daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Euroscrapers > Local discussions > Switzerland > Genève



Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 1 votes, 5.00 average.
Old November 19th, 2016, 02:21 PM   #41
JuanGVA
Registered User
 
Join Date: Sep 2015
Posts: 151
Likes (Received): 12

Ca avance du côté du U cyclable autour de la rade:
http://m.lecourrier.ch/144251/premiere_etape_pour_le_u_cyclable_de_la_rade
Espérons que le CM valide ce modeste crédit rapidement.
JuanGVA no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
Old November 20th, 2016, 12:54 PM   #42
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290



http://www.lecourrier.ch/144251/prem...ble_de_la_rade

__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old November 20th, 2016, 01:03 PM   #43
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

La Rue du Commerce à côté de Payot, va être bientôt rénovée
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old November 20th, 2016, 05:02 PM   #44
JuanGVA
Registered User
 
Join Date: Sep 2015
Posts: 151
Likes (Received): 12

En vote au conseil municipal la semaine prochaine apparemment...
JuanGVA no está en línea   Reply With Quote
Old February 3rd, 2017, 03:44 PM   #45
JuanGVA
Registered User
 
Join Date: Sep 2015
Posts: 151
Likes (Received): 12

Quote:
Originally Posted by ERVATUGA View Post
Maintenant reporté début 2017 Plus de deux ans d'attente! Genève, what else!
Les travaux du Quai des Bergues ont enfin commencé, les premiers pieux sont plantés dans lit du fleuve cette semaine.
JuanGVA no está en línea   Reply With Quote
Old February 4th, 2017, 10:11 PM   #46
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

Enfin!!!
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old February 4th, 2017, 10:13 PM   #47
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

Une allée centrale toute neuve pour les Bastions

Un gros chantier démarre, devisé à près de 1,5 million de francs. A la fin du mois de mai, le parc retrouvera son lustre d’antan.


Deux longs murs de grillages, certains bâchés, ont envahi les Bastions. Des pelleteuses sagement alignées attendent, prêtes à débouler sur l’allée centrale. D’abord interloqués, les visiteurs savent depuis hier la raison de ce grand chantier en préparation. Des panneaux installés aux deux entrées principales indiquent que le parc va s’offrir une magnifique cure de jouvence. «Il retrouvera son aspect historique», se réjouit le maire de la Ville de Genève, Guillaume Barazzone.

Que les amoureux de la Fête de la musique se rassurent, tout sera terminé à la fin du mois de mai. Mais d’ici là, le mail central va complètement changer d’allure. Fini le sinistre cheminement bitumeux, qui part en lambeaux. A sa place sera posé un revêtement de couleur plus claire. «Il s’agit d’une surface argilo-calcaire et semi-perméable, mais dure et carrossable, précise le magistrat chargé de l’Environnement urbain. Cela va permettre aux nombreux arbres de mieux respirer et assurera une meilleure sécurité aux usagers du parc.» Piétons et cyclistes pourront donc fouler ce nouveau revêtement. Quant aux superbes secteurs pavés, ils seront conservés.

«Un crédit-cadre a été voté par le Conseil municipal en 2014 afin d’embellir les parcs de la ville, poursuit Guillaume Barazzone. Nous commençons par les Bastions, où je rappelle que tous les bancs ont été rénovés l’an passé, mais à terme, de nombreux autres cheminements endommagés vont être réaménagés.»

Leur liste est longue. Dans le détail, «des travaux sont prévus au sentier des Falaises, à l’Ariana, aux Cropettes, dans les parcs Vermont, Bertrand, William-Rappard et de Bourgogne, aux Contamines, à Geisendorf et au square Charles-Giron», détaille l’élu démocrate-chrétien. Coût total de ces futurs équipements: 2,966 millions de francs.

Pour l’heure, c’est donc à l’allée centrale des Bastions que vont s’attaquer les engins de chantier. Cet aménagement-là, qui comprend également le remplacement d’un important collecteur et la pose de nouveaux réseaux d’eau et d’électricité, va engloutir près de la moitié du crédit alloué, soit 1,403 million de francs. Durant les travaux, il sera néanmoins possible de continuer à traverser le parc dans toute sa longueur, de la place Neuve à la rue Saint-Léger.

Source: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevo...story/17256191
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old March 15th, 2017, 01:38 AM   #48
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

L’aménagement de la rade suscite une avalanche d’idées

Septante bureaux d’architectes ont soumis leur projet au concours organisé par la Ville. Résultat au début de mai.


Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier.

La rade inspire. On l’a vu au XXe siècle, quand l’homo automobilis a échafaudé toutes sortes de projets pour la traverser. Passé le IIIe millénaire, cet espace cher aux Genevois agite toujours les esprits. Mais cette fois, c’est pour le rendre plus convivial. La preuve? Le concours d’idées lancé par la Ville cet automne pour son réaménagement.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier. «Septante bureaux d’architectes ont décidé de participer, se réjouit le conseiller administratif Guillaume Barazzone, à l’origine de l’organisation du concours pour son année de Mairie. Je suis très content de ce fort engouement. Nous avons par ailleurs reçu plusieurs dossiers de bureaux étrangers.»

Le magistrat n’en dira pas plus. «Car je ne sais rien de plus. Je ne suis pas membre du jury, qui, comme c’est la règle, garde secrète la teneur des projets durant toute la phase d’examen.»

Exposition en mai

Le jury, présidé par l’architecte genevois Patrick Devanthéry, se réunira plusieurs jours à la fin du mois de mars. Les résultats seront rendus publics le 8 mai.

