daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Forum Gratte-ciel Français > Actualité des villes > Villes en photos



Reply

 
Thread Tools Rate Thread
Old September 10th, 2005, 08:53 AM   #1
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

Geneve - metropole franco-suisse

Entre France et Suisse, la naissance d'une agglomération transfrontalière
LE MONDE | 09.09.05 | 14h12 • Mis à jour le 09.09.05 | 14h12
LYON de notre correspondante

C'est une nouvelle étape de la coopération franco-suisse : la délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (Datar) vient de retenir le projet de métropolisation "franco- valdo-genevoise". Le dossier, porté par l'Association régionale de coopération (ARC), présidée par le maire (PS) d'Annemasse (Haute-Savoie), Robert Borrel, et par Laurent Moutinot (PSG), conseiller d'Etat genevois, regroupe 111 communes françaises, les cantons de Genève et de Vaud, les départements de Haute-Savoie, de l'Ain et la région Rhône-Alpes, soit un bassin de 730 000 habitants.

L'objectif de l'association est de mettre sur pied une véritable agglomération transfrontalière, capable de mener un plan global de développement, compétente en matière de transports, d'urbanisme, de logement, d'économie, de formation, de santé, d'environnement et de culture. Il y a urgence !

EN FORTE CROISSANCE



Chaque année, le nombre de frontaliers, ces résidents français travaillant en Suisse, ne cesse de croître. La Haute-Savoie et l'Ain comptent 41 000 frontaliers actifs alors qu'ils étaient à peine 2 000 en 1963. Dans la seule agglomération d'Annemasse, 15 000 habitants sur 60 000 prennent chaque jour le chemin de Genève et 11 000 celui du canton de Vaud. Au total, la France dénombre autour de 75 000 frontaliers chez nos voisins suisses, en comptant aussi les binationaux qui vivent en France et travaillent en Suisse ainsi que les fonctionnaires internationaux. Depuis 1998, le mouvement ne cesse de s'amplifier : + 10,3 % en 2003, 15,1 % en 2004.

Longtemps, la porte de ce paradis suisse fut réservée à ceux qui avaient décroché un permis de travail, délivré au compte-gouttes en période de chômage. L'employeur suisse devait faire la démonstration auprès des autorités qu'il n'avait pas réussi à trouver un candidat helvète. L'employé français avait l'obligation de rester au moins deux ans dans la même entreprise.

Depuis le 1er juin 2002, la situation s'est simplifiée, avec l'entrée en vigueur progressive des accords bilatéraux signés entre la Suisse et l'Union européenne, qui ont instauré le principe de libre circulation des personnes et des biens. Depuis le 1er juin 2004, la priorité donnée aux résidents suisses a été abolie. Désormais, les frontaliers détenteurs d'un contrat de travail bénéficient automatiquement d'un permis de travail. Les contingents n'ont été maintenus jusqu'en 2007 que pour les autres ressortissants européens hors de la zone frontalière.



RETOMBÉES CONSIDÉRABLES



Pour les départements français limitrophes, les retombées économiques de cette proximité avec la Suisse sont considérables. L'évolution démographique en témoigne : entre 2002 et 2003, la population a augmenté dans la région franco-valdo-genevoise de 1,2 % alors que la progression moyenne en France ne dépassait pas 0,5 %, et en Rhône-Alpes 0,8 %.

La Haute-Savoie gagnait plus de 8 000 habitants en 2002 et l'Ain plus de 6 000. Le taux de chômage est particulièrement bas dans l'Ain et la Haute-Savoie comparé au reste de la France.

Mais la proximité de cet eldorado n'a pas que d'heureuses conséquences. Cela se traduit aussi par une hausse démesurée des prix de l'immobilier, par une raréfaction de la main-d'oeuvre, en particulier dans l'horlogerie ou la santé, où la difficulté à recruter des infirmières est patente, la restauration, le bâtiment, ou encore par un taux de délinquance élevé.

"Nous avons des besoins d'emplois , reconnaît Christian Dupessey, adjoint au maire d'Annemasse chargé des relations extérieures. Ici, il y a un problème de fidélisation des sala riés. Des gens viennent quelques mois puis passent en Suisse. Nos écoles forment des infirmières nous avons doublé notre promotion qui ensuite partent travailler de l'autre côté de la frontière ."

Pour les collectivités locales, la coexistence de ces deux catégories de travailleurs, les frontaliers et les travailleurs locaux, génère des problèmes d'équilibres sociaux. "Vivre avec le smic en Corrèze, c'est difficile, ici c'est pratique ment impos sible. Pour éviter que s'instaure une société à deux vitesses, la commune d'Annemasse consacre 18 % de son budget de fonctionnement au social. Nous avons 22 % de logements aidés, et pour la première fois les autres communes de l'agglomération ont accepté également de produire du logement social", poursuit M. Dupessey. La commune doit supporter également des flux routiers considérables. Entre 70 000 et 90 000 personnes passent chaque jour la frontière. A Annemasse, passent, chaque jour, 50 000 véhicules en transit.

"Il ne faut pas laisser penser que les frontaliers sont un poids pour les communes , tempère Jean-François Besson, un responsable du Groupement des frontaliers, une association d'entraide créée en 1963. Pour compenser, par exemple, le fait que les Français ne sont pas imposés en France sur le revenu, les cantons suisses rétrocèdent aux départements français 3,5 % de la masse salariale des frontaliers et les départements en redistribuent 60 % aux communes au prorata du nombre d'habitants frontaliers."

Comme la France, la Confédération helvétique est favorable à un renforcement de la coopération et appuie le projet d'agglomération. D'ici à 2007, les démarches franco-suisses devraient déboucher sur la signature d'un contrat de métropolisation et générer des financements. Les Suisses et les Français en sont convaincus : Genève constitue bien le coeur de ce bassin, la deuxième agglomération économique de Rhône-Alpes après Lyon.


Sophie Landrin


Des salaires plus élevés en Suisse
Salaires : en moyenne,à qualification égale, les salaires suisses net dépassent de 50 % les salaires français. Selon une étude de l'Office fédéral suisse de la statistique, en 2002, la moitié des salariés à Genève touchaient un salaire brut compris entre 4 713 et 8 305 francs suisses.Pour un quart d'entre eux,il est inférieur, mais pour le dernier quart, il est supérieur.Toujours selon cette étude,le salaire mensuel brut médian pour l'ensembledu secteur privé s'établità 6 062 francs suisses(3 930 euros).Conditions de travail : elles sont moins confortablesen Suisse qu'en France.S'ils gagnent mieux leur vie, expliquent les Suisses,c'est qu'ils travaillent plus.La durée hebdomadairedu travail se situe entre42 et 45 heures ; l'âge de la retraite est à 64 anspour les femmeset à 65 ans pour les hommes,et le nombre de semaines de congés payés est généralement de quatre semaines, parfois cinq.Protection sociale : jusqu'àla signature des accords bilatéraux, le frontalierdevait contracter à ses fraisune assurance-maladie.
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
 
Old September 10th, 2005, 08:55 AM   #2
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

RÉGIONS : Et si Genève était appelée à devenir le centre d'une métropole française?

Date de parution:
Samedi 10 septembre 2005
Auteur:
Luis Lema

GENEVE/FRANCE VOISINE. Paris a décidé de hisser l'agglomération genevoise au rang des métropoles que la France veut soutenir pour leur donner un rayonnement européen. Ce qui ouvre de nouvelles portes au cofinancement de projets communs.

Il est des petits plaisirs qu'on ne se refuse pas. Des deux côtés de la frontière franco-genevoise, on se passait hier par courrier électronique un article du Monde tombé à point nommé. «Entre France et Suisse, la naissance d'une agglomération transfrontalière»: un titre particulièrement réconfortant alors que la question des frontaliers a été happée, à Genève, par la campagne électorale.

Une décision inhabituelle
En réalité, l'article du Monde fait référence à une nouvelle remontant au 9 août dernier, mais passée jusqu'ici inaperçue. Confirmée depuis lors par un courrier du ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, c'était pourtant une décision inhabituelle: hisser «la métropole franco-valdo-genevoise» au rang des quinze métropoles françaises que Paris s'est donné pour tâche de soutenir activement, afin d'assurer «leur rayonnement européen».
La France part d'un constat: ses villes de taille moyenne, disséminées sur un territoire plus vaste, n'ont pas le moyen de rivaliser avec leurs voisines européennes. Il s'agit donc de favoriser leur développement dans une logique de «fonctionnement métropolitain».

«Une excellente nouvelle»
Certes, d'autres métropoles choisies par le Ministère de l'intérieur ont aussi un caractère transfrontalier, à l'instar de la région de Strasbourg. Mais il s'agit de la seule dont le centre, en l'occurrence Genève, se situe hors du territoire français. «Etant donné cette caractéristique, nous avions quelques craintes», reconnaît le conseiller d'Etat genevois Laurent Moutinot, qui a porté le dossier avec le maire d'Annemasse, Robert Borrel. «Mais au final, c'est une excellente nouvelle.»
Cette victoire s'accompagne pour le projet franco-suisse d'une enveloppe de près de 130 000 euros. Un montant qui servira, d'ici à 2007, à présenter des projets qui, à leur tour, pourraient être financés en partie par l'Etat français. «Ce qui nous intéresse, c'est de progresser en matière d'intégration. Nous ne voulons pas être placés devant un catalogue de projets, mais au contraire face à des stratégies cohérentes pour augmenter l'attractivité des agglomérations. Dans ce cas précis, le fait que le centre de gravité soit en Suisse ne nous pose pas de problème particulier», explique Jean Benoît Albertini, directeur à la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (Datar), à Paris. Le directeur cite comme exemples l'établissement de liaisons à grande vitesse, des projets universitaires ou des équipements culturels.

Diverses collaborations
Des deux côtés de la frontière, on confirme que cette initiative n'a de sens que si elle débouche sur des projets concrets. Laurent Moutinot: «On pourrait envisager, par exemple, une collaboration dans la formation du personnel soignant. Avec la mise en commun d'une école professionnelle, ou avec une compensation financière de Genève pour les infirmières formées en France voisine.» Robert Borrel: «En matière de logement, mon ambition est de parvenir à une politique foncière commune. Nous devrions être capables d'anticiper le développement régional et d'acheter par exemple des terrains ensemble, en vue d'une utilisation particulière.» Pour le maire d'Annemasse, l'affaire est entendue: «Nous devons aboutir à la formation d'un territoire cohérent qui devrait dessiner notre avenir pour les vingt prochaines années.»
L'acceptation par Paris de ce projet métropolitain est jugée d'autant plus bienvenue qu'elle coïncide avec des attentes similaires du côté de Berne. Voilà près d'une année qu'une petite équipe franco-suisse planche en effet sur un projet d'agglomération franco-valdo-genevoise. «Cela nous permet de travailler désormais sur un projet global, dans sa totalité, y compris du côté français», s'enthousiasme Frédéric Jocelyn, chargé de mission au sein de l'équipe. Dans l'immédiat, note-t-il, il s'agit «de faire comprendre à la population qu'elle partage un même bassin de vie, fort de 730 000 membres».

La peur du 25 septembre
«Nous sommes tous sur le même bateau», enchaîne Laurent Moutinot, en se montrant persuadé que la polémique actuelle à propos des frontaliers n'affectera pas une réalité régionale déjà largement entrée dans les faits. «Soit nous nous mettons tous d'accord intelligemment, soit c'est le désordre intégral et nous sortons tous perdants.» A Annemasse, Robert Borrel prend encore moins de gants: «Je suis effrayé par certains discours que j'entends aujourd'hui en Suisse. Cette sorte d'hostilité envers ce qui n'est pas suisse nous apporte des réminiscences de temps que l'on croyait totalement révolus.»

© Le Temps. Droits de reproduction et de diffusion réservés. www.letemps.ch
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 11:59 AM   #3
Manuel
Registered User
 
Manuel's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Posts: 9,952
Likes (Received): 15

"Chaque année, le nombre de frontaliers, ces résidents français travaillant en Suisse, ne cesse de croître. La Haute-Savoie et l'Ain comptent 41 000 frontaliers actifs alors qu'ils étaient à peine 2 000 en 1963. Dans la seule agglomération d'Annemasse, 15 000 habitants sur 60 000 prennent chaque jour le chemin de Genève et 11 000 celui du canton de Vaud. Au total, la France dénombre autour de 75 000 frontaliers chez nos voisins suisses, en comptant aussi les binationaux qui vivent en France et travaillent en Suisse ainsi que les fonctionnaires internationaux. Depuis 1998, le mouvement ne cesse de s'amplifier : + 10,3 % en 2003, 15,1 % en 2004."

>> ils y vont tous en bagnoles ???? oh misère si c le cas.
Manuel no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 02:20 PM   #4
Fredo
Le Havre, Porte Oceane...
 
Fredo's Avatar
 
Join Date: Jun 2004
Location: LE HAVRE - Centre
Posts: 7,847
Likes (Received): 496

Geneve et son port...Port réputé pour sa très puissante Marine Nationale Suisse...

