SkyscraperCity banner

61 - 80 of 183 Posts

·
Registered
Joined
·
2,014 Posts
Oui, c'est la que la communaute catholique d'Annaba se retrouve.
 

·
algerian cyborg
Joined
·
2,536 Posts
Basilique Saint-Augustin d’Annaba

Début des travaux de restauration en février



Les travaux de restauration de la basilique Saint-Augustin seront lancés au courant du mois de février prochain, a annoncé jeudi à Annaba l’archevêque de Constantine et d’Annaba, Mgr Paul Desfarges, lors d’une conférence de presse. D’un coût de 420 millions de dinars, cette opération vise à “maintenir la valeur symbolique et interculturelle de cet édifice religieux du patrimoine algérien qui se trouve au cœur de la Méditerranée”, a souligné Mgr Desfarges, qualifiant ce projet “d’exemplaire et d’exceptionnel” en matière de partenariat entre l'Association diocésaine d’Algérie et les autorités de ce pays. La restauration de la basilique Saint-Augustin, qui vise également à assurer la sécurité des visiteurs, la pérennité et l’intégrité esthétique de la construction, s’effectuera en trois tranches pour une durée globale de trente mois, selon le directeur du projet. La basilique Notre-Dame-d’Afrique (Alger), qui avait fait l’objet, ces dernières années, d’une opération similaire, sera inaugurée le 13 décembre prochain.
http://www.liberte-algerie.com/edit...travaux%20de%20restauration%20en%20f%E9vrier&
 

·
الجزائر
Joined
·
5,322 Posts
^^ C'est vrai ils ont apporté les matériaux nécessaire pour la rénovation (échafaudage........):cheers:
 

·
Registered
Joined
·
2,014 Posts
En regardant les photos de la facade, on se rend compte qu'il y a du plexiglas appose devant les vitraux. Cela veut dire ce que cela veut dire. Triste! Mais, heureux que les travaux commencent bientot!!
WeB et Sarim, merci a vous 2!! :)
 

·
Banned
Joined
·
395 Posts
Il y a une question que je me pose : d'où vient la communauté catholique d'Annaba ? Est-ce que ce sont des catholiques enracinés dans la région depuis des temps très anciens ? Est-ce que ce sont des Européens qui s'y sont installés pendant les deux derniers siècles ? Est-ce impossible à dire tant ils constituent un mélange varié ? Avez-vous quelques indications ?
 

·
Registered
Joined
·
2 Posts
Salut wlad bladi
Je suis un etudient d'architecture a annaba et j'ai un expose sur un édifice ........

J'ai choisi Saint Augustin et j'ai besoin d'infos à ce sujet

et sur la perception que vous avez quand vous le voyez

et le symbole de chaque sculpture et décoration

donnez moi info au site web

merci d'avance
 

·
Registered
Joined
·
2,014 Posts
Salut wlad bladi
Je suis un etudient d'architecture a annaba et j'ai un expose sur un édifice ........

J'ai choisi Saint Augustin et j'ai besoin d'infos à ce sujet

et sur la perception que vous avez quand vous le voyez

et le symbole de chaque sculpture et décoration

donnez moi info au site web

merci d'avance
Jaed, tu as pas mal d'infos utiles la dessus qui peuvent t'aider a demarrer ta recherche: http://mico.over-blog.org/article-la-basilique-saint-augustin-42058084.html
Contacte ou va voir le Pere Raphael a St-Augustin meme et/ou l'Archidiocese de Constantine-Hippone a Constantine. Bon courage!
 

·
Registered
Joined
·
2,014 Posts
Il y a une question que je me pose : d'où vient la communauté catholique d'Annaba ? Est-ce que ce sont des catholiques enracinés dans la région depuis des temps très anciens ? Est-ce que ce sont des Européens qui s'y sont installés pendant les deux derniers siècles ? Est-ce impossible à dire tant ils constituent un mélange varié ? Avez-vous quelques indications ?
Pas ou tres peu de catholiques locaux enracines, perso je n'en connais pas, par contre il y a quelques convertis. Le gros du lot etant surtout compose d'expatries (Europe & Afrique).
 