Tous les projets seront présentés à la population. Une exposition aura lieu à la salle du Faubourg, et peut-être aussi sur le pourtour de la rade. «Je souhaite que les Genevois puissent s’approprier la démarche et donner leur avis. Il est important que ce réaménagement suscite une discussion générale.»

La formule choisie pour ce concours est particulière. Il ne s’agit pas de sélectionner un projet parmi d’autres, mais de faire émerger des idées d’aménagement. Cela signifie que la Ville n’aura pas l’obligation de réaliser le projet lauréat (des prix en espèces seront distribués). «Nous pourrons nous inspirer de toutes les idées qui nous auront été soumises, explique le maire. Elles seront analysées et il y aura un débat au Conseil municipal.»

Plage des Eaux-Vives

Quand? Cela reste à définir. Le maire n’a pas fixé de calendrier précis et veut garder une certaine «flexibilité» dans la suite du processus. «De toute manière, c’est un travail de longue haleine.»

Des balises fixent toutefois l’avenir. La future plage des Eaux-Vives sera inaugurée en 2019, ainsi que le port qui lui est accolé. Ce dernier permettra de transférer les bateaux amarrés aux Eaux-Vives et de libérer les quais occupés par les dériveurs. Le chantier naval devrait aussi quitter les Eaux-Vives pour le Vengeron à une date encore indéterminée.

Autant de transferts qui offriront de nouveaux espaces. En février, des historiens ont fait part de leurs craintes vis-à-vis des atteintes possibles au patrimoine et aux usages habituels de la rade. «Ces associations, comme tous les Genevois, pourront s’exprimer à l’issue du concours. Ce dernier tient compte des aspects patrimoniaux. Mais il me semble que la rade ne répond plus aux besoins de la population et qu’elle dispose d’un fort potentiel d’amélioration.»

Source: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevo...story/24486731
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old March 15th, 2017, 01:40 AM   #49
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

La rade en chiffres

-Les rives de la rade représentent une bande de terre longue de 4 km, du Port-Noir au bout de la Perle du Lac.

-La rive gauche s’étire sur 1,9 km (du Port-Noir au pont du Mont-Blanc).

-La rive droite s’étire aussi sur 1,9 km (pont du Mont-Blanc-Perle du Lac).

-Le plan d’eau s’étale sur 1,7 km2.

-La jetée des Pâquis mesure 350 mètres de long, celle du Jet d’eau 270 mètres.

-Entre ces deux jetées, l’eau s’écoule dans un chenal large de 223 mètres.

-La rade est large de 540 mètres entre la rotonde du Mont-Blanc et le quai Gustave-Ador.

-La rade est peu profonde: entre 3 et 5 mètres, à l’exception d’un trou de 12 mètres au pied du Jet d’eau.

-On dénombre 1600 places d’amarrage à l’eau et à terre (dériveurs) réparties aux Eaux-Vives, aux Pâquis et au quai Wilson.

-Le lac est propriété du Canton, ses rives appartiennent à la Ville de Genève. C’est à chaque fois du domaine public.

Le site du concours d'idées:

larade.ch
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old April 6th, 2017, 11:18 PM   #50
JuanGVA
Registered User
 
Join Date: Sep 2015
Posts: 151
Likes (Received): 12

Le chantier du Pont de Bergues bat son plein actuellement, une bonne moitié du porte à faux a été démonté. Sur le site de la Ville de Genève, on apprend que les travaux dureront jusqu'en septembre 2017. Peut-être que l'aménagement de surface durera plus longtemps.
http://www.ville-geneve.ch/themes/am...saint-gervais/
JuanGVA no está en línea   Reply With Quote
Old April 11th, 2017, 10:08 PM   #51
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290



Quai des Bergues plutôt
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old April 11th, 2017, 10:11 PM   #52
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

La populaire place des Grottes s’offre un lifting



Durant les neuf mois de travaux, le marché hebdomadaire se tiendra sur la rue de la Faucille.

Si tout va bien, le réaménagement de la place des Grottes débutera en juin. Demandés depuis longtemps par les associations d’habitants du quartier, ces travaux permettront de mieux adapter l’espace aux nombreuses manifestations qu’il accueille. Le chantier durera environ neuf mois. Durant ce laps de temps, le marché hebdomadaire se tiendra sur la rue de la Faucille.

Tant pour la Ville que pour les habitants, l’arrivée des marteaux-piqueurs sonnera comme l’aboutissement d’un long travail de concertation. Le réaménagement de ce secteur constituait en effet l’élément prioritaire du programme de contrat de quartier instauré en 2009.

Quel visage aura la nouvelle place? Pour les habitués du lieu, le principal changement sera sans doute le déplacement de la pièce d’eau. «Historiquement, les fontaines étaient installées dans l’axe des rues pour gagner en visibilité», explique Nicolas Pradervand, architecte au Service de l’aménagement urbain et de la mobilité de la Ville. Selon ces principes, l’ouvrage sera donc décalé en haut de la place, dans le prolongement des rues des Grottes et de la Faucille. Au-delà de la cohérence historique, ce déménagement permettra de libérer l’espace central pour le marché et autres manifestations du quartier.

Place végétalisée

La végétalisation de la place constituera l’autre changement de taille. Sept nouveaux arbres viendront apporter une ombre bienvenue au lieu. Et à leur pied, des bancs installés dans de petits carrés de verdure offriront une halte champêtre aux badauds fatigués. L’essence des végétaux n’a pas été tranchée. Les habitants souhaitent des arbres fruitiers mais le passage des véhicules de secours impose des essences hautes. «Nous réfléchissons à planter des cerisiers et des poiriers», confie Nicolas Pradervand.

