même source.

Ce parc est également financé par la banque espagnole Intituto Crédito Official (100 millions d'euros), la banque allemande Kreditanstalt für Wiederaufbau (50 millions d'euros) et l'Office national marocain de l'Eau (20 millions d'euros).

"L'UE accorde la priorité à ce genre d'investissement et se félicite d'avoir financé ce projet", a déclaré Guido Prud'homme, le représentant de la Banque européenne d'investissement lors de l'inauguration.

Selon Yamsmina Benkhadra, la ministre marocaine de l'Energie et de mines, ce parc "fait partie d'un projet global évalué à 3 milliards de dollars. Il sera réalisé en 2020".

"Ce projet global permettra au Maroc d'assurer 42% de sa production énergétique, à raison de 14% par l'éolien, 14% par le solaire et 14% par l'hydraulique", a-t-elle ajouté.

"Notre facture pétrolière sera ainsi réduite et nous pourrons assurer notre sécurité énergétique et un développement durable", a conclu Mme Benkhadra. Le Maroc possède déjà dans la région du nord un grand parc éolien, opérationnel depuis 2000, à Koudia Al Baida. Avec une capacité de 54 MW, il est considéré comme l'une des plus importantes installations de ce type en Afrique.
www.romandie.com
[Prinny Man] no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 04:44 PM   #8
[Prinny Man]
Mah *****h
 
[Prinny Man]'s Avatar
 
Join Date: Feb 2010
Location: Meknès/Tangier
Posts: 10,353
Likes (Received): 88

Quote:
Le Maroc dévoile un important projet d'énergie éolienne

Le Maroc a dévoilé lundi un projet d'énergie éolienne d'un montant de 3,53 milliards de dollars qui devrait contribuer à faire passer à 42% d'ici 2020 la part dans le pays de la consommation d'électricité provenant de sources d'énergies renouvelables.

Le projet prévoit la construction de cinq parcs d'éoliennes pour faire passer à 2.000 mégawatts en 2020 la production d'électricité d'origine éolienne, contre environ 280 mégawatts aujourd'hui, ont dit les autorités.

Lundi, le roi Mohamed VI a inauguré le premier parc éolien à Tanger, dans l'extrême nord du Maroc. Les autres sites sélectionnés sont Tétouan, Taza, Layoune et Boujdour.

Le Maroc est le seul pays du Maghreb à ne pas disposer de richesses pétrolières propres.
www.investir.fr
[Prinny Man] no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 06:30 PM   #9
Ωρτimuş
Registered User
 
Ωρτimuş's Avatar
 
Join Date: Mar 2010
Posts: 10,363
Likes (Received): 23

Renewable Energy Projects and Resources

Renewable Energy Projects and Resources

Projets et Gisements d'Énergies Renouvelables au Maroc

Quote:


Le Maroc a de l’énergie à revendre



Le Maroc manque de pétrole, mais ne manque pas d’idées pour diversifier ses sources d’énergie.En dix ans, bien des pistes ont été explorées…
En dix ans, le secteur de l’énergie au Maroc a connut la mise en œuvre de divers plans de restructuration et de réformes. Ces plans ont permis de tracer de nouveaux schèmes et ont induit une nouvelle configuration dans ce secteur, vital pour l’économie nationale. Dans cette nouvelle configuration, l’initiative privée est l’élément moteur. Elle devient l’un des facteurs clés dans le processus de la production et de l’exploitation des énergies de manière globale et des énergies renouvelables aussi.
Cependant, en menant une profonde réflexion pour produire de l’énergie surtout propre, le Maroc commence à penser surtout efficacité énergétique. Il veut ainsi réaliser des économies d’échelle qui peuvent être, à terme, substantielles.


Vers de nouvelles sources d’énergie




L’augmentation de la consommation énergétique durant la dernière décennie est estimée à + 41,24%. Cette montée en flèche coûte cher au pays. C’est ce qui a incité les pouvoirs publics à étudier les possibilités de trouver de nouvelles sources d’énergie. D’où l’intérêt donné plus que jamais aux énergies renouvelables. Ce qui s’est traduit par la réalisation de deux champs réservés aux éoliennes. Le premier se situe à Abdelkhalek Torres, dans les environs de Tétouan ; quant au second, il se trouve à Amogdoul dans la ville d’Essaouira.