·
algerian cyborg
Joined
·
2,536 Posts
En regardant les photos de la facade, on se rend compte qu'il y a du plexiglas appose devant les vitraux. Cela veut dire ce que cela veut dire. Triste! Mais, heureux que les travaux commencent bientot!!
WeB et Sarim, merci a vous 2!! :)
de rien :)
 

·
Moderator
Joined
·
27,815 Posts
Dans le sillage de la restauration de Notre-Dame d’Afrique
Bain de jouvence pour la basilique Saint-Augustin d’Annaba

http://www.latribune-online.com/suplements/reportage/45231.html



L’histoire de la basilique Saint-Augustin à Annaba remonte à 1839 lorsque Monseigneur Dupuch, adepte et grand amoureux du saint homme arriva dans cette ville numide avec dans ses bagages l’idée de rendre à Hippone son aura et son rayonnement d’antan avec un projet grandiose comprenant la construction d’un grand complexe avec une basilique, une bibliothèque, un monastère et une maison d’accueil. Mais ce projet, malgré l’insistance et la persévérance de l’homme, ne put voir le jour et on dut adopter une vision plus modeste de cette initiative en retenant uniquement la construction de la basilique. L’abbé Pougnet du diocèse d’Avignon avait été désigné pour en dresser les plans et la première pierre de la basilique en chantier fut bénie le 9 octobre 1881 par Monseigneur Combes, évêque de Constantine et d’Hippone. L’église devait avoir une forme architecturale prenant en compte l’histoire et la culture de la ville avec un style arabo-mauresque bien intégré. C’est seulement que le 29 mars 1909 que la basilique fut consacrée en grande pompe et la première messe y fut dite devant une foule de prêtres et de fidèles de toute la région. En 1933, l’évêque de Constantine et d’Hippone en confia la garde à l’Ordre de Saint- Augustin représenté par la province augustinienne de Malte. Construit sur un promontoire surplombant les ruines de l’antique Hippone, cet édifice religieux dédié à la mémoire de l’un des plus grands docteurs de l’Eglise chrétienne se veut un espace d’échange entre les différentes cultures et civilisations et se dresse là pour prouver au monde la coexistence pacifique de deux religions monothéistes qui, par le passé, se sont longtemps opposées et combattues. La basilique, qui allie les styles arabo-mauresque mais aussi byzantin et romain, se présente comme un ensemble harmonieux où, pour qui sait observer, on retrouve les touches artistiques des civilisations qui ont investi les lieux et que l’architecte a voulu intégrer dans son œuvre pour présenter et offrir au public la dimension universelle de saint Augustin, grand humaniste et homme de dialogue.L’imposante statue de saint Augustin coulée dans le bronze des canons turcs et posée à mi-côteau sur un autel de marbre blanc à quelques mètres de l’entrée de la basilique avait longtemps été considérée comme le mausolée abritant le tombeau du saint homme, ce qui avait amené sur les lieux des milliers de pèlerins venus des quatre coins du monde pour s’y recueillir. En réalité, la dépouille de saint Augustin repose à Pavie depuis le VIIIe siècle mais cela n’empêcha pas les touristes qui affluaient de faire le voyage depuis la lointaine Amérique pour marcher sur les traces du saint homme.

Etat des lieux déplorable

Dans sa conception de la basilique, l’abbé Pougnet avait voulu «que la lumière fût», il s’en servit et servit tout l’édifice depuis l’abside au porche en passant par les transepts, le maître-autel et la nef centrale en veillant à ce que cette lumière soit harmonieuse et sans violence pour se répandre avec douceur partout dans ce lieu de culte chrétien. La basilique a conservé cette conception et a préservé la disposition des lieux mais le poids des ans et les ravages du temps ont fait qu’elle se dégrada et perdit de sa beauté et de sa majesté.Des vitraux brisés, un toit qui tombe, une étanchéité qui n’en est plus une avec toutes les eaux de pluie qui s’infiltrent, une façade et des murs intérieurs qui tombent en ruine. Il faut dire que depuis sa construction, l’édifice n’a pas connu de véritable restauration ou réhabilitation, on se contentait de petits travaux ponctuels sans plus. La basilique, qui accueille entre 15 000 et 20 000 visiteurs par an, a attiré l’attention des pouvoirs publics algériens et français en vue d’une restauration complète de cet édifice religieux comme cela a été le cas pour Notre-Dame d’Afrique à Alger.

Les fonds nécessaires à cette entreprise (420 millions de DA) ont été collectés des deux côtés de la Méditerranée, sociétés algériennes et étrangères, communauté chrétienne et le conseil régional Rhône-Alpes. Les travaux débuteront en février et concerneront tout l’édifice. Lors de notre visite dernièrement à l’occasion de la célébration de la messe de Noël, nous avons pu constater sur les lieux l’état de délabrement avancé de la basilique Saint-Augustin. Une construction que les effets du temps ont ravagée malgré l’entretien quotidien que s’efforcent de faire les pères qui y sont installés : murs lézardés, toit qui tombe en ruine, vitraux cassés et dôme qui a besoin d’être rénové.

Un chantier-école de restauration

Monseigneur Paul Desfarges de la compagnie de Jésus nommé par le pape Benoît XVI, le 21 novembre 2009, évêque du diocèse de Constantine et d’Annaba a célébré les messes de minuit et du jour de Noël à la basilique en présence de nombreux fidèles, des étrangers pour la plupart. Ceux-ci, des travailleurs venus des nombreux chantiers de l’autoroute Est-Ouest des étudiants subsahariens du campus universitaire de Sidi Achour et de Sidi Amar et quelques Algériens de confession chrétienne, étaient tous heureux de se retrouver pour ce jour de fête en ces lieux sacrés.S’agissant de l’état de l’édifice, l’évêque nous a confié que le bâtiment a grandement besoin d’être restauré. «Les rosaces, l’étanchéité sont à refaire, le dôme, le plafond, les murs, les vitraux, bref, presque tout doit être restauré. Cela prendra 2 ans et demi à 3 ans», indique-t-il. Le financement du projet est le fruit d’une très bonne collaboration entre les autorités publiques algériennes, la wilaya de Annaba, sociétés algériennes et étrangères, la ville de Saint-Etienne jumelée avec Annaba et différentes aides provenant des églises. Concernant l’entreprise retenue pour la restauration du site et le lancement effectif des travaux, l’évêque nous a informés qu’il s’agit de la même entreprise française qui a réalisé les travaux de restauration de Notre-Dame d’Afrique à Alger. «Les travaux réalisés nous ont pleinement satisfaits et nous en sommes très contents, c’est ce qui nous a fait choisir cette entreprise qui a aussi réalisé la restauration de Notre-Dame de la Garde à Marseille, c’est une société spécialisée qui a fait ses preuves et du moment qu’elle est sur place, on a préféré s’adresser à elle pour aller plus vite», dira-t-il. L’évêque nous précisera que ce sera un chantier-école à partir de février 2011. cela permettra à 40 jeunes architectes algériens de se former aux techniques de restauration et qui seront plus tard spécialistes dans le domaine.Evoquant la communauté chrétienne en Algérie et dans la région, Monseigneur Paul Desfarges nous dira que, dans l’ensemble, les chrétiens jouissent de toute la liberté pour pratiquer leur culte. «La communauté chrétienne en Algérie est composée essentiellement d’étrangers, des Philippins, des Indiens, des étudiants issus de pays subsahariens et seulement quelques ‘‘unités’’ algériennes. Pour cette dernière catégorie, il y a quelques difficultés et nous comprenons cela parce que c’est nouveau, c’est très discret et modeste, nous comprenons la souffrance des proches mais nous sommes obligés de respecter la conscience de chacun. Ici, en Algérie, nous vivons de vraies amitiés entre chrétiens et musulmans, un vrai cadeau du Bon Dieu. Ce que nous espérons, c’est que l’on facilite le déplacement des prêtres au niveau des bases-vie de la communauté étrangère chrétienne travaillant dans les chantiers. L’année dernière, lors de la célébration de la messe de Noël, c’était un vendredi, il y avait entre 600 et 700 fidèles, ce n’est pas le cas cette année où il n’y en a eu que 250 puisque Noël a été célébré samedi.»

Un projet pour l’église d’El Kala

Sur la restauration de l’église d’El Kala (80 km à l’est de Annaba), un petit bijou d’architecture, l’évêque nous dira qu’il n’a pas connaissance d’un pareil projet et que s’il existait, il n’en a pas été informé. A El Kala où nous nous sommes déplacés, l’église en question, une imposante bâtisse située face à la mer en plein centre-ville, est fermée. Mis à part quelques locaux transformés en commerces, l’état de l’église est des plus déplorables ; de profondes fissures traversent les murs, les portiques sont dans un état de délabrement avancé et tous les vitraux sont brisés. A l’APC de la ville, le premier vice-président, M. Khaldoun, qui nous a reçus, nous a confirmé qu’il y a effectivement en projet la restauration de cet édifice dédié au culte mais juste pour le préserver comme site historique. «C’est une décision du wali d’El Tarf qui, lors de son passage à El Kala à l’occasion d’une visite de travail, avait remarqué l’édifice et avait pris la décision de le restaurer et de le réhabiliter. Il est prévu la fermeture des locaux commerciaux de façon que l’église soit restituée en entier. Nous n’avons encore rien reçu dans ce sens et nous attendons toujours que cette décision soit concrétisée sur le terrain.» Un des habitants que nous avons rencontré sur le port juste en face de l’église nous a appris que ce joyau se transforme pendant l’été en espace commercial, foires d’exposition et de vente, commerces conjoncturels et autres, puis les lieux sont fermés jusqu’à la prochaine saison. «Au lieu que cette bâtisse serve à attirer les touristes étrangers, on la transforme en vulgaires commerces sans pour autant la doter du minimum requis, on se contente de la louer et d’encaisser l’argent. C’est malheureux», nous
lance-t-il.
 

·
Kabylian user
Joined
·
6,469 Posts
 
61 - 80 of 183 Posts
Top