La Ville profitera de ces travaux pour refaire le revêtement de la place et améliorer son éclairage. Quant à la circulation, elle restera identique. Comme aujourd’hui, des bornes et des potelets limiteront l’accès au secteur.

Le coût des travaux ne devrait pas dépasser 1,85 million de francs, soit le montant du crédit ouvert par le Conseil municipal l’année passée.

Des flyers et affiches renseigneront prochainement les personnes du quartier sur les détails pratiques du chantier. Une séance d’information publique est également prévue le 31 mai.

Source: http://www.tdg.ch/geneve/La-populair...story/14272387
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old April 23rd, 2017, 10:40 PM   #53
JuanGVA
Registered User
 
Join Date: Sep 2015
Posts: 151
Likes (Received): 12

Quote:
Originally Posted by ERVATUGA View Post


Quai des Bergues plutôt
Evidemment... lapsus révélateur, ce pont aurait vraiment besoin d'un coup de jeune. Barrières, éclairages, revêtement, etc, rien ne va. Un simple aménagement de surface avec un peu de modernité et de quoi s'asseoir serait un minimum.
Mais sauf erreur un projet avait été refusé par lw municipal il y a près de 10 ans...
JuanGVA no está en línea   Reply With Quote
Old May 1st, 2017, 03:12 PM   #54
JuanGVA
Registered User
 
Join Date: Sep 2015
Posts: 151
Likes (Received): 12

Intéressante info dans le journal de l'Association des Habitants de la vieille-ville, sur le Bourg de Four: http://www.ahcvv.ch

Pavage du bourg de four ?
Nous avons appris par le PFI (plan financier des investissements) qu’un crédit doit être soumis au conseil municipal pour transformer des collecteurs au Bourg-de-Four et qu’enfin, profitant de ces travaux, le pavage de la place sera effectué en 2018! Il n’aura pas fallu moins de trois Conseillers administratifs successifs pour se pencher sur le pavage de la place. Bravo au dernier, Rémy Pagani, à qui reviendra la palme du mérite pour cet exploit, si cela se fait, naturellement !

Cette place historique mérite vraiment mieux que le bitume actuel, flanqué des cases parking pour voitures de police… A l'image de ce qui a été fait dans les rues adjacentes, espérons que le pavage de la place et la mise en valeur du lieu puisse avoir lieu.
JuanGVA no está en línea   Reply With Quote
Old May 7th, 2017, 07:11 PM   #55
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

Quote:
Originally Posted by JuanGVA View Post
Evidemment... lapsus révélateur, ce pont aurait vraiment besoin d'un coup de jeune. Barrières, éclairages, revêtement, etc, rien ne va. Un simple aménagement de surface avec un peu de modernité et de quoi s'asseoir serait un minimum.
Mais sauf erreur un projet avait été refusé par lw municipal il y a près de 10 ans...
Effectivement, ce pont est d'une tristesse Il a grand besoin d'une rénovation.

Quote:
Originally Posted by JuanGVA View Post
Intéressante info dans le journal de l'Association des Habitants de la vieille-ville, sur le Bourg de Four: http://www.ahcvv.ch

Pavage du bourg de four ?
Nous avons appris par le PFI (plan financier des investissements) qu’un crédit doit être soumis au conseil municipal pour transformer des collecteurs au Bourg-de-Four et qu’enfin, profitant de ces travaux, le pavage de la place sera effectué en 2018! Il n’aura pas fallu moins de trois Conseillers administratifs successifs pour se pencher sur le pavage de la place. Bravo au dernier, Rémy Pagani, à qui reviendra la palme du mérite pour cet exploit, si cela se fait, naturellement !

Cette place historique mérite vraiment mieux que le bitume actuel, flanqué des cases parking pour voitures de police… A l'image de ce qui a été fait dans les rues adjacentes, espérons que le pavage de la place et la mise en valeur du lieu puisse avoir lieu.
Je l'espère aussi. Ce lieu historique mérite bien mieux.
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old May 11th, 2017, 11:15 PM   #56
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

Quote:
Originally Posted by ERVATUGA View Post
L’aménagement de la rade suscite une avalanche d’idées

Septante bureaux d’architectes ont soumis leur projet au concours organisé par la Ville. Résultat au début de mai.


Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier.

La rade inspire. On l’a vu au XXe siècle, quand l’homo automobilis a échafaudé toutes sortes de projets pour la traverser. Passé le IIIe millénaire, cet espace cher aux Genevois agite toujours les esprits. Mais cette fois, c’est pour le rendre plus convivial. La preuve? Le concours d’idées lancé par la Ville cet automne pour son réaménagement.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier. «Septante bureaux d’architectes ont décidé de participer, se réjouit le conseiller administratif Guillaume Barazzone, à l’origine de l’organisation du concours pour son année de Mairie. Je suis très content de ce fort engouement. Nous avons par ailleurs reçu plusieurs dossiers de bureaux étrangers.»

Le magistrat n’en dira pas plus. «Car je ne sais rien de plus. Je ne suis pas membre du jury, qui, comme c’est la règle, garde secrète la teneur des projets durant toute la phase d’examen.»

Exposition en mai

Le jury, présidé par l’architecte genevois Patrick Devanthéry, se réunira plusieurs jours à la fin du mois de mars. Les résultats seront rendus publics le 8 mai.

Tous les projets seront présentés à la population. Une exposition aura lieu à la salle du Faubourg, et peut-être aussi sur le pourtour de la rade. «Je souhaite que les Genevois puissent s’approprier la démarche et donner leur avis. Il est important que ce réaménagement suscite une discussion générale.»

