daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > Continental Forums > المغرب Morocco > Infrastructures & Mobility projects > Urban & Interurban Transportation > Railways



Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools
Old November 28th, 2017, 12:27 PM   #141
pinoccio45
Registered User
 
Join Date: Nov 2015
Posts: 61
Likes (Received): 47

Quote:
Alstom is building a plant in SA. We (along with Algeria) buy for billions of super costly stuff and we just get peanuts (and blabla like in the article above). Is Alstom making fun of us?
it's indeed the case , but this is because our stupid governant give them all the markets without requesting technology transfer , ONCF just bought 60 trains from Alstom even without any tender although they can make a big tender and request a jiont venture with the moroccan industrials in order to developpe the local railway industry . i will not speak about the TGV,...

Last edited by pinoccio45; November 28th, 2017 at 09:55 PM.
pinoccio45 no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
Old November 28th, 2017, 12:37 PM   #142
Anassmen
Registered User
 
Anassmen's Avatar
 
Join Date: Jul 2011
Location: Tetouan
Posts: 891
Likes (Received): 236

Quote:
Originally Posted by D K View Post
https://www.globalrailnews.com/2017/...n-its-history/

Found this in the international section.
Alstom is building a plant in SA. We (along with Algeria) buy for billions of super costly stuff and we just get peanuts (and blabla like in the article above). Is Alstom making fun of us?
At least Algeria has a local assembly plant for tramways (CITAL) in Annaba. Because of this local assembly many major cities now have tramways. For us other than extensions in Rabat and Casablanca nothing is going to happen in the years to come.
Anassmen no está en línea   Reply With Quote
Old November 28th, 2017, 05:22 PM   #143
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,654
Likes (Received): 6944

Quote:
Originally Posted by D K View Post
https://www.globalrailnews.com/2017/...n-its-history/

Found this in the international section.
Alstom is building a plant in SA. We (along with Algeria) buy for billions of super costly stuff and we just get peanuts (and blabla like in the article above). Is Alstom making fun of us?
No comparaison can be made.

Quote:
The first 20 trains will be manufactured and delivered from the Lapa unit in São Paulo but the other 580 trains will be made in South Africa, where Gibela – the consortium led by Alstom, with Ubumbano Rail and New Africa Rail – is building a 600,000 square metre plant in Dunnottar, 50km from Johannesburg.

At peak production 62 trains will be made each year, creating more than 1,500 direct jobs at the facility.
https://www.globalrailnews.com/2017/...n-its-history/

South Africa is going to change 600 trains, 62 trains each year and us only 71 new trains until 2040 !

South Africa has a domestic market than can improved a such investment, meanwhile Morocco needs to attract investor with export market.


Quote:
Aujourd'hui on a :
- 24 Z2M
- 14 ZM qui malgré leurs rénovations MLU tirent sur la fin de vie.

Quand on regarde la plan Maroc Rail 2040 d'UCF on remarque qu'il est question de 71 rames TNR. En excluant les 14 rames ZM qui seront obsolètes à cet horizon, cela fait un minimum (si l'on compte les Z2M) de 47 rames TNR à produire par la SCIF.


Quote:
Originally Posted by UCF View Post


PMR 2040

Quote:
Originally Posted by D K View Post
]

Found this in the international section.
Alstom is building a plant in SA. We (along with Algeria) buy for billions of super costly stuff and we just get peanuts (and blabla like in the article above). Is Alstom making fun of us?
Quote:
Originally Posted by pinoccio45 View Post
it's indeed the case , but this is because our stupid governant give them all the markets without requesting technology transfer , ONCF just bought 60 trains from Alstom even without any tender although they can make a big tender and request a jiont venture with the moroccan industrials in order to developpe the local railway industry . i will not speak about the TGV,... this country is just a joke , i think they use these kind of " gifts" to corrupt the french government
Which trains are you dealing about ?

Are you dealing about 12 TGV (+2 options) and 50 locos ? A loco is not a train. Coaches are made (for part of them) in Morocco by SCIF.

Join venture exist. Just read all this thread pages. Cooperation with Alsthom than was Asltom, with Faivelay.