Rappelons que la capacité de production de ces deux nouveaux pôles énergétiques s’élève respectivement à 50 MW et 60 MW. Outre ces deux ambitieux projets, l’investissement en énergie a concerné le solaire par le truchement de l’instauration et la mise en service d’une nouvelle station d’électrification à Tit Mellil, dans les zones suburbaines de Casablanca. La puissance de cette station photovoltaïque est estimée à quelque 50 MW. De ces 50 MW par-ci et 60 MW par là, naît désormais une partie de l’énergie dont le Maroc a grand besoin.


Le pétrole plus consommé que jamais



Le pétrole représente encore 66% de la consommation énergétique totale du pays. Les rebondissements tarifaires qu’a connus cette ressource au titre de ces dernières années à l’échelle internationale, ont grevé les finances publiques et ce, en raison de la forte dépendance extérieure du royaume en matière d’approvisionnement en énergie. En effet, la facture énergétique devrait atteindre près de 70 milliards de DH en 2008 par rapport à seulement 21 milliards de DH en 2003. Le pétrole, à lui seul, représente plus de 85% de ces dépenses.

Et pour promouvoir les travaux de prospection des gisements et bassins sédimentaires pétroliers au pays, un nouveau code des hydrocarbures a été adopté en février 2000. Depuis cette date, l’exploitation pétrolière au Maroc a connu un afflux massif de sociétés pétrolières opérant à l’échelon international. Ces efforts visant le développement de la prospection ont été couronnés par la constitution en 2005 d’une structure spécialisée en la matière, à savoir l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM).


Que la lumière soit!



Le programme d’électrification du monde rural mis en place par le royaume a permis à plus de 1.843.183 foyers de bénéficier d’un accès à l’électricité. C’est ce qui a permis, selon l’Office National de l’Electricité (ONE), de porter le taux d’électrification dans le rural de 39% en 1999 à 98% à la fin de l’année 2008. Notons que la valeur des investissements dans le cadre de ce programme de généralisation de l’accès à l’électricité s’élève à quelques 16,58 MDH. En outre, la mise en œuvre de cette stratégie d’électrification du rural a été accompagnée par la diffusion d’une panoplie de services énergétiques de proximité et ce, par la promotion des fameuses «Maisons Energie». Ces nouvelles niches d’investissement dans les zones rurales ont permis la création de 200 microprojets portés par de jeunes entrepreneurs, ce qui a insufflé une réelle dynamique au tissu socio-économique dans le monde rural.
S’agissant de l’investissement, il faut savoir que 60% de la production est désormais assurée par des opérateurs privés.

Zones d’ombre

Le Maroc a consenti au cours des 10 dernières années des efforts colossaux dans le processus de modernisation et de développement du secteur de l’énergie. Néanmoins, un tas de faiblesses planent encore sur ce secteur et accentuent l’insécurité qui pèse sur le Royaume en matière d’approvisionnement en énergie. Le cas de l’électricité est édifiant à ce propos. L’absence flagrante de cadre législatif et réglementaire, la diversité des opérateurs avec toutefois un foisonnement en textes de loi et l’existence de plusieurs administrations de tutelle y sont pour beaucoup. Tout cela a engendré un sous-investissement durant les cinq dernières années, occasionnant ainsi un déficit de production, de transport et de distribution. Aujourd’hui, il n’y pas d’autres solution que celle d’ouvrir la voie à la compétitivité dans ce secteur, de diversifier les sources et ressources d’énergie, de valoriser les ressources énergétiques locales, d’adopter une véritable politique d’économie d’énergie et sa déclinaison opérationnelle en mesures visant l’efficacité énergétique...

Le Maroc vert
Ce n’est que récemment que les questions afférentes à la protection de l’environnement commencent à faire leur émergence au niveau des plans d’investissement en énergie. La protection de l’écosystème est devenue ces derniers temps une préoccupation majeure à l’échelle mondiale, vu l’augmentation ostentatoire du degré de réchauffement que connaît la planète, à cause des émissions effrénées des gaz à effet de serre. Le Maroc qui a inauguré d’importants chantiers industriels s’est approprié cette vision et commence à intégrer dans ces projets de développement énergétique des mesures visant la protection de l’environnement. C’est ainsi qu’à partir de l’année en cours, deux carburants uniquement sont commercialisés : le gasoil 50 ppm (à faible teneur en soufre) et le supercarburant sans plomb. Ce qui permettra de réduire annuellement la pollution atmosphérique de 760 tonnes de plomb et quelque 54.000 tonnes de soufre. Et ce n’est pas tout.