La formule choisie pour ce concours est particulière. Il ne s’agit pas de sélectionner un projet parmi d’autres, mais de faire émerger des idées d’aménagement. Cela signifie que la Ville n’aura pas l’obligation de réaliser le projet lauréat (des prix en espèces seront distribués). «Nous pourrons nous inspirer de toutes les idées qui nous auront été soumises, explique le maire. Elles seront analysées et il y aura un débat au Conseil municipal.»

Plage des Eaux-Vives

Quand? Cela reste à définir. Le maire n’a pas fixé de calendrier précis et veut garder une certaine «flexibilité» dans la suite du processus. «De toute manière, c’est un travail de longue haleine.»

Des balises fixent toutefois l’avenir. La future plage des Eaux-Vives sera inaugurée en 2019, ainsi que le port qui lui est accolé. Ce dernier permettra de transférer les bateaux amarrés aux Eaux-Vives et de libérer les quais occupés par les dériveurs. Le chantier naval devrait aussi quitter les Eaux-Vives pour le Vengeron à une date encore indéterminée.

Autant de transferts qui offriront de nouveaux espaces. En février, des historiens ont fait part de leurs craintes vis-à-vis des atteintes possibles au patrimoine et aux usages habituels de la rade. «Ces associations, comme tous les Genevois, pourront s’exprimer à l’issue du concours. Ce dernier tient compte des aspects patrimoniaux. Mais il me semble que la rade ne répond plus aux besoins de la population et qu’elle dispose d’un fort potentiel d’amélioration.»

Source: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevo...story/24486731
Quote:
Originally Posted by ERVATUGA View Post
La rade en chiffres

-Les rives de la rade représentent une bande de terre longue de 4 km, du Port-Noir au bout de la Perle du Lac.

-La rive gauche s’étire sur 1,9 km (du Port-Noir au pont du Mont-Blanc).

-La rive droite s’étire aussi sur 1,9 km (pont du Mont-Blanc-Perle du Lac).

-Le plan d’eau s’étale sur 1,7 km2.

-La jetée des Pâquis mesure 350 mètres de long, celle du Jet d’eau 270 mètres.

-Entre ces deux jetées, l’eau s’écoule dans un chenal large de 223 mètres.

-La rade est large de 540 mètres entre la rotonde du Mont-Blanc et le quai Gustave-Ador.

-La rade est peu profonde: entre 3 et 5 mètres, à l’exception d’un trou de 12 mètres au pied du Jet d’eau.

-On dénombre 1600 places d’amarrage à l’eau et à terre (dériveurs) réparties aux Eaux-Vives, aux Pâquis et au quai Wilson.

-Le lac est propriété du Canton, ses rives appartiennent à la Ville de Genève. C’est à chaque fois du domaine public.

Le site du concours d'idées:

larade.ch
Genève récompense quatre visions de la rade du futur

Les lauréats du concours d'idées pour l'aménagement de la rade de Genève sont connus. Ces quatre projets serviront de base pour débattre d'une nouvelle vision de ce site emblématique.

"Le point de départ de ce concours repose sur un constat: nous disposons d'un site naturel sublime, mais son potentiel n'est pas complètement utilisé", a indiqué mardi devant les médias le maire de la Ville de Genève, Guillaume Barazzone. Selon lui, la rade doit être valorisée, elle manque de lieux de baignade, et les différentes activités, enchevêtrées, n'ont rien à y faire.

Le concours international visait à imaginer de nouveaux accès à l'eau, des lieux de promenade ainsi que des espaces de détente et d'animation, tout en respectant le patrimoine et l'histoire de la rade. Les participants devaient tenir compte des projets actuels: la plage des Eaux-Vives et l'agrandissement du port de la Nautique en 2020, ainsi que la zone pour les chantiers navals au Vengeron.

Vastes espaces piétons

Sur les 70 projets déposés, quatre ont été distingués, dont trois à l'unanimité du jury. "Ils ne vont pas déboucher sur un mandat. Les participants ont travaillé presque que pour la gloire", a commenté l'architecte Patrick Devanthéry, président du jury.

Le premier prix revient à l'architecte genevois Pierre-Alain Dupraz, pour "Au ras de l'eau". Ce projet, qui joue sur la topographie, prévoit une plage sur la rive droite, entre les Bains des Pâquis et La Perle du lac, une piscine lacustre au niveau du quai du Mont-Blanc, ainsi qu'un vaste espace de promenade sur la rive gauche, bordé de nouveaux cafés et glaciers.

Conçu par des étudiants en architecture Maxime Lécuyer et Ljirim Seljimi, le projet "Convergences" - second prix - propose de tourner davantage la ville vers le Léman en rendant piétonnes les rues allant vers le lac. Egalement libérés de toute circulation, les quais accueilleraient de nouvelles plantations pour favoriser la promenade.

Anneau lacustre

Le troisième prix, décerné à "Jean-Jacques", du bureau lausannois Tribu architectes, offre un double à l'Ile Rousseau. Un anneau lacustre de 140 mètres serait construit de l'autre côté du pont du Mont-Blanc. L'intérieur serait destiné à la baignade, tandis que l'extérieur hébergerait le nouveau débarcadère de la Compagnie générale de navigation.

Quant au quatrième projet primé, "La rade publique", des architectes zurichois Dürig AG, il est plus radical, mais il ouvre les yeux, selon Patrick Devanthéry. Il nettoie le site des bateaux, qui disposeraient d'un nouveau port de plaisance sous l'eau. Les bords du lac deviendraient un véritable espace continu entre la ville et le Léman.