J'adore les Tramway dans cette ville. Il y'en a partout, un peu comme en France avant guerre.
Fredo no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 02:56 PM   #5
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

ouais geneve et l'agglo c le paradis de la voiture, vraiment chiant (meme si ya des projets transfrontaliers comme un train geneve -> annemasse

sinon fredo geneve c pas la ville en suisse ou le tramway est roi loin de la (faut aller a zurich ou bern), geneve a fait comme les villes francaises: arracher toutes les voies/rails (sauf une) pour sacrifier au tout automobile puis recemment des nouvelles lignes ont ete reconstruites
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 03:21 PM   #6
Manuel
Registered User
 
Manuel's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Posts: 9,952
Likes (Received): 15

yes je confirme c Zurich et Bâle les best practises niveaux TC urbains, pas genève.
Manuel no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 03:56 PM   #7
Cyril
Particle XLR8R
 
Cyril's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Posts: 16,201
Likes (Received): 1669

Il y avait même un projet de tunnel routier sous le lac il fut un temps. Génève voulait un ring autoroutier complet qui ne pouvait passer que sous le lac.
Cyril no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 07:37 PM   #8
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

le projet de tunnel autoroutier ressort dans la presse de temps en temps poussé par le puissant lobby automobile a geneve

l'agglo genevoise est assez difficile a gerer en terme de traffic vu la configuration: petit centre ville et agglo faite de villes disperses (annemasse, st julien, gex, ferney... + plein de petits bleds) avec des autoroutes entre (LA!), il n'y pas vraiment eu jusqu'a maintenant de plan directeur ou de volonte global de faire qque chose, en plus l'urbanisation est tres limitee dans le canton de geneve et totalement desorganisee (type suburbaine) en france voisine (ain et haute savoie) du coup c le paradis de la voiture pour les frontaliers plus les gens venant de lausanne (meme si de ce cote la le train apporte pas mal et est super bien cadencé)
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 07:43 PM   #9
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

merde pb de serveur, mon post a ete poset 2 fois
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 10th, 2005, 11:57 PM   #10
Chrispic
Registered User
 
Chrispic's Avatar
 
Join Date: Aug 2004
Location: Montpellier
Posts: 2,020
Likes (Received): 1

Je suis un peu HS avec le sujet dans le sens où je ne vais pas en débattre, mais c'était juste pour dire que j'aime Genève et la Suisse, et y habiter plus tard dans ma vie, pourquoi pas Par contre c'est vrai que niveau circulation, pour le peu que j'y suis allé, c'est assez bouchonné.
Chrispic no está en línea   Reply With Quote
Old September 15th, 2005, 02:38 AM   #11
el tico
Guest
 
Posts: n/a
Likes (Received):

En tant que citoyen suisse, je me présenterais aux urnes avec un vote positif le 25 Septembre.
  Reply With Quote
Old September 15th, 2005, 09:47 AM   #12
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

merci, c'est vrai qu'on attend les résultats avec impatience, un non freinerait les relations UE/suisse
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 15th, 2005, 10:29 AM   #13
m@rco
Registered User
 
m@rco's Avatar
 
Join Date: Apr 2004
Location: Grenoble, FRA
Posts: 1,332
Likes (Received): 63

Quote:
Originally Posted by icon
... regroupe 111 communes françaises, les cantons de Genève et de Vaud, les départements de Haute-Savoie, de l'Ain et la région Rhône-Alpes, soit un bassin de 730 000 habitants.
Je trouve ce chiffre plutot eleve.

Au recencessement de 1999, les 21 communes francaises qui composaient l'agglomeration genevoise comptaient 108 700 hab.
Les 111 communes dont on parle et qui forment l'aire urbaine francaise de Geneve comptaient 216 200 hab.

Cela voudrait dire que le nombre d'habitants de la partie suisse de l'aire urbaine genevoise serait de l'ordre de 514 000 hab... Remarquez en y reflechissant et en comptant certaines communes du canton de Vaud, pourquoi pas. Bon, j'ai rien dit
m@rco no está en línea   Reply With Quote
Old September 15th, 2005, 11:13 AM   #14
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

il y a environ 440 000 habitants dans le canton de geneve
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 15th, 2005, 05:37 PM   #15
FroGGystyle
4807 meters...
 
FroGGystyle's Avatar
 
Join Date: Mar 2005
Location: Haute-Savoie 74
Posts: 81
Likes (Received): 0

730 000 habitants, cela me parait plutôt faible, ils doivent parler du bassin lémanique uniquement, cela serait interessant de se procurer la liste des 111 communes. A part ça, c est vrai que la circulation est de pire en pire, la nouvelle autoroute Annecy / Genève va être un vrai bonheur pour certains!

Mais à ce rythme la et vu l'espace qu'il y a dans nos vallées ça va vite ressembler aux autoroutes californiennes dans le secteur...
FroGGystyle no está en línea   Reply With Quote
Old September 16th, 2005, 10:11 AM   #16
m@rco
Registered User
 
m@rco's Avatar
 
Join Date: Apr 2004
Location: Grenoble, FRA
Posts: 1,332
Likes (Received): 63

Quote:
Originally Posted by FroGGystyle
730 000 habitants, cela me parait plutôt faible, ils doivent parler du bassin lémanique uniquement,
Comme quoi, certains sous estime l'importance de Geneve et d'autres la sur estime !

Qu'entends tu par "bassin lémanique uniquement" ? Que veux tu compter d'autre ? Annecy ? Lausanne ?

Quote:
Originally Posted by FroGGystyle
cela serait interessant de se procurer la liste des 111 communes.
Aussitot dit, aussitot fait !

Annemasse
Gaillard
Saint-Julien-en-Genevois
Gex
Ferney-Voltaire
Ville-la-Grand
Saint-Genis-Pouilly
Divonne-les-Bains
Ambilly
Vétraz-Monthoux
Reignier
Cranves-Sales
Prévessin-Moëns
Thoiry
Bons-en-Chablais
Douvaine
Viuz-en-Sallaz
Collonges-sous-Salève
Viry
Ornex
Saint-Cergues
Veigy-Foncenex
Fillinges
Cessy
Bonne
Valleiry
Pers-Jussy
Monnetier-Mornex
Versonnex
Péron
Contamine-sur-Arve
Messery
Boëge
Étrembières
Crozet
Ségny
Beaumont
Chens-sur-Léman
Sergy
Archamps
Feigères
Lucinges
Échenevex
Saint-Jean-de-Gonville
Arthaz-Pont-Notre-Dame
Massongy
Arenthon
Loisin
Collonges
La Tour
Neydens
Ballaison
Peillonnex
Challex
Sauverny
Cornier
Machilly
Bogève
Vulbens
Chevry
Nangy
Saint-Jean-de-Tholome
Habère-Poche
Cervens
Clarafond
La Muraz
Marcellaz
Cernex
Arbusigny
Ville-en-Sallaz
Brenthonne
Villard
Scientrier
Yvoire
Habère-Lullin
Pougny
Copponex
Présilly
Grilly
Farges
Menthonnex-en-Bornes
Andilly
Fessy
Burdignin
Bossey
Juvigny
Vers
Cercier
Saint-André-de-Boëge
Jonzier-Épagny
Lully
Savigny
Minzier
Léaz
Vesancy
Marlioz
Faucigny
Villy-le-Bouveret
Dingy-en-Vuache
Chaumont
Chênex
Nernier
Mégevette
Contamine-Sarzin
Saxel
Le Sappey
Chevrier
Vovray-en-Bornes
Saint-Blaise
La Chapelle-Rambaud
Chavannaz
m@rco no está en línea   Reply With Quote
Old September 16th, 2005, 11:24 AM   #17
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

les sociologues urbains de l'epfl parlent en effet d'une metropole lemanique allant de bellegarde a montreux, vu les commuting pour le travail c assez coherent
je ne sais plus si ils incluent annecy
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 16th, 2005, 05:42 PM   #18
FroGGystyle
4807 meters...
 
FroGGystyle's Avatar
 
Join Date: Mar 2005
Location: Haute-Savoie 74
Posts: 81
Likes (Received): 0

ça c 'est ce que j'appel du bon boulot merci m@rco, pour cette liste très interessante.
Elle confirme bien ce que je pensais, c est le bassin lémanique au sens restreint du terme = bassin genevois en fait, bien qu'elle prenne en compte des communes que je n'aurais pas imaginé, mais sans incidence sur les chiffres puisque très peu peuplées.

Les villes aux alentours (moins de 30 km du centre de Genève) telles que Annecy et Lausanne n'y sont pas. Tout ça me paraît assez exact, ça colle.
FroGGystyle no está en línea   Reply With Quote
Old September 16th, 2005, 07:26 PM   #19
icon
ubik
 
icon's Avatar
 
Join Date: Sep 2002
Location: Lyon/Geneva
Posts: 1,168
Likes (Received): 7

ouais mais en terme de metropole on pourrait eventuellement les compter, vu les flux notamment pour le travail
__________________
------------------------------------------------
icon
icon no está en línea   Reply With Quote
Old September 17th, 2005, 02:34 PM   #20
FroGGystyle
4807 meters...
 
FroGGystyle's Avatar
 
Join Date: Mar 2005
Location: Haute-Savoie 74
Posts: 81
Likes (Received): 0

Entièrement d'accord avec toi icon, pour moi elles sont indissociables tant ces trois villes dependent l'une des autres, les flux quotidiens y sont les plus importants. Et de toute façon on le voit très bien si on fait la route de Lausanne à Annecy l'urbanisation est continue.
FroGGystyle no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 04:23 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.8 Beta 1
Copyright ©2000 - 2014, vBulletin Solutions, Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like v3.2.5 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu