search the site
 daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Euroscrapers > Local discussions > Switzerland

Switzerland Schweiz Suisse Svizzera



Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools
Old January 10th, 2012, 01:08 PM   #21
Vaud
Registered User
 
Vaud's Avatar
 
Join Date: Sep 2011
Location: Canterbury\Genève
Posts: 815
Likes (Received): 1290

Quote:
Une antenne permanente de l’EPFL en Valais

Un accord de principe a été signé ce matin par le Conseil d’Etat valaisan et L'École polytechnique de Lausanne (EPFL). L'École va implanter onze chaires de recherche et de formation en Valais, en partenariat avec la HES-SO.


« C’est une journée historique à la fois pour le Valais et pour l’EPFL. » Jacques Melly, président du Conseil d’Etat valaisan ne cache pas sa joie de voir officialisé le projet de son canton avec l’école basée à Lausanne.
Le projet d'implantation de l'EPFL en Valais, présenté ce matin, prévoit la création dès 2014 de onze chaires dans le canton, en collaboration avec la HES-SO et des entreprises privées.



Un campus abritera ces chaires à Sion. « Mais les recherches se feront sur tout le territoire valaisan », précise Patrick Aebischer, président de l’EPFL. L’accent va, dans un premier temps, être mis sur la recherche et donc sur les doctorants. « Nous envisageons aussi de mettre sur pied des masters », a indiqué Patrick Aebischer.



Formation et recherche

Dès lors, la formation couplée à de la recherche aura aussi sa place. « Avec sept chaires en énergie, il paraît évident qu’un enseignement dans ce domaine pourra y être suivi. » But de cette implantation côté valaisan : augmenter l’attractivité et la compétitivité du canton en se servant de ses atouts et en développant les infrastructures et compétences déjà existantes.
continuer à lire: http://www.24heures.ch/suisse/Une-an...story/24176941
__________________
j' les trains
« Plus d'entrain pour la Suisse »
Visitez le Forum Suisse!
Vaud no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
Old May 19th, 2012, 07:19 PM   #22
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Valais: le premier hôtel en bottes de paille d'Europe

Quote:
18 mai 2012
Valais: le premier hôtel en bottes de paille d'Europe est en construction à Nax
Le bâtiment sera entièrement recouvert de ce matériau qui présente de nombreux avantages. Excellent isolant thermique et phonique, la paille, contrairement aux idées reçues, n'est pas si inflammable que ça.
Source: http://www.rts.ch/video/info/couleur...ion-a-nax.html


General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old August 21st, 2012, 11:54 PM   #23
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Sion: développement

Projets de liaison avec le Rhône, de nouveaux équipements, de logements, de transports: Sion se développe!

Quote:
GRANDS PROJETS
La ville de Sion poursuit son importante mue
Mis à jour le 21.08.2012
Après le centre-ville autour de la place de la Planta et la vieille ville, les quartiers extérieurs de la capitale valaisanne subissent de profondes transformations.


Image: http://www.zermattguide.ch/cms/index...d=14&Itemid=34

Débutée il y a plusieurs années, la mue de la ville de Sion se poursuit. Après le centre-ville autour de la place de la Planta et la vieille ville, les quartiers extérieurs subissent de profondes transformations.

La transformation de la gare est pratiquement terminée. L’exécutif de la ville porte maintenant les yeux vers le quartier au sud des voies ferrées. Tout cet espace, occupé par de vieux entrepôts et des bâtiments industriels surannés, est en complète mutation, a déclaré mardi le président de Sion Marcel Maurer.

Esthétiquement, cette zone n’est pas particulièrement belle. C’est un atout car il n’y ainsi aucune contrainte architecturale de respect d’un patrimoine bâti, a précisé M. Maurer. La ville souhaiterait y implanter un parking et espère que des commerces et un hôtel, qui manquent cruellement à Sion, s’y installent. Relier la ville et le Rhône

Le président veut aussi mieux relier la ville au Rhône. En ligne droite, il suffit de quelques minutes à pied pour rejoindre le centre ville et autant pour se rendre au bord du Rhône. Il imagine donc la création de passerelles pour permettre une circulation piétonne au-dessus des voies ferrées et une promenade vers le fleuve où de véritables quais pourraient voir le jour.

On veut aussi se doter d’une vraie salle de concerts et de spectacles. Le remplacement de l’actuelle salle, située à un jet de pierre du centre-ville, doit débuter dans les prochains mois pour être disponible vers 2016. Et même si la ville n’en est pas propriétaire, elle veut développer ce quartier qui n’a pratiquement pas évolué en trois décennies.

En pleine croissance

Sion dénombre actuellement près de 32’000 habitants et ne cesse de se peupler. «Cette croissance n’est pas un objectif politique», explique M. Maurer. Mais l’augmentation montre l’attrait de la ville dont le poids s’étend de plus en plus.

Un projet de campus universitaire entre la HES et une antenne de l’EPFL est à l’étude. Locomotive du projet d’agglomération qui réunit 13 communes voisines, Sion veut miser sur l’amélioration de la mobilité, dans la plaine mais aussi vers les communes du coteau.

La récente fusion avec la commune de Salins renforce encore le rôle du chef-lieu cantonal. «Il s’agit d’un geste politique fort», estime M. Maurer. Sion s’étend désormais jusqu’au pied des pistes de ski et peut devenir un acteur à part entière de l’économie touristique de montagne.

Créé: 21.08.2012, 16h22
http://www.24heures.ch/suisse/ville-...story/27298829
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old September 29th, 2012, 02:25 PM   #24
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Crans-Montana | Hôtel 5 étoiles controversé

Quote:
26 septembre 2012

VS: un complexe hôtelier de luxe provoque la polémique à Crans-Montana
C'est le projet immobilier d'un palace cinq étoiles comportant 450 lits qui est controversé.
http://www.rts.ch/video/info/couleur...s-montana.html

Last edited by General Electric; March 27th, 2013 at 05:24 PM.
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old October 5th, 2012, 12:36 AM   #25
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Sion: grande mue

Quote:
URBANISME Mercredi 25 juillet 2012
La grande mue de la capitale valaisanne
Marie Parvex
L’année 2012 est une étape clé pour la ville de Sion qui voit aboutir plusieurs projets en même temps


Sion est en plein essor. Un climat enviable, des impôts qui ont baissé, l’arrivée de nouvelles entreprises et l’investissement de 20 millions pour aménager le centre-ville ont lancé la capitale valaisanne dans «un bon trend», soutient Marcel Maurer, président de la commune depuis trois ans et demi. Alors que les élections approchent, le libéral-radical à tendance verte achève plusieurs projets (voir encadré) qui dessinent un visage précis pour la capitale du futur. «La colonne vertébrale du développement de Sion est posée», affirme-t-il.

Développement
de la zone industrielle

«La rue de l’Industrie au sud de la gare sera la ville du XXIe siècle.» A l’étroit entre ses châteaux, le coteau et le chemin de fer, Sion n’avait pas d’autres possibilités pour agrandir son centre-ville que d’investir la zone industrielle longeant la voie ferrée. «Aujour*d’hui, les Sédunois ne vont pas dans cette partie de la ville, faute d’un axe logique et agréable pour le faire. Demain, une passerelle au-dessus de la ligne de chemin de fer pourrait permettre d’aller de l’actuel centre-ville au bord du Rhône en dix minutes», explique Marcel Maurer.

Si la commune et le canton se mettent d’accord à la fin de l’été, c’est un campus comprenant des chaires de l’EPFL dans les domaines des énergies renouvelables, l’école d’ingénieurs et de nouvelles entreprises qui pourrait s’installer entre le sud de la gare et le quartier de l’hôpital. «Il pourrait s’agir d’une zone mixte avec des commerces au rez-de-chaussée, des bureaux et des appartements dans les étages», poursuit le président de la commune. Cette zone conduirait jusqu’aux bords du fleuve aménagés en promenade dans le cadre de la troisième correction du Rhône.

Sous les F/A-18

Reste pourtant un problème de taille: ce futur centre-ville est situé juste sous la zone d’approche de l’aéroport, utilisée par les F/A-18. «Nous souhaitons avoir une discussion avec les Forces aériennes parce que l’exploitation de l’aéroport par l’armée doit être coordonnée avec le développement futur de la ville», dit-il. Une demande qui n’a pas été exaucée jusqu’à aujourd’hui.

Construction
de plusieurs parkings

La nouvelle ville exige aussi de repenser la mobilité entre ses différents quartiers. «Depuis que nous avons fait du centre-ville une zone de rencontre où la circulation est limitée, les gens se parquent à l’extérieur et se déplacent à pied ou en vélo», dit Marcel Maurer. Plusieurs parkings seront donc construits en périphérie du centre et la zone de rencontre va être agrandie, entre autres jusqu’à la gare.

«Ces aménagements devraient voir le jour que je sois réélu ou pas puisqu’ils ont été approuvés à l’unanimité», affirme le libéral-radical, en réponse à ceux qui n’y voient que de belles intentions. En 2013, la commune investira prioritairement dans son projet de campus universitaire et dans diverses rénovations d’infra*structures. Elle poursuivra des études pour concrétiser son plan directeur dans un plan de zone, pour mettre en pratique le projet d’agglomération et celui de l’aménagement des berges du Rhône, pour créer des logements sociaux, etc.
http://emploi.letemps.ch/Page/Uuid/4...1#.UG4PQI7dN34
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old January 22nd, 2013, 09:01 PM   #26
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Prix Wakker 2013 pour Sion

Quote:
Sion s’impose comme modèle du renouveau urbain


La vieille ville de Sion.
Image: ARCHIVES/Keystone

Patrick Monay Sion le 22.01.2013 à 19:27
Une petite place au cœur de la vieille ville. Au sol, du verre pilé – inoffensif pour les petites mains! – et du gravier fin. Des fauteuils en plastique, que l’on peut aisément déplacer au gré des rencontres. Et des cerisiers qui, en se parant de fleurs roses à la belle saison, offrent une oasis de fraîcheur aux Sédunois. L’Espace des Remparts, transformé en 2007, symbolise le renouveau du chef-lieu valaisan. Jusque-là, il n’y avait dans ce secteur qu’une enfilade de places de parc et des garages.

Une petite place au cœur de la vieille ville. Au sol, du verre pilé – inoffensif pour les petites mains! – et du gravier fin. Des fauteuils en plastique, que l’on peut aisément déplacer au gré des rencontres. Et des cerisiers qui, en se parant de fleurs roses à la belle saison, offrent une oasis de fraîcheur aux Sédunois. L’Espace des Remparts, transformé en 2007, symbolise le renouveau du chef-lieu valaisan. Jusque-là, il n’y avait dans ce secteur qu’une enfilade de places de parc et des garages. «C’est devenu une sorte de boudoir, témoigne Renato Salvi, architecte de la Ville. Beaucoup de gens apprécient d’y venir pendant la pause de midi. Et c’est aussi le rendez-vous des amoureux.»