La protection de l’environnement a fait également l’objet d’une réglementation en date du 12 mai 2003. La nouvelle loi n°11-03 stipule notamment l’intégration de la protection, de la mise en valeur et de la bonne gestion de l’environnement à la politique de développement économique, social et culturel. Elle stipule également la nécessité d’instaurer un équilibre entre les exigences du développement national et celles de la protection de l’environnement et de l’équilibre écologique, en particulier lors de l’élaboration et l’exécution de plans régionaux. Autre nouveauté de cette loi, elle institue la responsabilité collective à l’égard de la protection et la mise en valeur de l'environnement. Elle impose aussi l’application des règles de «l'usager payeur» et du «pollueur payeur». Tout cela dans le cadre du respect des conventions et pactes internationaux en matière d’environnement. Ce cadre législatif s’annonce de bon augure dans un contexte socio-économique marocain marqué de plus en plus par le foisonnement des unités industrielles et par une croissance démographique débridée. Notons que les dommages liés au phénomène de la dégradation de l’environnement coûtent à l’Etat près de 113 milliards de Dh par an, ce qui représente 3,7% du PIB.


http://photovoltaique.blog.fr/2009/1...endre-7150254/

__________________
"Nous donnâmes à Loth la science et la sagesse; nous le sauvâmes de la ville qui se livrait à des méfaits. Certes c'était un peuple méchant et pervers.
Nous comprîmes (Loth) dans notre miséricorde, car il était du nombre des justes."



Last edited by Ωρτimuş; June 28th, 2010 at 06:37 PM.
Ωρτimuş no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 06:39 PM   #10
Ωρτimuş
Registered User
 
Ωρτimuş's Avatar
 
Join Date: Mar 2010
Posts: 10,363
Likes (Received): 23

Parc d'éoliennes au nord de Tétouan

Edit (Doublon)
__________________
"Nous donnâmes à Loth la science et la sagesse; nous le sauvâmes de la ville qui se livrait à des méfaits. Certes c'était un peuple méchant et pervers.
Nous comprîmes (Loth) dans notre miséricorde, car il était du nombre des justes."



Last edited by Ωρτimuş; July 2nd, 2010 at 05:08 AM.
Ωρτimuş no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 06:47 PM   #11
Ωρτimuş
Registered User
 
Ωρτimuş's Avatar
 
Join Date: Mar 2010
Posts: 10,363
Likes (Received): 23





__________________
"Nous donnâmes à Loth la science et la sagesse; nous le sauvâmes de la ville qui se livrait à des méfaits. Certes c'était un peuple méchant et pervers.
Nous comprîmes (Loth) dans notre miséricorde, car il était du nombre des justes."



Last edited by Ωρτimuş; June 28th, 2010 at 06:54 PM.
Ωρτimuş no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 06:49 PM   #12
Ωρτimuş
Registered User
 
Ωρτimuş's Avatar
 
Join Date: Mar 2010
Posts: 10,363
Likes (Received): 23

__________________
"Nous donnâmes à Loth la science et la sagesse; nous le sauvâmes de la ville qui se livrait à des méfaits. Certes c'était un peuple méchant et pervers.
Nous comprîmes (Loth) dans notre miséricorde, car il était du nombre des justes."


Ωρτimuş no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 02:51 AM   #13
midani
Registered User
 
midani's Avatar
 
Join Date: Jan 2010
Location: LEUVEN/FEZ
Posts: 707
Likes (Received): 3

Quote:
Maroc : Le programme intégré de l'énergie éolienne est tourné vers la valorisation des plateformes industrielles selon le DG de l'ONE Ali Fassi Fihri

Le programme marocain intégré de l'énergie éolienne est "tourné avant tout vers la maîtrise des technologies éoliennes de pointe et la valorisation des plateformes industrielles", a souligné, lundi à Tanger, M. Ali Fassi Fihri, Directeur général de l'Office national de l'Electricité (ONE).

Ce chantier structurant, qui prévoit des investissements de près de 32 milliards de DH, contribuera à l'émergence d'un tissu industriel spécialisé et compétitif ainsi qu'au développement des opportunités d'accès aux marchés à l'export, a-t-il ajouté dans un exposé devant SM le Roi Mohammed VI lors de la cérémonie de présentation de ce programme.

Le directeur général de l'ONE, qui énumérait les retombées bénéfiques du projet, a également cité le désenclavement des régions concernées, la création de filières spécialisées en énergie éolienne au sein des grandes écoles et universités et la promotion de la recherche-développement dans l'éolien.

"En privilégiant le partenariat public-privé, ce vaste projet cible des acteurs de référence aux niveaux national et international, en vue de bénéficier du savoir-faire dans les domaines technique, économique et financier", a précisé M. Fassi Fihri.

La réalisation de ce programme, a-t-il dit, permettra au Maroc de réduire ses importations d'énergie en économisant annuellement 1,5 million de tonnes équivalent pétrole et d'éviter l'émission de 5,6 millions de tonnes de CO2 par an.

Il a souligné que ce programme porte essentiellement sur la réalisation, à l'horizon 2020, de parcs éoliens d'une puissance installée de 2.000 MW (38% de la puissance actuelle) pour un investissement total estimé à 31,5 milliards de DH.

Cinq nouveaux sites à grand potentiel ont été choisis pour accueillir des centrales éoliennes d'une puissance totale de 1.000 MW.

La production de ces centrales, a précisé M. Fassi Fihri, viendra s'ajouter aux 280 MW de puissance éolienne réalisée dans les parcs de Abdelkhalek Torres (50 MW), et Lafarge (30 MW) à Tétouan, d'Amougdoul (60 MW) à Essaouira et de Tanger Dhar Saadane (140 MW), ainsi qu'aux 720 MW en développement à Tarfaya, Akhfenir, Bab El Oued à Laâyoune, Haouma et Jbel Khelladi à Tétouan,.

Il s'agit des sites de Tanger II (150 MW), de Koudia El Baida à Tétouan (300 MW), Taza (150 MW), Tiskrad à Laâyoune (300 MW) et Boujdour (100 MW).

Afin de garantir un développement responsable et soutenu et un accompagnement adapté des besoins en énergie propre, le nouveau programme comporte, outre la composante de production d'électricité, une intégration industrielle de la filière éolienne, ainsi que la promotion de la recherche-développement et de la formation en ce domaine d'activité.
http://www.casafree.com/modules/news...?storyid=47742
midani no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 03:00 AM   #14
midani
Registered User
 
midani's Avatar
 
Join Date: Jan 2010
Location: LEUVEN/FEZ
Posts: 707
Likes (Received): 3

Quote:
المغرب يُطلق مشروعا ضخما للطاقة الريحية[SIZE="3"]


هسبريس - و م ع

Tuesday, June 29, 2010

ترأس الملك محمد السادس ، أمس الاثنين بظهر سعدان (عمالة فحص أنجرة )حفل تقديم البرنامج المغربي المندمج للطاقة الريحية، الذي يتطلب إنجازه استثمارات مالية تقدر ب` 5ر31 مليار درهم.

كما أشرف الملك محمد السادس ، بهذه المناسبة ، على تدشين المحطة الريحية لطنجة 1 "ظهر سعدان" ، وهي الأكبر من نوعها بأفريقيا أنجزت بكلفة إجمالية تبلغ 75ر2 مليار درهم.

ويروم البرنامج المغربي المندمج للطاقة الريحية إحداث حقول ريحية جديدة ستساهم في رفع القدرة الكهربائية المنشأة من أصل ريحي من 280 ميغاواط حاليا إلى 2000 ميغاواط سنة 2020.

وبهدف ضمان تنمية مسؤولة ومدعومة تستجيب للحاجة إلى طاقة نظيفة، يتضمن البرنامج الجديد، إلى جانب مكون إنتاج الكهرباء، تحقيق الإدماج الصناعي لقطاع الطاقة الريحية وكذا النهوض بالبحث والتطوير والتكوين في هذا المجال.

وستتمكن المملكة ، من خلال إنجاز مشروع الطاقة الريحية والمشروع المغربي للطاقة الشمسية ، من تقليص استيراد حاجياتها من الطاقة وتوفير ما يقابل 5ر2 مليون مقابل طن من البترول من المحروقات وتجنب انبعاث ما يناهز تسعة ملايين طن سنويا من ثاني أوكسيد الكاربون.

وخلال هذا الحفل، قدمت أمينة بنخضرة وزيرة الطاقة والمعادن والماء والبيئة، عرضا أكدت فيه أن البرنامج المغربي للطاقة الريحية " مشروع يسعى أيضا إلى إدماج تصنيع معدات الحقول الريحية في النسيج الصناعي الوطني لضمان استمرارية تنمية الطاقة الريحية بشكل خاص".

وأشارت إلى أن المحطات التي تشتغل بالطاقات المتجددة ستمثل 42 بالمائة من مجموع القدرة الكهربائية المنشأة في أفق سنة 2020، مسجلة أن هذه المحطات "ستساهم في تلبية الحاجيات المتزايدة من الطاقة الناجمة عن النمو الاقتصادي والاجتماعي السريع الذي يشهده المغرب بفضل إنجاز الأوراش الكبرى المبرمجة أو التي بدأ تشييدها في قطاعات الفلاحة والصناعة والبنيات التحتية والإسكان والسياحة".

وأضافت أن هذا المشروع الضخم ، الذي سيمكن من إنتاج 6600 جيغاواط سنويا وهو ما يعادل 26 بالمائة من الإنتاج الوطني الحالي، " يستجيب بأبعاده المتعددة، للإرادة الملكية الأكيدة في التوفيق بين التنمية الاقتصادية والاجتماعية والمحافظة على البيئة ومحاربة التحولات المناخية".

ومن جانبه، قال علي الفاسي الفهري المدير العام للمكتب الوطني للكهرباء، في عرض مماثل، إنه تم اختيار خمسة مواقع جديدة ذات إمكانيات هائلة لإقامة محطات ريحية بقوة إجمالية تبلغ 1000 ميغاواط.

وأوضح أن إنتاج هذه المحطات سينضاف إلى 280 ميغاواط التي تم إنجازها بحقول عبد الخالق الطريس (50 ميغاواط) ولافارج (30 ميغاواط) بتطوان وأموجدول (60 ميغاواط) بالصويرة وطنجة 1 ظهر سعدان (140 ميغاواط)، و720 ميغاواط في مرحلة التطوير بكل من طرفاية وأخفنير، وباب الواد بالعيون وحاومة وجبل خلادي بتطوان.

وأضاف الفاسي الفهري أن الأمر يتعلق بكل من من طنجة 2 (150 ميغاواط) والكدية البيضاء بتطوان (300 ميغاواط) وتازة (150 ميغاواط) وتسكراد بالعيون (300 ميغاواط) وبوجدور (100 ميغاواط) مشيرا إلى أنه تم إيلاء أهمية خاصة للجهات الشمالية والشرقية التي تتمتع بمؤهلات كبيرة في مجال الطاقة الريحية.

إثر ذلك أشرف الملك محمد السادس على تدشين المحطة الريحية لطنجة 1 "ظهر سعدان" بقدرة 140 ميغاواط ، التي تعد الأكبر من نوعها بأفريقيا، والتي بلغت كلفة إنجازها مليارين و750 مليون درهم، تمت تعبئتها بمساهمة من كل من البنك الأوروبي للاستثمار والبنك الألماني للاستثمار ومصرف القروض الإسباني.

ويشمل المشروع إقامة 165 مولدا هوائيا و165 دعامة، وأربع محطات لقياس الريح، ومركزا لتفريغ الطاقة الكهربائية. كما همت الأشغال مد 60 كلم من الكابلات وتهيئة أربعين كلم من المسالك.

ويندرج هذا المشروع في إطار تطبيق البرامج المسطرة ضمن الاستراتيجية الطاقية الجديدة التي تمت بلورتها تنفيذا للتعليمات الملكية والتي جعلت من تطوير الطاقات المتجددة والنجاعة الطاقية أولوية كبرى.

وتمكن المحطة الجديدة من رفع مساهمة الطاقة الريحية في المحطات الريحية المنشأة على الصعيد الوطني إلى ما يناهز 250 ميغاواط وتساهم بالتالي بنسبة 5ر2 بالمائة في الاستجابة للطلب الوطني على الطاقة.

وبفضل هذه المحطة، التي تجعل المحافظة على البيئة أولوية رئيسية، تثبت المملكة موقعها في مقدمة البلدان الأكثر تقدما في مجال الطاقات المتجددة في أفريقيا وحوض المتوسط.

كما يساهم المشروع في التنمية الاقتصادية والاجتماعية لجهة الشمال وخصوصا لمدينة طنجة، التي سيعزز إشعاعها الدولي باعتبارها ملتقى القارتين الأوروبية والأفريقية
midani no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 03:16 AM   #15
BiladAtlas
المخزن يطلع برا
 
BiladAtlas's Avatar
 
Join Date: Sep 2009
Location: Bilad Al Atlas
Posts: 7,642
Likes (Received): 583

Ca c'est tres bien comme projet. Pour la meme production de 2000 MW ca coutera 3 fois moins cher que le Solaire (3.53 milliards de dollards contre 9 milliards)
BiladAtlas no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 03:22 AM   #16
filsdupetit
BANNED
 
Join Date: Apr 2010
Posts: 897
Likes (Received): 0

Quote:
Originally Posted by BiladAtlas View Post
Ca c'est tres bien comme projet. Pour la meme production de 2000 MW ca coutera 3 fois moins cher que le Solaire (3.53 milliards de dollards contre 9 milliards)
Ya pas que le cout qui rentre en compte... sinon on aurais pris des centrales a charbon ca aurai couté encore 3 fois moins cher....
filsdupetit no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 03:28 AM   #17
BiladAtlas
المخزن يطلع برا
 
BiladAtlas's Avatar
 
Join Date: Sep 2009
Location: Bilad Al Atlas
Posts: 7,642
Likes (Received): 583

Quote:
Originally Posted by filsdupetit View Post
Ya pas que le cout qui rentre en compte... sinon on aurais pris des centrales a charbon ca aurai couté encore 3 fois moins cher....
C'est pourquoi je compare ici l'eolien au solaire.
BiladAtlas no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 03:35 AM   #18
Amine.INC
BANNED
 
Join Date: Apr 2010
Location: Rabat - Montreal - Paris
Posts: 2,926
Likes (Received): 0

Quote:
Originally Posted by BiladAtlas View Post
C'est pourquoi je compare ici l'eolien au solaire.





Éolienne vs Solaire
Amine.INC no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 03:55 AM   #19
filsdupetit
BANNED
 
Join Date: Apr 2010
Posts: 897
Likes (Received): 0

Quote:
Originally Posted by BiladAtlas View Post
C'est pourquoi je compare ici l'eolien au solaire.
Oui mais tu les compare uniquement au niveau des cout, et comme je t'ai dit ya pas que le cout qui compte, sinon je le repete on aurais pris du charbon... il y a plein de difference(comme montré par amine), mais il y en a d'autres:
-le maroc a un potentiel de 6000MW, uniquement ce qui est beaucoup et pas beaucoup en meme temps...
-le potentiel du solaire est infini au maroc...
- le solaire est disponible quasiment partout ce qui n'est pas le cas du vent pour l'eolien
- dans le projet desertec, le solaire se taille la part du lion, c'est pas une betise de miser dessu..

c'est les exemple auquels j'ai pensé mais il doit y avoir des dizaines d'autres...
filsdupetit no está en línea   Reply With Quote
Old June 29th, 2010, 04:26 AM   #20
BiladAtlas
المخزن يطلع برا
 
BiladAtlas's Avatar
 
Join Date: Sep 2009
Location: Bilad Al Atlas
Posts: 7,642
Likes (Received): 583

Merci Amine pour la video.
En fait la video compare l'eolien au photovoltaique (et pas au solaire). Le solaire comporte le photovoltaique et le "Concentrated Solar Power" comme a la station hybride de Bni Mathar (a cote de Jerada) qui vient d'etre inauguree. Comme indiquee sur la video, l'eolien est une source qui peut etre disponible de jour comme de nuit. Pour le solaire, meme si elle est abondante, il faut la stocker. Et c'est ca qui coute cher.
Pour le solaire, le Maroc aurait du investir une somme plus petite (moins de 1 milliards de dollards) pour acquerir le savoir-faire necessaire et attendre jusqu'a ce que les technologies reliees au solaire soient developpes d'avantages avec des prix accessibles.
L'eolien est limite au Maroc, c'est vrai. Mais allons chercher a avoir ces 6 GW dans nos poches d'abord et s'attaquons ensuite au solaire. Je dis pas on doit attendre. Mais 1 milliards de dollards est largement suffisante pour donner a nos compagnies locales et universites le savoir faire dont on a besoin.
BiladAtlas no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 08:51 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.8 Beta 1
Copyright ©2000 - 2014, vBulletin Solutions, Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like v3.2.5 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu