daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine

Go Back   SkyscraperCity > Continental Forums > Africa > North Africa > Algérie > Autres discussions > Économie et développement

Économie et développement Discussions et débats relatifs au développement et à l'économie



Reply

 
Thread Tools
Old February 11th, 2009, 06:28 PM   #1
santa_cruz
BANNED
 
Join Date: Jul 2008
Location: Montreal,CA/Annaba,Al
Posts: 1,763
Likes (Received): 6

Pharmaceutical Industry : News & Developments

Algérie : 200 millions d’euros d’économies dans les médicaments en quatre mois


Quote:
DZ WEB.org
11 February, 2009 10: 22 :00



La mesure d’interdiction d’importation des médicaments produits localement, prise il y a 4 mois, a permis de réaliser une économie de 200 millions d’euros sur le montant des importations, a-t-on appris de sources du ministère de la santé.

Le ministre de la Santé, Said Barkat, qui a donné cette information, invite les médecins hospitaliers à prescrire à terme au moins 50% de médicaments génériques, dont 30% des besoins sont fabriqués dans le pays.

Le montant annuel des importations de médicaments a avoisiné les 2 milliards $ en 2008.
santa_cruz no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
 
Old December 30th, 2009, 08:15 PM   #2
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Pharmaceutical Industry : News & Developments

Quote:
4 A Santé Industrie se fait un nom dans un secteur réservé jusque là aux multinationales

Une industrie pharmaceutique à Oued Fodda dans la wilaya de Chlef



Enfant du pays ,Delmi Bouras confirme que ce projet a pu être possible grâce à la réalisation de l'autoroute Est Ouest qui relie la région à la capitale en moins de deux heures et qui a permis d'asseoir un important centre industriel dans la wilaya.

Ce projet a pu être mené à terme grâce à la disponibilité de la Banque de développement local –BDL- qui a incontestablement joué son rôle en accompagnant des projets industriels qui ont permis le développement d'un réseau de petites et moyennes entreprises. Aujourd'hui, avec les dernières mesures prises par le gouvernement d'interdire l'importation des produits fabriqués en Algérie et celles de la LFC, l'avenir de l'industrie des médicaments n'est plus en danger, au contraire il promet des jours meilleurs pour tous les futurs projets en cours de réalisation; 150 usines seraient installées dans les années à venir sur tout le territoire national pour renforcer les capacités existantes.

Le générique, partenaire de la santé

C'est sous ce slogan révélateur que 4 A Santé Industrie officie à travers l'usine implantée sur une superficie de 4800 m2 dont 2200 m2 constituent l'usine proprement dite située sur le site de l'ex OFLA. Dans un décor verdoyant, le propriétaire des lieux, écolo dans l'âme a tenu à ce que ses employés puissent s'oxygéner lors de leur pause déjeuner, s'élève une bâtisse totalement rénovée, conçue selon des normes de sécurité exceptionnelles et équipée de deux lignes de fabrication de dernière génération.



« Nos équipements ont été acquis d'Italie, pays réputé pour ses performances dans ce domaine, la matière première provient d'Allemagne, nous avons un seul fournisseur, qui est celui de Saïdal, le fleuron de l'industrie pharmaceutique en Algérie. Nous maîtrisons le process de fabrication et nos produits sont de qualité distribués à travers le territoire national par 120 clients », résume brièvement Abelkrim Khettab,gérant de l'usine.

Celle çi compte actuellement 60 employés dont 10 cadres ingénieur répartis principalement au niveau du laboratoire où s'effectuent les analyses chimiques et bactériologiques et sur les lignes de production. Le directeur de l'usine, M. Mechrak nous apprend et nous le constaterons lors de notre visite des lieux, que les deux lignes de fabrication sont entièrement automatisées, une ligne de fabrication de suppositoires dont le conditionnement se fait manuellement (par choix délibéré pour maintenir des postes d'emploi) et une ligne de fabrication convertissable selon les besoins pour fournir les médicaments sous la forme de pommade, gel et ovule.



Les spécialités retenues sous la forme de suppositoires, portent sur la gamme des antalgiques-antipyrétiques en 5 dosages, du 80 au 300mg, les antispasmodiques en 1 seul dosage: le 150mg, les anti inflammatoires en 400mg et 100mg. Quant à la forme pommade, elle se compose d'un dermo protecteur, anti inflammatoire et un anti bactérien. La forme gel concerne des anti inflammatoires et des anti infectieux.

Les capacités sont de l'ordre de 6 millions d'unités vendues pour les suppositoires et 4 millions d'unités vendues pour la gamme pommade, gel ovule. « Nous avons augmenté notre chiffre d'affaires de 60% par rapport à l'année dernière, nos produits sont disponibles dans les officines à hauteur de 57% et cela a été rendu possible par la décision d'interrompre l'importation des médicaments fabriqués, mais aussi par nos capacités commerciales composées de filiales du groupe chargées de la promotion et de la distribution des produits », précise le directeur de l'usine qui nous apprend qu'actuellement 17 délégués médicaux démarchent la clientèle, chiffre qui sera doublé en 2010.

Le démarchage concerne les distributeurs,les pharmaciens mais surtout les prescripteurs, les médecins, qui doivent encourager l'utilisation des génériques dans les thérapies.



«Utiliser les génériques en thérapie nécessite beaucoup d'efforts de sensibilisation. L'Allemagne premier producteur de génériques a beaucoup investi dans l'information médicale, la France en est encore à ses premiers balbutiements», précise Abdelkrim Khettab et il ajoutera que, pour notre pays Saïdal est une référence dans la production de génériques et que ce secteur ne peut que forcément évoluer positivement, d'une part, par les mesures qui ont été prises dernièrement et surtout grâce aux textes réglementant le remboursement des médicaments par la Caisse Nationale d'assurance sociale qui accordent des taux de remboursement favorisant l'usage des génériques produits en Algérie, d'autre part. Le reste n'est plus qu'une question de production d'une gamme diversifiée de génériques et de sensibilisation du public à faire confiance aux médicaments made in Algérie.
Un usine dont on peut être fier

Allant dans le même sens, Abdelkader Dilmi, le patron du groupe, tient à rappeler que dans les années qui ont suivi l'indépendance du pays, il n'existait que deux facultés de pharmacie en Afrique, une en Afrique du Sud et celle d'Alger où ont été formés des étudiants africans et magrebins et qui sont aujourd'hui à la tête de laboratoires renommés et ce, « pour confirmer que les compétences existent en Algérie et qu'elles sont de qualité.

