BENGUERIR | La Ville Verte Mohammed VI | 635ha | 23.000 housings | 90.000 inhabitants | #U-C - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > Continental Forums > المغرب Morocco > Regional development > South

South » Marrakech | Agadir


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools
Old January 3rd, 2010, 12:52 AM   #1
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

BENGUERIR | La Ville Verte Mohammed VI | 635ha | 23.000 housings | 90.000 inhabitants | #U-C

"La Ville Verte Mohammed VI" mise sur une certification internationale"



Le projet "Ville Verte Mohammed VI", dont la réalisation est prévue à Benguérir, mise sur l’obtention de la plus prestigieuse certification internationale en matière d’environnement, a affirmé M. Mustapha Terrab, président directeur-général de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP).

Premier projet de cette nature sur le continent africain, ce futur pôle urbain "obéit aux exigences du développement durable selon un cahier des charges visant la certification de niveau international LEED ND", a précisé M. Terrab, jeudi à Benguérir, dans un exposé de présentation du projet devant SM le Roi Mohammed VI.

Selon le PDG de l’OCP, ce chantier d’envergure, qui sera réalisé en trois phases sur une période d’une dizaine d’années, sera à l’avant-garde en matière environnementale dans la maîtrise des émissions de CO2 pour les transports (pistes cyclables, bus électriques...).
Pour satisfaire au cahier des charges, la Ville Verte intégrera également les normes d’une gestion responsable de l’eau (double circuit : eau potable-eaux grises, stockage des eaux de pluie, recyclage des eaux usées).

S’étendant sur une superficie de 650 hectares, la future cité prévoit l’usage des techniques de valorisation des déchets par les filières appropriées et le recours aux énergies renouvelables et propres (éolienne, solaire, biomasse), a encore indiqué M. Terrab.

Au coeur de ce projet, a-t-il relevé, l’université Mohammed VI polytechnique constituera un fleuron national fonctionnant selon une démarche privilégiant la recherche-développement autour de pô les d’excellence et tissant des partenariats avec les universités nationales et étrangères les plus prestigieuses.

La ville Verte Mohammed VI, construite autour d’une coulée verte s’intégrant au tissu urbain de la ville de Benguérir, comprendra en outre une cité sportive, un complexe hospitalier, des ensembles résidentiels, des équipements publics et abritera diverses activités novatrices et créatrices d’emplois donnant à la région une vocation dans les métiers de services et de logistique.

Le projet sera réalisé selon un schéma institutionnel garantissant sa pérennité à la faveur de partenariats public-privé, faisant intervenir les collectivités locales, la Fondation Rhamna pour le développement durable, l’OCP et autres investisseurs publics et privés.

MAP : 01.01.2010 - 10:02:00
Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old January 3rd, 2010, 12:58 AM   #2
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

S.M. le Roi inaugure, lance et examine à Benguerir plusieurs projets et programmes environnementaux

S.M. le Roi inaugure, lance et examine à Benguerir plusieurs projets et programmes environnementaux


Publié le : 31.12.2009 | 20h46




Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, a procédé, jeudi à Benguerir, à l'inauguration, au lancement et au suivi de la présentation de plusieurs projets et programmes qui traduisent dans les faits les directives du Souverain dans le domaine de protection de l'environnement et de développement durable.
Ces projets volontaristes procèdent d'une vision globale allant au-delà de la simple préservation des écosystèmes et du milieu naturel pour s'inscrire dans une logique de développement structurant tournée vers l'avenir.



Cette dynamique place la bonne gouvernance locale, le suivi continu de la situation environnementale et le partenariat public-privé au service de la qualification de l'élément humain, la promotion du cadre bâti et de l'espace en général.
A cette occasion, S.M. le Roi a inauguré le parc paysager d'attraction de Benguérir que le Souverain a bien voulu baptiser «Parc Prince Héritier Moulay El Hassan».
S'étendant sur une superficie de trois hectares, le nouveau parc est considéré comme le poumon de la ville de Benguérir dans la mesure où il servira de cadre ouvert au grand public devant abriter des activités vitales, de loisir, de divertissement et d'épanouissement en faveur d'une réconciliation entre le citoyen et son environnement immédiat.

Cet espace, réalisé en une année, compte une piste d'athlétisme, une piste de cross-country, une piscine, un stade mini-foot et un terrain de basket-ball ainsi que des espaces verts avec plus de 31.000 plantations.

Dans un exposé devant S.M. le Roi, la ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Mme Amina Benkhadra a présenté les grandes lignes de la politique environnementale du Royaume dans la région de Rehamna, particulièrement le projet de ville verte et les projets intégrés d'eau et d'environnement dans cette zone.

La politique de développement durable initiée par le Maroc s'inscrit dans le cadre d'une stratégie environnementale de long terme se caractérisant par la protection des ressources et des écosystèmes naturels, le suivi permanent de l'état de l'environnement au niveau des régions et la planification opérationnelle orientée vers l'amélioration du cadre environnemental des citoyens, a-t-elle dit.

La ministre a rappelé à cet égard que la Charte de l'environnement et du développement durable, actuellement en cours d'élaboration, «deviendra la pierre angulaire de la stratégie environnementale du Royaume et le soubassement de tous nos choix et projets de développement économique et social».

Les programmes présentés, a relevé la ministre, montrent la dynamique vertueuse insufflée par la région de Rehamna, leader dans le développement durable, et une entreprise publique citoyenne, l'Office chérifien des Phosphates (OCP), ayant inscrit le développement durable parmi ses priorités.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat à l'Eau et à l'Environnement, Abdelkébir Zahoud, a fait un exposé sur les 203 projets intégrés programmés au niveau de la province de Rehamna, pour un coût global de 1,88 milliard de DH.

Ces projets font partie d'un programme préliminaire mis en place en faveur de la province pour la période 2010-2012 en application des 16 conventions-cadres de partenariat signées entre l'Etat et les régions du Royaume le 14 avril dernier à Fès.La signature de ces conventions intervient conformément aux Hautes directives royales relatives à l'adoption d'une approche participative à même de mobiliser l'ensemble des acteurs au niveau des collectivités locales, en vue de faire aboutir le chantier de mise à niveau environnementale.

Selon le secrétaire d'Etat, les projets intégrés prévus à Rehamna portent notamment sur la mise en place des réseaux d'assainissement liquide, la gestion des déchets solides, la mise à niveau environnementale des centres urbains, des écoles et des mosquées en milieu rural, en plus de la lutte contre la pollution de l'air, la mobilisation des eaux de surface et la valorisation des ressources hydriques.

Pour sa part, Mustapha Terrab, PDG de l'OCP, a présenté dans un exposé devant S.M. le Roi les grands axes du projet «Ville verte Mohammed VI», qui s'étendra sur une superficie de 650 ha et abritera à terme 23.000 logements devant accueillir près de 90.000 habitants.