Sourcing from Morocco, 2.5 billions dirhams last year by Asltom. This is not cooperation ? We have a small market for intercity. Casablanca tramways bidding can change intracity market and industry.
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old November 28th, 2017, 05:38 PM   #144
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,654
Likes (Received): 6944

Quote:
E 1300

B'B' 18 1991 4000 275 160 E 3000 V= --- ---
Faster locomotives by GEC-Alsthom/SCIF, similar to SNCF(F) class 7200. Primarily for mainline services (Trains Nobles) on Fez-Marrakech. Generator-van required in passenger service.
http://www.railfaneurope.net/list_frameset.html



Alsthom serie 1300 build in 1992 by SCIF in Casablanca




1992 article (25 years ago)


Quote:

Un pôle technologique installé par la SCIF pour construire les locomotives



Par | Edition N°:21 Le 19/03/1992



L'histoire a débuté en 1988, quand la SCIF, en coopération avec son partenaire traditionnel, le groupe industriel français GEC Alsthom, constructeur de train et de métro, a enlevé un appel d'offre international lancé par l'Office National des chemins de Fer du Maroc (ONCF), pour la construction de 18 locomotives électriques, éliminant ainsi les concurrents Belges et le Japonais Mitsubishi. Le 12 Décembre 1991 est sortie de l'usine la SCIF (Société Chérifienne de Matériel Industriel et Ferroviaire) de Aïn Sebaa à Casablanca, la première locomotive électrique (type E 1300) fabriquée au Maroc. Le 30 Décembre 1991, elle a franchi de façon satisfaisante les premiers essais à 100 kilomètres par heure sur la ligne Casablanca - El Jadida, avec un train de 500 tonnes, pour aborder ensuite de nouveaux essais à 160 kilomètres par heure avec des trains de 800 tonnes sur Fes. Sa puissance est de 4000 kilowatt-heure, sous 3000 volts continus. Elle est capable théoriquement d'atteindre 200 kilomètres par heure sur une voie adéquate.



Avant l'élaboration de l'Appel d'Offre International, et dans le cadre de leur coopération approfondie et soutenue, la SCIF a contribué à la formulation des besoins et des exigences en équipements de l'ONCF. La SCIF a auparavant gagné la confiance de l'ONCF par la qualité de ses productions de wagons et de voitures ferroviaires qui sillonnent déjà le réseau marocain en toute sécurité.
L'ONCF a établi le cahier des charges des 18 locomotives électriques en spécifiant les performances dans le cadre des normes internationales UIC et des exigences de sécurité conformes à l'environnement marocain. Pour préserver les intérêts des industries nationales, le cahier des charges a invité la concurrence internationale à présenter deux options, l'une sous la formule clefs-en-main, et l'autre associant la coopération chiffrée et qualitative d'entreprises marocaines, dans le cadre d'une convention de partenariat négocié, précisant les matières premières, les pièces et les études nécessaires à la fabrication locale.

La SCIF et ses partenaires français traditionnels GEC Alsthom, De Dietriech, et Air Industrie Faiveley ont monté une offre de coproduction de locomotive de ligne et des bogies(1) de grande vitesse pour train de voyageurs, enlevant ainsi l'appel d'offre international de l'ONCF. C'est un exemple rare de coproduction permettant un minimum de transfert de technologie et de savoir-faire, assorti de coopération, de sous-traitance et de formation de cadres marocains dans les usines d'Alsthom en France. C'est aussi de la part du donneur d'ordre ONCF, une démarche stratégique pour activer les industries nationales et préparer les bases du développement d'autres projets ultérieurs.

Si Gec Alsthom en partenariat avec la SCIF a décroché l'appel d'offre de construction de locomotives électriques, c'est la Grande Bretagne qui a remporté le projet de production de locomotives Diesel électroniques, car elle a offert dans ce cadre un don important au Maroc.
Le financement courant de l'équipement importé au Maroc, s'est fait par un crédit long terme BNDE, accordé à l'investisseur, d'un coût de 13% l'an, et d'une durée de 4 à 7 ans, avec 1 à 2 ans de grâce. La SCIF avait souhaité un crédit acheteur pour fabricant marocain, d'un coût moins élevé, d'un délai de remboursement plus long, et avec un assouplissement des autres conditions. La SCIF et ses partenaires ont consenti des investissements importants qui ont été au début difficiles à composer et à lancer le Centre d'usinage à commande numérique avait nécessité à lui seul un investissement de 60 millions de Francs Français. Il a fallu des investissements en matériel d'environ 60 millions de DH.