C’est ce courage politique qui a incité Patrimoine Suisse à décerner à Sion le Prix Wakker 2013, doté de 20 000 francs. Officialisée hier, la nouvelle constitue une grande première pour le Valais francophone. «Depuis dix ans, les autorités ont su réaménager et mettre en valeur les espaces publics, en y intégrant un mobilier urbain très sobre, relève Monique Keller, architecte au sein de l’organisation de protection du patrimoine. Elles ont aussi réussi à placer le paysage au centre du développement territorial.» Un paysage époustouflant sous le soleil de janvier: entre les immeubles de la rue de la Dent-Blanche, on peut admirer les sommets enneigés de la rive droite du Rhône.

L’Espace des Remparts se prolonge tout en douceur dans une rue pavée, en direction de l’avenue du Midi. Un salon de coiffure, un glacier, des cafés: les commerces bénéficient ici d’une quinzaine de pergolas métalliques et végétalisées, qui obligent les voitures à rouler au pas. Les piétons s’y sentent à l’aise. «Cette mixité des trafics est un bon compromis», juge Madge Mévillot, présidente des commerçants locaux. Si certains des membres de l’association ont vu leur chiffre d’affaires chuter durant les différents travaux entrepris, le bilan est aujourd’hui très favorable. Les terrasses des établissements publics, en particulier, font souvent le plein. «Cela attire du monde dans ce centre historique, qui est un petit bijou, poursuit Madge Mévillot. Chapeau à la commune, qui a envie de l’embellir.»

Richesses architecturales
Le Prix Wakker salue en outre la préservation du patrimoine bâti. Sion se distingue en effet par une série de bâtiments remarquables, construits entre 1850 et 1975. «C’est l’un des patrimoines les plus importants de Suisse en la matière», souligne Monique Keller. Exemple de cette richesse méconnue: les Galeries du Midi, tout près de la place du même nom. Bon nombre de clients de ce magasin de vêtements ignorent sans doute qu’ils pénètrent dans un joyau de l’architecture du siècle dernier. Or, ce bâtiment largement vitré, de forme arrondie, a été édifié en 1963, avant d’être rénové avec le plus grand soin par les autorités sédunoises. «Cela n’allait pas de soi, en raison des prescriptions thermiques et sismiques actuelles», note Monique Keller.

Mais la métamorphose de Sion ne se limite pas à son centre-ville. «Nous voulons récompenser un projet global, une vision d’avenir pour l’ensemble des quartiers», indique Philippe Biéler, président de Patrimoine Suisse. La Ville vient ainsi de proscrire toute nouvelle habitation dans un secteur aussi privilégié que convoité, autour du Couvent des capucins. Elle prévoit en outre d’aménager des préaux d’école de manière «à les rendre aux habitants» en dehors des heures de cours. Même un édifice aussi anodin que la voirie, en pleine zone industrielle, a été doté d’un parking arborisé.

«Cette distinction prouve que ce canton n’est pas aussi caricatural qu’on veut bien le dire», glisse le président de la section du Valais romand de Patrimoine Suisse, Rafael Matos-Wasem. Il encourage néanmoins les autorités à poursuivre leurs efforts, notamment en termes de densification de l’habitat. Le président de Sion, Marcel Maurer, lui répond en désignant le quartier de la Gare, où s’élèveront bientôt un complexe immobilier et un campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne: «Il y a là un potentiel énorme pour faire grandir cette ville de façon intelligente, sans déborder, et en respectant les espaces verts.»
article en ligne: http://www.24heures.ch/suisse/ville-...story/24203639


Image: http://www.zermattguide.ch/cms/index...d=14&Itemid=34
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old March 27th, 2013, 05:22 PM   #27
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Crans-Montana | Lindner Hotel Rhodania de Mario Botta

Quote:
26.03.2013 - Sierre
L'architecte tessinois Mario Botta va dessiner les nouvelles courbes de l'Hôtel Rhodania à Crans-Montana.


Le bâtiment actuel sera détruit. Crédit: Sabine PAPILLOUD

"C’était un jour où il faisait un temps magnifique. Mario Botta était sur la terrasse de l’Hôtel Rhodania à Crans-Montana. L’atmosphère du lieu lui a plu, comme l’emplacement du futur hôtel, proche du centre et en même temps du parcours de golf. Le lendemain déjà, Mario Botta esquissait ses premières idées". Marc Lindner, propriétaire des lieux et sa famille ont tout de suite eu le coup de foudre pour le projet proposé par l’architecte tessinois. "Avec la commune de Lens, nous avions convenu qu’il fallait que le nouvel hôtel soit quelque chose d’exceptionnel, qu’il ait une signature. Nous avons donc pensé à Mario Botta qui a accepté le challenge" raconte le propriétaire.

Dans ce projet - tout comme dans d’autres d’ailleurs - l’architecte tessinois a réinventé les formes les plus simples: rond, carré, rectangle et il les décline en de multiples combinaisons. Depuis toujours, le Tessinois a compris que la maîtrise de la lumière n’est possible que par la simplicité des formes. Dans deux ans, le nouveau Lindner Hôtel Rhodania, avec un volume d’investissement de 60 mios de francs, proposera 115 chambres de catégorie 4 étoiles supérieur, 1000 m2 pour le spa, des espaces pour congrès et conférences et une vue imprenable, notamment sur le parcours de golf.

