Mulhouse, le changement radical! - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Forum Gratte-ciel Français > Actualité des villes > France


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 7 votes, 5.00 average.
Old December 18th, 2009, 01:00 AM   #1
foreverbigapple
 
Join Date: Dec 2009
Posts: 5
Likes (Received): 0

Mulhouse, le changement radical!

Je suis allé à Mulhouse ce soir (plutôt hier soir) et j'ai été complètement bluffé par le changement. Il faut décerner à cette ville le prix de la métamorphose la plus radicale! ça m'a fait m'intéresser un peu à cette ville.

J'y été la dernière fois en 2002 (j'y ai passé deux mois). Il n'y a pas que le tramway qui a modifié la ville, il y a eu énormément d'autre aménagements artistiques, rafraichissements ainsi que de la rénovation urbaine assez massive. Pas mal de maisons de maître on été mises en valeur et même une partie de la vieille ville a été retapé. En 2002 je trouvait la ville assez laide, sauf le centre historique (La Place de la Réunion et le Temple Saint-Etienne, une sorte de cathédrale qui est le plus haut monument protestant de France). Là, je trouve la ville belle, Mulhouse est devenue une belle ville moderne avec un ré-aménagement des espaces assez réussi. Le coeur de la ville ce n'est pas la vieille-ville et sa place de la Réunion mais plutôt la grande place qui s'appelle Porte Jeune.

La ville a l'air de continuer à se transformer d'ailleurs, j'y retournerais dans quelques mois pour voir. Le TGV Rhin-Rhône va entrer en service en 2011 ce qui réduira considérablement le trajet. Ce qu'il reste à faire à mon avis c'est un rafraîchissement léger de la tour de l'Europe (les fenêtres et la garniture en dessous sont moches), pour ceux qui ne connaissent pas, la tour de l'Europe c'est le gratte-ciel (112m) en béton armé qui est au centre-ville. Il y a des grands immeubles au niveau du boulevard de l'Europe, moi, j'y verrais bien un quartier de gratte-ciels en les surélevant puis en en construisant des modernes, ça ferait un contraste sympa avec le Vieux-Mulhouse. La vue du restaurant panoramique tournant c'est super je trouve. La Rue Franklin aurait besoin également d'être un petit peu restylée. Je vois déjà Mulhouse en ville-moyenne-modèle... Mais ça fait toujours plaisir de voir une ville qui fait des efforts (et quels efforts!). Le problème à Mulhouse à l'époque c'était surtout l'insécurité assez extrême, là je me suis sentie en sécurité tout le temps, je dirais même que la ville est devenue plus sûre que Strasbourg.
J'ai été au marché de Noël de Mulhouse et je le préfère à celui de Strasbourg (mais je garde un faible pour celui de Kaysersberg). Celui de Mulhouse joue plus sur les illuminations et fait moins attrape-touriste, on sent que c'est plus un endroit où les gens vivent réellement et que ça fait partie de leur mode de vie depuis longtemps.
La ville est toujours plus cosmopolite (elle l'était déjà bien en 2002), des chinois et des indo-pakistanais sont venus s'ajouter aux immigrés déjà existants, je crois bien que c'est la ville la plus cosmopolite de France. A vue d'œil, au moins les 2/3 des habitants sont d'origine étrangère.

Petit point démographie pour ceux qui ne connaissent pas la ville: C'est une agglomération de 250 000 habitants (2ème d'Alsace) environ avec une densité de population d'environ 5000 hab/km², soit bien plus que Strasbourg. Dans sa périphérie, la population est presque entièrement concentrée dans le Nord (Wittenheim, Illzach, Kingersheim) et quasiment pas vers le Sud où on arrive directement sur des forêts, des champs et des collines. Le Centre-ville n'est donc pas au centre de l'agglomération mais il est très excentré vers le Sud.

Bref résumé de la ville: Elle est située dans le sud de l'Alsace (une des régions les plus densément peuplée de France) et très orientée vers l'Allemagne et la Suisse qui ne sont qu'à quelques kilomètres. Elle est ouverte sur l'espace rhénan et c'est le troisième port fluvial de France. Elle s'est alliée avec Bâle et la ville allemande de Freiburg pour créer l'Euroairport qui est le plus grand aéroport du coin. Je crois que c'est la seule ville française qui soit de tradition protestante. C'est la ville natale du capitaine Dreyfus (l'Affaire Dreyfus). C'est le premier pôle de musées industriels d'Europe, celui de l'auto est même le plus grand du Monde. C'est des musées assez sympas car les thèmes abordés ne sont pas des trucs barbants... Il faut retenir une date pour Mulhouse: 1746 qui correspond au début de l'industrie quand Mulhouse était encore une ville indépendante (avec un parlement et tout) qui s'appelait République de Mulhouse. Mulhouse était très en avance sur le reste de l'Europe, à cette époque la France était encore sous la monarchie absolue, à Mulhouse les usines tournaient déjà bien. Ce qui a vraiment achevé une partie de l'industrie dans la ville c'est les taxes à la française (impossible de concurrencer les Suisses et les Allemands) et les trois dernières guerres qui ont mis un coup d'arrêt à son expansion. Rémy Pflimlin explique ça assez bien dans les échos: Article de Rémy Pflimlin sur Mulhouse

Le gros problème de Mulhouse c'est la communication sur la ville. C'est vraiment dommage de faire tant d'efforts et de ne pas communiquer dessus... La ville a l'air d'être d'avantage tournée vers la Suisse, l'Allemagne, voir plus loin au Nord et à l'Est que vers la France... c'est assez bizarre. La ville a une mauvaise image en France (grise, laide et dangereuse comme dans ce clip du rappeur Rim-K qui passait en boucle sur M6, MTV, MCM) et ne communique pas assez à l'extérieur sur le fait qu'elle s'est métamorphosée. Elle ne communique pas assez d'ailleurs vers ses propres habitants j'ai l'impression. Je verrais bien un grand panneau lumineux à Porte Jeune du genre bienvenue à Mulhouse avec tout ce qu'il y a à faire les jours qui suivent ainsi que les opérations spéciales dans les commerces par exemple. Il faut plu d'interactivité entre la ville, les habitants et le reste du pays.

Last edited by foreverbigapple; December 18th, 2009 at 01:13 AM.
foreverbigapple no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old December 18th, 2009, 10:48 AM   #2
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Je te souhaites la bienvenue sur le forum.

Je suis plutôt d'accord, cette ville va vers une qualité de vie améliorée.
Cependant il reste beaucoup à faire que ce soit au niveau de l'emploi, des batiments à rénover, d'un effort à encore améliorer au niveau de la sécurité et enfin l'extension des transports en commun. Je pense que si les efforts continue sur cette voie dans 5-10 ans Mulhouse sera une ville attirante.

Un tram-train est en construction.
Je ne sais pas d'où tu viens, Strasbourg s'améliore et a vraiment besoin d'un gros coup de changement, Mulhouse elle est partie d'encore beaucoup plus loin donc je dis bravo
L'Alsace en général et c'est un fait est tournée vers l'étranger, que ce soit l'Allemagne, la Suisse. Ne pas oublier qu'il y a de nombreux frontaliers, nous fesons souvent nos courses en allemagne, il y a beaucoup d'échanges entre la région et le reste de l'europe. La population alsacienne est multiculturelle, il y a beaucoup d'étrangers, plus particulièrement a Mulhouse et Strasbourg.
Les universités du rhin supérieur (Bâle, Strasbourg, Mulhouse, Freiburg, Karlsruhe) sont reunies dans l'EUCOR, une alliance qui permet aux universités un partage des savoirs, des étudiants. Il y a aussi un projet récent de collaboration et même d'une possible fusion à terme de l'université de haute Alsace (Colmar et Mulhouse) et de l'université de Strasbourg.

Enfin beaucoup de personnes en France ne considère pas notre région comme totalement française, les réflexions sont fréquentes que ce soit des personnes qui arrivent à Mulhouse ou Strasbourg.
Où quand nous alsaciens allons dans le reste du pays. Du fait du droit local, d'un mélange de culture, nous sommes un peu comme la corse ou l'outre mer, nous sommes français mais nous avons une culture un peu différente.
Pour rappel la république tchèque est aussi proche en distance de l'Alsace, que l'Alsace de Paris. Sachant que le TGV Est et bientôt rhin-rhone sont très récents, la vision va peut être se modifier. Les efforts de nos villes en Alsace sont surement changer cette vision. =D

Last edited by musicsoul; December 18th, 2009 at 12:15 PM.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old December 18th, 2009, 04:58 PM   #3
Hapower
Registered User
 
Hapower's Avatar
 
Join Date: Oct 2008
Location: Strasbourg (Alsace)
Posts: 3,163
Likes (Received): 2242

Je trouve la Skyline de Mulhouse très interessante, dommage qu'elle soit figé depuis 30ans, 2 tours modernes à côté de la tour de l'Europe, et on obtient l'une des meilleurs Skyline françaises !

Hapower no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old December 18th, 2009, 07:22 PM   #4
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Je suis d'accord avec toi Hapower, il manque peu pour que ce soit agréable. J'ai l'impression que l'absence de skyline ambitieuse est un problème très francais. Bref ville en progression.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old December 18th, 2009, 07:26 PM   #5
foreverbigapple
 
Join Date: Dec 2009
Posts: 5
Likes (Received): 0

Musicsoul: J'habite un petit village bourguignon, donc pour aller en Alsace, le TGV ça sera pratique! Strasbourg est une ville que j'aime bien, elle fait partie de mon Top 5 français, c'est vrai qu'elle évolue même si quand on se balade dans la rue c'est moins radical qu'à Mulhouse. Comme tu le dis la ville partait de moins loin.

Par contre Colmar j'ai eu vraiment l'impression que c'est une ville-musée. C'est une superbe ville alsacienne typique, mais ça na pas changé depuis que 2002: toujours les problèmes de circulation et rien d'innovant d'un point de vue architectural ou urbanistique, pourtant il y a des quartiers qui ne sont pas dans la vieille ville et qui s'y prêterait bien. Je n'ai jamais compris pourquoi c'était Colmar qui était le préfecture du Haut-Rhin et pas Mulhouse. Je ne vois vraiment pas Colmar comme une réelle métropole haut-rhinoise. L'atmosphère y est trop conservatrice et il n'y a pas l'air d'y avoir de volonté dans ce sens.

Hapower: Pour la skyline, je pense que c'est les grands immeubles au niveau du boulevard de l'Europe qu'il faut surélever, ils ont besoin d'un rafraichissement de toute façon. Pour la Tour de l'Europe, il faut vraiment qu'ils changent ces horribles volets et les plaques verdâtres en dessous... ça devient une urgence esthétique!

Ils ont prévu de transformer Bourtzwiller (Le quartier réputé le plus dangereux de la ville) en un éco-quartier style quartier Vauban à Freiburg ce qui en fera une des plus grands éco-quartier de France.

J'ai trouvé des documents de l'INSEE intéressants pour l'Alsace. Dans celui-ci on voit que l'augmentation du taux de chômage (liée essentiellement à la crise) est plus forte dans le Bas-Rhin que dans le Haut-Rhin. Dans celui-ci (de l'année d'avant) on voit que l'Alsace a un taux record de création d'entreprise, essentiellement grâce au Haut-Rhin dont le nombre d'entreprise crées dans l'année augmente de 26%! On voit donc que juste avant la crise, la reprise était réelle dans la région mulhousienne, on peut donc se dire qu'il y a de fortes chances que ça reprenne à nouveau quand la croissance en Allemagne, en Suisse et dans le reste de la France reprendra. Cela permettra de belle opportunités d'investissement immobilier car l'image de la ville ne changera pas aussi vite que la rénovation et la construction de logement, donc pendant un moment les prix seront bas.
foreverbigapple no está en línea   Reply With Quote
Old December 18th, 2009, 08:39 PM   #6
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Mulhouse

Le choix de la préfecture est un coup de l'histoire.

Le 15 mars 1798, la petite République de Mulhouse se trouvant alors encerclée par la France, ce qui a fini par nuire à son essor économique, s'unit à la France.
Le rattachement de Mulhouse à la France en ventôse an VI (début 1798) accéléra ce processus en supprimant les barrières douanières qui handicapaient le commerce.
Pendant tout le xixe siècle la ville s'accroît à une cadence étonnante et de nouvelles industries naissent. Après les manufactures d'impression de tissus imprimés sont créés les filatures, les tissages, les ateliers de constructions mécaniques et les usines de produits chimiques. De 6000 habitants en 1798, la population passe à 30.000 en 1850, à 63.000 en 1880 et à 90.000 en 1900.

En 1793 Colmar avait 13000 habitants.
Le chef-lieu du département était devenu dès 1791 le siège de l´évêché constitutionnel du Haut-Rhin. Colmar avait son évêque et Saint-Martin pouvait accéder au rang de cathédrale. Moins de dix ans plus tard, Colmar accueillait son premier préfet, renforçant ainsi son statut de capitale administrative.

Pour moi en Alsace il y a Strasbourg (Eurodistrict) et Mulhouse-Saint-Louis-Bale (Sud-Alsace), Colmar n'a pas grande importance.
Les différents projets vont relancer la région, les 2 villes, rien que la finalisation des deux TGV (2ème phase du TGV-EST, TGV rhin-rhone) ouvre de nouveaux horizons, pôles de compétitivités, écoquartier, etc...
Le taux de chomage, l'activité économique du reste de l'europe est encore plus importante pour ces 2 villes que pour d'autres zones en france, c'est une faiblesse (on s'écroule en même temps que le reste de l'europe) mais une force aussi car ça repart plus vite et le taux de chomage a souvent été nettement plus bas que la moyenne nationale.
Le manque de com' est un gros travers alsacien, problème de communication mais ça change lentement.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old December 19th, 2009, 08:17 PM   #7
foreverbigapple
 
Join Date: Dec 2009
Posts: 5
Likes (Received): 0

Musicsoul: Donc si je schématise, toi, tu vois une Alsace bipolarisée avec au milieu une sorte de vaste espace dédié au tourisme et à la viticulture? C'est vrai que c'est vers ça que la région s'achemine avec les deux TGV. Il y a aussi l'obstacle géographique, le centre de la région souffre d'un problème d'accès et fait face aux Vosges. En plus il est tiraillé entre Strasbourg d'un côté et Mulhouse-Bâle de l'autre. Avec deux agglomérations de moins de 500 000 habitants, l'Alsace a l'air de faire preuve de dynamisme là où dans d'autres régions françaises il faudrait des agglomérations de 800 000 habitants minimum pour que ça bouge autant... franchement chapeau... Manque plus que l'aspect communication à renforcer! Qu'en est-t-il du rallye de France qui doit se dérouler en Alsace?

Avec le TGV, un parisien pourra partir de chez lui, arriver à Strasbourg, visiter la ville, louer une voiture à Strasbourg faire le tour de la région (villages, Colmar, route des vins, route des crêtes), la rendre à Mulhouse, visiter la ville et ses musée, puis revenir à Paris avec le TGV... sympa comme petit road-trip.
foreverbigapple no está en línea   Reply With Quote
Old December 20th, 2009, 12:31 AM   #8
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Ce que tu dis est juste, la bipolarisation va s'accentuer. L'arrivé du tram-train à Mulhouse et à Strasbourg va accroitre ce phénomène. Bien que à Strasbourg les gens viennent travailler dans l'aglomération et vont s'installer près de l'agglo mais à l'extérieur pour avoir des logements. Car il y a pénurie de logements sur strasbourg, sur Mulhouse je ne sais pas.
Il faut muscler les transports, les constructions (densification), la communication et fusionner le maximum de structure entre l'alsace et la lorraine, l'alsace et le land du Bade-würtemberg.



L’Alsace vibrera donc du 1 au 3 Octobre 2010 au rythme du championnat du monde des rallyes.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old December 20th, 2009, 01:37 PM   #9
foreverbigapple
 
Join Date: Dec 2009
Posts: 5
Likes (Received): 0

Mulhouse a la réputation d'être une ville peu cher d'un point de vue de l'immobilier, il faudrait voir ce qu'il en est réellement.

La densité de population de Strasbourg (3 500 hab/km²) est moins importante que celle de Mulhouse (5 000 hab/km²). L'étalement urbain est plus important à Strasbourg et il est équilibré. A Mulhouse, l'agglomération est déséquilibrée et très orientée vers le Bassin potassique (Nord) elle est en train d'absorber les vallées de Guebwiller et Cernay-Thann. Ce qui est bizarre, c'est que Mulhouse et Bâle ont toujours été très liées pourtant entre les villes il n'y a que l'aéroport et un Sundgau majoritairement résidentiel, morcelé et étalé en une myriade de villages, assez dense mais sans continuité urbaine forte. C'est la même chose entre Mulhouse et le pôle Belfort-Sochaux-Montbéliard. Peut-être faudrait-il agir dans ce sens également?
D'après les données que j'ai devant moi la densité de population de Mulhouse a été encore plus importante dans les année 1970 atteignant 5 300 hab/km², entre temps la ville s'est dédensifiée passant à 4 800 hab/km² dans les années 1990 avant de revenir à 5 000 hab/km² en 2006.
A Strasbourg, l'évolution de la densité de population est plus linéaire avec une légère baisse au début des années 1980.

Pour fusionner les structures, pour le sud de la Région j'ajouterais aussi des fusion entre la Suisse et l'Alsace et entre la Franche-comté (Belfort-Sochaux-Montbéliard) et l'Alsace. Malgré un certain isolement dû aux Vosges, on remarque vite que l'Alsace est fortement liée à ses partenaires.

Pour le fait de muscler les transport, je pense que la région prend la bonne voie il n'y a pas de doute là-dessus!
foreverbigapple no está en línea   Reply With Quote
Old December 20th, 2009, 03:02 PM   #10
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Il existe les structures eurodistrict = eurodistrict strasbourg-ortenau, eurodistrict trinationale de bâle, eurodistrict mulhouse-colmar-freiburg.

La région du rhin supérieur (Bâle, bade-würtemberg, alsace) existe. Les fusions entre franche-comté, Alsace et/ ou Lorraine reviennent souvent sur la table mais il y a beaucoup de résistance due a une probable perte d'identité.

Last edited by musicsoul; January 5th, 2010 at 12:36 PM.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old December 27th, 2009, 09:13 PM   #11
Henri
Registered User
 
Henri's Avatar
 
Join Date: Jan 2007
Location: Mulhouse, Alsace, France
Posts: 389
Likes (Received): 21

En tant que mulhousien de naissance je confirme que la ville a beaucoup changé ces dernières années et en mieux. Il ne faut pas oublier que cette ville était avant tout une grande ville industrielle principalement textile qu'on appelait autrefois la ville au 100 cheminées. Dans de nombreux quartier de la ville les murs étaient noircis par les fumées des cheminées qui crachaient tout ce qu'elles pouvaient, le mot environnement n'existant pas avant guerre. Ce n'est qu'après la 2è guerre mondiale que Mulhouse a commencé à changer par la reconstruction suite aux bombardements subit et ensuite dans les années 60 le 1er remodelage de la Porte Jeune, les nouveaux quartiers en-dehors du centre.
Mais en fait le changement a surtout "continué" à la fin des années 90 et surtout début 2000 avec la construction du réseau de 2 lignes de tramways dont le dernier avait circulé en ville en 1954 et 1957 pour celui qui reliait ensisheim.
Après la mise en route du tramway en 2006 c'était au tour de la Porte Jeune de connaître un remodelage complet avec son nouveau centre commercial.
Et les changements sont en train de continuer.
Un ancien mulhousien parti par ex au début des années 90 et revenant aujourd'hui aurait du mal à s'y retrouver.
En décembre 2010 aura lieu l'inauguration du tram-train reliant la gare centrale et la Porte Jeune à Thann.

Dans ce topic: https://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=455665 je mets de temps en temps des photos de la ville.
Henri no está en línea   Reply With Quote
Old January 5th, 2010, 12:29 PM   #12
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Actu mulhouse dans les DNA et ealsace

Exister entre Strasbourg et Lyon


Depuis hier soir, le maire de Mulhouse et secrétaire d'État à la justice Jean-Marie Bockel préside Mulhouse Alsace Agglomération. Avec 32 communes et 252 000 habitants, MAA est la vingtième communauté d'agglomération française.

L'installation s'est déroulée au Parc des expositions de Mulhouse où se sont retrouvés les 194 représentants des 32 communes membres de la nouvelle structure créée par arrêté préfectoral le 16 décembre.
Avant d'en arriver là, il a fallu s'attaquer au « mille-feuille » intercommunautaire - une quarantaine d'établissements publics de coopération intercommunale - qui caractérisait, et caractérise encore, la région mulhousienne.

Une partie du pouvoir
au premier adjoint
Jean Rottner (UMP)

Mais la pression, surtout financière, de l'État pour réformer les collectivités locales autour des villes centres et le coût de plus en plus lourd des transports en commun ont accéléré l'an dernier le regroupement de structures et de communes jusqu'alors farouchement opposées.
Mulhouse Alsace Agglomération, 252 000 habitants, regroupe 32 communes dont les 16 de la Camsa (Communauté d'agglomération de la région mulhousienne), et 16 communes du club des 22 (*), club de communes hors Camsa constitué pour trouver des modalités de rapprochement avec la Camsa en vue de créer une grande agglomération.
Présidé depuis hier soir par Jean-Marie Bockel, MAA fédère des aspirations et des intérêts divers. Si la majorité des communes de l'ex-Camsa, dont Mulhouse, y adhère avec soulagement, les membres de l'ex-club des 22 ne cachent pas qu'elles l'ont rejoint en traînant les pieds. La pression de l'État de ne pas doter la communauté si elle n'était pas constituée avant le 1er janvier 2010 et la menace de ne plus assurer le service public du transport ont conduit les plus réticents à se mettre d'accord avec les pro communautaires sur un « document unique ».
Figure de proue incontestée de l'agglomération, Jean-Marie Bockel en est le président. Il entend assurer pleinement sa charge à la tête d'une communauté qui, l'espère-t-il, aura le poids nécessaire pour exister économiquement, entre Strasbourg et Lyon, face à Bâle et Fribourg. Peugeot-Citroën, le plus grand site industriel d'Alsace, se trouve dans le périmètre de la grande agglo.

MAA reçoit, comme promis
par l'État, une subvention
annuelle de 20 M€ et
une dotation de 3,8 M€

Pour agir plus efficacement, le nouveau président déléguera une partie de son pouvoir à la tête de Mulhouse à son premier adjoint Jean Rottner (UMP).
Jean-Marie Bockel est flanqué de deux vice-présidents délégués. Le premier est Olivier Becht, le jeune maire de Rixheim qui a été un des négociateurs du club des 22 pendant les tractations avec la Camsa. Le second est Jo Spiegel, maire de Kingersheim, qui a présidé, avec une certaine réussite, la Camsa pendant cinq ans. Suivent 51 vice-présidents et 31 assesseurs constituant le bureau qui prend les décisions, et 109 conseillers complètent « l'assemblée constituante » de 194 membres.
Ce conseil d'agglomération pléthorique, où Mulhouse ne pèse plus que 28 %, s'arroge les compétences stratégiques et laisse aux communes les compétences de stricte proximité. MAA reçoit, comme promis par l'État, une subvention annuelle de 20 millions d'euros et une dotation de 3,8 millions d'euros.
Maintenant le plus dur reste à faire : montrer toute la pertinence et l'efficacité de cet imposant vaisseau dans un environnement socio-économique tendu. Un sacré défi pour la 20e communauté d'agglomération de France.

Éric Chabauty

Mulhouse veut communiquer

La ville de Mulhouse publié un appel d’offres pour six marché de communication. Le tout doit déboucher sur un accord-cadre avec plusieurs opérateurs.
Le premier marché concerne la "communication événementielle régionale, nationale et internationale" pour un budget compris entre 120 000 € HT et 600 000 € HT.
Le deuxième marché porte sur la "communication image de notoriété", entre 24 000 € HT et 120 000 € HT.
Un autre marché est pour la "communication d'animation locale à dimension régionale", entre 60 000 € HT et 300 000 € HT.
Le quatrième marché est libellé, "communication vers des publics ciblés", est compris entre 60 000 € HT et 300 000 € HT.
Le cinquième marché est intitulé "promotion rénovation urbaine". Il se situe entre 24 000 € HT et 120 000 € HT
Le dernier lot concerne la communication de services publics aux mulhousiens (30 000 € HT à 150 000 € HT).
La date limite de réception des offres est fixée au 28 janvier.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old February 27th, 2010, 09:37 PM   #13
mulhousien
World citizen
 
Join Date: Feb 2010
Location: Mulhouse
Posts: 17
Likes (Received): 1

C'est vrai que Mulhouse souffre d'un très gros manque de communication. Il faut espérer que ça change avec M2A! Qui sait que la population de l'agglomération de Mulhouse est plus importante que celle des agglomérations de Dijon, de Reims, du Havre ou de Besançon? Pourtant ces villes sont beaucoup plus identifiables par le citoyen lambda que Mulhouse... Il y a du travail... Pas mal l'idée du panneau lumineux, une Time Square mulhousien à la Porte Jeune? Pourquoi pas, mais il faudrait en mettre ailleurs dans l'agglo comme à la gare ou à Wittenheim.

Le Sundgau est le gros problème du Sud-Alsace. La logique voudrait que la population se concentre entre Mulhouse et Bâle mais au lieu de ça on a un espace de presque 100 000 habitants étalé sur une large surface avec environ 150 communes dont le plus grand village Altkirch compte à peine 5000 habitants. C'est ingérable niveau transport... Les vallées sont bien plus simples à desservir elles sont toutes en longueur, il n'y aura donc sans doute pas l'équivalent du tram-train Mulhouse-Vallée de la Thur dans le Sundgau avant bien longtemps. Pour l'avenir, sur le long terme il faut sans doute songer à déplacer cette population en l'attirant vers d'autres zones notamment entre Mulhouse et Bâle. Je pense que s'il n'y avait pas l'Euroairport dans le Sud de cet endroit il se serait d'avantage densifié et naturellement, les nuisances sonore ça n'attire pas particulièrement. D'autant plus que chaque micro-commune voudra continuer d'exister donc c'est pas gagné! Je vois déjà les querelles de clochers...

En gros, il faudrait considérablement muscler deux axes du Sundgau et dé-densifier tout le reste:
Le premier c'est de pousser par tous les moyen à la continuité urbaine entre Habsheim (Agglo Mulhouse) et Bartenheim (Agglo Bâle). Cela représente une dizaine de kilomètre de distance.
Le deuxième c'est la zone entre Carspach-Altkirch et Brunstatt (Agglo Mulhouse) qui représente 14km de distance.

Cette double "musculation" devra d'abord consister en une modification massive du zonage (surtout sur Habsheim-Bartenheim) pour faire baisser le prix des terrains constructibles et inciter à la construction. Pour dé-densifier le reste il faudra sans doute procéder par préemption.

Ces deux zones sont déjà équipées de voies ferrées et pourrons donc être facilement desservies par une ligne de tram-train une fois la population suffisante atteinte. Sur la ligne Mulhouse-Bâle il faut réaliser une sorte de tram-train grand gabarit qui remplacerait le TER et surtout qui desservirait aussi l'Euroairport!!! La non-desserte de l'Euroairport est un gros problème. Je suis un de ceux qui pense que la ligne Mulhouse-Vallée de la Thur n'était pas la première priorité. Je trouve choquant qu'un aéroport comme l'Euroairport ne soit pas desservit par le rail. Tout le monde râle là-dessus d'ailleurs...

Mulhouse est une ville qui se prend en main et qui va clairement de l'avant mais il reste à faire en matière d'aménagements. Toutefois j'ai bon espoir car c'est une ville qui a fait beaucoup d'effort, seulement actuellement ça va un peu trop à marche forcée, je ne suis pas sûr que l'agglo pourra tenir ce rythme longtemps non plus. Pour la ligne Mulhouse-Euroairport-Bâle, l'agglomération bâloise, comme toutes les cités de l'espace Rhin-Rhône verront sans doute un intérêt à participer au projet. Le TGV Rhin-Rhône devrait augmenter le nombre de passagers de l'Euroairport, l'inter-modularité des transports me paraît indispensable.
mulhousien no está en línea   Reply With Quote
Old February 27th, 2010, 09:56 PM   #14
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Ce que tu dis est véridique.
Je pense que ce qui va se passer c'est :
- la disparation progressive des pays (pays de saint-louis, pays de mulhouse) bref une strate stupide
- la fin des potentats locaux de manière violente = les eurodistricts vont prendres de la hauteur
- sachant que l'alsace est quasi couverte d'eurodistrict les communautés urbaines auront moins de poids à terme
- une déserte ferroviaire pour l'euroairport
- un rer pour le sud alsace vers Bâle ville (en projet)
- tram vers saint-louis, hunningue et vers Weil am Rhein

Pour le dézonage c'est une idée intéressante, mais c'est aussi une mentalité qu'il faut changer, car les sundgauviens ont une idée erronée de la vie en ville.
D'ailleurs dans les dna à un moment j'ai pu voir un article parlant d'une redensification nouvelle du sud alsace, que les gens commençaient à revenir vers la vie en ville
( communauté de communes des trois frontières, Mulhouse).
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old March 1st, 2010, 02:20 AM   #15
mulhousien
World citizen
 
Join Date: Feb 2010
Location: Mulhouse
Posts: 17
Likes (Received): 1

Le RER Mulhouse Bâle via l'aéroport est en effet une nécessité absolue. 32 km séparent le centre-ville de Mulhouse de celui de Bâle mais il n'y a que 10 petits km non urbanisés (facilement visibles depuis l'autoroute même si cette dernière fait aussi un crochet par la Hardt) qui séparent l'unité urbaine de Mulhouse de celle de Bâle, soit moins d'un tiers de la distance seulement qui n'est pas dans la continuité urbaine. Mulhouse et Bâle sont des villes en voie de conurbation. Si on muscle l'urbanisation sur ce tronçon, dans 20-50 ans il est fortement possible qu'on puisse aller de Bâle à Mulhouse sans vraiment sortir de la ville. Étant donné que cet un axe majeur du Sud-Alsace, ça sera un réel atout en matière de rationalisation des transport. C'est axe correspond au Pays des Trois Frontières qui est en fait la partie Est du Sundgau traditionnel et qui correspond à la zone tampon entre l'aire urbaine de Mulhouse et celle de Bâle. Le Pays du Sundgau correspond lui à la partie ouest du Sundgau (autour d'Altkirch) traditionnel et est entièrement située dans l'aire urbaine (Bassin d'emploi) de Mulhouse.

Cette dernière est en effet d'avantage réticente à la vie en ville (préjugés monstres vis à vis de Mulhouse) mais y travaille et se rend compte que la ville a évolué. De même les communes du Sundgau sont souvent hostiles à un rapprochement administratif avec l'agglomération mulhousienne... Le même problème se pose avec Cernay-Thann, Guebwiller (et le Florival), Ottmarsheim (Avec Chalampé et du côté allemand Mulheim-Neuenburg) et Ensisheim (très liée au reste du bassin potassique) pourtant fortement dépendantes de l'agglo mulhousienne. Pire encore la commune de Wittelsheim ne fait pas partie de la M2A alors qu'elle fait partie de l'agglomération mulhousienne (unité urbaine INSEE)... Pourtant les gens du bassin potassique sont réputés avoir moins de préjugés sur la vie en ville que ceux du Sundgau... Bref les querelles de clocher c'est souvent totalement bloquant, comment mettre en place une réelle stratégie de densification urbaine dans ces conditions... J'espère sincèrement que la réforme territoriale fera un pas dans ce sens... ça évolue peut être dans le Sundgau, mais le problème d'étalement morcelé paraît là-bas assez insurmontable sans action forte et radicale. Près de 100 000 habitants sur environ 150 communes avec presque aucune qui se touche, c'est limite caricatural... Si on avait voulu le faire exprès on aurait pas réussi. Il faut vraiment passer à une vitesse supérieure dans la gestion des espaces métropolitains français! Fusionner des communes, revoir les compétences. Là, le problème risque d'être encore plus compliqué avec le caractère transfrontalier du territoire (La Suisse est même hors UE)...
mulhousien no está en línea   Reply With Quote
Old March 1st, 2010, 10:39 AM   #16
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Je suis très pesimiste sur la réforme des collectivités, les sénateurs ont tués une grande partie des avancés du texte, la métropole est désormais faible la commune actuelle est encore une fois sauve de la réforme, les pays ne seront finalement pas supprimés (qu'elle stupidité). C'est normal car les sénateurs sont élues par les collectivités locales.
Mais bon peut être que les députés vont sauver le texte (j'ai de gros doutes). Le gouvernement doit insister pour les obliger, sinon ils refuseront de se réformer.
L'eurodistrict avec un pouvoir élargit sufirait pour le sud alsace, mais bon jamais ils n'accepteront ça du côté français, les suisses devront les pousser pour qu'ils acceptent.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old March 14th, 2010, 11:43 PM   #17
mulhousien
World citizen
 
Join Date: Feb 2010
Location: Mulhouse
Posts: 17
Likes (Received): 1

J'ai posté une réaction au classement européen de l'Île-de-France et plus largement à la mauvaise position des régions françaises: si ça intéresse quelqu'un: voir ici https://www.skyscrapercity.com/showth...7#post53435637

J'imaginerais bien la suppression de toutes les échelons administratifs alsaciens actuels (communes, communautés urbaines, de communes, d'agglo, pays, syndicats, et départements) sauf la région (l'associer éventuellement avec une autre qui à les mêmes problématiques transfrontalières, la Lorraine par exemple) et les structures transfrontalières. Je pense qu'il faudrait tout redécouper en 3 zones (trois grandes communes, des métropoles avec un maire à leurs têtes): Strasbourg (Nord-Alsace), Colmar (Centre-Alsace/Vignoble) et Mulhouse (Sud-Alsace) avec une possibilité de libre association au niveau international. Il y a bien un tas de métropoles dans le monde avec un seule maire pour des millions d'habitants, alors l'Alsace avec 3 maires pour 1,8 millions, je ne vois pas le problème. A côté de cela on renforcerait également les structures transfrontalières en levant la plupart des freins qui subsiste pour aboutir à une vraie communauté de conurbation transfrontalière Mulhouse/Bâle/Sud-Alsace. Il faudra également un région renforcée avec des compétences spécifiques pour coordonner le tout et pouvoir faire jeu égal avec le Land Bade-Wurtemberg par exemple.
mulhousien no está en línea   Reply With Quote
Old March 15th, 2010, 12:06 AM   #18
musicsoul
Registered User
 
Join Date: Jul 2009
Posts: 389
Likes (Received): 0

Quote:
Originally Posted by mulhousien View Post
J'ai posté une réaction au classement européen de l'Île-de-France et plus largement à la mauvaise position des régions françaises: si ça intéresse quelqu'un: voir ici https://www.skyscrapercity.com/showth...7#post53435637

J'imaginerais bien la suppression de toutes les échelons administratifs alsaciens actuels (communes, communautés urbaines, de communes, d'agglo, pays, syndicats, et départements) sauf la région (l'associer éventuellement avec une autre qui à les mêmes problématiques transfrontalières, la Lorraine par exemple) et les structures transfrontalières. Je pense qu'il faudrait tout redécouper en 3 zones (trois grandes communes, des métropoles avec un maire à leurs têtes): Strasbourg (Nord-Alsace), Colmar (Centre-Alsace/Vignoble) et Mulhouse (Sud-Alsace) avec une possibilité de libre association au niveau international. Il y a bien un tas de métropoles dans le monde avec un seule maire pour des millions d'habitants, alors l'Alsace avec 3 maires pour 1,8 millions, je ne vois pas le problème. A côté de cela on renforcerait également les structures transfrontalières en levant la plupart des freins qui subsiste pour aboutir à une vraie communauté de conurbation transfrontalière Mulhouse/Bâle/Sud-Alsace. Il faudra également un région renforcée avec des compétences spécifiques pour coordonner le tout et pouvoir faire jeu égal avec le Land Bade-Wurtemberg par exemple.
hélas on en prend pas le chemin avec la réfforme des collectivités, le sénat a dénaturé le projet = normalement il devait y avoir la suppresion des pays mais finalement ils resteront on ne pourra simplement pas en faire de nouveau. Le statut de la métropole a été vidé de sa substance. On ne remat pas en cause les cantons, les frontières régionales/départementales, les compétences. Les candidats régionaux sont assez frileux quand a la fusion des départements et de la région, par contre le ps et europe écologie sont apparement pour plus de compétences au niveau régional.
Bref on n'est pas dans le bon sens pour l'instant. Les seules bonnes nouvelles sont les eurodistricts mais là encore ils ont peu de pouvoirs pour l'instant.
musicsoul no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 12:04 AM   #19
mulhousien
World citizen
 
Join Date: Feb 2010
Location: Mulhouse
Posts: 17
Likes (Received): 1

Quote:
AFP 23/06/2010
Une mission parlementaire préconise des "zones économiques à statut spécial" le long des frontières de la France, pour rééquilibrer l'emploi et l'investissement côté français dans ces régions, a indiqué le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Pierre Lellouche. "Une des idées principales de ce rapport", a-t-il déclaré à quelques journalistes, est d'"imaginer, là où il y un intérêt économique évident le long des frontières, des zones à statut spécial, aussi bien au niveau du droit social que du droit fiscal", afin de "créer de la richesse et de l'emploi".

Le ministre, qui s'est vu remettre le rapport mercredi, a cité les cas de la zone de Bâle-Mulhouse, aux frontières de la Suisse, de la France et de l'Allemagne, et de la frontière luxembourgeoise. "Nous avons assisté en dix ans à un triplement du nombre de nos frontaliers. Tous les jours, 330.000 frontaliers français traversent nos frontières pour aller travailler de l'autre côté, contre seulement 10.000 dans l'autre sens. Ca en dit long sur la compétitivité de nos territoires", a remarqué M. Lellouche.

Cette mission parlementaire sur la politique transfrontalière avait été confiée par le Premier ministre François Fillon à trois parlementaires de la majorité, Etienne Blanc, député de l'Ain, Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin et Marie-Thérèse Sanchez Schmid, députée européenne. La mission parlementaire s'est rendue sur toutes les frontières de la France, pour examiner les problèmes concrets des frontaliers et des entreprises, en raison notamment des différences de compétitivité et de régime fiscal.
Voilà quelque chose qui pourrait donner quelque chose d'intéressant... Maintenant, il faut voir ce qu'il va en sortir... Et surtout ce qu'ils entendent par "zone de Bâle-Mulhouse"... Parce que pour moi le sud-Alsace ça doit aller du Florival au Jura Alsacien.
mulhousien no está en línea   Reply With Quote
Old June 28th, 2010, 12:59 AM   #20
mulhousien
World citizen
 
Join Date: Feb 2010
Location: Mulhouse
Posts: 17
Likes (Received): 1

Il y a deux points que je trouve intéressants dans ce rapport:

Quote:
1- Expérimenter des « pôles de développement économique frontaliers », zones économiques à statut fiscal et social spécifique, autour de pôles économiques à fort effet levier

Il s’agit d’apporter une réponse aux stratégies de voisins qui, par des statuts juridiques et fiscaux particulièrement attractifs et par un démarchage offensif, réussissent à concentrer l’activité économique sur leur sol en externalisant, de fait, sur le territoire français les charges liées au logement, à l’éducation et à la formation, ainsi que de l’accompagnement social de leurs salariés. Le Luxembourg, Etat membre, et la Suisse, pays tiers (et pourtant si fortement lié) à l’Union Européenne, ont été particulièrement cités dans nos auditions. Pour développer l’économie dans ces zones frontalières, la proposition est de mettre en place, autour de grands équipements jouant effet levier, des zones économiques dotées d’un statut juridique spécifique, les « pôles de développement économique frontaliers » qui permettraient à des entreprises et à leurs personnels de s’installer sur le territoire français en appliquant dans le périmètre de ces zones des conditions sociales et fiscales ad hoc, s’apparentant à celles du pays voisin et aussi attractives. L’aéroport de Bâle-Mulhouse, celui de Genève-Cointrin, celui de Perpignan, le port de Givet, le port de Strasbourg-Kehl et l’aéroport de Strasbourg, la zone d’Alzette-Belval, les zones de transit routier, les gares… constitueraient à ce titre des pôles de développement significatifs. Aujourd’hui, leur statut est inadapté. En tous cas, on peut affirmer que ces équipements constituent de véritables atouts pour les territoires frontaliers mais qu’ils sont aujourd’hui insuffisamment exploités au service de leur développement. Ainsi, sur la zone d’Alzette-Belval, on observe une effervescence économique sur les terrains luxembourgeois et un grand vide sur les terrains lorrains limitrophes. Il en est de même dans le Genevois, pour la partie suisse de l’aéroport jouxtant le territoire français. L’exemple de l’aéroport tri national de Bâle-Mulhouse, qui bénéficie d’une longue antériorité, est riche d’enseignements à ce sujet. La Mission voit aussi dans les pôles de développement économique frontaliers un outil efficace pour implanter des organisations internationales qui préfèrent aujourd’hui s’installer à l’étranger car elles bénéficient de conventions de siège particulièrement favorables. Cette mesure devrait en ce sens être négociée avec les instances européennes : elle vise à compenser des déséquilibres constatés et à recréer des avantages concurrentiels équilibrés assurant en fait la cohésion territoriale nécessaire dans une logique de bassin économique transfrontalier. Elle ferait bénéficier la France et ses territoires, tout autant que le font leurs voisins, des potentiels, des opportunités économiques et des effets leviers liés à la présence de grands équipements, en attirant sur son sol, à juste concurrence, des activités et des emplois, dans une perspective de développement durable et de partage des valeurs ajoutées produites. Ces zones auraient vocation à compenser des déséquilibres ou des manques, et opéreraient un partage négocié des valeurs ajoutées et des charges. Ces zones pourraient être décidées par l’Etat français, avec l’accord de l’Union européenne. Elles pourraient également, si le contexte transfrontalier s’y prête, être négociées et portées avec le voisin. Il ressort des auditions effectuées par la Mission beaucoup d’attentes, l’espoirs et d’impatiences des élus et des acteurs économiques, autour de cette proposition, très attendue. La création de ces pôles de développement économique frontaliers pourrait soulever des questions d’ordre constitutionnel, de souveraineté et d’égalité des citoyens, auxquelles il peut être répondu. L’argument selon lequel leur création ne ferait que repousser simplement la frontière à l’intérieur du territoire français ne tient pas dans la mesure où ces zones seraient des exceptions, de taille réduite, aux activités identifiées de manière précise, situées au droit de la frontière et adossées à des grands équipements. L’aéroport de Bâle Mulhouse en est un exemple. Il concentre 26000 emplois tri nationaux sur le sol français, tire l’emploi local alentour et a développé une exception fiscale et sociale de fait qui nécessite une clarification. Sur le plan social, qui touche à la souveraineté de l’Etat et à l’égalité des citoyens, la Commission européenne et plusieurs arrêts de la cour européenne de justice tendraient aujourd’hui à accepter, sur des chantiers internationaux notamment, une réécriture ad hoc, dans un protocole spécifique, des contrats sociaux des personnels en mixant l’application de dispositions sociales nationales multiples, à condition que les régimes ainsi créés soient globalement favorables aux personnels. C’est donc en l’occurrence un défi à relever : une loi devra réguler ces « pôles de développement économique frontaliers », leurs systèmes sociaux spécifiques conventionnels héritant de dispositions puisées dans les réglementations sociales de part et d’autre des frontières, dans lesquelles salariés et entreprises trouveront leur compte. Bien entendu ces dispositions seront strictement limitées à ces pôles, sans extension sur le territoire français. Les compétences régaliennes de l’Etat français seront conservées dans les domaines de la santé, de l’hygiène et de la sécurité. Les adaptations sociales se limiteraient ainsi aux relations conventionnelles de travail, dont le champ serait négocié avec les partenaires sociaux. Sur le plan fiscal, le régime des zones franches urbaines, comme celui des zones de revitalisation rurale, qui aménagent les principes d’égalité, pourraient être adaptés aux pôles de développement économique frontaliers. Cette exception se justifie pleinement par la nécessité de rééquilibrer les conditions de concurrence pour les activités et les emplois sur un territoire en risque d’asphyxie. Elles éviteront la perpétuation d’un déséquilibre grave touchant à l’aménagement du territoire, que l’on pense aux flux frontaliers, à l’embolie des migrations alternantes, au manque à gagner fiscal de l’Etat et des collectivités pour faire face à leurs obligations de services publics et d’accompagnement social.
Quote:
2 - Lutter contre les délocalisations transfrontalières d’activités et d’emplois en adaptant les aides publiques

Au delà des « pôles de développement économique frontaliers », à l’emprise géographique limitée, il conviendrait de « booster », en adaptant les aides publiques, l’ensemble des zones frontalières connaissant des symptômes de dévitalisation ou des menaces graves sur leur activités, ce qui demande, nous le verrons plus loin, un effort particulier d’observation et une stratégie d’intervention concernant nos frontières. C’est ainsi que selon nos interlocuteurs à la DATAR, (www.datar.gouv.fr,) il serait possible d’optimiser les mesures et le recours aux aides autorisées par les règles communautaires. L’Etat pourrait décider de mettre en place des dispositifs d’exonération fiscale et sociale dans les limites prévues par la réglementation communautaire, dans des zones à délimiter, sans notification communautaire :
- pour les entreprises de ces zones qui ne réalisent pas d’investissement, dans la limite du montant d’aide « de minimis » de 200 k€ sur 3 ans, voire 500 k€ au titre de la crise pour l’année 2010 ;
- pour les entreprises de ces zones qui réalisent un investissement, des mesures limitées au montant d’aide à finalité régionale (10 à 35% de l’investissement en zone AFR) ou aux taux d’aide aux PME (10 à 20% de l’investissement en dehors des AFR).
Toutes les possibilités offertes par les règlements actuels applicables en France pourraient être mises en oeuvre dans les zones frontalières : régime AFR (aides à finalité régionale), aides à l’investissement et à l’emploi en faveur des PME, aides à la R&D pour soutenir la recherche et l’innovation, aides à la formation, aides en faveur des travailleurs défavorisés… Il convient de noter la possibilité d’une révision à moyen terme, dès 2010, des zones AFR, permettant à chaque Etat membre de modifier son zonage dans la limite de 50% de la couverture autorisée, à population constante. En France le seuil de population autorisé est de 15%, ce qui laisse peu de marge. Une piste nouvelle serait à exploiter, ouverte par le Traité de Lisbonne : appliquer aux zones transfrontalières les principes de cohésion territoriale inscrits dans les articles 174 et 175. Au nom de ce principe les politiques communautaires, en tout premier la politique de concurrence, devraient prendre en compte les effets frontières en recherchant des réponses mieux adaptées à ces zones où se joue l’intégration européenne. La question de la spécificité des zones transfrontalières fait l’objet d’une attention de plus en plus forte du Parlement européen. Ce peut être un appui majeur pour faire émerger une politique transfrontalière européenne au-delà de la seule approche financière de la politique de cohésion. Ainsi le constat de différentiel de développement de part et d’autre des frontières pourrait inciter le gouvernement français et le Parlement Européen à défendre « la notion de zone européenne transfrontalière » nécessitant un effort particulier et des modes d’intervention mieux adaptés notamment en termes de règlement de concurrence.
__________________

marco68 liked this post
mulhousien no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Tags
france, mulhouse

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 07:59 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us