Profitant des équipements déjà acquis et des ressources humaines disponibles en ingénierie et en savoir-faire dans la SCIF, l'investissement mobilisé pour commencer la fabrication des locomotives n'a été que d'environ 30 millions de DH. Les partenaires de la SCIF ont pris en charge 20 millions de DH, Alsthom 4 millions de DH, et la SCIF 5 millions de DH.
Le suivi et la maîtrise des investissements engagés n'ont pas été non plus aisés. Des responsables de la SCIF reconnaissent que la dévaluation inattendue du Dirham a contribué à susciter des difficultés dans l'élaboration du financement. De même que la cherté du coût du crédit, découlant de la nouvelle politique monétaire, détériore les capacités d'autofinancement des entreprises productives, et décourage la croissance.

Ces investissements ont été utilisés à 2 niveaux: pour acquérir la formation, la technologie, pour obtenir les matériels et les équipements. Les pourvoyeurs de technologie (conceptions, procédés, normes, méthodes, contrôles, etc...) sont les partenaires traditionnels de la SCIF: GEC Alsthom, De Dietrich et Air Industrie Faiveley. L'infrastructure a nécessité la construction ou l'équipement d'ateliers d'usinage des bogies et des caisses de locomotives. Ainsi ont été équipés: 1 hall de transfert de locomotives de 1150 mètres carrés avec ponts roulants de 5 tonnes et 2x32 tonnes, 1 atelier mécanique de 1400 mètres carrés abritant le centre d'usinage à commande numérique, muni de 2 ponts de 5 et 25 tonnes. Mais ces ponts roulants, les structures métalliques et les charpentes sont fabriqués par la SCIF elle-même, et avec soin.

Selon les dirigeants de la SCIF, l'Algérie aurait dépensé l'équivalent de 570 millions de Dinars (soit environ 1,7 milliard de Dirhams) pour disposer de capacités de production similaires. Ils estiment que les procédés d'investissement et d'équipement employés par la SCIF et ses partenaires sont plus élaborés et plus judicieux.
En gros, une locomotive E1300 vaut 8 voitures ferroviaires, et chaque voiture vaut environ 10 wagons. La locomotive E1300 produite par la SCIF vaut environ 30 millions de DH (soit environ autant qu'en France). Aujourd'hui, les directions de l'ONCF et de la SCIF accordent beaucoup d'importance à l'investissement dans les ressources humaines, à travers la formation continue, et la mobilisation des créativités, pour valoriser le savoir-faire et développer les acquis technologiques.

Un atelier d'usinage à 3 dimensions et à commande numérique

L'ONCF a incité la SCIF à se doter de machines-outil modernes à commandes numériques. La SCIF s'est alors équipée d'un centre d'usinage à double portique, de fraisage et d'alésage, en trois dimensions et à commande numérique. C'est une technologie utilisée exclusivement dans la CEE et au Japon, les pays de "l'Est" étant interdits d'accès à cette technologie qui pourrait servir à fabriquer des armes stratégiques.

Ce centre est utilisé pour usiner toutes les pièces de grandes dimensions, à la fois précises et difficiles, et pouvant peser jusqu'à 25 tonnes, tels les fameux bogies géants et complexes des locomotives (un spécimen en a été exposé au dernier salon SALIMME 92 à la Foire de Casablanca). Ce centre d'usinage pourrait être aussi employé par exemple pour fabriquer un Train à Grande Vitesse (TGV) maghrébin en projet. Le volume d'intervention de l'usinage de ce centre est de 3.500 millimètres de large, 2.200 millimètres de haut, et 9 mètres de long.

Les séquences d'usinage sont étudiées et programmées sur un pupitre de commande: le centrage et l'usinage se font automatiquement à la côte exacte. Les outils de coupe et d'usinage sont montés et démontés sans intervention humaine directe.
La SCIF s'est engagée dans cet investissement novateur pour bénéficier des économies d'échelle. "Nous l'avons imaginé, explique le Directeur Général de la SCIF Mohamed Ouriaghli, pour gérer les économies potentielles, tout en préservant la flexibilité et les capacités d'avenir, la souplesse, et la gestion de risque de panne". Par des démarches dont la Direction de la SCIF garde le secret, elle a pu acquérir ce centre à un prix inférieur de 30% au prix de l'époque, à la veille des événements du Golfe. Aujourd'hui les prix de ces centres d'usinage à commande numérique ont augmenté du simple au double.