Par C.D.
Source: http://www.lenouvelliste.ch/fr/valai...el-496-1147937

Quote:
26 mars 2013

Crans-Montana (VS): « Lindner Hotel Rhodania » est le nouveau projet de l'architecte Mario Botta

Ce complexe de 60 millions de francs a été initié il y a plus de dix ans mais retardé par de nombreuses oppositions.

http://www.rts.ch/video/info/couleur...rio-botta.html
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old July 9th, 2013, 06:04 PM   #28
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Cabane du Mont-Rose

Quote:
LA VEDETTE FUTURISTE DES ALPES SUISSES N’EST PAS UN HÔTEL
Cabanes du Club alpin (2/6) Inaugurée en grande pompe en 2010, la nouvelle cabane du Mont-Rose (2883 m) attire des amateurs parfois peu au fait de son rôle exact


La nouvelle cabane jouit d’une situation magnifique face au Cervin.


L’ancienne cabane en pierre (1939) avait remplacé un refuge en bois (1894).

Loin du brouhaha de la civilisation, la nouvelle cabane du Mont-Rose trône à 2883 m face au Cervin. Pourtant, les multiples torrents qui serpentent en contrebas, sous le glacier du Gorner, ne sont pas les seuls à venir troubler le calme de ce décor alpin d’une beauté saisissante. Dans le réfectoire du bâtiment octogonal, la sonnerie du téléphone retentit à intervalles réguliers. Depuis l’ouverture au public de cette construction high-tech, en mars 2010, les questions des interlocuteurs ont de quoi étonner le gardien et ses aides. «Un homme m’a un jour demandé s’il y avait suffisamment de places de parc à côté de la cabane», raconte le sourire aux lèvres, Stefan Schlager, employé de la cabane. Question farfelue dans un endroit qu’on atteint après quatre heures d’une marche technique aux nombreuses embûches pour un randonneur peu habitué à la haute montagne.

Après à peine quatre mois de gardiennage à la cabane du Mont-Rose, l’Autrichien de 32 ans a tout un tas d’anecdotes du genre à partager. «Où se trouve le sauna?», «Pourquoi ne peut-on pas se connecter au wi-fi?», «Le petit-déjeuner à 7 h c’est trop tôt, peut-on manger plutôt à 9 h?» Toutes ces demandes, saugrenues dans ce contexte, sont révélatrices d’une tendance née avec la nouvelle cabane.

Cabane tout confort
Largement médiatisée, la cabane du Mont-Rose constitue désormais un but d’excursion à part entière et attire un nouveau genre de clients, plus touristes qu’alpinistes. Avec sa mutation, le bâtiment a perdu un peu de son sens premier: celui de refuge étape sur le chemin d’un sommet.

Ni spartiate ni exiguë, la construction ressemble davantage à un hôtel qu’à une cabane traditionnelle en pierre. Finis les dortoirs aux couchettes étriquées où l’on dort le nez de son voisin dans l’oreille, place aux chambres de quatre à huit personnes avec espace vital suffisant. Spacieuses et lumineuses, les parties communes invitent à la détente. Le bâtiment, qui peut accueillir 120 dormeurs, compte même des douches, un luxe insensé pour les alpinistes conservateurs!

Gardien des lieux depuis quatorze ans, dont dix dans l’ancien refuge, Horst Brantschen est un témoin privilégié de ces changements. «L’atmosphère est très différente entre les deux cabanes», confirme-t-il, laconique comme il se doit pour un montagnard. Plus disert, son aide détaille: «les règles imposées, comme le couvre-feu à 22 h ou le fait de débarrasser la table après le repas, sont plus difficiles à faire respecter.» La cohabitation entre alpinistes chevronnés et randonneurs du dimanche occasionne parfois incompréhensions et petites frictions. Assis à l’ombre de la construction à six niveaux, on comprend sans peine ce qui attire les curieux sur ces hauteurs. Le bâtiment en forme de cristal de roche surplombe le glacier du Gorner.

Cette majesté glacée tout en plis et crevasses cède toujours davantage de terrain à la pierre, laissant apparaître un rocher poli fait de strates colorées. Tout autour du glacier se dresse un cortège de sommets, dont la star des montagnes helvétiques: le Cervin. Les espaces communs offrent un point de vue privilégié sur la célèbre montagne. Plus haut sommet de Suisse, la pointe Dufour (4634 m) s’élève à l’arrière de la cabane. Par temps dégagé, le coucher de soleil sur les cimes clôture le repas aussi agréablement qu’un café génépi.

Une vue qui se mérite
La vue vaut le détour, certes, mais elle se mérite. Pendant les quatre heures (au minimum) que dure la marche, on relâche rarement sa concentration. Passée la première partie du parcours sur un chemin à flanc de coteau, les passages techniques se succèdent: échelles vertigineuses, crevasses, champs de rochers instables, escaliers faits de fers à béton… Vigilance et attention sont essentielles, tout comme un équipement adéquat (crampons, bâtons, piolets) et une bonne condition physique. La présence d’un guide peut s’avérer rassurante, voire nécessaire pour les marcheurs peu expérimentés.

Dormir en altitude
Après un repas roboratif et une partie de jass, les yeux ensommeillés et les jambes lourdes trahissent le besoin de repos des marcheurs. Pas besoin de sortir de la cabane pour se brosser les dents, ce qui n’empêche pas de jeter un dernier coup d’œil aux sommets qui luisent doucement dans le crépuscule avant de se glisser sous le duvet.

Après une nuit de sommeil, qui peut être troublée par les effets de l’altitude, le solide petit-déjeuner achève de remettre les randonneurs d’aplomb. Il ne reste plus qu’à protéger les éventuelles cloques récoltées la veille, à quitter les confortables chaussons de la cabane pour enfiler ses chaussures de marche et récupérer ses bâtons avant de se lancer dans la descente.
Prix pour non-membres du CAS, nuitée: 45 fr. pour les adultes, 28 fr. pour les jeunes (7-17 ans). Demi-pension (souper et déjeuner): 38 fr. Réservations via le site internet www.section-monte-rosa.ch ou par téléphone 027 967 21 15.
Anne Rey-Mermet TextesFlorian Cella Photos
24 heures du 9 juillet 2013
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old September 18th, 2013, 02:57 PM   #29
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Le Bouveret: projet immobilier mal desservi et en zone inondable

Quote:
LE BOUVERET (VS)
Un vaste projet immobilier prévu en zone inondable
La cité du bout du lac se met en quatre pour rendre constructible un terrain inondable et mal desservi



Vu du ciel, c’est un immense rectangle vert, cerné de villas. Un terrain agricole de 60 000 m² desservi uniquement par la route de la Lanche, sur laquelle les voitures peinent à se croiser. C’est pourtant ce site très enclavé, à proximité du Rhône, qui est prévu pour accueillir la future Résidence du Fort. Porté par la Sàrl Habitat Construction Générale, basée à Collombey (VS), ce projet immobilier d’envergure prévoit à long terme – le promoteur parle d’une planification sur 20 ans – la construction de 150 villas. Dans un premier temps, soit ces 5 prochaines années, 40 d’entre elles devraient être réalisées.

Dernier grand terrain
Le plan d’aménagement détaillé avait été mis à l’enquête l’année dernière. Qu’en est-il aujourd’hui? «Le dossier est toujours entre les mains du Canton du Valais, car il doit être affiné. Les oppositions – une trentaine – devraient être contournables», affirme Pierre Zoppelletto, président de la Commune de Port-Valais.

Motifs des oppositions? «Il s’agissait prioritairement de soucis d’évacuation des eaux de surface et d’accès», résume Pascal Dubuis, directeur d’Habitat Construction. Car la surface, régie par un seul et même plan d’aménagement détaillé – le PAD 13 – se trouve en zone inondable «à cause du Rhône, précise Pierre Zoppelletto. Mais cela ne sera plus le cas d’ici à 2015, avec la construction d’une digue d’une longueur de 800 m à 900 m, prévue dans le cadre de la correction du fleuve.»

Le terrain à bâtir sert actuellement de réservoir naturel en cas de fortes pluies. «Lorsqu’il pleut, il est totalement inondé», précise un opposant, domicilié à proximité. Quelle était la nécessité de prévoir un projet immobilier dans une zone inondable? «Tout le périmètre alentour est bâti; pour nous, il était logique d’y construire également, justifie le président de Commune. Il reste une parcelle (ndlr: la zone B sur l’infographie ci-contre) , propriété d’un paysan qui va vendre car il arrête la paysannerie. La surface totale est énorme; c’est la dernière zone de cette importance au Bouveret.»
De son côté, le promoteur assure que la problématique des eaux sera résolue. «Nous avons intégré à notre projet – dont l’étude globale a été faite avec l’urbaniste communal – une zone tampon inondable pour absorber les eaux du quartier, précise Pascal Dubuis. La Commune, elle, finalise son réseau d’évacuation des eaux et nous lui avons laissé un bout de terrain pour qu’elle puisse prolonger le canal du petit Rhône, qui est utilisé lors d’importantes précipitations.»

Impact routier réduit
Quid du second écueil, à savoir la circulation des camions sur la route de la Lanche? «Elle ne permet pas de croiser sans monter sur le trottoir, qui sert également de pistes cyclables», souligne un riverain. Un véritable problème sur cette voie très fréquentée par les écoliers. «La construction des 40 premières villas se fera à raison de 7 ou 8 par an; il n’y aura pas 200 camions par jour, assure Pascal Dubuis. L’impact sera respectueux des voisins et de l’environnement.»

La mise à l’enquête publique des 40 villas pourrait intervenir «d’ici à la seconde quinzaine de septembre, voire début octobre», selon Pierre Zoppelletto. Le Canton du Valais, lui, ne se prononce pas tant que le dossier n’est pas traité dans son intégralité.

Romaric Haddou Patrice Genet

Quote:
LE BOUVERET A LA COTE

Ajouté aux bâtiments prévus face à la marina, ce complexe de résidences du Fort témoigne de la forte attractivité de la commune du bout du lac. Président de Port-Valais, Pierre Zoppelletto l’atteste: une grande partie des nouveaux habitants provient du canton de Vaud voisin: «Les prix des terrains et des locations sont plus bas, et nous avons des impôts modérés», énumère le président. La commune risque-t-elle de devenir victime de son succès, sur le plan notamment de ses infrastructures? Non, estime l’édile. L’échelonnement des constructions doit permettre à la collectivité d’intégrer en douceur les nouveaux venus, notamment sur le plan scolaire. Il précise que «deux nouvelles classes seront de toute façon mises en place l’an prochain», assurant une marge suffisante en cas d’afflux important.
R.H.
24 heures du 12 septembre 2013
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old February 19th, 2014, 01:08 AM   #30
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Aminona, un rêve russe en chantier

Quote:
TOURISME
Aminona, un rêve russe en chantier
Après avoir connu bien des péripéties, le mégaprojet valaisan semble prêt à démarrer. Enquête


Une quinzaine de bâtiments hôteliers, quarante chalets, cinq nouvelles tours, un parking, des commerces... Cette image montre le projet du nouveau complexe hôtelier d’Aminona, sur le Haut-Plateau. Les premiers travaux devraient commencer en avril. DR

Le 27 avril prochain, la télécabine d’Aminona, à l’extrémité est du domaine skiable de Crans-Montana, transportera ses derniers clients. Fin de concession fédérale pour cette installation vétuste, qui dessert notamment une belle piste de luge. Revivra-t-elle un jour? Tout semble dépendre d’Evgeny Kogan, 25 ans. Ce citoyen russe, fils d’un richissime homme d’affaires de Saint-Pétersbourg, est désormais à la tête du mégaprojet hôtelier haut de gamme d’Aminona. Et le remplacement de la télécabine fait partie intégrante de ses plans, devisés au total à 650 millions de francs.

Depuis son lancement, en 2007, cette aventure a déjà été marquée par la faillite du promoteur initial, le groupe russe Mirax, puis par l’emprisonnement du repreneur, Sergueï Polonski. Sans oublier l’opposition féroce de plusieurs associations de défense de la nature (lire ci-dessous). En juillet 2012, le Tribunal fédéral donnait le feu vert définitif à la construction des 15 premiers bâtiments hôteliers. Mais on n’a pas encore vu la moindre pelleteuse dans la vaste clairière censée les accueillir. De quoi susciter la méfiance des autorités locales? «Non, même si nous sommes un peu inquiets», confie Stéphane Pont, président de Mollens, considéré comme le principal soutien des investisseurs successifs.
Après avoir rencontré Evgeny Kogan à trois reprises, l’édile évoque un homme «sérieux et bien entouré». Le tout jeune président d’Aminona Luxury Resort and Village SA (ALRV), fraîchement domicilié à Mollens, a démontré ses intentions en acquérant les terrains nécessaires à des privés – pour 16 millions de francs, dit-on. «Il a aussi payé sans problème les 500 000 francs de taxes d’autorisation de construire qu’il restait à régler», ajoute Stéphane Pont.

Actionnaire chypriote
L’origine de ces fonds? Anna Pozdnyakova, directrice du projet, déclare que son nouveau patron représente l’actionnaire unique d’ALRV, une société basée à Chypre, du nom de Globecrest. Elle est «active dans l’immobilier et la finance, et liée aux affaires de la famille Kogan en Russie», indique cette parfaite francophone, qui travaille entre Genève et Mollens. Globecrest étant introuvable sur internet, on n’en saura pas davantage pour l’heure. Précisons toutefois que Vladimir Kogan, le père d’Evgeny, fut vice-ministre du gouvernement Poutine.

Quoi qu’il en soit, Anna Pozdnyakova annonce que le chantier démarrera ce printemps, dès que les conditions météo le permettront. L’adjudication des travaux est voie de finalisation, dit-elle, «tout comme les contrats avec les banques». Des établissements suisses? «Oui», répond la jeune directrice, visiblement impatiente de s’attaquer à la phase de concrétisation, prévue sur deux ans et demi. «Nous espérons que l’ensemble du projet sera autorisé. Mais ses différents secteurs ont été conçus de manière indépendante.» Autrement dit, les résidences hôtelières pourraient fort bien sortir de terre avant même que les nouvelles tours d’Aminona (lire ci-dessous) aient franchi le cap de l’enquête publique.

«Des lits chauds»
Le mois dernier, c’est un autre volet du projet qui a reçu l’aval – partiel – du Tribunal fédéral. Vingt-sept chalets individuels pourront être bâtis, alors que quarante unités étaient envisagées. «Pour les autres, il y aura des retouches à faire, notamment pour respecter la distance minimale avec la forêt. Et quelques-uns devront sans doute être abandonnés, explique Stéphane Pont. L’important, à notre avis, c’est que la justice ait validé cette zone à bâtir, inscrite comme telle depuis 2000 dans notre plan de zones.» ALRV se réjouit aussi de cette décision, qui facilite les contacts avec les exploitants potentiels du futur complexe. «Ce sera un grand opérateur international», affirme Anna Pozdnyakova.

On parle de 1100 nouveaux lits hôteliers, alors que le plateau de Crans-Montana n’en totalise que 2300. Ce gigantisme n’effraie-t-il pas la petite commune de Mollens? «La région manque de capacité d’hébergement lors de grands événements. Ici, ce seront des lits chauds, pas des résidences secondaires, souligne Stéphane Pont. Et puis, cette surface étant constructible, autant exploiter son potentiel en une fois, de manière coordonnée, plutôt que par petits morceaux.» La directrice d’ALRV ajoute que les lits 4 à 5 étoiles d’Aminona se veulent «complémentaires» à l’offre existante. Alain Duc, président des hôteliers de Crans-Montana, se montre néanmoins prudent: «Je ne connais pas les détails de ce projet.»

Paul-André Roux, ex-administrateur d’ALRV et actuel président de la Chambre immobilière valaisanne, juge pour sa part que le dossier d’Aminona est solide. «Sept hectares situés plein sud, au pied des pistes de ski, avec une vue aussi fabuleuse, c’est unique en Europe! Ce complexe hôtelier va dans le sens de ce que veut l’Etat du Valais en matière de tourisme.» Et le mystérieux Evgeny Kogan, qu’il appelle Eugène? «Il a les moyens de ses ambitions», tranche Paul-André Roux.

Garantie bancaire
Les autorités de Mollens cherchent malgré tout à éviter le cas de figure du chantier interrompu, faute de financement. Un cas de figure douloureux, vécu ici même dans les années 1970: seules trois des 21 tours (!) projetées à Aminona avaient été érigées lorsque le promoteur de l’époque avait sombré… Stéphane Pont dit avoir défini des règles de départ claires, encore valables aujourd’hui: paiement de toutes les taxes avant travaux, renouvellement obligatoire de la télécabine, et surtout versement d’une garantie bancaire de 5% du devis global. «Soit près de 35 millions, qui nous permettraient, selon l’état d’avancement du chantier, de remettre en état le terrain, d’achever les travaux ou de chercher un repreneur.»

Suffisant pour avoir l’esprit tranquille avant le premier coup de pioche? «Avec un investisseur étranger, on n’a jamais de certitude à 100%, concède le président de la commune. Mais nous devons sauver Aminona!»
Patrick Monay Mollens (VS)

Quote:
LES ASSOCIATIONS ÉCOLOGISTES DÉTERMINÉES À LUTTER

Pas moins de quatre associations écologistes tentent de barrer la route aux bâtisseurs d’Aminona: le WWF, Patrimoine Suisse, Helvetia Nostra et la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage. «La zone à bâtir contestée fait partie des surfaces surdimensionnées et mal situées qui caractérisent une pratique de l’aménagement obsolète», argumentaient-elles en 2011.

Déboutées l’année suivante au sujet des quinze bâtiments hôteliers, ces organisations saluent aujourd’hui une «petite victoire», synonyme de «coup de frein» au projet. A la suite de leurs recours, le Tribunal fédéral exige des promoteurs qu’ils revoient à la baisse la partie dévolue aux chalets individuels. «Cela rend la réalisation plus difficile encore», espère le président de la section valaisanne de Patrimoine suisse, Rafael Matos-Wasem. Il doute par ailleurs que des banques acceptent de s’aventurer «sur des terrains aussi mouvants». Les étapes procédurales à venir s’annoncent serrées elles aussi, les opposants étant bien décidés à poursuivre le combat. Le WWF, par exemple, conteste aussi l’édification des nouvelles tours d’Aminona, alors que Patrimoine suisse se montre moins catégorique sur ce point.
Quote:
EN CHIFFRES

Le complexe projeté à Aminona, devisé à 650 millions, entend compléter les trois imposantes tours construites au début des années 1970 au pied des pistes de ski. Dessiné sur une surface de 70 000 m2, il s’articule en cinq axes:

Quinze bâtiments hôteliers de 4 à 5 étages, pour 315 chambres (autorisation de construire en force). A elle seule, cette partie pèse 200 millions de francs (sur 650 à 700 millions au total).

Quarante chalets individuels , environ, à vocation hôtelière (autorisation partielle).

Cinq nouvelles tours de 10 à 13 étages, abritant des appartements destinés à la location (procédure en cours).

Une zone publique englobant le départ de la nouvelle télécabine, un parking et des commerces (procédure en cours).

- une zone destinée à l’accueil des clients et au logement du personnel (procédure en cours).

Au total, les promoteurs visent la mise à disposition de 1100 nouveaux lits touristiques .
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old May 31st, 2014, 11:32 AM   #31
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 414
Likes (Received): 15

Contrat remporté pour la construction du nouveau Swisscom Business Park à Sion



A partir de fin 2015, les collaborateurs Swisscom du site de Sion ainsi qu’une partie de ceux de Sierre occuperont des postes de travail plus modernes. En comptant les apprentis, l’entreprise emploie sur ces sites environ 500 personnes qui travaillent actuellement dans différents bâtiments. Dans un souci d’efficacité, tous les postes de travail vont être regroupés au sein d’un nouveau Business Park. A la pointe des derniers développements en matière d’écologie, d’ergonomie et de technique de travail, celui-ci répondra pleinement aux exigences de Swisscom. Conçu par le bureau d’architecture Suter Sauthier & Associés SA, engagé dans le cadre du mandat de planification générale d’Emch + Berger SA, le complexe immobilier comportera cinq étages et deux niveaux de sous-sol, dont l’un des derniers sera dédié à un parking d’environ 90 places de stationnement. Le rez-de-chaussée hébergera une cafétéria ainsi qu’une zone de conférence. Aux étages supérieurs, il est prévu de créer quelque 440 postes de travail. Les étages de travail aménagés en open space permettront une répartition de l’espace de bureau en fonction des besoins individuels. Le nouveau Business Park sera également très performant en termes de développement durable. Ainsi, le bâtiment sera chauffé et refroidi par une pompe à chaleur utilisant la nappe phréatique. Une installation photovoltaïque est prévue sur le toit. Ce complexe immobilier satisfera à l’exigeante norme Minergie P-Eco.

Les travaux de construction débuteront en juin 2014 et dureront jusqu’à l’automne 2015, de sorte que les utilisateurs pourront emménager dès début 2015. L’Entreprise générale d’Implenia assumera la responsabilité globale de la réalisation du projet qui représente un volume d’investissement total de plusieurs dizaines de millions. La responsabilité de l’exécution incombera à la Division Construction Suisse Romande d’Implenia ainsi qu’aux spécialistes des Travaux spéciaux de génie civil. Grâce à la collaboration entre Divisions, Swisscom bénéficie du savoir-faire intégré du Groupe Implenia et d’un nombre d’interfaces réduit.

30/05/2014


http://www.immo-swissnews.ch/Contrat...ion_a2703.html
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old October 3rd, 2015, 12:16 PM   #32
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

4 ème voie de Viège

Quote:
50 millions de francs pour une quatrième voie à Viège
Les CFF espèrent optimiser le trafic ferroviaire depuis Brigue en direction de Lausanne et de Berne. Plus...
02.10.2015
http://www.24heures.ch/suisse/suisse...story/13302974
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old September 17th, 2016, 01:02 PM   #33
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Valais LAT

Quote:
Le spectre du dézonage hante toujours le Valais
La version allégée de la loi fédérale, négociée par le Conseil d'Etat, ne rassure pas certains élus locaux Plus...
Par Patrick Monay 10.09.2016
http://www.24heures.ch/suisse/spectr...story/16615013
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old September 26th, 2016, 01:43 PM   #34
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Collombey-Muraz (VS): Constantin city (site ex-Tamoil)

Quote:
Constantin veut une cité à la place de la raffinerie



Collombey-Muraz (VS) Le promoteur valaisan aurait signé une promesse de rachat du site avec Tamoil. Plus...
Par Marie Nicollier 25.09.2016
http://www.24heures.ch/vaud-regions/...story/22677200
General Electric no está en línea   Reply With Quote
Old September 27th, 2016, 01:44 AM   #35
quimporte
Registered User
 
quimporte's Avatar
 
Join Date: Jan 2013
Location: Lake Geneva Area
Posts: 2,431
Likes (Received): 370

Qui pense vraiment que ce projet verra le jour? Pas moi en tout cas. Je ne vois aucun intérêt (si ce n’est pour le promoteur) à construire une telle ville nouvelle, une Brasilia à la sauce helvétique bien fade.

Telle qu’elle est présentée, elle ne ressemble absolument pas à une ville comme je la conçois. Dépourvue de toute centralité, elle se développe comme un vaste quartier résidentiel, mais sans connexion avec la moindre ville. Cela va à l’encontre de tout ce que prône la LAT (et le bon sens). C’est le modèle de ville morte par excellence.

Ce type de cité paysagère ne fait que contribuer au mitage du territoire. On devrait profiter du démantèlement du site Tamoil pour rendre ce terrain à la nature ou éventuellement à l’agriculture, mais sûrement pas pour bétonner encore un peu plus le territoire.

A mon avis, il serait temps de restreindre drastiquement l’empreinte humaine sur le paysage en construisant plus densément et en libérant du terrain pour la faune sauvage. Il y a déjà suffisamment de villes à densifier avant que l’on ait besoin d’en construire des nouvelles. Surtout si c’est pour reproduire un modèle totalement dépassé.

Ou alors il faudrait au moins s’essayer à un peu à l’utopie. A un modèle de ville du futur qui rompe avec tout ce qui existe déjà: dense, compacte, en hauteur, végétalisée, sans voitures, autosuffisante, agréable à vivre. Un projet expérimental comme Hypérions qui réunirait les Hautes Ecoles, les architectes, les paysagistes, les habitants les moins psychorigides, etc., pour concevoir la ville idéale. Là, cela serait effectivement une grande chance pour tous. Mais pas une Constantinople qui ne gonflerait que le porte-monnaie d’un certain personnage.
__________________
The city that I like is densely built up.

Last edited by quimporte; December 16th, 2016 at 03:48 PM.
quimporte no está en línea   Reply With Quote
Old December 16th, 2016, 03:50 PM   #36
quimporte
Registered User
 
quimporte's Avatar
 
Join Date: Jan 2013
Location: Lake Geneva Area
Posts: 2,431
Likes (Received): 370

En Valais, on ne devrait plus seulement limiter les constructions, mais carrément forcer la déconstruction de ces verrues alpines. Ils ont de façon une drôle de conception de la nature dans ce canton.

Quote:
Renoncer au chalet pour préserver les Alpes

Pour éviter le déclin, les stations hivernales doivent se densifier. C’est une thèse en architecture qui le dit. La doctorante Fiona Pià propose des solutions concrètes et innovantes pour Verbier, un exemple édifiant des problèmes actuels.

EPFL

Dossier de presse: http://bit.ly/UrbanizeAlps
__________________
The city that I like is densely built up.

Last edited by quimporte; December 16th, 2016 at 04:00 PM.
quimporte no está en línea   Reply With Quote
Old December 16th, 2016, 04:09 PM   #37
quimporte
Registered User
 
quimporte's Avatar
 
Join Date: Jan 2013
Location: Lake Geneva Area
Posts: 2,431
Likes (Received): 370

Quote:
Le fantasme olympique de Christian Constantin

Déposée ce jeudi, la candidature romande aux Jeux d’hiver de 2026 entend transformer le site de la raffinerie de Collombey-Muraz en ville olympique écologique. Le promoteur Christian Constantin convoite de longue date ces 130 hectares très bien situés.

https://www.letemps.ch/suisse/2016/1...ian-constantin
__________________
The city that I like is densely built up.
quimporte no está en línea   Reply With Quote
Old May 11th, 2017, 10:57 PM   #38
General Electric
Registered User
 
General Electric's Avatar
 
Join Date: Sep 2010
Location: Lausanne
Posts: 6,327
Likes (Received): 4837

Aminona

Quote:
VS: la construction du complexe hôtelier d'Aminona est interrompue
http://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/8576275
General Electric no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

Related topics on SkyscraperCity


All times are GMT +2. The time now is 11:00 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2017, vBulletin Solutions Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu