Reims - Actu urbaine & architecturale - Page 7 - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Forum Gratte-ciel Français > Actualité des villes > France


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 9 votes, 5.00 average.
Old June 9th, 2014, 09:53 PM   #121
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487



Intéressant...

Quote:

Région
À Reims, le Picard n’est pas roi

Publié le 07/06/2014

Courrier picard
Réactions (5)


La fusion annoncée de la Picardie avec la Champagne-Ardenne a surpris tout le monde. À Reims, les clichés sur les voisins picards sont tenaces.
A Amiens comme à Reims (photo), le mariage entre Picardie et Champagne-Ardenne fait débat.

Imprimer
- A +

reportage

Dans la « cité des sacres », la Picardie est loin d’être reine. À Reims (Marne), plus grande ville de Champagne-Ardenne située à 1 h 30 de voiture d’Amiens, le mariage annoncé avec la Picardie est loin de susciter un enthousiasme débordant. « On n’a rien contre les Picards, mais je ne vois pas bien ce que nous avons en commun, s’interroge Driss Mesbahi, vendeur de journaux sur la place d’Erlon, au cœur du centre-ville. Faire un mariage, oui, mais pour cela il faut que les deux parties en profitent. De ce que je sais, nous sommes un peu plus riches que les Picards, et nous n’aurons pas grand-chose à espérer de ce rapprochement. »

La région Champagne-Ardenne, il est vrai, possède un PIB par habitant (27 520 euros) plus élevé que celui de la Picardie (22 900 euros).

Et dans cette ville de 184 000 habitants, où les tramways aux lignes futuristes glissent au pied des immeubles de pierre blanche, la richesse relative de la cité se voit effectivement à l’œil nu. Ce beau centre-ville aux maisons cossues et aux boutiques raffinées ne sent pas pour autant le fric et l’opulence. Mais ça pétille.

Chacun chez soi

Et vu d’ici, la Picardie résonne souvent comme une région en crise, pauvre et sans beaucoup d’autres reliefs que les champs de betterave. « Vous avez les betteraves, nous avons le Champagne, résume Michel, chauffeur de taxi hostile à cette fusion « contre-nature ». Que chacun reste chez soi et les vaches seront bien gardées. »

Le taxi de la Marne est taquin. Mais il est vrai que notre micro-trottoir réalisé dans la ville des sacres sent bon les clichés. La Picardie ? « Des ficelles. » Mais encore ? « Des betteraves ». Sinon ? « Du chômage et de la pluie. » Ah. « Ce n’est pas pour rien si Ikea est venu s’implanter ici et pas chez vous, enfonce un peu plus Stéphanie Calmet, infirmière rencontrée à l’entrée de l’enseigne de meubles suèdoise. Ici, nous avons tout ce qu’il faut, à quoi bon fusionner. »

Pas peu fière, la Marnaise, avec son armoire en kit sous le bras.

Au pied des hautes tours de la cathédrale Notre-Dame de Reims, Bruno Estenevin est davantage mesuré. Ce caviste, ancien délégué syndical dans une grande maison de champagne, n’a absolument rien contre la Picardie, bien que les bulles picardes n’ont pas encore trouvé de place sur ses étalages. « Le problème, ce n’est pas la Picardie mais l’escroquerie de la démarche, assène le commerçant. Le pire, c’est que nous aurons moins d’élus mais autant d’argent dépensé. »

« Le champagne, c’est un peu l’arbre qui cache la forêt »

Un peu plus loin, derrière le comptoir de son bar PMU, Francis Houdellette est assez de cet avis. « On veut nous faire croire que tout ira mieux, qu’on va faire des économies par ce qu’on va rapprocher deux régions. Ben voyons. »

Le cafetier, néanmoins, relativise la supposée richesse de la Marne. « Le champagne, c’est un peu l’arbre qui cache la forêt, ils ont cassé toutes les industries, il n’y a plus rien, et le plus gros employeur, ici, c’est la Ville. Il y a peut-être d’autres urgences que de fusionner des régions. »

FABRICE JULIEN

http://www.courrier-picard.fr/region...i-ia0b0n384874
Quote:

Région > Région en direct
REIMS (51). Ouverture d'un Starbucks à la française

Publié le 06/06/2014

Par L'union-L'Ardennais
Réagir



La première chaine française d’expresso bar Columbus Café & Co se prépare à poser ses percolateurs à Reims. La franchise, qui compte plus de cinquante boutiques en France et à l'étranger, ouvrira rue de Vesle, en face de l'opéra.http://www.lunion.presse.fr/region/r...ia231b0n359159

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old June 13th, 2014, 12:22 AM   #122
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Hé bé....


Quote:

Accueil
Fusion des régions : la Champagne picarde existe déjà


Publié le 12/06/2014

Par Jean-Michel François


NOTRE REGION. Paroles d’Axonais vivant en bordure de Marne. Beaucoup de ceux que nous avons interrogés viennent d’ailleurs et approuvent le rapprochement annoncé des régions. Mais pas tous.
Anne, Mégane, Nicolas, Didier, Anaïs, Jean-Luc et Hélène ont donné leur avis sur ce rapprochement envisagé.

Mégane et Nicolas font partie de cette population importante qui travaille à Reims mais qui habite à quelques dizaines de kilomètres. Parfois dans les Ardennes, souvent dans l’Aisne. Il suffit de regarder les flots de circulation aux sorties de la ville les fins d’après-midi pour s’en convaincre. Ce jeune couple, qui vivait auparavant dans le quartier rémois Val de Murigny, a choisi Aguilcourt, dans l’Aisne, à une vingtaine de kilomètres au nord de la cité des sacres. Nicolas travaille dans le bâtiment, Mégane dans une crèche. « Ma mère habite ici », explique la jeune femme, comme une justification. Lui, roule quotidiennement à scooter, elle en voiture. « Et il y a le train à Aguilcourt ! Nous avons acheté notre maison, avec jardin, 110 000 €. À Reims, il aurait fallu payer le double. » Ils voient plutôt d’un bon œil la fusion des deux régions, surtout pour les problèmes administratifs qu’ils doivent régler dans l’Aisne. « Pour la CAF, c’est Soissons », avance Mégane.

Quelques centaines de mètres plus loin, Marcelle, 86 ans et veuve, soigne son jardin. « Il paraît qu’on est en Picardie ici… J’ai un appartement à Reims et je ne vais jamais à Laon. Évidemment, on paye nos impôts dans l’Aisne, mais je suis Champenoise ! »

À Bazoches-sur-Vesle, premier village axonais sur la route de Soissons, après Fismes, à une bonne trentaine de kilomètres de Reims, Thierry est originaire de… Nantes. Lui aussi s’est installé dans l’Aisne en 2002, un peu par hasard et surtout par intérêt financier. « Nous cherchions une maison pas trop chère, pour cela, il faut dépasser Fismes. » Il travaillait avant à la BA 112 et exerce aujourd’hui sa profession de pâtissier à la Sodexo, à la Maison des agriculteurs de Reims. Pour le petit commerce, il préfère Soissons. « Parce qu’il y a les mêmes magasins qu’à Reims et qu’on s’y gare mieux. » Mais il passe dans un hypermarché rémois pour le gros ravitaillement. Il préfère se rapprocher de la Champagne-Ardenne plutôt que du Nord-Pas-de-Calais. « C’est plus prestigieux. Les Ch’tis sont bien gentils, Lille est une belle ville, et après ? »

Au bar-tabac de l’hôtel de ville, à Braine, qui compte 2 200 habitants, le serveur se montre totalement désintéressé par la question de la fusion. « Ça va changer quoi ? » Parmi la clientèle, Vincent dit avoir quitté Paris parce qu’il en avait ras-le-bol. Jean-Jacques, lui, est originaire de Reims, mais est également Picard par sa grand-mère. « Ah ! La Haute-Marne fait aussi partie de la Champagne-Ardenne ? Je n’y avais pas pensé, à celle-là », dit ce dernier. Qu’importe, les deux hommes préfèrent la Champagne-Ardenne. Entre autres arguments, pour des raisons de santé : « S’il faut se rendre aux urgences, Reims c’est mieux que Soissons. »

À Guignicourt, un bourg de 2 200 habitants, Didier, le gérant du camping « Au bord de l’Aisne » n’a pas de préférence, pourvu que « les choses soient plus simples au niveau de l’administration. » Il n’est pas Picard dans l’âme. « Je suis de Dijon et ma femme du midi. » Cet ancien militaire ne manque pas de philosophie : « La tradition picarde existera toujours, ce qui fait une région, ce sont les gens qui vivent dedans. »

Séparer l’Aisne en deux ?

En pleine récolte de framboises destinées à l’entreprise « Les Fruits rouges de l’Aisne », Anne, à Variscourt (nord de Reims) aurait préféré que la réforme s’attaque d’abord à la suppression des conseils généraux. Ce qu’elle réclame avant tout, c’est de la souplesse administrative pour pouvoir effectuer les démarches au plus près de ses besoins. « Les limites, ça ne veut rien dire. » Sur le fond de la fusion, elle qui est née à Reims, se déclare « ni pour, ni contre » et doute que ça change quelque chose.

Même voeu de la part de Jean-Luc et Hélène, fleuristes à Guignicourt. « Pour le RSI (Régime social des indépendants), je suis obligé de me déplacer à Amiens. J’ai déjà demandé à le faire sur Reims, mais ce n’est pas possible. » Ce couple sur le point de partir à la retraite après 23 ans passés ici, se dit favorable aux grosses régions.

« Nous nous sentons davantage Champardennais que Picards. » Mais sur le cas de l’Aisne, dont ni lui (de Bordeaux) ni elle (de Reims) ne sont originaires, il pense qu’il faudrait « la couper en deux à partir de Laon. »http://www.lunion.presse.fr/accueil/...a-ia0b0n361862

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old June 16th, 2014, 12:17 PM   #123
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:
Reims inaugure son nouveau skatepark

Après 9 mois de travaux et 750 000 euros investis, les amateurs de skate, roller, BMX et trottinette vont pouvoir profiter de la toute nouvelle installation au coeur du parc Léo Lagrange de Reims. Plus de 2000 mètres carrés entièrement consacrés aux sports de glisse.
Mis à jour le 15/06/2014
http://champagne-ardenne.france3.fr/

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old June 18th, 2014, 12:57 AM   #124
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Royaume de la Robertsau
Posts: 19,806
Likes (Received): 10210

Le lien ne marche pas, ça pointe sur la page d'accueil et non pas sur la page du reportage.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old June 18th, 2014, 09:01 AM   #125
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:
Originally Posted by RoccatArvo View Post
Le lien ne marche pas, ça pointe sur la page d'accueil et non pas sur la page du reportage.



Mince, trop dur. C'est la vie,




Quote:

Région > Départements > Marne > Reims
Le conseil vote la démolition du Nautilud


Publié le 17/06/2014

Par ANNE DESPAGNE

REIMS (51). La majorité a adopté, hier soir, le principe de la déconstruction de l’ancien complexe sportif. La gauche s’est abstenue, demandant davantage de précisions sur la suite.
La mobilisation de certains Rémois pour réclamer le maintien du bâtiment n’aura pas fait le poids.Hervé Oudin
La démolition du Nautilud est actée. Ainsi en ont décidé les conseillers municipaux, hier soir. La majorité a voté pour, l’intergroupe de gauche s’est abstenu, souhaitant obtenir des engagements plus précis de la part du maire quant à la suite.

Le maire Arnaud Robinet (UMP) a rappelé les données de ce sujet qui a largement alimenté les débats pendant la campagne des municipales et qui continue à soulever des questions parmi les habitants. Les diagnostics, expertises et contrôles qui se sont succédé depuis la fin octobre, date de la décision de fermeture prise par Adeline Hazan, sont tous allés dans le même sens. La destruction de l’établissement situé au 41 de la chaussée Bocquaine est nécessaire. Le coût de ce chantier est évalué à 1,4 million d’euros, a précisé M. Robinet. « Je comprends l’attachement et l’émotion de certains Rémois. Moi aussi, j’y ai appris à nager, à patiner... Mais il est impossible de réhabiliter le site ou de reconstruire au même endroit. Il faudrait reprendre même les sols. Cela reviendrait beaucoup plus cher que de rebâtir du neuf, ailleurs », a souligné le maire.

Éric Quénard (PS) a souhaité obtenir des éclaircissements sur trois points : le calendrier et le coût de la patinoire provisoire, la destination du site actuel et la future piscine. Le Nautilud restera-t-il un parking, comme évoqué par Arnaud Robinet ? « Mettez fin aux rumeurs, a enjoint le conseiller d’opposition. Dites-nous si le projet de nouveau centre nautique sera porté par la Ville ou par la Métropole. Durant la campagne, vous aviez indiqué que vous souhaitiez que la commune seule mène ce projet ».

L’appel d’offres pour l’installation de la patinoire provisoire a été lancé, a confirmé le maire. Elle pourrait être opérationnelle dans le courant du mois de décembre, avec un accueil de 700 personnes dans les gradins.

Quant à savoir si le projet de centre nautique demeurera municipal ou deviendra communautaire, Arnaud Robinet a donné un premier élément d’appréciation : une série de rencontres sera menée avec les clubs concernés, les personnels, les services, les élus, un panel d’usagers et les maires de l’agglomération. Ces derniers, réunis récemment en bureau, ont été informés et consultés.
http://www.lunion.presse.fr/region/l...-ia3b24n364289



Fool

Last edited by fool; June 18th, 2014 at 09:31 AM.
fool no está en línea   Reply With Quote
Old June 20th, 2014, 01:24 AM   #126
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:

Région > Région en direct
REIMS (51). Le futur complexe sportif sera implanté au Sernam


Publié le 19/06/2014

Par L'union-L'Ardennais
Réagir
Share on rss



sernam.jpg

REIMS (51). Arnaud Robinet le confirme officiellement : le nouveau complexe sportif, qui remplacera le Nautilud, verra le jour sur le site du Sernam. Le maire de Reims a réuni, ce jeudi 19 juin dans son bureau, les représentants de Réseau ferré de France (RFF), de la SNCF et les investisseurs qui planchent depuis six ans sur la reconversion de la friche, située à une centaine de mètres à vol d’oiseau des halles du Boulingrin. L’élu UMP détaille le dossier : « Le projet initial de développement commercial est stoppé. Nous revoyons les choses, en accord avec tous les partenaires et avec la volonté commune d’avancer vite. D’ici quatre ans, il y aura à cet endroit une piscine olympique, une fosse de plongée et des bassins ludiques. Mais aussi une patinoire sportive et une autre publique, transformable pour d’autres événements. »

Arnaud Robinet se dit en outre « pas opposé » à la construction d’un hôtel, comme envisagé, ni « opposé » au transfert du cinéma Gaumont. Il se dit en revanche « totalement opposé » à l’implantation d’une grande surface commerciale, quelle qu’elle soit. Objectif revendiqué : faire de cet espace (de 7 hectares au total) une vaste zone de loisirs, de détente et de vie.

Plus de détails à lire dans nos éditions de demain.

http://www.lunion.presse.fr/region/r...ia231b0n365273

Sur la photo on voit bien le site de la sernam qui est l'espace à droite avec les hangars. Cet endroit est à la croisée de plusieurs quartiers avec une ligne de tram à côté, l'empacement est bien choisi. Il y avait avant un projet immobilier assez imposant, mais réellement infame, et donc cette annonce est plutôt un bon choix. J'imagine.

Maintenant ils leur restent à choisir un emplacement pour leur Arena. Je la verrais bien justement à la place du Nautilud qui sera rasé, juste à côté du parc et du stade Delaune.


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old June 22nd, 2014, 05:05 AM   #127
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:

Reims : un nouveau complexe aqualudique sur le site de la SERNAM


La ville de Reims souhaite que le nouveau complexe aqualudique, sportif et polyvalent de Reims voit le jour d’ici 4 ans sur l’ancien site de la SERNAM.

LG
Publié le 21/06/2014 | 12:02, mis à jour le 21/06/2014 | 12:18



Cette construction remplacera le Nautilud fermé en octobre 2013 (piscine olympique et patinoire). Selon Arnaud Robinet, maire de Reims, c’est l’occasion de « dessiner, aux portes du centre-ville et en entrée du faubourg Laon-Zola, un véritable centre de vie, tourné vers le loisir ».
Pour la mairie, le site est un emplacement de choix, à deux pas du centre-ville, de la gare de TGV Reims Centre, le long de la ligne de tramway et à proximité des Promenades.

Cette installation comprendrait une piscine, une fosse de plongée, une partie ludique et une patinoire. Il sera aussi polyvalent afin d’accueillir de grands événements.

Ce projet à l’enjeu majeur de redynamiser le secteur et l’avenue de Laon toute proche, sans nuire au marché des Halles du Boulingrin. Le souhait d’Arnaud Robinet est qu’il n’y ait pas de grande surface sur le site.

L’objectif pour Reims est de voir ce complexe sortir de terre d’ici 4 ans.

Un marché public pour l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) a ainsi déjà été lancé pour les études préalables, dont les premiers résultats seront connus d’ici à septembre 2014. D’ici là, la Ville avancera sur le devenir du site de la SERNAM avec les acteurs concernés : RFF, la SNCF et les promoteurs.
La prochaine réunion est d’ailleurs fixée au mois de juillet où les acteurs du dossier se pencheront alors sur le plan-masse du site.

Reims
urbanisme

http://france3-regions.francetvinfo....am-503351.html

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old June 25th, 2014, 10:15 AM   #128
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:
société > reims Equipement culturel publié le jeudi 19 juin
Tinqueux dévoile son « Carré Blanc »


C'est samedi matin que sera officiellement inauguré le nouvel équipement culturel de la ville de Tinqueux baptisé le Carré Blanc. Le grand public est invité à découvrir ce lieu pluridisciplinaire l'après-midi, à l'occasion de portes ouvertes artistiques. Visite en avant-première.








L'équipement accueille notamment une très jolie médiathèque. (© DR)

Ce samedi 21 juin, le « Carré Blanc » ouvre ses portes au public. (© l'Hebdo du Vendredi)

« A Tinqueux, chaque bébé reçoit dès sa naissance un passeport culturel. Puis dès la maternelle, chaque enfant est invité à participer à un atelier de création pour l'inciter à goûter à la culture qui est très présente dans la ville avec notamment le Centre de création pour l'enfance, , indique Béatrice Beauvois-Faillon, chargée de communication à la ville de Tinqueux. Avec le Carré Blanc, le maire a donc décidé d'aller encore plus loin et de regrouper toutes ces structures dans un nouvel équipement afin de leur offrir plus de visibilité et d'en démocratiser encore davantage l'accès particulièrement en direction des enfants. »
Un investissement de 20 millions d'euros

Clairement, avec l'inauguration de son Carré Blanc, la cité aquatintienne fait un pas de géant. Consacré à la diffusion, la création et la médiation dans les domaines du spectacle vivant, du livre et de l’art visuel, ce projet est sans doute l'investissement le plus ambitieux de l'histoire de la commune et donc forcément le plus lourd financièrement : près de 20 millions d'euros ont ainsi été investis dans cet immense vaisseau de verre et de béton réalisé par l'architecte Jean Dubus. D'une surface de 7 500 m2, le Carré Blanc abrite dans ses murs une école, une médiathèque, un hall d'exposition et une salle de spectacle. L'école, qui accueille des élèves de classes maternelles et primaires, a ouvert dès la rentrée 2013, remplaçant celle de Beauséjour. Située sur l'emplacement occupé par le nouvel équipement, une partie de l'ancienne école a donc déjà été démolie, tandis qu'une seconde est en cours de destruction afin de laisser la place à 87 logements et 8 cellules commerciales. Avec son déménagement, la médiathèque quant à elle triple de volume. Son confort est évidemment accru, bénéficiant de multiples espaces de lecture particulièrement spacieux et colorés, le tout baigné d'une très agréable lumière naturelle. La salle de spectacle, et son bar attenant, qui accueillera toutes sortes de manifestations, y compris privées, possède une capacité de 300 places assises. Quant au hall d'exposition, il porte bien son nom puisque les murs brillent par leur absence. Totalement modulable, il permettra d'organiser toutes sortes d'événements dont les scolaires seront les visiteurs privilégiés. Leurs parents, eux, ainsi que les curieux de tout poil, sont invités à découvrir le « Carré Blanc » lors de portes ouvertes organisées ce samedi 21 juin de 14h à 18h. Pour l'occasion, la mairie de Tinqueux a mis les petits plats dans les grands avec des visites guidées artistiques. Marionnettistes, conteurs et autres jongleurs animeront les lieux, tandis que des concerts et des ateliers pour enfants seront proposés sur les deux esplanades attenantes. Et dès 19h30, les réjouissances se poursuivront au pied du Carré Blanc avec la fête de la musique.
Julien Debant

http://www.lhebdoduvendredi.com/arti...e_blanc_%C2%BB

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old June 27th, 2014, 06:14 PM   #129
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:


économie > reims Agro-ressources publié le lundi 23 juin
Un centre d'excellence, future vitrine en biotechnologies blanches









La première pierre de la structure, dont l'ouverture est prévue pour la fin 2015 sur le site de Pomacle-Bazancourt, a été posée vendredi dernier. A terme, le centre devrait accueillir l'École Centrale Paris, AgroParisTech, NEOMA Business School et l'Université de Reims.
+ [Le chantier du futur centre d'excellence en biotechnologies blanches devrait ouvrir ses portes d'ici à la fin 2015.] [Le projet est largement soutenu par les élus locaux, Reims Métropole, conseils régional et général en tête.]

Le projet est largement soutenu par les élus locaux, Reims Métropole, conseils régional et général en tête.


« L'arrivée des grandes écoles directement sur le site, c'est pour notre territoire, en particulier en ce qui concerne son savoir-faire dans les agro-ressources, une visibilité européenne et même internationale accrue. » Par ces mots, Yannick Kerharo, maire de Bazancourt, résume l'enjeu que représente ce Centre d'Excellence en Biotechnologies Blanches (CEBB), qui s'installera donc au milieu d'ARD, Futurol, Cristal Union ou encore Soliance. « Avec cet institut, l'idée, c'est aussi de créer une dynamique entre les écoles, les industries et les collectivités », complète Olivier de Bohan, président de Cristal Union.
Soutenu par les Conseils régional, général et par Reims Métropole, le projet consiste en la construction d'un bâtiment de 2 400 m2, constitué d'une halle technique, de laboratoires et de bureaux. Prévu pour accueillir une quarantaine de chercheurs et doctorants, il comportera trois plateaux techniques qui seront mis à la disposition des start-up qui pourront naître de la collaboration des différentes chaires. Sur place, cette vitrine du pôle de recherche et d'enseignement supérieur offrira aux chercheurs et ingénieurs (entre autres) trois champs d'investigation majeurs : les biocarburants de 2e génération, les agro-matériaux et les biomolécules (comme les synthons pour la chimie verte, la cosmétologie, la pharmacie...). « L'équipe du centre travaillera au développement de nouveaux procédés fondés sur les biotechnologies permettant de valoriser la biomasse », souligne Dominique Dutartre, président du pôle IAR (Industries Agro-Ressources). En ce sens, les activités du CEBB concerneront la recherche scientifique (productions de publications et de brevets) et l'enseignement pour les élèves des écoles qui s'y implanteront.
Et si certains doutent encore de l'intérêt d'un tel institut et de l'utilité même du pôle IAR, le président de région, Jean-Paul Bachy, est là pour « recadrer » les sceptiques : « Il faut bien comprendre qu'aujourd'hui, les biotechnologies blanches sont au cœur des perspectives de développement du territoire champardennais. Aussi, ce site est un appui majeur pour nous car on travaille sur des enjeux mondiaux tout en créant de l'emploi et en favorisant l'innovation. » Les futurs étudiants du CEBB sont prévenus : « D'une certaine manière, c'est un peu l'indépendance énergétique qui est en jeu ici », conclue Jean-Paul Bachy.
Aymeric Henniaux



http://www.lhebdoduvendredi.com/arti...ogies_blanches

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old July 1st, 2014, 09:11 AM   #130
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

J'apprends par le biais de cet article daté d'aujourd'hui qu'il y a donc 27 000 étudiants à Reims, je ne pensais pas qu'ils étaient autant..

Quote:

Accueil

La course au logement étudiant

Publié le 30/06/2014 - Mis à jour le 30/06/2014 à 16:36

Par De notre correspondant Yvann Rigaux


REIMS (51). À peine les examens terminés, la plupart des 27.000 étudiants rémois sont déjà à la recherche d’un logement pour leur rentrée. Quelques conseils pour s’y retrouver.http://www.lunion.presse.fr/accueil/...t-ia0b0n371037



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old July 8th, 2014, 01:35 PM   #131
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:

Région > Départements > Marne > Reims
Une mairie moderne en 2015 à Taissy


Publié le 07/07/2014

Par L'union-L'Ardennais
Réagir
Share on rss


TAISSY (51). Faire de la jonction d’une aile neuve et d’une mairie ancienne un ensemble cohérent : les architectes ont relevé le défi.


Dans l'extension, la salle des mariages, largement ouverte sur la ville.

Construite en 1923, pour une population de 200 Taissotins, la mairie avait besoin d’une transformation : actuellement, la commune compte 2256 âmes. Des travaux devenus indispensables, comme l’a expliqué le maire, Patrice Barrier : « Il n’y avait pas d’accès handicapés, aussi bien par l’entrée principale que vers le premier étage ». L’objectif est aussi de permettre un accueil dans de bonnes conditions de confidentialité, avec salle d’attente, et bureaux en nombre suffisant. Il manquait aussi une vraie belle salle de mariages. Désormais multifonctions, donnant directement sur la place centrale du village, la mairie pourra se transformer en lieu d’expositions, de conférences, ouvert au public. Devançant les critiques de quelques-uns qui trouvent le projet « surdimensionné », le maire ajoute que « cette mairie servira le présent, mais est aussi conçue pour les générations futures ».

Frédéric Coqueret et Céline Carpentier, architectes du cabinet rémois BLP, ont présenté leur projet : « Un ensemble cohérent, intégrant l’existant et l’extension, respectant la composition de la façade d’origine ».

En proue de l’extension, un peu en surplomb, la salle des mariages, « en double hauteur, avec de grandes baies vitrées, et un accès totalement indépendant ». Les architectes ont veillé à ce que les matériaux se marient bien aux autres : une couverture en zinc, toute la partie rez-de-chaussée en bardage de tôle d’aluminium laqué. La salle sera dotée de murs acoustiques en bois perforé, d’un plafond sculptural avec une lumière naturelle en partie haute.

L’aménagement de la place et du parking -qui avait suscité pas mal de questions- sera étudié en commissions, auxquelles seront associés des habitants.

Coût : 1,3 million d’euros HT. Subvention du conseil général 114 000 euros. Fin du chantier : 1er trimestre 2015.http://www.lunion.presse.fr/region/u...-ia3b24n374522
Yo ici c'est la téci.... ok je sors.



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old July 15th, 2014, 08:44 PM   #132
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Que les gens ne soient pas au courant des chiffres je comprends mais les journalistes c'est leur boulot, et qui plus est, pour l'AU de Reims dire qu'elle fait 291 000 habitants prouve qu'ils ne sont même pas allé voir les derniers chiffres parus, l'AU de Reims fait en fait 315 000 habitants, petite différence, mais différence quand même..

bref le reste aussi est assez drôle, notamment la comparaison avec le sillon lorrain, qui est très loin d'être une entité, la comparaison avec la communauté urbaine de Toulouse ( expliquez moi pourquoi on prend les AU d'un coté et soudain une communauté urbaine de l'autre?) pour ne pas prendre des chiffres trop élevés et rendre Reims ridicule... comme également la comparaison avec la communauté urbaine de Strasbourg de 500 000 habitants, oui et on oublie son AU de pratiquement 800 000 habitants... bien au dessus du "sillon lorrain"

bref,

Quote:
REFLETSACTUELS

Accueil


Mentions légales



Région: Champagne-Ardenne avec l’Alsace et la Lorraine
Mardi 15 juillet 2014

par refletsactuels.fr


Après le rejet par le Sénat de la nouvelle carte des régions, les députés avaient récupéré le dossier en commission. Le débat arrive cet après-midi à l’Assemblée. Finalement, dans la carte remaniée, la Champagne-Ardenne serait mariée à la Lorraine et à l’Alsace.



reimsville-510_cr


Au revoir la Picardie désormais rattachée au Nord-Pas de Calais, bonjour Nancy, Metz et Strasbourg. Comme le disait Dominique Bussereau, Député et Président du Conseil Général de Charente-Maritime, à nos d’Europe1 ce midi « c’est la configuration à cette heure, mais tout peut encore changer ! ». Les amendements seront nombreux et l’un d’entre eux pourrait modifier à terme la carte: celui qui permettrait à un département de changer, sous certaines conditions, de région. Adopté au Sénat, ce droit d’option ne pourrait être exercé qu’à partir de 2016.

Les élus de notre région devront revoir leur position. Beaucoup d’entre eux trouvaient que le rapprochement avec la Picardie avait du sens. Mais ne pensaient-ils pas Aisne quand on leur parlait de Picardie ? Le rapprochement avec la Lorraine ? Jean-Paul Bachy le Président de Champagne-Ardenne y était plus favorable dans un ensemble comprenant la Picardie. Et l’Alsace ? c’est peut-être de là que vient le danger de cette fusion. Il repose en effet le problème de la capitale régionale de la nouvelle entité et du poids des territoires.

Si le problème de la capitale régionale se posait face à Amiens dans un rapprochement avec la Picardie, il est clair que Reims, avec une aire urbaine de 291 735 habitants, ne pourra prétendre à ce statut dans un mariage avec la Lorraine et l’Alsace. En Lorraine, Nancy et Metz sont membres de l’intercommunalité du Sillon Lorrain forte de 633 000 habitants soit un quart de la population de la région. Selon ce critère, le Sillon Lorrain se positionne entre les communautés urbaines de Toulouse (704 000) et de Nantes (588 000). De nombreux sièges sociaux y sont installés dont la Caisse d’Epargne et la Banque Populaire Lorraine Champagne Ardenne. En Alsace, Strasbourg et sa communauté urbaine comptent près de 500 000 habitants et accueillent de nombreuses institutions européennes.

Dans ces conditions, la réforme intercommunale à venir en 2018 « change la donne », comme le rappelait récemment Catherine Vautrin, la Présidente de Reims Métropole, à nos confrères du quotidien régional l’ Union. Faute de capitale sur son territoire, le projet de pôle métropolitain « G10″ devient effectivement « d’une brûlante actualité » et l’enjeu autrement important. Pour ne pas courir le risque de l’isolement, la notion de « métropole de référence aux portes du Grand Paris » est, de ce point de vue, le meilleur choix à la hauteur des ambitions de la Cité des Sacres.

http://www.refletsactuels.fr/2014071...t-la-lorraine/


Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old July 16th, 2014, 03:00 PM   #133
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Tiens on parle même de Strasbourg dans le journal local, décidément :


Quote:



Région > Région en direct
REGIONS. Le maire de Strasbourg ne veut pas de la Champagne-Ardenne

Publié le 16/07/2014

Par L'union-L'Ardennais



La nouvelle carte unit la Champagne-Ardenne avec la Lorraine et l'Alsace.

Le sénateur maire PS de Strasbourg, Roland Ries, s'exprime sur la nouvelle carte des régions chez nos confrères des Dernières nouvelles d'Alsace. Il rejette cette nouvelle mouture, validée par un vote en groupe par les députés socialistes et qui rattache la Champagne-Ardenne à l’Alsace et à la Lorraine. « Je suis en désaccord avec un procédé qui consiste à considérer l’Alsace et la Lorraine comme une variable d’ajustement pour des problèmes qui se posent ailleurs, en Picardie et en Nord-Pas-de-Calais ».

En Haute-Marne, la maire de Chaumont, Christine Guillemy, exprime également son désaccord au micro de BFMTV.



http://www.lunion.presse.fr/region/r...ia231b0n378878

Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old July 16th, 2014, 04:24 PM   #134
Alsa67
Registered User
 
Join Date: Dec 2012
Location: Haguenau
Posts: 1,192
Likes (Received): 2059

Ah oui d'après eux Nancy est plus grand que Strasbourg. Et puis lol, il n'y a pas que les instituions européenne à Strasbourg, bien plus de siège sociaux (je pense au banque surtout) que Nancy ....

Merci de ton suivie sur Reims, fool !
Alsa67 no está en línea   Reply With Quote
Old July 16th, 2014, 05:22 PM   #135
3locations
Registered User
 
3locations's Avatar
 
Join Date: Feb 2012
Location: Le Mans - Paris - Strasbourg
Posts: 16,525
Likes (Received): 7878

Quote:
Originally Posted by Alsa67 View Post
Ah oui d'après eux Nancy est plus grand que Strasbourg. Et puis lol, il n'y a pas que les instituions européenne à Strasbourg, bien plus de siège sociaux (je pense au banque surtout) que Nancy ....

Merci de ton suivie sur Reims, fool !
D'après un document Top Secret , les ordres de grandeur des PIB de chaque agglomération (je donnerais des chiffres plus précis un autre jour):
- Agglomération de Strasbourg: 19 milliards d'euros de Valeur Ajouté.
- Agglomération de Nancy: 8 milliards d'euros de Valeur Ajouté.
- Agglomération de Reims: 8 milliards d'euros de Valeur Ajouté.
- Agglomération de Metz: 8 milliards d'euros de Valeur Ajouté.
3locations no está en línea   Reply With Quote
Old July 18th, 2014, 11:26 AM   #136
oospioo
Registered User
 
Join Date: Jan 2014
Posts: 83
Likes (Received): 29

La question n'est pas démographique ni pib dans un ensemble aussi grand, la question est de savoir si Strasbourg, déjà capitale européenne et dans une région moins touchée par la crise ne va pas amplifier encore plus la différence avec le reste de cet éventuel large territoire.

Il faut avouer que dans cette configuration, le cœur de la région serait plus centré sur le sillon lorrain et notamment Nancy, qui, même si elle n'est en aucun cas comparable a Strasbourg en terme démographique, a tout de même "suffisamment" de critère (AU a 435 000, pas mal d'infrastructure, université, déjà 15 000 cadres des fonctions métropolitaines -au moins la moitié du sillon-...etc) pour remplir ce rôle.
Si cette fusion ce fait comme ça, il vaudrait d’ailleurs mieux pour Reims et toute la CA que tout ne revienne pas a Strasbourg.

Moi d'un point de vue perso, je ne comprend pas la fusion de gros blocs régionaux, on aurait du dés le début faire un découpage avec des frontières départementales selon les cas.

Et puis ça donne vraiment l'image que personne ne veut de la Champagne-Ardenne ou de la Picardie et qu'on s'amuse a faire "plouf-plouf c'est a toi que je vais refiler le boulet"...je trouve ça déplorable.

Si on devait faire des régions uniquement en fonction des aires urbaines plus denses ou dynamique, on pourra jamais finir a 12/13 régions.
oospioo no está en línea   Reply With Quote
Old July 18th, 2014, 12:12 PM   #137
RoccatArvo
Cycliste pressé
 
RoccatArvo's Avatar
 
Join Date: Dec 2011
Location: Royaume de la Robertsau
Posts: 19,806
Likes (Received): 10210

De toute façon, c'est débile de baser cette réforme sur une réduction du nombre de régions. Le gouvernement cherche à réduire le nombre de régions pour réduire le nombre de régions, mais pas à faire des fusions cohérentes (hormis quand ça concerne certaines fédérations du PS).

Agrandir les régions, ça ne sert pas à grand chose, ça ne les rendra pas plus puissantes. On peut faire de très grandes régions, mais elles resteront moins puissantes que des régions moins grandes avec des moyens plus importants. Dans d'autres pays, les régions ont un budget de 3000 à 4000 € par habitant. En France, c'est souvent moins de 600€.

Le problème, ça n'est pas la taille des régions. Le problème, c'est le manque de compétences et de moyens financiers. On pourrait très bien garder 22 régions métropolitaines et avoir des régions puissantes.
RoccatArvo no está en línea   Reply With Quote
Old July 18th, 2014, 06:49 PM   #138
Tahiti Bob
Registered User
 
Join Date: Oct 2013
Location: Strasbourg/Mulhouse
Posts: 316
Likes (Received): 197

Je suis tout à fait d'accord avec toi oospio ! Au lieux de vouloir absolument fusionner des région complète il aurait mieux valu fusionner des départements qui alors auraient formés de nouvelles régions.

Cela aurait au moins permis un débat plus riche et constructif que ce que l'on a aujourd'hui. Après cela aurait pris du temps, ce que ne semble pas souhaiter le gouvernement.
Tahiti Bob no está en línea   Reply With Quote
Old August 5th, 2014, 07:54 PM   #139
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Pour changer un peu petit point de vue sur Reims aux abords de la gare TGV :

[IMG][/IMG]


[IMG][/IMG]





Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Old August 12th, 2014, 09:20 AM   #140
fool
Registered User
 
Join Date: Mar 2010
Location: Strasbourg/ Bruxelles
Posts: 5,184
Likes (Received): 3487

Quote:

Région > Départements > Marne > Reims
PHOTOS-VIDEO. La transformation du Sernam commence pas à pas


Publié le 11/08/2014 - Mis à jour le 11/08/2014 à 08:46

Par Anne Despagne


REIMS (51). La construction de la future piscine-patrinoire n’est pas près de commencer mais le long travail préparatoire se poursuit. Visite du site, pour l’instant à l’état de squat.


La friche industrielle, propriété de Réseau ferré de France, sert d’abri à une vingtaine de personnes. Bernard Sivade




Une lente et profonde transformation. Le site du Sernam, dans 4 ou 5 ans, sera totalement méconnaissable. Un vaste complexe de loisirs va y voir le jour, avec piscines, patinoires et espace modulable pour les spectacles. L’union va suivre au plus près, en vidéo sur son site internet, cette mutation, essentielle pour les sportifs, importante pour la notoriété de Reims et utile pour l’économie.

Il y a quelques jours, Stéphane Lang, conseiller délégué aux relations avec les associations sportives, faisait le tour de l’ancien service de messageries, étendu sur quelque sept hectares. Aujourd’hui occupés illégalement par une vingtaine de personnes sans domicile fixe, les lieux ont subi des incendies et connu des suicides ces derniers mois. De nombreux dessins, peintures et grafs en ornent les murs. La SNCF, Réseau ferré de France, le promoteur et la Ville se sont mis d’accord pour utiliser cette parcelle, « idéalement située » dans Reims, rappelle l’élu : à quelques minutes de la gare centrale et du tram, à deux pas du quartier du Boulingrin, non loin de la cathédrale. « Le but est de faire de cet espace une vaste zone dédiée aux loisirs, où commerces, sports et culture seront liés », détaille Stéphane Lang, qui précise que les retombées ne seront pas rémoises mais bien communautaires. Le futur complexe pourrait être facilement connecté à Bétheny, si l’entrée et la sortie se faisaient par le « fond » du terrain, boulevard des Tondeurs.

Une jauge à 4 000 places ?


La municipalité a désigné, fin juillet, le cabinet d’urbanisme auquel est confiée l’étude dite de préfiguration. Il s’agit de l’agence INterland, basée à Lyon, qui travaille avec la société ISC, Ingénierie sportive et culturelle, de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Leur mission : définir les spécificités de ce projet et en proposer une programmation. Quelle serait, par exemple, la jauge de la salle de spectacles ? Stéphane Lang imagine que 4 000 places serait la taille appropriée de cette « arena ». Quelle devra être la capacité du parking ou devra-t-il se situer ? Pour les bassins aussi de nombreuses questions devront trouver réponses : quel nombre, quelle taille, quel usage... « Nous allons mener, début septembre, de nombreux entretiens avec tous les acteurs, techniques et politiques, associatifs, liés à ce projet », confirme Franck Hulliard, directeur de l’agence INterland. Des entretiens qui donneront la matière à un premier rapport, au cours de l’automne. Le début d’un long processus.

http://www.lunion.presse.fr/region/p...-ia3b24n389709

Bon je serais pas là pour le voir, m'enfin... par contre pour la jauge à 4000 places je suis mort de rire, c'est juste ridicule, étant donné qu'il y a déjà dans l'agglomération rémoise des salles d'environ 3000 places. Quel intérêt ? Bon il faut dire qu'il y a à Epernay le Millesium, mais quand même... ça ne justifie pas un chiffre aussi bas, d'autant que l'emplacement est particulièrement stratégique.



Fool
fool no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Tags
france

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 12:14 AM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us