daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Forum Gratte-ciel Français > Actualité des villes > Villes en photos



Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rate Thread
Old October 29th, 2016, 10:41 PM   #1
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

Le Toulouse Renaissance

Le Toulouse Renaissance

Introduction :
Au 16ème siècle, la Renaissance, qui prônait le retour aux modèles de l'Antiquité romaine, se diffusa en Europe depuis l'Italie par le biais notamment de traités et gravures se référant au traité De Architectura de Vitruve (90-20 avant JC), théoricien romain de l'architecture antique.

Chaque foyer d'érudition et de création interpréta ces nouvelles références selon ses traditions locales. Alors en pleine prospérité économique grâce au commerce du pastel et au rayonnement de son parlement, qui fut le premier de province, Toulouse se montra particulièrement réceptive à cette architecture savante dont les maîtres locaux surent proposer une interprétation personnelle. Leurs sources d'influence sont sans doute moins à chercher en Italie elle-même qu'en val de Loire, où s'exprimait l'art royal, et dans une moindre mesure en Espagne depuis laquelle se diffusait le traité Medidas del romano de Diego de Sagredo (1526).

Si à Toulouse ce nouvel art trouva sa première application en 1518 dans le décor des portes de la crypte sud de la basilique Saint-Sernin, c'est surtout dans l'architecture civile qu'il connut sa plus belle expression pendant une bonne centaine d'années. Les propriétaires éclairés réclamaient des éléments "à l'anticque", que l'on retrouve surtout sur les fenêtres, portails, cheminées et moulures. Les collections d'antiques comprenant des médailles, on en trouve l'écho dans les nombreux portraits en médaillon sculptés dans les cours des hôtels particuliers de cette époque.

En France Toulouse est sans doute la ville qui compte le plus d'hôtels particuliers du 16ème siècle. Un certain nombre d'entre eux, venus tôt dans le siècle, sont encore d'inspiration gothique, mais parmi les autres une vingtaine au moins de ceux parvenus jusqu'à nos jours peuvent être rattachés à la Renaissance.
Parmi ceux-ci on pourrait en faire sortir véritablement trois ou quatre du lot. Chacun d'eux, étonnamment très différent des autres, est le marqueur d'une époque, voire de deux : l'hôtel de Bernuy (années 1503 puis 1530), l'hôtel du Vieux Raisin (années 1515-1525 puis 1580-1590), et l'hôtel d'Assézat (années 1550). On pourrait leur adjoindre dans ce "best of" l'hôtel de pierre (aussi connu comme hôtel de Clary ou de Bagis), toutefois bâti pour l'essentiel dans les premières années du 17ème siècle, que certains auteurs rattachent à la Renaissance dite tardive et d'autres au moins partiellement au style baroque. Les autres hôtels ne sont pas à négliger pour autant et présentent de quoi charmer les amateurs de belle architecture, vous pourrez le constater.

Je rajouterai une dernière note "colorée" à cette introduction : dans cette ville de brique qu'était Toulouse la pierre n'était disponible qu'en petite quantité et sa rareté la rendait très chère sur le marché local. Elle fut par conséquent un symbole de richesse et ne fut d'ordinaire utilisée que parcimonieusement : pour les décors sculptés et les chaînages notamment. Et même si certains propriétaires très fortunés (Bernuy, Clary) s'offrirent le luxe de façades entières en pierre, la plupart usèrent avec bonheur de la polychromie rouge-blanc offerte par son alliance particulièrement esthétique avec la brique.

Je ne prétends pas ici vous montrer tous les témoignages de l'architecture Renaissance à Toulouse, car des spécialistes pourraient certainement identifier des éléments Renaissance dans d'autres édifices, mais en voici au moins une présentation de l'essentiel.

Biblio : Plusieurs des notions essentielles à cette introduction m'ont été fournies par le dossier du numéro de mars 2010 de La revue des vieilles maisons françaises (VMF), n° 231 : Toulouse, le caractère d'une ville (divers auteurs), et en particulier d'un article de ce dossier : La Renaissance toulousaine : un art idéal pour une ville "élue" (Sarah Muñoz et Colin Debuiche). Mais cette revue n'a pas été ma seule source, et s'il s'avérait que des inexactitudes ont été écrites ici elles seraient certainement dues à des erreurs de synthèse ou d'interprétation de ma part.



Commençons par le premier hôtel particulier cité : l'hôtel de Bernuy. Propriété de Jean de Bernuy, marchand d'origine espagnole ayant fait fortune dans le commerce du pastel, il fut bâti en deux campagnes éloignées de près de 30 ans : une première cour gothique en brique autour de l'année 1503, avec comme point d'orgue une superbe tour capitulaire (alors qu'il ne fut capitoul qu'en 1533 !). Puis une seconde cour (la première après l'entrée en fait) en pierre vers 1530, d'architecture Renaissance mâtinée du style plateresque espagnol et dont l'architecte fut Louis Privat. Bernuy était si riche qu'on dit qu'il contribuait à lui seul pour un cinquième des recettes fiscales de la ville, et qu'il se porta caution auprès de Charles Quint de la faramineuse rançon exigée pour la libération du roi François Ier fait prisonnier à la bataille de Pavie en 1525. A titre de remerciement, Jean de Bernuy eut l'honneur de recevoir le roi et sa cour dans son hôtel juste terminé. La légende dit que c'est à cette occasion que le roi aurait remarqué la Belle Paule, alors âgée de 15 ans, qui curieusement donna son nom à plusieurs bateaux de guerre français sous l'appellation "Belle poule" !

La tour gothique dans la cour de 1503 :




La cour Renaissance en pierre, qui aurait bien besoin d'un ravalement tant elle est malheureusement noire de pollution :






Un bel exemple de voûte surbaissée, prouesse architecturale pour l'époque :








Les fameuses colonnes-candélabres de l'hôtel de Bernuy sont inspirées des illustrations des "Medidas del romano", traité espagnol de Diego de Sagredo (1526) :


Pour comparaison gravure tirée du traité Medidas del romano (document d'origine : Colin Debuiche) :


Le portail d'entrée de style gothique flamboyant date lui aussi, comme la première cour, de 1503 :




La devise des Bernuy est gravée en latin : SI DEUS PRO NOBIS, début d'une phrase de la Bible signifiant "Si Dieu est avec nous, qui sera contre nous ?".

Last edited by Pistolero; November 22nd, 2017 at 05:27 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
Old October 29th, 2016, 10:42 PM   #2
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

Deuxième étape : l'hôtel du Vieux Raisin. Essentiellement réalisé en deux phases vers 1515-1525 puis 1580-1590, il s'inspire notamment de l'art Renaissance du val de Loire pour sa partie la plus ancienne (fond de cour), mais également de Fontainebleau et possède un remarquable décor sculpté.
Si sa façade en fond de cour fut élevée en 1515 par un capitoul, Béringuier Maynier, c'est à Pierre de Lancrau, évêque de Lombez qu'on doit ses ailes richement décorées (vers 1580), et non au parlementaire Jean de Burnet comme on l'a longtemps pensé.









Au-dessus de la porte de la tour se lit la devise : VIVITUR INGENIO CETERA MORTIS ERUNT, « On vit par l'esprit, tout le reste appartient à la mort ».




Les ailes de la cour datent de la fin de la Renaissance (entre 1580 et 1591). Les sculptures y mettent à l'honneur l'ordre caryatide mais également des cuirs découpés et des corps hybrides.
Ce programme conduit par l'architecte Pierre Souffron témoigne de la maîtrise des sources les plus savantes de l'époque (Jacques Androuet du Cerceau, Philibert de L'Orme).





Plus de dents, mais des épaules de déménageur pour cette mémé : on est bien dans le style Renaissance !












Cette façon de disposer le décor dans des cartouches de "cuir découpé" (la sculpture rappelle par sa forme un morceau de cuir découpé et enroulé) vient du château de Fontainebleau.














Impossible de tout montrer tant le décor est riche, prenez le temps de le détailler si vous y passez. En semaine et aux heures ouvrables la cour est ouverte.

Last edited by Pistolero; November 22nd, 2017 at 05:31 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old October 29th, 2016, 10:44 PM   #3
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

L'hôtel d'Assézat : construit pour le marchand de pastel Pierre d'Assézat à partir de 1555, juste avant que le krach du pastel et les guerres de religion ne surviennent (il était temps !), l'hôtel d'Assézat présente dans sa cour intérieure ses lignes classiques inspirées du troisième livre (1537) et quatrième livre (1540) de Sebastiano Serlio, architecte italien appelé à la cour de François Ier.
En effet les colonnes cannelées encadrant les baies présentent les trois ordres architecturaux de la Renaissance, elles sont couronnées de chapiteaux de style dorique (rez-de-chaussée), ionique (1er étage) et corinthien (2ème étage).
Sa belle architecture mêlant brique et pierre constitue certainement le clou de la Renaissance architecturale toulousaine, l'hôtel est attribué sans certitude au maître architecte et sculpteur toulousain Nicolas Bachelier.

















L'illustration ci-dessous représente "l'élévation d'une façade Renaissance à Venise" (quatrième livre de Sebastiano Serlio - 1537), vous pouvez la comparer à la photo qui précède :










Un atlante gardant l'escalier :




L'hôtel sert d'écrin à la riche collection de la fondation Bemberg :








Détail des décorations du portail. Notez la représentation d'Indiens d'Amérique, il était de bon ton pour un homme cultivé de montrer qu'il s'intéressait aux nouvelles du monde :




Le heurtoir de la porte d'entrée :



Last edited by Pistolero; November 19th, 2017 at 10:41 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old October 29th, 2016, 10:46 PM   #4
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

L'hôtel de pierre est bien connu des Toulousains, sa riche façade de pierre sculptée des 17ème et 19ème siècles se démarque de l'architecture locale de brique. Dans la cour, les stars sont deux atlantes vieillissants dont on a longtemps pensé qu'ils étaient l’œuvre (et même LE chef d’œuvre en termes de sculpture) du sculpteur et architecte Nicolas Bachelier (1538). Or des études récentes indiquent qu'ils s'inscrivent plutôt dans la lignée des cariatides de l'hôtel du Vieux Raisin (années 1580), et que leur datation doit être ramenée aux premières années du XVIIème siècle. On peut parler de Renaissance tardive pour l'ensemble de la cour et l'essentiel de la façade.

La façade sur rue en pierre :








Dans la cour, ces superbes atlantes sont sans doute dus au dessin de l'architecte Pierre Souffron (vers 1604) :


Eh oui quatre siècles d'existence, ça fait mal au nez !








Quand le portail de l'hôtel s'ouvre on les aperçoit au fond de la cour :










Non loin du précédent, l'hôtel Molinier (ou de Felzins) possède un portail de 1556 doté d'un décor Renaissance curieusement exubérant, qualifié de maniériste. Une illustration surprenante pour la devise stoïcienne gravée dans le marbre du décor : SUSTINE ABSTINE, « Supporte et abstiens-toi ».










Dans la cour, des angelots décorent le bas d'une tourelle :



L'hôtel d'Ulmo. Edifié entre 1526 et 1536 pour le président à mortier au Parlement Jean d'Ulmo, cet hôtel fut le premier à Toulouse à adopter un escalier Renaissance (escalier droit et non plus à vis). Son beau baldaquin de marbre est probablement un peu plus tardif.






La devise de Jean d'Ulmo gravée dans la pierre : DURUM PACIENTIA FRANGO, "Ma patience triomphe de tout". Ironique quand on pense qu'il s'avéra être un corrompu notoire qui finit pendu.



Last edited by Pistolero; October 18th, 2017 at 03:30 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old October 29th, 2016, 10:47 PM   #5
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

L'hôtel de Mansencal. Président au Parlement de Toulouse, Jean de Mansencal fit bâtir son hôtel entre 1527 et 1547. L'hôtel souffrit beaucoup d'avoir été racheté par les dominicains au XIXème siècle, qui en démolirent une grande partie pour construire une chapelle (également détruite depuis). Il a conservé toutefois une des plus belles tours de la ville, haute de 30 mètres.
L'impératrice Eugénie, la célèbre épouse de Napoléon III, y passa une partie de sa jeunesse dans une pension pour jeunes filles de bonne famille.

Le manque de recul dans la rue nuit à la mise en valeur de cet hôtel.








La façade arrière déployait autrefois 5 travées (au lieu de 2 de nos jours), avec là aussi - comme à l'hôtel d'Assézat - la mise en œuvre des trois ordres classiques (dorique, ionique et corinthien).
Propre et complète, cette façade devait avoir fière allure.












Hôtel Potier-Laterrasse, il reste quelques belles arcades d'origine de cet hôtel, intégrées à un bâtiment plus récent.







Hôtel de Tournoer. La tour fut érigée en 1532 par le président du Parlement Paul Tournoer et cache paraît-il le plus bel escalier Renaissance de la ville (mais je ne l'ai pas vu).








Une devise en latin est inscrite sur la tour : ESTO MIHI DOMINE TURRIS FORTITUDINIS A FACIE INIMICI, « Sois pour moi, Seigneur, une tour de courage face à l'ennemi ».

Last edited by Pistolero; September 7th, 2017 at 02:45 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old October 29th, 2016, 10:50 PM   #6
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

Hôtel de Lamamye. A côté d'une belle tour gothique en brique, les galeries Renaissance (vers 1540) en pierre blanche de cet hôtel furent murées ultérieurement. Ici aussi c'est dans la cour que ça se passe.







Hôtel d'Astorg. Construit entre 1550 et 1570, remanié ensuite. Belles fenêtres sur cour et sur rue du 16ème siècle. La datation des remarquables galeries et escaliers en bois de la cour n'est pas évidente, il est probable qu'ils ne soient pas du 16ème mais du 17ème siècle. Cependant certains guides les présentent comme des éléments Renaissance, alors bon... à prendre avec des pincettes.








Un bel exemplaire d'escalier suspendu :





Hôtel de Brucelles. C'est dans la petite cour que se dresse une fort belle tour capitulaire Renaissance (1544), décorée de personnages sculptés. Difficile à prendre en photo à cause du contraste lumineux.





Hôtel de Buet. Construit vers 1540. Portail et fenêtres de Nicolas Bachelier dans la cour.









L'hôtel Huc de Boysson-Cheverry. Cet hôtel ayant appartenu successivement aux deux capitouls de Boysson et de Cheverry présente une première cour de style gothique avec des fenêtres de style Renaissance, alors que la deuxième cour est plus Renaissance mais... avec des fenêtres gothiques !

La première cour :




La deuxième cour :







Last edited by Pistolero; December 7th, 2017 at 02:25 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old October 29th, 2016, 10:51 PM   #7
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

Maison d'Auger Ferrier, l'ancien médecin de Catherine de Médicis. 1553.
Pas vraiment cataloguée comme un hôtel particulier, cette demeure en a l'allure et dans la cour se trouvent des fenêtres Renaissance de belle facture.
Ce médecin avait un remède très efficace contre la peste, fléau de l'époque, dit "pilule aux trois adverbes" : "Trois mots contre la peste ont plus d'effet que l'art : se retirer bientôt du lieu infect et s'en aller loin et revenir tard".











L'hôtel Dumay, édifié en deux campagnes (1553 puis 1585) a une vaste cour caractéristique de la Renaissance, mais cependant pas aussi marquante que d'autres que l'on a pu voir.











L'hôtel de Pins (construit à partir de 1528). Cet hôtel particulier fut pratiquement démoli lors du percement de la rue du Languedoc à la fin du XIXème siècle, mais ses belles galeries à arcades Renaissance ont été remontées en fond de cour.









L'hôtel Thomas de Montval. Dans la cour de cet hôtel du tout début du 20ème siècle ont été remontés arcades et médaillons issus de la destruction de l'hôtel de Pins. Une très belle réutilisation à mon avis !












On va en terminer là pour les hôtels particuliers, bien qu'en d'autres endroits des spécialistes pourraient sans doute identifier des éléments Renaissance je reste ici sur ce qui est emblématique.
Vous aurez noté que tout ou presque se passe dans les cours, ce qui rend ce patrimoine pourtant fort riche assez peu visible à celui qui ne sait pas le dénicher.

Last edited by Pistolero; September 7th, 2017 at 02:54 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old October 29th, 2016, 10:52 PM   #8
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

Lorsque le collège de l'Esquile fut refondé vers 1550 en absorbant 8 vieux collèges, on sollicita Nicolas Bachelier pour la réalisation d'un portail prestigieux. Il le réalisa en 1556 et il symbolise depuis l'ancienneté de l'Université de Toulouse, fondée en 1229.









Détruite par un incendie au 15ème siècle, l'église de la Dalbade fut rebâtie au 16ème siècle. Le splendide tympan orné au 19ème siècle d'une céramique de Gaston Virebent représentant le Couronnement de la Vierge éclipse un peu son très beau portail Renaissance dû à Michel Colin et orné par Mérigon Talhan vers 1537.















L'étape suivante nous emmène dans la cour du Capitole, l'hôtel de ville, composée d'éléments Renaissance du 16ème siècle et d'éléments du début du 17ème siècle.

La cour Henri IV :


La porte orientale fut décorée par Nicolas Bachelier pour sa partie basse et par Geoffroy Jarry pour sa partie haute. La statue d'Henri IV qui surplombe le tout date pour sa part du tout début du 17ème siècle.


Nicolas Bachelier, qu'on retrouve décidément partout dans la Renaissance toulousaine, sculpta en 1546 une porte qui donnait sur le Petit Consistoire, actuel Donjon du Capitole, où se tenaient les réunions des capitouls. Elle fut ensuite déplacée à son emplacement actuel.
La déesse Pallas est entourée de deux figures féminines, l'une portant un bâton avec la croix du Languedoc (à l'origine Bachelier avait sculpté une chouette sur ce bâton, attribut de Pallas), l'autre brandissant une couronne de lauriers et une branche fleurie :



La représentation de Pallas (autre nom de Minerve, ou Athéna) illustre le fait que l'empereur Domitien (entre les années 51 et 96 de notre ère) donna à la ville le titre de Palladia Tolosa car elle était réputée dans le monde romain pour la qualité de son enseignement, la plaçant ainsi sous la protection de Pallas-Athéna, déesse de la sagesse. De nos jours il arrive encore que Toulouse soit désignée par les érudits comme "la cité palladienne" :






Le haut du portail a été sculpté par Geoffroy Jarry en 1561. On peut y voir des esclaves enchaînés, pour symboliser la puissance de Toulouse en tant que capitale de la province du Languedoc (titre partagé avec Montpellier à partir de 1730 dès lors que cette dernière ville récupéra le siège jusqu'alors tournant des Etats du Languedoc, Toulouse demeurant le siège du Parlement provincial) :


La devise en latin dit ceci : Hic Themis dat jura civibus, Apollo flores camoenis, Minerva palmas artibus, "Ici Thémis donne la loi aux citoyens, Apollon les fleurs aux poètes, Minerve les palmes aux artistes".




Il arrive qu'on classe également le Pont neuf comme une œuvre Renaissance, car sa réalisation s'étira de 1545 jusqu'en 1632 et parce qu’il mit en œuvre des solutions techniques innovantes, comme les arches en anse de panier ou les dégueuloirs de ses piles. Bon pourquoi pas, ceci dit il est à noter que c'est surtout au 17ème siècle que les travaux avancèrent vraiment, avec une conception revue.


Enfin terminons cette thématique de la Renaissance à Toulouse par une dernière porte sise au Jardin des plantes, datée de 1576 et œuvre de Jean Aleman. C'était la porte principale de la façade ouest du Capitole d'alors, qui donnait sur une rue étroite car la place du Capitole n'existait pas encore. Elle fut remplacée à cet emplacement par une autre porte de Pierre Monge en 1671 et ne doit sa survie qu'à ce déclassement car cette dernière porte fut détruite en 1752 en même temps que la nouvelle façade du Capitole de Guillaume Cammas était édifiée :






Oups j'allais oublier dans cet inventaire le portique Renaissance de la basilique romane Saint-Sernin. Il est probable que j'aie oublié d'autres ouvrages, ne pas considérer ce que je montre ici comme exhaustif même s'il y a sans doute le principal.





Last edited by Pistolero; June 9th, 2017 at 06:13 PM.
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old November 8th, 2016, 01:58 PM   #9
MaxouDeNantes
Registered User
 
MaxouDeNantes's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Posts: 248
Likes (Received): 312

C'est sublime, et très exotique comme couleurs pour un nantais habitué au blanc tuffeau et aux toits d'ardoise
__________________

Pistolero liked this post
MaxouDeNantes no está en línea   Reply With Quote
Old November 8th, 2016, 02:26 PM   #10
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 14,289
Likes (Received): 5239

Un culte de la brique romaine .
3locations está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 8th, 2016, 11:00 PM   #11
tititlse
Registered User
 
Join Date: Jan 2006
Location: Toulouse
Posts: 8,611
Likes (Received): 1857

La ville rose porte bien son nom!
__________________
FORZA TOLOSA

Pistolero liked this post
tititlse no está en línea   Reply With Quote
Old November 9th, 2016, 11:53 AM   #12
Pistolero
Le vil rosse
 
Pistolero's Avatar
 
Join Date: May 2011
Location: Toulouse / Paris
Posts: 3,170
Likes (Received): 2356

Quote:
Originally Posted by 3locations View Post
Un culte de la brique romaine .
Convertis-toi ou sois transformé en pierre !
Pistolero no está en línea   Reply With Quote
Old November 10th, 2016, 07:24 PM   #13
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 14,289
Likes (Received): 5239

Quote:
Originally Posted by Pistolero View Post
Convertis-toi ou sois transformé en pierre !
En grès rose, à Strasbourg .
3locations está en línea ahora   Reply With Quote


Reply

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

Related topics on SkyscraperCity


All times are GMT +2. The time now is 01:44 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2017, vBulletin Solutions Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu