Economic News - Page 272 - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > Continental Forums > Africa > North Africa > Algérie > Autres discussions > Économie et développement

Économie et développement Discussions et débats relatifs au développement et à l'économie


Reply
 
Thread Tools
Old October 29th, 2019, 07:59 PM   #5421
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Sommet sur les investissements en Afrique: l'Algérie choisie pour jouer un rôle "clé" :

Quote:
L'Algérie est l'un des 19 pays africains choisis pour jouer un rôle "clé" dans le prochain sommet sur les investissements en Afrique qui se tiendra à Londres prochainement, a indiqué mardi à Alger, l’envoyé économique du Premier ministre britannique en Algérie, Lord Risby.

Lors de l'ouverture du 2e Forum Algéro-britannique sur la cybersécurité, organisé au Centre international des conférences (CIC), Lord Risby a souligné que le Royaume-Uni s’apprête à organiser le 20 janvier prochain à Londres, le Sommet sur les investissements en Afrique, où des entreprises, des gouvernements et des institutions internationales seront réunis pour présenter et promouvoir l'ampleur et la qualité des opportunités d'investissement en Afrique.

"L'Algérie est l'un des 19 pays africains choisis", a-t-il dit, pour jouer un rôle "clé" dans ce sommet, en tant que partenaire, où elle devra présenter ses projets futurs en matière de diversification économique pour amener les investisseurs britanniques potentiels à "penser à investir en Algérie" et pour créer davantage de partenariats "gagnant-gagnant".

Par ailleurs, la présidente du Conseil d’affaires algéro-britannique, Olga Maitland, intervenant sur le thème du jour à savoir la cybersécurité, a plaidé pour le "partage des expériences" entre les pays, notamment avec l’Algérie pour réduire les risques d’intrusion et d’attaques informatiques.

Mme Maitland a déclaré que "la gestion du risque et des menaces est une affaire de discipline", mettant en exergue la nécessité de "partager les expériences et de mettre à profit les connaissances mutuelles".

Pour elle, la réciprocité demeure "la clé" de la sécurité individuelle et collective, estimant que ce Forum, deuxième du genre après celui de mai 2018, a été organisé suite à l’augmentation "significative" du nombre des attaques perpétrées à travers le monde.

"Nous sommes tous témoins de leurs impacts graves et sérieux qui affectent, à l’échelle mondiale, tous les aspects de la vie quotidienne", a-t-elle précisé, insistant sur le fait que les menaces de cyber-attentat peuvent déstabiliser n'importe quelle entreprise, voire réduire à néant l’activité de certaines d’entre-elles.

Evoquant les cyber-menaces à savoir le cyber-espionnage, le cyber-terrorisme, la cybercriminalité, le cyber-activisme et la cyberguerre, le représentant du ministère de la Défense nationale a indiqué que ce type de menaces peut non seulement toucher la personne en perdant son identité, sa confidentialité, son intégrité, elles peuvent aussi viser l’organisme et l’Etat à travers sa souveraineté qui pourrait être touchée.

Pour conclure, il a appelé à considérer la cyber-sécurité tout au long du cycle de vie du système, intégrer la cyber-sécurité dans l’organisation, cloisonner les systèmes et "isoler" ceux sensibles, investir et développer dans des solutions propres et coopérer (nationale et internationale).

Dans une déclaration à la presse, le directeur-général de Cisco-Algérie, Karim Sid Ahmed, a indiqué que l’idée aujourd’hui est d’aller vers la cyber-sécurité dans les pays. "Une thématique qui revient très souvent, vu les dangers qui guettent les Etats, les entreprises et les banques", a-t-il déclaré, notant l’importance d’"alerter l’opinion publique sur l’ensemble des menaces qui puissent exister avec la technologie".

M. Sid Ahmed a fait savoir que le but du Forum est de présenter la stratégie de la cyber-sécurité et de se pencher notamment sur la partie technique pour expliquer, a-t-il dit, quelles sont les menaces et comment arrive-t-on à les détecter.

Pour lui, il est important de procéder à des échanges d’expertises avec les britanniques, former les jeunes algériens et transférer les compétences des uns et des autres.
http://www.aps.dz/economie/96536-som...er-un-role-cle
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old October 30th, 2019, 11:46 AM   #5422
monkh
Registered User
 
Join Date: Apr 2019
Posts: 215
Likes (Received): 213

Quote:
Originally Posted by Amine_Mazouni View Post
Air Algérie- SNTF : des députés prônent un changement radical de la stratégie des deux compagnies nationales :



https://www.algerie1.com/actualite/a...ies-nationales

Un surplus d'effectif de 100 000 employés c'est énorme vous trouver pas ? Même si on additionne le surplus des 2 entre prises le chiffre parait quand même très élevé non ?
c'est 10 000. Tu trouveras le chiffre sur l'article de l'APS
monkh no está en línea   Reply With Quote
Old October 30th, 2019, 12:36 PM   #5423
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

La femme est le "maillon fort" dans le processus du développement durable :

Quote:
La ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati a mis en avant, mardi, l'impératif d'œuvrer pour promouvoir le rôle de la femme maghrébine, en la qualifiant de "maillon fort" de la chaîne sociale pour un développement durable.

Elle s'exprimait lors de la clôture de l'atelier relatif au programme régional ayant pour thème "Promotion du rôle des femmes au Maghreb", initié par GTZ (Agence allemande de coopération internationale) tenu à Alger.

Dans son discours inaugural, Mme Zerouati a mis en avant les points communs qui caractérisent les femmes maghrébines sur le plan socio culturel et géographique, considérant que la femme est le "maillon fort" d'une chaîne sociale pour un développement durable.

"Il est impératif d’intégrer davantage la femme dans tous les domaines ayant trait à l'environnement car nous estimons qu'elle est la première concernée par les problèmes de la pollution et les aléas du changement climatique", a-t-elle déclaré lors de cet événement à auquel à assisté l'ambassadrice d’Allemagne en Algérie, Ulrike Knotz, le directeur de GIZ, Ahmed Fekairi, ainsi que des représentants des structures associatives et des collaborateurs de la GIZ.

A ce propos, la ministre a rappelé le 4ème congrès mondial de l'ONU tenu en 1995 à Pékin au cous duquel il a été décidé d'associer les femmes dans la prise de décision dans le domaine de l’environnement, d'évaluer l'impact des politiques du développement et de la protection de l’environnement sur la femme et de promouvoir, auprès d'elles ,les techniques et les pratiques respectueuses de la nature.

Concernant les efforts consentis par son secteur pour intégrer la femme dans la protection de l'environnement et la promotion du développement durable, Mme Zerouati a évoqué trois projets développés avec la GTZ.

Le premier projet baptisé Upcycling, a permis de former 80 femmes dans le domaine du recyclage des déchets, de les valoriser en les transformant en produit utiles.

Le deuxième projet qui a profité à 88 femmes rurales a concerné le renforcement du rôle de la femme dans l'utilisation et la commercialisation des produits agricoles en leur permettant de s'organiser en coopératives pour pouvoir s'imposer sur le marché.

Enfin, le dernier projet a permis la formation de 149 femmes sur le renforcement du rôle de la femme rural pour s'adapter au changement climatique.

Pour sa part, le directeur de GIZ, M.Fekairi, a expliqué la finalité de ce programme régional qui consiste à apporter "un appui technique" pour renforcer la promotion de la participation des femmes dans les secteurs prioritaires de la coopération allemande au Maghreb.

"Ce programme régional qui concerne l'Algérie, le Maroc et la Tunisie est destiné aux femmes et concerne essentiellement le secteur de l'environnement ", a-t-il expliqué.

Il a fait savoir que son agence avait reçu beaucoup d'idées innovatrices de femmes rurales concernant le développement et la préservation de produits agricoles bio, de revalorisation de plastiques dont les bâches publicitaires afin de renforcer l'économie circulaire et préserver l'environnement, en faisant constater que les femmes sont très engagées dans le développement de l'économie verte en Algérie.

A propos des projets sélectionnés par la GIZ et le montant de leur financement, M. Fekairi en a énuméré 15 projets d'un montant global de 7 millions d'euro, octroyé par le ministère allemand de la coopération et de développement économique.

Ces projets concernent notamment l'agriculture, l'eau, les énergies renouvelables et le recyclage.

"Malgré le montant modeste de leur financement (300.000 à 400.000 euros par projet), ces projets ont eu un impact considérable sur l'environnement, l'emploi des femmes, les capacités d'apprendre d'autres métiers et le développement des compétences", a-t-il jugé, en souhaitant renouveler cette expérience notamment dans les zones rurales.

De son côté, l'ambassadrice d'Allemagne, Ulrike Knotz, a évoqué la coopération algéro-allemande, rappelant que la GTZ qui travaille pour le ministère allemand pour la coopération économique et de développement, est présente en Algérie depuis 1993.

Elle a précisé que la mission de GTZ se concentre actuellement sur le domaine de l'environnement avec des champs d'intervention très divers qui touchent aussi la promotion de technologie et d'innovation respectueuse de l'environnement et de la promotion de l'emploi.

Concernant la promotion du rôle des femmes au Maghreb, elle a considéré qu'il s'agit d'un programme régional et aussi transversal qui consiste à intégrer la femme dans tout les secteurs de développement.

Elle a prévenu par ailleurs que les inégalités entre les hommes et les femmes sont des entraves aux développements puisqu'ils sont un gaspillage des ressources humaines et de capacités intellectuelles.

Se référant à une étude sur les entreprises en Allemagne, Mme Knotz a fait constater que les inégalités entre les hommes et les femmes ne touchent pas uniquement les pays en développement mais concernent également les pays industrialisés.

"L'étude qui a démontré que la prestation des grands services s'améliore lorsqu'il y a des femmes au conseil d’administration, a constaté que les entreprises allemandes sont dominées par les hommes âgés entre 40 et 50 ans, " en concluant qu'il il y a beaucoup de chemin à faire en matière de lutte contre les inégalités entre les genres.
http://www.aps.dz/economie/96557-la-...pement-durable
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old October 30th, 2019, 12:46 PM   #5424
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Dans l'article de l'APS il est dit qu'il y a + de 10.000 employés chez Air Algérie alors qu'il ne devrait pas dépassé les 4.000 donc le surplus est de 6.000 rien que pour Air Algérie mais pour l'ensemble des 2 entreprises c'est pas précisé.
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old October 31st, 2019, 09:06 PM   #5425
Skyhitt
Registered User
 
Skyhitt's Avatar
 
Join Date: Jun 2018
Posts: 14,196
Likes (Received): 14537


CONSOMMATION
Le pouvoir d’achat des Algériens sur une pente descendante

Quote:
Le pouvoir d’achat des Algériens subit une dégradation continue depuis plusieurs années déjà. La crise à laquelle est confronté le pays ne cesse d’impacter négativement le quotidien du citoyen au revenu modeste. La dernière étude de l’ONS, publiée il y a deux jours, relève une hausse des prix à la consommation au niveau national de +1,3% au mois de septembre 2019 et de +2,3% pour les prix des biens alimentaires alors que les salaires, eux, stagnent depuis 2012.

Tous les inducteurs renseignent sur un pouvoir d’achat de plus en plus affecté au cas où la crise économique persiste car le soutien apporté par l’Etat à certains produits de première nécessité comme par exemple le lait, l’eau et le gaz , ou à des prix administrés comme pour les céréales et les loyers publics , ne suffira pas à contenir l’inflation face à l’envolée des prix qui affecte déjà plusieurs produits auxquels se réfèrent les statisticiens de l’Office national des statistiques (ONS) pour calculer les taux d’inflation.
L’indice des prix à la consommation (IPC) permet de mesurer l’évolution générale des prix des biens et services que nous consommons. Le dernier rapport publié récemment par l’Office national des statistiques fait état d’une hausse de tous les prix de consommation au niveau national et au niveau de la capitale qui reste parmi les plus chères au monde.

...
https://www.lesoirdalgerie.com/actua...cendante-32820
__________________
الجزائر البلد القارة
Skyhitt no está en línea   Reply With Quote
Old October 31st, 2019, 09:16 PM   #5426
Skyhitt
Registered User
 
Skyhitt's Avatar
 
Join Date: Jun 2018
Posts: 14,196
Likes (Received): 14537

Doing Business/Obtention de crédits : L’Algérie mal classée

Quote:
Dans le dernier rapport de la Banque mondiale sur le climat des affaires Doing Business 2020, l’Algérie a été classée à la 181e place sur 190 pays évalués en matière d’obtention de crédits, avec un score de 10 points.

S’agissant de l’indice de fiabilité des garanties, l’Algérie obtient un score de 2 points sur une échelle de 12. Quant à l’indice relatif à l’obtention de l’information sur le crédit, l’Algérie obtient un score de zéro sur une échelle de huit points.

La section « obtention de crédits » du rapport annuel Doing Business « évalue la protection juridique des emprunteurs et des prêteurs dans le cadre des transactions sécurisées au moyen d’un ensemble d’indicateurs, ainsi que le reportage des informations sur le crédit au moyen d’un autre indicateur ».

Le rapport précise que le premier indicateur « étudie si certaines mesures facilitant les prêts existent au sein des lois applicables sur le nantissement et la faillite ».


Le deuxième indicateur pris en compte par le rapport, mesure la couverture, l’étendue et l’accessibilité des informations sur le crédit disponible à travers les agences d’évaluation du crédit, tels que les bureaux de crédit ou les registres de crédit.
https://www.algerie-eco.com/2019/10/...e-mal-classee/
__________________
الجزائر البلد القارة
Skyhitt no está en línea   Reply With Quote
Old November 5th, 2019, 07:32 PM   #5427
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Céréale: poursuite du recul des importations durant les huit premiers mois de 2019 :

Quote:
Les importations des céréales de l'Algérie ont reculé de plus de 14% durant les huit premiers mois de 2019 pour atteindre 1,84 milliard de dollar, a-t-on mardi appris auprès de la direction générale des Douanes (DGD).

De janvier à août derniers, les importations des céréales, qui ont représenté près de 34% de la facture globale des importations, ont atteint 1,841 milliard de dollars, contre 2,151 milliards de dollars durant la même période de l'année dernière, enregistrant ainsi une baisse de 14,42%, selon les données statistiques de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD).

Cette tendance baissière des importations des céréales est appelée à se poursuivre durant les prochains mois, encouragée par une importante production nationale enregistrée durant la campagne 2018-2019, notamment pour l'orge et le blé dur.

A noter que le gouvernement est déterminé à impulser et développer la filière céréalière pour assurer la sécurité alimentaire du pays et renoncer graduellement à l'importation, tout en ouvrant des perspectives d'exportation dans l'avenir, avait souligné, lundi dernier, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, lors d'une réunion interministérielle consacrée à l'examen du Programme de développement de la filière céréalière, notamment dans le Sud et les Hauts plateaux.

Pour ce faire, le gouvernement, poursuit M. Bedoui, est "déterminé à soutenir ce secteur notamment dans le Sud et les Hauts Plateaux, au vu des compétences et des capacités productives dont recèlent ces régions faisant d'elles l'avenir de l'agriculture en général, et particulièrement la filière céréalière".

De son côté, le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari a relevé une "hausse considérable" des niveaux actuels de la production atteignant 56,3 millions de quintaux.

Le ministre a, également, évoqué l'impact "très positif" des mesures décidées par le gouvernement en matière de rationalisation des importations de céréales dans le cadre de la régulation des importations et la préservation des réserves nationales en devise, citant notamment l'essor qualitatif qu'a connu la production du blé dur avec 32 millions de quintaux.

Cette réalisation a permis d'atteindre l'autosuffisance en arrêtant, en juin 2019, les importations de cette matière, a-il-relevé, notant que, ces mesures ont réduit considérablement la facture d'importation de plus d'un (01) milliard de dollars, dont 908 millions dollars pour le blé dur
http://www.aps.dz/economie/96971-cer...s-mois-de-2019
__________________

salimdz, Jijeli liked this post
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 6th, 2019, 04:04 PM   #5428
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Algérie-Corée du Sud: la coopération bilatérale évoquée à Alger :

Quote:
Le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a reçu mardi à Alger, l'ambassadeur de la République de Corée du Sud en Algérie, LEE Eun-yong, à sa demande, avec lequel il a évoqué la coopération bilatérale dans le secteur des Finances, a indiqué mercredi le ministère dans un communiqué.

Lors de cette audience, tenue au siège du ministère, "les deux parties ont passé en revue les différentes actions de coopération menées, particulièrement dans le secteur des finances, à travers le programme coréen d'assistance technique "Partage de connaissance (Knowledge sharing)", a précisé la même source.

M. Loukal a tenu à saluer à cet égard, "les résultats positifs de cette coopération déployée au bénéfice de plusieurs établissements et structures relevant du secteur des finances, en citant à titre illustratif le projet en cours relatif à la modernisation du système d'information des services des douanes", a-t-on ajouté.

Pour sa part, l'ambassadeur de la Corée du Sud, a "réaffirmé l'engagement de son pays à renforcer ces actions dans l'intérêt mutuel des deux pays".

Tout en saluant l'engagement de la partie coréenne, le ministre des Finances a indiqué que "les deux parties doivent mettre à profit l'expérience déjà acquise dans le cadre des différentes actions menées à l'effet de l'exploiter pour consolider et diversifier les domaines de la coopération économique bilatérale", selon le communiqué.
http://www.aps.dz/economie/97023-alg...voquee-a-alger
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 6th, 2019, 04:06 PM   #5429
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Algérie-US: la transformation du bois et du liège peut constituer un domaine de coopération :

Quote:
L’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, John Desrocher a relevé mardi soir à Jijel que la transformation du bois et du liège peut constituer un domaine de coopération entre les deux pays.

Le diplomate, évoquant sa visite à une usine privée de transformation du liège, située à la zone industrielle Ouled Salah de Taher à l’Est de Jijel a affirmé que "la transformation du bois et du liège peut constituer un bon exemple de partenariat économique entre les Etats unis et l’Algérie".

"L'Algérie ambitionne de diversifier son économie hors hydrocarbures et l’investissement dans le liège est fructueux pour les deux parties d’autant que ce domaine (liège ndlr) est un investissement de développement durable", a ajouté M. Desrocher.

L’ambassadeur américain en Algérie s’est entretenu avec le wali de Jijel, Bachir Far des moyens et des opportunités d’investissement dans cette région du littoral algérien, forte d’un important potentiel touristique et économique.

Dans une déclaration à la presse au port Djedjen, le diplomate US a souligné que "les discussions avec les autorités locales étaient fructueuses et ont permis de s’enquérir des potentialités dont dispose Jijel et qui peuvent faire l’objet d’investissement".

L’ambassadeur John Desrocher a par ailleurs, exprimé son admiration pour le port Djendjen et ses infrastructures soulignant le rôle central du port dans le développement économique en Algérie.

L’ambassadeur américain a rappelé par ailleurs, le rôle de la diplomatie algérienne en 1979 dans la libération des otages américains en Iran.
http://www.aps.dz/economie/97014-alg...de-cooperation
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 9th, 2019, 10:55 AM   #5430
Skyhitt
Registered User
 
Skyhitt's Avatar
 
Join Date: Jun 2018
Posts: 14,196
Likes (Received): 14537

Loukal : La planche à billets « demeure en vigueur et il est possible d’y recourir »

Quote:
Il semblerait qu’au sein du gouvernement on ne parle pas sur la même longueur d’ondes à propos du financement non conventionnel. En effet, le ministre des finances Mohamed Loukal a contredit, une nouvelle fois, les déclarations du premier ministre Noureddine Bedoui et du ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Hassane Rabehi qui avaient annoncé respectivement en septembre et juin derniers la fin du recours à la planche à billets.


Loukal a affirmé, jeudi, à l’Assemblée nationale populaire (APN), que, le financement non conventionnel gelé depuis mai dernier jusqu’à la fin de l’année 2020, « demeure en vigueur et il est possible d’y recourir le cas échéant ».

Sur un total de 6.556,2 milliards de DA alloués à la fin de janvier 2019 dans le cadre de ce financement, un montant global de 5.945,5 milliards de DA a été injecté dans l’économie jusqu’à la fin de septembre.

Le ministre a indiqué que ce financement non conventionnel constitue une dette à long terme pour le Trésor public qui la remboursera sur 30 ans avec un taux d’intérêt ne dépassant pas 0,5 %, estimant que « le fardeau de ce financement sur le Trésor public n’est pas aussi important ».

Recours aux financements extérieurs

Le ministre qui répondait aux questions des députés concernant le projet de loi de finances (PLF) 2020 lors d’une plénière présidée par Slimane Chenine, président de l’APN en présence de plusieurs ministres, a parlé également du recours à l’endettement extérieur en faveur des projets économiques structurés et rentables.

Loukal a affirmé que ce financement ne peut être effectué sans le consentement du gouvernement et sera limité au financement des projets stratégiques et non à la subvention de la consommation.

Le niveau de la dette extérieure de l’Algérie demeure parmi les plus faibles niveaux dans le monde, dont le taux n’excède pas les 0,78 % du produit intérieur brut (PIB), alors que le taux de la dette publique interne s’élève à 40 % du PIB.

Subventions ciblées


Selon le ministre, la réforme de l’aide sociale en passant de l’aide généralisée à l’aide ciblée visant exclusivement les catégories vulnérables, contribuera largement à réduire le déficit budgétaire. Loukal a précisé que la réforme de l’aide sociale globale est impérative au regard du grand fardeau qu’elle constitue sur le budget de l’Etat.

Rappelant que l’Etat a recouru à l’aide technique de la Banque mondiale (BM) pour définir les meilleurs mécanismes à adopter dans cette réforme « à court terme », le ministre a souligné que la réforme des transferts « est une opération longue, compliquée et sensible sur les plans économique et social, nécessitant une méthode globale de réforme et un examen rigoureux pour définir ses répercussions sur les citoyens ».

L’Etat affecte annuellement près de 1800 milliards de DA de transferts sociaux directs et le même montant de transferts implicites. « Le déficit du budget de l’Etat avoisine les 1500 milliards de DA/an et si nous réduisons le montant de l’aide directe et indirect de moitié, nous pouvons facilement combler ce déficit », a-t-il dit.

Réévaluation des projets et dévaluation du Dinar

Quant aux montants consacrés à la réévaluation des projets auxquels 279 milliards de DA sont alloués pour 2020, le ministre a précisé que ce montant est en recul par rapport aux prochaines années et ne représente que 2 % du volume du programme en cours contre 25 % avant 2010.

Concernant la dévaluation de la monnaie nationale face à l’euro et au dollar, le ministre a mis en avant que le Dinar algérien « n’est pas en dégringolade mais au contraire sa valeur est bonne par rapport aux fondamentaux de l’économie nationale ».

Pour ce qui est du niveau de l’inflation, en hausse selon l’avis de plusieurs députés, le ministre a indiqué que le taux d’inflation a connu une nette baisse, passant à 2,01 % fin septembre dernier contre 4,45 % fin septembre 2018.

Cette baisse est due grâce aux multiples mesures visant à contenir cette inflation, a ajouté le ministre, citant l’intensification de réalisation des marchés de gros et de détail, le parachèvement d l’endiguement du commerce illégal et la lutte contre les pratiques frauduleuses, outre les mesures de la politique monétaire de la Banque d’Algérie pour absorber l’excès de liquidité et stabiliser le taux de change.
https://www.algerie-eco.com/2019/11/...e-dy-recourir/
__________________
الجزائر البلد القارة

Jijeli liked this post

Last edited by Skyhitt; November 9th, 2019 at 12:26 PM.
Skyhitt no está en línea   Reply With Quote
Old November 9th, 2019, 11:19 AM   #5431
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Voilà un rapport sur une réforme des subventions proposé par NABNI : http://www.nabni.org/wp-content/uplo...-mars-2018.pdf

NABNI a plus de propositions et de programmes que l'ensemble des candidat à l'élection présidentielle hhhhh...
__________________

monkh liked this post
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 10th, 2019, 09:33 PM   #5432
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Entrepreneuriat: dégel de tous les projets d'extension d'activité :

Quote:
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam a annoncé, dimanche à Alger, le dégel de tous les projets d'extension d'activité des micro-entreprises créées dans le cadre de l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (ANSEJ) et de la Caisse nationale d'assurance-chômage (CNAC).

Accompagné de la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, Ghania Eddalia, le ministre qui présidait une rencontre sur l'entrepreneuriat a indiqué que "tous les projets d'extension d'activité des micro-entreprises créées, au niveau national, dans le cadre de l'ANSEJ et de la CNAC ont été dégelés en réponse aux demandes formulées par certains jeunes chefs de micro-entreprises, désirant étendre leurs activités".

Dans ce cadre, le ministre a rappelé la création de plus de 500.000 micro-entreprises dans le cadre des deux dispositifs suscités, et plus de 1.200.000 emplois".

Il a estimé, par ailleurs, que les start-up avaient "une valeur économique ajoutée", d'autant qu'elles commercialisent "de nouveaux produits et services concurrentiels qui ont permis de créer de nouveaux postes d'emploi, à même de contribuer à l'absorption du chômage", ajoutant que l'Etat œuvrait à encourager la main d'œuvre en la matière à travers "l'investissement en les compétences de jeunes dans tous les domaines, notamment les industries techniques et les logiciels innovants".

Dans le même ordre d'idées, M. Haddam a estimé que les start-up étaient devenues "une locomotive de développement" dans le cadre de "l'encouragement de l'initiative et l'émergence de leur rôle comme outil efficace de développement du tissu socioéconomique", mettant en avant la nécessité d'instaurer un climat favorable au développement des start-up en vue de se mettre au diapason des développements économique effrénés, à travers "la création des réseaux de soutien et de partenariat afin de les aider à développer des projets et à leur fournir des connaissances et des expériences nécessaires à leur viabilité".

Ainsi, le Gouvernement a pris une série de mesures incitatives susceptibles de "favoriser la création d'un plus grand nombre de start-up en vue de renforcer leur rôle dans le développement socio-économique", a déclaré M. Haddam qui a ajouté que le secteur oeuvrait à "l'élaboration et la mise en œuvre des programmes en faveur de ces entreprises et leur accompagnement conformément à des règles opérationnelles ainsi qu'à la mobilisation de tous les services concernés".

De son côté, Mme Eddalia a affirmé que le nombre de bénéficiaires du dispositif du microcrédit s'élève à plus de 889.000, avec une enveloppe financière globale de plus de 58 milliards de DA, ayant permis la création d'un million de postes d'emploi dans différents secteurs d'activité.

Outre les femmes au foyer et les personnes aux besoins spécifiques, ce dispositif a accordé l'opportunité aux diplômés universitaires et ceux des établissements de formation, a-t-elle expliqué.

A l'horizon 2020, l'Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM) compte financer et accompagner plus de 30.000 micros activités de même qu'elle a lancé son portail électronique pour raccourcir les distances et faciliter les procédures aux jeunes demandeurs de microcrédits, a fait savoir la ministre.

A cette occasion, Mme Eddalia a rappelé la procédure relative à la mise en place du programme des locaux à la portée des projets et des entrepreneurs bénéficiaires des dispositifs d'aide à la micro-entreprise en vue d'accompagner les porteurs de projets activant dans le domaine de l'entrepreneuriat.

Par ailleurs, cette rencontre a été marquée par la conclusion d'une convention entre l'ANSEJ et la CNAC relevant du secteur du travail, et l'Agence de développement social (ADS) relevant du ministère de la Solidarité nationale et ce pour coordonner les efforts visant à renforcer l'accompagnement destiné aux jeunes porteurs de projets.
http://www.aps.dz/economie/97245-ent...ion-d-activite
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 11th, 2019, 09:01 PM   #5433
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

ANCA: bientôt des bureaux à l'étranger pour promouvoir les produits algériens :

Quote:
L'Association nationale des commerçants et artisans algériens (ANCA) va installer bientôt des bureaux de représentation à l'étranger dans le but de promouvoir les produits algériens et leur offrir de nouveaux débouchés, a indiqué lundi à Alger le président de cette association professionnelle, Hadj Tahar Boulenouar.

Lors d'un point de presse tenu en marge d'une réunion du Conseil national de l'ANCA, M. Bouelnouar a fait savoir que l'installation de nouveaux bureaux représentatifs de l'ANCA à l'étranger pour bénéficier aux opérateurs économiques nationaux avec l'appui des membres de la diaspora algérienne établie hors du pays. Actuellement, l'ANCA compte des bureaux dans six (6) pays étrangers.

"Nous avons dénombré près de 50.000 algériens ayant des activités commerciales à l'étranger. Ce sont eux qui feront connaître le produit national, les services et les opportunités d'investissements en Algérie auprès des opérateurs économiques à l'étranger", a estimé le même responsable.

Questionné par la presse autour de l'impact de la situation politique du pays sur l'activité commerciale, M. Boulenouar a estimé que la stabilité politique du pays "à travers l'élection d'un président et la nomination d'un nouveau gouvernement" favorisera le retour de la confiance auprès des commerçants.

"Aujourd'hui les commerçants se plaignent du manque d'activité à cause de l'instabilité politique actuelle, leurs activités se sont réduites", a-t-il regretté.

Le présent de l'ANCA a également rappelé les actuelles revendications de sont organisme, à savoir l'appel à l'attribution des locaux commerciaux aux professionnels, rappelant que plus de 30.000 locaux sont inexploités par leurs bénéficiaires au niveau national.

De plus, il a appelé le gouvernement à faire participer les organisations professionnelles dans l'élaboration des lois qui ont trait à l'aspect économique du pays, soulignant la nécessité de revoir le système fiscal du pays.

Il a également noté l'intérêt pour les commerçants et les producteurs nationaux de collaborer entre eux plus étroitement pour la promotion de la production locale.

A noter que lors de cette rencontre, les membres de l'association ont approuvé le règlement intérieur de l'association dévoilé 21 octobre dernier. Ce règlement introduit de nouvelles dispositions dont la création d'un Conseil national réuni ce lundi, la création de nouvelles branches de l'ANCA à l'étranger et la mise en place de commissions spécialisée par secteur d'activité.

Lors de cette réunion, il a été question également de l'approbation des membres du nouveau bureau national de l'ANCA ayant pour mission de gérer l'association professionnelle en collaboration avec les présidents des commissions nationales et les présidents des bureaux de wilaya à partir de 2020, a fait savoir M. Boulenouar.

La deuxième session du Conseil national sera organisée en juin 2020 afin d'évaluer les missions réalisées lors des six premiers mois de 2020, a indiqué le même responsable.

"La nouveauté est que nous voulons sortir des systèmes organisationnels traditionnels des organismes, associations et syndicats du pays comme ce que nous voyons que ce soit en terme de centralisation des décisions ou de multiplication des responsabilités", a-t-il expliqué, affirmant qu'il s'agit-là de l'application du principe de décentralisation.
http://www.aps.dz/economie/97301-anc...uits-algeriens
__________________

Jijeli liked this post
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 12th, 2019, 08:34 PM   #5434
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires :

Quote:
Le ministre du Commerce, Said Djellab, a convenu mardi lors de sa réunion à Libreville avec le Premier ministre, chef du Gouvernement gabonais, Julien Nkoghe Bekalé, de créer un conseil économique algéro-gabonais des hommes d'affaires, a indiqué un communiqué du ministère.

Lors de cette audience, qui s'est déroulée en présence du ministre gabonais du Commerce, de l'Artisanat et des Petites et Moyennes entreprises, Jean Marie Ogandaga, le Premier ministre gabonais a donné son accord concernant la proposition de l'Algérie pour la création d'un conseil économique algéro-gabonais.

Les deux parties ont convenu d'œuvrer au développement des relations de coopération entre les entreprises encadrant le commerce extérieure, notamment l’Agence algérienne de promotion du commerce extérieur (ALGEX) et la société algérienne des foires et exportations (Safex), et ce dans l'objectif de transférer les expériences algériennes en matière d'organisation des foires nationales et internationales, tout en soulignant l'impérative augmentation du volume des échanges économiques bilatéraux pour les hisser au niveau des relations diplomatiques historiques liant les deux pays.

Lors de cette audience, qui a eu lieu en marge de la Foire des produits algériens qui se tient à Libreville du 12 au 17 novembre, M. Djellab a affirmé "la forte détermination de l'Etat algérien" pour le développement des relations commerciales et économiques avec le Gabon.

Il a donné, dans ce sens, une vision globale sur les opportunités de diversification économique et industrielle en Algérie et les diverses opportunités d'investissement offertes par l'Algérie hors hydrocarbures, notamment après l'annulation de la règle 49/51 régissant les investissement étrangers, et ce dans les secteurs non stratégiques.

M. Djellab a présenté, en outre, un bilan sur les échanges commerciaux entre les deux pays, lesquels ont connu une hausse après la Foire des produits algériens qui avait été organisée au Gabon l'année dernière.

De son côté, le Premier ministre gabonais a mis en avant la dimension africaine de l'Algérie et son rôle pionnier à l'Union Africaine (UA), souhaitant la bienvenue, au nom du Chef de l'Etat Gabonais, à la délégation algérienne et à tous les participants à cette 2e édition de la Foire.

"Le volume de la participation algérienne "reflète une volonté basée sur la stratégie du renforcement constant des relations économiques", a-t-il estimé.
http://www.aps.dz/economie/97377-alg...mes-d-affaires
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 12th, 2019, 08:51 PM   #5435
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

L'ambassadeur du Portugal plaide pour la définition des opportunités de partenariats avec l'Algérie :

http://www.aps.dz/economie/97380-l-a...avec-l-algerie
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 12th, 2019, 09:03 PM   #5436
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Algérie - Gabon: instauration de nouveaux mécanismes pour densifier les échanges commerciaux :

Quote:
L'Algérie envisage de mettre en place de nouveaux mécanismes pour densifier ses échanges commerciaux avec le Gabon, a indiqué mardi à Libreville le ministre du Commerce Said Djellab.

"Pour renforcer davantage la coopération économique et commerciale entre les deux pays à même de l'ériger en modèle d'intégration économique africaine, nous comptons prochainement mettre en place un certain nombre de mécanismes qui devront densifier cette relation", a déclaré M. Djellab lors d'une rencontre d'affaires algéro-gabonaise en marge de l'exposition spécifique des produits algériens qui se tient à la Libreville du 12 au 17 novembre.

Il s'agit, en premier lieu, de mettre en place un conseil d'hommes d'affaires algéro-gabonais qui sera "l'instrument privilégié", selon le ministre, pour renforcer les relations économiques et commerciales entre les communautés d'affaires des deux pays et ce, à travers l'échange permanent de visites d'hommes d'affaires, l'identification des opportunités d'affaires ainsi que l'échange d'expérience et d'expertise en matière de politique commerciale.

En outre, un intérêt particulier, poursuit-il, sera accordé à la redynamisation de la diplomatie économique qui aura pour mission de promouvoir le "made in Algeria" à travers, notamment, la multiplication des manifestations économiques et foires et créer les conditions nécessaires à l'émergence et au développement des réseaux commerciaux.

Le ministre a souligné également la nécessité de mettre en place un cadre approprie de suivi, d'évaluation et de propositions, pour cette coopération algéro-gabonaise.

"Il est clair que l'examen des échanges commerciaux entre les deux pays ne reflète pas l'excellence des relations politiques, néanmoins, la volonté affichée par les hautes autorités de nos deux pays et l'intérêt réciproque manifesté par les hommes d'affaires nous donnent aujourd'hui l'espoir de croire à un avenir prometteur", a avancé M. Djellab.

"Dans cette perspective et compte tenu des atouts dont bénéficient nos deux pays et la sauvegarde des intérêts réciproques, l'Algérie pourrait valablement constituer une plateforme des produits gabonais vers l'Europe, de même que le Gabon, en tant que pays pivot dans l'Afrique centrale peut constituer pour nous une porte d'entrée vers la région", ajoute-t-il.

Dans ce sens, le ministre a réaffirmé la volonté de l'Algérie de donner un "véritable élan" aux actions visant à accélérer la tendance d'intégration intra-africaine.

"Ce programme (d'expositions à l'international) traduit de manière claire et franche notre approche africaine que nous comptons mettre en évidence et la déployer de manière à poser définitivement les jalons d’un tissu industriel et commercial qui nous permettra de tracer notre parcours de développement économique inclusif", a-t-il relevé.

Cette approche africaine repose sur certains "préalables" la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), qui vise à promouvoir le développement du potentiel économique africain et de contribuer à l'intensification du commerce intra-africain et au développement des économies respectives pour améliorer la prospérité des peuples africains.

"Les potentiels sont disponibles. Et ils sont considérables. Notre enjeu à nous tous est donc de mobiliser nos ressources et moyens pour rendre profitable cette situation favorable et la mener vers une situation plus ambitieuse qui se traduit au sein d'une intégration économique et d'une zone de libre-échange panafricaine", a-t-il noté.

Rappelant que l'édition 2018 de l'exposition de produits algériens au Gabon a été couronnée par la signature de 20 contrats de partenariat, M. Djellab a salué la participation "imposante" des entreprises algériennes de cette nouvelle édition et qui représente "un échantillon très large et très diversifié des différents secteurs d’activité de l’économie algérienne aussi bien du secteur public que du secteur privé".


http://www.aps.dz/economie/97392-alg...es-commerciaux
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 18th, 2019, 06:03 PM   #5437
Amine_Mazouni
Registered User
 
Amine_Mazouni's Avatar
 
Join Date: Feb 2019
Posts: 1,337
Likes (Received): 888

Samy Agli alerte : 500.000 travailleurs envoyés au chômage :

Quote:
Le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Mohamed Samy Agli, a appelé, ce lundi, le gouvernement actuel à lancer un plan d’urgence afin de sauver les entreprises économiques qui licencient des travailleurs depuis près de cinq mois.

« Le temps presse pour nous aujourd’hui, nous avons 500 000 travailleurs envoyés au chômage. Il doit y avoir un plan d’urgence pour soutenir les opérateurs économiques qui licencient des travailleurs »
, a-t-il déclaré sur les ondes de la chaîne I de la radio nationale.

« Nous ne voyons aucune solution proposée par le gouvernement actuel, mais nous enregistrons des gels des comptes des entreprises en difficulté financière »
, a-t-il relevé.

Pour lui « la crise économique en Algérie est due à une mauvaise gestion. Il est inconcevable que certains secteurs importants du secteur économique soient dans une mauvaise situation », a-t-il indiqué, précisant que le secteur du BTPH « connaît un véritable séisme », puisque 70% des opérateurs de ce secteur sont sur le point de fermer leur entreprises.

« On ne peut pas gérer l’économie de l’Algérie d’une manière politique »

Le président du FCE a indiqué qu' »on ne peut pas gérer l’économie d’un pays de la taille et des capacités de l’Algérie d’une manière politique ».

Il a rappelé que « toutes les stratégies économiques présentées précédemment ont été élaborées par des politiciens et le résultat actuel est que nous vivons dans une crise économique ».

M. Agli a plaidé à ce que l’économie soit placée au centre de toutes les futures politiques gouvernementales.

« Un climat d’investissement ne peut être créé sans la confiance »

Samy Agli a souligné que la concurrence économique se passe aujourd’hui au niveau international. « Chaque pays dispose d’un système économique permettant d’attirer le plus grand nombre d’investisseurs étrangers, mais notre système économique se caractérise par l’instabilité des réglementations régissant le marché des investissements, qui a créé une méfiance à l’égard du climat des investissements ».

« Aucun responsable ne peut garantir qu’une loi ne soit pas modifiée pendant 10 ans », a-t-il ajouté. « Un climat d’investissement ne peut être créé sans la confiance résultant de la transparence des transactions et de la stabilité de l’arsenal juridique, loin de la bureaucratie, afin de réduire le temps perdu à obtenir les licences »,
a-t-il déclaré, considérant que la délivrance en grand nombre de licences est « un délit de corruption ».

Il a plaidé pour sortir des plans quinquennaux et opter pour une vison économique tel qu’il se fait dans des pays qui planifient sur des plusieurs décennies
, à l’instar de l’Arabie Saoudite qui a un plan jusqu’à 2050.

« Aujourd’hui, nous sommes loin de la politique en tant que forum, mais nous sommes préoccupés par tout ce qui se passe sur la scène politique et ses conséquences sur les dossiers économiques », ajoutant que « nous rêvons d’un État algérien qui consacrera la justice économique, assurant la protection des investisseurs, la liberté et la sécurité aux opérateurs économiques, afin de créer une véritable compétitivité entre les investisseurs sans favoritisme. »

Le président du FCE a exprimé son souhait que les élections présidentielles du 12 décembre prochain soient un déclencheur d’un réel changement vers un décollage économique sérieux en Algérie
.
https://www.algerie-eco.com/2019/11/...voyes-chomage/
Amine_Mazouni está en línea ahora   Reply With Quote
Old Today, 04:00 PM   #5438
Skyhitt
Registered User
 
Skyhitt's Avatar
 
Join Date: Jun 2018
Posts: 14,196
Likes (Received): 14537

Recettes douanières: hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019

Quote:
Les recettes douanières de l'Algérie se sont établies à 781,97 milliards de dinars (mds) durant les neuf premiers mois de 2019, contre 741,52 mds de dinars à la même période en 2018, en hausse de 5,46%, a appris mercredi l'APS auprès de la direction générale des Douanes (DGD).

Cette amélioration s'explique, essentiellement, par les recouvrements "exceptionnels" qui ont été réalisés, au titre des régulations, par les recettes des Douanes du port d'Alger au cours de cette période qui s'élèvent à 127,95 mds de dinars.

Les recettes perçues par les Douanes ont servi à alimenter le budget de l'Etat à hauteur de 670,88 mds de dinars, contre 640,54 mds de dinars, en hausse de 4,74 % durant la période de comparaison.

Selon la même source, les recettes affectées au budget de l'Etat ont représenté une part de 85,79% de l'ensemble des recouvrements des Douanes durant les neuf premiers mois de 2019.

La part des recettes allouées à la Caisse de garantie et de solidarité des collectivités locales (CGSCL) est de 68,44 mds de dinars, contre 64,57 mds de dinars, en augmentation de près de 6% durant la même période de comparaison.

Selon la DGD, les recettes destinées à la Caisse nationale des retraites (CNR) se sont établies à 37,59 mds de dinars, contre 31,09 mds de dinars, en hausse aussi de près de 21%, ont précisé les données de la Direction des Etudes et de la Prospective des Douanes (DEPD).

Quant aux recettes destinées aux Comptes d'affectation spéciales (CAS), elles se sont établies à 4,25 mds de dinars, contre 3,83 mds de dinars, enregistrant, ainsi une augmentation de 10,76%.

De janvier à septembre derniers, les recettes affectées aux communes ont totalisé 811,62 millions de dinars, contre 1,472 md de dinars, soit une baisse de près de 44,9% par rapport à la même période de l'année dernière.

En 2018, les recettes douanières avaient atteint 1.026,28 mds de dinars, contre 1.005,81 mds de dinars en 2017, en hausse (+2,03%).

Près de 86% du total de ces recouvrements ont servi à alimenter le budget de l'Etat à hauteur de 882,13 mds DA.
http://www.aps.dz/economie/97780-rec...s-mois-de-2019
__________________
الجزائر البلد القارة
Skyhitt no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Tags
algeria, economy, financial

Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off


Similar Threads
Thread Thread Starter Forum Replies Last Post
[Croatia] - Projekti i gospodarske vijesti | Projects & economic news Astralis Gospodarstvo, infrastruktura i razvoj 5289 November 15th, 2019 08:53 PM
Midwest Business and Economic News MillerTime Midwest and Plains 497 October 31st, 2019 05:21 AM
Aircraft Thread Index RyukyuRhymer Aircraft 0 March 20th, 2019 04:03 PM


All times are GMT +2. The time now is 04:14 PM. • styleid: 14


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us