>> L'interview du maire de Genève Guillaume Barazzone au 12h45:

__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old May 11th, 2017, 11:17 PM   #57
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

Les meilleures idées pour la rade de demain sont dévoilées

Sur les 70 dossiers déposés, trois projets ont été primés et une mention décernée.

Plonger dans le lac directement depuis le quai Wilson, jouer à la pétanque quelque part entre le Jet d’eau et Baby-Plage ou encore se balader dans la rue du 31 décembre libérée de tous véhicules. Voilà à quoi pourrait ressembler la rade de demain. Grâce au concours d’idées lancé en novembre par la Ville, des dizaines de projets plus ou moins réalisables ont émergé. Des architectes et des étudiants suisses mais aussi allemands, italiens et même bulgares ont planché sur le réaménagement de ce site genevois emblématique. En tout, septante dossiers ont été déposés. Un jury indépendant, présidé par l’architecte local Patrick Devanthéry, en a finalement retenu quatre: trois lauréats ayant fait l’unanimité auprès de ces experts et une mention décernée par la majorité d’entre eux. Tous suisses!

En ce mardi venteux, avant de dévoiler les noms des heureux élus, le maire Guillaume Barazzone rappelle l’enjeu du concours: «Nous avons un site naturel sublime dont le potentiel n’est pas pleinement exploité.» Sur la Rive gauche notamment, l’édile déplore la présence de «bateaux, grues, chantiers lacustres qui n’ont rien à faire à cet endroit».

Membre du jury, l’architecte cantonal Francesco Della Casa confirme en rappelant l’historique du site: «Il a fallu attendre le début du XIXe pour que Fazy et Dufour pensent la rade non plus comme une arrière-cour mais comme le centre de la ville. Elle revêt alors son caractère monumental. Mais on en est resté là. Voire on a peu à peu foutu en l’air l’existant pour arriver à l’actuelle impression d’encombrement désordonné.»

Telle était donc la mission des porteurs de projets: améliorer «la cohérence et la lisibilité» des quais et rendre la rade aux Genevois. Le tout, comme le précise le maire, «dans le respect du patrimoine et en intégrant les aménagements actuels, votés et à venir», tels que la passerelle du pont du Mont-Blanc ainsi que la plage et le port des Eaux-Vives (lire ci-contre).

Nouveaux espaces de baignade

Le premier prix revient à Pierre-Alain Dupraz. Déjà vainqueur du concours de la passerelle du Mont-Blanc et grand connaisseur du site, l’architecte genevois a séduit le jury avec «Au ras de l’eau». «On a vraiment travaillé sur la topographie existante», explique Pierre-Alain Dupraz. Le projet repose sur un aménagement par strates, avec un soin tout particulier pour l’espace compris entre le mur actuel bordant les quais et le bord de l’eau. «On donne une large place à la baignade, grâce à deux nouveaux espaces, dont un au quai Wilson. De quoi compléter l’offre des Bains des Pâquis, bondés en été», poursuit l’architecte.

«Convergence» décroche la deuxième place du classement. «Nous avons eu la surprise en levant l’anonymat des dossiers de découvrir qu’il s’agissait d’un étudiant», souligne le président du jury. Aidé d’un ami nommé Ljirim Seljimi, Maxime Lecuyer, diplômé de l’Hepia, s’est concentré sur le lien entre la ville et les quais. «En nous baladant dans les quartiers attenants à la rade, on s’est rendu compte qu’il manquait cette vue sur le lac», souligne le jeune duo. Leur projet: créer huit pénétrantes piétonnes, débarrassées de la circulation et du stationnement, afin de permettre un accès direct au lac. Telle que la rue du 31 décembre ou celle de Monthoux. L’homogénéité entre les rues et les quais passerait par un même revêtement minéral au sol. «Comme si la rade pénétrait dans la ville. Ou, inversement, pour que les rues conduisent naturellement au lac», indique Maxime Lecuyer.

Le 3e lauréat est lausannois. Avec «Jean-Jacques», le cabinet TRIBU Architecture propose «une émergence insolite et inoubliable sur le lac, accessible depuis la passerelle piétonne et cycliste du Mont-Blanc», selon les mots du jury. D’un diamètre de 140 mètres, un anneau formerait une piscine naturelle alimentée par l’eau du lac, l’anneau lui-même servant de lieu de promenade. Le cabinet a aussi songé à un quai des sports, entre la jetée du Jet d’eau et Baby-Plage, comprenant un skatepark et un terrain de pétanque.

Enfin, «la rade publique», portée par le bureau d’architectes zurichois Dürig, obtient une mention. «C’est un projet radical, commente Patrick Devanthéry. L’architecte part de cette idée simple: je ne veux plus voir un seul bateau.» Pour procéder à ce grand nettoyage, il propose de créer «un improbable port», situé en dessous du niveau du lac!

Place au débat public

Si cette dernière idée paraît peu réaliste, la question de l’avenir des autres projets se pose. Patrick Devanthéry rappelle qu’il s’agit là d’«un concours d’idées. C’est une pratique peu courante car elle ne débouche pas sur un mandat. Les architectes participent «presque» pour la gloire.» Sur les 500 000 francs qu’a coûtés le concours, la moitié a tout de même servi à récompenser les quatre lauréats.

L’avantage de cette formule, relève Isabelle Charollais, directrice du Département des constructions et de l’aménagement de la Ville et membre du jury, c’est que «contrairement à un concours de projet, on n’est pas contraint d’en choisir un seul. Ici, on peut construire un projet à partir des quatre propositions qui s’avèrent d’ailleurs complémentaires.»

Quid du calendrier et du financement? «On n’en est pas là, répond Guillaume Barazzone. Le concours d’idées suscite le débat. Les associations, les élus, les habitants vont pouvoir donner leur avis.» Notamment après avoir découvert les projets à travers des expositions ou en téléchargeant l’application 360°. Enthousiaste mais prudent, le maire conclut: «Ce sera difficile et lent car c’est un site protégé.»

«Notre boulot: dégager les quais»

Le calendrier du concours d’idées n’a pas été choisi au hasard. Comme le rappelle le maire Guillaume Barazzone, «le projet de la plage des Eaux-Vives, porté par le Canton, va offrir des possibilités de baignade mais il va aussi permettre de déplacer un certain nombre d’éléments occupant actuellement la Rive gauche.»

Concrètement, la plage des Eaux-Vives, prévue pour 2019, s’étendra sur une diagonale allant de Baby-Plage au port de la Nautique. Le projet comprend aussi un nouveau port public de 226 places d’amarrage et 245 places pour dériveurs. De quoi accueillir les bateaux amarrés actuellement quai Gustave-Ador. S’ajoute une extension de la Nautique. Pour rappel, la rade compte 1600 places d’amarrage.

«Nous allons aussi déplacer les pêcheurs. Finies les cabanes éparses et inesthétiques, nous leur installerons des locaux modernes et une écloserie en bout de plage. On pourrait même imaginer un marché aux poissons», précise Luc Barthassat, conseiller d’Etat en charge du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture. «Notre boulot, c’est d’offrir des perspectives pour dégager les quais», lance Luc Barthassat. Autre projet qui va dans ce sens: l’aménagement du site du Vengeron, qui accueillera les entreprises nautiques sises sur les quais. «Un projet de loi sera déposé au début de 2018 pour modifier l’affectation de cette zone. Il faudra en parallèle adopter un crédit de construction. Les travaux pourraient débuter en 2020 et aboutir en 2023», indique le conseiller d’Etat.

«A mes yeux, ce sont ces projets qui changent la donne, renchérit Guillaume Barazzone. Le concours d’idées prend tout son sens justement parce que les quais vont être dégagés.» Aux sceptiques, l’architecte cantonal Francesco Della Casa rétorque: «Marseille a réussi à désencombrer son vieux port en six mois, c’est donc possible.»

Source: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevo...story/30134909
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old June 11th, 2017, 12:46 PM   #58
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

En travaux, le quai des Bergues se prépare à recevoir ses bancs ensoleillés

La réfection de l’axe est en cours. Ses responsables expliquent leur projet au public.

Fermé au trafic venant de Bel-Air depuis trois semaines, le quai des Bergues est en travaux sur toute sa longueur. Un chantier qui a été expliqué hier au public. L’artère s’offre sa première grosse cure de jouvence depuis quatre grosses décennies. Crise de la quarantaine? C’est bien pire. L’ossature d’une partie du quai, celle qui surplombait le Rhône, menaçait d’y tomber.

On s’en est rendu compte durant les années 2013 et 2014, lors de sondages mandatés par la Ville de Genève au bureau Perreten et Milleret sur les poutres qui, depuis le début des années 70, supportaient trottoir et stationnements côté fleuve. «Le taux de chlorure était nettement trop élevé, à tel point que des aciers étaient sectionnés, relate Marc Lachenal, ingénieur. Les poutres auraient pu céder ou fléchir. La sécurité n’était plus garantie.»

Le site en surplomb a été très vite condamné et des devis ont été établis en urgence. Il fallait démolir. Mais devait-on rebâtir ce surplomb? «La Ville avait dans ses cartons un autre projet visant à pacifier le quartier de Saint-Gervais, dont la qualité de vie était menacée par le trafic de transit, rappelle Isabelle Goettelmann, ingénieure à la Ville. Pourquoi donc refaire cet encorbellement alors qu’on veut rendre aux passants ce quai très agréable et si ensoleillé car il est orienté plein sud?»

Le bureau d’architectes Brodbeck et Roulet a remporté le mandat de la réfection. «L’idée générale est d’éviter quelque chose d’extravagant pour privilégier un aménagement aussi simple et flexible que possible, qui se conjugue à ce que l’on trouve aux alentours, sur l’île ou le quai d’en face, résume Alexandar Kortus, architecte. Rappelons que le site est protégé.» La première phase est en cours et la partie est du quai est presque achevée. Les poutres quadragénaires ont disparu. Le quai retrouve son aspect et son gabarit d’antan. Le mur dominant le fleuve est débarrassé du béton, laissant apparaître ses pierres de Meillerie d’origine, complétées, quand il le faut, par des pierres de taille de même type et issues de la même région (les carrières d’Arvel à Villeneuve). Un seuil de calcaire couronne le mur. On y a fixé une barrière semblable au modèle Dufour typique du XIXe siècle genevois et on a même réutilisé des éléments des anciens parapets.

La suite? Le plan de circulation changera. Une zone de rencontre (comme à la rue Leschot) couvrira la plus grande partie du quai (on a renoncé à piétonniser le tronçon proche de Bel-Air). Quant à la zone piétonne face à l’Hôtel des Bergues, on ne devrait plus y tolérer le parking que le long de l’établissement. Le dossier est encore affiné mais la réfection de la chaussée est prévue en 2018. Au programme: tout sera mis au même niveau et pavé, des bancs seront fixés (mais pourront être déplacés si besoin) ainsi que des bacs pour abriter une végétalisation saisonnière. On espère aussi voir fleurir les terrasses des cafés.

Source: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevo...story/29938694
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old June 11th, 2017, 12:48 PM   #59
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

Le duel reprend sur la «pacification» du square Pradier

La Ville persiste à vouloir piétonniser la place, au grand dam du TCS qui exige le maintien des places de stationnement.


L'état actuel du square Pradier.

C’est un labeur sans cesse réitéré, comme le châtiment de Sisyphe. Poursuivant une ambition imaginée dès 1990, la Ville de Genève a repris, après plusieurs échecs, ses tentatives de piétonniser le square Pradier, comme l’a été son jumeau de Chantepoulet en 2015. Une enquête publique a été lancée et, dans ce cadre, la Commune et le TCS se sont échangé des courriers hostiles bien que polis. Le club automobile a appuyé les recours de commerçants opposés à la suppression de 66 stationnements sur le square. Par deux fois, en 2013 et en 2016, le projet a échoué au tribunal pour des motifs de procédure.

En mai, la Ville a répliqué aux critiques du TCS en arguant que son projet répond «aux volontés de revaloriser et pacifier le centre-ville». Le second verbe a fait tiquer le TCS. Le président de sa section genevoise riposte: «Pacifier signifie supprimer le trafic de transit, argue François Membrez. Tel n’est pas le but de ce projet qui abolit des stationnements de courte durée, lesquels contribuent à la vie du quartier, à la fréquentation de ses commerces et restaurants. Les clients apprécient de s’y parquer, en particulier le soir pour aller dîner. Nous ne reconnaissons pas dans ce square un cachet particulier qu’il conviendrait de valoriser.» Le TCS estime en outre que même en cas de «conformité éventuelle» du projet avec la loi exigeant la compensation des places de stationnement supprimées, leur maintien se justifie sur ce square.

La missive des cadres du TCS fait bondir le Département municipal de l’aménagement. «Leur position est fondamentaliste, réplique Claude-Alain Macherel, codirecteur. Ils jugent nécessaire de venir en voiture, laquelle animerait un hypercentre où la nouvelle Loi sur la mobilité prévoit pourtant une priorité aux transports publics et à la mobilité douce. Ils vont jusqu’à contester les règles légales de la compensation, qu’ils ont eux-mêmes acceptées et qui sont respectées dans ce cas.» Et le haut fonctionnaire de poursuivre: «Il faut offrir des espaces de respiration et de détente dans un quartier quadrillé par un trafic intense. On est sans doute reparti pour des procédures sans fin…»

La Ville se propose de compenser les places perdues en recourant, comme le permet la loi, à celles, existantes, du parking des Arcades, à l’angle de la rue de Lausanne et de la place de Cornavin: ses statistiques de fréquentation l’autorisent à servir de substitut. Pour sa part, l’Etat réserve sa position sur le projet qui ne fait pas partie de ses propres mesures d’application de la nouvelle Loi sur la mobilité.

Source: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevo...story/19980372
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote
Old November 21st, 2017, 11:51 PM   #60
ERVATUGA
- Take it easy -
 
ERVATUGA's Avatar
 
Join Date: Apr 2010
Location: Shéol
Posts: 41,763
Likes (Received): 15290

A Rive, une mutation urbaine à haut risque politique

Les requêtes pour bâtir un parking souterrain et aménager une zone piétonne sont lancées. Mais le projet reste controversé.


Ce que Rive deviendrait. Servant tantôt de banc, laissant tantôt le passage libre, un anneau de béton trônerait au centre du rond-point de Rive, qui serait surplombé par des placettes arborisées.

Pour l’heure, ce sont deux énormes piles de plans, rapports et paperasse qui viennent d’être déposées au Département cantonal de l’aménagement. Mais l’imposant volume de ces deux requêtes en autorisation de construire donne la mesure du chamboulement envisagé à Rive. Le double projet du parking Clé de Rive, à creuser sous la rue Pierre-Fatio, et de piétonnisation du quartier refait donc surface, deux ans après le résultat du concours d’urbanisme. Et il promet de faire encore beaucoup parler de lui après déjà huit ans de polémique.

C’est en effet en 2009 que l’Exécutif de la Ville a proposé ce deal politique: une zone piétonne autour de Rive, prolongeant le périmètre des Rues-Basses, contre un nouveau parking souterrain. Celui-ci comprendrait, sur six niveaux, 498 places pour les voitures (dont une centaine réservée aux habitants abonnés) ainsi que 388 places pour motos ou scooters.

Le principe d’une exacte équivalence des stationnements pour automobiles créés en sous-sol avec ceux qui seront supprimés en surface lie les deux requêtes en cours d’instruction. «Les autorisations ne peuvent être délivrées que conjointement», explique Isabelle Charollais, codirectrice du Département municipal des constructions et de l’aménagement. Le projet s’inscrit dans la droite ligne du principe de compensation des parkings supprimés, que le Grand Conseil a inscrit dans la loi cantonale en 2012.

Les deux dossiers détaillent avec méticulosité où et quand on biffera des cases à l’air libre. Et combien. Tout d’abord, 200 d’entre elles disparaîtront dans le périmètre du projet de réaménagement et dans certaines rues adjacentes qui seront elles aussi piétonnisées même si aucun plan de remodelage des chaussées n’y est encore conçu (voir l’infographie). Quant aux 298 autres stationnements automobiles, ils seront effacés dans divers points d’un espace plus large, allant du cœur des Eaux-Vives (rues des Vollandes et Maunoir) jusqu’à la Treille. Souvent, cela permettra d’ouvrir de nouveaux itinéraires cyclables. Il s’agira aussi d’ajouter des voies de circulation au boulevard Helvétique et à la rue de la Scie, afin que ces axes supportent le report de trafic dû à la piétonnisation voisine (jusqu’à 8800 véhicules de plus par jour). Un autre objectif est d’alléger une artère arborisée, comme le cours des Bastions: le poids des voitures nuit aux racines.

