Skyscraper City Forum banner
1 - 20 of 409 Posts

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #1 ·
TUNISIA. A new 'Report on Competitiveness in Africa', presented at the World Economic Forum (WEF) in Cape Town, South Africa on Wednesday named Tunisia as Africa's most competitive economy, Tunisian press reported.

The report, carried out by the World Economic Forum, the World Bank and the African Development Bank, praised Tunisia for its low levels of corruption, reasonably well-protected property rights, an independent judiciary, strong security environment and well-developed labour market which, combined, outpace the continent's economic leader, South Africa.

In terms of the quality of its private institutions and corporate ethics, the report places Tunisia on a par with Spain and Portugal. In terms of competitiveness, Tunisia ranks 29th out of 128 economies. Morocco, Libya and Algeria ranked 72nd, 73rd and 76th, respectively.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #2 ·
TUNISIA. Tunisia's Prime Minister last week called for greater European investment in North Africa as more African officials begin to fear funds were being diverted to new EU members in Eastern Europe.

Mohamed Ghannouchi, opening a meeting attended by 17 finance ministers from Europe, Africa and the Middle East, said an 11-year alliance of Mediterranean countries known as the Barcelona process "is far from answering the region's expectations".

He said the "great challenge" for those countries would be to create jobs for young workers, with estimates that some 40 million new positions would be needed in the region over the next 15 years.

The ministerial meeting took place just as the sixth conference of the Euro-Mediterranean Investment and Partnership Facility, launched by the European Investment Bank (EIB) in 2002, was also opening in Tunis. The Euro-Mediterranean Partnership between the powerful European Union bloc and the rather divided Southern and Eastern rim nations of the Mediterranean Basin aims to set up a free trade area by 2010.

The two-day conference was to focus on issues such as co-operation in the energy sector, and was expected to lay out investment plans for the next six years. EU Economic and Monetary Affairs Commissioner Joaquin Almunia and Karl-Heinz Grasser of Austria, which holds the rotating EU presidency, were on hand for the conference.

EIB Vice President Philippe de Fontaine Vive said their presence indicated that Europe was making "a clear commitment" to investment in North African and the Middle Eastern countries.

The comments came after economy and finance ministers from ten pean Union countries joined seven counterparts from North Africa and the Middle East for a meeting in the Tunisian capital. Prime Minister Ghannouchi called on European countries to "accompany and complement" efforts by boosting cooperation with the Middle East and North Africa and freeing up the flow of capital to the region.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #3 ·
TUNISIA. Tunisia has been looking for new ways to speed up its foreign debt reduction and bring it to much more manageable levels. It has been using a small portion of its privatisation proceeds to lower its foreign debt, a trend that could expand going forward. The latest of such operation occurred when the government earmarked a portion of the Tunisie Telecom 2006 equity sale for this purpose.

Tunisia sold a 35% stake of the nation's main telecom carrier to the consortium of TECOM Investments and Dubai Investment Group (TECOM-DIG), both members of Dubai Holding for US$2.25 billion.

By using some of the Tunisie Telecom equity sale money, Tunisia is about to bring its debt to 53.6% of GDP, down from 58.4% in 2005.

Tunisia's debt reduction roadmap has gathered the support of multinational institutions such as the World Bank and IMF, as well as sovereign rating agencies. Most analysts today consider Tunisia's debt above the median of economies carrying the BBB sovereign risk rating. Countries of equal profile to that of Tunisia have an average debt of 40% of their GDP, a rate Tunisia is recommended to target. However, this is unlikely to happen over night. The Tunisian government says its plan is to reduce the debt to 46.5% of GDP by 2009.

Up to now, the contribution of privatisation revenue in debt reduction has been rather limited. According to the Tunisian central bank (BCT). In 2006, with TND 432 million paid in the form of early reimbursement, privatisation money contributed with less than 13% of the TND 3 billion generated from the equity sale of Tunisie Telecom. Economists consider this contribution rather minimal.

But Tunisia has a good reservoir of privatisation opportunities to properly manage its debt. Several projects could be used for this purpose. One of them is the recent signing of a potential US$ 14 billion ( raised to 25 Billion recently ) joint venture between Tunisia and Sama Dubai, the international investment arm of Dubai Holding for a 873 hectare project called The Century City and Mediterranean Gate. Another project is the €400 sale licence to the Turkish firm TAV to operate the airports of Enfida, the country's eighth international airport, and Monastir.

For some IMF officials, the ideal situation would be if Tunisia would use all of its privatisation proceeds to pay its debt. But that would be wishful thinking given Tunisia has much more than a debt to manage, including a subsidy programme that keeps its businesses and households afloat. Such assessment partly relates to how emerging economies generate money. These countries, including Tunisia often suffer from low levels of fiscal revenue. While in advanced economies, fiscal revenues often account for 44% of GDP, in emerging markets such as Tunisia they barely reach the 27% mark.

The IMF has stated on Tunisia that "despite the surge in prices of oil and basic commodities, the budget deficit was significantly lower than the budget forecast in 2006. Public debt over GDP declined significantly in part due to privatisation receipts-two-thirds were earmarked for early debt retirement." But it warned that the deficit "still remains above the average of countries with a similar sovereign rating."

This lack of revenue sources means that more of existing sources of revenue has to be earmarked to debt reduction. With interest rates much higher than in developed economies, Tunisia is dealing with another problem, the sustained rise of its foreign debt since 2000, partly due to currency exchange fluctuations.

The IMF has warned that Tunisia's high debt could compromise its ability to access more credit on the international financial markets. This in turn, could impact domestic investments in sensitive sectors and programs such as infrastructure, education and health.

To make things riskier, analysts observed that Tunisia has been postponing debt repayment to later dates, transferring its financial liability and debts to future generations who will pay in form of more taxes. The country's bond sales and its raising of debt from foreign financial markets with long term maturity of more than 15 years are utilised to repay the country's older debts contracted with very tough terms. In August this year, Tunisia managed to raise TND 320 million by issuing a Samurai bond in Japan. This debt will be used to pay an older debt owed to the African Development Bank. In June 2005, the country raised €400 million from a bond issuance, only to reimburse in March 2006 some TND 404 million for an earlier raised Samurai bond.

With regard to the country's foreign mid-and-long term debt, it was estimated at TND 19.2 billion in 2005 based on government data (US$18.1 billion based on IMF data). The bulk of this debt (68.7%) was contracted by the Tunisian administration, 23.5% by state-owned enterprises and 7.8% by private-sector companies. The debt is evenly distributed by source. 30.5% is of a bilateral nature, 38.2% originates from multinational creditors and the remaining 31.3% was raised from the financial markets.

With 11.6% of the Tunisian bilateral debt, France is the North African country's first creditor, followed by Japan with 5.8%, Germany with 3.3%, the United States with 2.6% and Italy with 1.9%. Among the multinational lenders, the African Development Bank controls 12.2% of the Tunisian debt, followed by the World Bank with 11.6%, the European Investment Bank with 7.9%, and the Arab Fund for Social and Economic Development with 4.2%.

As of 2004, 53.5% of Tunisia's foreign debt was Euro-denominated, 21.5% in US Dollars, 17.6% in Japanese Yen, 4.6% in Kuwaiti Dinar and 2.6% in other currencies
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #4 ·
WAM WAM Tunis, Feb.4th,2008 (WAM) -- The UAE has become the major Arab investor in Tunisia pumping private investment in the tune of over US$ 20 billion in 2006 and 2007, Tunisian foreign minister has said.

Abdul Wahab Abdullah described the UAE private sector investment in Tunisia as a model for investment cooperation in the Arab World.

''The Southern Lake project of Sama Dubai, Tunis Sports City of Bukahter Group and stake of Tecom Dig in Tunis Telecom's capital stand today as a living testimony of the qualitative breakthrough the UAE investment have made in Tunisia,'' the Tunisian minister told the Emirates News Agency (WAM).

''More UAE investors and businessmen have shown interest to invest in various fields including oil, tourism, transport and agriculture,''he added.

''The outlook of bilateral ties is promising in all domains under the strong political determination of leaders in the UAE and Tunisia,''he said.

According to him, economic gains made by the two countries will provide a solid foundation for a constructive economic partnership.

Trade exchange, he noted, posted a marked growth as Tunisia's exports to the UAE rose to 45 million Dinar in 2007 from 22 million Dinar in 2006 while imports dropped from 54 million in 2006 to 46.6 million in 2007.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #5 ·
TUNISIA. The beaches of Hammamet and the antiquities of Carthage are no longer Tunisia's main attractions for international travellers. Tourists are now coming for liposuction, breast augmentations and other cosmetic surgery procedures. In just the last few years, Tunisia has seen a 7,500% increase in the "health tourism" phenomenon.

In an interview for Magharebia, cosmetic surgeon Amir Chaibi said that in Tunisia, "personal work is the thing that distinguishes a good surgeon from a bad one."

The waiting room at cosmetic surgeon Taher Djemal's Tunis clinic is a busy place these days. It is filled with Tunisians, Moroccans and Europeans. But despite a wide assortment of languages and nationalities, the prospective patients have one thing in common; they have all come to change their faces, reshape their bodies or fix a defect that has spoiled their self image.

The majority of Tunisia's cosmetic surgery clients are European women whose visits are co-ordinated by Tunisian travel agencies focused specifically on what has quickly become known as "health tourism". Three years ago, the number of health tourists visiting Tunisia was no more than 2,000. In line with Tunisia's overall growth in the tourism sector, travel agencies saw the surgery market's potential and opened specialised offices throughout the capital and in cities such as Nabeul and Djerba. By 2007, 150,000 of Tunisia's 6.4 million visitors were health tourists, according to a January report from the National Syndicate Chamber of Private Clinics.

The concept of health tourism is nothing new. The British have long headed to Pakistan, Poland or the Philippines for cosmetic surgery. With Tunisia's debut on the market, however, many foreigners are now choosing Tunisian clinics for their proximity and affordable prices.

Indeed, only a short flight from Europe, Tunisia appeals to those short on time and who want to save money. For instance, the cost of a face lift in Tunisia is €3,200. The same operation in France would cost €5,000 or more. Breast enlargement surgery costs €6,000 in France, but if done in Tunisia, the procedure price is €2,600.

Rym El Balti, a marketing employee at Estetica Tour, a leading travel agency in the field of cosmetic surgery tourism, said that in the future new groups of patients are expected come from France, Belgium, Russia and Switzerland.

Approved and regulated by Tunisia's ministries of tourism and health, cosmetic tourism specialists can organise every aspect of a visitor's stay, from booking air tickets and scheduling appointments to arranging comfortable accommodations, usually at beach hotels, to allow patients to comfortably convalesce.

Former patients often advertise for Tunisian cosmetic clinics through word of mouth. "Many of the people who contact my clinic are people who have seen changes in the lives of a neighbour, friend or a colleague at work," says Dr Taher Djemal.

A few years ago, Dr Djemal says he could count the number of patients per week on one hand. Most of them were either from the Maghreb, he adds, or else they were "low-income Europeans" unable to afford cosmetic procedures in their own countries. It is a different story today.

Growing recognition of both the competence of Tunisian surgeons and the country's good health sector infrastructure has contributed to the recent boom in health tourism, according to Abou Bakr Zeghama, president of National Syndicate Chamber of Private Clinics.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #6 ·
The Tunisia-based private equity house closes Maghreb Private Equity Fund II with total commitments of €125 million


Major international investors commit to Maghreb region for the first time




Fund underlines growing international investor appetite for the region Tuninvest , one of the leading private equity houses in North and sub-Saharan Africa, has completed the closing of the Maghreb Private Equity Fund II (MPEF II) with total commitments of €125 million.



MPEF II, the largest fund ever raised dedicated to SMEs in the Maghreb region, builds on the success of its predecessor MPEF I and includes new investors from Europe, the United States and the Middle East. Investors in previous Tuninvest funds have reinforced their confidence in Tuninvest by committing larger amounts of capital to the new Fund: these include IFC, EIB, FMO, BIO, SIFEM, Proparco and Caisse des Dépôts France.


TuninvesT 's performance to date has enabled the Group to widen its investor base to attract a number of new international investors, who are committing to a Fund targeting this region for the first time. These investors include the African Development BankAfrican Development Bank; CDC Group Plc (a fund-of-funds linked to the UK government); Financiere Oceor (an affiliate of Caisse d'Epargne France); a number of funds-of-funds (based in the US, France, and Switzerland); and a renowned family office in the Middle East.


Tuninvest and its affiliates (MarocInvest, MaghrebInvest Algeria), with their unique presence in the region, will invest the Fund in indigenous SMEs with a turnover of between €10 million and €50 million. These investments will be made in a range of business sectors, including manufacturing and agribusiness; packaging; telecommunications and technology; transport; petrochemical and plastics; pharmaceutical products; construction materials; financial services; energy production; education; and health. The Fund will target businesses with strong growth prospects and the potential to grow into regional champions.


The Fund will be invested in equity and quasi-equity through capital development transactions, minority acquisitions and buy outs. Tuninvest Finance Group will also seek to draw on the expertise of established foreign businesses by attracting foreign direct investments in its portfolio companies through joint-ventures. MPEF II has already approved new investments for a total of €58 million in companies based in Algeria, Morocco and Tunisia.

Tuninvest is today one of the top fund managers in the Maghreb and in Sub-Saharan Africa, with more than 14 years of local private equity experience, an extensive knowledge of the region and


a strong track record of delivering high returns. With US $350 million currently under management in the region, the Group has already carried out 65 investments and made 27 exits, with a track record of above-average returns and high exit multiples.


Commenting on the fund closing, Ziad Oueslati and Aziz Mebarek, founding partners of Tuninvest Finance Group

, said: "The unprecedented size of the Fund and the high calibre of investor illustrate underline growing investor appetite for North Africa. For the past 14 years we have demonstrated that, with local expertise, the Maghreb region offers an exciting prospect for investors who are looking outside the established markets.



has worked hard to secure the support of a large pool of experienced investors for the new Fund. We are particularly pleased to have secured the commitment of new investors from the public sphere and, for the first time, we have the backing of major Western financial institutions. This is a sure sign that these investors have every confidence in the Maghreb region and Tuninvest Finance Group



"We are very happy to be continuing our relationships with many of our long-standing investors - we view the fact that investors from MPEF I have committed larger amounts of capital to this new Fund as a show of confidence



"The Fund will focus on enhancing profitability and operating performances in businesses that have the potential to become regional champions in North Africa and the Mediterranean region."
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #7 ·
Tunisie - Lancement imminent du projet Port Financier de Tunis de GFH à 3 milliards de dollars



Gulf Finance House (GFH) a annoncé mardi 5 février dans un communiqué publié sur le site de la bourse de Dubai, le lancement des études relatives au projet de création du Port Financier de Tunis (Tunis Financial Harbour) dans le Golfe de Tunis.



« Nous avons entamé les préparatifs et déclenché le processus pour l'obtention des autorisations nécessaires par les autorités compétentes dans l'espoir de commencer le projet au cours de cette année » a déclaré Mr Esam Jenahi, Président de Gulf Finance House. « Nous sommes très enthousiastes pour ce projet vital qui est notre premier investissement en Tunisie. Ce projet nous met à la pointe des investisseurs internationaux en Tunisie. Nous sommes convaincus que le « Port Financier de Tunis », contribuera de façon significative à soutenir l'économie tunisienne, et sera considéré comme un des éléments stratégiques de l'infrastructure économique en Tunisie » a ajouté Mr Esam Jenahi.

Rappelons que le 13 décembre 2007, Gulf Finance House (GFH) a annoncé, son projet de création du Port Financier de Tunis (Tunis Financial Harbour) dans le Golfe de Tunis. Avec un investissement de près de 3 milliards de dollars américains, TFH marque l'entrée de GFH en Tunisie parmi les plus grands investisseurs internationaux dans le pays.

Un protocole d'accord avait été signé, quelques semaines auparavant, entre Gulf Finance House et le Gouvernement Tunisien.

Tunis Financial Harbour comprendra 4 composantes clefs, en plus de l'accueil d'une large frange de professionnels et d'autres entreprises d'activités de soutien. Il s'agit notamment d'un Corporate Center, un Centre d'Investissement Bancaire et de Conseil, et un Centre d'Assurance et de Takaful ainsi qu'un Centre de transactions.

S'étendant sur une surface totale de 450 ha, Tunis Financial Harbour offre dans sa phase initiale de développement une marina, un complexe commercial et résidentiel de villas, des locaux commerciaux et bureaux professionnels, un golf et un stade. Le projet comprend également une Business School de classe internationale. Il est estimé que Tunis Financial Harbour créera plusieurs milliers d'emplois et génèrera, chaque année, à l'économie tunisienne plusieurs milliards de dollars.

Gulf Finance House (GFH) a annoncé mardi 5 février dans un communiqué publié sur le site de la bourse de Dubai, le lancement des études relatives au projet de création du Port Financier de Tunis (Tunis Financial Harbour) dans le Golfe de Tunis.



« Nous avons entamé les préparatifs et déclenché le processus pour l'obtention des autorisations nécessaires par les autorités compétentes dans l'espoir de commencer le projet au cours de cette année » a déclaré Mr Esam Jenahi, Président de Gulf Finance House. « Nous sommes très enthousiastes pour ce projet vital qui est notre premier investissement en Tunisie. Ce projet nous met à la pointe des investisseurs internationaux en Tunisie. Nous sommes convaincus que le « Port Financier de Tunis », contribuera de façon significative à soutenir l'économie tunisienne, et sera considéré comme un des éléments stratégiques de l'infrastructure économique en Tunisie » a ajouté Mr Esam Jenahi.

Rappelons que le 13 décembre 2007, Gulf Finance House (GFH) a annoncé, son projet de création du Port Financier de Tunis (Tunis Financial Harbour) dans le Golfe de Tunis. Avec un investissement de près de 3 milliards de dollars américains, TFH marque l'entrée de GFH en Tunisie parmi les plus grands investisseurs internationaux dans le pays.

Un protocole d'accord avait été signé, quelques semaines auparavant, entre Gulf Finance House et le Gouvernement Tunisien.

Tunis Financial Harbour comprendra 4 composantes clefs, en plus de l'accueil d'une large frange de professionnels et d'autres entreprises d'activités de soutien. Il s'agit notamment d'un Corporate Center, un Centre d'Investissement Bancaire et de Conseil, et un Centre d'Assurance et de Takaful ainsi qu'un Centre de transactions.

S'étendant sur une surface totale de 450 ha, Tunis Financial Harbour offre dans sa phase initiale de développement une marina, un complexe commercial et résidentiel de villas, des locaux commerciaux et bureaux professionnels, un golf et un stade. Le projet comprend également une Business School de classe internationale. Il est estimé que Tunis Financial Harbour créera plusieurs milliers d'emplois et génèrera, chaque année, à l'économie tunisienne plusieurs milliards de dollars.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #8 ·
Le groupe français de restauration rapide Quick bientôt en Tunisie


Le groupe français de restauration rapide Quick a récemment publié son rapport d'activité reflétant la nouvelle dynamique du numéro 2 de la restauration rapide en France.

Dans ce rapport, le groupe a indiqué qu'il vise 53 restaurants supplémentaires en 2008 à travers différents modèles suivant les pays : en propre et en franchise sur les marchés de base (France et Belgique) ou encore en Catalogne, en franchise totale au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Nouvelle-Calédonie, en co-entreprise (groupe Tashir) en Russie.

« 2008 sera, comme les années suivantes, et dans un environnement compliqué, une année de croissance à la fois sur nos marchés de base (France, Belgique) et aussi sur des nouveaux territoires. Les modes de développement diffèrent selon les nouveaux pays concernés : en franchise totale au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Nouvelle-Calédonie, en joint-venture en Russie, en propre et en franchise pour la Catalogne. A déclaré Mr Jean-Paul Brayer, Président Financière Quick, CEO Groupe Quick.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #9 ·
Dossier : Bilan des IDE en 2007 : La Tunisie confirme son attractivité


Un flux global de 2070,8 millions de dinars

En 2007, les investissements directs étrangers en Tunisie ont confirmé leur progression en atteignant un montant record de 2070,8 millions de dinars.

Ils ont, ainsi, enregistré une hausse de 36% par rapport à l'année 2006.

La première place d'émetteur d'lDE en direction de la Tunisie, reste consacrée aux pays de l'union européenne.

En premier lieu, on trouve la Grande Bretagne avec 825,6 MDT, suivie par l'Italie avec 180,4 MDT et la France avec 160,4 MDT. Ces pays ont représenté un peu plus de la moitié des IDE et près des 2/3 du total européen.

Le Portugal a aussi enregistré une percée significative avec une augmentation de 125,2%, ainsi que l'Allemagne dont les flux en accroissement de 101,3% ont bien marqué la célébration du cinquantenaire des relations diplomatiques entre les deux pays. Coté classement général, la France occupe, de loin, la première place suivie de l'Italie et de l'Allemagne. Avec 1180 entreprises implantées, 1376,1 de MDT investis et 106 067 emplois générés, la France arrive toujours au premier rang des partenaires économiques de la Tunisie.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #10 ·
Classement des villes où il fait bon vivre : Tunis, 95ème

Tunis est l’une des villes où il fait bon vivre. L'enquête internationale réalisée par le leader mondial en matière de conseil en ressources humaines, Mercer Resource Consulting sur la Qualité de vie, place la capitale tunisienne parmi les cent premières villes sur un total de 250 agglomérations de par le monde.

Chaque ville est évaluée sur la base de 39 critères liés à la qualité de la vie, incluant les facteurs politiques (stabilité politique, criminalité, application des lois, etc.), économiques (régulation des taux de change, services bancaires, etc.) et environnementaux, la sûreté, la santé, l'éducation, les loisirs, les transports et autres services publics.

Tunis occupe la 95ème place, soit une place de moins que l’année dernière, mais loin devant des villes célèbres telles que Casablanca, le Caire, Ryadh, Jedda ou encore Shangai. Ce classement démontre à l’évidence que la qualité de vie dans notre capitale n’est pas des moindres. Loin de là.
L’enquête a montré que ce sont les villes d’Europe et d’Australie qui continuent de dominer en matière de la qualité de vie. La Suisse reste championne toute catégorie. Comme l'an dernier, deux de ses principales villes, Zurich et Genève, arrivent en tête du peloton.

Cette année, le critère hygiène et santé a fait l'objet d'un classement spécial. Quatre des cinq premières villes se trouvent en Amérique du Nord et presque la moitié des 30 villes les plus citées sont situées en Europe de l'Ouest. Tunis arrive en 78ème position devant Los Angeles, Koweit City, Jeddah …

Notons que ce classement spécifique a été établi en fonction de la qualité et de la disponibilité des équipements hospitaliers et médicaux, du niveau de pollution de l'air et des maladies infectieuses, de l'efficacité des systèmes de traitement des déchets et d'évacuation des eaux usées, de la qualité de l’eau potable et de la présence d'animaux et insectes nuisibles.
La position remarquable de notre pays confirmer la qualité et la performance des équipements hospitaliers et des services médicaux, associés à une meilleure qualité de l'air.

Avec de tels atouts, Tunis mérite d’être classée juste derrière New York City et au même rang que Buenos Aires
 

·
Luxus Sama
Joined
·
447 Posts
Le groupe français de restauration rapide Quick bientôt en Tunisie


Le groupe français de restauration rapide Quick a récemment publié son rapport d'activité reflétant la nouvelle dynamique du numéro 2 de la restauration rapide en France.

Dans ce rapport, le groupe a indiqué qu'il vise 53 restaurants supplémentaires en 2008 à travers différents modèles suivant les pays : en propre et en franchise sur les marchés de base (France et Belgique) ou encore en Catalogne, en franchise totale au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Nouvelle-Calédonie, en co-entreprise (groupe Tashir) en Russie.

« 2008 sera, comme les années suivantes, et dans un environnement compliqué, une année de croissance à la fois sur nos marchés de base (France, Belgique) et aussi sur des nouveaux territoires. Les modes de développement diffèrent selon les nouveaux pays concernés : en franchise totale au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Nouvelle-Calédonie, en joint-venture en Russie, en propre et en franchise pour la Catalogne. A déclaré Mr Jean-Paul Brayer, Président Financière Quick, CEO Groupe Quick.
I have 2 questions:
1/when are they planning to open their 1st fast-food in Tunisia?
2/they remind me of Pizza Hut when they opened 2 restaurants in Tunis but both were closed some time after...I hope Quick won't encounter the same problems...what do you think?
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #12 ·
I have 2 questions:
1/when are they planning to open their 1st fast-food in Tunisia?
2/they remind me of Pizza Hut when they opened 2 restaurants in Tunis but both were closed some time after...I hope Quick won't encounter the same problems...what do you think?

Well I don't know really .

nothing planned yet but we should have an annoucement before the end of the year .

As far As i know Pizza Hut closed due ti conflict of interest between the Tripolitans and pizza Hut this was a long time ago i m not sure if they could do the same thing now ...all the project must be approuved by the gov and the tripolitans they won't approuve a project before they get their hands into the business ^^
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #13 ·


L'ouverture du bureau de représentation de la banque islamique Noor a été annoncée le 20 juin par le Directeur Général de la banque, M. Hussein Al Qemzi, lors de la conférence de presse dédiée pour l’occasion. C’est M. Sadok Attia, ancien banquier tunisien qui dirigera les opérations de la banque en Tunisie. Il nous a indiqué que le nouveau bureau se propose d’offrir les meilleurs services, en matière de financement islamique, qui seront compatibles avec les attentes des clients.


En fait, la Noor Islamic Bank est fondée en 2006 à Dubaï. Le lancement de ses services a été effectué le 7 janvier 2008. Son capital a atteint actuellement les 15 milliards de dirhams. Elle propose des solutions financières comprenant des opérations bancaires pour les particuliers, des opérations financières d’entreprises, etc., elle est la 48ème banque à l’UAE et la 6ème banque islamique du pays. Aux Emirats Arabes Unis, elle dispose de 10 agences. Le bureau de Tunisie est à ce stade la seule représentation de la banque en dehors de l’UAE.

Sur le marché tunisien, M. Attia nous a souligné que la banque compte établir des transactions avec les non résidents, les entreprises publiques, les groupes économiques, etc. «Mais pas encore avec les particuliers», a-t-il affirmé. Concernant l’environnement juridique en Tunisie, M. Attia a signalé qu’il est attendu que les lois tunisiennes s’adaptent avec la nouvelle présence d’une banque islamique sur le marché.

«Dans d’autres pays comme la Grande-Bretagne, on a dû réglementer la présence des banques islamiques, ce qui a permis à ce pays de devenir une plateforme islamique mondiale. A Singapour également, l’Etat a dû légiférer pour attirer les banques islamiques au pays», nous a affirmé M. Al Qemzi.

D’ailleurs, le bureau de représentation se propose d’être le stimulant à la croissance des liens commerciaux entre les Emirats Arabes Unis et la Tunisie. Comme objectif : la recherche de nouveaux investissements qui augmenteront la rentabilité de la banque tout en se concentrant sur la finance islamique. Et il ne faut pas rêver, comme toute autre banque conventionnelle, la banque islamique cherche elle aussi le profit. «Ce sont des institutions financières qui cherchent le profit», nous l’a précisé M. Al Qemzi, en convenance avec la Chariâa islamiq
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #14 ·

March 2008


Dans une interview accordée au journal « La Presse », M. Slim Tlatli, président de la Commission Supérieure des Grands Projets a dressé l’état d’avancement des très attendus grands projets.

Il faut dire que depuis l’annonce officielle de ces mégaprojets, les citoyens ne les voyaient pas se concrétiser.
En plus, les étapes de réalisations de ces projets nous sont complètement inconnues. Nous ne possédons pas encore en Tunisie la culture de ces Mégaprojets.

Ce n’est qu’une étape transitoire qu’il faut manipuler avec beaucoup plus de dialogues et de communication car il s’agit bien d’un changement et tout changement doit être effectué avec délicatesse.
C'est dans cette logique que nous pensons que cet entretien tombe à pic. Seule une communication claire peut faire face aux rumeurs.

Quant à l’avancement de ces projets, M. Tlatli a indiqué :

1. «Sama Dubaï » est un promoteur qui a un plan de travail précis. Il a étudié le marché, organisé des brainstorming, pour cerner les attentes et les besoins, les contraintes et les réticences, établi un plan de communication, un plan marketing. Tout ce travail n’est pas visible et ne ressortira que par la suite.
Il a soumis son Master Plan qui a fait l’objet de quelques remarques. Celui-ci doit être soumis une seconde fois pour approbation. Et sitôt approuvé aura lieu la fameuse conférence de presse que tout le monde attend.


2. «En ce qui concerne le projet Bukhatir, l’accord d’investissement est finalisé et sur le point d’être signé. Ceci dit, ils ont déjà commencé à travailler : on déblaye le futur terrain de golf, et le sales office sera prêt dans moins de deux mois».

3. A « El Hassyene », sur la route de Kalaât Al-Andalous, le Gulf Finance House de Bahreïn se propose de créer “Tunis Financial Harbour”. Les accords d’investissement sont actuellement en cours. Les Bahreïnis souhaitent aller vite, envisagent de commencer avant la fin de l’année, et se donnent trois ans pour réaliser ce projet».

4. A Hergla, Emaar, le promoteur émirati, se propose d’édifier un complexe touristique : hôtels, appartements, villas, golf, marina, restaurants.
Là aussi, les négociations sont en cours de finalisation. Et les travaux de ce projet de quelque 2 milliards de dollars démarreront avant la fin de l’année.


5. A Korbous, par contre, les négociations du projet de DAMAC, autre promoteur émirati, prennent un peu plus de temps que prévu. Ce projet de 10 milliards de dollars concerne à la fois Sidi Raïs, Aïn Kalassira, Aïn Oktor, et mettra en valeur 7 sources thermales aux vertus différentes jusque-là archaïquement exploitées. On avait envisagé en un premier temps de réaménager le centre urbain, mais cela pose pour l’instant des problèmes fonciers à résoudre.
On a donc opté pour une solution périphérique, pour une première tranche».

« Bled El Ward » à l’Ariana et Zembra, qui menacent toutes deux, si on n’est pas vigilants, de se transformer en catastrophes écologiques.

6. Il est évident que ce sont là des préoccupations légitimes et qu’il en a été tenu compte. Aucun accord ne se fera sans études d’impact approfondies.
En ce qui concerne Zembra, qui intéresse un groupe privé chinois, désireux de faire du tourisme écologique, ce sera un développement très “soft”.
Il s’agira de mettre en valeur une zone protégée. On ne développera donc que la partie de l’île où s’élevait l’ancien hôtel de la STB, en l’étoffant d’un golf, de quelques villas et d’une clinique jouvence. Ce développement à l’échelle humaine ne concernera que quelque 80 hectares de l’île.

Là, les investisseurs se proposent de mettre en valeur un site romain, de créer un observatoire pour les oiseaux, de développer la plongée sous-marine et de n’autoriser que la pêche sportive.

7. “Bled El Ward”, projet de l’investisseur El Maâbar, elle aussi, pose de sérieux problèmes écologiques. Comment l’intégrer dans la Sebkha de l’Ariana sans nuire à la fonction naturelle de celle-ci qui est de réguler l’écoulement des eaux pluviales de La Soukra qui y déferlent ?
Ces contraintes écologiques doivent être et seront obligatoirement respectées.

Aussi, ira-t-on par étapes: la première tranche, Diar El Fel, portera sur 300 hectares – dont 200 de construction – et comportera une marina, un centre sportif et de santé et un centre financier.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #15 ·
(TAP)- Le conseil d'administration de la Banque centrale de Tunisie (BCT), a tenu, mardi, sa réunion périodique consacrée à l'examen de la conjoncture économique et financière au double plan national et international.

L'environnement international a été marqué, au cours du mois de juin 2008, par la poursuite de la hausse des prix de la plupart des produits de base, notamment les denrées alimentaires et le pétrole dont les cours ont atteint de nouveaux records, soit environ 140 dollars le baril, ce qui accentue les risques de déséquilibres et les tensions inflationnistes dans la plupart des pays et pourrait amener les principales banques centrales à durcir leurs politiques monétaires.

Cette situation, conjuguée aux fluctuations des marchés des changes et financiers internationaux est de nature à affecter le rythme de la croissance mondiale.

Sur le plan national, les échanges commerciaux avec l'extérieur ont continué à progresser, enregistrant au terme du 20 juin 2008 un accroissement de l'ordre de 26 pc des exportations et des importations.

L'activité s'est également, poursuivie dans le secteur des industries manufacturières au rythme de 7,5 pc, au cours des quatre premiers mois de 2008, contre 10,1 pc durant la même période de 2007, et l'activité touristique a progressé, jusqu'au 20 juin 2008, à un rythme proche de celui de l'année écoulée. Toutefois, les pressions exercées par l'instabilité de la conjoncture internationale requièrent l'intensification des efforts pour en contenir les éventuelles répercussions, préserver le rythme de la croissance économique, maîtriser l'inflation et sauvegarder les équilibres financiers tant intérieurs qu'extérieurs, en particulier à travers le maintien du déficit courant et celui du budget de l'Etat à des niveaux acceptables.

Aussi, est-il impératif d'œuvrer, notamment, à accroître la productivité, améliorer la compétitivité et rationaliser la consommation.

Sur le plan monétaire, la masse monétaire et les concours à l'économie se sont accrus, au cours des cinq premiers mois de 2008, de 6 pc et 4 pc, respectivement, contre 4,5 pc et 3,4 pc durant la même période de l'année précédente reflétant la consolidation de l'intervention du secteur bancaire pour soutenir l'investissement et l'emploi.

La persistance de la situation de surliquidité a nécessité une intervention accrue de la banque centrale pour se prémunir contre les pressions inflationnistes.

Le taux d'intérêt au jour le jour sur le marché monétaire a fluctué, depuis le début du mois courant, entre 5,13 pc et 5,38 pc. Concernant l'indice général des prix à la consommation familiale, il s'est stabilisé au cours du mois de mai 2008 en comparaison avec le mois précédent, contre une hausse de 0,7 pc en mai 2007.

Les données provisoires disponibles font état d'un recul du glissement annuel des prix à 4,8 pc au terme du 20 juin 2008, après avoir atteint 5,3 pc à la fin du mois de mai dernier.

S'agissant du cours du dinar sur le marché des changes, il a enregistré, depuis le début de l'année et jusqu'au 23 juin 2008, une appréciation de 3,7 pc vis-à-vis du dollar américain et une dépréciation de 1,9 pc contre l'Euro.

A la lumière de ces évolutions, le conseil d'administration a décidé de maintenir inchangé le taux d'intérêt directeur de la BCT, tout en insistant, de nouveau, sur la nécessité de continuer à suivre de près l'évolution de la conjoncture internationale et ses retombées éventuelles au plan national.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #16 ·
Notation : La Tunisie préserve sa position de leader au niveau régional





La Tunisie a consolidé sa bonne position de leader économique dans son environnement régional. Deux rapports du Forum Economique Mondial (WEF) viennent de le confirmer. Ils ont classé la Tunisie 1ère au Maghreb et en Afrique et 3ème dans la région arabe.


Le premier, le Global Information Technology Report (avril 2008), a classé la Tunisie 35ème dans le monde sur un total de 127 pays pour la qualité de son réseau des technologies de l’information et 4ème pour le succès du gouvernement tunisien dans sa politique de promotion des TIC.


Publié pour la 7ème année consécutive, ce rapport est désormais la référence internationale la plus complète pour l’évaluation de l’impact des TIC sur le processus de développement et la compétitivité des différents pays.


L’indice Networked Readiness Index (NRI) évalue dans quelle mesure les pays sont prêts à utiliser les TIC efficacement, et ce sous trois angles: le contexte général dans lequel s’inscrivent les TIC aux plans commercial, réglementaire et des infrastructures; la capacité des trois partenaires principaux –particuliers, entreprises et gouvernement– à utiliser les TIC et à en tirer parti; et enfin, leur utilisation effective des TIC les plus récentes.



Avec ce classement, la Tunisie s’adjuge la première place au Maghreb et en Afrique. Elle devance de loin le Maroc (74ème), l’Algérie (88ème), la Mauritanie (97ème) et la Libye (105ème).
En Afrique, elle devance l’Afrique du sud (51ème) et le Sénégal (85ème).Dans la région arabe, elle vient après les Emirats Arabes Unis (29ème) et le Qatar (32ème).



En Méditerranée, elle fait mieux que l’Italie (42ème). En Asie, la Tunisie passe avant la Chine (57ème) et l’Inde (50ème).



Le second rapport du FEM porte sur les facilitations au commerce international (Global Enabling Trade Report). La Tunisie a été classée, par ce rapport, 1ère au Maghreb et en Afrique, 3ème dans la région arabe et 49ème dans le monde.
Ces résultats viennent illustrer l’ouverture de la Tunisie au commerce et aux investissements internationaux, une des composantes de la stratégie de développement économique.



Publié pour la première fois, au mois de juin 2008, et couvrant 118 économies du monde entier, le Global Enabling Trade Report 2008 présente une analyse internationale du grand nombre de mesures simplifiant les échanges commerciaux.



L’Enabling Trade Index utilisé dans le rapport mesure les facteurs, les politiques et les services qui simplifient la libre circulation des marchandises à travers les frontières et jusqu’à destination. L’indice se penche sur les facteurs qui encouragent le commerce dans quatre domaines: l’accès au marché, l’administration douanière, l’infrastructure de transport et de communication et l’environnement commercial.



Avec ce classement, la Tunisie fait mieux que les pays maghrébins et africains: le Maroc (74ème), l’Algérie (108ème) la Mauritanie (97ème) et l’Afrique du Sud (59ème).



Dans le monde arabe, deux pays du Golfe arabe font mieux que la Tunisie ; il s’agit du Bahreïn (37ème) et le Qatar (41ème). Elle devance toutefois Oman (50ème), la Jordanie (51ème), l’Arabie Saoudite (53ème), le Koweït (58ème), et l’Egypte (87ème).


La Tunisie est appréciée pour l’efficacité et la transparence de l’administration douanière, les procédures d’import-export, la qualité des services et des infrastructures de transport, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC), la stabilité de l’environnement et la sécurité.


Par sous rubriques, la Tunisie est ainsi classée 88ème pour les prestations douanières, 34ème pour l’infrastructure de transport et 53ème pour l’environnement commercial
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #17 ·
Le groupe The Rezidor a annoncé qu'il compte augmenter le nombre d'éco-hôtels en Tunisie et en Europe d'ici la fin de 2008, en ajoutant à son porte feuille 50 hôtels.

Les établissements seront certifiées et reconnus par des organismes privés, tels que « the Tourism Business Scheme » au Royaume-Uni, « the Green Hospitality Award » en Irlande, « the Nordic Swan Eco-label » en Scandinavie et « the Green Key » en France, en Tunisie et en Benelux.
Le groupe Rezidor Montréal est l'une des plus florissantes entreprises hôtelières dans le monde.

Rezidor Hotel Group enregistre, aujourd'hui, une croissance dix fois supérieure à celle réalisée en 1993.

Il figure parmi les cinq plus grandes sociétés de gestion hôtelière avec plus de 68000 chambres dans plus de 330 hôtels dans 51 pays en Europe, Moyen-Orient et en Afrique
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #18 ·
La société Thani Emirates Petroleum Corp, qui est basée à Dubaï, prévoit d'investir, cette année, 60 millions de dollars et 80 millions de dollars en 2009, et ce, dans les régions d'Afrique du Nord et de l'Ouest ainsi qu'au Sud-Est de l'Asie, a déclaré Ihsan al-Charqi, Chef des opérations au sein de la société, en marge d'une manifestation sur l'énergie.

La société « cherche à faire appel à un producteur de pétrole ayant une expérience dans ces régions, ou à des institutions financières qui apprécient les principes fondamentaux de l'entreprise en amont et sachent évaluer les risques », a-t-il déclaré.


Mr Ihsan al-Charqi a fait remarquer en final que la société prévoit cette année d'effectuer des opérations de forage de trois puits en Tunisie, à la recherche de pétrole.

Thani Emirates Petroleum Corp en bref

Thani Emirates Petroleum Corp est une société arabe indépendante de pétrole ayant un certain nombre d'intérêts de pétrole et de gaz au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Elle a également signé un mémorandum d'accord avec la Sonatrach et Pertamina PE pour l'identification conjointe des possibilités d'investissement dans le pétrole et le gaz afin d'étendre son activité sur d'autres régions.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #19 ·
En marge de la tenue de la 10ème édition du forum de Carthage sur l'investissement, Audinet Tunisie a eu un petit entretien avec Mr Isnardo CARTA, le PDG de la zone DIET pour avoir une idée sur l'avancement du projet à l'heure actuelle.

Audinet : Quels sont les opportunités que peut vous offrir de tels forums d'investissement en Tunisie ?

Mr Isnardo : Notre participation au forum de Carthage est devenue un rituel depuis 2003, la date de notre arrivée en Tunisie. Quand nous avons participé au forum à cette époque le projet DIET d'Ennfida était encore une idée. Grâce à de tels forums et grâce aux organismes tunisiens, le voila aujourd'hui l'un des plus grands projets industriels au pays.

Je tiens à rappeler que la zone DIET s'étend sur 200 hectares de surface sur la plus grande autoroute en Tunisie, a côté du méga aéroport qui est déjà en cours de construction, et sans oublier le port en eaux profondes qui verra démarrer la construction dans quelques mois.

Notre objectif et l'attraction des investisseurs étrangers vers la Tunisie pour créer de nouvelles entreprises et de nouvelles opportunités à la main d'œuvre tunisienne et de contribuer à la croissance de l'économie du pays.

Audinet : Quel est le taux d'aménagement atteint jusqu'à ce jour ?

Mr Isnardo : Jusqu'à maintenant nous avons achevé l'aménagement total de 100 hectares, et nous avons demandé aux autorités tunisiennes l'accord pour le démarrage de la deuxième phase puisque la première est totalement engagée.


Audinet : On sait bien qu'à un certain moment, la commercialisation a connu un petit ralentissement puis elle a repris sa vitesse. Est-ce que l'aéroport d'Ennfidha à contribué à cela ?

Mr Isnardo : Depuis le démarrage de construction de l'aéroport d'ennfida, les demandes on était fortement boostées. Je site un exemple qui résumera la situation; un client des USA envisageait depuis des années de s'implanter en Tunisie à la zone DIET, quand je lui ai envoyé les photos de construction de l'aéroport il a tout de suite confirmé.

Audinet : Est-ce que vous avez gardé la même rigueur dans les cahiers de charges envers la protection de l'environnement ?

Mr Isnardo : Sans aucun doute, pour nous la protection de l'environnement est une conviction et une question de principe. D'ailleurs avons intérêt à garder cette rigueur. D'abord pour honorer nos engagements face à ce beau pays la Tunisie qui nous a donné l'opportunité d'y investir. En suite, il faut savoir que les investissements réalisés sur la première tranche sont à long terme, et il reste encore 100 hectares dans la deuxième phase qui ne seront pas aménagés si les conditions de protection de l'environnement ne sont pas respectées.

Notre présence ici n'est pas de passage, nous travaillons avec d'autres institutions tunisiennes autre que DIET, nous développons notre activité et notre business en Tunisie et de la Tunisie vers d'autres pays.
 

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,071 Posts
Discussion Starter · #20 ·
Ces projets mobiliseront à l’horizon 2010 quelque 65 milliards de dollars, contribueront à la création de 200 mille emplois et renforceront de 1 à 1,5 points le rythme de la croissance

La Tunisie a réussi à la faveur de son environnement d’affaires attrayant, à la qualité de ses infrastructures et de ses ressources humaines à séduire et à drainer une nouvelle catégorie d’investisseurs. Il s’agit des fonds souverains des pays du Golfe qui viennent avec un nouveau savoir-faire, une nouvelle manière de faire des affaires et une grande expérience internationale.
Une opportunité exceptionnelle qui s’offre aux entreprises tunisiennes afin de maximiser les grands projets et d’en tirer profit. Et, pour en savoir plus, sur ces projets qui ne manquent pas de conférer au marché tunisien une nouvelle dimension, le Centre des Jeunes Dirigeants a ouvert un débat sur l’impact économique des grands projets et les Jeunes dirigeants. Un débat animé par M. Slim Tlatli le président de la Commission Supérieure, des grands Projets, qui d’une part, a rassuré les Jeunes Dirigeants quant aux
opportunités disponibles et d’autre part, les a appelés à s’unir au sein de regroupements de PME, afin de pouvoir répondre aux besoins des grands holdings, promoteurs des mégaprojets dans notre pays.

Ils étaient quelque 200 jeunes dirigeants à prendre part au débat organisé samedi dernier par leur corporation (le Centre de Jeunes Dirigeants), autour d’une thématique de grand intérêt, car son impact sur l’économie tunisienne, la croissance et surtout la création d’emplois est impressionnante».

présence des jeunes dirigeants en grand nombre à cette rencontre mensuelle du CID témoigne de l’intérêt accordé à l’impact des grands projets mais aussi de leur volonté à prendre part à la révolution que connaîtra le pays.

Et, pour ce faire, il faudrait saisir les opportunités multiples offertes par les grands projets. M. Slim Taltli, président de la Commission Supérieure des Grands Projets, précisera d’emblée aux Jeunes Dirigeants que l’ensemble des Grands projets, promus par le secteur privé, notamment les fonds souverains des pays du Golfe sont conformes à la vision, au concept et aux ambitions de la Tunisie. Mais cela n’empêchera pas les Jeunes Dirigeants d’exprimer certaines craintes, d’être engloutis, par des holdings de grande taille. Ils ont formulé expressément le risque de ne pas savoir optimiser et maximiser les opportunités qui s’offrent et de rater le train du développement du pays.

Ces grands projets sont de nature à conférer une nouvelle dimension à la Tunisie, qui aspire à devenir une plate-forme régionale, voire internationale, de services. Elle ambitionne d’être un des portails des plus importants de la Méditerranée voire de l’Afrique!

Un nouveau type d’IDE, conforme à la vision et aux objectifs de la Tunisie

Ce qui amènera le président de la Commission Supérieure des Grands projets à exposer la nouvelle approche en matière d’IDE, adoptée par la Tunisie. Une approche qui s’est soldée par la mobilisations d’un volume d’investissements jamais réalisé en Tunisie. En effet, l’ensemble des projets mobilisera, à l’horizon 2010, quelque 65 milliards de dollars, contribuera à la création d’environ 200 mille postes d’emploi, et renforcera la croissance de 1 à 1,5 points supplémentaires. M. Slim Tlatli a expliqué que l’approche prônée par la Tunisie est basée sur deux axes: d’abord la recherche d’investissements à même de concrétiser la vision du Président Ben Ali, pour la Tunisie de Demain, ensuite, sur un constat établi sur la scène internationale des Investissements Directs Etrangers.
Le monde a connu de nouveaux venus sur le terrain des l’IDE, en l’occurrence les fonds souverains. Une nouvelle catégorie d’investisseurs, disposant de cash, avec en prime de nouveaux concepts, une créativité débordante, une nouvelle manière de faire, et une grande expérience internationale en matière de grands projets. Il fallait donc, trouver le moyen d’instrumentaliser ces investissements en faveur de l’économie et du développement du pays ainsi que dans le dessein de concrétiser la vision du Président Ben Ali et ses objectifs. Des objectifs relatifs essentiellement à l’accélération du rythme de la croissance. Une croissance génératrice de richesses et d’emplois, priorité nationale absolue. Autre objectif ? La concrétisation de la vision du Président Ben Ali qui ambitionne de faire de la Tunisie une plate-forme régionale de services et un des portails indispensables en Méditerranée.

«C’est là, toute la vocation et l’avenir de la Tunisie que nous tenterons de concrétiser à travers les grands projets.L’objectif est de les amener à servir, nos intérêts et notre vision de la Tunisie», devait expliquer le Président de la Commission des Grands Projets.
L’arrivée massive des investisseurs des pays du Golfe a exigé, parallèlement, une réponse aux besoins spécifiques et aux exigences de cette nouvelle forme d’investisseurs. Leurs exigences se résument, d’abord, la un climat d’investissement et d’affaires propices, un interlocuteur unique et un cadre juridique et fiscal approprié.
Pour la première exigence, M. Tlatli a souligné que la Tunisie bénéficie de conditions favorables à l’investissement, sachant que rien n’est parfait, et qu’il y a certainement des choses à améliorer. Ensuite, pour la seconde exigence, M. Tlatli a indiquée qu’une structure a été crée sotre d’interlocuteur unique, qui n’est autre que la Commission Supérieure des Grands Projets, rendue nécessaire vu la nature des projets, qui sont intégrés et qui touchent à différents secteurs d’activités (santé, habitat, tourisme, finances). La structure, évite aux investisseurs de se perdre dans le labyrinthes des différents départements ministériels et surtout d’avoir une réponse et une décision rapides et efficaces.

Répondre aux exigences des investisseurs des fonds souverains

S’agissant du cadre juridique et fiscale, des grands projets qui ne répondent pas aux critères du Code de Promotion des Investissements, le législateur tunisien a procédé à la promulgation d’une Convention qui fait force de loi et qui regroupe toutes les dérogations, non prévues par le Code.

M. Tlatli a fait savoir que ces grands projets répondent à la vision et au concept définis par la Tunisie. Aussi, le projet «Tunis City Sport», promu par le Groupe emirati, Boukhater, a pour objectif de faire de la Tunisie un centre de «business sportif» dans la région. Par la création d’académies sportives de haut niveau, la Tunisie deviendre une destination, notamment en Afrique, pour la formation des jeunes sportifs.

Quant au projet «Tunis Financial Harbor», qui sera érigé dans la zone de Hessiane, à Raoued, et promu par une société bahréinie, il serait une zone financière entièrement off shore, dans laquelle seraient implantés, des banques, des assurances et autres services liés aux finances off shore. Un projet qui comprend par ailleurs, deux universités (négociation en cours avec Harvard et London Business School); un centre de formation en finances et aux assurances, un terrain de golf …
Quant au projet «La porte de la Méditerranée», promu par«Sama Doubaï», au lac Sud de Tunis, il comprend, entre autre, une «Internet City» et une «Health City», qui correspond parfaitement à la vision de faire de la Tunisie un centre international de services. Sans compter que certains de ces projets comprennent des volets touristiques dont la finalité est de repositionner le tourisme tunisien sur le très haut de gamme et pourquoi pas de faire de la Tunisie la nouvelle «Costa ESmeralda» ?

Une fois les projets réalisés, les emplois créés seront durables, de qualité et de haute compétence. Ils toucheront directement les diplômés du supérieur.
Néanmoins, la viabilité de ces projets ne serait efficace que si le pays réussit à drainer d’autres IDE, de même qualité, qui s’implanteraient au sein de ces grands projets.

Pour ce faire, la Tunisie a accordé des avantages fiscaux et financiers aux investisseurs étrangers qui opteraient pour l’implantation du côté de chez nous et exporteraient leurs services vers le monde entier. Ce qui serait de nature à créer une synergie sur notre modèle de croissance, à nous permettre de mieux nous intégrer dans la mondialisation, et à découvrir de nouvelles formes et de méthodes pour faire des affaires.

Les PME tunisiennes et précisément les Jeunes Dirigeants sont appelés à se rassembler dans le cadre de groupements professionnels, afin de pouvoir répondre à la demande des grands investisseurs et de collaborer avec eux. Il s’agit-là d’un grand défi qui s’ajoute à celui de la formation des ressources humaines.

Source : lerenouveau .com.tn
 
1 - 20 of 409 Posts
Top