LAUSANNE | UNIL - EPFL Campus - Page 21 - SkyscraperCity
 

forums map | news magazine | posting guidelines

Go Back   SkyscraperCity > European Forums > Euroscrapers > Local discussions > Switzerland > Lausanne


Global Announcement

As a general reminder, please respect others and respect copyrights. Go here to familiarize yourself with our posting policy.


Reply

 
Thread Tools Rating: Thread Rating: 24 votes, 5.00 average.
Old August 25th, 2018, 03:13 PM   #401
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

VORTEX - Chavannes-près-Renens
24.08.2018





[Je ne sais pas s'il y a encore un étage à construire ou si c'est le dernier, vu qu'ils avaient raboté la première mouture d'un niveau.]
__________________

nitramwin liked this post
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 
Old September 3rd, 2018, 06:22 PM   #402
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

LE CHANTIER DU VORTEX DONNE DÉJÀ LE TOURNIS


Chavannes-près-Renens - Le bâtiment de huit niveaux construit en tire-bouchon avance à grands pas en vue d’accueillir les athlètes des JOJ 2020. Visite guidée.





Le projet architectural était détonnant. Forcément, le chantier donne le tournis. Le Vortex est en train de prendre forme à Chavannes-près-Renens, avec sa structure circulaire de 137 mètres de diamètre, dotée de huit niveaux construits en tire-bouchon. Et les délais sont serrés: dès janvier 2020, le bâtiment devra accueillir ses premiers locataires, environ 1700 participants aux Jeux olympiques de la jeunesse, avant d’offrir des logements à quelque 1100 étudiants et collaborateurs de l’Université de Lausanne.

«C’est un peu comme construire un village», s’amuse Frederik Flaccomio, responsable du projet pour Retraites Populaires, qui en assure la gestion pour la Caisse de pensions de l’État de Vaud, unique financier de l’opération, pour quelque 156 millions de francs. Pour être invité sur le chantier ces jours, il faut montrer patte blanche, car les visites sont désormais limitées afin de ne plus troubler le rythme des travaux. «À un moment, nous avions deux groupes par jour. Le projet suscite beaucoup de curiosité, y compris chez les professionnels de la construction, de par son ampleur, pour la structure du bâtiment, mais aussi pour les délais que nous devons respecter.»

Le responsable se dit serein. Il n’y a aucun dépassement de budget, et les travaux ont même quelques semaines d’avance sur le calendrier. «Il faut rester modestes. Nous avons encore un peu plus d’un an de chantier devant nous.» Le bâtiment doit en effet être livré le 31 octobre 2019, afin de laisser encore un peu de temps pour réaliser les derniers aménagements.






Pas facile de se repérer

Alors que les ouvriers s’activent, on peut déjà se faire une idée de la vie future dans cet immeuble si particulier. Donnant sur la cour intérieure, une rampe ininterrompue de 2,8 kilomètres relie entre eux quelque 712 logements. «Une des difficultés est que l’on change d’étage sans s’en rendre compte, juste en marchant. Il faut donc un système pour pouvoir se repérer», relève Éric Burg, directeur du projet pour Losinger Marazzi, l’entreprise totale à qui les travaux ont été confiés. Sur le chantier, on a trouvé un truc: le bâtiment circulaire est pensé comme le cadran d’une horloge, avec des panneaux indiquant des heures de 1 à 12 heures. Pratique pour fixer des lieux de rendez-vous, par exemple au sixième étage à 6 heures. «Il y a une réflexion en cours avec les architectes et les spécialistes de la signalétique, intervient Frederik Flaccomio. Nous pourrions reprendre le même système pour les usagers lorsque le bâtiment sera en service.»

À côté du chantier, un prototype de studio a été construit dès le début des travaux afin de pouvoir tester des techniques de construction inédites, vu la forme du bâtiment. On remarque qu’à travers une grande baie vitrée, la chambre et la cuisine donnent directement sur la rampe accessible à tout le monde. Frederik Flaccomio assure qu’il y a de quoi préserver l’intimité des locataires: «Chaque logement aura des stores et deux galeries à rideaux.»

Il y aura en tout cas de quoi stimuler une riche vie communautaire avec, au rez-de-chaussée, une salle polyvalente, un restaurant, des locaux pour les associations et des commerces. En sous-sol, il y aura également des salles de musique et, sur le toit, un café terrasse avec une vue imprenable sur le lac. (24 heures)









Créé: 03.09.2018, 07h09

https://www.24heures.ch/vaud-regions...story/10845331
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old November 28th, 2018, 07:34 AM   #403
Alouest
Registered User
 
Alouest's Avatar
 
Join Date: Oct 2016
Posts: 43
Likes (Received): 1

Vortex by night

J'ai fait deux photos du chantier pour les poster ici, mais il me semble que je n'ai pas le droit d'insérer des annexes (attachments) à mes messages.
Alouest no está en línea   Reply With Quote
Old March 16th, 2019, 11:43 PM   #404
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

La RTS dévoile le bâtiment qu’elle occupera à l’EPFL


Déménagement - La construction, originale et modulable, abritera 950 employés en 2024. Reste à savoir lesquels précisément.





Par Emmanuel Borloz 16.03.2019


À l’arrêt depuis plus d’une année, le projet d’implantation de la RTS sur le campus de l’EPFL avance enfin. Jeudi soir, à Écublens, deux responsables de l’entreprise de service public ont présenté les détails du projet – la création d’un nouveau centre médias sur le site de la haute école – aux membres de l'Association pour la défense des intérêts de la région des hautes écoles (ADIRHE). Une présentation en primeur qui s’explique notamment par une convention aux airs de pacte de non-agression signée entre la RTS et l’association, qui s’engage à ne s’opposer à aucun aspect du dossier. La semaine prochaine, l’entier du projet devisé à 110 millions, nom de code Campus RTS, sera officiellement soumis à l’enquête publique.


Modulaire et évolutif

Prévu de longue date, le projet de déménagement d’une partie du groupe sur le site de la haute école pour «rayonner depuis le cœur de la Suisse romande» est dû à «un gel de la situation». En cause: le contexte lié au rejet de l’initiative dite «No Billag» et, surtout, au plan d’économies de 100 millions de la SSR annoncé dans la foulée. «Cette période nous a poussés à l’introspection et à redéfinir notre stratégie éditoriale», confirmait en introduction Marc Bueler, chef de projet global Campus RTS.

Les résultats de ces réflexions, qui mettent l’accent sur «l’innovation et la modularité», se retrouvent d’ailleurs dans la conception même du bâtiment. Ou plutôt des bâtiments, puisqu’on en dénombre quatre distincts, reliés les uns aux autres par des coursives et de plus vastes zones, dont l’audace architecturale n’aura pas grand-chose à envier au Rolex Learning Center, son futur voisin immédiat. Voilà pour l’innovation.

La modularité, elle, se retrouvera entre les principaux murs des quatre bâtiments. «Les intérieurs seront évolutifs et pourront être adaptés en parcellant des zones ici, ou en cassant des murs là», poursuit Michael Indermühle, chef de l’unité Projets immobiliers de la RTS. «Nos modes de narration d’aujourd’hui, la télévision classique, la radio filmée ou encore le web, ne seront peut-être plus les mêmes dans quelques années. Le bâtiment saura s’adapter au monde des médias, qui évolue sans cesse», renchérit Marc Bueler.

À côté des surfaces dévolues aux rédactions, cabines de montage, plateaux et autres studios destinés à la diffusion des programmes RTS tous médias confondus, une terrasse et un restaurant, ouvert à tous, ainsi qu’une zone destinée aux visites, d’écoles notamment, compléteront l’ensemble.


Projet: regrouper l’actualité

L’enveloppe est séduisante. Reste à savoir ce qu’elle renfermera. Et qui. Au rayon des certitudes, tous les employés qui travaillent actuellement dans le bâtiment historique de la radio, sur les hauts de Lausanne, feront le déplacement en 2024. De même que les cars de reportage basés à Meyrin (GE).

À l’inverse, les rédactions des services des sports, de la société et de la culture «télévision», les jeux et les émissions de divertissement, entre autres, resteront dans la Cité de Calvin. «Le but est de conserver deux sites principaux transmédia», précise Marc Bueler.

La principale incertitude concerne la question la plus délicate de l’opération: où ira le département information de la télévision, aujourd’hui basé à Genève? Il pourrait, lui aussi, faire partie du déménagement. «Il y a la volonté de regrouper toute l’information sur un seul site, en l’occurrence à l’EPFL, mais c’est une hypothèse. La décision sera prise par le conseil d’administration», conclut Marc Bueler. Si l’actualité TV devait elle aussi déménager, 950 personnes travailleraient à l’EPFL, 1000 à Genève. (TDG)


https://www.tdg.ch/suisse/rts-devoil...story/24648839



Un rééquilibrage entre les sites des deux principaux cantons romands et des deux principales villes de Suisse romande serait à mon sens justifié. Genève a la plus grande ville et Vaud le plus grand canton. Avec le proche voisinage de l'EPFL et celui de l'école de journalisme de l'Unil, il y aura certainement de fructueuses collaborations à établir.
__________________

bdias liked this post
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old April 23rd, 2019, 03:15 PM   #405
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

23.04.2019

Ecublens, 80 millions pour doubler le volume de la bibliothèque universitaire


Ce chantier de la bibliothèque de l’Université, en projet depuis 2015, devrait commencer en novembre et se terminer en 2022. L’Unithèque, surnommée « la Banane » du fait de sa forme architecturale sera doublée d’une deuxième « banane ».


Actuellement accessible à 900 étudiants, l’Unithèque proposera 2000 places après travaux. La Banane était conçue pour une université de 6000 étudiants, alors qu’elle en compte désormais 15'000.

Le projet prévoit de doubler la capacité de Dorigny en y ajoutant 47'000 mètres linéaires d’étagères. Mais ce sont surtout les magasins, entendez par là les entrepôts inaccessibles au public, qui en bénéficieront. «Nous rachetons et remplaçons entre 15'000 et 20'000 ouvrages par année, précise Jean-Claude Albertin, directeur adjoint de la BCU (bibliothèque cantonale et universitaire). Le même volume sort alors du libre accès et accroît les magasins. L’agrandissement de l’Unithèque nous permettra également de réunir certaines collections et certains fonds entreposés, sans être accessibles au public, ailleurs dans le canton.»

Sur l’ensemble de ses sites et entrepôts (Dorigny, Riponne et ailleurs dans le canton), la BCU compte environ 11 millions de documents, dont 6,7 millions de manuscrits et 2,6 millions d’imprimés. «Mais actuellement environ 350 000 ouvrages sont disponibles en libre accès à Dorigny. L’extension prévue ne va pas particulièrement changer ce nombre», explique Jean-Claude Albertin.

Le restaurant universitaire devrait profiter des travaux et s’agrandir. Avec 1300 places assises, il sert environ 2000 repas par jour et pourra en proposer 400 de plus à l’avenir.

Vue d’avion, l’extension donne l’impression qu’une seconde banane viendra se greffer sur la face convexe de la première.
















©FHV Fruehauh, Henry & Viadoms


https://www.batimag.ch/Unitheque


Si le site de la Riponne avait été tranféré à Dorigny, cela aurait permis d'agrandir encore plus les musées cantonaux (archéologie, histoire, monnaie, géologie, zoologie) logés dans le Palais de Rumine, en plus de la place qui sera libérée par le MCBA cet automne. Mais bon, avoir une bibliothèque en centre-ville est aussi important.
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old April 26th, 2019, 02:39 PM   #406
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

08-04-2019

Avenir des espaces agricoles campus UNIL-EPFL

Appel à candidature



L'université de Lausanne (UNIL) et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) s'unissent pour lancer un appel à candidatures afin d'accueillir sur leurs terres une activité agricole durable permettant de sensibiliser et d’impliquer la communauté universitaire aux grands enjeux alimentaires et d’accroître la culture de la durabilité au sein de leurs institutions respectives.



Avenir de l'agriculture EPFL-UNIL


Depuis les années 2010, l’Université de Lausanne (UNIL) et l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) se sont dotées de politiques de durabilité visant à intégrer celle-ci dans les activités de leur campus. Pour atteindre leurs objectifs, elles souhaitent intégrer à leur stratégie les activités menées sur les terrains agricoles de leurs campus, à Dorigny et à Bassenges. Elles aimeraient pouvoir accueillir une activité agricole qui soit un exemple d’agriculture plus durable, qui permette de sensibiliser la communauté universitaire aux grands enjeux alimentaires et d’accroître la culture de la durabilité présente dans leurs institutions respectives. L’image de l’agriculture sur les campus pourrait changer de manière importante en optant pour des modes d’exploitation plus favorables en termes d’impacts environnementaux, sociaux et paysagers que ceux pratiqués jusqu’ici. L’UNIL et l’EPFL pourraient enfin consolider l’exemplarité dont elles doivent faire preuve en tant qu’institutions universitaires engagées dans les enjeux de durabilité.

L’objectif du présent appel à candidatures vise à identifier des personnalités ou des groupes d’intérêt capables de valoriser les infrastructures et terrains agricoles de l’UNIL et de l’EPFL, dans une dimension contemporaine d’agroécologie participative, sur des modèles de collaboration innovants propres aux spécificités du monde académique.


La démarche d’appel à candidatures se fera en trois temps:
... ...

https://www.espazium.ch/fr/actualite...us-unil-epfl-0


A propos de terrains sur ce grand campus de 130 hectares, j'aimerais bien savoir où en est le projet de nouveau bâtiment de physique projeté par l'EPFL il y a quelques années sur les terrains de football situés juste au nord. Aux dernières nouvelles, il était prévu d'en utiliser 3.3 ha pour ce bâtiment et de transformer les pelouses restantes en terrains de foot synthétiques afin de pouvoir les utiliser de façon plus intensives, pour compenser. Si quelqu'un trouve quelque chose sur le sujet...

Par ailleurs, vu que le quartier de l'innovation est quasi saturé, pourquoi ne l'agrandiraient-ils pas en construisant par exemple un gros bâtiment de 30'000 m2 sur le parking en plein air voisin, en mettant évidemment ce parking en souterrain ? Il y a encore un potentiel de densification sur ce campus. Des grands bâtiments R+2 (si je ne fais erreur) tels que le Centre Midi (CM) et le Centre Est (CE), longs de plusieurs centaines de mètres, pourraient être surélevés d'un ou deux étages, ce qui ferait à l'école plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés de plancher supplémentaires.
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old May 9th, 2019, 05:21 PM   #407
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

Un bâtiment à 136 millions prend forme dans le malaise






Les coursives du futur bâtiment, qui abritera notamment les locaux de travaux pratiques en chimie et en biologie de l’UNIL et de l’EPFL, sont au centre des tensions.

Par Emmanuel Borloz ABO+ 09.05.2019


Dans le petit milieu de l’architecture vaudoise, la nouvelle commence à circuler: le futur bâtiment des sciences de la vie pour l’UNIL et l’EPFL est au cœur d’un gros malaise. En cause: des tensions entre les maîtres d’ouvrage, l’État de Vaud et l’université, et les deux bureaux qui ont remporté le concours d’architecture pour réaliser le bâtiment à 136 millions.

Vitrine de l’essor des sciences de la vie en terres vaudoises, l’édifice d’une surface de 16'000 m2 doit réunir en un même lieu emblématique les étudiants et les chercheurs qui se serrent aujourd’hui sur le campus de Dorigny et dans les bâtiments près du CHUV. Contrairement à la dernière rumeur, qui veut que les architectes aient été remerciés et que le projet ait été abandonné, la situation n’est pas si catastrophique. L’écrin finira bien par sortir de terre, mais ce pourrait être dans la douleur.

L’histoire avait pourtant bien commencé. En janvier 2017, sur le campus de l’université, une cérémonie en grande pompe, en présence notamment de Pascal Broulis, ministre en charge des Finances et des Constructions, et d’Anne-Catherine Lyon, alors responsable de la Formation, était organisée pour l’annonce du lauréat du concours d’architecture. Avec leur ambitieux projet tout en verre, ses coursives et ses escaliers à l’extérieur des bâtiments, hommage à l’architecte anglais Richard Rogers, les bureaux bruxellois Baukunst et parisien Bruther avaient remporté la mise face à plus de 80 candidatures. Entre félicitations, découverte du projet «23071933» en détail et petits-fours, la matinée avait été des plus conviviales.

Pour autant, quelques petites phrases, nichées dans le rapport du jury dévoilé le même jour, portaient en germe les tensions qui ont surgi depuis. «Le principe d’une peau de verre mécanisée par des vérins hydrauliques n’est pas souhaité en termes d’exploitation, de maintenance et de sécurité. Une formalisation de l’espace de façade qui abandonne la domotique au profit du low-tech et de la mécanique manuelle permettrait de répondre aux questions d’entretien et d’usage sans remettre en question les principes cardinaux du projet», indique le rapport du jury.

Or ce sont précisément ces points qui cristallisent aujourd’hui toutes les tensions. Forts de l’adage selon lequel «qui paie commande», les maîtres d’ouvrage ont émis plusieurs recommandations, auxquelles les architectes seraient restés totalement sourds. Au grand dam des décideurs vaudois. «Nous ne sommes pas satisfaits des prestations qu’ils nous fournissent», lâche sobrement Emmanuel Ventura, architecte cantonal.

Le rapport en atteste, décision a été prise d’arrêter la course au tout technologique. Mais les architectes ont imaginé un système automatisé auquel ils semblent beaucoup tenir. Grâce à des capteurs, lorsque le soleil tape, les stores descendent, la ventilation et la climatisation s’adaptent automatiquement, sans oublier les fenêtres qui s’ouvrent et se ferment toutes seules. «Nous demandons simplement à pouvoir descendre un store à la main», soupire l’architecte cantonal.

On l’a compris, les tensions, qui relèvent de l’exigence de développement durable, concernent les coursives du projet, que nombre d’architectes considèrent loin des standards en matière de durabilité. «Un pari risqué», reconnaît Emmanuel Ventura. En l’état, les parties ne s’entendent pas sur la fameuse double peau en verre. Laquelle des deux doit faire office de façade? L’intérieure, quitte à laisser passer les courants d’air, pour les mandants. L’extérieure, semblent ne pas vouloir en démordre les mandataires.


Architectes remerciés ?

Contactés, les architectes n’ont pas souhaité s’exprimer et lâchent, laconiques, que «l’on est en train de négocier». De fait, le dossier est actuellement entre deux étapes, la prochaine étant la mise à l’enquête publique et la fin des travaux est toujours prévue en 2024. Or chaque nouvelle étape fait l’objet d’un contrat distinct. Comme ils l’ont déjà fait ( lire ci-dessous ), les maîtres d’ouvrage pourraient décider de débarquer les architectes et de poursuivre l’aventure sans eux.

«Dans des projets de cette importance, on doit envisager tous les scénarios. Cette option n’est pas souhaitable, mais nous voulons des réponses satisfaisantes. Les architectes ont déjà résolu plusieurs problèmes. À eux de résoudre ce dernier point», commente Benoît Frund, vice-recteur Durabilité et campus de l’UNIL.

Sur le campus, le projet d’un bâtiment pour les sciences de la vie n’est décidément pas une mince affaire. Il y a quelques années, le projet Neuropolis devait remplir la même fonction et accueillir le Human Brain Project (HBP). Mais le départ du HBP pour Genève avait coulé l’entier du projet. (24 heures)


https://www.24heures.ch/vaud-regions...story/22665171



Tout comme la vie, les projets immobiliers sont un long fleuve tranquille... Mais le maître d'ouvrage a bien raison de recadrer ces architectes. C'est un bâtiment très important et qui va durer peut-être un siècle. Il ne faut pas foirer le coup.
__________________

bdias liked this post
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Old May 14th, 2019, 05:20 PM   #408
LSNlike
Registered User
 
LSNlike's Avatar
 
Join Date: Jan 2016
Location: Lausanne
Posts: 298
Likes (Received): 41

Code:
 RTS : UN NOUVEAU BÂTIMENT À LAUSANNE EN 2023

La Radio Télévision Suisse a mis à l’enquête son futur bâtiment à Lausanne : Campus RTS. Elle attend donc l’octroi de l’autorisation de construire qui lui permettra de commencer les travaux.



https://www.lalettre.pro/RTS-un-nouv...23_a19530.html
LSNlike no está en línea   Reply With Quote
Old May 15th, 2019, 07:38 PM   #409
LSNlike
Registered User
 
LSNlike's Avatar
 
Join Date: Jan 2016
Location: Lausanne
Posts: 298
Likes (Received): 41

Code:
L'UE stoppe un fonds de recherche, l'EPFL trinque

Le projet TimeMachine du Pr Frédéric Kaplan, à l'EPFL, est directement impacté par l'arrêt du programme.

Bruxelles a donné un coup d'arrêt à son programme géant de financements «FET Flagships». Le projet de l'EPFL Time Machine est directement touché.

https://m.20min.ch/ro/news/vaud/stor...inque-22952281
LSNlike no está en línea   Reply With Quote
Old May 17th, 2019, 06:40 PM   #410
Lake Leman
Registered User
 
Lake Leman's Avatar
 
Join Date: Feb 2013
Location: Lausanne
Posts: 1,164
Likes (Received): 89

L’EPFL parmi les universités les plus innovantes d’Europe

mardi, 7 mai 2019





Cinq institutions suisses figurent dans le classement de Reuters sur les universités les plus innovantes d'Europe. L'EPFL est classée cinquième.


Les deux écoles polytechniques fédérales de Suisse se sont classées parmi les dix premières du classement Reuters 2019 des universités les plus innovantes d'Europe, qui "identifie et remercie les établissements d'enseignement qui font le plus pour faire avancer la science, inventer de nouvelles technologies et alimenter de nouveaux marchés et industries".

L'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) s'est classée cinquième et l'Université de Zurich et l'Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ) neuvième et dixième respectivement.


50 ans d’innovation

Des chercheurs de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont mis au point un matériau composite de pointe qui peut se réparer facilement après un dommage et qui pourrait aider les entreprises à économiser des milliards en frais de réparation. Il s'agit d'une résine renforcée de fibre de verre qui contient un agent de réparation incorporé dans le matériau composite ; lorsqu'il se fend, les équipes de réparation peuvent simplement chauffer le matériau, ce qui active l'agent de réparation, le faisant couler dans la fissure et réparer les dommages sans modifier les propriétés initiales du matériau. Selon les chercheurs, il pourrait être particulièrement utile pour la construction d'éoliennes, dont le coût total annuel d'entretien global est estimé à plus de 13 milliards de dollars.

D'autres chercheurs de l'EPFL travaillent avec la multinationale automobile Nissan, également située dans le canton de Vaud, pour développer une technologie qui permettra aux voitures intelligentes de détecter les signaux du cerveau et de faciliter le processus de conduite. Dans le cadre de ce projet conjoint, l'équipe a réussi à lire les signaux cérébraux qui indiquaient quand un conducteur était sur le point d'accélérer, de freiner ou de changer de voie - des informations qu'un véhicule pourrait utiliser pour anticiper les mouvements et faciliter les manœuvres ultérieures.

Les chercheurs de l'EPFL ont créé 245 start-ups entre 2000 et 2017 (plus d'une par mois en moyenne), et déposé 140 dossiers d'invention et 95 brevets prioritaires en 2017.


https://www.ggba-switzerland.ch/lepf...antes-deurope/
Lake Leman no está en línea   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 


Reply

Tags
lausanne

Thread Tools
Rate This Thread
Rate This Thread:

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off



All times are GMT +2. The time now is 12:54 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.11 Beta 4
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions Inc.
vBulletin Security provided by vBSecurity v2.2.2 (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.
Feedback Buttons provided by Advanced Post Thanks / Like (Pro) - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2019 DragonByte Technologies Ltd.

SkyscraperCity ☆ In Urbanity We trust ☆ about us