Ce projet, le premier du genre sur le continent africain, sera réalisé en trois phases sur une dizaine d'années, a précisé M. Terrab, ajoutant que ce chantier d'envergure consiste en la réalisation d'un pôle urbain dont la conception obéit aux exigences du développement durable selon un cahier des charges visant une certification de niveau international.Au cœur de ce projet, a-t-il indiqué, l'Université Mohammed VI polytechnique constituera un fleuron national fonctionnant selon une démarche privilégiant la recherche-développement autour de pôles d'excellences et tissant des partenariats avec les universités nationales et étrangères les plus prestigieuses.

S.M. le Roi a, par la suite, présidé la cérémonie de signature de quatre conventions thématiques pour la réalisation de projets intégrés dans les secteurs de l'eau et de l'environnement au niveau de la province de Rehamna.

La première convention relative au programme de mise à niveau environnementale de la province a été signée par Chakib Benmoussa, ministre de l'Intérieur, Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Akhchichine, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, Abdelkébir Zahoud, secrétaire d'Etat à l'Eau et à l'Environnement. Elle a été également signée par Hamid Narjiss, président du conseil de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, Mohamed Najib Bencheikh, gouverneur de la province de Kelaa des Sraghna, Fouad Ali El Himma, président de la Fondation Rehamna pour le développement durable, Mustapha Cherkaoui, président du conseil provincial de Rehamna, Ali Fassi Fihri, directeur général de l'ONEP et de l'ONE, Mustapha Terrab, PDG de l'OCP, et Mohamed Chaibi, vice-président de l'association professionnelle des cimentiers.

Quant à la deuxième convention relative au programme de gestion intégrée des ressources en eau dans la province de Rehamna, elle a été signée par Chakib Benmoussa, Aziz Akhannouch, ministre de l'agriculture et de la pêche maritime, Abdelkébir Zahoud, Abdeladim El Hafi, Haut commissaire aux eaux et aux forêts et à la lutte contre la désertification, Hamid Narjiss, Mohamed Najib Bencheikh, Fouad Ali El Himma, et Mustapha Charkaoui.

La troisième convention relative à «l'Ecole verte» de la province de Rehamna a été signée par Ahmed Akhchichine, Abdelkébir Zahoud, Abdeladim El Hafi, Mohamed Najib Bencheikh et Fouad Ali El Himma.

La quatrième convention portant sur le parrainage du parc «Prince Héritier Moulay El Hassan» de Benguérir, a été signée par Fouad Ali El Himma, président du conseil municipal de Benguérir et président de la Fondation Rehamna pour le développement durable, et Ali Fassi Fihri, directeur général de l'ONEP et de l'ONE.
Cette cérémonie s'est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement, des élus de la province et d'autres personnalités.



Par MAP

http://www.lematin.ma/Actualite/Jour...=110&id=125532
Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old January 3rd, 2010, 07:02 PM   #3
BiladAtlas
المخزن يطلع برا
 
BiladAtlas's Avatar
 
Join Date: Sep 2009
Location: Bilad Al Atlas
Posts: 7,947
Likes (Received): 4950

Quote:
Originally Posted by Gadiri View Post
"La Ville Verte Mohammed VI" mise sur une certification internationale"



Le projet "Ville Verte Mohammed VI", dont la réalisation est prévue à Benguérir, mise sur l’obtention de la plus prestigieuse certification internationale en matière d’environnement, a affirmé M. Mustapha Terrab, président directeur-général de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP).
........................

MAP : 01.01.2010 - 10:02:00
Est ce qu'ils sont serieux lorsqu'ils veulent nommer une ville au nom de Mohamed VI? Un boulevard ca se comprend, mais une ville ca fait un peu bizarre......
BiladAtlas no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old January 3rd, 2010, 11:19 PM   #4
Tomb Raider
Adventurer
 
Tomb Raider's Avatar
 
Join Date: Mar 2009
Posts: 3,668
Likes (Received): 31

Quote:
Originally Posted by BiladAtlas View Post
Est ce qu'ils sont serieux lorsqu'ils veulent nommer une ville au nom de Mohamed VI? Un boulevard ca se comprend, mais une ville ca fait un peu bizarre......
Trop vrai !
__________________
The Higher are ; The Better They Are ...
Tomb Raider no está en línea   Reply With Quote
Old January 3rd, 2010, 11:25 PM   #5
Superanouar
Registered User
 
Superanouar's Avatar
 
Join Date: May 2009
Location: Paris/Marrakech
Posts: 2,473
Likes (Received): 733

Quote:
Originally Posted by BiladAtlas View Post
Est ce qu'ils sont serieux lorsqu'ils veulent nommer une ville au nom de Mohamed VI? Un boulevard ca se comprend, mais une ville ca fait un peu bizarre......
+ 1

En même temps y avait déjà eu le cas de Mohammedia dont on avait changé le nom sous le règne même de Mohammed V.
Superanouar no está en línea   Reply With Quote
Old January 6th, 2010, 01:54 PM   #6
Tetwani
BANNED
 
Join Date: Oct 2008
Location: ⵟⴰⵏⵊⴰ ⵜⵉⵟⵟⴰⵡⵉ&#
Posts: 4,061
Likes (Received): 22

...et comment s'appelleront les habitants?
Tetwani no está en línea   Reply With Quote
Old January 6th, 2010, 02:48 PM   #7
Tomb Raider
Adventurer
 
Tomb Raider's Avatar
 
Join Date: Mar 2009
Posts: 3,668
Likes (Received): 31

Quote:
Originally Posted by Tetwani View Post
...et comment s'appelleront les habitants?
Les 6èmes Mohammediens
__________________
The Higher are ; The Better They Are ...
Tomb Raider no está en línea   Reply With Quote
Old December 4th, 2010, 09:05 PM   #8
Urbanistica
Fan des 2 A...
 
Urbanistica's Avatar
 
Join Date: Apr 2009
Location: Malaga / Fez
Posts: 607
Likes (Received): 6

Le projet de la Ville Verte "Mohammed VI " au centre d’une réunion de travail à Benguérir
Dimanche, septembre 19, 2010
Quote:
Benguérir, 19/09/10- Le projet de grande envergure de la Ville Verte "Mohammed VI", l'un des plus importants projets de développement intégré, a été samedi à Benguérir, au centre d'une réunion de travail consacrée à l'examen du plan d'aménagement de la ville de Benguérir, relevant de la province de Rhamna.
http://www.fes-medina.com/maroc/ville-verte
__________________
ARABES ET BERBERS

Kingdom of Morocco
Urbanistica no está en línea   Reply With Quote
Old August 28th, 2012, 09:46 PM   #9
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

Quote:
Ville verte


Ville Verte Mohammed VI, un défi environnemental majeur lancé par le Groupe dans une région semi aride






Le développement durable au service de la collectivité

Ce projet, porté par OCP, Maitre d’Ouvrage, montre l’intérêt et l’engagement du Groupe pour un développement durable au service de la collectivité.

Démarrés en 2009 et prévus de s’achever en 2020, les travaux entrepris donneront naissance à un pôle urbain dans la région de Rhamna, près de Benguerir, qui sera sans conteste une première en Afrique.

