Reims - Actu urbaine & architecturale - Page 5 - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Forum Gratte-ciel Français > Actualité des villes > France


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 9 votes, 5.00 average.
Old April 15th, 2014, 05:23 PM   #81
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,854
Likes (Received): 8286

Euphémisme?

La Marne: 8 162 km2
L'Alsace: 8 280 km2

Bas-Rhin + Ortenau: 4 755 km2 + 1 850,74 km2 = 6 606 km2 pour 1,51 million d'habitants ...
3locations no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old April 15th, 2014, 09:33 PM   #82
Hapower
Registered User
 
Hapower's Avatar
 
Join Date: Oct 2008
Location: Strasbourg / Lyon
Posts: 3,230
Likes (Received): 2368

Waouh c'est la succursale de la section "Grand Strasbourg" par ici ?
__________________
STRASBOURG Disparu | Développement Transports en commun | Photo

3locations, RoccatArvo, fool liked this post
Hapower no está en línea   Reply With Quote
Old April 16th, 2014, 11:32 AM   #83
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Quote:
Originally Posted by Hapower View Post
Waouh c'est la succursale de la section "Grand Strasbourg" par ici ?
Haha ! ça le devient vu que je suis le seul à l'animer! le comble....un Strasbourgeois qui anime le thread de Reims.
Quoique je ne suis pas le seul


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old April 16th, 2014, 03:53 PM   #84
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne
Posts: 20,532
Likes (Received): 10831

Quote:
Originally Posted by Hapower View Post
Waouh c'est la succursale de la section "Grand Strasbourg" par ici ?
Le très Grand Strasbourg plutôt.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old April 17th, 2014, 04:11 PM   #85
Bubala
Registered User
 
Bubala's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Posts: 468
Likes (Received): 110

La faute à Valls !
Bubala no está en línea   Reply With Quote
Old April 17th, 2014, 04:12 PM   #86
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne
Posts: 20,532
Likes (Received): 10831

Avec Fool et 3locations, même un thread sur une ville du sud ouest pourrait devenir une annexe de la section Grand Strasbourg.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old April 29th, 2014, 06:49 PM   #87
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Quote:
Originally Posted by RoccatArvo View Post
Avec Fool et 3locations, même un thread sur une ville du sud ouest pourrait devenir une annexe de la section Grand Strasbourg.
Haha, j'avais même pas lu....


sinon faut aimer mais y a ça très prochainement :

Quote:
festival
Le Teknival investit l'ex BA 112 de Reims du 2 au 5 mai

Après Cambrai, c'est l'ancienne base militaire de Reims qui a été choisie pour accueillir ce concert géant. Des dizaines de milliers de "teufeurs" sont attendus le premier week-end de mai.

L.L
Publié le 17/04/2014 | 17:40, mis à jour le 22/04/2014 | 12:15



© Photo MaxPPP Cambrai-Epinoy, le 05 mai 2013. Troisième jour du Teknival sur la base aérienne 103.

Ils sont fans de techno et vont faire la fête pendant 4 jours consécutifs. Le Teknival 2014 débarque sur l'ex BA 112, aux environs de Reims. Une information révélée par nos confrères de l'Union et confirmée par la préfecture de la Marne. Ce rassemblement aura lieu du 2 au 5 mai prochains.

Jusqu'à 30 000 spectateurs sont attendus, 500 gendarmes pourraient aussi être de la partie pour sécuriser le site.

L' ex base aérienne 112 est située sur les communes marnaises de Bétheny, Brimont et Courcy et a été dissoute le 30 juin 2011.

Ils parlent même de chiffres entre 30 et 50 000 personnes, pas un ptit bout quoi...



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 12th, 2014, 12:23 PM   #88
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Trop de logements vacants à Reims, du à un manque d'attractivité ? ou à une concurrence forte de logements neufs de meilleure qualité ?

En tout cas près de 7000 logements vacants...

vidéo ici :

Quote:

l'enquête de la rédaction
Enquête : Y'a-t-il trop de logements à Reims ?

Selon l'INSEE, près de 7 000 logements sont vacants à Reims. Et pourtant on constate sans cesse de nouvelles constructions dans la ville et son agglomération.. Comment expliquer ce paradoxe ?

Par Anne Hédiard
Publié le 11/05/2014 | 16:07, mis à jour le 12/05/2014 | 10:03





http://champagne-ardenne.france3.fr/...ms-474833.html


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 12th, 2014, 02:30 PM   #89
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,854
Likes (Received): 8286

Quote:
Originally Posted by fool View Post
Trop de logements vacants à Reims, du à un manque d'attractivité ? ou à une concurrence forte de logements neufs de meilleure qualité ?

En tout cas près de 7000 logements vacants...

vidéo ici :





Fool
Exactement 6 834 logements vacants sur 96 120 logements.
C'est équivalent si l'on compare avec Strasbourg et ses 10 133 logements vacants sur 141 218 logements en 2010.
3locations no está en línea   Reply With Quote
Old May 13th, 2014, 11:48 AM   #90
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Quote:
Originally Posted by 3locations View Post
Exactement 6 834 logements vacants sur 96 120 logements.
C'est équivalent si l'on compare avec Strasbourg et ses 10 133 logements vacants sur 141 218 logements en 2010.
Alors qu'est-ce que cela peut signifier ? Reims est dans la moyenne ? Où en sont les autres villes ?

j'ai vu sur la Dépêche dans un article de 2012 quand même :

Quote:
à Toulouse, de nombreux appartements restent inoccupés. Plus de 15 000 selon l'INSEE, 2 000 seulement selon la mairie.
j'ai l'impression que les presque 7000 logements de Reims sont à peu près dans les clous par rapport aux autres villes...



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 13th, 2014, 12:03 PM   #91
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,854
Likes (Received): 8286

Quote:
Originally Posted by fool View Post
Alors qu'est-ce que cela peut signifier ? Reims est dans la moyenne ? Où en sont les autres villes ?

j'ai vu sur la Dépêche dans un article de 2012 quand même :



j'ai l'impression que les presque 7000 logements de Reims sont à peu près dans les clous par rapport aux autres villes...



Fool
Je pense qu'avec un taux de vacance inférieur à 10%, il n'y a rien d'alarmant. La définition de l'INSEE indique que les appartements mis en location mais en attente de locataires sont considérés comme vacant ...

http://www.insee.fr/fr/methodes/defa...ent-vacant.htm
Quote:
Définition

Un logement vacant est un logement inoccupé se trouvant dans l'un des cas suivants :
- proposé à la vente, à la location ;
- déjà attribué à un acheteur ou un locataire et en attente d'occupation;
- en attente de règlement de succession ;
- conservé par un employeur pour un usage futur au profit d'un de ses employés ;
- gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire (exemple un logement très vétuste...).
3locations no está en línea   Reply With Quote
Old May 15th, 2014, 02:57 PM   #92
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Tiré du journal l'Union

Quote:

Région > Départements > Marne > Reims
L’hôtel de La Salle va devenirun musée




Publié le 14/05/2014

Par Aurélie BEAUSSART



REIMS (51). Les frères appellent aux dons afin que renaisse ce joyau architectural rémois, sous forme de musée. La souscription est lancée ce matin. Le coût de la rénovation est estimé à 1,2 million d’euros.
La famille de La Salle s’installe, au début du XVII e siècle, dans cet hôtel bâti en 1545. Elle déménage en 1664, derrière la cathédrale. Victime des bombardements de 14/18, il est en partie reconstruit par le patron de la maison des biscuits Fossier : Jean Lhoste en fait le lieu de fabrication du biscuit rose et un magasin. En 1957, les frères le rachètent.


P artout dans le monde, de la région on connaît le champagne et Jean-Baptiste de La Salle. » L’auteur de cette affirmation, le frère Dominique Rustuel dirige la congrégation rémoise des Frères des écoles chrétiennes, dont le fondateur est Jean-Baptiste de La Salle. « Les gens sont étonnés d’apprendre que des frères vivent à l’hôtel de La Salle. Ils pensent que ce bâtiment classé monument historique depuis 1920 est vide, abandonné. » Jean-Baptiste de La Salle est né le 30 avril dans cet hôtel particulier, situé aujourd’hui au 4 bis, rue de l’Arbalète. « À 15 ans, il devient chanoine de la cathédrale de Reims puis prêtre à 27 ans. Il a créé une école en français alors que l’on enseignait en latin, a appris aux enfants du peuple à lire et écrire. Il est à l’origine d’un centre de formation pour les maîtres. »

En lien avec l’architecte François Destors, trois ans ont été nécessaires pour dessiner les contours du projet muséographique de l’hôtel de La Salle, encore peu connu du grand public. « On ouvre pour de rares occasions comme les journées du Patrimoine », ajoute Laurent Touchagues, responsable du mécénat pour l’ensemble de l’œuvre Lasallienne en France, Suisse et Grèce. Les travaux (rénovation et aménagement) vont durer 8 mois, et sont estimés à 1,2 million d’euros. « Cent donateurs (d’anciens élèves, des moines) ont déjà permis de collecter 60 000 €. » Ce matin, une convention doit être signée avec la Fondation du patrimoine, le coup d’envoi d’une grande campagne de souscription. Le musée, censé ouvrir au premier trimestre 2015, regroupera des objets, des livres, des tableaux, des meubles ayant appartenu à Jean-Baptiste de La Salle. « Une partie était déjà conservée ici », tels la chaire de 1714, sa ceinture d’ecclésiastique, mais aussi une relique (son péroné droit) ou encore un plan de Reims de 1655. Une salle de classe sera reconstituée, la fondation des écoles chrétiennes évidemment évoquée et des écrans multimédia présenteront les projets éducatifs des écoles du réseau, présent sur les cinq continents, dans 79 pays.

Aurélie BEAUSSART

www.lunion.presse.fr/region/l-hotel-de-la-salle-va-devenirun-musee-ia3b24n346961


celui-là tiré du journal Les Echos

Quote:
Champagne-Ardenne
Régions Champagne-Ardenne
Ingénierie : Ségula Technologies ouvre une agence régionale à Reims

Par Dominique Charton | 09/05 | 06:00



Le groupe de conseil en innovation et en ingénierie ouvre une agence régionale.
Il promet de créer une centaine d'emplois d'ici cinq ans.

La perte d'influence régionale de la société d'ingénierie SNC Lavalin, dont le siège de la filiale Europe a déménagé de Reims vers la région parisienne, ouvrirait-elle de nouveaux horizons à d'autres sociétés d'ingénierie ? L'arrivée dans la Cité des sacres de Ségula Technologies et de sa promesse d'une centaine d'emplois d'ici cinq ans (75 emplois d'ici trois ans) prouve à tout le moins que la métropole régionale sait être attractive. « Un coup de coeur pour Reims », s'enflamme même Nicolas Maskud, directeur général d'un groupe qui emploie 6.800 personnes dont 4.000 en France et réalise 400 millions d'euros de chiffre d'affaires dont 30 % à l'international. « Nous allons recruter des techniciens expérimentés et des ingénieurs. La région rémoise dispose d'un excellent bassin de formation », assure-t-il.

Déjà présent à Chooz, dans les Ardennes, où il travaille à la centrale nucléaire, le groupe Ségula Technologie oeuvre dans les secteurs de l'ingénierie automobile, aéronautique, de la pharmacie, de l'énergie ou de l'agro-industrie. C'est d'ailleurs pour se rapprocher de ses clients régionaux, Valeo par exemple, que l'entreprise fondée en 1985 a rejoint Reims. « C'est un choix d'avenir car cette région dynamique abrite une grande diversité d'industries, elle dispose pour nos recrutements de très fortes compétences en ingénierie », explique Nicolas Maskud.
Voiture de course électrique

La direction de l'agence rémoise a été confiée à Emmanuel Chochoy qui a développé l'activité services et ingénierie, avant de rejoindre Atlantic Air Industries puis le fonds d'investissement New York Finance Innovation. Parallèlement, il avait fondé en 2010 le bureau d'études aéronautiques Asi Innovation, repreneur récent de Reims Aviation.

Au travers de sa filiale Ségula Matra Technologie, le groupe participe depuis 2008 à la conception et la réalisation de l'Electric Formula EFO1, la première monoplace de course à propulsion électrique. Avec une accélération de 0 à 100 km/h en 3 secondes et une vitesse de pointe de 250 km/h, ce protoype, qui devrait faire des petits, affiche aujourd'hui les mêmes performances techniques qu'une Formule 3 à moteur thermique. Son autonomie est aujourd'hui de 20 à 25 minutes. Ce qui promet, estiment les spécialistes, des courses spectaculaires dans le cadre du projet Formulec, le premier championnat du monde de voitures de course électrique.
Dominique Charton, Les Echos
Correspondant à Reims

http://www.lesechos.fr/economie-poli...ims-669582.php
Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 17th, 2014, 08:15 PM   #93
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Super....

Quote:

Région > Départements > Marne > Reims
Reims sort l’arsenal pour sa sécurité


Publié le 17/05/2014 - Mis à jour le 17/05/2014 à 10:44

Par Aurélie BEAUSSART


REIMS (51). Jeudi soir, le maire Arnaud Robinet, pour sa première grande sortie sur le terrain, a visité le centre de vidéosurveillance avant d’aller à la rencontre de la brigade nocturne. Il a rappelé vouloir déployer cent nouvelles caméras, embaucher 70 policiers supplémentaires et promis une brigade canine d’ici la fin de son mandat.


Il nous a donné rendez-vous devant la mairie. Et à 22 heures pile, le voilà qui arrive à pied, en compagnie de Catherine Vautrin, de la première adjointe Valérie Marchet, du deuxième adjoint chargé de la sécurité Xavier Albertini mais aussi du directeur de cabinet et du chef du cabinet. D’emblée Arnaud Robinet le rappelle : « Assurer la sécurité et la sérénité des Rémois est la priorité. »

Au cœur du quartier du Boulingrin, au premier étage du centre de supervision urbain, sur tout un pan de mur, vingt-quatre écrans diffusent en direct les images capturées par les 36 caméras de surveillance de la ville. « Elles pivotent à 360 degrés, sont capables de zoomer. Elles fonctionnent 24 h sur 24 et 365 jours par an. Elles sont implantées dans quatre secteurs de la ville : une quinzaine dans l’hyper-centre, quatre aux abords du stade Delaune, quelques-unes à Croix-Rouge et à la ZAC La Neuvillette. »

Nicolas Roche, le directeur de la police municipale, rodé à l’exercice, poursuit : « L’ensemble du dispositif a été mis en service en février 2008. À titre expérimental d’abord, la vidéosurveillance a montré, depuis, son utilité. Elle évite le passage à l’acte. Elle permet d’agir en flagrant délit et d’amener des éléments de preuves pour les enquêtes judiciaires. »

Arnaud Robinet acquiesce sans détacher le regard des écrans. S’il découvre le centre de supervision urbain de Reims, il n’en est pas à la première visite du genre. « J’ai visité les sites de plusieurs grandes villes. Reims est très mal dotée. À Orléans, dont je souhaite appliquer le même dispositif, la délinquance a chuté de 30 %. »

Il demande à un opérateur de zoomer place d’Erlon afin de se rendre compte de la capacité des caméras.

Sous les arcades, près d’un distributeur de billets, un homme est assis à même le sol. En compagnie de son chien, il tente d’attirer l’attention des passants. Il fait la manche. « J’ai pris il y a quelques semaines, un arrêté anti-mendicité. Il est évidemment impossible d’éradiquer ce type de comportement mais il est vrai que cela contribue au sentiment d’insécurité, explique Arnaud Robinet. Ce n’est agréable ni pour les touristes ni pour les Rémois. »

« Il ne s’agit pas de fliquer les Rémois »

Plan large puis nouveau zoom, plus haut sur les arcades, deux hommes à l’arrêt ont un comportement suspect. La netteté est saisissante. On distingue parfaitement les visages. L’un fait le geste de retirer quelque chose de sa poche. L’autre l’en empêche d’une main. Il regarde vers la caméra. Les deux hommes se remettent à marcher. Ils tournent au coin de la rue. « On les a perdus », lâche un opérateur.

« Il n’est pas question de fliquer l’ensemble des Rémois. On a beaucoup de chemin à parcourir avant que le système ne soit efficient », admet Arnaud Robinet. Il souhaite le déploiement de 150 caméras, « dans tous les quartiers, aux abords de tous les centres commerciaux comme des galeries marchandes. »

Près du palais de justice, des jeunes se bousculent à l’arrêt du tram, une famille traverse rapidement pour éviter le groupe. « Je n’ai jamais attaché d’importance aux chiffres de la délinquance. Je laisse cela aux forces de l’ordre. Ce qui m’intéresse c’est le sentiment d’insécurité, commente Arnaud Robinet. Les Rémois qui sortent d’un des cinémas du centre, d’un restaurant le soir, doivent se sentir en sécurité. Moi-même quand je sors d’un établissement de la place d’Erlon, après 23 heures, je ne m’attarde pas, j’accélère le pas. Ramener de la sérénité dans la vie nocturne de la place d’Erlon fera revenir aussi des clients. » Les Promenades préoccupent aussi le premier magistrat. Le problème est complexe. « Il va falloir transformer les lieux, réaliser plusieurs aménagements indispensables pour ensuite sécuriser par des caméras et des patrouilles. » Arnaud Robinet se défend d’être exclusivement le maire de l’hypercentre. « La police municipale va monter en puissance. Nous allons doubler le nombre de policiers . Ils sont aujourd’hui 80 mais seulement neuf assurent la surveillance nocturne. L’idée est d’établir des patrouilles dans chaque quartier. »

Tripler le nombre de caméras, doubler l’effectif de la police municipale… Un tel projet a un coût : « Une fois le dispositif déployé : 7 millions d’euros par an. »

Un état des lieux sur la sécurité à Reims est en cours. Un comité de pilotage est déjà sur pied. « Il rendra ses recommandations et préconisations pour l’implantation de nouvelles caméras début juin. » La municipalité souhaiterait connecter l’ensemble des réseaux de vidéosurveillance présents à Reims (campus, Citura, du Stade). Quant au recrutement des agents, « il ne devrait pas tarder. » La nouvelle municipalité se donne cinq ans pour mener à terme le déploiement. « Paris ne s’est pas fait en un jour », fait remarquer Arnaud Robinet.http://www.lunion.presse.fr/region/r...-ia3b24n348372
Quote:

Région > Départements > Marne > Reims
La ZAC Croix-Blandin devrait bien voir le jour

Publié le 17/05/2014 - Mis à jour le 17/05/2014 à 10:30

Par L'union-L'Ardennais



La longue bataille judiciaire autour de la Croix-Blandin devrait prendre fin. La longue bataille judiciaire autour de la Croix-Blandin devrait prendre fin.





REIMS (51). L’association de défense des consommateurs du centre-ville de Reims jouait sa dernière carte, après une longue bataille devant les tribunaux administratifs de la région. Elle vient de perdre devant le Conseil d’Etat. La plus haute juridiction administrative française a estimé qu’aucun des arguments produits pour demander l’annulation de la construction de Reims-Village, un centre commercial qui doit voir le jour à la ZAC Croix-Blandin, n’étaient recevables.

Aux côtés des habitants, on trouvait dans ce dossier la SAS Sodichamp, l’exploitant de l’enseigne Leclerc de Champfleury, situé à quelques encablures de là, qui avait également déposé un recours. L’espace de 20 000 m2 de magasins devrait donc bien voir le jour. Les porteurs du projet, notamment le groupe Schuller et le président de Système U Serge Papin, promettent la création de plusieurs centaines d’emplois et la dynamisation de cette zone située face à la Cité de l’automobile.

ALP
http://www.lunion.presse.fr/region/l...-ia3b24n348351


Quote:

Accueil
La Région emprunte 100 millions d’euros pour financer l’A304

Publié le 17/05/2014 - Mis à jour le 17/05/2014 à 10:20

Par Guillaume Lévy

ARDENNES. Pour régler la note du Y ardennais, la Région vient de signer un contrat de financement colossal avec la Banque européenne d’investissement.



A304-5.jpg

À défaut de subventions de l’Union européenne (l’Europe ne finance pas les routes, rappelle la Région), Jean-Paul Bachy a trouvé une autre source de financement de la branche ouest du Y ardennais. Le président du conseil régional (DVG) a signé jeudi, à Châlons, un contrat de financement avec la Banque européenne d’investissement. Autrement dit : un emprunt, d’un montant aussi élevé que la participation de la Région à ce tronçon de 31 kilomètres, soit 100 millions d’euros (28 % du coût du chantier).

Dès la fin de l’année 2013, Jean-Paul Bachy avait évoqué les avantages de ces prêts de la BEI, déjà utilisés à trois reprises dans la Marne, pour le tramway de Reims, le contournement autoroutier de la ville et la ligne TGV Est. Contacté hier, l’Ardennais a réaffirmé les avantages de ces emprunts.

« Ils courent sur de très longues durées et ont des taux très compétitifs. De plus on n’emprunte pas tout, tout de suite. On touche l’argent au fur et à mesure des besoins et de l’avancée du chantier. Et si on n’utilise pas toute l’enveloppe, on n’a aucune pénalité. »

Le contrat signé avec Philippe de Fontaine-Vive, vice-président de la BEI, court sur 30 ans, à des taux qui ne sont pas établis en amont, mais fixés au plus bas à chaque versement. Bref, la BEI propose, selon les services de la Région, « les conditions financières les plus attractives sur le marché ».

Rappelant que les fonds de la BEI servent à financer des projets d’aménagement structurants pour l’Europe, Philippe de Fontaine-Vive a vanté « ce projet d’autoroute profondément européenne, puisqu’il reliera les Ardennes belges aux Ardennes françaises, et améliorera le quotidien de grandes villes des deux côtés de la frontière » . Quelques jours avant les élections européennes, les deux signataires n’ont pas oublié de mettre en avant le rôle d’une « Europe avant tout concrète, soucieuse de l’amélioration de la vie quotidienne des citoyens. Une Europe résolument tournée vers l’avenir, accompagnant les régions dans leurs projets d’infrastructures et de développement économique. » http://www.lunion.presse.fr/accueil/...4-ia0b0n348468

Il y a aussi un projet d'une cinquantaine de logements de standing en centre ville dans l'hôtel des postes, c'est dans le journal du jour mais j'ai pas réussi à mettre la main sur l'article...





Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 27th, 2014, 12:15 PM   #94
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544




Quote:

Accueil
Travailler à Paris avec le TGV, un trajet simplifié


Publié le 26/05/2014

Par Antoine Pardessus
Réactions (6)

REIMS (51). Gain de temps et d’argent : travailler à Paris quand on habite à Reims est devenu plus aisé grâce au TGV. Même si les tarifs d’abonnement ne sont plus aussi avantageux depuis 2013.



Le nombre d’abonnés sur le trajet Reims-Paris a été multiplié par 4 depuis la mise en service du TGV. Christian Lantenois


Habiter à Reims et travailler à Paris : Hugues Lebailly connaît ça. Il pratique la chose depuis une quinzaine d’années. Il peut donc mesurer la différence apportée par le TGV en 2007 : « Avec le corail, quand on passait par Épernay avec le tunnel à voie unique, il fallait compter une heure quarante, voire une heure cinquante quand il y avait les travaux ; aujourd’hui, par rapport aux meilleurs horaires d’avant, on met moitié moins de temps ; en moyenne, cela fait une heure de moins, c’est un énorme changement ! J’avais l’habitude de corriger un gros paquet de copies pendant le trajet, maintenant j’ai à peine le temps de finir de lire un magazine... Mais je ne vais pas m’en plaindre. »

D’autant que ce gain de temps ne s’est pas accompagné d’un trop fort coup de massue sur le portefeuille, « grâce aux négociations que notre association a menées avec la SNCF en amont de la mise en service, rappelle M.Lebailly, qui est aussi président de l’Aputcre (association des piétons et usagers des transports en commun de Reims et environs) ; nous voulions éviter de connaître le fâcheux précédent de Paris-Lille. Nous avons obtenu en gros de pouvoir voyager 12 mois pour un paiement correspondant à dix mois et demi. »

Autre témoignage, celui de Marc Boissou, juriste. Demeurant à Reims et travaillant sur la capitale depuis une quinzaine d’années : « Avant le TGV, je partais le lundi de Reims, je passais trois nuits à l’hôtel et je revenais le jeudi soir. Maintenant que l’on peut faire l’aller-retour dans la journée, c’est ce que je fais ; je me lève le matin à 6 heures, ce n’est pas pire que pour un Parisien ! Je prends le train à Champagne-Ardenne à 7 h 20, et je suis à Paris vers 8 h 05 ou 10. Et le soir, je rentre par le 19 h 28, qui me fait arriver à 20 h 10. Vers 20 h 30 je suis chez moi. »

Finies, donc, les nuits d’hôtel qui revenaient cher ; sensiblement plus cher que son abonnement TGV. En tant qu’abonné « historique » il a bénéficié d’un tarif avantageux qui lui permet de voyager en première pour 405 euros par mois (415 depuis ce mois de mai) ; somme dont, qui plus est, il ne verse que la moitié de sa poche, l’employeur prenant en charge l’autre moitié depuis que Nicolas Sarkozy a élargi le champ d’application de la carte orange. Mais la SNCF a modifié depuis 2013 ses tarifs, qui sont devenus plus onéreux. Dommage pour ceux à qui cet exemple donnerait des idées.

La fin des abonnements à tarif dégressif


Incontestablement, le train à grande vitesse a dopé les voyages entre Reims et la capitale.

Avant sa mise en service en 2007, le nombre d’abonnés sur ce trajet, selon les chiffres de la SNCF, était de l’ordre de 250. En 2013, ils étaient plus de 1000, soit quatre fois plus. Et s’il est vrai que ces abonnements sont souscrits à 90 % par des usagers demeurant à Reims (et environs), le système marche aussi dans l’autre sens, les 10 % restants étant le fait de Parisiens et assimilés qui travaillent chez nous (voir aussi par ailleurs).

La mauvaise nouvelle, c’est que les tarifs avantageux offerts par la compagnie ferroviaire à ses abonnés fidèles ne sont plus... aussi avantageux qu’au début du TGV : l’ancienne formule d’abonnement intitulée « mon forfait », qui permettait des tarifs dégressifs au fil des années, n’existe plus depuis janvier 2013. À présent, l’abonnement s’appelle « mon forfait annuel », et il est à tarif unique, sans réduction au fil du temps. Il coûte entre 485 et 556 euros par mois pour un trajet Reims-Paris en seconde classe. Cette somme vous permet d’effectuer autant de voyages que vous voulez ; il faut y ajouter 1,50 euro par voyage au titre de la réservation.

http://www.lunion.presse.fr/accueil/...e-ia0b0n353180
tiré du journal L'Union ardennais




Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 28th, 2014, 11:20 AM   #95
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

J'ai lu dans l'Express ce matin un dossier sur Reims, et le nouveau tandem de la ville.

Apparemment, ils auraient un projet de RER entre Reims, Châlons en Champagne et Epernay.... bon à voir ce qu'ils veulent dire par RER....

ils parlent aussi d'avoir un noyau dur entre ces trois villes, parce que le G10 serait trop vaste alors qu'un G3 puissant serait déjà très bien...



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 28th, 2014, 10:51 PM   #96
oospioo
Registered User
 
Join Date: Jan 2014
Posts: 86
Likes (Received): 38

Quote:
Originally Posted by fool View Post
J'ai lu dans l'Express ce matin un dossier sur Reims, et le nouveau tandem de la ville.

Apparemment, ils auraient un projet de RER entre Reims, Châlons en Champagne et Epernay.... bon à voir ce qu'ils veulent dire par RER....

ils parlent aussi d'avoir un noyau dur entre ces trois villes, parce que le G10 serait trop vaste alors qu'un G3 puissant serait déjà très bien...



Fool
Un RER ? y'a pas assez de densité de pop entre et dans ces villes pour avoir ce genre de chose. Ils veulent ptêtre juste dire développer un peu plus le ter avec tarif plus avantageux et un peu plus de passage.
oospioo no está en línea   Reply With Quote
Old May 29th, 2014, 11:37 PM   #97
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Quote:
Originally Posted by oospioo View Post
Un RER ? y'a pas assez de densité de pop entre et dans ces villes pour avoir ce genre de chose. Ils veulent ptêtre juste dire développer un peu plus le ter avec tarif plus avantageux et un peu plus de passage.


Oui je pense la même chose..ou alors un cadencement plus efficace.

Mais bon ils ont réellement utilisé le terme " rer" dans le magazine..

Après ce sont des politiciens, à mons avis c'est juste pour faire du buzz...avant qu'il y ait quoique ce soit en place, on peut compter les vaches.
Si des villes comme Lyon, ou Bordeaux n'en ont pas, ou pas vraiment, je vois pas comment Reims pourrait en créer un, et comme tu dis encore moins avec des villes comme Châlons et Epernay..


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old May 30th, 2014, 05:10 PM   #98
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne
Posts: 20,532
Likes (Received): 10831

Il s'agit sûrement de réorganiser le réseau TER pour l'améliorer fortement et inciter les gens à prendre le train.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old May 30th, 2014, 06:39 PM   #99
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,854
Likes (Received): 8286

Quel est la différence entre RER et un TER, le cadencement? le périmètre?
3locations no está en línea   Reply With Quote
Old May 30th, 2014, 06:52 PM   #100
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,246
Likes (Received): 3544

Quote:
Originally Posted by 3locations View Post
Quel est la différence entre RER et un TER, le cadencement? le périmètre?


très bonne question mais tu es le premier à le savoir , surement beaucoup de choses... mais surement pas le passage en souterrain comme beaucoup l'imaginent.

Le cadencement surtout pour faire du train une navette rapide.

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Tags
france

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 08:19 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2020, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2020 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2020 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us