Par l'acquisition d'un tel centre d'usinage, la SCIF accède à des capacités technologiques de fabrication qui répondent aux exigences productives actuelles et futures. La SCIF pourrait ainsi se lancer dans les productions d'un niveau supérieur. "Ce sera les métros et le TGV maghrébin!", dit-on avec confiance à la direction de la SCIF. Car déjà les bogies, partie essentielle du train, actuellement employés sur les récentes locomotives de la SCIF, sont d'une technologie analogue à celle du TGV français.

Apports technologiques du Maroc

La SCIF n'est pas encore en mesure de développer un apport technologique nouveau et avancé au niveau international. Mais la SCIF est capable par ses productions d'apporter le savoir-faire requis et d'assurer les qualités, les amélio-rations et les conformités aux spécifications et aux normes techniques exigées par les donneurs d'ordres et par les partenaires industriels de renom. C'est pourquoi des groupes industriels européens prestigieux tels que GEC Alsthom, De Dietrich, AIF, etc... accèptent volontiers de s'associer à la SCIF. Au niveau du tissu industriel local, la SCIF a prouvé qu'elle est apte à mener à bien la gestion de projets de production assez importants (tels que: wagons, voitures ferroviaires, locomotives). En Afrique, et dans le monde arabe, les rares industries ferroviaires concurrentes de la SCIF se trouvent en Afrique du Sud, en Egypte et au Nigéria.

Les parties mécaniques telles que chaudrons, chassis, carrosserie, bogies, tôlerie, fonderie, tuyauterie, câblage, pneumatique, éclairage, garnissage, sellerie, plastiques, polyesters, etc ... sont en grande majorité intégrées et fabriquées par la SCIF ou par des sous-traitants locaux.
Tandis que GEC Alsthom se charge de la production des moteurs de traction, des unités électroniques, électromécaniques, de la self, des roues forgées, des moto-compresseurs des compteurs, des systèmes de surveillance et de sécurité électroniques, etc...

Cependant, une note du contrat spécifie la possibilité d'intégrer et de fabriquer tout ce qui est réalisable au Maroc, soit directement, soit par acquisition de technologie, et suivant les lois du marché. Ainsi toutes les fabrications et les accessoires mécaniques concernant les voitures et les locomotives, les outillages d'assemblage et de montage, sont produits au Maroc grâce à la coopération en sous-traitance par une cinquantaine d'IMME marocaines.

Dans la fabrication de cette locomotive, la part de la valeur ajoutée assumée et intégrée par la SCIF est d'environ 30% du prix de revient contre 65% dans le cas des voitures ferroviaires. Contrairement aux projets clefs-en-main, et tenant compte des acquis technologiques immatériels, les bénéfices engrangés par l'industrie marocaine dépasse en fait cette valeur d'intégration quantifiable. Ceci a été possible grâce à l'équilibre des intérêts entre partenaires économiques qui jouent le jeu de la coopération, de la performance et de la concurrence en ne lésant pas les intérêts nationaux.

Même si la SCIF ne fabrique donc pas toutes les composantes des locomotives BB.4000 kilowatts, il est manifesté selon les témoignages mêmes de son personnel, des ingénieurs jusqu'aux ouvriers, que chaque élévation du niveau de production de la SCIF (wagon, puis voitures, puis locomotives) la hisse à un degré supérieur d'infrastructure, d'organisation, de savoir-faire et de technologie.

Les délais écoulés entre le moment de signature des contrats et celui de la sortie d'usine des premiers engins produits sont généralement assez long: 3 ans et demi pour les voitures ferroviaires (Mai 1981 - 1984), 3 ans pour les locomotives (début 1989 - début 1992). Ces délais ne sont pas spécifiques au Maroc, mais usuels aussi en Europe. Ils comportent habituellement des démarches administratives de mise en vigueur de ce genre de contrat (environ de 6 mois à un an), un cycle d'approvisionnement, de transformation et d'équipement pour lancer la nouvelle production (environ de 18 à 24 mois).
Une fois la nouvelle production concernée est lancée, la SCIF peut produire 40 voitures ferroviaires par an, ou 12 locomotives par an, ou 500.000 bouteilles à gaz par an...

TGV en projet

La locomotive E1300 fabriquée par la SCIF est équipée de 2 bogies monomoteurs, dont les roues sont entrainées par l'intermédiaire d'une cinématique à réduction logée dans un critère d'engrenage. Les systèmes de suspension et d'entraînement des bogies sont à la fois très robustes et très précis. Chacun des deux moteurs développe une puissance de 2000 kilowatts par bogie. Des unités électroniques de puissance transforment le courant de 3000 volts continus.

La durée de vie d'une locomotive est de l'ordre de 20 ans, sans compter les révisions techniques qui peuvent allonger cette période jusqu'à 30 ans au minimum. Cependant l'évolution des techniques, et la mutation des technologies sont tellement rapides que les besoins en équipements doivent être exprimés avec des perspectives d'amortis-sement rapides.

Locomotive à 300 km/h


Aujourd'hui, la direction de la SCIF affirme avoir le savoir-faire et les équipements productifs nécessaires pour aborder le projet de construction du Train Grande Vitesse (TGV) maghrébin ou marocain
(selon les disponibilités). La nouvelle génération de locomotive E1300 produite par la SCIF atteint en effet théoriquement la vitesse de 200 kilomètres par heure.
La direction de la SCIF clame qu'avec la même puissance de 4000 kilowatts installée, et moyennant quelques transformations, cette locomotive peut atteindre 250 kilomètres par heure, voire 300 kilomètres par heure. Car la puissance de 4000 kilowatts a été détarrée de 600 kilowatts par des hacheurs et des régulateurs de puissance, et par un engrenage limitant la vitesse à 200 kilomètres par heure pour sauvegarder la sécurité. La vitesse commerciale étant par ailleurs très souvent limitée à 160 kilomètres.
La direction de la SCIF affirme que "le TGV étant plus léger qu'un train normal, il est réalisable en matériel roulant et en aiguillage au prix de revient très voisin d'un train de grande ligne similaire à celui que nous fabriquons depuis une dizaine d'années". Tenant compte de toutes ces données, il devient possible de réaliser le TGV marocain ou maghrébin avec la même locomotive E1300 et la même puissance de 4000 kilowatts, développant une vitesse commerciale de 250 kilomètres par heure.

Convaincre les décideurs et les donneurs d'ordre


La SCIF travaille pour convaincre les décideurs et les donneurs d'ordres à mettre au profit du Maroc ou du Maghreb ces nouveaux acquis technologiques, et pour réaliser des trains, des voies, et des aiguillages plus modernes et plus performants, ce qui contribuera à accélérer l'intégration maghrébine.
L'état actuel des voies ferrées au Maroc (et aussi au Maghreb) n'autorise au maximum qu'une vitesse de 160 kilomètres par heure.
Des vitesses voisines ou supérieures nécessitent donc la mise en place de voies ferrées nouvelles plus performantes.
La Belgique est déjà disposée à coopérer avec le Maroc pour produire les aiguillages adaptés aux grandes vitesses.

ABSTRACT

Tous les 10 ans, la SCIF réalise une évolution qualitative dans ses capacités productives. Elle a évolué de la production des wagons à essieux à celle des voitures ferroviaires à bogies. Aujourd'hui la SCIF fabrique en coopération avec le groupe français Alsthom les premières locomotives électriques au Maroc, 18 au total, pour le compte de l'ONCF, avec un taux d'intégration de 30% du prix de revient. Ces locomotives ont une puissance de 4.000 KW, un courant de 3.000V continu, et une vitesse commerciale de 160 km/h. La SCIF fabrique toutes les structures et les mécaniques, tandis que Alsthom se charge du moteur et de l'électronique. Les bogies employés sont d'une technologie proche de celle du TGV français. Et avec ses équipements et son savoir-faire accumulés, la SCIF pourrait aborder des projets plus évolués tels que métro et TGV marocain ou maghrébin selon les disponibilités. Le développement du couple ONCF-SCIF devrait conduire à repenser la stratégie des transports au Maroc, et aussi au Maghreb.

L' évolution de la SCIF

Après sa création en 1946, la SCIF faisait modes-tement la fabrication et la réparation de wagons à essieux. Ensuite elle a participé en sous-traitance à la fabrication de fours sécheurs de phosphate. Le premier développement important de la SCIF a commencé en 1956 quand les chemins de fer marocains décidèrent d'acquérir des wagons en aluminium à trois essieux pour le transport des phosphates. Avec l'assistance de son fondateur, le groupe français Fauvet Girel, la SCIF a étudié et fabriqué 2.000 wagons de ce type. Avec la marocanisation de son capital en 1974 notamment par la BNDE, la SCP, et l'ONCF, la SCIF entame la production de nouveaux produits avec un meilleur taux d'intégration et une valeur ajoutée plus importante. Elle construit alors une multitude de genres de wagons à essieux et à bogies (pour le transport des minerais, des marchandises, des produits pétroliers, chimiques, des phosphates, des produits pulvérulents, etc ...). Elle fabrique aussi des bogies .

La SCIF a développé aussi sa production d'équipements chaudronnés utilisés dans les cimenteries, dans l'agro-alimentaire, les industries chimiques et phosphatières. Elle fabrique des ponts métalliques pour chemin de fer, des fours rotatifs, des bacs phosphoriques, des grues portuaires sur rails de 6 à 10 tonnes, des chevalets de levage, des ponts roulants, des passerelles télescopiques d'aéroport, des malaxeurs, des cuves pour sucreries et cimenteries et des réservoirs de produits pétroliers.
En 1981, la SCIF, en association avec les partenaires français De Dietrich et Air Industrie Faiveley, enlève un appel d'offre international de l'ONCF pour la construction de 98 voitures ferroviaires à voyageurs type Corail. Les premières de ces voitures sont produites en 1984.
A la fin de l'année 1989, la SCIF a fabriqué un total cumulé d'environ 5.500 wagons, 12 millions de bouteilles à gaz butane et propane industrielles et domestiques aux normes internationales URG, 78 voitures ferroviaires à voyageurs confortables équipant les "trains rapides" ("Tour Hassan", "Quaraouyine", "Al Boughaz", "Koutoubia", "Al Maghreb Al Arabi").

La SCIF et L'ONCF


Aujourdéhui, la SCIF est une quasi filiale de l'ONCF, qui y détient 24% du capital social, aux côtés de la BNDE avec 19%, de la Société Chérifienne des Pétroles avec 10%, de GEC Alsthom avec 5%... Les autres parts du C.S. sont réparties entre les sociétés Maroc Montage, A.C.A., Laboratoire Métallurgique, des banques et des porteurs. Au total 55% des actions reviennent à des marocains.
L'ONCF a veillé à développer la SCIF pour en faire son outil industriel. Ainsi l'ONCF est en même temps le principal client de la SCIF, pour se fournir en wagons, voitures ferroviaires, puis maintenant en locomotives.
Une relation spéciale de coopération et de partenariat s'est tissée au fil des années entre GEC Alsthom d'un côté, l'ONCF et la SCIF de l'autre. Les dirigeants de GEC Alsthom escompent bénéficier de leur partenariat traditionnel avec le couple ONCF-SCIF pour enlever d'autres marchés en Afrique et dans le monde arabe. M. Mancardi, responsable du département transfert de technologie à Alsthom a déclaré: "notre partenariat (avec la SCIF) nous permettra de travailler hors du marché marocain, au Maghreb ou en Afrique. Car nous avons amené la SCIF à un niveau de compétence lui permettant d'attaquer tous les marchés avec le support d'un constructeur tel que GEC Alsthom".

Le grand handicap du couple ONCF - SCIF, c'est surtout l'exiguïté du marché marocain en transport de voyageurs et de marchandises. En attendant de voir venir d'autres marchés, la SCIF tâche de soigner son image de marque et la qualité de ses produits pour prouver aux donneurs d'ordres ses maîtrises techniques, que ce soit dans le domaine ferroviaire ou dans les biens d'équipement.

Le transport des voyageurs par train au Maroc est de meilleure qualité que par auto-cars. Et l'ONCF aurait dû se lancer dans une stratégie offensive de baisse de ses prix relativement chers pour concurrencer les transports par auto-cars et par voitures privées, pour augmenter sa part de marché, et pour développer les infrastructures et le réseau ferroviaire au Maroc.
Si la construction du marché commun du Grand Maghreb avance réellement, et surtout si le déplacement des personnes et des biens y sont libéralisés, les transports par voies ferrées deviendraient beaucoup plus vitaux, et les anciennes stratégie économiques devraient abandonner alors, leur modestie pour aspirer à des réalisations plus amples. Mais préalablement, les pays maghrébins devraient unifier leurs réseaux ferroviaires et harmoniser les standardi-sations de leurs infrastructures.
Les pays du Maghreb ont donc tout intérêt à coopérer pour accélérer l'intégration maghrébine, d'autant plus que le développement économique requiert le développement du rail pour les transports interurbains, urbains et transmaghrébins.

A.N.
http://www.leconomiste.com/article/u...es-locomotives
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old November 28th, 2017, 05:39 PM   #145
D K
Registered User
 
Join Date: May 2009
Posts: 5,635
Likes (Received): 2630

Gadiri, i mean trains, trams and all rail stuff in general. For sure, 600 trains is not 72 but if you count tram car, the moroccan cart is not peanuts.
Regarding SA, the figure of 600 trains makes me doubtl. I have no knowledge about the state of their rail industry, but i am not aware of them having a huge network. Add to that the economic crisis the country is facing since few years. Lmohim besehthom, gher ikono 3ndna tranat mzyanin o khedma fel mostawa, wakha itsan3o dak tranat fel Burkina

Ps: i am not a specialist but i think nowadays coaches are not anymore Hitachi or Alsthom...standards have changed. Has Scif the capacity to build Prima like rolling stock? Not sure...
D K está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 28th, 2017, 08:02 PM   #146
Kiwaliti1
Registered User
 
Join Date: Oct 2016
Posts: 108
Likes (Received): 137

Quote:
Originally Posted by D K View Post
https://www.globalrailnews.com/2017/...n-its-history/

Found this in the international section.
Alstom is building a plant in SA. We (along with Algeria) buy for billions of super costly stuff and we just get peanuts (and blabla like in the article above). Is Alstom making fun of us?
Isnt Alstom French? We are more competitive than south africa,we have cheaper qualified labor,increased connectivity to europe and an already existing ecosystem.. What pushed them to south africa?
Kiwaliti1 no está en línea   Reply With Quote
Old November 28th, 2017, 08:28 PM   #147
dcasataza
human approach
 
dcasataza's Avatar
 
Join Date: May 2015
Location: Casa/Boston
Posts: 4,018
Likes (Received): 3019

Quote:
Originally Posted by Kiwaliti1 View Post
Isnt Alstom French? We are more competitive than south africa,we have cheaper qualified labor,increased connectivity to europe and an already existing ecosystem.. What pushed them to south africa?
...the market or its potentials...etc
they can ship stuff from Europe to North Africa in absolutely...no time.
...but to ship "big quantity" to a "remote" market (away from Europe) some companies create an assembly or even a factory to fulfill the need of that market right in the spot (southern Asia is the best example outhere)
=> that's why some remote markets (especially with big population) can win better deals (if they know how) than Morocco (because Moroccan needs can be satisfied from juuust... right across).
dcasataza no está en línea   Reply With Quote
Old November 29th, 2017, 12:02 AM   #148
Anassmen
Registered User
 
Anassmen's Avatar
 
Join Date: Jul 2011
Location: Tetouan
Posts: 891
Likes (Received): 236

Anassmen no está en línea   Reply With Quote
Old December 7th, 2017, 12:30 PM   #149
pinoccio45
Registered User
 
Join Date: Nov 2015
Posts: 61
Likes (Received): 47

Quote:
Which trains are you dealing about ?

Are you dealing about 12 TGV (+2 options) and 50 locos ? A loco is not a train. Coaches are made (for part of them) in Morocco by SCIF.

Join venture exist. Just read all this thread pages. Cooperation with Alsthom than was Asltom, with Faivelay.

Sourcing from Morocco, 2.5 billions dirhams last year by Asltom. This is not cooperation ? We have a small market for intercity. Casablanca tramways bidding can change intracity market and industry.
i am refering to locomotives but anyway if we take into account the cost of these locomotives , coaches , TGV spent by ONCF i think that there is enough margin to require the manufacturing of trains in morocco or at least part of them and to make a real technology transfer many countries do it like turkey and as such they develop their local industrie but not morocco .

The 2.5 billions Dh is not last year but this is the whole amount of sourcing from morocco up to end 2016 ...so this is peanuts
pinoccio45 no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

Related topics on SkyscraperCity


All times are GMT +2. The time now is 12:55 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2017, vBulletin Solutions Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu