Reims - Actu urbaine & architecturale - Page 10 - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Forum Gratte-ciel Français > Actualité des villes > France


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 9 votes, 5.00 average.
Old February 6th, 2015, 02:45 PM   #181
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Quote:
Originally Posted by Floch PC 11 View Post
Si ça peut montrer que la Marne a sa chance dans la nouvelle région (contre les 3 grosses villes Strasbourg, Nancy, Metz), pourquoi pas. Si même les sociétés originaires de Reims doivent s'installer à Strasbourg, autant raser Reims de la carte de France...

Pour Rennes et Lille, tu es de mauvaise fois car la première sera à 1h25 de Montparnasse dans 2 ans et l'autre est déjà à 1 heure de la gare du Nord...

Après, le mec y va certes un peu fort quand il dit que Strasbourg, c'est excentré...Il aurait mieux fait de dire qu'il connait le marché Rémois et qu'il préfère s'y implanter !

Non mais ça évidemment, c'est vrai que bon il faut que chaque ville puisse se défendre économiquement parlant je te l'accorde...
mais de toute façon les sociétés originaires de Reims s'installent à Paris. Souvent. Avec Rennes et Lille évidemment.

Mais je ne suis pas de mauvaise foi concernant Rennes et Lille. Pourquoi ?
Lille est certes à une heure( imbattable dans les grandes villes), Rennes sera à 1h25 de Montparnasse ?
La belle affaire.Et la fin de la lgv ESt c'est du pipi de chat ?
Strasbourg sera à 1h45 de Gare de l'Est dans 1 an, on a fait pire tu me l'accordera...le fossé de la distance en train entre Rennes et Strasbourg vers Paris n'est pas gigantesque.

Mais bon de toute façon le bonhomme veut faire vivre sa région et c'est tout à fait compréhensible.
Simplement, je critique totalement son point de vue, sur le " la position très excentrée de la capitale".....shhhhhhh.

Cela permet surtout de tirer la conclusion comme tu dis qu'il ne connait que son marché local, et que les 95% du temps on se tourne vers Paris.
Or effectivement le marché de l'Est, et notamment de Strasbourg utilise l'étranger, et converse avec l'Allemagne, la Suisse, ce qui n'est pas évident pour le patron lambda français.
Idem la Lorraine bosse avec l'Allemagne et le Luxembourg.





Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old February 6th, 2015, 05:33 PM   #182
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Sciences Po Reims refait parler :



Quote:

Sciences Po : l'école qui valait 100 millions.

Alors que la 3e phase des travaux du projet Sciences Po Reims vient de s'achever, le nombre d'élèves accueillis comme le budget consenti par les collectivités publiques cristallisent toujours le débat. Pourtant, l'avenir semble prometteur du côté de l'ancien collège des Jésuites.

Difficile de trouver du côté des acteurs politiques et économiques locaux des voies discordantes sur l'implantation de Sciences Po à Reims, même quand on évoque l’investissement publique consenti qui s'élève globalement à 100 millions d'euros ! Normal, car ce projet colossal est né d'un accord quadripartite entre Sciences Po, la région Champagne-Ardenne, le département de la Marne et la Ville de Reims. Qu'il soit de droite ou de gauche, tous ont donc dit oui. C'était en novembre 2009, Richard Descoing, alors directeur de Sciences Po, aujourd'hui disparu, Jean-Paul Bachy, René-Paul Savary et Adeline Hazan signaient une convention pour la création d'un campus au sein de l'ancien collège des jésuites de Reims. Un cadre magnifique, alors totalement à restaurer et à adapter en lieu d'enseignement, qui a bien sûr achever de convaincre la prestigieuse école de sa venue dans la cité des sacres.
(...)
Retombées économiques pour Reims

Mais s'arrêter au seul montant de la dépense publique serait une erreur. L'implantation de Sciences Po à Reims ne doit pas se résumer à ses 1 600 étudiants ou à ses fameux 100 millions d'euros. Le projet Sciences Po n'est pas une simple dépense, mais un investissement dont profite déjà le territoire rémois. Pour le directeur d'Invest in Reims Jean-Yves Heyer, à qui on doit les premiers contacts avec Richard Descoing en 2008, le jeu en vaut largement la chandelle : « Premièrement, Science Po répond à une demande des décideurs économiques qui, avant de s'implanter sur un territoire, cherchent à savoir s'ils vont trouver une main d'oeuvre bien formée. Deuxièmement, Sciences Po ne cannibalise pas les autres établissements d'enseignement supérieur de la région. Ses étudiants viennent de monde entier exprès pour y étudier. Troisièmement, ses mêmes étudiants seront demain des ambassadeurs de Reims et sa région. Quand ils occuperont des postes importants dans leur pays et qu'il leur faudra réfléchir à l'implantation de leur entreprise en France, ils se diront "Pourquoi pas le faire à Reims ? ". Quatrièmement, les retombées économiques pour la ville sont réelles. Un étudiant de Sciences Po dépensent en moyenne près de 1 000 euros par mois pour se loger, se nourrir et se divertir. Dès 2017 ou 2018, ce sont ainsi 16 millions d'euros qui seront réinjectés chaque année dans l'économie locale. (...) Véronique marchet, 1ère adjointe au maire de Reims précise, « que cette implantation est comparable à celle de l'ENA à Strasbourg. Elle permet de rééquilibrer l'attractivité du territoire au sein de la région Grand Est ».

La renaissance de l'ancien collège des Jésuites

En effet, il y a dans ce projet Sciences Po un point qui n'est peut-être pas encore suffisamment mis en avant : la réhabilitation de l'ancien collège des jésuites qui reste la propriété de la Ville de Reims. Sur les 100 millions d'euros dépensés, 75 sont ainsi consacrés au renouveau du monument historique. « Quel autre projet aurait permis de valoriser ce monument du patrimoine rémois ? », demande le directeur d'Invest in Reims. Sans doute aucun. (...) Le résultat est tout simplement spectaculaire. Les murs gris et défraîchis, les planchers menaçant de s'écrouler, les huisseries abîmées et craquelées ont disparus. A la place, d'un côté une restauration dans les règles de l'art pour les éléments classés et les plus remarquables et de l'autre, une rénovation contemporaine claire et épurée. Le tout forme un ensemble remarquable. La chapelle, qui fait office désormais de hall d'accueil, en est le meilleur exemple. Vitraux et statues témoignent d'un riche passé tandis qu'accolée sur son flanc une galerie constituée de fer et de verre évoque l'avenir. Cette 3e phase, qui marque l'achèvement de la restauration des bâtiments existants, a aussi vue naître une vaste bibliothèque et un amphithéâtre de 200 places. Et le chantier n'est pas terminé. La dernière phase qui doit s'achever fin 2016 comprend la construction d'un bâtiment totalement neuf, côté rue Eugène Wiet. D'une hauteur de cinq étages, il accueillera notamment en sous-sol un nouvel amphithéâtre d'une capacité de 600 places. Cet équipement qui viendra clore le projet de restructuration de l'ancien collège sera d'ailleurs mis à disposition des collectivités territoriales qui pourront y organiser diverses manifestations. Si un jour Sciences Po venait à disparaître, l'ancien collège des Jésuites serait, lui, toujours là.

Source : article de l'Hebdo du Vendredi du 06/02/2015

Le campus rémois de Sciences Po en accueillant 1600 étudiants sera plus grand que celui de Paris qui n'accueille que 900 inscrits. Il sera le plus important campus de Sciences Po en France.

Dernière modification par sdr51 (Aujourd'hui 17:23:08)

http://www.pss-archi.eu/forum/viewto...509741#p509741



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old February 8th, 2015, 09:34 PM   #183
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Bon c'est pas Reims, c'est Châlons, mais c'est dans la même zone urbaine, et du coup on sait ce qu'aura cette petite ville comme compensation pour la perte de sa garnison.
30 millions...je sais pas si ça prend aussi en compte le fait que Châlons perd son statut de capitale régionale...


Quote:
30 millions d'euros pour compenser le départ de l’armée de Châlons

Publié le 08/02/2015

Par Anne-Sophie Coursier


CHALONS-EN-CHAMPAGNE (51). L’aide allouée à Châlons-en-Champagne par le Premier ministre est destinée à des projets économiques viables. La ville doit, en outre, bénéficier d’une mesure fiscale.
L’armée aura quitté Châlons cet été. Archives



L'actu de Châlons et du départ des militaires

L’État s’est engagé par écrit. Le courrier officiel, signé de la main du Premier ministre, l’affirme. L’État prévoit de compenser le départ de l’armée, prévu cet été de Châlons-en-Champagne, par la dotation d’une enveloppe globale de 30 millions d’euros.

Une enveloppe jugée correcte par le député-maire Benoist Apparu « à la hauteur de ce qu’a subi Châlons. L’État joue le jeu. Autant j’ai trouvé que Châlons avait été maltraitée aussi bien sur le plan militaire que sur le plan de la réforme territoriale, autant les compensations de l’État s’avèrent intéressantes pour Châlons ». De toute évidence, l’État a décidé de ne pas se contenter de l’enveloppe du ministère de la Défense. Il s’est voulu exemplaire, comme Manuel Valls l’avait promis mi-octobre dernier.

Précisément, ce sont 11 millions d’euros qui sont alloués par le ministère de la Défense et 19 par des ministères autres. 30 millions d’euros donc qui viennent s’ajouter à ce que l’État verse habituellement à la Ville sous forme de subventions ou dotations. « Et nous veillerons à ce que cela reste ainsi. »

Développer des projets « qui préparent l’économie de demain »

Cette enveloppe ne sera pas donnée comme cela. Elle sera transmise à Châlons sous forme d’accompagnement de projets. Le taux doit encore être fixé. Il devrait osciller entre 20 et 40 % de financement. L’idée est de se servir de cette enveloppe pour soutenir des investissements économiques, des projets qui feront vivre Châlons dans les années à venir. L’enveloppe sera ainsi débloquée au fur à mesure des projets. « Nous souhaitions proposer des projets qui préparent l’économie de demain. Il n’est pas question de financer des projets d’aubaine. » Globalement, ces investissements devraient générer des effets leviers et, en toute logique, élever l’investissement total à 60 millions d’euros.

Cette dotation compensatoire sera accompagnée d’ici peu par une mesure fiscale. Un arrêté, rétroactif au 1er janvier, devrait être pris pour classer Châlons en zone de revitalisation de défense. Ce classement permettra aux investisseurs qui décident de s’installer à Châlons d’être exonérés de charges durant cinq ans et de voir ses impôts allégés. Reste aujourd’hui à contractualiser le principe. Un travail étroitement réalisé avec la préfecture. Le plan de compensation devrait être bouclé le 17 juillet pour être signé courant septembre.

http://www.lunion.com/region/30-mill...e-ia0b0n487011



Fool
__________________

3locations liked this post
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old February 12th, 2015, 01:20 PM   #184
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Royaume de la Robertsau
Posts: 19,839
Likes (Received): 10238

Ils vont mettre combien de temps à arriver ces 30 millions ?
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old February 23rd, 2015, 11:15 PM   #185
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Quote:
Région > Marne > Reims
À Reims, l'appel d'offres qui lance«le projet urbain centre gare»

Rédaction en ligne

Central park, gare routière, Sernam… La ville vient de lancer un appel public à la concurrence concernant le grand « projet urbain du centre gare », réponse souhaitée avant le 18 mars…



http://www.lunion.com/402846/article...in-centre-gare


Quote:
Le grand projet urbain est lancé à Reims

Rédaction en ligne



Termes associés
Reims (Marne), Travaux
A lire aussi

Effervescence immobilière dans le quartier de la gare




La ville de Reims vient de lancer un appel d’offres concernant le « projet urbain centre gare », études, programmation urbaines et suivi opérationnel. Le but est l’aménagement du secteur centre gare. Cela passe par le Central park à la rémoise, la gare routière multimodale, le Sernam, le Boulingrin…

Les urbanistes ont jusqu’au 18 mars pour rendre leur copie. « On a besoin d’éléments professionnels pour prendre des décisions », confie-t-on à la mairie. Cela pourrait concerner par exemple l’avenir du projet privé Agora, ce grand hôtel notamment prévu à proximité de feu le grand musée du Boulingrin.

Toutes les infos à venir sur notre site...

http://www.lunion.com/402562/article...-lance-a-reims

Quote:
Bureaux, logements : le quartier situé derrière la gare est en effervescence

Rédaction en ligne

A l’arrière de la gare centrale de Reims, le quartier Clairmarais continue sa mutation (...)




Avant, c’était un terrain vague. Aujourd’hui, 130 entreprises s’y sont installées, les résidences poussent comme des champignons et de nombreux espaces de bureaux sont à louer. Un véritable quartier d’affaires a poussé. Si la crise a ralenti les constructions, les pelleteuses sont de retour. Six cents logements sont sortis de terre, 242 autres sont en projet.


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old March 5th, 2015, 11:21 AM   #186
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Qu'est-ce que c'est que cette blague ?


Ce conglomérat de villes ne peut former une seule métropole...c'est nimportequoi, d'autant plus que même comme ça, il n'atteint pas les seuils démographiques... enfumage sur ce nom de métropole à mon avis


Quote:



Publié le Jeudi 5 Mars 2015 à 08h50

Région > Marne
La métropole Reims-Chalons-Épernay adoptée par l'Assemblée grâce à Benoist Apparu

Frédéric Gouis

C’est un petit pas pour Reims, Chalons et Épernay. Reste à faire le grand pas de la création officielle une fois que les deux chambres du Parlement auront adopté cette disposition.




Benoist Apparu peut afficher un sourire, la métropole marnaise est entrée en Parlement.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le député-maire de Châlons Benoist Apparu (UMP)est parvenu à faire adopter, dans le cadre de la loi NOTRe qui réparti les compétences entre les collectivités, un amendement visant à créer cette nouvelle métropole.

Coprésenté par le député-maire (UMP) de Reims, Arnaud Robinet, et la député (UMP) et présidente de Reims Métropole, Catherine Vautrin, soutenu par le député (UDI) de la Marne Charles de Courson, cet amendement a été adopté contre l’avis du rapporteur de la loi NOTRe et contre l’avis de la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu.

Cependant, la métropole Reims-Châlons-Épernay va devoir être adoptée par le Sénat en seconde lecture puis à nouveau par l’Assemblée nationale lors du second passage du texte, avant de devenir réalité.

Néanmoins, Benoist Apparu et les députés marnais ont réussi à produire une discussion sur le devenir de l’ouest de la future grande région Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine.

Plus de détails à venir.



http://www.lunion.com/410183/article...-benoist-appar

Honnêtement si on parle bien du statut de métropoles qu'auront des villes de plus de 650 000 habitants dans leur AU, et que cela se confirme, c'est la porte ouverte à nimportequoi, bientôt Limoges, Perpignan, Auxerre, etc ? Franchement....




Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old March 5th, 2015, 11:58 AM   #187
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Plus de détails, et c'est bien ce que je pensais c'est vraiment nimportequoi,


Quote:

Vote surprise à l'Assemblée d'une métropole Reims-Châlons-Epernay

04 Mars 2015, 21h48 | MAJ : 04 Mars 2015, 21h48

L'Assemblée nationale a adopté mercredi soir, contre l'avis du gouvernement, un amendement d'élus UMP défendu par Benoist Apparu visant à élargir le nombre de métropoles en France au regroupement des intercommunalités de Reims, Châlons et Epernay.


Le vote surprise de cet amendement dans le projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) est intervenu quelques heures avant le début des discussions attendues sur la métropole du Grand Paris.
Alors que la région Champagne-Ardenne perd des habitants depuis trois recensements, la création de la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne va "probablement" pénaliser les villes de Reims/Châlons et Epernay, "coincées entre Paris et les pôles urbains de Strasbourg, Metz et Nancy", selon les signataires de l'amendement, Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne,Arnaud Robinet, maire de Reims, et Catherine Vautrin, présidente de la communauté d'agglomération de Reims Métropole.
Face à la perte par Châlons-en-Champagne (45.000 habitants) de "100% de ses effectifs militaires et (de) son statut de capitale régionale" -"400 ans d'histoire rayés de la carte en trois semaines", selon Benoist Apparu-, ces élus évoquent la volonté de fusionner trois ensembles urbains (Communauté d'Agglomérations de Châlons-en-Champagne et de Reims, communauté de communes d'Epernay) pour bâtir une intercommunalité de "352.463 habitants (la métropole de Brest compte 206 719 habitants)" et de la rendre plus puissante en l'élevant au rang de métropole.
"Au titre entre guillemets des compensations, nous demandons que vous puissiez accéder pour cette construction atypique à la demande de trois villes qui formeraient une métropole", a déclaré M. Apparu dans l'hémicycle.
L'amendement voté inclut donc comme condition pour l'accès au statut de métropole, le regroupement de plusieurs EPCI comprenant au moins deux pôles urbains.
Défavorable à la création d'une quatorzième métropole, le rapporteur Olivier Dussopt s'est néanmoins interrogé sur la structuration de cette aire urbaine "peut-être avec un statut différent des métropoles", car la "situation géographique, économique, pour l'aménagement du territoire de cette grande agglomération pose question" et "l'équilibre du territoire entre Paris et Strasbourg interroge".
Egalement opposée à l'amendement sur cette nouvelle métropole, au motif notamment d'une absence de continuité territoriale et de la faible intégration du regroupement des zones urbaines Reims, Châlons et Epernay, la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu a affiché le souci pour cette zone victime de "pertes d'emploi très rudes", notamment Châlons, de "chercher quelque chose" hors du statut de métropole pour que "cette entité fonctionne et ait une visibilité".


AFP

http://www.leparisien.fr/reims-51100...519884%2Cd.d24
Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old March 5th, 2015, 04:21 PM   #188
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Royaume de la Robertsau
Posts: 19,839
Likes (Received): 10238

Dans la plupart des cas, les métropoles sont issues de la transformation d'intercommunalités existantes, pas de regroupements d'intercommunalités (à part Aix-Marseille Métropole). Si on accepte ça pour Reims, alors plein d'autres villes pourraient devenir des métropoles en annexant des intercos situées à 30 ou 40 km.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old March 5th, 2015, 04:53 PM   #189
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Quote:
Originally Posted by RoccatArvo View Post
Dans la plupart des cas, les métropoles sont issues de la transformation d'intercommunalités existantes, pas de regroupements d'intercommunalités (à part Aix-Marseille Métropole). Si on accepte ça pour Reims, alors plein d'autres villes pourraient devenir des métropoles en annexant des intercos situées à 30 ou 40 km.

Oui c'est ouvrir une boite de pandore....

La plupart des métropoles comme tu dis sont issues par exemple de communautés urbaines dont la création date parfois d'il y a 50 ans...

Apparu se lache, il propose vraiment une solution de désespoir..


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old March 5th, 2015, 10:39 PM   #190
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Royaume de la Robertsau
Posts: 19,839
Likes (Received): 10238

De toute façon, même si Reims obtenait le statut de métropole, ça ne compenserait aucunement la perte des emplois militaires.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old March 5th, 2015, 10:46 PM   #191
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Quote:
Originally Posted by RoccatArvo View Post
De toute façon, même si Reims obtenait le statut de métropole, ça ne compenserait aucunement la perte des emplois militaires.

C'est évident, mais comme tu l'as écris sur l'autre forum, d'autres villes comme Besançon ou Mulhouse pourrait aussi se sentir léser, pourtant elles ne pleurnichent pas...



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old March 6th, 2015, 01:06 PM   #192
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Et voilà, le bon sens est revenu :


Quote:

Actualités
À la une

La métropole Reims-Châlons-Epernay votée à l'Assemblée a duré 24 heures

06 Mars 2015, 00h21 | MAJ : 06 Mars 2015, 00h21

L'Assemblée nationale est revenue jeudi soir sur un vote intervenu la veille, annulant ainsi la création potentielle d'une métropole Reims-Châlons-Epernay qui avait été défendue par Benoist Apparu (UMP).


A la fin de l'examen du projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) par les députés, le gouvernement a demandé une série de nouvelles délibérations notamment sur des articles ou amendements adoptés contre son avis.


La ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu a ainsi plaidé pour la suppression d'une disposition introduite par l'UMP et visant à élargir le nombre de métropoles en France au regroupement des intercommunalités de Reims, Châlons et Epernay.
Cela "crée une métropole à l'intérieur de laquelle il n'y a pas encore de compétences, pas de continuité géographique, il n'y pas non plus le nombre d'habitants", a déclaré la ministre, ajoutant que si la mesure "restait en l'état, ça permettrait de créer 15 nouvelles métropoles qui correspondent aux mêmes critères" en France. Or "c'était déjà complexe la création des métropoles".
Mme Lebranchu a assuré que l'Etat serait toutefois "présent sur cette zone géographique qui perd à la fois le siège du conseil régional (à Châlons-en-Champagne du fait de la réduction du nombre des régions, ndlr), après avoir perdu beaucoup d'emplois militaires".
L'article avait été adopté à la surprise générale mercredi soir, via un amendement signé par Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne, Arnaud Robinet, maire de Reims, et Catherine Vautrin, présidente de la communauté d'agglomération de Reims Métropole.
Pour l'UMP, Annie Genevard a demandé jeudi soir un "engagement du gouvernement à redéposer un dispositif plus abouti qui évite l'extension du statut de métropole d'une façon déraisonnable".

http://www.leparisien.fr/reims-51100...15-4580227.php



Fool
__________________

RoccatArvo liked this post
fool no está en línea   Reply With Quote
Old March 11th, 2015, 07:59 PM   #193
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

Quote:
Cap Regies
Reims : Un nouvel hippodrome à découvrir dimanche



Le 15 mars, l'hippodrome de Reims rouvre ses portes au public après un an et demi de travaux. Esthétiques, modernes et fonctionnels, les nouveaux équipements permettent de profiter pleinement d'un spectacle qui reste unique en son genre. Pour l'occasion, l'entrée est gratuite.






Conçu par l'architecte Claude Penloup, spécialiste du sujet, le nouveau bâtiment s'élance fièrement au milieu du quartier Croix-Rouge.
«C'est l'un des très rares champs de courses situés en plein cœur d'une ville», souligne Gilles Jeziorski, Président de la Société des courses, pour lequel cette réouverture revêt une saveur toute particulière.
Egalement Président de la Fédération de l'Est, du Conseil régional du trot et membre du conseil d'administration de la Fédération Nationale des Courses Françaises, ce fin connaisseur du monde hippique entretient en effet un rapport très particulier avec l'hippodrome rémois. «J'y ai résidé lorsque j'étais enfant, dans les années 70, car mon père était entraîneur professionnel. Et si les travaux de démolition et de reconstruction ont débuté à l'automne 2013, la réflexion a commencé plus de 10 ans auparavant».

Une reconstruction nécessaire

Edifié en 1973 , l'ancien hippodrome présentait dès 2005 des signes de vétusté qui le rendait incompatible avec une rénovation. De plus, sa conception ne correspondait plus aux attentes du public, avec des gradins spartiates, une salle des paris reléguée sous les gradins et sans vue sur la piste, et une absence totale d'accès handicapés.
En juin 2013, la Ville de Reims accepte de signer un bail emphytéotique de 30 ans à la Société des courses. Une étape décisive, car elle permet la démolition des anciennes structures et le lancement du chantier de construction. Coût de l'opération : 4 millions d'euros.

Un spectacle pour tous

Le cahier des charges du nouvel hippodrome peut se résumer en deux mots : confort et visibilité. «Nous avons soigné tout ce qui concerne l'accueil du public au sens large», précise Gilles Jeziorski. «Car les courses hippiques constituent d'abord un spectacle».
Dans le détail, de nouvelles lices blanches entourent la piste d'une longueur de 1200 mètres, dont le sol en mâchefer a été remplacé par du sable. Les nouvelles tribunes peuvent accueillir 1000 personnes.

Vue imprenable sur les courses

«L'hippodrome de Reims est désormais l'un des seuls à offrir un hall des paris avec vue imprenable sur les courses, à côté d' un bar-restaurant panoramique de 150 couverts et de salles VIP pour nos partenaires et les propriétaires. L'ensemble des équipements a été mis aux normes d'accessibilité. 4 ascenseurs ont été installés. 3 étages sont réservés aux commissaires de courses, aux techniciens et aux équipes de télévision. Au rez-de-chaussée, on trouve les bureaux, une régie HD, la salle de pesée, et les vestiaires des drivers, des jockeys et des cavalières».
Côté écuries, 44 boxes et une cinquantaine de stalles ont été remis à neuf. Les sols des parties accessibles au public ont quant à eux été macadamisés.
A noter enfin que le prix d'entrée reste inchangé par rapport à 2013 (2, 50 € en période basse, 5 € d'avril à septembre). Le 15 mars, l'accès sera même gratuit, pour le coup d'envoi d'une saison au programme très riche.

Une tradition rémoise

«De la 2ème moitié du 19ème siècle à la 1ère guerre mondiale, beaucoup de courses étaient organisées dans le Nord-Est de la France», raconte Gilles Jeziorski. «Les garnisons étaient nombreuses, notamment la cavalerie. Pour se distraire, les militaires se lançaient souvent des défis, ce qui a donné naissance aux paris sur les chevaux. A Reims, la 1ère compétition remonte à 1887, mais jusqu'en 1914, le plus important site hippique champardennais se trouvait à Oiry, près d'Epernay».
Il faudra attendre 1953 pour que la Cité des sacres se dote d'un hippodrome digne de son statut de capitale régionale. Sa piste en herbe accueille alors des courses de trot, de plat et d'obstacles. En 1973, un nouveau bâtiment est inauguré. L'hippodrome rémois est l'un des premiers à créer des courses en nocturne, grâce à l'électrification des pistes, toujours d'actualité.

Un budget de 4 millions

Sur les 4 millions d'euros nécessaires à la reconstruction de l'hippodrome, seuls 100 000 euros proviennent d'une subvention accordée par le Conseil général de la Marne.
La Fédération Nationale des Courses Françaises a quant à elle versé 1 million 250 000 euros. La Société des courses rémoise a financé le reste, avec un emprunt de 2 millions et ses fonds propres.
6ème hippodrome de France pour l'organisation de réunions premium, Reims réalise chaque année un chiffre d'affaires de 53 millions d'euros sur les courses nationales, et 700 000 euros sont collectés sur l'hippodrome.

12 réunions nationales en 2015

D'ici novembre, 17 courses sont programmées sur l'hippodrome, dont 12 réunions « premium » et 5 réunions régionales. Plusieurs événements viendront également ponctuer la saison.
L'inauguration officielle est prévue le 17 juin, avec notamment une épreuve du Grand National du Trot, autrement dit le quinté du jour.
Dans la foulée, la Fête de l'hippodrome se déroulera le 27 juin. Près de 4000 fidèles sont attendus à partir de 16h30, pour de nombreuses animations gratuites autour du cheval, par exemple des baptêmes de poney, des promenades en calèche, des baptêmes de sulky à deux places, un spectacle équestre sur le thème de la chevalerie, sans oublier un bœuf grillé. 7 courses se dérouleront en nocturne, suivies d'un feu d'artifice.
Avant cela, le 19 avril, la journée Roseau permettra d'aider cette association rémoise qui aide les enfants atteints de leucémie. Les entrées lui seront reversées, et des appels aux dons seront lancés. Six petits malades et leurs familles seront également accueillies en VIP, avec une visite de l'hippodrome, un déjeuner au restaurant panoramique et une course entre sulkys à deux places, avec des cadeaux pour chaque participant.


http://www.lunion.com/414547/article...uvrir-dimanche


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old April 15th, 2015, 08:44 AM   #194
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,193
Likes (Received): 3490

ça sent mauvais pour ce petit aéroport :


Quote:

Publié le Mercredi 15 Avril 2015 à 07h37

Accueil (lunion.com)
Les vols low-cost à l'aéroport de Vatry ont du plomb dans l'aile

Frédéric Gouis

Plus de 350 000 passagers ont foulé le tarmac de l’aéroport de Vatry (Marne) depuis juin 2010. Grâce aux vols low-cost. Et aux collectivités. La diminution du montant des aides financières de ces dernières, notamment celle de la Région Champagne-Ardenne qui stoppe le financement de cette activité, pourrait mettre en péril l’avenir de ces programmes dès l’automne.



Christian Lantenois

Cette année, Ryanair a réduit son programme de vols à Vatry en raison de la baisse des financements.

C’est toute une mécanique que vient remettre en cause la Région. Le trafic passagers de Vatry, quasi exclusivement généré par les compagnies low-cost Ryanair et Jetairfly, s’est construit depuis cinq ans sur des « aides au démarrage de ligne » et le financement « d’opérations de communication ». En 2011, un budget de 4,4 millions y avait été consacré, abondé largement par le conseil général de la Marne et le conseil régional de Champagne-Ardenne (1,7 million chacun), mais aussi l’agglomération de Châlons, les CCI de Reims-Epernay et de Châlons-Vitry-le-François. Depuis, ce budget fond au fur et à mesure que la pression d’élus s’affermit contre ce système




http://www.lunion.com/442407/article...mb-dans-l-aile

sinon ils annoncent un deuxième beurkeur king en banlieue rémoise, wooo...



ah et peut-être à nouveau un teknival à Reims, l'année dernière, il a rassemblé pas loin de 50 000 visiteurs. C'est beaucoup.




Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old November 5th, 2016, 01:04 AM   #195
Captain5193
Registered User
 
Join Date: Nov 2011
Posts: 448
Likes (Received): 216

En tout cas une chose est sur la gare tgv à Bezannes a vraiment permis à Bezannes de se développer. Dire qu'il y a 10 ans des champs séparaient Bezannes de Reims.

Le leclerc Champfleury ils auraient dû le mettre sur Bezannes proche de la gare tgv.
__________________

RoccatArvo liked this post
Captain5193 no está en línea   Reply With Quote
Old November 5th, 2016, 01:11 AM   #196
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Royaume de la Robertsau
Posts: 19,839
Likes (Received): 10238

Quote:
Originally Posted by Captain5193 View Post
En tout cas une chose est sur la gare tgv à Bezannes a vraiment permis à Bezannes de se développer. Dire qu'il y a 10 ans des champs séparaient Bezannes de Reims.
Au moins, ici, l'erreur n'a pas été faite de mettre la gare TGV en dehors de l'agglomération. Même si elle n'est pas connectée au réseau TER, il y a quand même le tram. Comme ça reste en milieu urbain et qu'il y a un moyen de transport en commun régulier, ça reste accessible, c'est pas comme les stupidités comme la gare Lorraine TGV ou TGV Haute-Picardie.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old November 5th, 2016, 12:42 PM   #197
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,550
Likes (Received): 7909

Quote:
Originally Posted by RoccatArvo View Post
Au moins, ici, l'erreur n'a pas été faite de mettre la gare TGV en dehors de l'agglomération. Même si elle n'est pas connectée au réseau TER, il y a quand même le tram. Comme ça reste en milieu urbain et qu'il y a un moyen de transport en commun régulier, ça reste accessible, c'est pas comme les stupidités comme la gare Lorraine TGV ou TGV Haute-Picardie.
Raté Roccat, il y a bien un TER qui stationne à l'arrivée des TGV qui s'arrêtent dans cette gare .
3locations está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 5th, 2016, 01:45 PM   #198
villers
Registered User
 
Join Date: Mar 2016
Location: Villers Placieux
Posts: 54
Likes (Received): 37

J'ai pris sur wikipedia, pas la peine de dire que c'est du n'importe quoi, la phrase qui tue

Création de la Communauté Urbaine du Grand Reims 2017[modifier | modifier le code]
Le schéma départemental de coopération intercommunale du 30 mars 2016 15 prévoit le regroupement de 144 communes dans cette nouvelle communauté urbaine, qui comptera alors 298 046 habitants, faisant de cette intercommunalité la deuxième de la nouvelle région, derrière celle de Strasbourg. Elle sera constituée par fusion-extension englobant les EPCI suivants :
Communauté de communes de la Vallée de la Suippe
Communauté de communes des Rives de la Suippe
Communauté de communes de Beine-Bourgogne
Communauté de communes du Nord Champenois
Communauté de communes Fismes Ardre et Vesle
Communauté de communes Champagne Vesle
Communauté de communes Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims
plus 18 des communes de la Communauté de communes Ardre et Châtillonnais (essentiellement issues de l'ancienne Communauté de communes Ardre et Tardenois) :
Anthenay
Aougny
Bligny
Brouillet
Chambrecy
Chaumuzy
Cuisles
Jonquery
Lagery
Lhéry
Marfaux
Olizy
Poilly
Pourcy
Romigny
Sarcy
Tramery
Ville-en-Tardenois
__________________

RoccatArvo liked this post
villers no está en línea   Reply With Quote
Old November 5th, 2016, 02:06 PM   #199
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,550
Likes (Received): 7909

C'est la gestion de la politique métropolitaine qui risque de devenir difficile car les priorités des communes rurales ne coïncident pas avec les politiques du pôle urbain ...
3locations está en línea ahora   Reply With Quote
Old November 5th, 2016, 02:58 PM   #200
Captain5193
Registered User
 
Join Date: Nov 2011
Posts: 448
Likes (Received): 216

En regardant la configuration du réseau autoroutier sur Reims je me demande toujours pourquoi la Mairie n'a pas soumise l'idée de faire un " périphérique " .

Il suffirait de relier directement le boulevard des tondeurs à l'A34 et de rendre gratuit l'Autoroute A4 de cormontreuil à Tinqueux.
Captain5193 no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Tags
france

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 06:54 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us