search the site
 daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Euroscrapers > Local discussions > .be-forum > Belgische steden / Villes belges > Andere steden / Autres villes > Mons-La Louvière & Coeur du Hainaut



Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools
Old January 25th, 2017, 03:27 PM   #61
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

Mons-Borinage et Centre: quels sont les gros chantiers programmés sur les routes?

Quels chantiers prévus d'ici 2019 dans la région du Centre et de Mons-Borinage?

Un an après le lancement du Plan Infrastructures 2016-2019 lancé par la Région wallonne, où en est-on sur les routes et autoroutes traversant les régions de Mons-Borinage et du Centre? Coup d'oeil sur les chantiers programmés en 2017 et ceux à venir.

L'an dernier, le ministre des travaux publics wallon Maxime Prévot lançait le Plan Infrastructures 2016-2019. 640 millions d'euros étaient budgétisés pour concrétiser plus de 300 dossiers liés notamment à la rénovation des autoroutes, la rénovation et la sécurisation du réseau secondaire.

Un petit tour sur les routes boraines et de la région du Centre suffit pour se rendre compte que les routes du secteur ont bien besoin d'un petit lifting. Parmi les dossiers, on en dénombre 24 qui concernent ces deux bassins de vie. Deux chantiers ont débuté en 2016, quatre sont programmés cette année. Le reste est à l'étude ou doit être étudié. Mais promis-juré, tout devrait être terminé en 2019...

Les chantiers en cours
Publicité

- N51 à Quiévrain. La sécurisation du carrefour formé par les Rue Grande et Debast. Le rond-point est terminé, reste à réaliser l'enrobage final (250 000 €)

- N549 à Dour. Le revêtement de la chaussée traversant le centre-ville est en cours depuis l'an dernier (1 000 000 €)

Les chantiers prévus en 2017

Centre

- N27 à Binche; réhabilitation du revêtement Saint-Vaast-Péronnes-lez-Binche (3 500 000 €). Début du chantier: été 2017.

- N57 à Soignies: réhabilitation du tronçon Soignies-Horrues (3 000 000 €). Début: été 2017

- N59 à Manage. Travaux au Pertuis du Scailmont - Armco (300 000 €). Début: été 2017

Mons-Borinage

- N50 et N552 à Mons et Saint-Ghislain (Route de Wallonie): réhabilitation du revêtement (700 000 €). début: fin 2017

En bordeaux, les chantiers en cours. En rouge, ceux qui doivent se lancer dans l'année, en orange ceux à l'étude et en jaune ceux qui doivent encore être étudiés.

Les dossiers en cours d'étude

Centre

- N27 à Estinnes: sécurisation du Carrefour entre la N27 et la N90 (Route de Mons) (700 000 €)

- N27 à Manage: aménagement de sécurité (700 000 €)

- R54 à La Louvière: accessibilité de l'hôpital Tivoli et finalisation du contournement de La Louvière (5 000 000 €)

Mons-Borinage

- A7 à Mons: réhabilitation du revêtement entre Jemappes et Nimy (4 800 000 €)

- A7 à Mons: réhabilitation du revêtement entre Obourg et Nimy (3 400 000 €)

- N50 à Mons (Ghlin): aménagements Grand Large et Carrefour du Lidl (1 800 000 €)

- N50 à Saint-Ghislain: remplacement du Pont du Goulet de la Darse (300 000 €)

- N51 à Mons : réaménagements entre Mons Pont-Canal et Mons-Gare (2 500 000 €)

- N547 - E19 à Saint-Ghislain: sécurisation à la sortie d'autoroute (725 000 €)

- N550 à Boussu et Dour: prolongation de l'axiale Boraine (1 750 000 €)

Les dossiers à étudier

Centre

- A7 au Roeulx: réhabilitation du revêtement entre Obourg et Le Roeulx (2 400 000 €)

- A7 à Ville-sur-Haine: réhabilitation du pont 752 ou F2BIS (500 000 €)

- N27 à La Louvière: réhabilitation du revêtement entre Haine-Saint-Pierre et Saint-Vaast (5 200 000 €)

- N535 à La Louvière: aménagement et sécurisation de la traversée d'agglomération (1 500 000 €)

- N563 à Estinnes: traversée d'Estinnes (1 250 000 €)

Mons-Borinage

- N545/A7 à Quaregnon:création d'un échangeur autoroutier et d'un rond-point (7 100 000 €)

- N56 à Jurbise: sécurisation du Carrefour du Dragon jusqu'au Carrefour du Masnuy (2 000 000 €)

- N56 à Lens: aménagement et sécurisation de la traversée d'agglomération (1 600 000 €)
louispink no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
Old February 6th, 2017, 03:12 PM   #62
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

futur ECO quartier HENSIES

architecture : atelier abre d'or







__________________

Meurisse liked this post
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old March 8th, 2017, 01:02 PM   #63
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

Bientôt 6 éoliennes entre Frameries et Mons?

EDF Luminus voudrait ouvrir un parc éolien entre le Ring 5 et le zoning de Frameries. La société a présenté son projet aux riverains. Ils n'y sont pas hostiles, mais ils veulent aussi bénéficier des retombées.

Verra-t-on de nouvelles éoliennes pousser dans la périphérie de Mons d'ici quelques années ? C'est en tout cas le voeu d'EDF Luminus. Le deuxième principal producteur et fournisseur d'électricité en Belgique aimerait implanter 6 éoliennes le long du Ring 5 qui contourne Mons.

Cinq de ces éoliennes seraient érigées sur le territoire de la commune de Frameries, et une sur celui de Mons. Elles seraient également à proximité du zoning de Frameries.

EDF Luminus a jeté son dévolu sur ce site en raison de son bon potentiel venteux, du regroupement des infrastructures le long du R5 et de la bonne accessibilité du site.

Ces 6 éoliennes, hautes de 150 mètres pales comprises, produiraient chacune 4000 à 6000 MW/h par an, soit une production maximale de 36 000 MW/h pour l'ensemble du parc. Cela permettrait de couvrir l'alimentation moyenne de 9000 ménages. Les habitants des communes concernées ont pu découvrir le projet hier soir lors de la réunion publique d'information, première étape dans la longue démarche de demande de permis.

Quels impacts environnementaux?

Du côté des riverains qui ont fait le déplacement, on ne s'est pas montré foncièrement opposé au projet, même si certains ont fait part de leurs inquiétudes, comme l'échevin Pol Bouviez, qui s'inquiète des impacts visuels et sonores pour les habitants de l'ancienne commune de Noirchain, particulièrement concernés.

D'autres riverains s'interrogent sur l'impact des machines sur l'environnement. Quid de la zone verte du terril, des espaces Natura 2000, avec leurs chauves-souris et oiseaux migrateurs ? Toutes les éoliennes seront situées en zone agricole, précisent les promoteurs. Quant à l'impact sur la faune et la flore, tout sera analysé dans l'étude d'incidences, indique le bureau d'études CSD, qui devra s'y coller.

Quelles retombées pour les habitants?

Si le projet aboutit, les citoyens framerisois espèrent pouvoir bénéficier directement du champ d'éoliennes. Certains aimeraient qu'une sous-station soit installée au pied de l'éolienne la plus proche du zoning, afin d'installer des bornes de recharge pour véhicule électrique, qui seraient directement alimentées par l'éolienne.

D'autres s'interrogent sur la dimension participative. EDF Luminus va-t-elle tout gérer seul et prendre l'oseille pendant que les habitants subissent les désagréments des moulins à vent, ou la multinationale ouvrira-t-elle le jeu ?

« Rien n'est décidé à ce stade », indique le porteur de projet, mais ouvrir à la participation citoyenne est possible. Exemple : « nous venons d'obtenir un permis pour 4 éoliennes à Fernelmont et nous avons un accord de principe envers la coopérative Champs d'Energie pour qu'elle participe à hauteur d'une éolienne ». Soit un quart du parc.

Une longue procédure

Le projet du Ring 5 à Frameries n'en est qu'à ses débuts. Après la réunion préalable d'information, les citoyens ont 20 jours pour envoyer leurs remarques au Collège communal de Frameries et à EDF Luminus. L'étude d'incidences pourra ensuite commencer, avec analyse de la situation actuelle et l'impact des 6 éoliennes sur celle-ci (les effets sonores, l'ombrage, effets sur le paysage, la faune et la flore...).

Après d'éventuels aménagements pour limiter les impacts relevés, le promoteur fera sa demande de permis, qui sera suivie d'une enquête publique et d'une deuxième réunion publique. La Région wallonne décidera ensuite d'accorder ou non le permis, sur base notamment des avis des communes concernées.

A ce stade, EDF Luminus n'a avancé aucune date pour la demande de permis.
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old March 17th, 2017, 03:07 PM   #64
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

Le poste frontière de Hensies revitalisé pour juillet



Les travaux d’aménagements ont enfin repris à la frontière franco-belge

La cérémonie d’inauguration de l’autoroute optique entre Paris et Bruxelles a officiellement scellé les accords transfrontaliers. Ces 90 kilomètres de fibre ont été installés pour connecter les deux capitales permettant ainsi une liaison de très courte distance et donc plus rapide. Mais c’était aussi l’occasion de faire le point sur l’aménagement du poste frontière de Hensies promis depuis plus de vingt ans par les autorités wallonnes et françaises.

La patience est d’or, c’est en tous les cas ce qu’affirme l’adage. Et à Hensies, s’il y a bien un dossier qui a fait couler beaucoup d’encre et suscité l’agacement des autorités communales, c’est celui de l’aménagement du poste frontière situé sur l’autoroute E19. Les automobilistes belges et français s’infligent un uppercut magistral à chaque fois qu’ils traversent la frontière. En cause ? Le chancre qui s’y est installé mais qui n’avait plus bougé d’un iota depuis des lustres. En septembre dernier, l’administrateur-délégué de la Sofico (chargé par la Wallonie d’aménager les abords) assurait dans nos colonnes que les travaux allaient reprendre. Et cette fois, parole a été tenue ! Le permis d’urbanisme a été obtenu en juillet dernier et les travaux ont commencé à la fin janvier 2017.

"Il est prévu d’aménager une surface de 20.000 m2 avec quatre zones de stationnement", explique la Sofico. "Il y aura 44 places réservées aux poids lourds et 39 réservées aux véhicules des particuliers et 8 aménagées pour les véhicules des personnes à mobilité réduite. On pourra aussi compter sur une zone de réglage pour les rétroviseurs des poids lourds, une autre zone pour la police de la route (WPR) ainsi que pour le contrôle douane."

L’entrée en Belgique sera aussi plus verdoyante. 18.000 m2 d’espaces verts seront réalisés avec une plantation de 80 arbres haute tiges d’essence locales. Une zone conviviale avec du mobilier urbain prendra forme. Au niveau du budget, il est toujours question de 3 millions d’euros (HTVA) pour ce lifting nécessaire et dégagé par la Wallonie.

Enfin, l’aménagement de la Maison de Wallonie où un restaurant et un espace d’accueil aux visiteurs contenant un point d’information seront établis devrait aussi se finaliser avant les premiers départs en vacances de cet été.
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old March 29th, 2017, 02:04 PM   #65
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

Soignies: 172 logements neufs sur l’ex-site Technic-Gum





Le promoteur dépolluera l’ex-site de Technic Gum

Les architectes de Loft & Partner ont pris la parole pour détailler l’avant-projet du site « Technic Gum », à la chaussée du Roeulx. L’entreprise a aujourd’hui déménagé à Neufvilles pour y fabriquer des polymères plutôt que du caoutchouc. Situé à moins de 300 mètres de la gare, à côté de la chaussée du Rœulx, ce projet mixte de 172 logements et de surfaces commerciales, s’organise autour de deux places, l’une minérale et l’autre, végétalisée. Deux espaces qui représentent des charges urbanistiques exécutées par le maître d’ouvrage pour être ensuite restituées à la collectivité. C’est le promoteur qui se chargera également de dépolluer le site pour un montant de 3 millions d’euros. Le projet prévoit un parking souterrain de 173 places (dont 35 devraient revenir à la commune), de même que quatre poches de parking. « Qui va entretenir les parties publiques de ce projet ? » interroge Christophe Laurent (Ecolo), n’y a-t-il pas moyen de dédier un logement au social, dont la ville serait propriétaire ? ».

« Nous devons faire le nécessaire pour maintenir la proportion actuelle de logements sociaux qui est de 5,2 % à Soignies » admet l’échevin Verslype. Des projets vont être relancés en ce sens dans le cadre de plans quinquennaux ». Alain Rasschaert (PS) demande s’il sera aisé pour les personnes à mobilité réduite ou âgées d’utiliser les parkings souterrains.

Au final, l’avant-projet est approuvé à l’exception d’Ecolo qui s’abstient, faute de mixité sociale suffisante.

Préserver l’identité de Soignies c’est aussi protéger sa ruralité l’échevin Marc Verslype cite l’exemple du projet des Aulnées. Il s’agit de 595 logements construits en zone périphérique de la ville, tout en restant à proximité de la gare. Un projet qui suscite l’inquiétude de riverains qui estiment que la densité est trop importante et qu’elle porte atteinte à la ruralité. « C’est tout le contraire, affirme M. Verslype. Conçu sur 10 hectares, ce projet a permis d’en préserver… 60 »
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old May 3rd, 2017, 12:38 PM   #66
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

COLFONTAINE / centre administratif CPAS / architecture ETAU



__________________

Meurisse liked this post
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old August 2nd, 2017, 12:27 PM   #67
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

La nouvelle aire autoroutière frontalière de Hensies sud, située à la frontière, sur l’autoroute E19/A7, ainsi que la Maison de Wallonie ont été inaugurées ce lundi après-midi.

Même si un travail important, au niveau des plantations notamment, doit encore être effectué, les ministres Prévot et Di Antonio n’étaient pas peu fiers d’inaugurer ce lundi en début d’après-midi la nouvelle aire autoroutière d’Hensies, le long de l’E19/A7, qui abritera également la Maison de la Wallonie. «Dans quelques mois avec l’arrivée des plantations nous aurons une véritable aire d’accueil qui portera bien son nom et dont nous pourrons être fiers plutôt que gênés», s’est d’ailleurs réjoui rapidement le ministre des Travaux publics et de la Sécurité routière.

C’est qu’au fil des années, l’ancienne aire d’Hensies sud s’était considérablement délabrée, avant d’être totalement abandonnée. Régional de l’étape, Carlo Di Antonio n’avait d’ailleurs pas manqué de venir donner un coup de main et quelques coups de pelleteuses en 2011 pour accélérer sa démolition. «Elle n’était plus la porte d’entrée vers la Wallonie que nous aurions souhaitée, accueillante et chaleureuse, ajoute Maxime Prévot, son successeur dans le costume du ministre des Travaux publics. Elle était même, au fil du temps, devenue un véritable furoncle avec notamment ses bâtiments à l’abandon.»
«

Elle n’était plus la porte d’entrée vers la Wallonie que nous aurions souhaitée, accueillante et chaleureuse.
»

Le dossier s’est accéléré en 2014. «Mais cela a pris beaucoup trop de temps, regrette le ministre des Travaux publics. Notamment parce qu’il a fallu négocier avec notre voisin français.» Il y a trois ans, une convention a en effet été signée avec la France où chacun s’est engagé à aménager l’ensemble de l’aire se situant à l’entrée de son territoire. Une convention qui devrait être bénéfique pour d’autres régions de Belgique. «Comme à Sterpenich ou à Aubange», promet déjà Maxime Prévot.

À Hensies, ce sont, au total, près de quatre millions d’euros qui ont été investis, financés par la Sofico, le maître d’ouvrage. «On a mis les moyens», insiste Maxime Prévot.

Dans quelques jours, les automobilistes pourront découvrir un parking de 20 000 m2, comprenant quatre zones de stationnement, mais également une maison de la Wallonie, où il sera bientôt possible de faire découvrir les charmes et les attraits de la Wallonie aux personnes qui s’y rendront ou la traverseront, promettent les ministres. «Une réelle opportunité pour leur présenter nos richesses culturelles, naturelles, patrimoniales ou encore gastronomiques», glissent-ils encore.
«

Une réelle opportunité pour leur présenter nos richesses culturelles, naturelles, patrimoniales ou encore gastronomiques
»

Première en Wallonie, sur un terrain public en tout cas, l’aire autoroutière accueillera également une zone de réglage pour les rétroviseurs des poids lourds. «Parce qu’on sait que c’est une source d’accident et de décès encore trop important, souligne le ministre de la Sécurité routière. Et comme nous sommes à un poste frontière, endroit stratégique, il y a également la volonté d’avoir une zone de contrôle pour la Police et pour la douane.»

Le côté sud désormais aménagé par la Belgique, c’est à présent à la France de mettre en ordre le côté nord, vers la France. Une étude d’aménagement est en cours par leur service.



louispink no está en línea   Reply With Quote
Old September 26th, 2017, 01:30 PM   #68
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

La liaison ferroviaire Mons-Valenciennes reçoit le soutien de la Wallonie.

Certains n’y croyaient plus mais beaucoup l’espéraient encore. C’est un peu comme cela que l’on peut résumer la genèse de la saga ferroviaire, frappée de multiples rebondissements depuis près de 25 ans ! Il s’agit ici de 800 mètres de voie ferrée (côté belge) qui permettraient le transport fret entre la Belgique et la France. La bonne nouvelle sort du chapeau du ministre wallon de la Mobilité, également bourgmestre en titre de Dour, Carlo Di Antonio (CDH). La ligne 97 qui relie Mons à Valenciennes est enfin sur les rails.

Le ministre wallon, Carlo Di Antonio (CDH) nous l’a confirmé. "S’il n’y a pas assez de l’enveloppe fédérale de 53 millions d’euros pour la ligne 97, je financerai les travaux de réouverture de cette ligne ferroviaire avec d’autres budgets de mobilité de la Wallonie !", affirme-t-il.

Projet prioritaire

Ces travaux sont inscrits au budget et devraient être retenus dans l’enveloppe réservée par le Fédéral au financement des projets reconnus comme prioritaires par la Région wallonne dans le cadre du refinancement du RER. "C’est la demande très claire que nous avons formulée. Mais si, pour je ne sais quelle raison, le budget fédéral n’était pas suffisant, nous mettons aussi une garantie de prise en charge par la Wallonie. Cela devrait rassurer la France."

Les discussions avec le Fédéral doivent se finaliser dans les prochaines semaines. "Je ferai tout pour que ce dossier soit bien retenu, en totalité ou en partie sur cette enveloppe, au besoin en complétant le montant finalement retenu par un co-financement wallon."

Améliorer le transport de marchandises

Pour la Belgique et ses 800 mètres de voie ferrée, le budget s’élève à près de 2,3 millions d’euros. Côté français, il est acté à hauteur de 15 millions d’euros pour 13 kilomètres. Cette réouverture améliorerait considérablement le transport de marchandises pour les entreprises françaises, celles du cœur du Hainaut et même du port d’Anvers qui soutient cette réouverture.

Reste que cela fait des lustres que le sujet est sur la table et beaucoup de promesses ont déjà été faites… "C’est la première fois dans l’histoire de cette saga qu’il y a une vraie certitude pour l’avenir de cette ligne ferroviaire !", ajoute encore le ministre, précisant que la Wallonie soutient "avec force" la réouverture de cette liaison franco-belge.

Enfin, l’administration wallonne, à savoir la cellule ferroviaire, a reçu des instructions pour en informer le groupe de travail multidisciplinaire franco-belge, en charge de la préparation technique de ce dossier.
__________________

Puinkabouter liked this post
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old October 19th, 2017, 09:10 PM   #69
Meurisse
Architect-Urbanist
 
Meurisse's Avatar
 
Join Date: Jun 2007
Location: Antwerp
Posts: 17,871
Likes (Received): 4508

Château d'eau de Feluy, Seneffe

__________________
***www.antwerpenhogerop.be***
Meurisse no está en línea   Reply With Quote
Old November 9th, 2017, 01:45 PM   #70
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

Ligne 97 à Quiévrain : Feu vert du Fédéral pour relier Valenciennes

Le ministre de la mobilité a dégagé le budget nécessaire à la réouverture de la ligne transfrontalière.

Le rêve de revoir un jour des trains de marchandises traverser la frontière à Quiévrain n’en sera bientôt plus un. La concrétisation de la réouverture de la ligne qui relie Valenciennes à Mons se rapproche à grands pas. Le financement pour réaliser les travaux nécessaires a en tout cas enfin été accepté par le ministre de la Mobilité François Bellot (MR). "Le budget pour les travaux fera partie de l’enveloppe dégagée dans le cadre du milliard d’investissement", confirme le cabinet du ministre.

L’appel lancé il y a quelques semaines par le ministre wallon de la mobilité, Carlo Di Antonio (CDH), a donc été entendu. "Je ferai tout pour que ce dossier soit bien retenu, en totalité ou en partie sur cette enveloppe, au besoin en complétant le montant finalement retenu par un cofinancement wallon", nous avait-il confié.

Les travaux doivent être réalisés sur un total de 14 km de voie ferrée : 800 m pour la Belgique avec 2,3 millions d’euros de budget; 13 km pour la France avec 15 millions d’euros nécessaires. Ils’agit désormais de convaincre le côté français de concrétiser le projet. "Pour que la jonction se fasse, il faut que les deux pays se mettent d’accord", soutient le cabinet du ministre Bellot.

"De notre côté, nous sommes prêts, donc nous attendons juste le signal du côté français. Nous avons besoin de recevoir des garanties de l’État français que le budget sera bien débloqué."

Contactées par nos soins, la SNCF et la région des Hauts-de-France expliquent attendre une communication officielle de la Belgique avant de débloquer les budgets. La SNCF annonce également que des travaux de rénovation seront entamés en 2019 sur le tronçon de 13 km côté français afin de faciliter l’accès aux entreprises, et notamment à l’usine Bombardier, qui se situe juste à côté de la frontière avec la Belgique et Quiévrain. "Ces travaux ne seront pas inconciliables avec la réouverture de la ligne 97", ajoute Jean-Yves Dareaud, porte-parole de la SNCF.

Une fois un accord trouvé, il faudra encore patienter quelques années avant que le chantier ne soit réalisé. Cette réouverture améliorerait en tout cas considérablement le transport de marchandises pour les entreprises françaises, celles du cœur du Hainaut et même du port d’Anvers, qui soutient cette réouverture.
__________________

Puinkabouter, CuoreGR liked this post
louispink no está en línea   Reply With Quote
Old Today, 03:04 PM   #71
louispink
Registered User
 
Join Date: Jun 2013
Posts: 1,105
Likes (Received): 561

La périphérie montoise tire le marché hainuyer vers le haut. Sa croissance en matière de prix est impressionnante ces dernières années (+ 19 % en trois ans). A contrario, le renouveau carolo ne se matérialise toujours pas sur le terrain. L'offre en matière d'appartements neufs reste bien faible.

Le marché hainuyer n'évolue guère de trimestre en trimestre mais les tendances qui le guident s'accentuent par contre toujours plus, démontrant un marché à deux vitesses. Charleroi ne parvient toujours pas à boxer dans la même catégorie que Mons et Tournai. Et les prix des communes situées à la frontière du Brabant wallon (Silly, Enghien, Braine-le-Comte, Soignies et Seneffe) sont les plus élevés de la province.

Le stock disponible reste toujours relativement faible avec 815 appartements en cours de commercialisation. Mons et sa périphérie restant le plus important vivier en la matière. Le prix moyen pour un appartement de 80 m2 est de 2.075 euros/m2. Soit 166.000 euros hors TVA. Les prix sont en hausse par rapport à l'an dernier (+ 2,5%) et connaissent une légère croissance de 9 % par rapport à 2013. Une hausse soutenue, même si elle est moins élevée qu'en Brabant wallon et à Namur, mais qui lui permet par contre de rattraper la province de Liège. Les deux bassins industriels wallons font désormais jeu égal en matière de prix.

La ville de Mons connaît toujours les prix moyens les plus élevés. Ils croissent d'une manière régulière. S'ils ne grimpent que d'1 % par rapport à l'an dernier, la hausse est de 11,5 % par rapport à 2013. Ce qui n'est pas négligeable. Son nombre d'appartements disponibles sur le marché est par contre stable (174). " Mons est aujourd'hui devenue un important pôle immobilier du Hainaut, confie Michaël Zapatero, analyste auprès du bureau de Crombrugghe & Partners. Il faut toutefois noter qu'il y a de grandes différences de prix entre ses quartiers. Mons reste en tout cas un pôle commercial majeur en périphérie, ce qui peut justifier son attractivité. " Notons que le centre de Mons connaît par contre bien plus de difficultés sur le plan commercial, ce qui commence à avoir un certain impact au niveau résidentiel. En matière de projets, relevons Les Clairières de Nimy (Delzelle Résidentiels), Le Maisières (BW Promo), la Résidence Magnolia (Lixon) ou encore Au fil des Grands Prés (Atenor). C'est ce dernier qui affiche les prix les plus élevés (2.300 euros/m2).
Une offre toujours riche dans le Tournaisis

Pour le reste, c'est toujours dans la périphérie montoise que l'on retrouve le plus important stock d'appartements mis en vente, puisqu'elle concentre un tiers du stock hainuyer. La hausse des prix y reste soutenue avec une progression de 4 % par rapport à l'an dernier et de 19 % par rapport à 2014 ! Le prix moyen atteint aujourd'hui 2.050 euros/m2, tiré vers le haut par certaines promotions développées à Braine-le-Comte et commercialisées à 2.350 euros/m2 ou Soignies (2.400 euros/m2). Parmi les projets en cours, citons les Terrasses de Braine (Delzelle Résidentiels), les Jardins d'Arenberg (Sotroba) et le Champ du Moulin (CD Belgium) à Braine-le-Comte, les Jardins de Soignies (CDI) et le Domaine des Arts à Seneffe.

Du côté de Tournai et de sa périphérie, les prix tendent à se rapprocher de ceux de Mons. Ils connaissent une légère hausse par rapport à l'an dernier (+ 2,5%), un rien davantage par rapport à 2013 (+ 5%). Seuls deux projets d'envergure sont actuellement mis sur le marché, à savoir la résidence Les Chartreux et l'Ilot Desclée, ce dernier est développé par Klarys Promotion et propose 30 lofts basse énergie dans une ancienne imprimerie.

Pour ce qui est du district de Tournai, qui dispose d'un important stock avec ses 206 unités développées principalement à Ath, Mouscron et Leuze-en-Hainaut, les prix y sont très stables. On y retrouve des projets tels que les Terrasses d'Ath (Thomas & Piron), Les Deux Dendres (Equilis) et les Haleurs (DCB) à Ath ou encore les projets Manet et le Clos des Impressionnistes (DCB) à Mouscron. Les prix les plus élevés se trouvent à Ath (2.275 euros/m2).
Charleroi attend son envol

Enfin, du côté de Charleroi, le renouveau carolo se fait attendre. Si les grandes manoeuvres ont été lancées ces dernières années par le bouwmeester et ses acolytes, les promoteurs ne suivent pas encore sur le terrain. Le nombre d'appartements neufs mis sur le marché est toujours ridiculement bas avec 42 unités. Le prix moyen de 1.750 euros/m2 est en hausse par rapport à l'an dernier (+ 3%) mais est par contre en baisse de 3 % si on le compare aux prix de 2013. Ce qui n'est pas vraiment une bonne nouvelle. Ajoutons qu'il s'agit des prix les plus bas de Wallonie et de Belgique. Les projets en cours sont développés par M&A Property Investors (Résidence Cartier) et Evillas (Résidence Champ Bernard). Alors que des dizaines d'unités sont attendues dans les prochains mois dans le cadre des projets River Towers, Rive Gauche, Ilot Zoé Drion et Left Side Business Park. Il sera temps. " Le marché carolo tarde vraiment à décoller, note Michaël Zapatero. On ne voit toujours rien venir. Mais, vu les investissements et aménagements effectués par les pouvoirs publics, cette ville est bien évidemment à suivre de près. Et compte tenu des prix actuellement pratiqués, elle présente de fortes perspectives de plus-value. " Quant à la périphérie carolo, l'offre reste également faible et est essentiellement centrée sur Courcelles, Châtelet et Fleurus.
Projet à la loupe : Les Haleurs à Ath

Ce projet développé par DCB est situé à Ath, le long de la chaussée de Mons, en bordure du canal Blaton-Ath. Ce nouveau quartier proposera 22 maisons dans la première phase et 36 appartements dans une seconde phase, dispersés dans quatre blocs d'appartements. Il a été dessiné par le bureau d'architectes A33, en collaboration avec le bureau Syntaxe. Le chantier a débuté en juillet et devrait être terminé au printemps 2019. L'ensemble du projet s'articule autour d'un parc paysager aménagé. Il est composé d'espaces verts, de larges zones de prairie naturelle, de sentiers et d'aires de jeu. " Le cadre verdoyant et les vues sur le canal séduisent vraiment les candidats acquéreurs, précise Marjory Durieux, de l'agence Athimmo. On le voit par le fait que 75 % des logements ont déjà trouvé preneurs. C'est un projet d'envergure pour la région. "
louispink no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

Related topics on SkyscraperCity


All times are GMT +2. The time now is 08:44 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2017, vBulletin Solutions Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu