daily menu » rate the banner | guess the city | one on oneforums map | privacy policy | DMCA | news magazine

Go Back   SkyscraperCity > Continental Forums > Africa > North Africa > Maroc > Infrastructures & Mobility projects > Maritime > Ports



Reply

 
Thread Tools
Old January 10th, 2012, 12:15 PM   #381
rifdu38
Registered User
 
Join Date: Mar 2009
Location: Grenoble/Nador
Posts: 8,502
Likes (Received): 840

Secteur maritime national
Les professionnels interpellent le gouvernement


Quote:
Dans un communiqué diffusé ce dimanche, le Comité Central des Armateurs Marocains (CLAM) a appelé le gouvernement à une intervention urgente pour sauver le secteur maritime au Maroc. Cet appel intervient au lendemain de la saisie “conservatoire” prise par les autorités maritimes françaises de deux navires marocains au port de Sète.

Les dossiers ne cessent de s'accumuler sur le bureau du gouvernement Benkirane! Outre les problèmes socio-économiques de premier plan qui se posent avec acuité, le nouvel exécutif devra également s'occuper du secteur maritime national qui, à en croire les professionnels, n'est pas non plus au mieux.

Dans un communiqué relayé par l'agence MAP, ces derniers, via le Comité Central des Armateurs Marocains (CLAM), appellent le gouvernement à une intervention urgente pour sauver leur secteur, au lendemain de la saisie “conservatoire” prise par les autorités maritimes françaises de deux navires marocains - les ferries Le Biladi et Le Marrakech appartenant aux compagnies maritimes nationales Comarit et Comanav - au port de Sète.

“Si aucune mesure n'est entreprise par les autorités de tutelle, le Royaume sera sans aucun moyen naval pour couvrir le transport maritime de plus de 70 millions de tonnes de marchandises de ses échanges avec l'extérieur et de 4 millions de passagers.”

Le CLAM dans un communiqué.

L'Opération “Transit 2012” menacée?

Les professionnels mettent en garde contre l'impact négatif que pourrait entraîner la situation critique que vivent actuellement des compagnies maritimes nationales de transport de passagers et de marchandises sur le reste de la flotte marchande nationale “si cette crise n'est pas rapidement circonscrite”.

Ils attirent également l'attention des autorités compétentes sur les conséquences fâcheuses que cette situation pourrait entraîner, notamment sur le déroulement de l'opération transit 2012 concernant les Marocains de l'étranger (MRE).

“A quelques mois seulement du début des préparatifs de l'opération de transit 2012, nos compatriotes à l'étranger risquent d'annuler leur voyage au Maroc en l'absence d'un moyen de transport économique qui leur assure les meilleures conditions pour une traversée confortable.”

Le CLAM.

2,5 millions

660.000 véhicules entrent au Maroc annuellement par voie maritime, tandis que 2,5 millions de Marocains résidant à l'étranger préfèrent la traversée maritime pour se rendre en vacances au pays.

Risques de monopole des compagnies étrangères

Le CLAM fait part également de son inquiétude de voir les compagnies maritimes étrangères profiter de la situation de crise des compagnies maritimes marocaines, pour imposer leur monopole sur le marché du transport des passagers.

Selon le Comité, pour éviter ce risque, le Maroc devrait “initier une nouvelle politique maritime” qui lui permette de “sécuriser par ses propres moyens maritimes une partie de ses échanges de biens avec l'extérieur et le transport de masse de ses MRE”, et capable de lui assurer des acteurs nationaux compétitifs pouvant faire face à la concurrence des compagnies étrangères. Une concurrence qui, rappelle-t-on, s'est exacerbée suite à la politique de libéralisation du secteur initiée en 2007.

A propos de la concurrence, le CLAM souligne que la libéralisation du secteur n'a pas été accompagnée par une politique de mise à niveau des entreprises nationales, celles-ci étant toujours régies par le cadre législatif du code du commerce maritime de 1919.

Le Comité pointe également du doigt le régime fiscal qui, selon lui, ne permet pas une concurrence loyale.

Le Comité Central des Armateurs Marocains (CLAM) est une organisation professionnelle représentant les compagnies de transport et de services maritimes. Il regroupe l'ensemble des acteurs du secteur maritime au Maroc, à savoir le transport de marchandises, le transport de passagers et les services.

4 milliards DH

Le secteur emploie d'une manière directe plus de 5.000 personnes et réalise un chiffre annuel de 4 milliards de dirhams.

Pour rappel, cet appel du CLAM intervient après que deux bateaux marocains, les ferries Le Biladi et Le Marrakech, appartenant aux compagnies Comarit et Comanav, ont été bloqués samedi à Sète, interrompant sine die les liaisons maritimes entre ce port français et ceux de Nador et Tanger.

Selon les autorités françaises, ces bateaux font l'objet de “saisies conservatoires”, motivées par des impayés...
rifdu38 no está en línea   Reply With Quote

Sponsored Links
 
Old January 12th, 2012, 06:19 PM   #382
Smael
Registered User
 
Smael's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 746
Likes (Received): 59

Quote:
Comanav-Comarit : la SNCM réfléchit à des options sur Sète

FRANCE / MAROC. Trois navires de la Comanav-Comarit sont toujours à l’arrêt au port de Sète. Deux d’entre eux, le Biladi et le Marrakech ont été saisis samedi 7 janvier 2012 par les autorités françaises et sont donc immobilisés, suite à des impayés imputés à la compagnie marocaine. Le troisième, le Bni Nasar, demeure à quai, faute de passagers.

Au port, on assure que des négociations sont en cours au Maroc mais que personne ne sait quand la situation sera débloquée.

La possibilité de voir un nouvel exploitant sur ces liaisons entre Sète, Tanger-Med et Nador a été évoquée. La SNCM, qui assure déjà des liaisons entre la France et l’Algérie et la Tunisie, pourrait trouver un intérêt à se positionner sur le marché marocain afin de compléter son offre : « La desserte du Maghreb en général est importante pour la SNCM, soutient la directrice de la communication de la compagnie basée à Marseille et interrogée par econostrum.info, Françoise Merck. De ce fait, nous étudions ce que nous pourrions proposer dans ce cas précis, mais pour l'heure il n'y a rien de concret. »
http://www.econostrum.info/Comanav-C...ete_a8437.html
Smael no está en línea   Reply With Quote
Old January 13th, 2012, 11:12 PM   #383
Smael
Registered User
 
Smael's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 746
Likes (Received): 59

Quote:
Un juzgado de Cádiz prohibe la navegación de los buques de la naviera marroquí Comarit



http://www.flickr.com/photos/foodafl...7627617315607/

El grupo Comarit mantiene sus servicios únicamente desde Tarifa
La naviera Comarit y por tanto, Comanav, perteneciente a dicho grupo ha tenido que cesar sus operaciones entre Algeciras y Tánger Med debido a una orden del juzgado de lo mercantil nº1 de Cádiz, por problemas económicos. De hecho, la Capitanía Marítima de Algeciras, ordenó el pasado miércoles, día 12 de enero, la inmovilización de los buques "Ibn Batouta", que cubre la línea Algeciras Tánger Med; y "Boraq", que enlaza Tarifa con Tanger Ville, quedando este último buque libre, finalmente.
Además, la empresa marroquí posee otros dos ferries que se encuentran actualmente inmovilizados, debido a impagos de combustible y amarres, en el puerto de Sète, ya que cubrían la línea entre el puerto francés y Tánger Med.
Así, Comarit opera tan solo en la línea entre Tarifa y Tánger Ville con los buques "Boraq" y Bissat", ya que los ferries "Banasa", "Boughaz", "Al-Mansour" e "Ibn Batouta", que cubrían la línea con Algeciras, se encuentran inmovilizados en el puerto algecireño.
Según se ha podido conocer, no es la primera vez que la empresa marroquí ha tenido este tipo de problemas, especialmente, en Francia, donde además, tenía la concesión de una línea marítima entre Sète y Nador.
http://wwferry.blogspot.com/2012/01/...rohibe-la.html
Smael no está en línea   Reply With Quote
Old January 15th, 2012, 10:06 PM   #384
Smael
Registered User
 
Smael's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 746
Likes (Received): 59

Quote:
SPANISH FERRY IN COLLISION AT SEA



2012-01-14

As all eyes looked towards the nautical disaster that unfolded off the coast of Italy, as the luxury liner Costa Concordia with 3,400 passengers and around 1,000 crew ran aground and ultimately sank to the ocean floor, a similar potential disaster was averted in the Straits of Gibraltar.

At around 8:00 PM on Friday evening, about 5 miles from the North African enclave of Ceuta, the Millennium Dos high speed ferry suffered a collision with a merchant freighter New Glory, causing a huge hole to be cut in the starboard side of the passenger ship.

Millennium Dos had left Algeciras at 19:00 hours en route to Cueta, carrying out her regular service across the strait, with 174 passengers, 37 vehicles and 4 freight units on board.

The ferry company Acciona issued a statement saying that the safety of the ship was not compromised and that she was able to continue to the harbour under her own power.

Miraculously, only one passenger had to be evacuated, suffering an open fracture of tibia and fibula in his right leg and a cut on his head.

The ship docked and passengers disembarked at around 4 in the morning and a full investigation has now been launched to determine what caused this potentially catastrophic incident.
http://www.theleader.info/article/32...lision-at-sea/
__________________
VIVE LE RIF! || Proud grandfather || Retired SCM member
Smael no está en línea   Reply With Quote
Old January 16th, 2012, 09:04 PM   #385
Superanouar
Registered User
 
Superanouar's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Paris/Marrakech
Posts: 2,201
Likes (Received): 140

Quote:
Transport maritime: La crise continue




A la suite de la saisie de l’Ibn Batouta, la Comarit n’opère plus qu’avec un seul
bateau, un ferry rapide desservant la ligne Tarifa-Tanger. D’autres bateaux,
tels le Banassa, Al Mansour et le Boughaz sont en arrêt technique. En effet,
lors de la basse saison, les compagnies réduisent le nombre de bateaux en
service et en profitent pour faire des réparations


. La Comarit n’opère plus qu’avec un seul bateau
. Après l’immobilisation du Biladi et du Marrakech, c’est au tour de l’Ibn Batouta
. Avec une telle crise, l’opération MRE pourrait être compromise


A la suite de la saisie de l’Ibn Batouta, la Comarit n’opère plus qu’avec un seul bateau, un ferry rapide desservant la ligne Tarifa-Tanger. D’autres bateaux, tels le Banassa, Al Mansour et le Boughaz sont en arrêt technique. En effet, lors de la basse saison, les compagnies réduisent le nombre de bateaux en service et en profitent pour faire des réparations



Ce qui devait arriver, arriva. La crise de la Comarit à Sète s’est propagée au Détroit. Jeudi dernier, un autre ferry de la Comarit a été mis sous saisie conservatoire au port d’Algésiras, sur demande d’un tribunal espagnol. Il s’agit de l’Ibn Batouta, bateau de la Comarit assurant le trajet Tanger
Med-Algéciras.
Selon l’entreprise en Espagne, le Batouta a été saisi pour des factures impayées mais la situation serait sur le point d’être résolue. A la suite de cette saisie, la Comarit n’opère plus qu’avec un seul bateau, un ferry rapide desservant la ligne Tarifa-Tanger. D’autres navires de l’entreprise, tels le Banassa, Al Mansour et le Boughaz sont en arrêt technique. En effet, lors de la basse saison, les compagnies réduisent le nombre de bateaux en service et en profitent pour faire des réparations. Mais la situation ne pourrait durer. En effet, c’est dans moins de cinq mois que devrait démarrer la campagne MRE et le manque à l’appel des quatre bateaux sur Algéciras de la Comarit pourrait nettement se faire sentir.
Actuellement sur la ligne Tanger
Med-Algéciras, seuls sont en service les bateaux de Balearia, Acciona et IMTC.
Selon certaines sources, il n’est pas à écarter que d’autres compagnies soient frappées par la crise actuelle qui sévit dans le monde du transport maritime marocain. En effet, le trafic maritime passagers a connu une régression assez marquée lors des dernières années. Sur les lignes Tanger-Sète et Nador-Sète, la chute a été de près de 11% par rapport à 2010. D’après les experts, cette ligne est difficile à rentabiliser puisque la part fret y est minime. Comparativement, la ligne Tanger-Algésiras est plus aisée en termes de rentabilité vu que la part du fret dans le chiffre d’affaires annuel est plus importante. Malgré tout, elle aussi est en perte de vitesse vu que les chiffres de 2011 laissent entrevoir une chute du trafic passagers de près de 6% par rapport à 2010 sur le Détroit. Les causes sont diverses : réduction du volume total des MRE de retour et concurrence féroce des lignes aériennes low-cost, entre autres raisons.
A cette chute s’ajoutent, selon différentes sources, l’augmentation des frais de combustible et d’entretien de la flotte. Avec des moyennes d’âge de 30 à 40 ans, la consommation en combustible est loin d’être optimale et l’entretien est de plus en plus cher, note-t-on au port de Tanger-Med.
L’exploitation d’un bateau comme l’Ibn Batouta sur la ligne Tanger
Med-Algéciras suppose des charges allant de 150.000 à 180.000 DH par jour incluant frais d’équipage, combustible, entretien et frais portuaires, entre autres. L’utilisation de bateaux modernes comme les ferrys rapides permettrait de réduire les frais d’exploitation mais à l’achat, ils s’avèrent très onéreux. A titre d’exemple, un ferry de dernière génération, comme l’Alhucémas que Balearia a mis sur la ligne Tanger
Med-Algéciras en juin dernier coûte la bagatelle de 90 millions d’euros, soit un peu plus d’un milliard de DH, hors de portée des possibilités économiques des armateurs marocains.
A Sète, la situation reste sans changement apparent. Le Biladi et le Marrakech appartenant respectivement à la Comarit et à la Comanav (rachetée à la CMA-CGM en 2009) continuent de rester amarrés de force sur ordre judiciaire au port de Sète. Les deux bateaux qui assuraient des connexions avec la ville de Tanger deux fois par semaine ont été contraints par voie d’huissier de justice à rester amarrés au quai suite à une lourde série d’impayés totalisant près de 3 millions d’euros (cf. leconomiste.com).
Les deux bateaux n’ont pas vu leur situation changer depuis le week-end dernier quand ils ont été interdits de prendre la mer. Si les 400 passagers bloqués ont trouvé une issue et ont pu pour la plupart regagner le Maroc, l’avenir de la ligne semble compromis. Le troisième bateau assurant la connexion avec le Maroc, le Bni Nsar, est lui aussi à l’arrêt. Appartenant à la Comanav, il n’assure plus depuis décembre dernier la liaison Sète-Nador et ce à cause de la baisse du nombre de passagers.

16/01/2011
Ali ABJIOU
L'Economiste
Superanouar no está en línea   Reply With Quote
Old January 16th, 2012, 09:48 PM   #386
Slaoui
BANNED
 
Join Date: Jan 2008
Location: Paris
Posts: 7,724
Likes (Received): 29

C'est bien, bientôt on n'aura plus de bateaux poubelles sur le détroit...
Qu'est ce qu'il raconte ce "journaliste", opération mre compromise... il y a d'autres compagnies, si comarit-comanav fait faillite tan pis pour eux, il y en a d'autres qui prendront le relais !
Ca leur apprendra à prendre les mre pour du bétail, avec leurs bateaux poubelles...

La RAM, Comarit-comanav, bientôt plus de jet4you non plus, bientot on aura plus aucune compagnie nationale dans les transports... je n'ose même pas parler du transport routier, et du transport urbain !
Slaoui no está en línea   Reply With Quote
Old January 16th, 2012, 11:29 PM   #387
rifdu38
Registered User
 
Join Date: Mar 2009
Location: Grenoble/Nador
Posts: 8,502
Likes (Received): 840

Quote:
Originally Posted by Slaoui View Post
C'est bien, bientôt on n'aura plus de bateaux poubelles sur le détroit...
Qu'est ce qu'il raconte ce "journaliste", opération mre compromise... il y a d'autres compagnies, si comarit-comanav fait faillite tan pis pour eux, il y en a d'autres qui prendront le relais !
Ca leur apprendra à prendre les mre pour du bétail, avec leurs bateaux poubelles...


La RAM, Comarit-comanav, bientôt plus de jet4you non plus, bientot on aura plus aucune compagnie nationale dans les transports... je n'ose même pas parler du transport routier, et du transport urbain !
+ 1 000
j'attend que çà , il parait que SNCM s'interresse aux traverseés Séte-Nador/Tanger
rifdu38 no está en línea   Reply With Quote
Old January 17th, 2012, 12:46 AM   #388
adamelstar
Moderator
 
adamelstar's Avatar
 
Join Date: Nov 2009
Posts: 7,932
Likes (Received): 627

Avec ce qui ce passe en Italie (naufrage du Costa croisière ), le bateau m'inquiète...

Et puis je sais pas pour les autres Mre, mais moi faire un Sete Tanger ça ne ma jamais rien dit, 35h de bateau, alors que par route je traverse l'Espagne en beaucoup moins de temps ...

Vive l'avion
__________________
"Le Maroc est un lion qu'il faut mener avec une ficelle". Mohamed V
adamelstar no está en línea   Reply With Quote
Old January 17th, 2012, 12:47 AM   #389
adamelstar
Moderator
 
adamelstar's Avatar
 
Join Date: Nov 2009
Posts: 7,932
Likes (Received): 627

Edit
__________________
"Le Maroc est un lion qu'il faut mener avec une ficelle". Mohamed V
adamelstar no está en línea   Reply With Quote
Old January 17th, 2012, 11:14 AM   #390
mechrouk
Registered User
 
Join Date: Apr 2011
Posts: 230
Likes (Received): 19

Moi je prend toujours les bâteaux espagnoles. Ils sont plus moderne plus propres et le personel est beaucoup mieux formé y'a même des filles espagnoles qui parlent l'arabe. Les bâteaux marocains c'est des cerceuil flottant je n'ose même pas en parler.

La seule solution c'est qu'ils vendent ces ferailles et qu'ils achète plusieurs fastferry peu importe le prix il sera beaucoup plus rentable.

Je ne comprend decidement plus rien ils construisent un port passager moderne avec 8 quai alors qu'a algeciras j'en ai compté que 4 et ils ne sont pas foutu de mettre a disposition des MRE des bâteau neufs tfou
mechrouk no está en línea   Reply With Quote
Old January 17th, 2012, 12:00 PM   #391
boulie
Registered User
 
Join Date: Sep 2009
Posts: 957
Likes (Received): 159

Le but premier de certains patrons marocains, c'est de se gaver. "Après moi le déluge".
J'avais lu récemment un article d'un expert marocain qui expliquait à propos du démantelement douanier avec l'UE, que beaucoup de patrons marocains cherchaient à mettre la pression sur le gouvernement marocains afin de préserver la production locale. Pour lui, c'était surtout une occasion de préserver une économie de rente. Il racontait comment le secteur de la céramique avait obtenu du gouvernement des mesures de protection avec la promesse d'améliorer l'outil de travail. A l'arrivée, pendant 5 ans, leur secteur a été protégé contre les produits portugais et espagnol (qui ont pourtant des coûts plus élevés) sans avoir tenu leur engagements. L'article traitait également du secteur du bois avec la même constation sur les ambitions des professionnels.
Pour la Comanav/Comarit, le constat est le même. Seule compagnie a fait la traversée France/Maroc. Des tarifs de traversées alignés sur ceux des autres compagnies espagnoles avec des coûts d'exploitation moindres pour avoir à l'arrivée, des bateaux à la limite et des factures impayées ?
boulie no está en línea   Reply With Quote
Old January 17th, 2012, 04:30 PM   #392
Superanouar
Registered User
 
Superanouar's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Paris/Marrakech
Posts: 2,201
Likes (Received): 140

Quote:
Originally Posted by Slaoui View Post
La RAM, Comarit-comanav, bientôt plus de jet4you non plus, bientot on aura plus aucune compagnie nationale dans les transports... je n'ose même pas parler du transport routier, et du transport urbain !
C'est vrai que cette série noire des anciens fleurons du transport public qui sombrent les uns après les autres, c'est d'une tristesse ...
Dire que le virage du low-cost a été mal négocié, c'est un euphémisme.

Pour la Comanav-Comarit, il y avait et il continuera à y avoir un marché pour les liaison Sète-Nador et Sète-Tanger. Le problème est un problème de marketing, de public cible. L'avantage du ferry, c'est d'offrir aux MRE de France, et potentiellement à ceux du nord de l'Italie par exemple, d'embarquer avec leur voiture une quantité de bagages importantes et de proposer un trajet reposant et tout confort, loin du sprint des autoroutes espagnoles.

Pour proposer cela, il faut c'est sur une flotte au niveau, au personnel formé. Sinon effectivement, autant laisser la place à ceux qui ont le savoir-faire. Pas étonnant que certains trépignent à l'idée de voir la SNCM prendre le relais !
Superanouar no está en línea   Reply With Quote
Old January 17th, 2012, 04:40 PM   #393
Smael
Registered User
 
Smael's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 746
Likes (Received): 59

Quote:
Transport maritime:200 millions de DH pour sauver Comarit?



http://www.flickr.com/photos/foodafl...7627617315607/

- Une commission interministérielle planche sur la question

- La BCP intéressée sous certaines conditions

L’Etat arrivera-t-il à sauver Comarit? Peut-être. Mais attention, il ne s’agit nullement d’une intervention directe dans l’affaire de saisie des trois bateaux de Comarit et Comanav. Mais beaucoup plus d’une mission de bons offices. En effet, une commission, présidée par le secrétaire général du ministère de l’Equipement et du transport et composée de représentants des départements des Affaires étrangères et de la coopération, des Marocains résidant à l’étranger, des Finances et de Comarit, planche depuis le début de la semaine sur le dossier. Sa mission: trouver une solution immédiate au problème.
Selon une source fiable et proche du dossier au département de l’Equipement et du transport, «il faut quelque 200 millions de DH pour débloquer la situation». «Nous devons agir vite et d’urgence pour sauver Comarit», a indiqué la même source à L’Economiste. Il y a urgence parce que les autorités portuaires françaises risquent de mettre en vente les bateaux de Comarit une fois passé le délai d’un mois après leur saisie conservatoire. En fait, ajoute notre source, «les banques sont prêtes à intervenir, mais elles réclament des garanties conséquentes». «La Banque Centrale Populaire (BCP) veut bien mettre la main à la poche, surtout qu’elle détient déjà, à travers une de ses filiales, une importante part dans le capital de Comarit», indique notre source. Cependant, ses dirigeants exigent de gérer directement la compagnie maritime. Mais, jusqu’où peut aller la BCP, puisque les propriétaires de Comarit et Comanav seraient, d’après certaines sources, redevables à leurs fournisseurs et prestataires de services de la bagatelle d’au moins 500 millions de DH.
Cependant, une chose est sûre: l’Etat ne va pas laisser tomber la Comarit. L’on a ainsi appris qu’une commission du département de l’Equipement et du transport travaille déjà sur un plan de restructuration de la compagnie maritime. Alors qu’une autre va se pencher incessamment sur le bilan de la libéralisation du secteur maritime. En effet, quatre ans après son entrée en vigueur (2007), la libéralisation du secteur maritime ne donne pas satisfaction aux armateurs marocains. Et pour cause, «elle n’a pas été suffisamment accompagnée de mesures permettant à l’armement national de faire face à cette nouvelle donne», estime-t-on auprès du Comité central des armateurs marocains (CCAM). Ce dernier avait déjà tiré la sonnette d’alarme attirant l’attention sur le fait que «le cadre réglementaire est toujours régi par le code du commerce maritime de 1919 et aucune mesure incitative à l’investissement n’a été mise en place» (cf. www.leconomiste.com).
Certes, les déboires de Comarit ne sont pas à imputer directement à la libéralisation. Il n’y a pas véritablement une cause à effet. Mais cela n’empêche que le secteur du transport maritime a été l’un des premiers secteurs à avoir ressenti les effets de la crise financière qui a fortement impacté l’activité. Au niveau mondial, cette crise s’est traduite pour les compagnies maritimes par une chute importante des taux d’affrètement des navires qui ont touché des niveaux anormalement bas, ce qui ne permettait plus aux armateurs de couvrir leurs charges d’exploitation. C’est le cas de Comarit qui aurait dû d’ailleurs désarmer une partie de sa flotte comme l’ont fait beaucoup d’autres compagnies internationales.


Libéralisation

Aujourd’hui, les armateurs marocains assurent moins de 11% des échanges extérieurs du Royaume qui se font à 98% par voie maritime. Ce pourcentage remonte à 48% pour le trafic dans le détroit de Gibraltar. Ils estiment que plusieurs facteurs sont derrière cette situation, la libéralisation du secteur du transport maritime n’ayant pas été suffisamment accompagnée de mesures permettant à l’armement national de faire face à cette nouvelle donne. On a libéralisé les recettes aux lignes étrangères mais pas les charges pour l’armateur national.
http://www.leconomiste.com/article/8...sauver-comarit
__________________
VIVE LE RIF! || Proud grandfather || Retired SCM member
Smael no está en línea   Reply With Quote
Old January 22nd, 2012, 10:22 AM   #394
Smael
Registered User
 
Smael's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 746
Likes (Received): 59

Quote:
Sète Ferries : une ardoise de 4,58 M€ de fuel !

4 580 000 €, dont 3,58 M€ rien que pour le Biladi. C’est le montant des impayés de fuel qui ont valu à chacun des trois ferries de la Comanav-Comarit de faire l’objet d’une saisie conservatoire. Et d’être retenus dans le port de Sète. Mais pas uniquement pour ces petites ardoises de carburant (dont les plus anciennes remontent à septembre dernier).

Jusqu’ici, la communication des représentants de la compagnie marocaine étant elle aussi “à sec”, il était bien difficile d’en savoir plus sur les montants précis et la nature exacte de ses créances. On en sait un peu plus aujourd’hui, mais partiellement.



Selon nos informations, ce ne sont pas seulement trois requêtes en saisie conservatoire, mais sans doute le double, qui ont été adressées au président du tribunal de commerce de Montpellier. Trois de ces requêtes concernaient les notes de carburant en instance pour chacun des trois ferries. Y compris donc pour le Bni Nsar, immobilisé depuis le 5 décembre, officiellement alors à la suite de la suspension de la ligne Sète-Nador.

Ces requêtes émanaient de la société Ocean Energy, fournisseur de carburant (dont le siège social se situe aux Grenadines mais qui est aussi domiciliée à Monaco). Les ordonnances de saisie qui en résultent sont toutes trois datées du 12 janvier. Soit une semaine après les placements en rétention successifs du Biladi (le jeudi 5) puis du Marrakech (le lendemain), dûs, eux, à trois saisies antérieures. La plus importante serait liée à une créance réclamée par une société espagnole. Les autres proviendraient des poursuites respectivement lancées par une entreprise marocaine et une entreprise bretonne, dont les factures adressées à la Comanav-Comarit sont elles aussi restées lettres mortes.

A l’issue de chaque ordonnance, la compagnie marocaine dispose d’un mois pour payer ses dettes ou pour présenter des garanties bancaires permettant la main levée des saisies. Ce qui signifie par exemple, dans le cas du Biladi, qu’elle a jusqu’au 5 février pour trouver les fonds nécessaires. Ce qui n’est pas gagné...
http://www.midilibre.fr/2012/01/19/f...uel,445828.php
__________________
VIVE LE RIF! || Proud grandfather || Retired SCM member
Smael no está en línea   Reply With Quote
Old February 8th, 2012, 04:14 AM   #395
BiladAtlas
المخزن يطلع برا
 
BiladAtlas's Avatar
 
Join Date: Sep 2009
Location: Bilad Al Atlas
Posts: 7,554
Likes (Received): 552

Quote:
Le 2ème terminal pétrolier du Maroc démarre à Tanger Med le 9 février

2419 bacs de stockage pour une capacité totale de 508 000 m3 et un volume annuel estimé à 4.5 millions de m3. Soutage des navires, trading et transbordement de produits raffinés sont les missions principales du terminal.

Après quatre ans de travaux sur l’immense chantier du port Tanger Med le maître d’ouvrage hollandais Litwin Bateman vient de livrer le terminal à hydrocarbures qui sera inauguré le 9 février prochain. Le développement de ce projet concédé par la Tanger Med special agency (TMSA) au consortium formé principalement par les groupes Horizon Terminals Ltd de Dubaï et le koweitien Independent Petroleum Group a nécessité une enveloppe de 1,5 milliard de DH, dont le tiers consacré au dépôt de stockage constitué de 19 réservoirs, le tout réparti sur 12 ha. D’un peu plus d’un demi-million de mètres cubes (508 000 m3), la capacité de stockage permettra d’élever à 60 jours de consommation de produits pétroliers l’autonomie du pays qui est aujourd’hui de l’ordre de 45 jours uniquement, compte tenu des capacités de stockage dont dispose le raffineur et les différents distributeurs. Le volume annuel stocké s’élèvera à 4 356 000 m3 dont 450 000 m3 seront destinés au marché local, la région Nord en particulier. Pourquoi si peu ? Tout simplement en raison de la consommation locale du pays. Le terminal pétrolier de Mohammédia pourvoyant raisonnablement aux besoins du pays. A noter que le gasoil et l’essence accapareront plus de la moitié de la capacité totale (53%) du nouveau terminal pétrolier. Quant aux fuels et aux additifs divers, ils occuperont respectivement 43% et 4%.

Une deuxième jetée sera mise en service après trois ans d’activité

Avec la mise en service de ce poste pétrolier, un des plus grands en Afrique, le Maroc se positionne d’ores et déjà en tête du bassin méditerranéen entre les terminaux d’Algésiras et celui de Gibraltar, arrivés à saturation et qui n’offrent pas les mêmes avantages en termes de services et de fluidité. De ce fait, le terminal a pour principale vocation le soutage des navires (bunkering) en on-shore et en off-shore.
Mais pas uniquement puisqu’il fournira également les entreprises installées dans la zone franche et procédera à l’achat et à la vente de produits sur le marché international.
L’approvisionnement en carburant du marché local se fera à travers des enlèvements réguliers par cabotage et par voies routières et ferroviaires. En plus de la satisfaction d’une partie des besoins de la Région Nord en produits raffinés, essence, gasoil et fuel, le terminal permet de réduire la charge sur l’unique point d’entrée de fuel au Maroc situé à Mohammédia.
Les responsables du projet annoncent qu’une deuxième jetée sera mise en service à partir de la troisième année d’activité du terminal. Elle permettra une augmentation des volumes de stockage de 20 à 30%.

Zakaria Lahrach. La Vie éco
www.lavieeco.com

2012-01-31
http://www.lavieeco.com/news/economi...ier-21244.html
__________________
.... La patrie ne peut être forte et solide sans une citoyenneté complète ....______Bensaïd Aït Idder

.... Nous nous réjouissons (…) de t’annoncer, cher peuple, la bonne nouvelle de la découverte de pétrole et de gaz, de bonne qualité et en quantités abondantes, dans la région de Talsint dans les provinces de l’Oriental qui nous sont si chères ....______Mohamed VI, Roi du Maroc
BiladAtlas no está en línea   Reply With Quote
Old February 10th, 2012, 10:23 PM   #396
cs7even
BANNED
 
Join Date: Jul 2011
Location: Tiznit City
Posts: 2,438
Likes (Received): 211

Maroc: inauguration d'un terminal pétrolier dans le nouveau port Tanger Med


TANGER - Un terminal à hydrocarbures ayant nécessité un investissement de 160 millions d'euros a été inauguré vendredi dans le nouveau port marocain de Tanger Med (nord) offrant au Maroc un grand portail pétrolier sur le détroit de Gibraltar, en face de l'Espagne, selon le gouvernement.

Doté d'une capacité de stockage de plus de 500.000 m3 de produits pétroliers, le terminal permettra daméliorer la capacité de stockage des hydrocarbures au Maroc, un élément essentiel pour garantir la sécurité dapprovisionnement du marché national, a déclaré à cette occasion Fouad Douiri, ministre de l'Energie, des mines, de leau et de lenvironnement.

Ce dernier a ajouté que cette plateforme aura également pour missions dapprovisionner les navires passant par le détroit de Gibraltar et d'effectuer des opérations dimportation et d'exportation de produits dhydrocarbures suivant les besoins et les fluctuations du marché.

Le terminal à hydrocarbures de Tanger Med a été concédé pour une durée de 25 ans à la société HTT, un groupement formé par la société émiratie Horizon Terminals Ltd, la compagnie marocaine Afriquia SMDC et la société koweïtienne Independent Petroleum Group.

Les besoins du Maroc en hydrocarbures sont estimés à 10 millions de tonnes par an.

Le port Tanger Med dont les travaux ont été entamés en 2002 est en cours d'extansion à travers Tanger Med 2 pour porter à terme, la capacité globale de cet ensemble portuaire à plus de 8 millions de conteneurs, ce qui en fera l'un des plus grands ports de Méditerranée et d'Afrique, selon le gouvernement marocain. C'est à partir de ce port que la nouvelle usine Renault -édifiée près de cette zone- prévoit d'exporter sa production vers notamment l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie.

RENAULT


(©AFP / 10 février 2012 21h17)

http://www.romandie.com/news/n/_Maro...0220122102.asp
cs7even no está en línea   Reply With Quote
Old February 12th, 2012, 02:44 AM   #397
Gadiri
Moderator
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir
Posts: 39,642
Likes (Received): 1400

Quote:
Originally Posted by Gadiri View Post
Quote:
« Naviera Armas» lance une nouvelle liaison maritime entre Las Palmas et Laâyoune


4 juin 2010

Une nouvelle liaison maritime entre le Maroc et les Canaries verra le jour dès la semaine prochaine.
La compagnie « Naviera Armas» annonce sa première traversée entre Las Palmas (Canaries) et Laâyoune (Maroc). Départ chaque samedi des Canaries, un voyage de 7 heures, retour à Laâyoune le dimanche à midi. Les billets sont déjà en vente.
http://maghrebinfo.actu-monde.com/ar...ticle8444.html

Je suis tombé sur cette vidéo par hasard et j'ai fais une recherche. On a raté cette info ?




Il y a quelques temps j'avais remarqué qu'une rampe ro-ro avait été installée à la demande d'opérateurs. C'est allez vite.

Voilà un lointain souvenir à Tarfaya :

Quote:


http://www.navieraarmas.com/index.ph...na=1&idioma=es

90 euros l'aller-retour de 7 heures pour un siège simple.
La liaison n'existe plus.

http://www.navieraarmas.com/fr/home_fr
__________________
A must to see : Arabs and Hollywood <<<< =======

A ne pas rater : Les arabes et Hollywood <<<< =======


No te pierdas : Los árabes y Hollywood <<<< =======

Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old February 19th, 2012, 10:14 PM   #398
Smael
Registered User
 
Smael's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 746
Likes (Received): 59

Quote:
ACTION DEMANDED FOR STRANDED MOROCCAN CREWS

Over 100 Moroccan seafarers on four vessels are facing shortages of food, fuel and pay in the port of Algeciras, Spain, following a drastic reduction of operations by Morocco’s Comarit/Comanav Ferry company that has led to the laying up of 11 ships in Spanish, French and Moroccan ports. The company is known to be still functioning short of bankruptcy. Some 1800 ship and shore staff are affected.


The ITF (International Transport Workers’ Federation), working with Morocco’s Union Marocaine du Travail (UMT), is trying to help four crews stranded in Algeciras, who are now described as having reached their limits.


During inspections of the four vessels there (the Moroccan-flagged Ibn Batuta, Al Mansour, El Boughaz and Banasa) crewmembers have stated that some have not been paid for up to five months, some of their families are at risk of losing their homes, and provisions, fuel and water were nearly exhausted. Following union intervention sufficient diesel for crew needs for another four or five days has been put onboard.


The ITF and UMT are appealing for the company to pay all its crews, and for the Moroccan government’s Maritime Authority and Transport Ministry to intervene to ensure that its obligations are honoured.
http://www.mgn.com/news/newsreleased...id=8551&type=0
__________________
VIVE LE RIF! || Proud grandfather || Retired SCM member
Smael no está en línea   Reply With Quote
Old February 21st, 2012, 02:11 AM   #399
Gadiri
Moderator
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir
Posts: 39,642
Likes (Received): 1400

Quote:
Toutes l'actualités
M. Aziz Rabbah reçoit l’Ambassadeur du Royaume

(17/02/2012)


M. Aziz RABBAH, Ministre de l’Equipement et des Transports a reçu, le vendredi 17 février 2012 au siège du Ministère, Son Excellence Monsieur Alberto Navarro, Ambassadeur du Royaume d’Espagne au Maroc.


...


Le volet portuaire :

La partie espagnole souhaite ouvrir un ferry Fente Ventura-Agadir et espère avoir un appui du Ministère pour entrer en contact avec l’ANP. Elle pense que cette ligne augmentera le flux de touristes de part et d’autres, ainsi que le transport des fruits et légumes à destination des Iles Canaries.


...

.
http://www.mtpnet.gov.ma/MET_New/Fr/...?Id=523&Type=0
__________________
A must to see : Arabs and Hollywood <<<< =======

A ne pas rater : Les arabes et Hollywood <<<< =======


No te pierdas : Los árabes y Hollywood <<<< =======

Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old February 21st, 2012, 02:37 AM   #400
Gadiri
Moderator
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir
Posts: 39,642
Likes (Received): 1400

Quote:
Coopération maroco-saoudienne

(16/01/2012)


M. Aziz Rabbah, le ministre de l'Equipement et des Transports a reçu, le lundi 16 janvier 2012 au siège de son ministère, Son Excellence M. Mohamed Ben Abdurrahman Ibn Abdulaziz Al Bichr, l’Ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite au Maroc.


Lors de cette rencontre et après échange d’expressions de remerciements et de gratitude, les deux responsables ont passé en revue plusieurs questions concernant la coopération entre les deux Pays, dont principalement:



· Le transport maritime : nécessité d’étudier les moyens nécessaires pour l’ouverture d’une ligne maritime reliant les deux pays afin de développer les échanges et le commerce bilatéraux.



· Le partenariat dans la réalisation des grands projets : invitation des entreprises saoudiennes œuvrant dans le secteur du BTP à participer aux projets de développement économique, et à ouvrir des représentations au Maroc vu la qualité et l’importance des moyens financiers et techniques dont elles disposent.



· Le éveloppement humain : l’Etat marocain donne une importance particulière au développement humain. Le programme national des routes rurales pour le désenclavement des zones éloignées, notamment les communes rurales ne disposant pas de revenus permanents, constitue une priorité.



· La formation : intensification des échanges d'expériences entre les cadres et techniciens des deux pays dans des domaines d'intérêt commun, ainsi que l’organisation de cours de formation pour le développement des capacités humaines.


· Le Fonds du Golfe : étude de la possibilité d'exploitation des opportunités importantes offertes par le Fonds du Golfe, qui a été créé dans le cadre du Conseil de coopération du Golfe au profit du Maroc et de la Jordanie pour l'achèvement des projets touristiques et d’infrastructures de base.


· La ratification de l'Accord maritime: nécessité d'achever la procédure de ratification de l’accord sur le transport maritime signé en 2001, et ratifié par le Royaume d'Arabie Saoudite le 10 Mars 2003 et par le Royaume du Maroc en Mars 2011.
http://www.mtpnet.gov.ma/MET_New/Fr/...?Id=509&type=0

Avec 2 ports comme Djeddah et Tanger Med, ce serait une honte de ne pas avoir de liaison maritime ou ne serait-ce que d'escale sur un même service de la route Asie-Europe car chacun de ses 2 ports est intégré sur plusieurs lignes de différentes compagnies.
__________________
A must to see : Arabs and Hollywood <<<< =======

A ne pas rater : Les arabes et Hollywood <<<< =======


No te pierdas : Los árabes y Hollywood <<<< =======

Gadiri no está en línea   Reply With Quote


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 01:37 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.8 Beta 1
Copyright ©2000 - 2014, vBulletin Solutions, Inc.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like v3.2.5 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

vBulletin Optimisation provided by vB Optimise (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2014 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us | privacy policy | DMCA policy

Hosted by Blacksun, dedicated to this site too!
Forum server management by DaiTengu