Construite selon les normes strictes des labels LEED ND (Leadership in Energy and Environmental Design for Neighborhood Development), cette cité accueillera 90 000 habitants dans 23 000 logements, mais aussi une Université de renommée mondiale, l’Université Mohammed VI Polytechnique.


Une conception qui repose sur des impératifs techniques


Recyclage et réutilisation des eaux usées, gestion cohérente des déchets, bonne orientation des bâtiments pour une meilleure gestion de l’ensoleillement et des ombrages, usage de bicyclettes et de bus électriques performants, mais aussi gestion des densités humaines, autant de caractéristiques garantissant la protection de l’environnement et le système écologique. Les bâtiments seront dotés d’un système d’isolation pour diminuer les besoins en climatisation et chauffage, et l’éclairage urbain fonctionnera à l’énergie solaire.


Un espace à vivre pleinement


Une coulée verte de plusieurs kilomètres, colonne vertébrale de la ville composée d’une grande variété d’arbres et de végétaux adaptés au climat, un système aquatique souterrain pour instaurer un micro climat et le gérer, des habitations confortables et des petits commerces, feront des lieux un écrin préfigurant les villes de demain et d’après-demain.


Le recours à des techniques de construction traditionnelles marocaines locales

La gestion des flux d’air, le rôle de l’eau dans l’aménagement de la ville s’inspirent des techniques utilisées dans des cités comme Rabat et Marrakech ; toute l’organisation de la ville ocre, son tracé, le dessin des jardins de l’Agdal ont suivi l’organisation du réseau d’irrigation de l’époque.


Une dimension académique d’envergure avec l’Université Mohammed VI Polytechnique

Déployée sur 120 hectares, elle accueillera ses premiers résidents dès 2012 et délivrera des Bachelors et Masters dont le « Master en Management Industriel », qui sera le label de l’établissement. Suivant le modèle des clusters, l’Université coopérera étroitement avec le Département Recherche et Développement du Groupe, pour devenir non seulement un incubateur des futurs cadres mais aussi un laboratoire d’innovation en matière de développement durable.

Université démocratique, elle mise sur les formations professionnelles et se veut, par sa politique d’attribution de bourses d’excellence, un champion de l’insertion sociale et de l’égalité des chances.

Avec l’Université Mohammed VI, la capacité en Recherche et Développement devient le levier concret d’un leadership industriel pérenne.


Une ambition économique, sociale et culturelle

Allié du développement durable, le développement économique, social et culturel s’imposera de lui-même pour l’ensemble de la région Marrakech -Tensift- Al Haouz, la ville ayant vocation à devenir une locomotive du développement industriel et logistique; à la clé, l’amélioration des revenus de la population, un meilleur accès aux services publics, la promotion et le développement des ressources humaines et enfin la valorisation de l’identité culturelle locale.
http://www.ocpgroup.ma/entreprise-re...al/ville-verte
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old August 28th, 2012, 09:47 PM   #10
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

Sur le site de l'OCP, le numéro 3 n'est pas disponible :





http://lewebpedagogique.com/geotrouv.../benguerri.jpg
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old August 28th, 2012, 09:50 PM   #11
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

Quote:
Green City


The Mohammed VI Green City, a major environmental challenge launched by OCP Group in a semi-arid region





Sustainable development serving the community

This project, supported by OCP as project manager, demonstrates OCP Group’s interest in and commitment to serving the community with sustainable development.

Launched in 2009 and scheduled for completion in 2020, the work will give rise to an urban center in the Rhamna region, near Benguerir, which will undoubtedly be the first of its kind in Africa.

Built in adherence with the strict standards of LEED ND (Leadership in Energy and Environmental Design for Neighborhood Development), this city will welcome 90,000 inhabitants into 23,000 housing units, as well as a University, the Mohammed VI Polytechnic University.


A design based on technical requirements

Recycling and reuse of wastewater, coherent waste management, optimal building orientation to better manage sunshine and shade, use of bicycles and electric buses as well as management of population density are all features that ensure the protection of the environment and the ecological system. The buildings will be equipped with insulation systems that reduce the need for air conditioning and heating. Street lighting will run on solar power.


A space to live to the fullest


The backbone of the city will be a several mile-long green corridor consisting of a large variety of trees and plants adapted to the climate, an underground water system to create and manage a micro climate and comfortable housing and small business facilities, all serving as a prototype for cities in both the near and distant future.


The use of traditional and local Moroccan building techniques

Airflow management and the role of water in city planning are based on techniques used in building in such renowned cities as Rabat and Marrakech. The entire organization of the city of Marrakech, its layout and the design of the Aguedal gardens can be traced to the organization of irrigation networks of an earlier time.


The Mohammed VI Polytechnic University brings a large scale academic dimension

Spread over 120 hectares, it will welcome its first residents in 2012 and will award Bachelors and Masters degrees, with the “Industrial Management Master” being the hallmark of the institution.

Following the cluster model, the University will work closely with the Department of Research and Group Development to become not only an incubator for future leaders but also a laboratory for innovation in sustainable development.

The University will offer its professional curriculum to all based on merit, through its scholarship program and will be a champion of social inclusion and equal opportunity.

The Research and Development capability within the Mohammed VI University will become a concrete lever of long-term industrial leadership.


Economic, social and cultural ambition

As an ally of sustainable development, economic, social and cultural development will be integrated into the entire region of Marrakech-Tensift-Al Haouz, designed to become a driver of industrial and logistical growth. Its key objectives will be improving the population’s income, providing better access to public services, promoting and developing human resources and at the same time maintaining the local cultural identity.
http://www.ocpgroup.ma/en/entreprise...al/ville-verte
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old August 29th, 2012, 08:22 PM   #12
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

Quote:
Les contours du projet pharaonique Mohammed VI se précisent



Vendredi, 28 Janvier 2011


Cette future cité de 1.700 ha mise sur l’obtention du prestigieux label écologique américain « Leed ND » (Neighborhood Development).

La construction s’étalera sur 10 ans et coûtera pas moins de 176 millions d’euros. Elle devra reprendre les principes du développement durable (gestion de l’eau, piste cyclable, coulée verte, etc. L’OCP qui en est le maître d’ouvrage compte, grâce à ce projet, transformer Benguérir en pôle d’urbain notamment en prévoyant la création de la nouvelle Université polytechnique Mohammed VI. Afin d’attirer les professeurs et chercheurs à Benguérir, en particulier ceux issus de la communauté marocaine à l’étranger, l’OCP compte leur offrir un cadre de vie confortable avec 100 villas allant de 200 à 500 m² ainsi que des infrastructures urbaines et culturelles de qualité certifiée.

Les architectes appelés pour un concours d’idées ont pour mission de concevoir des villas avec un style et une qualité architecturale qui s’inscrivent dans le respect de l’environnement et de l’humain. Les résultats de cette consultation restreinte seront remis le 17 janvier 2011.
http://www.archimedia.ma/a-la-une/ac...i-se-precisent
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old August 30th, 2012, 05:44 AM   #13
simplet
Registered User
 
Join Date: Jan 2011
Posts: 2,589
Likes (Received): 1836

Quote:
Originally Posted by BiladAtlas View Post
Est ce qu'ils sont serieux lorsqu'ils veulent nommer une ville au nom de Mohamed VI? Un boulevard ca se comprend, mais une ville ca fait un peu bizarre......
Du n'importe quoi, même les boulevard c exagéré
__________________
سنصير شعبا عندما نكف عن القول بعد كلّ لحظة فرح : " الله يخرج هاذ الضحك على خير "....



"
simplet no está en línea   Reply With Quote
Old November 9th, 2012, 10:13 PM   #14
WeldLMic
Registered User
 
WeldLMic's Avatar
 
Join Date: Aug 2011
Location: Casablanca
Posts: 3,241
Likes (Received): 695

Quote:

الملك يمنح مدينة صديقه الهمة اهم مشروع بيئي وتعليمي في افريقيا. مشروع لخدمة "الاصالة والمعاصرة" بفلوس الفوسفاط



أعطى الملك محمد السادس انطلاقة اشغال المدينة الخضراء "محمد السادس" يومه الجمعة بمسقط رأس صديقه ومستشاره فؤاد عالي الهمة. وقد غرس الملك اولى الشجرات ايذانا بانطلاق الحزام الاخضر لهذه المدينة

المشروع حسب وكالة المغرب العربي للانباء، الاول من نوعه في افريقيا، وسيوفر المشروع، بنيات تحتية ملائمة وفضاء إيكولوجيا وحياة اجتماعية منظمة وإطارا كفيلا بتحقيق العيش الرغيد ٬ إضافة إلى التنوع والإشعاع الاجتماعي والثقافي لساكنته.

وستبرز هذه المدينة ضمن مركز محوري يتمثل في جامعة محمد السادس متعددة التخصصات التقنية ٬ وهي جامعة خاصة ذات بعد دولي ستشكل قلب مدينة محمد السادس الخضراء وقاطرة التنمية الأساسية بها.

وتقوم هذه المؤسسة، التي ستوفر تكوينا ذي مستوى عال، على ركائز محورية، تتمثل في التعليم والبحث والتطوير ونقل التكنولوجيات واحتضان المشاريع الخلاقة والواعدة والقرب من عالم المقاولة.
وستسخر هذه الجامعة المستقبلية، التي ستنجز على شطرين، موارد بشرية ومادية هامة لتمكين الطلبة من استيعاب أفضل للعالم المعولم الذي يعيشون فيه وتيسير ولوجهم للثقافات الأجنبية.
وستضم الجامعة عددا من المدارس التي ستقدم تخصصات مختلفة (التدبير الصناعي ٬ الهندسة٬ الفلاحة في المناطق القاحلة، التكنولوجيات الخضراء والتنمية المستدامة٬ التعمير والهندسة المعمارية ٬ الأعمال والتدبير، الحكامة والإدارة العمومية ثم علوم الصحة).

وتشكل مدرسة التدبير الصناعي أول مكونات جامعة محمد السادس متعددة التخصصات التقنية . وتهدف مدرسة التكوين هذه إلى تزويد النسيج الصناعي المغربي بكفاءات تدبيرية عالية المستوى. كما ستوفر المدرسة٬ التي تتمحور حول التدبير الصناعي ٬ تكوينا نظريا إلى جانب تداريب عملية ميدانية فضلا عن مصاحبة الطلبة لدى إنجازهم مشاريع فردية وجماعية.
وفي إطار سعيها لتقوية إشعاعها على المستوى الدولي٬ ستقوم جامعة محمد السادس متعددة التخصصات التقنية بجلب أساتذة وباحثين مرموقين مغاربة وأجانب ٬ بحيث سيشكلون ٬ بالنظر إلى تكامل كفاءاتهم وخبراتهم وتنوع جنسياتهم ٬ شبكة حقيقية للمعرفة والعلم.

وسيستفيد الأساتذة الباحثون من إطار عيش يجمع بين مزايا الحداثة والأصالة ٬ وذلك من خلال تشييد حي سكني على مساحة 23 هكتار يتضمن ٬ على الخصوص ٬ حوالي مائة فيلا ومراكز للترفيه ومحلات تجارية للقرب.

ولدى افتتاحها ٬ ستبرم هذه الجامعة المستقبلية عددا من الشراكات مع مؤسسات دولية مرموقة من قبيل مدرسة المناجم بباريس ٬ وجامعة الدراسات التجارية العليا ( اش أو سي) بباريس ٬ ومعهد ماساشوسيت للتكنولوجيا في الولايات المتحدة.

وفي إطار هذه المقاربة التشاركية بالذات٬ تندرج الاتفاقيتان - الإطار اللتان تم التوقيع عليهما اليوم الجمعة امام الملك

وتم توقيع الاتفاقية الأولى بين وزارة التعليم العالي والبحث العلمي وتكوين الأطر والمجمع الشريف للفوسفاط٬ ممثلتين على التوالي بلحسن الداودي وزير التعليم العالي والبحث العلمي وتكوين الأطر٬ و مصطفى التراب الرئيس المدير العام لمجمع الشريف للفوسفاط.

أما الاتفاقية الثانية ٬ وهي اتفاقية إطار للتعاون٬ فتم توقيعها بين المدرسة الوطنية العليا للمعادن بباريس والمجمع الشريف للفوسفاط٬ ووقعها مصطفى التراب٬ و نيكولا شيمانوف المدير المساعد للمدرسة الوطنية العليا للمناجم في باريس.

وفضلا عن الجانب البيداغوجي والجامعي ٬ تم بذل جهد خاص على مستوى الخيارات الهندسية والمعمارية والجمالية للحاضرة الجديدة ٬ وذلك لضمان التكامل والتناغم بين جميع مكونات هذا المشروع الذي يشرف عليه المجمع الشريف للفوسفاط.

هكذا ٬ ومن أجل ضمان الترابط والتكامل بين المدينة الخضراء محمد السادس ومدينة بن جرير٬ ستتم إقامة حزام أخضر يمتد على طول أربع كيلومترات٬ حيث سيتم غرس نحو 50000 شجرة على مساحة 80 هكتارا.
http://www.goud.ma/%D8%A7%D9%84%D9%8...A7_a19494.html
WeldLMic no está en línea   Reply With Quote
Old November 9th, 2012, 10:18 PM   #15
WeldLMic
Registered User
 
WeldLMic's Avatar
 
Join Date: Aug 2011
Location: Casablanca
Posts: 3,241
Likes (Received): 695

Quote:
La ville verte Mohammed VI, une nouvelle impulsion royale en faveur d'un mégaprojet conciliant modernité et développement durable

Benguerir - La réalisation de la ville verte Mohammed VI, dont les chantiers ont été visités, vendredi, par SM le Roi, est l'illustration d'une nouvelle impulsion royale en faveur d'un mégaprojet conciliant modernité et développement durable.



Premier projet de cette nature sur le continent africain, la ville verte Mohammed VI, située à proximité de Benguerir, offrira des infrastructures adaptées, un espace écologique, une vie sociale organisée et un cadre de vie à même de favoriser le bien-être, la diversité et l'épanouissement social et culturel de ses habitants.
Cette ville se développera sur un socle central qui n'est autre que l'Université Mohammed VI Polytechnique. Université privée à vocation internationale, elle sera le coeur battant de la ville verte et sa principale locomotive de développement.
Cet établissement de formation de haut niveau repose sur différents fondamentaux, à savoir l'enseignement, la Recherche et le développement, le transfert des technologies, l'incubation de projets innovants et porteurs et la proximité avec le monde de l'entreprise.
La future université, qui sera réalisée en deux tranches, mobilise d'importants moyens humains et matériels pour assurer aux étudiants une meilleure appréhension du monde globalisé dans lequel ils évoluent et faciliter leur accès aux cultures étrangères. Elle regroupera plusieurs écoles proposant diverses disciplines (management industriel, ingénierie, agriculture en zone aride, technologies vertes et développement durable, urbanisme et architecture, business et management, gouvernance et administration publique et sciences de la santé).
Une des composantes de l'Université Mohammed VI Polytechnique est l'Ecole de management industriel. Cette structure de formation aura pour ambition de doter le tissu industriel marocain de compétences managériales hautement qualifiées. Axée sur le management industriel, l'Ecole dispensera un enseignement théorique, complété par des stages sur le terrain, outre l'accompagnement des étudiants dans la réalisation de projets individuels et collectifs.
Dans le souci de renforcer sa vocation internationale, l'Université Mohammed VI Polytechnique s'assurera les services d'éminents professeurs et chercheurs marocains ou étrangers. Par leur nombre, la diversité de leurs origines et la complémentarité de leurs compétences, ils seront les initiateurs d'un véritable réseau du savoir.



Un cadre de vie attractif, alliant tradition et modernité, sera dédié à ces enseignants-chercheurs à travers la création d'un quartier résidentiel d'une superficie de 23 Ha comprenant notamment une centaine de villas, des centres de loisirs et des commerces de proximité.
L'ouverture de la future université se trouvera renforcée par les différents partenariats qu'elle prévoit de conclure avec des institutions internationales prestigieuses comme l'Ecole des mines de Paris, HEC-Paris et le MIT (Massachusetts Institut of Technology) aux Etats-Unis.
C'est dans le cadre de cette même démarche de partenariat qu'ont été signées, ce vendredi, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu le Glorifie, deux accords-cadres. Le premier a été signé entre le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres et l'Office Chérifien des Phosphates (OCP), représentés respectivement par le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, M. Lahcen Daoudi et le PDG du Groupe OCP, M. Mustapha Terrab.
Le second est un accord-cadre de coopération entre l'école nationale supérieure des mines de Paris et le groupe OCP. Il a été signé par M. Mustapha Terrab et le directeur-adjoint de l'école nationale supérieure des mines de Paris, M. Nicolas Cheimanoff.
Outre l'aspect pédagogique et universitaire, un effort particulier a été déployé au niveau des choix urbanistiques, architecturaux et esthétiques de la future cité afin de préserver la complémentarité et la cohérence entre toutes les parties de ce projet porté par le Groupe OCP.
Ainsi, afin d'assurer la jonction et l'intégration entre la ville verte Mohammed VI et la ville existante de Benguerir, un cordon vert long de 4 km a été conçu. Dans ce corridor dit "Coulée Verte", ce sont, en effet, pas moins de 50.000 arbres qui seront plantés sur une superficie de 80 hectares.
SM le Roi Mohammed VI a procédé, à cette occasion, à la plantation d'un arbre en guise de lancement du projet de réalisation de cette coulée qui représentera à la fois le poumon écologique et l'ossature urbanistique de cette ville nouvelle.
http://www.map.co.ma/fr/activites-ro...un-megaprojet-

Last edited by Gadiri; November 10th, 2012 at 03:23 AM.
WeldLMic no está en línea   Reply With Quote
Old November 10th, 2012, 09:45 AM   #16
WeldLMic
Registered User
 
WeldLMic's Avatar
 
Join Date: Aug 2011
Location: Casablanca
Posts: 3,241
Likes (Received): 695



WeldLMic no está en línea   Reply With Quote
Old December 22nd, 2012, 08:21 PM   #17
cs7even
BANNED
 
Join Date: Jul 2011
Location: Tiznit City
Posts: 2,230
Likes (Received): 235

Quote:
Enquête. Le miracle Benguerir



Grillades, poussière, décor de western-spaghetti... telle était l’image de la bourgade. Ecologie, pôle urbain, zone de développement industriel... telle sera la cité à l’avenir. Benguerir sort de sa chrysalide grâce à deux atouts imbattables : le phosphate et Fouad Ali El Himma. D’un côté l’OCP bâtit une ville verte, de l’autre le conseiller royal fait des pieds et des mains pour le bled où il a vu le jour.

Un bâtiment commence déjà à s’élever à un endroit qui était encore vide deux semaines auparavant. Sous un soleil d’hiver, des dizaines d’ouvriers s’activent sur l’immense chantier. Les drapeaux fixés aux grues, à l’occasion de l’inauguration par le roi en novembre 2012, flottent encore. C’est ici que la ville verte de Mohammed VI s’étendra sur 650 hectares pour un investissement de près de 5 milliards de dirhams. Sur un espace vide, soumis au climat aride de la région, l’OCP a décidé de créer une ville nouvelle qu’il a appelée par réflexe pavlovien, “Mohammed VI”.
La matrice de la nouvelle cité sera son campus universitaire, qui accueillera un lycée d’excellence, une université Polytechnique et une école de management industriel. Autant d’antres du savoir qui travailleront en partenariat avec des institutions internationales prestigieuses comme l’École des mines de Paris, HEC Paris et le MIT (Massachusetts Institute of Technology) aux États-Unis. Dès septembre 2013, l’école de management ouvrira ses portes aux premiers élèves qui jouiront de nombreux équipements sportifs et d’une résidence, jouxtant les appartements des enseignants et des chercheurs. A la rentrée de 2014, tous les bâtiments seront prêts et accueilleront 12 000 personnes.
Ce campus à l’américaine est le “cerveau de la ville nouvelle”, explique Youssef Sefouane, jeune énarque qui pilote le projet à l’OCP. “Sa colonne vertébrale sera la Coulée verte”, ajoute-t-il, en montrant une bande de terre, succession de petites oasis qui s’étalera sur quatre kilomètres. Pour le moment, 6000 arbres y ont déjà été plantés. A terme, ils seront 50 000, une forêt créée de toutes pièces, là où il ne poussait pas un brin de gazon.
“Cette succession de pluie et de soleil est parfaite pour la croissance des arbres”, s’enthousiasme Youssef Sefouane devant le morceau de terre témoin qu’il a présenté à Mohammed VI lors de la visite royale. On peut voir à quoi ressemblait le sol avant l’opération de verdissement : des tas de cailloux. L’opération est une véritable “reconquête du milieu aride”, précise Youssef Sefouane. Ecolo, intello, moderne : voici le credo de la ville verte Mohammed VI.
“N’allez pas croire que nous bâtissons cette cité nouvelle par pure philanthropie”, prévient un cadre de l’OCP. La recherche et le développement seront d’une grande utilité à l’Office qui trouvera sur le campus les ingénieurs de demain, spécialisés en chimie, mines, développement durable ou en énergies renouvelables. Bref, pour résumer : “Tout ce que nous faisons ici est créateur de valeur pour l’entreprise et pour le pays”, ajoute notre cadre. Dont acte.

Pôle de peuplement

Mais le choix de Benguerir, fief d’El Himma, a tout de même soulevé des questions quant au casting du site. “Ce n’est pas un cadeau fait au conseiller royal comme l’ont cru certains”, tient d’emblée à rassurer un membre du top management de l’OCP. “C’est avant tout un choix stratégique et entrepreneurial. Benguerir est notre deuxième centre de production après Khouribga, et constitue le barycentre de nos activités”, surenchérit-il. Vous invitant à regarder la carte des sites d’exploitation de l’OCP, il vous prouve en bon ingénieur sûr de son fait que Benguerir est bien au carrefour de toutes les cités où l’on exploite des mines de phosphate : Khouribga, Safi, Youssoufia et Laâyoune, autres mines exploitées par l’Office.
Sortir une ville de terre, aussi vite à partir d’un paysage aride, a aussi sa réponse au sein du staff de l’OCP. Ce n’est pas un fait du prince, en l’occurrence un cadeau de Mohammed VI pour son copain, mais la résultante d’une maîtrise du foncier par l’OCP. Les terres sur lesquelles s’étalera la ville verte étaient déjà propriétés de l’Office. Contents de l’avancée des travaux, les artisans du projet pensent pouvoir attirer d’ici à 25 ans 90 000 habitants. En plus des étudiants et des chercheurs, l’OCP compte sur l’installation des militaires de la base toute proche, ainsi que sur les fonctionnaires en quête de logements depuis que Benguerir est devenue chef-lieu de la nouvelle province de Rhamna.
L’ouverture prochaine d’une deuxième gare augure de la création d’une ligne rapide entre Marrakech et Benguerir, et nombreux sont ceux qui, de la ville ocre, pourraient décider d’emménager dans la ville verte qui présentera d’indéniables atouts : une large place laissée aux zones piétonnes, l’utilisation de bus électriques non polluants et silencieux, etc.
Bientôt, projette l’OCP, la ville existante de Benguerir et la ville verte ne formeront plus qu’un large tissu urbain, lié et uni par la Coulée verte. “La ville verte ne relèguera pas Benguerir au statut de mdina qdima. Bien au contraire, elle la tirera vers le haut”, tient à préciser Youssef Sefouane. Beaucoup d’habitants l’espèrent en tout cas, à l’image de Khadija El Idrissi, membre de l’association Chourouq pour la réinsertion des femmes : “On ne peut pas créer une ville aussi moderne et ne pas mettre à niveau l’ancien Benguerir. Nous devons profiter de l’effet d’entraînement de la ville verte”.


Ville en plein boom

Les vœux de Khadija El Idrissi seront bientôt exaucés. A quelques encablures du mégaprojet de l’OCP, la bourgade de Benguerir est en train de devenir une cité à part entière. L’avenue Mohammed V, son artère principale, est méconnaissable. Il y a peu encore, elle faisait six mètres à peine de large et était envahie par des cars de passage, des ânes et des charrettes. “Il y avait tellement de poussière que certains en avait tiré une blague. Ils affirmaient que cireur de chaussures était le seul métier d’avenir de la ville”, raconte un habitant. Aujourd’hui, l’avenue est pavée et les fameuses échoppes de grillades qui ont fait la célébrité de Benguerir possèdent des vitrines frigorifiées financées par l’INDH. “Jusqu’en 2008, on s’y arrêtait pour acheter une bouteille d’eau, manger et rien d’autre. C’était ça l’image de la ville”, souligne Khadija El Idrissi.
Une odeur de béton est venue depuis concurrencer les effluves de grillades. Dans tout Benguerir, des grues s’élèvent, des bâtiments se construisent, les fontaines se multiplient, des palissades encerclent des chantiers à venir. Toute cette effervescence urbanistique est la partie émergée d’un travail de mise à niveau des infrastructures de Benguerir. En 2008, la ville est partie de zéro : “Ce n’était pas un bidonville mais un bétonville, relève l’ingénieur de la province. Les habitants possédaient le smig en termes d’infrastructures : l’eau potable dans les foyers était rare, l’éclairage public quasi inexistant et les avenues importantes n’offraient pas plus d’un kilomètre de voie carrossable”.

En 2012, à peine quatre ans plus tard, Benguerir a fait un saut quantique dont les habitants ne reviennent pas. Les travaux d’infrastructures menés au pas de charge sont achevés pour 80%. Et Benguerir a même réussi à intégrer quatre douars devenus des quartiers de la ville. Cet apport en nouveaux citadins a porté la population de la cité à 75 000 âmes contre 60 000 auparavant. Des habitants de zone périurbaine qui, bientôt, vivront comme des citadins à part entière. Ils bénéficieront d’équipements urbains que l’ingénieur de la province feuillète dans un classeur. Un coup d’œil indiscret permet de découvrir les plans de la future zone industrielle, de la salle d’expositions et des dizaines d’équipements d’un montant à sept chiffres.
Le boom de Benguerir a entraîné une spéculation foncière de promoteurs privés qui ont misé sur l’essor de la ville. “Le prix du terrain a été multiplié par 6, passant de 400 dirhams le m2 à 2500. Il peut monter jusqu’à 10 000 dirhams pour une zone R+4”, relève le responsable local d’Al Omrane. Il a désormais un mal fou à trouver des terrains libres, depuis que son institution publique est concurrencée par neuf promoteurs privés en quête d’espaces à construire en ville.


Y a de l’embauche ?

Le bâtiment va bien à Benguerir. C’est un fait en béton armé. Reste l’autre souci essentiel de la population : le boulot. “Le travail est primordial pour la population”, lâche un cadre de l’OCP. Derrière lui, les bâtiments flambant neufs de Rhamna Skills, un programme financé par l’Office pour lutter contre le chômage qui frappe la région. Des jeunes entrent et sortent par grappes des salles nickel chrome où leur sont dispensées des formations pour accéder au marché du travail ou créer leurs entreprises. Pour la grande majorité boursiers de l’OCP, ils sont 800 du cru à bénéficier du programme chaque année. C’est que la ville ne déroge pas à la règle qui prévaut depuis les émeutes de Khouribga en 2011 : l’Etat a délégué à l’OCP le rôle de calmant social, lui refilant la patate chaude de l’emploi sur les sites où l’Office opère. “Le phosphate est vital et on veut éviter la contestation sociale inhérente à l’absence d’emploi. C’est ce qui a poussé, entre autres, l’Etat à se bouger dans la région”, commente Khadija El Idrissi.

Elle compte bien entendu sur l’OCP, mais considère que le tout phosphate ne peut pas être la seule solution. “Nous devons miser sur la création d’emplois locaux en dehors de ce secteur. Des métiers liées au développement commercial de la ville”, explique-t-elle. Khadija El Idrissi y travaille. Elle a reçu, clé en mains de l’INDH, un centre où son association forme une trentaine de femmes à la couture, la cuisine et l’informatique. “C’est un travail de longue haleine sachant que nous avons un taux d’analphabétisme chez les femmes supérieur au taux national”, déplore-t-elle.
Cette militante est revenue au pays pour saisir les nouvelles opportunités qui s’offrent à elle. Native de la région, elle s’est réinstallée à Benguerir après avoir ouvert un cabinet d’avocats à Marrakech. Elle sent que la ville bouge enfin après des années de léthargie : “Des jeunes partis tenter leur chance dans d’autres régions reviennent car ils considèrent avoir un avenir ici”.
Benguerir commence même à attirer de jeunes entrepreneurs. Khalid, 34 ans, a déplacé sa petite société de PAO-DAO de Kelaât Sraghna à Benguerir. Le nouveau statut de chef-lieu de province de la ville l’a convaincu que de nouveaux marchés s’offraient à lui. Il le voit jour après jour : le tribunal est déjà sorti de terre, d’autres bâtiments provinciaux sont en cours de construction. Et avec eux, leur lot de besoins. “Je travaille beaucoup avec les administrations qui se sont installées. Et, à l’avenir, je compte sur les sociétés qui ne manqueront pas de s’établir dans leur foulée”, projette Khalid.


Le levier El Himma

Encaissé dans une petite rue de la ville, annoncé par une simple pancarte, le siège de la Fondation Rhamna pour le développement durable étonne par sa modestie. Le local est sans commune mesure avec son rôle de catalyseur du développement local depuis sa création par Fouad Ali El Himma en 2007. Cette année-là, le conseiller royal, adepte des méthodes des cabinets conseils américains, a demandé à ses troupes au sein de la fondation d’établir en premier lieu un diagnostic territorial. Député de la région, Fouad Ali El Himma avait promis de sortir Benguerir des oubliettes de l’histoire. Pour respecter son engagement, il se dote, d’entrée de jeu à travers une fondation, d’un bras armé dans le secteur associatif. L’idée brillante lui permet aujourd’hui de garder un pied à la maison, même si Mohammed VI l’a rappelé à Rabat depuis sa nomination comme conseiller royal.

“Si Fouad a cru d’emblée que la société civile pouvait œuvrer activement au développement”, explique Mohamed Kamal, secrétaire général de la fondation. Sitôt dit, sitôt fait. Un an après sa création, la fondation a cosigné douze conventions en 2008 pour un montant de 7 milliards de dirhams, suivies dans la foulée par sept autres conventions parachevées en 2010. “La population a ressenti qu’elle était enfin prise en considération puisque Mohammed VI et plusieurs ministres se sont déplacés ce jour-là”, commente Khalid Mesbah, membre de l’AMDH local. Ce beau tour de force d’El Himma a permis à sa fondation de devenir le pivot du développement à Benguerir pour les projets nationaux de mise à niveau de la région. Et d’avoir aussi son mot à dire à propos des projets locaux. Sous la houlette d’El Himma, la structure a initié quelque 300 projets, la plupart visant à une rénovation ou à la création d’infrastructures, avec pas moins de cent partenaires. Le mode opératoire est souvent le même. Une association locale est choisie ou créée ex-nihilo, à laquelle on confie les fonds puisés auprès de structures à la force de frappe indéniable : Al Omrane, l’OCP, l’INDH… Et les résultats suivent. Un exemple parlant : en 2009, Benguerir ne possédait qu’un car scolaire, acheté par le ministère. En 2012, 55 véhicules se chargent de transporter les enfants à l’école. Les 54 nouveaux véhicules ont été achetés par divers organismes, parmi lesquels l’INDH et l’OCP. Chargée d’initier le changement dans la ville, la fondation s’attelle aussi à faire le go-between entre institutions et population lors des lancements de grands chantiers, prévenant en amont toute protestation possible en expliquant patiemment aux habitants les intérêts de tous ces bouleversements.

Le modèle “Fondation Rhamna” a créé des émules, à en croire son SG, Mohamed Kamal, qui, pas peu fier, glisse : “Lors de la dernière visite royale, le souverain a conseillé au ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, de suivre l’exemple d’une de nos actions, lancée pour venir en aide aux petits agriculteurs”. Un ingénieur de la région surenchérit : “J’ai parlé du mécanisme de développement mis en place à Benguerir à des collègues officiant dans d’autres régions. Tous parlent de le reproduire chez eux !”

Union sacrée

“La population considère Fouad Ali El Himma comme un sauveur qui va les sortir enfin de la pauvreté. Il suffit de faire un tour dans les douars avoisinants et vous verrez l’image positive qu’il a auprès des gens”, souligne Mohamed Kamal de la Fondation Rhamna. El Himma a ce statut de Zorro même auprès du tissu associatif local, qui oublie la grande politique pour vanter ses mérites de régional de l’étape. “à Casablanca et à Rabat, vous voyez El Himma comme un homme du Makhzen. Ici, on s’en fout. Ce qui nous préoccupe c’est son travail pour l’essor de la ville et de la région”, lâche un militant associatif du cru. En effet, les associations locales, qu’elles soient orientées à gauche ou dépendantes d’Al Adl Wal Ihsane, ne voient pas en El Himma juste le fondateur du PAM. L’homme est perçu avant tout comme le président de la Fondation Rhamna, un acteur incontournable de la société civile avec qui elles travaillent en bonne entente. “L’essentiel, c’est que la ville bouge. Peu importe qui est derrière. Pour nous, c’est avant tout un droit au développement après des décennies d’abandon”, explique ainsi Khalid Mesbah, membre du parti d’extrême-gauche PADS et de l’AMDH locale.
La belle unanimité autour d’El Himma tient -cela va s’en dire- aussi au fait qu’il a les moyens de se faire entendre à Rabat. “J’ai protesté pendant 20 ans sans rien voir venir. Personne ne me répondait, contrairement à aujourd’hui”, confie Mohamed Saïd Bensellam, pour souligner le rôle de porte-voix d’El Himma. Premier avocat à s’être installé à Benguerir à la fin des années 1970, l’homme s’est investi dans l’action associative et fait fi de son étiquette USFP depuis qu’il voit des projets concrets voir le jour à Benguerir.
C’est qu’en ville, des années d’abandon ont appris à tous le pragmatisme et à trouver du bon au principe du puissant qui s’occupe des siens. “Il est tout à fait normal qu’un homme fort participe au développement de sa région. André Azoulay et Aziz Akhannouch font la même chose respectivement pour Essaouira et le Souss”, justifie Mohamed Kamal. “Le jour où la régionalisation sera mise en place, on pourra se passer de ce système”, abonde dans ce sens un acteur associatif.
Le type qui a réussi et n’a pas oublié son bled natal, ça parle aussi à Abdelmalek Bousselham. Lui a rejoint la Fondation Rhamna dès sa création, après avoir entendu un discours de Fouad Ali El Himma lors de la campagne électorale pour les législatives de 2007. Pourtant, Bousselham avait plutôt le cœur à la contestation en tant qu’ancien membre de l’AMDH et d’Attac Maroc. Il a fait le coup de poing contre les forces de l’ordre en 2005, à l’époque où il était raïs des ferracha, à la tête de 300 marchands ambulants de la ville. Un acte qui lui a valu 73 jours de prison. Aujourd’hui, il ne croit plus à cette forme de contestation. L’important pour lui, c’est que “Si Fouad fait du bien à la ville”, confie-t-il, en faisant visiter le parc Prince Moulay Hassan de trois hectares inauguré en janvier 2010. “C’est devenu le lieu de rassemblement des familles qui y pique-niquent le week-end. Les jeunes qui étaient désœuvrés viennent jouer au football et au basket sur les terrains aménagés. En été, ils fréquentent la piscine à ciel ouvert construite à l’intérieur du parc”, se félicite Bousselham.
Les seules voix discordantes qui se sont fait entendre en ville ont été celles du 20 février. Et encore, le mouvement n’a réussi à regrouper qu’une infime minorité des chômeurs scandant des “El Himma dégage”. Sinon, RAS.
Benguerir aime son bienfaiteur qui a définitivement la cote à domicile.

Chiffres clés


La région de Rhamna est encore bien en dessous de la moyenne nationale sur plusieurs indicateurs de développement.

• L’indice de pauvreté y est de 16 contre un indice national de 9. Soit près du double.

• 64% des foyers ont accès à l’eau potable contre 89% pour le Maroc.

• Le taux d’électrification est de 78% contre 97% à l’échelle nationale.

• Un lit d’hôpital disponible pour 6622 personnes contre un lit pour 1521 habitants pour l’ensemble du royaume.

• Un médecin pour 6930 personnes contre un médecin pour 1521 habitants au Maroc. Soit plus de quatre fois moins.

• Une maison de jeunesse pour 112 795 personnes contre une moyenne de 66 162 habitants à l’échelle nationale. Soit deux fois moins.


La ville rattrape peu à peu son retard en termes d’infrastructures.

• Création d’une nouvelle gare et rénovation des lignes existantes : 600 millions de dirhams.

• Centre de traitement et de recyclage des eaux usées : 200 millions de dirhams.

• 30 projets d’établissements sociaux de proximité pour plus de 98 millions de dirhams.

• Centre régional de formation des athlètes d’un coût de 37,5 millions de dirhams.

• Rénovation de façades, création de complexes de services (abattoirs, halle aux poissons, marché de gros, etc.) pour environ 25 millions de

dirhams.

• Hôtel pédagogique de l’OFFPT : un investissement de 20 millions de dirhams.

• Rénovation de l’hôpital, ouverture d’un centre de santé et d’un centre d’hémodialyse : 20 millions de dirhams.


Festival. People à Rhamna

Le festival Awtar créé par Fouad Ali El Himma a été deux ans de suite the place to be pour les hommes politiques, capitaines d’entreprises et les artistes. On trouvait autant de V.I.P dans la fosse que sur scène : Khaled, Yassir Zenagui, Miloud Chaabi, Samuel Kaplan, Hajja Hamdaouia, Salahedine Mezouar, Driss Lachgar, etc. Les sponsors étaient tout aussi nombreux : de Maroc Telecom à Addoha en passant par CGI Développement. Que du lourd. Pour s’assurer une place au “festival-de-l’ami-du-roi”, certains artistes et personnalités démarchent d’elles-mêmes le staff et vont jusqu’à proposer de prendre en charge leur hébergement. Alors, pourquoi le festival s’est-il arrêté en si bon chemin ? Officiellement, la non-tenue du festival en 2011 et 2012 est due à un recadrage tactique : il fallait se concentrer sur des projets de développement primordiaux avant d’organiser des fiestas. Officieusement, Awtar a été annulé par peur des manifestations : “Il était trop risqué de dépenser de l’argent pour de la musique en pleine contestation sociale. Nous avons préféré mettre le festival entre parenthèses”, explique un membre de l’organisation.
http://www.telquel-online.com/En-cou...nguerir/549%20

Last edited by Gadiri; December 22nd, 2012 at 09:08 PM.
cs7even no está en línea   Reply With Quote
Old December 23rd, 2012, 01:42 AM   #18
cs7even
BANNED
 
Join Date: Jul 2011
Location: Tiznit City
Posts: 2,230
Likes (Received): 235


merci pour la retouche
cs7even no está en línea   Reply With Quote
Old December 23rd, 2012, 01:50 AM   #19
Gadiri
Registered User
 
Gadiri's Avatar
 
Join Date: Oct 2009
Location: Paris-Agadir-Guelmim
Posts: 52,559
Likes (Received): 7037

Quote:
Originally Posted by cs7even View Post

merci pour la retouche
Comme ça c'est plus lisible.

Benguerir me fait pensé à Settat. Du temps de Basri, quand on la traversait en voiture c'était d'une propreté incroyable. Quand on passait devant le grand magasin de lustres on était toujours bluffé par leurs tailles. Settat était même dans la candidature pour la WC2006 et je pense pas que c'était parceque Benzekri était le gardien.
__________________


FBI Says 94% of Terrorist Attacks in the US Since 1980 Are by Non-Muslims


Gadiri no está en línea   Reply With Quote
Old December 23rd, 2012, 04:55 AM   #20
cs7even
BANNED
 
Join Date: Jul 2011
Location: Tiznit City
Posts: 2,230
Likes (Received): 235

Quote:
Originally Posted by Gadiri View Post
Comme ça c'est plus lisible.

Benguerir me fait pensé à Settat. Du temps de Basri, quand on la traversait en voiture c'était d'une propreté incroyable. Quand on passait devant le grand magasin de lustres on était toujours bluffé par leurs tailles. Settat était même dans la candidature pour la WC2006 et je pense pas que c'était parceque Benzekri était le gardien.
exact je me souvient trés bien de cette ville, quand on fesait le trajet france-Tiznit c'était une escale obligatoire et la propreté et les espaces vert de cette ville m'ont marqué !

Basri était aussi le Bernard Tapie du Maroc, il a grandement contribué a la renommé du club de foot de la renaissance de settat...
cs7even no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 11:09 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us