Nous avons constaté que les pouvoirs publics encouragent nos initiatives et diminuent les contraintes auxquelles nous étions confrontées. A titre d'exemple, l'autorisation de mise sur le marché (AMM) d'un médicament, de son analyse par le laboratoire national de contrôle jusqu'à la détermination de son prix de vente , est attribuée au bout de 3 mois alors qu'auparavant il fallait attendre 2 ans.

En ce qui concerne l'absence de formation spécialisée dans la production du médicament, "je suis en négociation avec le recteur de l'université de Chlef pour que justement il y ait une passerelle entre l'université et l'industrie en fournissant aux jeunes diplômés une expertise nécessaire sur le terrain dans le cadre de stages pratiques ou en leur fournissant des créneaux dans lesquels ils pourront s'investir ».



L'expérience de 4 A Santé Industrie, même si elle est encore jeune, contribuera à renforcer et promouvoir l'industrie du médicament et pourrait dans quelques années s'attaquer au marché international et rivaliser avec des pays qui ont aujourd'hui une longueur d'avance sur nous.

Sur le plan qualité, M Rahil, le directeur de la production et chimiste de formation, est convaincant lorsqu'il nous commente les différentes phases de production, ou qu'il nous montre les précautions prises pour assurer au final un produit de qualité.

Du circuit par lequel passe la matière première jusqu'à l'emmagasinement du produit avant la distribution finale, le contrôle qualité opéré avant, pendant sur la ligne de fabrication et à posteriori, du choix des matériaux avec lesquels ont été réalisés les locaux , les services des utilités qui contrôlent notamment la purification de l'air dans les locaux, le traitement de l'eau et la sécurité des lieux …Rien n'est laissé au hasard et l'ensemble répond conformément aux normes utilisées dans les plus grands laboratoires.
Source : El Djazaïr Magazine
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old March 10th, 2010, 05:59 PM   #3
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
Industrie pharmaceutique : Un laboratoire algérien s’installe en France

Les Laboratoires Khaled Salem dont l’usine de fabrication est située dans la zone industrielle d’El Eulma (Sétif) comptent s’installer en France, dans la région de la Corrèze.

C’est une première pour une entreprise, hors hydrocarbures, qui affronte la concurrence internationale, dans son propre fief à l’étranger.

Cette entreprise spécialisée dans la production, le conditionnement et la commercialisation de médicaments des génériques, s’apprête à créer, selon le docteur Salem, une filiale en France afin de se lancer dans la fabrication de génériques destinés pour les marchés algérien et français.

L’objectif de son entreprise vise ainsi, poursuit-il, la conquête de nouveaux marchés de produits pharmaceutiques, tels ceux de l’Afrique et du Moyen-Orient. Mais, l’important consiste à peaufiner les capacités de recherche et de développement, tout en s’orientant vers la fonction décisive d’exportation dans des pays européens.

La formule d’acquisition du site de la Corrèze stipule que la convention accorde une reprise simple d’actifs alors qu’aucune dette de l’entreprise cédante n’est endossable à l’acquéreur (Laboratoires Khaled Salem). Il n’y a donc aucun transfert d’obligations ou de quelconque exigence financière en contrepartie entre les deux parties, a-t-il ajouté.

Le groupe BMS cédant le site de Meymac ne laisse aucune charge d’activité sachant que ses produits sont transposés sur leur site principal, localisé du côté de Agen. Pour le moment, les Laboratoires Khaled Salem comptent investir, à court terme, dans la formation des employés et la mise à niveau des installations techniques et des différents équipements sur ce site dont les capacités de production sont de l’ordre de 25 millions d’unités par an.

Ces laboratoires algériens commercialisent 42 produits en Algérie et 4 autres produits en Mauritanie. Cette entreprise pharmaceutique prospère qui emploie plus de 180 travailleurs, avec un chiffre d’affaires de 800 millions DA, soit plus de 8 millions d’euros en 2009. C’est ainsi qu’elle a entrepris un deuxième site de production à Sétif d’une capacité avoisinant 55 unités annuellement. Le démarrage de la production est prévu pour septembre prochain.
Source : Horizons
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old March 10th, 2010, 06:04 PM   #4
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
Les laboratoires Khaled Salem veulent s’implanter en France

Des compétences pour produire des molécules et des génériques



Cette entreprise, spécialisée dans la production, le conditionnement et la commercialisation de médicaments, notamment, les génériques, s’apprête à créer une filiale en France afin de se lancer dans la fabrication de génériques destinés aux marchés algérien et français.

Les Laboratoires algériens Khaled Salem dont l’usine de fabrication est située dans la zone industrielle d’El Eulma, dans la wilaya de Sétif, envisagent de s’implanter en France, plus précisément dans la région de la Corrèze.

Cette entreprise spécialisée dans la production, le conditionnement et la commercialisation de médicaments, notamment, les génériques, s’apprête à créer une filiale en France afin de se lancer dans la fabrication de génériques destinés pour les marchés algérien et français.

Les observateurs français estiment que les laboratoires Salem y trouveront un environnement viable pour développer leurs compétences en matière de perfectionnement des ressources humaines et technologiques sachant que ce projet comporte une intéressante partie règlementation et distribution des dossiers.

Selon notre source, ce projet corrézien de Bristol Myers Squibb «est un site adéquat pour les laboratoires du Dr Salem qui a acquis ce terrain industriel pour un euro symbolique. Ainsi, les ingénieurs et techniciens de ce laboratoire vont pouvoir faire valoir leur savoir-faire et leurs connaissances technologiques et scientifiques en développant une activité industrielle à grande échelle axée essentiellement sur le façonnage et la production de leurs propres molécules».

Selon Khaled Salem, l’épanouissement de son entreprise vise surtout la conquête de nouveaux marchés de produits pharmaceutiques, notamment, ceux de l’Afrique et du Moyen-Orient. Mais, l’important consiste également à peaufiner les capacités de recherche et de développement des laboratoires Salem tout en s’orientant vers la fonction décisive d’exportation en dans des pays européens et africains.

La formule d’acquisition du site de la Corrèze stipule que la convention accorde une reprise simple d’actifs alors qu’aucune dette de l’entreprise cédante n’st endossable à l’acquéreur (Laboratoires Khaled Salem). Il n’y a donc aucun transfert d’obligations (ou une quelconque exigence financière en contrepartie) entre les deux parties.

Le groupe BMS qui a cédé le site de Meymac ne laisse aucune charge d’activité sachant que ses produits sont transposés sur son site principal localisé à Agen. Pour le moment, les laboratoires Khaled Salem comptent investir à court terme dans la formation des employés et la mise à niveau des installations techniques et les différents équipements sur ce site dont les capacités de production sont de l’ordre de 25 millions d’unités par an.

Ces laboratoires, qui ont 42 produits disponibles en Algérie, commercialisant également quatre autres en Mauritanie et employant plus de 180 travailleurs pour un chiffre d’affaires de 800 millions DA (plus de 8 millions d’euros), ont entrepris un deuxième site de production à Sétif d’une capacité avoisinant 55 unités annuellement.

Les activités de ces laboratoires pourraient démarrer réellement dès septembre prochain dans le cas où ce projet d’implantation voit le jour rapidement.
Source : Le Midi Libre
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old March 16th, 2010, 02:37 AM   #5
YorkTown
SSC Algeria
 
YorkTown's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Algeria
Posts: 3,557
Likes (Received): 272

Quote:
Ils sont sommés de produire des médicaments : Ultimatum d’une année accordée aux importateurs


Par R.Akram

Les importateurs conditionneurs de médicaments génériques ont un délai d’une année pour se mettre à la production, a déclaré le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Saïd Barkat.
Ce dernier s’exprimait en marge de l’inauguration du premier Salon international du générique au Palais des expositions des Pins maritimes. Il a soutenu «qu’il est nécessaire que les importateurs, qui ne faisaient que du conditionnement de médicaments génériques, commencent à produire. Ils ont un délai jusqu’au mois de février/mars 2011 pour se mettre à la production». Le ministre a indiqué que «cette mesure s’inscrit dans la nouvelle politique de promotion du médicament générique. Ceci a permis de relever la consommation de ce dernier -de manière notable- au cours des 5 dernières années. Il a précisé que «la consommation du médicament générique a enregistré un bond de 10% en une seule année, passant de 28% à 38% entre 2008 et 2009». En Le ministre a, en outre, réitéré la position de son département quant à l’encouragement et le soutien la production nationale de médicaments génériques. Il a déclaré : «nous ferons tout pour que le générique soit le premier produit en Algérie». Saïd Barkat a lancé : «Cette mesure n’arrange pas certaines personnes -qui préfèrent- qu’on reste au stade importation-emballage. Ces personnes veulent gagner de l’argent très rapidement, sans fournir beaucoup d’efforts. Elles se contentent d’importer des médicaments et de les emballer en Algérie. Pour cela, elles n’ont même pas besoin de personnel qualifié».
http://www.lefinancier-dz.com/ACTUALITE/5351.html
YorkTown no está en línea   Reply With Quote
Old March 26th, 2010, 12:13 AM   #6
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
L'Algérie assure son autosuffisance à hauteur de 38 %

Les unités algériennes de production pharmaceutique ont couvert depuis le début de l'année en cours 38 % des besoins du pays en médicaments, un taux qui ne dépassait pas 27 % durant les années précédentes, a indiqué jeudi à Constantine le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, M. Saïd Barkat.

Ce "bond quantitatif a permis à l'Algérie d'économiser quelque 200 millions d'euros sur la facture de médicaments", a ajouté le ministre en marge d'une visite de travail à Constantine, soulignant que les mesures prises par son département pour que les producteurs se consacrent uniquement, au bout d'un délai d'une année, à la production des médicaments génériques, a "fini par donner des résultats positifs".

Il est temps, a dit le ministre, de "dépasser la production de paracétamol et d'UPSA" pour "aller vers la fabrication de médicaments plus complexes". L'Etat "continuera de soutenir les investisseurs qui s'impliquent sérieusement dans cette nouvelle ère de promotion de médicaments génériques", a-t-il souligné, affirmant que l'importation de médicaments décroîtra au fur et à mesure de la généralisation de la production de ces médicaments génériques.

Abordant la question de la grève des médecins, le ministre de la Santé s'est montré catégorique en affirmant qu'il "n'admettra jamais que la population soit l'otage de n'importe quelle organisation". Il a indiqué, dans ce contexte, que les mesures prévues par la réglementation régissant les relations de travail "seront immédiatement appliquées". Selon M. Barkat, la justice a tranché sur cette affaire il y a trois mois, jugeant la grève illégale, "tout agissement contraire sera considéré hors la loi".

Au sujet du vaccin de la grippe A/H1N1, importé par l'Algérie pour faire face à cette pandémie, le ministre a indiqué que le reliquat de la quantité importée, estimé le 1,3 million de doses sur les 2 millions acquises, sera utilisé pour résister aux éventuels cas de grippes qui pourront se déclencher durant les mois d'avril et de mai.

Au cours de sa visite de travail à Constantine, M. Barkat a par ailleurs annoncé une série de mesures relatives à l'amélioration des conditions d'accouchement des femmes dans les centres destinés à cet effet. Le ministre a appelé, à ce propos, les responsables locaux de "faire avec les moyens du bord" en attendant la réalisation de nouvelles structures telles que le complexe mère et enfant et le nouveau CHU d'Ali Mendjeli qui contribueront à l'allègement de la tension qui règne dans les anciennes structures d'accouchement notamment lors des saisons estivales.
Source : Le Temps d'Algérie
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old April 12th, 2010, 03:16 AM   #7
YorkTown
SSC Algeria
 
YorkTown's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Algeria
Posts: 3,557
Likes (Received): 272

Quote:
Saidal
Un groupe aux grandes ambitions




Par : Saïd smati
Des projets de création de nouvelles unités de production, l’enregistrement de nombreux produits et le lancement de la production de nouveaux médicaments sont autant de chantiers ouverts par le groupe pharmaceutique Saidal.

Ayant pour mission principale de développer, produire et commercialiser des produits pharmaceutiques, Saidal est considérée comme l’un des fleurons de l’industrie nationale. Le groupe bénéficie d’ailleurs d’un leadership qui se consolide d’année en année. L’aventure du groupe a commencé à la suite de la restructuration de la Pharmacie centrale algérienne, créée en 1969, qui fut érigée en Entreprise nationale de production pharmaceutique en avril 1982.
Celle-ci changea de dénomination en 1985 pour devenir Saidal. En 1989, Saidal devint une entreprise publique économique, l’une des premières entreprises nationales à acquérir le statut de société par actions. Ses nouveaux statuts, en 1993, lui ont permis de participer à toute opération industrielle ou commerciale. En 1997, un plan de restructuration s’est traduit par sa transformation en groupe industriel auquel sont rattachés Biotic Pharmal et Antibiotical. Le cadre législatif (loi sur la monnaie et le crédit ainsi que le dispositif réglementaire portant sur les investissements étrangers en Algérie) lui a permis de se lancer dans le partenariat avec les firmes internationales visant comme objectifs l’augmentation de sa part de marché au niveau local, le transfert de technologie, la recherche et développement, l’élargissement de la gamme de production, l’amélioration de la qualité et enfin des prix compétitifs. Le groupe Saidal a mis en place un système de management de la qualité, selon le référentiel ISO 9001 version 2000. Au jour d’aujourd’hui, le groupe qui emploie 4 500 travailleurs, est composé de 7 unités de production, dont trois sont situées à Alger, une à Cherchell, une à Médéa, une autre à Constantine, et deux autres, respectivement à Annaba et à Batna. Doté de 56 lignes de production qui fabriquent la majorité des formes pharmaceutiques, le groupe possède des capacités de production estimées à plus 200 millions d’unités. Avec un chiffre d’affaires de 10 milliards de dinars et une évolution annuelle moyenne de 11%, Saidal ne cesse d’asseoir encore plus sa place dans le marché national avec des parts de marché estimées à 26% en volume et de 6% en valeur. Parmi les principaux faits marquants de ces cinq dernières années, entre autres, l’on retient l'enregistrement et la mise sur le marché de 160 nouveaux produits touchant des classes thérapeutiques dominantes, portant ainsi le nombre des produits du groupe à 314 produits enregistrés. Cette gamme de produits est destinée essentiellement au traitement des maladies chroniques. Les maladies auxquelles sont préconisés ces médicaments sont le diabète, l'hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et certaines pathologies psychiatriques. Le groupe Saidal produit plus d’une centaine de produits pharmaceutiques génériques destinés justement au traitement de ces maladies chroniques, ces trois dernières années. À signaler également que Saidal s'est engagé dans la fabrication du vaccin contre l'hépatite B, et ce, à l'issue de la signature d'un protocole d'accord avec une entreprise cubaine. En plus des Cubains avec lesquels plusieurs accords de partenariat existent, le groupe a conclu plusieurs accords de partenariat en joint-venture avec les plus grands laboratoires mondiaux – Pfizer, Sanofi Aventis, Dar Eddawa (Jordanie). Il s’agit, d’une part, d’accords de façonnage qui portent sur la fabrication des produits des partenaires pour leur compte dans les ateliers de Saïdal ; d’autre part, d’accords industriels qui visent la réalisation, en commun avec des laboratoires étrangers d’usines pour la fabrication des médicaments de leur gamme, en Algérie. En dépit de la concurrence à laquelle fait face Saidal, comme l'importation des médicaments, le groupe pharmaceutique national ne baisse pas pour autant les bras pour consolider sa place sur le marché national. Pour renforcer sa présence sur le marché national du médicament, Saidal a obtenu l’accord du gouvernement pour investir près de 20 milliards de dinars durant les prochaines années. En effet, le Conseil des participations de l’État (CPE) a donné son feu vert pour un plan de développement d’un montant de 18 milliards de dinars du groupe pharmaceutique public. Ce plan comprend notamment un accord du gouvernement pour un crédit d’investissement d’un montant de 1,81 milliard de dinars pour le financement de la création d’un centre de biotechnologies. Ce crédit d’une durée de financement de 20 ans est assorti d’un taux d’intérêt de 2%, avec un différé de cinq ans pour lesquels les intérêts seront à la charge de l’État, selon la résolution du CPE. Le groupe public de médicaments a bénéficié également de l’accord du CPE pour un crédit d’investissement pour la création du centre de recherche et d’un laboratoire de bioéquivalence pour 660 millions de dinars. Le groupe Saidal a également obtenu l’accord du CPE pour poursuivre sa mise à niveau avec un crédit de financement de 7,05 milliards de dinars ainsi qu’un crédit de 9 milliards de dinars pour la réalisation de nouvelles unités de production de médicaments. Le CPE a enfin donné son accord pour le transfert des sites de l’ex-entreprise publique de distribution de médicaments (Digromed) dissoute au profit de Saidal. En termes de création d’emplois, le plan d’investissements permettra la création de plus de 10 000 emplois, selon les prévisions faites. L’aboutissement des ambitieux projets d’investissement de Saidal contribuerait à n’en point douter à réduire la facture d’importation de médicaments en assurant l’indépendance du marché national en cas de rupture d’approvisionnement par les laboratoires étrangers.

Ressources humaines
Actuellement, le groupe emploie 4 500 travailleurs. Les cadres représentent 42% de l’effectif du groupe. 45% constituent l’effectif de la maîtrise et 13% à l’exécution. Le groupe qui se développe voit ses besoins en matière de ressources humaines suivre. Avec la réalisation d’autres unités, 6 000 emplois supplémentaires seront créés, dont 60% concernent des universitaires. De ce fait, Saidal comptera à l’avenir un nombre avoisinant les 10 000 employés.

Les nouveaux produits
Le groupe Saïdal entend investir dans les produits biotechnologiques qui représentent actuellement 50% du marché mondial. Ces produits seront développés grâce aux recherches les plus avancées dans le domaine du génie génétique. Pour ce faire, Saidal compte sur l’expertise cubaine dans le domaine. Les accords signés avec des firmes cubaines englobent la coopération en matière de recherche et de développement en biotechnologie.

Repères

Le groupe Saidal est composé de quatre filiales.
1— La filiale Pharmal : trois usines (Dar El-Beïda, Constantine, Annaba)
2— La filiale Biotic : quatre usines (Batna, El- Harrach, Cherchell, Gué de Constantine)
3— La filiale Anibiotical : spécialisée dans la production des antibiotiques
4— La filiale Somedial : un joint-venture entre le groupe algérien et un groupement pharmaceutique européen dans lequel Saidal a réévalué sa prise de participation

— Chiffre d’affaires : 10 milliards de dinars

Une part de marché de 57% à l'horizon 2015
Le marché des médicaments a connu une forte croissance entre 2004 et 2007 et a atteint un volume de 450 millions d'unités vendues en quantité et 1,7 milliard de dollars en valeur. Cette tendance va s'amplifier durant la période allant jusqu’à 2015 avec des rythmes annuels moyens en valeur à plus de 19,76% pour atteindre un volume de 7,1 milliards de dollars en 2015 et en quantité de plus de 5,75% avec un total de 703 millions d'unités vendues. Ainsi, la part de marché de Saidal, en 2015, sera de 57% en quantité, soit 398 millions d'unités vendues et de 34% en valeur, soit 163 milliards de dinars. Pour atteindre ces parts de marché, Saidal compte énormément sur son plan d'investissement établi sur cette période.

Saidal Un ambitieux plan de développement
Saidal a établi un programme ambitieux pour se développer davantage les années à venir, notamment après que l’État a accordé à l’entreprise une enveloppe de 18 milliards de dinars à titre de prêt bonifié et la récupération par le groupe des structures de Digromed, entreprise de distribution pharmaceutique. Ces deux événements contribueront au développement et à l’élargissement qualitatif et quantitatif de la production et de l’investissement dans le secteur pharmaceutique. Dans le cadre de ce plan de développement, Saidal lancera sept unités de production de médicaments à travers le territoire national. Ces unités seront implantées à Annaba, Oran, Tizi Ouzou, Sétif, Constantine et Alger. Avec la mise en service de ces unités, le groupe prévoit ainsi de réaliser un chiffre d'affaires de 2,4 milliards de dollars entre 2015 et 2020.

Organigramme du groupe Saidal

Président directeur général
3 directions générales de filiales
7 directions d’usines
3 unités commerciales
1 centre de recherche et développement
12 directions centrales
http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=133876
YorkTown no está en línea   Reply With Quote
Old April 12th, 2010, 09:07 PM   #8
ICOSIUMCITY
Registered User
 
ICOSIUMCITY's Avatar
 
Join Date: Jul 2007
Location: BRISBANE
Posts: 2,008
Likes (Received): 226

un groupe qui merite de grandir et de prendre de l'envergure inchallah ...
__________________
" Si ce que tu as à dire est moins beau que le silence alors tais toi! "
ICOSIUMCITY no está en línea   Reply With Quote
Old April 21st, 2010, 08:59 PM   #9
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
Salon international du médicament et de l'équipement médical: Les technologies de pointe à l'honneur

ALGER - Le 13e Salon international du médicament et de l'équipement médical (SIMEM) qui s'étalera du 21 au 24 avril, a été inauguré mercredi à Alger au palais de la Culture Moufdi Zakaria (Alger).

Plus d'une vingtaine de pays participent à cette manifestation regroupant quelque 60 exposants, soit une soixantaine de stands, a indiqué le responsable de l'entreprise organisatrice du salon, Mustapha Chaouche.

Destiné aux professionnels, le salon couvre les différents aspects du secteur de la santé, notamment les équipements et instruments médico-chirugicaux, l'imagerie médicale, le mobilier hospitalier, les équipements et réactifs de laboratoire, les consommables, les fluides médicaux, les produits pharmaceutiques, le matériel de stérilisation ainsi que certains services spécialisés.

Des équipements dotés de technologies de pointe ont été exposées à l'exemple de l'automate pour l'analyse de l'hémoglobine glyquée par chromatographie.
Source : APS
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old April 24th, 2010, 10:39 AM   #10
YorkTown
SSC Algeria
 
YorkTown's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Algeria
Posts: 3,557
Likes (Received): 272

Visite de l’usine Pfizer-SaIdal Manufacturing

Vers une augmentation des capacités de production

Par : Souhila Hammadi

La filiale Algérie du groupe Pfizer a ouvert, jeudi dernier, à quelques journalistes et à des responsables de firmes pharmaceutiques les portes de son site de production de médicaments, implanté dans la zone industrielle d’Oued-Smar. L’objet de l’initiative est de montrer aux visiteurs les nouveaux investissements du groupe en matière d’équipement et d’augmentation des volumes de production.
Créé en 1998 par un partenariat entre Pfizer et Saidal (70% du capital pour le premier associé et 30 % pour le second), Pfizer-Saidal Manufacturing est entré en activité en 2003. Elle fabrique, depuis cette date, des formes solides sèches (comprimés et gélules), ainsi que leur conditionnement primaire et secondaire.
Les médicaments les plus utilisés en Algérie, à l’instar du Débridat, Amlor 5mg et 10mg (antihypertenseur), Vibramycine 100mg (anti-infectieux), Feldéne 20mg (anti-inflammatoire), Viagra, ainsi que huit autres molécules… sont produits localement. Ils concernent des domaines thérapeutiques divers comme cardio-métabolique, antibiotique, urologie, anti-inflammatoire, système nerveux central et autres.
La P-DG de Pfizer Algérie, Amina Hamoutène, et la directrice de production ont fait, chacune, un exposé sur les performances du groupe, du niveau d’investissement et du volume de production, qui atteindrait, selon les projections, 15 millions d’unités en 2012.
Selon Mme Hamoutène, Pfizer-Saidal Manufacturing, dont les créneaux sont la formation médicale, la production et la distribution, dispose d'un personnel totalement algérien.
Mme Hamoutène a précisé que l’effectif du groupe en Algérie, (biologistes, chimistes, pharmaciens, ingénieurs...) sera augmenté de 25% et l’investissement rehaussé à hauteur de 172 millions DA.
Elle préconise en outre de parvenir à la certification ISO, en 2011. La visite de l’usine commence par le magasin, qui a une capacité de stockage de 600 palettes, puis se poursuit dans la zone de production, conditionnement puis les laboratoires de contrôle.
Les responsables du groupe Pfizer ont saisi l’occasion pour parler de leurs projets en Algérie, parmi lesquels figurent l’augmentation des capacités de production, la mise à disposition du marché national de produits innovants issus de la recherche Pfizer, l’introduction de génériques répondant à la demande et adaptés à l’épidémiologie locale, l’exportation des médicaments fabriqués en Algérie vers la Libye et les pays de l’Afrique subsaharienne et le renforcement des équipements locaux.

http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=134544
YorkTown no está en línea   Reply With Quote
Old April 24th, 2010, 10:41 AM   #11
YorkTown
SSC Algeria
 
YorkTown's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Algeria
Posts: 3,557
Likes (Received): 272

DÉVELOPPEMENT DE L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

Pfizer-Saidal produira 15 millions de médicaments en 2010

Profitant des récentes mesures du ministère de la Santé d'augmenter la part de la production pharmaceutique nationale, la société Pfizer-Saidal Manufacturing (PSM) a répondu favorablement à l'appel en lançant un projet ambitieux.

Les capacités de production de PSM seront triplées en 2010. Jeudi, de nouvelles machines ont été mises en service au niveau de l'unité PSM d’Alger. Il s'agit de 15 millions d'unités qui seront produites, entre comprimés et gélules, au courant de l'année 2010, alors que la quantité ne dépassait pas les 5 millions d'unités. C'est ce qu'a fait savoir Amina Hamoutène, PDG de cette société mixte, à l'occasion d'une visite guidée aux unités de production PSM, fruit d'un partenariat entre les deux groupes.

