Yverdon-les-bains - Le pôle nord vaudois - Page 9 - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Euroscrapers > Local discussions > Switzerland > Lausanne


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 17 votes, 5.00 average.
Old March 9th, 2019, 01:06 AM   #161
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106





Le parking souterrain passe la rampe

8 mars 2019 | Edition N°2453

Yverdon-les-Bains – Le Conseil communal a dit oui à la création de 1000 places de stationnement sous la place d’Armes, jeudi soir.


Les Verts ont tout tenté pour prolonger le débat sur le parking souterrain de la place d’Armes, jeudi soir, alors que les dés semblaient jetés d’avance. Comme pressenti, l’organe délibérant a largement entériné ce projet, qui va complètement remodeler le centre-ville (lire encadré dans notre édition papier de lundi).

Les écologistes auraient souhaité que le Conseil communal se prononce à bulletin secret, mais ils ne sont pas parvenus à récolter suffisamment de soutien, hors de leurs rangs, pour appuyer cette proposition. Même cas de figure à l’issue du vote, lorsqu’ils ont demandé un référendum spontané afin que les citoyens se prononcent sur le sujet. Reste la possibilité, désormais, de lancer un référendum facultatif. Les Verts se laissent le temps de la réflexion. Le cas échéant, ils devront aller à la pêche aux signatures pour tenter d’obtenir la mise sur pied d’un scrutin populaire.


Socialistes divisés

Deux jours avant la séance du Conseil communal, les Verts avaient manifesté leur courroux, après que le PLR et le parti socialiste avaient annoncé avoir conclu un pacte. La gauche s’engageait à soutenir le préavis tel que présenté, et la droite à appuyer, en échange, la création d’une centaine de places d’accueil parascolaire. Bien avant que les élus ne prennent place dans la salle des débats, le sort du parking souterrain était donc déjà scellé (lire la Région Nord vaudois du 7 mars).

Cet accord de principe n’a pas empêché la gauche d’afficher quelques divergences, jeudi soir. Certains élus socialistes ont ainsi préféré s’abstenir lors du vote. Coprésidente de la section yverdonnoise du parti à la rose, Pascale Fischer était de ceux-là, elle qui avait déposé, avec le socialiste Stéphane Balet et le Vert Benoist Guillard, un rapport de minorité demandant une non-entrée en matière sur le sujet.


Divergence sur la forme

«Je suis résolument favorable au parking, puisqu’il permettra enfin d’enterrer les véhicules et de créer un bel espace au centre-ville. Mais je ne suis pas convaincue par le projet tel que présenté», a argué Pascale Fischer, résumant la position des opposants. Si les élus, de tous bords confondus, ont publiquement manifesté leur soutien à un parking souterrain, ils se sont montrés divisés sur la forme à lui donner.

Les Verts ont ainsi dénoncé des ambitions démesurées, estimant qu’un parking de 600 à 700 places, au lieu des 1000 prévues, serait largement suffisant. Craignant que cette nouvelle offre ne crée un «appel d’air», ils se sont inquiétés de la pollution et du trafic supplémentaire qui pourraient en découler.

Pour les partisans, en revanche, la concentration d’un millier de places de parc permettra de limiter le nombre de voitures qui tournent inutilement en quête d’un lieu où se garer: «Les véhicules pourront aller se parquer directement sous terre», a souligné le PLR Maximilien Bernhard. Le projet permettra également, selon lui, de répondre aux besoins des chalands qui ont déserté les magasins, faute d’une offre suffisante en matière de stationnement. «C’est l’une des clés de l’accessibilité au centre-ville», a imagé le syndic Jean-Daniel Carrard.


Exploitant privé

Les opposants ont toutefois relevé que rien ne permettait d’assurer aux commerçants que ces places seront destinées à leurs clients, puisque le parking sera exploité par un privé – la société Parking Places d’Armes (lire encadré dans notre édition papier de lundi) – et non par la Ville. Ce qui leur fait craindre, également, une perte de recettes importantes pour la Commune. Celle-ci ne pourra plus encaisser l’argent du stationnement, alors qu’elle devra débourser 32 millions de francs au total pour ce projet.

«Une bonne partie de ces investissements serait de toute façon nécessaire pour refaire les réseaux et rénover la place, bien mal en point aujourd’hui», a rétorqué l’UDC Pascal Gafner, au nom des rapporteurs de majorité. De son côté, le groupe Marti-AMAG déboursera 55 millions de francs, dans le cadre d’un partenariat public-privé. «Ce n’est pas tous les jours qu’un investisseur injecte autant d’argent dans une ville de taille moyenne», a insisté Maximilien Bernhard.


Caroline Gebhard



https://www.laregion.ch/le-parking-s...asse-la-rampe/
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old March 12th, 2019, 09:21 PM   #162
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106





Ne s’installe pas à Y-Parc qui veut


12 mars 2019


Yverdon-les-Bains – Trois cents millions ont été investis dans le parc scientifique et technologique, l’an dernier. Avant chaque implantation, une commission d’éligibilité vérifie que les activités des nouveaux arrivants colleront bien aux exigences du technopôle.


A Y-Parc, les bâtiments poussent comme des champignons. A tel point que le plus ancien – il date de 1991 – et le plus grand technopôle de Suisse pourrait bientôt arriver à saturation. Les 114 000 mètres carrés de terrain encore disponibles font en effet l’objet de toutes les convoitises. «Nous sommes en discussion avec des investisseurs pour de très grosses surfaces, dont un qui pourrait acheter 50 000 mètres carrés à l’ouest du parc», révèle la directrice d’Y-Parc, Juliana Pantet. La situation est également tendue sur le plan de la location, puisque le parc technologique et scientifique d’Yverdon-les-Bains n’a actuellement plus que 1500 mètres carrés environ de surface de plancher à proposer.

Mais ne s’installe pas à Y-Parc qui veut. Pour prendre ses quartiers dans cet espace de 52 hectares, il faut répondre à des critères précis, régis par le règlement du Plan partiel d’affectation. Exception faite des zones de services (lire encadré), seuls la recherche et le développement, la production et les centres de formation complémentaires à ces activités sont admis. Trois personnes sont chargées de voir clair, parmi la quantité de dossiers déposés chaque année: Juliana Pantet, Markus Baertschi, chef du Service de l’urbanisme de la ville d’Yverdon-les-Bains, et Martha Liley, directrice du Centre Recherche appliquée et Développement de la Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud.

Pour tenter de coller aux exigences et convaincre la commission d’éligibilité, certaines entreprises «présentent leurs activités de la façon la plus technologique possible, explique Markus Baertschi. A nous de décortiquer ce qu’elles font réellement.»

Au besoin, les candidats peuvent être auditionnés par les trois membres de l’entité. Et pas question de tordre les règles: «Si une société mène des activités de recherche et de développement sur un autre site et qu’elle souhaite ouvrir un bureau de vente à Y-Parc, elle ne pourra pas le faire», insiste Juliana Pantet. La procédure est la même pour ceux qui voudraient simplement avoir une boîte aux lettres dans le parc, sans forcément y prendre leurs quartiers.


Recours possible

Il arrive donc que des prétendants soient frappés d’une non-entrée en matière. L’an dernier, la commission d’éligibilité a ainsi émis six préavis négatifs, contre 23 positifs. C’est que les 1700 personnes qui travaillent sur le site sont perçues comme autant de clients potentiels par certaines sociétés, qui rêveraient de s’y implanter. Des entreprises générales de construction et des agences de communication, qui souhaitaient vendre leurs services aux résidents, ont notamment tenté leur chance, sans succès. En cas de recours, c’est la Municipalité d’Yverdon-les-Bains qui tranche: «Jusqu’ici, elle nous a toujours suivis», note le chef du Service de l’urbanisme de la ville.

Vu l’attractivité du site, et de la Cité thermale en général, les sollicitations ne sont pas près de diminuer. «La ville est à la croisée des chemins entre Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg et Berne, et très bien connectée au rail et à la route», poursuit Markus Baertschi. A cela s’ajoute le fait que les parcelles sont déjà légalisées et équipées. «C’est un gros avantage, sachant qu’il faut entre deux et cinq ans pour légaliser un terrain.» L’implantation d’une société telle que la multinationale Incyte, active dans le secteur de la biopharma, contribue également à booster l’attractivité du site. «Une entreprise s’est installée ici car la seule perspective d’avoir Incyte comme client leur suffit», souligne Juliana Pantet.

En 2018, 300 millions de francs ont ainsi été investis à Y-Parc (lire ci-contre). «Si on continue à ce rythme, le parc pourrait être plein dans cinq ans», commente Juliana Pantet. Si ce scénario se réalise, la Ville devra imaginer de nouvelles solutions pour rester un pôle d’innovation. «Tout l’enjeu sera de démontrer l’utilité de l’extension de la zone à bâtir », conclut Markus Baertschi.


________________________________________________________________________________________________________________________________________
Deux zones de services

Le périmètre d’Y-Parc prévoit deux centres de services destinés à l’implantation de commerces de proximité ou d’espaces de restauration, par exemple, pour répondre aux besoins des résidents du parc. Pas question, par conséquent, d’accueillir un énorme centre commercial qui attirerait des clients de toute la région. «Le but d’Y-Parc n’est pas d’avoir son propre centre-ville », insiste Juliana Pantet. La première zone de services, de 10 000 mètres carrés, se situera dans le bâtiment Explorit (ndlr: connu sous le nom de Kindercity), dont le chantier démarrera prochainement. Alors que l’ouverture est prévue courant 2020, plus de 80% de la surface est déjà réservée, selon le promoteur. Une seconde zone est prévue à l’ouest du parc, dans un secteur encore vierge de toute construction.

________________________________________________________________________________________________________________________________________
Des options en cas de refus

Lorsqu’une société se heurte au veto de la commission d’éligibilité, les responsables d’Y-Parc ne la laissent pas en plan. La première option consiste à la rediriger vers le bâtiment CEI1 (l’un des premiers bâtiments construits à proximité du parc), qui n’est pas soumis aux mêmes critères d’admission puisqu’il ne se trouve pas dans le périmètre du PPA d’Y-Parc. Le hic, c’est que seuls une centaine de mètres carrés sont encore disponibles dans ce bâtiment de 5300 mètres carrés. La seconde option consiste, si cela s’avère possible, à orienter la société vers le futur centre de services prévu pour 2020. En dernier lieu, Y-Parc sollicite l’aide de la Ville ou de l’Association pour le développement du Nord vaudois pour tenter de trouver une solution. «Le but, c’est d’essayer de garder ces entreprises dans la région», souligne Juliana Pantet.


Caroline Gebhard


https://www.laregion.ch/ne-sinstalle...parc-qui-veut/



Il ne reste plus qu'à construire un poil plus dense et un poil plus haut.
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old March 13th, 2019, 09:00 AM   #163
Alouest
Registered User
 
Alouest's Avatar
 
Join Date: Oct 2016
Posts: 48
Likes (Received): 3

Quote:
Originally Posted by Lake Leman View Post
Il ne reste plus qu'à construire un poil plus dense et un poil plus haut.

C'est vrai qu'en regardant la photo, ça semble être un véritable gâchis. Pas la zone centrale, mais les bâtiments de deux étages. Quel est le gabarit autorisé par le ppa?
Alouest no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old March 13th, 2019, 11:43 PM   #164
quimporte
Registered User
 
quimporte's Avatar
 
Join Date: Jan 2013
Location: Geneva
Posts: 3,412
Likes (Received): 964

Quote:
Originally Posted by Alouest View Post
C'est vrai qu'en regardant la photo, ça semble être un véritable gâchis. Pas la zone centrale, mais les bâtiments de deux étages. Quel est le gabarit autorisé par le ppa?
Le RPGA autorise 12 m de haut.

Mais en zone artisanale ou industrielle, le nombre d’étages n’est pas vraiment pertinent. Un bâtiment de bureau en aura 4, alors qu’un bâtiment industriel n’en aura peut-être qu’un ou deux pour une hauteur identique

En ZA ou ZI, les limites s’expriment en hauteur max. (donc 12 m), en volume max. (5 ou 3 m3/m2 selon la zone) et en taux d’occupation du sol (50%).
__________________
The city that I like is densely built up.

Last edited by quimporte; March 13th, 2019 at 11:57 PM.
quimporte no está en línea   Reply With Quote
Old April 26th, 2019, 05:57 PM   #165
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

Voici quelques projets de quartier importants en cours d'étude pour AGGLOY:

Grandson:

https://www.aggloy.ch/projets/borne-...tier-grandson/

https://www.laregion.ch/grandson-tie...plexe-sportif/


Yverdon-les-Bains:

https://www.aggloy.ch/projets/aux-parties-yverdon/

https://www.aggloy.ch/projets/roseyres-iles-yverdon/

Il y a le projet Gare-Lac et son potentiel de 3800 habitants (si la LAT ne vient pas y mettre son grain de sable gros comme un rocher), dont les prémices sont la construction du collège des Rives.
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old May 17th, 2019, 07:41 PM   #166
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

Agropôle pour l’agriculture de demain

mercredi, 1 mai 2019





En utilisant l’expérience acquise au fil des générations, Agropôle a pour mission d’agir pour le futur, en stimulant l’innovation dans le domaine agroalimentaire.


Avec un budget entre 40 et 50 millions de francs, cinq nouveaux bâtiments entièrement dédiés à l’innovation dans l’agriculture et l’alimentation vont être construits à l’Agropôle de Molondin dans le canton de Vaud. Le premier édifice devrait être opérationnel en 2021.

Formé en 2013, Agropôle a pour but de réunir l’ensemble des acteurs du secteur agroalimentaire, des producteurs à la grande distribution, ainsi que ceux de l’innovation agritech et foodtech afin de construire un futur environnementalement, économiquement et socialement durable. Les innovations agritech et foodtech sont industrialisées et commercialisées. Basé sur l’expérience métier, le pôle est le lien entre la recherche, les innovations et les acteurs du domaine agroalimentaire, permettant d’accélérer le déploiement de solutions innovantes vers le marché.

À terme, l’Agropôle disposera de 35'000 mètres carrés de surfaces modulables, 150 hectares de terrain agricole pour permettre les essais en pleine terre. Entre 350 et 450 nouveaux postes de travail devraient être créés.


Hub d’agritech & de foodtech

L’agriculture est le 2ème secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre et consomme 70% de la ressource mondiale d’eau douce. Afin de minimiser ces impacts, tout en s’assurant de la souveraineté alimentaire, de nouveaux modèles durables doivent se développer. Un changement de paradigme rendu possible grâce à l’innovation. En utilisant l’expérience acquise au fil des générations, Agropôle a pour mission d’agir pour demain, en stimulant l’innovation dans le domaine agroalimentaire.


https://www.ggba-switzerland.ch/agro...ure-de-demain/
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old May 18th, 2019, 08:59 PM   #167
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

Pour plus d'info concernant mon dernier post ci-dessus:

http://www.agropole.ch/

Avec Agropôle SA, l'Agroscope de Changins, le Centre de recherche Nestlé de Vers-chez-les-Blancs (Nestec, 800 chercheurs) et son nouvel accélérateur de R&D, l'Integrative Food and Nutrition Center de l’EPFL, le nouveau Village de l'innovation de l'Ecole Hôtelière de Lausanne et le projet IMAGO, le canton de Vaud est/sera vraiment à la pointe de la formation et de la recherche agritech et foodtech, entre autres domaines.


35’000 m2 de surfaces modulables dont :

3’000 m2 de serres dernière génération

14’000 m2 dédiés à la transformation pour PME et industries

7’000 m2 de bureaux et de laboratoires

11’000 m2 dédiés à la logistique

150 ha de terrain agricole


















Article et événement en lien notamment avec Agropôle SA:

https://www.bilan.ch/vin-gastronomie...coeur-du-debat

https://businessin.ch/nutrition-4-0
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old June 5th, 2019, 11:56 PM   #168
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

https://y-parc.ch/app/uploads/2019/0...ok2018-web.pdf

https://y-parc.ch/app/uploads/2019/0...utats-2018.pdf
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old June 6th, 2019, 07:48 PM   #169
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

BOAS investit 32 million pour transformer le Grand Hôtel et le Centre thermal


Yverdon-les-Bains - Un village lacustre réservé au bien-être sera construit là où le directeur Bernard Russi imaginait une «rivière volante». Début des travaux prévus à l'automne.



Plusieurs petites maisons seront construites dans la forêt située à l'arrière des bassins extérieurs. Elles abriteront différents installations bien-être.

Par Frédéric Ravussin


C'est un grand jour. Enfin, ajouteront les mauvaises langues. Même si c'est vrai que nous avions déjà présenté un projet pour le Centre thermal et le Grand Hôtel il y a trois ans et demi en disant qu'il serait mis en oeuvre dans les six mois. Directeur du Groupe BOAS, Bernard Russi n'a pas caché sa satisfaction en annonçant jeudi en fin de matinée devant la presse que les nombreuses transformations et rénovations dont ces deux fleurons touristiques yverdonnois vont faire l'objet seraient mis à l'enquête dans le courant du mois de juin.

En chemin, le budget du projet a gonflé, passant d'une grosse vingtaine de millions à 32 millions. Une augmentation qui s'explique notamment parce qu'il n'était d'abord pas question de toucher à la partie hôtelière du site que BOAS exploite depuis décembre 2015. Il est du reste toujours bien noté sur sites online de référence, mais notre directeur a reçu plusieurs fois des remarques de clients par rapport à nos chambres qu'ils jugent un peu vieillottes, reprend Bernard Russi. L'établissement profitera dès lors d'une réfection complète de ses chambres et salles de bain, notamment.

Visuellement, c'est toutefois un nouvel espace de 900m2 qui marquera d'emblée les visiteurs. Cet immeuble, qui comprendra un hall d'accueil, un restaurant, ainsi qu'une boutique et un café sera la nouvelle porte d'entrée des deux pôles que sont l'hôtel et le centre thermal. Construite entre les deux, elles reliera du reste physiquement ces deux entités que BOAS avait déjà réunies juridiquement.

Et si le vétuste bâtiment du centre thermal sera rasé, puis reconstruit, l'autre grande nouveauté se trouvera à l'arrière des bassins extérieurs, dans la petite forêt qui referme la parcelle au sud. Surprise, ce n'est pas la «rivière volante» dont a souvent parlé Bernard Russi qui y coulera, mais l'eau calme d'un étang autour duquel seront disposées plusieurs petites maisons où seront proposés différents espaces bien-être. Montées sur pilotis et reliées entre elles par des pontons, elles rappelleront à la fois les villages lacustres qui s'étendaient le long les berges du lac de Neuchâtel il y a plusieurs millénaires et la Grande Cariçaie qui forme sa rive sud aujourd'hui.

Les travaux, qui seront réalisés par étapes, idéalement sans impacter la fréquentation du Grand Hôtel et des bassins, se feront par étapes, échelonnées sur trois ans à compter de l'automne prochain.

(24 heures)


Créé: 06.06.2019, 14h39

https://www.24heures.ch/vaud-regions...story/17959731
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old June 6th, 2019, 11:08 PM   #170
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

«La halte CFF sera un atout pour Y-Parc»


Transports - Le National a validé le programme Prodes 2035 qui prévoit notamment un nouvel arrêt à Yverdon. Interview du syndic de la Ville.



Selon Jean-Daniel Carrard, syndic d'Yverdon-les-Bains et député, le vote du Conseil national est une victoire pour la ville.

Par Antoine Hürlimann

Le projet de halte CFF à Y-Parc, le plus ancien parc technologique de Suisse, est quasi entériné. Le Conseil national a validé mardi matin, à l’unanimité, le programme Prodes 2035. Au total, la Confédération devrait investir 12,89 milliards de francs pour désengorger le rail d’ici à 2035. Si le Conseil des États a soutenu ce projet d’infrastructures ferroviaires le 7 mars dernier, deux divergences doivent encore repasser devant la Chambre des cantons le 21 juin. Les autorités yverdonnoises sont cependant confiantes: «On peut désormais dire, sans prendre de risque, que la halte CFF d’Y-Parc verra le jour», se réjouit Jean-Daniel Carrard, syndic de la cité thermale et député. Interview.


Vous disiez que ce vote du Conseil national était une victoire pour Yverdon-les-Bains. Comment l’avez-vous perçue ?

Cette décision, on peut le dire, entérine un projet extrêmement important pour Yverdon et sa région. Ce qui a relancé la réflexion dans le fond, c’est un article de «24 heures» daté du 26 mars 2018, qui expliquait que la Municipalité de Paudex s’était renseignée sur la faisabilité d’une gare sur son territoire communal. Avec Pierre Dessemontet (ndlr: municipal à Yverdon et député), nous avions déposé une interpellation au Grand Conseil dans la foulée, le 24 avril, qui demandait au Conseil d’État de soutenir le projet de halte CFF à Yverdon. Ce dernier a répondu très rapidement qu’il le faisait et qu’un soutien était aussi attendu des parlementaires fédéraux lors des débats début 2019, à Berne. On le voit aujourd’hui, tout le monde a tenu ses engagements. L’aboutissement de ces discussions est le résultat d’une excellente collaboration entre la Commune d’Yverdon, le Canton et les élus nationaux.

Y-Parc se situe à moins de 3 kilomètres de la gare. Pourquoi bâtir une nouvelle infrastructure à une si petite distance ?

On constate que le réseau routier souffre déjà régulièrement de la charge des automobilistes se rendant sur le parc ou dans l’agglomération yverdonnoise. Aux heures de pointe, il est de plus en plus difficile d’accéder ou de sortir de la ville, notamment aux deux sorties autoroutières. Il est à craindre sérieusement que l’augmentation des flux de trafic induite par le développement prévu du parc, qui pourrait accueillir à terme jusqu’à 8000 emplois, ne vienne complètement saturer le secteur. Il fallait trouver des alternatives.


Pensez-vous que le rail peut remplacer la voiture ?

Non, c’est un complément. Tous les pendulaires ne viennent pas de Lausanne et ne bénéficient donc pas d’une ligne ferroviaire directe. C’est par ailleurs un atout très intéressant pour le site. Les entreprises qui voudront s’y installer y seront sensibles.


La Municipalité a répété que les commerces du centre pouvaient profiter des personnes travaillant à Y-Parc. Cette nouvelle halte ne risque-t-elle pas de créer une seconde ville dans la ville ?

Non. Nous disposons d’une liaison qui a été renforcée cette année entre Y-Parc et le centre-ville: un bus passe toutes les 7 minutes. C’est une desserte extrêmement forte. Et puis le parc a une vocation économique. Mais le cœur de la ville reste le cœur de la ville. Les commerces, les activités sportives et culturelles sont au centre. Les installations principales ne sont pas non plus à Y-Parc.


Est-ce suffisant ?

On doit confirmer les liaisons de transports publics entre le parc et le centre. Voire densifier cette desserte qui permet de se rendre sur les lieux de détente, comme les Rives du lac. Nous avons cependant encore un peu de temps. Concernant la construction de la halte CFF, le Conseil d’État parlait de 2025. Si nous pouvions commencer les travaux à temps et tenir ce calendrier, cela serait magnifique. (24 heures)


Créé: 06.06.2019, 18h17

https://www.24heures.ch/vaud-regions...story/26056533


Bien qu'Y-Parc se situe à moins de 3 kilomètres de la gare, je ne vois pas où est le problème. La halte de Prilly-Malley est également situé à moins de 3 kilomètres des gares de Lausanne et de Renens. Et on ne parlera même pas des 9 haltes RER intermédiaires situées entre les gares de Coppet et de Cornavin, pour une distance totale pourtant d'environ à peine 13 km.
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old June 21st, 2019, 07:34 PM   #171
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

«On veut rendre au château la place qui lui revient»


Grandson - Plus de 16 millions ont déjà été investis dans la restauration patrimoniale de l’édifice. Dix de plus devraient l’être d’ici à 2026. Sans compter la muséographie.



Grâce aux travaux réalisés ces dernières années et à la pose d’une passerelle métallique, il est désormais possible de parcourir le chemin de ronde sans interruption.
Image: Jean-Paul Guinnard


...

...

Créé: 21.06.2019

https://www.24heures.ch/vaud-regions...story/17907114
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old August 27th, 2019, 07:15 PM   #172
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

26.08.2019

La mue d'Yverdon commence par son Collège des Rives


Yverdon-les-Bains veut s’ouvrir vers le large, vers le lac de Neuchâtel. Entre la gare et les rives, la Municipalité prévoit de reconvertir 23 hectares en un nouveau quartier de 3800 habitants et 1200 emplois. Toute la gare et son environnement vont être refondus, ainsi que la nouvelle place d’Armes. Le Collège des Rives qui vient d’accueillir sa première volée d’élèves le 26 août 2019 est la première réalisation concrète du nouveau quartier Gare-Lac.










https://www.batimag.ch/architecture/...ne-vers-le-lac
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old August 27th, 2019, 07:39 PM   #173
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

Le collège des Rives en ébullition

16 août 2019


https://www.laregion.ch/le-college-d...en-ebullition/
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old September 2nd, 2019, 03:30 PM   #174
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106





Le chantier de Kindercity enfin sur les bons rails ?


Les travaux de terrassement ont débuté il y a neuf jours à Y-PARC. Après de multiples retards, c’est le soulagement du côté des acteurs engagés autour d’un projet qui s’étendra sur plus de 14’000 m2.


Article paru le 30.08.2019 dans « La Région »


https://y-parc.ch/le-chantier-de-kin...es-bons-rails/



L'allure du bâtiment a quelque peu changé par rapport au projet initial, mais j'aime beaucoup. Et le R+6 de la partie haute de l'immeuble fait que Y-Parc s'élève peu à peu. Vivement fin 2020.

Last edited by Lake Leman; September 2nd, 2019 at 10:20 PM.
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old September 2nd, 2019, 10:23 PM   #175
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

Bâtiment Explorit (Y-Parc), autres vues du futur bâtiment (Kindercity, etc.)









https://www.afco-management.ch/proje...ail/kindercity
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old October 14th, 2019, 07:03 PM   #176
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,286
Likes (Received): 106

Un écrin vaudois pour le premier centre taoïste européen


Le premier centre taoïste européen, Ming Shan, vient d’ouvrir ses portes à Bullet (VD). Alliant tradition chinoise et innovation des laboratoires de l’EPFL, il entend devenir un pont entre traditions spirituelles orientales et sciences cognitives occidentales

Marion Marchetti
Publié lundi 14 octobre


Sur le flanc sud du Chasseron, à Bullet (VD), les derniers coups de pinceaux achèvent de recouvrir les façades du Centre taoïste intégratif Ming Shan. Le bâtiment en bois est adossé au massif du Jura, comme le recommande l’art de vivre feng shui: construit à l’image d’un empereur faisant face à une vallée, il contemple le lac Léman et le lac de Neuchâtel. Le temple, situé au centre du bâtiment, est orné de décorations verticales dont les ondulations varient au fil du mouvement des observateurs.





Main dans la main, philosophie chinoise et médecine occidentale s’apprêtent à relever les défis de la santé dans le centre flambant neuf. «Ce lieu servira à pratiquer et à enseigner une forme de spiritualité compatible avec le XXIe siècle, axée sur la santé au sens large, fusionnant les aspects physiques et psychologiques du bien-être», explique Fabrice Jordan, le fondateur du projet, rencontré peu avant l’ouverture officielle du 14 octobre. Séminaires de nutrition, formations variées, ateliers de calligraphie, concerts méditatifs et autres rencontres thématiques d’une journée seront donnés en parallèle à un cursus taoïste de trois ans.

Ce médecin combine les connaissances occidentales et taoïstes dans sa pratique depuis 2011 dans son cabinet, à Yverdon. «Nous accueillons des personnes échouées sur la table d’acupuncture, en dépression, en burn-out, souffrant de problèmes psychosomatiques, en raison d’une perte de sens générale. Après les avoir remises sur pied, nous aimerions leur offrir des outils leur permettant de conserver un équilibre par elles-mêmes.»


...





Aides publiques

Le canton de Vaud et la Confédération ont pris en charge 40% du financement de la construction, «car ils ont reconnu l’intérêt public de créer un lieu servant de contrepoint à l’accélération constante de la société», mentionne Fabrice Jordan. La réalisation du projet dans le Nord vaudois reflète l’intérêt des Suisses et Suissesses, dont 67% ont voté pour une prise en charge des médecines complémentaires en 2009. «Notre population est influencée par la tradition des Heilpratiker allemands, les gens sont très ouverts aux traitements naturels», poursuit le médecin yverdonnois.

Quant aux nombreux voyages du fondateur en Chine, ils n’auront pas abouti aux investissements financiers qu’il cherchait pour son projet. Toutefois, le centre peut ainsi se targuer d’être indépendant de toute autre structure, et les rencontres de Fabrice Jordan auront permis de créer un réseau avec de nombreux temples taoïstes chinois dont les maîtres participent aux formations dispensées à Bullet.


https://www.letemps.ch/societe/un-ec...oiste-europeen



Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 04:33 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us