Stationnements strictement compensés

Une attention est portée au stationnement des habitants. Une centaine de places leur sont réservées dans le futur ouvrage souterrain alors que, dans les rues, on prévoit de peindre en bleu 86 places blanches. Les résidents garderont ainsi les mêmes possibilités de parking. Motards et scootéristes, eux, ne bénéficient pas de la même protection de la loi cantonale que les automobilistes: ils perdront 584 places gratuites en surface, soit 196 de plus que celles, payantes, gagnées en sous-sol. Mais la Ville n’exclut pas d’en créer de nouvelles en marge du périmètre.

Comptabilité d’épicier? Dans un climat toujours latent de guerre des transports, l’équivalence numérique des pertes et des gains fait figure de clé de voûte du projet. «Dans ce dossier titanesque et très complexe, je suis persuadée que le strict respect de cet équilibre est une condition indispensable pour le mener à bien, déclare Isabelle Charollais. Telle qu’on l’a conçue, la procédure n’offre aucune marge pour s’en éloigner. Tout écart constituerait un risque pour ce projet. Or un projet qui échoue représente une dilapidation des deniers publics. Genève a une chance à saisir pour améliorer grandement la qualité de son espace public dans un site névralgique de la cité.»

Un crédit à demander au Conseil municipal

Au-delà de la démarche administrative des autorisations de construire, le projet fera bientôt son retour dans l’arène politique. C’est un partenaire privé qui se chargerait de bâtir et exploiter le parking. Il offre en outre trois millions de francs pour aider la Ville à remodeler l’espace public avoisinant. Mais ce coup de pouce ne suffira pas. Le chiffrage du coût de l’aménagement est encore en cours, mais on parlait de 27 millions à l’époque du concours. Pour réaliser ces espaces publics, le Conseil municipal sera donc bientôt saisi d’une demande de crédit. L’assemblée devra aussi se prononcer sur des questions foncières, notamment l’octroi au partenaire privé du droit d’utiliser le domaine public de la Ville. Octroi que le Grand Conseil devra aussi avaliser. Toutes ces décisions peuvent être attaquées par un référendum.

Avec son dogme de stricte compensation dans le domaine du stationnement, le projet aborde ces écueils politiques comme un équilibriste. Mais, comme tout compromis, il risque d’être attaqué par deux fronts antagonistes. Et ceux-ci s’échauffent déjà!

Référendum en vue

À gauche, les Verts apparaissent comme les adversaires les plus résolus. «L’assemblée du parti devra dire si un référendum s’impose, mais notre position de fond est hostile, résume Alfonso Gomez, président de la section Ville. Nous avons toujours exigé qu’au préalable soit réalisé un inventaire complet des parkings privés et publics de l’hypercentre, avec leur taux d’occupation et en incluant l’ouvrage prévu à la gare des Eaux-Vives. De plus, on examinera dans quelle mesure la nouvelle loi sur la mobilité pourrait dispenser de compenser la suppression de certaines cases en surface.» Voté par le peuple en 2016, ce texte autorise, dans une certaine mesure, d’omettre la compensation si l’abolition de cases fluidifie un mode de transport (en créant une piste cyclable ou une nouvelle voie de circulation).

Le TCS genevois, lui, s’apprête à examiner le projet lundi soir. Mais il exprime déjà des réticences. «La stricte compensation que prévoit le projet nous surprend quand on sait que les Eaux-Vives sont le quartier le plus sinistré en termes de pénurie de stationnement, soulève Henri-Pierre Galletti, directeur. Il est par ailleurs incroyable de réduire drastiquement le nombre de places pour deux-roues motorisés alors que le département s’est efforcé durant trois ans d’en créer pour pallier un manque criant, surtout à cet endroit. Quelle incohérence!»

Marché et promenade arborisée

Le projet d’aménagement en surface reste proche de celui présenté en 2015 au terme du concours. Seule grosse modification: on renonce à ériger une butte à l’extrémité nord de la rue Pierre-Fatio afin de préserver les vues, à la demande des protecteurs du patrimoine. Le tronçon principal de cette rue serait transformé en promenade arborisée. Celle-ci accueillerait les marchés qui se tiennent aujourd’hui sur le boulevard Helvétique. Cela mènerait à transférer les arrêts de bus sur la rue d’Italie, qui serait agrémentée d’un axe central arborisé. Ornées de plantations majeures, trois placettes seraient créées au bas du boulevard Jaques-Dalcroze.

Quant au centre du rond-point de Rive, il conserverait son édicule historique et accueillerait une boucle pour le rebroussement des trams, ceinte par un large cercle bétonné faisant par endroits office de banc, laissant ailleurs le passage libre. Le parking aurait ses entrées et sorties pour véhicules de part et d’autre de la rue Versonnex. Trois accès piétonniers sont prévus sur la rue Pierre-Fatio. Celle-ci accueillerait aussi des stationnements pour vélos.

Source: https://www.tdg.ch/geneve/rive-mutat...story/25981340
__________________
- Please, be Happy -
ERVATUGA no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

Related topics on SkyscraperCity


All times are GMT +2. The time now is 01:03 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2018, vBulletin Solutions Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2018 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2018 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

tech management by Sysprosium