«La mise en service de ces machines de production fait suite aux dernières recommandations du ministère de la Santé de produire davantage de molécules en Algérie», a expliqué Mme Hamoutène, soulignant que Pfizer-Saidal manufacturing œuvre à introduire des produits adaptés à l'épidémiologie locale répondant aux attentes du ministère de tutelle. «PSM s'imprègne ainsi de la politique de santé en matière de médicaments en Algérie en privilégiant notamment le médicament générique pour de meilleurs coûts pour la santé en Algérie», a-t-elle indiqué.

Elle a ajouté que PSM ambitionne, à travers ces investissements, d'exporter sa production vers les pays de l'Afrique sub-saharienne et la Libye. Selon Mme Hamoutène, Pfizer-Saidal manufacturing, dont les créneaux sont la formation médicale, la production et la distribution, dispose d'un personnel totalement algérien.

Pfizer-Saidal Manufacturing est une société créée en 1998, en joint-venture avec Pfizer (70%) et Saidal (30%). Avec un investissement de 20 millions de dollars, le partenariat consistait en la réalisation et l'exploitation d'une usine pour la fabrication de médicaments à usage humain de la gamme Pfizer. Aujourd'hui, Pfizer Algérie produit localement plus de 55% de son portefeuille produits.

Nassima B.

http://www.letempsdz.com/content/view/36477/1/
YorkTown no está en línea   Reply With Quote
Old April 24th, 2010, 12:59 PM   #12
ICOSIUMCITY
Registered User
 
ICOSIUMCITY's Avatar
 
Join Date: Jul 2007
Location: BRISBANE
Posts: 2,008
Likes (Received): 226

Encore une decision politique favorable a la production nationale ... on aura beau critiquer il y a que de la merde qui est faite.

Louisa Hanoun avait raison encore une fois, cette femme est vraiment exceptionnelle...
__________________
" Si ce que tu as à dire est moins beau que le silence alors tais toi! "
ICOSIUMCITY no está en línea   Reply With Quote
Old April 24th, 2010, 03:52 PM   #13
YorkTown
SSC Algeria
 
YorkTown's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Algeria
Posts: 3,557
Likes (Received): 272

Quote:
Originally Posted by ICOSIUMCITY View Post
Encore une decision politique favorable a la production nationale ... on aura beau critiquer il y a que de la merde qui est faite.

Louisa Hanoun avait raison encore une fois, cette femme est vraiment exceptionnelle...
? tu parle de quoi? Saidal et pfizer font de la merde? je crois que les deux entreprises ont déjà fait leurs preuves...et ils utilisent les mêmes machines et les mêmes composants que toutes les autres compagnies pharmaceutique dans le monde entier....
YorkTown no está en línea   Reply With Quote
Old May 2nd, 2010, 09:05 PM   #14
YorkTown
SSC Algeria
 
YorkTown's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Algeria
Posts: 3,557
Likes (Received): 272

Tizi Ouzou

Novo Nordisk renforce ses capacités de production


Imene Brahim
Le laboratoire pharmaceutique danois, Novo Nordisk – Aldaph, spécialisé dans la fabrication des médicaments antidiabétiques oraux a annoncé l’extension de ses capacités de production de son usine de Oued Aissi, à 10 kilomètres à l’est de la ville de Tizi Ouzou. C'est ce qu'a annoncé Lars Rebien-Sorensen, président directeur général exécutif de la société lors d’une conférence de presse.

« L’extension des capacités de production de cette usine, inaugurée en 2006 avec un coût de 750 millions de dinars, permettra de couvrir progressivement les besoins nationaux en comprimés de metformine 500mg, 850 mg et 1000 mg, essentiels pour les patients diabétiques de type 2 et d’envisager son exportation en direction des pays africains » a-t-il annoncé. « Parallèlement, une deuxième chaîne de production sera mise en place d’ici 2012, afin de couvrir les besoins nationaux en répaglinide, un autre médicament phare de la pharmacopée pour le diabète ».

Un dépôt de matières premières et de produits finis est également en cours de construction sur le site de Oued Aissi afin de répondre à cette nouvelle augmentation de production, a ajouté le pdg de Novo Nordisk.

Par ailleurs,lars Rebien-Sorensen a annoncé la création dans le cadre de sa campagne de sensibilisation et de prévention sur le diabète, « d’un village mobile baptisé Changeons le Diabète, qui parcourt le pays dans le but de créer une prise de conscience sur la maladie diabétique et d’informer les citoyens sur les moyens de la prévenir, pour mieux vivre avec, le cas échéant ». En Algérie, 7,3% de la population adulte souffre de diabète.

http://www.tsa-algerie.com/economie-...ion_10537.html
YorkTown no está en línea   Reply With Quote
Old May 26th, 2010, 12:45 AM   #15
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
Une trentaine d'exposants au 3e SIEMPP d'Oran



Le 3e Salon international des équipements médicaux et des produits pharmaceutiques (SIEMPP) s'est ouvert mardi au palais des expositions de l'EMEC, sis à Medina Jdida (Oran).

Une trentaine de sociétés spécialisées en produits pharmaceutiques, dont quatre étrangères de Cuba, Etats unis d'Amérique, Japon et France, prennent part à cette édition, qui a pour objectifs de mettre en contact les professionnels de la santé avec les producteurs, d'échanger les expériences et de faire connaitre les dernières innovations dans ce domaine, ont indiqué les organisateurs.
Source : APS
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old June 22nd, 2010, 03:56 PM   #16
Mikou
C.T
 
Mikou's Avatar
 
Join Date: Jul 2009
Location: Athens
Posts: 5,887
Likes (Received): 34

Les Jordaniens veulent faire de l’Algérie «une base d’exportation»: 200 millions de dollars de recettes en médicaments déjà réalisés

Quote:
La Jordanie, qui sera l’invité d’honneur de la 43e édition de la Foire internationale d’Alger, qui s’ouvre demain, veut faire de l’Algérie « une base d’exportation vers d’autres marchés notamment l’Afrique », a déclaré, hier, dans une conférence de presse, le directeur de l’organisme de promotion du commerce extérieur jordanien, Yaroub El Khotat.
«On a déjà exporté pour 200 millions de dollars par an de médicaments à partir de nos usines (détenues par trois groupes) actuellement en production en Algérie ».
Pour les Jordaniens qui s’honorent que l’Algérie « nous ait réservé le statut d’invité d’honneur », c’est une reconnaissance au « dynamisme de l’économie du Royaume hachémite qui a enregistre une croissance de 4 à 5% malgré la crise ainsi qu’une progression des investissements étrangers de 20% » pour les premiers mois de 2010.
Pour le directeur de l’Office jordanien du commerce extérieur, « on a parlé de l’écoulement de produits qui ne viennent pas des pays arabes » mais, ajoute-t-il, « les autorités algériennes ont toute latitude de vérifier qu’ils sont (pour les produits jordaniens) fabriqués totalement chez nous ». Les industriels n’ont pas « intérêt à favoriser des produits tiers », affirme-t-il.
Autre problème que soulève le conférencier, le climat des affaires. Les Jordaniens seront amenés à « réviser leurs investissements s’il y a protectionnisme » car, c’est leur raison d’être et « la force de leur compétitivité ». Ils disposent déjà de grands investissements dans le domaine du médicament et souhaitent favoriser le « tourisme médical, les technologies de l’information…et pourquoi construire des hôpitaux mixtes ». L’Algérie devra de son côté offrir des « garanties de protection des investissements, de liberté de transfert » faisant allusion à la « révision périodique légitime » du dispositif lié aux investissements qui devra « respecter les pratiques internationales ». Le cas de la majorité de capital en faveur des promoteurs nationaux a été cité comme exemple de cette série de griefs adressés au législateur algérien.
La Jordanie investit un peu partout dans le monde, à l’image de ses trois usines de médicaments au Portugal ou encore de Suède, cela n’est pas « une faveur », réplique-t-il indirectement mais par égard « à la qualité de nos produits », conclut-il.
En tous cas, 80 entreprises seront là à la FIA à la recherche d’un « partenariat stratégique » ce qui n’est qu’un indice des engagements des firmes jordaniennes qui ont été entre 120 et 140 à vouloir participer à cette édition, une demande non satisfaite à cause de « l’exiguïté de la superficie d’exposition qui nous a été allouée », regrettent les Jordaniens.
http://www.horizons-dz.com/economie/10589.html
__________________
Good As You.

There are hundreds of languages in the world, but a smile speaks them all.
Mikou no está en línea   Reply With Quote
Old June 26th, 2010, 10:03 PM   #17
Mikou
C.T
 
Mikou's Avatar
 
Join Date: Jul 2009
Location: Athens
Posts: 5,887
Likes (Received): 34

Importation des Médicaments : Une baisse de 44% en mai 2010

Quote:
Les importations algériennes de médicaments ont été réduites presque de moitié durant le mois de mai de l’année en cours.

Leur montant a enregistré une baisse de 44,36% en passant à 110,43 millions de dollars contre 198,47 millions de dollars (-88 millions de dollars), a indiqué l’APS, citant le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS). La baisse amorcée l’année dernière et qui s’est poursuivie en 2010 s’installe dans la durée.

La décision prise en janvier 2009 par le gouvernement d’interdire l’importation des médicaments fabriqués localement ainsi que les mesures relatives au commerce extérieur, dont celle qui impose le crédit documentaire comme mode exclusif de paiement des importations introduite dans la loi de finances complémentaire 2009, ont permis de maîtriser les dépenses pour l’achat de médicaments. Les pouvoirs publics voulaient ainsi agir sur cette facture qui avait atteint un seuil alarmant. Les importations avaient culminé à 1,86 milliard de dollars en 2008 contre 1,44 milliard en 2007, soit une hausse de 27,86%.

Depuis la décision du gouvernement, cette facture a connu une baisse de 6,53% (-12 millions de dollars), passant ainsi de 1,86 milliard de dollars en 2008 à 1,74 milliard à fin 2009.

Pour les cinq premiers mois de l’année en cours, la baisse des importations de ces produits est de 22% (-164,55 millions de dollars). Leur montant s’est établi à 565,374 millions de dollars contre 729,928 millions de dollars, selon le Cnis. La facture reste tout de même salée, d’autant plus que la production locale n’a pas été en mesure de prendre le relais et l’industrie nationale n’avait pas les capacités pour répondre aux besoins du marché.

Selon le Cnis, les médicaments à usage humain ont connu une baisse également de 22% (-160,8 millions de dollars), puisque la facture est passée à 546,59 millions de dollars durant les 5 premiers mois de 2010 contre 707,45 millions de dollars à la même période en 2009.

Les médicaments destinés à la médecine vétérinaire ont enregistré une hausse de 11,7%, soit près d’un million de dollars, puisque le montant est passé à 8,41 millions de dollars contre 7,42 millions de dollars. Les produits pharmaceutiques ont aussi connu une baisse de 31% (-4,68 millions de dollars), leur montant étant passé à 10,37 millions de dollars les 5 premiers mois de 2010 contre 15,05 millions de dollars à la même période de référence en 2009, précisent les statistiques.
http://www.algerie360.com/algerie/im...4-en-mai-2010/
__________________
Good As You.

There are hundreds of languages in the world, but a smile speaks them all.
Mikou no está en línea   Reply With Quote
Old September 28th, 2010, 05:47 PM   #18
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
Des sociétés américaines prêtes à investir en Algérie

Des sociétés américaines sont prêtes à investir en Algérie dans le cadre de la mise en place d’une industrie nationale du médicament, a affirmé hier à Alger le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès.

«La volonté de l’Etat algérien est d’édifier une industrie nationale du médicament. Nos partenaires américains se sont déclarés prêts à investir en Algérie à travers le transfert de technologie, la formation et également la recherche», a indiqué M. Ould Abbès, à l’issue d’une réunion de travail au siège de son département avec une délégation d’hommes d’affaires américains venus identifier les opportunités de coopération économique et d’investissement.

Le ministre a souligné que le gouvernement algérien a décidé «de diversifier ses relations dans le domaine du médicament pour ne plus dépendre totalement de l’étranger». «Actuellement, nous sommes dépendants de médicaments importés, notamment d’Europe», a-t-il ajouté, regrettant que «le médicament soit devenu une affaire juteuse pour certains qui se sont emparés de ce créneau». Il a rappelé que les Etats-Unis d’Amérique sont le premier pays producteur de médicaments dans le monde et où sont également installés les plus grands laboratoires.

«La volonté des Américains d’investir en Algérie est affichée clairement et il y aura une lettre d’intention qui sera signée jeudi», a-t-il dit, réaffirmant que les entreprises américaines sont intéressées par l’investissement direct dans le cadre du partenariat et le transfert technologique et par les constructions spécialisées, telles que les centres pour cancéreux dotés de «bunkers» équipés d’appareils de radiothérapie.

Le ministre a également rappelé, dans ce cadre, la construction de 57 centres pour cancéreux ainsi que de 200 hôpitaux. Les laboratoires et entreprises américains veulent aussi investir en Algérie dans la production de gaz pour hôpitaux (oxygène, hélium), équipements respiratoires et consommables. «Ces produits sont importés d’Europe. Avec la nouvelle politique relative à l’industrie nationale du médicament, nous espérons diminuer progressivement cette dépendance lourde vis-à-vis de l’étranger concernant les médicaments et les consommables», a-t-il assuré.

«Les laboratoires américains vont s’installer en Algérie pour fabriquer aussi de l’insuline et des médicaments anticancéreux, ainsi que des vaccins», a-t-il poursuivi, indiquant que l’Institut Pasteur est, certes, performant, mais n’arrive pas à satisfaire toute la demande. Les sociétés américaines présentes à cette rencontre opèrent dans différents domaines, dont le médicament, la production de gaz médical et la construction.
Source : Horizons
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote
Old October 9th, 2010, 08:51 AM   #19
bidonv
Registered User
 
bidonv's Avatar
 
Join Date: Aug 2010
Location: Skikda-Algeria
Posts: 3,256
Likes (Received): 514

La décision sera entérinée lors de la prochaine réunion du CPE
Saidal récupérera des actifs publics et privés


Le Conseil des participations de l'Etat (CPE) doit valider lors de sa prochaine réunion, un plan de reprise de certains actifs dans le secteur pharmaceutique par le groupe public, numéro un du médicament en Algérie. Selon le quotidien électronique TSA, parmi les actifs à reprendre figurent le distributeur public de gros Digromed qui dispose de plusieurs unités à travers le pays. Une reprise qui permettra à Saidal de mieux distribuer ses produits et de renforcer sa position de numéro un sur le marché. Ce vaste plan d'acquisition de sociétés de distribution concerne aussi, l'Endimed et ses 800 pharmacies réparties à travers le pays. Le gouvernement a décidé récemment de renoncer à vendre au privé les pharmacies de cette entreprise publique. Le groupe public reprendra également des participations étatiques dans des entreprises mixtes, selon la même source. Il faut dire que le gouvernement veut faire de Saidal le principal acteur sur le marché national du médicament pour améliorer la distribution du médicament et sa disponibilité, d'autant plus que les pouvoirs publics ambitionnent de couvrir à l'horizon 2014 70 % des besoins du marché grâce à la production nationale. Et Saidal devra jouer dans ce sens un rôle central.
Ainsi, cette reconfiguration donne à Saidal la possibilité d'engager son plan de développement (16,7 milliards de dinars) en reprenant à son compte les actifs des entreprises publiques agissant sur le marché pharmaceutique. Le plan de développement envisagé par Saidal porte sur la création d'un centre de biotechnologie ; le gouvernement a donc donné son accord pour un crédit d'investissement d'un montant de 1,81 milliard de dinars pour financer l'infrastructure. Ce crédit, d'une durée de financement de 20 ans, est assorti d'un taux d'intérêt de 2%, avec un différé de cinq ans pour lesquels les intérêts seront à la charge de l'Etat.
Le groupe public de médicaments a bénéficié également de l'accord du CPE pour un crédit d'investissement pour la création du centre de recherche et d'un laboratoire de bioéquivalence pour 660 millions de dinars. Le CPE a, d'autre part, donné son accord à Saidal, pour la poursuite de son opération de mise à niveau avec un crédit de financement de 7,05 milliards de dinars, ainsi qu'un crédit de 9 milliards de dinars pour la réalisation de nouvelles unités de production de médicaments.
Ce crédit est octroyé pour une durée de financement de 20 ans assorti d'un taux d'intérêt de 4%, avec un différé de quatre ans pour lesquels les intérêts sont à la charge de l'Etat.
Notons par ailleurs que le groupe pharmaceutique public a signé la semaine dernière, un accord avec un cabinet d'études italien, CTP System. Lequel porte sur la modernisation et l'extension des capacités du groupe Saidal et ce dans le but de porter ses capacités de 135 millions à 298 millions d'unités, soit pratiquement le double des capacités de production. Cette étude, financée par un prêt accordé par le Fonds national d'investissement (FNI), sera entamée au cours du mois prochain pour une durée de 11 mois. Elle concernera 8 unités de production de médicaments relevant de Saidal et implantées essentiellement à Alger, Cherchell et Médéa. Saidal a été transformé en 2009 en groupe industriel autonome (GIA). Il a obtenu un crédit de 16 milliards de dinars du Fonds national d'investissement (FNI) pour le financement de son plan de développement et d'investissement. Le groupe a réalisé un bénéfice net de plus de 2,875 milliards de dinars en 2009 contre 1,32 milliards de dinars en 2008, selon son bilan publié le 24 juillet dernier. Le chiffre d'affaires du groupe public est passé de 9 milliards de dinars en 2008 à 10 milliards de dinars en 2009, selon la même source. Le ratio bénéfice net sur le chiffre d'affaires a évolué de 11,63% en 2008 à 23.58% en 2009. Le groupe public emploie plus de 4.300 salariés. Saidal, la société mère du groupe cotée à la Bourse d'Alger a décidé d'affecter 350 millions de dinars de son bénéfice net, qui s'élève à 952 millions de dinars, aux actionnaires.

Klilya B.

www.lemaghrebdz.com
bidonv no está en línea   Reply With Quote
Old October 25th, 2010, 02:25 PM   #20
UtopianSkyscraper
The Truth Is Out There
 
UtopianSkyscraper's Avatar
 
Join Date: Feb 2008
Location: République française
Posts: 5,539
Likes (Received): 277

Quote:
Annaba accueillera prochainement son 1er Salon international du médicament

Le 1er salon professionnel international du médicament et de l'équipement médical de la ville d'Annaba se tiendra du 28 au 30 octobre, ont annoncé hier les organisateurs.

Ce salon constitue une occasion pour les participants de "découvrir un nouveau marché et nouer des contacts" et se fixe pour objectif de "répondre aux besoins" des opérateurs du médicament et de l'équipement médical, a-t-on précise de même source.

L'organisation de cet manifestation a également pour objectif de promouvoir la région d'Est du pays dans le domaine du médicament et de l'équipement médical et de mobiliser les acteurs économiques, a-t-on ajouté.

Parmi les activités programmées pour ce salon, figurent deux conférences sur les thèmes du "diabètes type 2", et du "cancer du sein".
Source : El Moudjahid
__________________
We are not alone...
UtopianSkyscraper no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 06:43 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.8 Beta 1
Copyright ©2000 - 2014, vBulletin Solutions, Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like v3.2.5 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu