Skyscraper City Forum banner
1 - 20 of 288 Posts

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #1 ·
ce projet de longue date se concrétise avec les premiers accords de financement entre régions et Etat.
J'en profite donc pour ouvrir ce thread consacré à ce grand projet qui prend forme suite au grenelle de l'environnement (tient donc.. ;))



Jean-Louis BORLOO, ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer et Dominique BUSSEREAU, secrétaire d’Etat chargée des transports et Valérie LETARD, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ont confirmé leur accord avec Claude GEWERC, Daniel PERCHERON et Jean-Paul HUCHON, présidents des conseils régionaux de Picardie, Nord-Pas-de-Calais et Ile-de-France, pour le financement de la réalisation du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe et de ses aménagements connexes.

Les ministres ont souhaité affirmer leur volonté de faire franchir une étape décisive à ce dossier.

Les trois présidents de Régions doivent désormais confirmer leur engagement financier aux côtés de l’État, de l’Union Européenne, des départements et des grands ports concernés par le projet. Sur ces bases, il pourra être procédé au lancement, dans les meilleurs délais, de la procédure d’attribution du contrat de partenariat public-privé pour la réalisation du canal.


Le coût du projet global, qui intègre à la fois la construction du canal dans le cadre d’un contrat de partenariat et la réalisation des aménagements et des raccordements de quatre plates-formes multimodales pour desservir les territoires, est estimé actuellement à un montant de 4 318 millions d’euros, qui pourra être affiné en fonction, notamment, des résultats du dialogue compétitif.


Celui-ci sera conduit avec les deux groupements qui se sont porté candidats à la suite de la publication d’un avis d’appel public à la concurrence en avril 2009.
Le Canal Seine-Nord Europe fait partie des grands projets identifiés par le Grenelle Environnement, qui doivent fonder une politique durable des transports en permettant notamment de donner à la voie d’eau toute sa place dans le transport de marchandises. Il s’agit également d’un chantier considérable pour l’aménagement des territoires et pour le développement économique. Source : MEEDDM.

http://www.environnement-france.fr/1112-engagement-financement-projet-canal-seine-nord-europe

Un site officiel a été créé (un peu vide pour l'instant)

http://www.seine-nord-europe.com/

le planning prévu:
Calendrier prévisionnel :
2011, démarrage des travaux ;
2015, mise en service du canal Seine-Nord Europe.

http://www.planete-tp.com/rubrique.php3?id_rubrique=306

les enjeux du coeur d'Europe:


un dossier un peu vieux (2006), mais très bon résumé:
http://www.i-r-e.org/bdf/docs/a006_canal-seine-nord-europe.pdf
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #2 ·
Port de Triel : un projet d’Eco-port fort contestable

Tous les habitants de la boucle de Seine, à savoir Chapet, Verneuil, Carrières, Poissy, Andresy, Triel-sur-Seine, Chanteloup-les-Vignes, Villennes ou Médan, sont concernés par un projet d’envergure, voulu par quelques élus des Rives de Seine : un soit disant éco-port qui ne serait en fait qu’un Port industriel censé être opérationnel dès la fin 2012...

 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #3 ·
Après une assemblée générale extraordinaire visant à redéfinir les objectifs de l'association de préfiguration Artois-Cambrésis, la structure a souhaité rassembler les différents acteurs du projet pour le canal Seine-Nord Europe

Suite à la dernière assemblée générale extraordinaire, l'association APAc, association de préfiguration Artois Cambrésis connaît un second souffle et organisait, en cette fin octobre, une réunion d'information en présence de Christophe Dufour.
Le responsable logistique et commercial de VNF (Voies Navigables de France), a expliqué les démarches de la société en charge du développement des plateformes liées au canal. De son côté, l'APAC s'est présentée en définissant ses différents objectifs.

http://www.lavenirdelartois.fr/actu...article_le_canal_se_construira_avec_eux.shtml

Une mise en eau prévue pour 2016
Pour le moment, l'association réfléchit et étudie le dossier afin de se préparer au mieux au bouleversement économique que va connaître la région d'ici 2016. « Notre prochain objectif est la mise en place d'une commission tourisme en s'appuyant sur les travaux d'un stagiaire qui a travaillé pour nous cet été.




lol, la classe
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #4 · (Edited)
Ports de Paris veut intensifier le trafic fluvial


L'établissement public veut peser dans le débat du Grand Paris, qui pour l'heure se concentre essentiellement sur le transport de passagers. Ports de Paris, qui a présenté hier son projet stratégique, va investir 40 millions d'euros chaque année jusqu'en 2015, soit une hausse de 25 %. « Le trafic fluvial a progressé de 3 % sur les neuf premiers mois de l'année. Ce qui montre que même en période de crise, l'activité fluviale et portuaire est facteur de croissance dans notre région », justifie son président, Jean-François Dalaise.

Pourquoi développer le fluvial ? « On enlève chaque année un million de camions de la route en les transportant par la Seine », explique Hervé Martel, le directeur de Ports de Paris. L'établissement public, qui se veut plus écologique que le routier, va mettre en place d'ici deux ans un plan d'actions environnementales autour de la gestion des eaux usées, des risques de pollution et de la biodiversité sur les zones portuaires.

Identifier des secteurs clés. Les granulats constituent aujourd'hui 60 % de la marchandise transportée sur la Seine. L'accent est mis sur les filières représentant le potentiel de croissance le plus important : les conteneurs, les déchets, l'automobile. Et « le dernier kilomètre, à savoir l'acheminement des marchandises jusqu'au cœur de la ville », poursuit le directeur. Les anciens magasins généraux d'Austerlitz (13e) pourraient ainsi être transformés en centre de distribution.
Imaginer le port du futur à Achères. Situé à l'entrée de Paris, sur la Seine, il devrait favoriser le recours aux grands ports maritimes du Havre et de Rouen. L'accord, signé la semaine dernière entre Ports de Paris, la Ville de Paris et celle d'Achères (Yvelines), doit permettre à cette plate-forme portuaire d'une capacité de 300 000 conteneurs de voir le jour d'ici à 2020.

http://www.20minutes.fr/article/631611/paris-ports-paris-veut-intensifier-trafic-fluvial




Ports de Paris s'inscrit résolument dans le cadre de la réforme portuaire.
Comme ses grands frères maritimes, il vient d'approuver un schéma stratégique à cinq ans qui balise en fait les grands axes de son développement pour les vingt années à venir. « Notre projet s'inscrit dans le droit fil du Grenelle de l'environnement, qui prône des modes de transport alternatifs à la route, du Grand Paris, de la synergie avec les ports maritimes et du Schéma directeur de la région Île-de-France », explique le président du Port, Jean-François Dalaise,


En matière de report modal, Ports de Paris, qui réalise un trafic annuel de l'ordre de 20 millions de tonnes de marchandises, est bien placé, en témoigne son activité en hausse de 3 % depuis le début de l'année malgré la crise qui perdure. Il va poursuivre sa réflexion, notamment sur la problématique des livraisons en zone urbaine dense.

Prise de conscience
Sur la question du Grand Paris, les aménagements législatifs lui ont permis de séparer son activité voies navigables, désormais dévolue à Voies Navigables de France, de celle de gestionnaire d'infrastructures portuaires, y compris en dehors de son périmètre historique, ce qui lui permettra d'intervenir dans le cadre du futur canal Seine-Nord prévu à l'horizon 2016. Enfin, sur l'Axe Seine, qui doit relier la région parisienne à la mer, une prise de conscience s'est faite dans le cadre du Grand Paris, tant au sein de l'Etat que parmi les collectivités locales, avec lesquelles le port compte collaborer davantage que par le passé.
Le plan stratégique vise précisément à poursuivre ces évolutions afin que le Port soit aux marchandises et à la logistique ce que les métros automatiques seront au Grand Paris. Tout en continuant à développer ses filières pérennes, l'établissement public entend mettre l'accent sur les plates-formes logistiques,« pour faire en sorte que la valeur ajoutée du trafic de conteneurs qui passe par les ports du Benelux soit fixée en Ile-de-France », explique le directeur général, Hervé Martel. Deux plates-formes vont venir s'ajouter aux quatre actuellement ouvertes aux conteneurs, Bruyères-sur-Oise (Val-d'Oise) en 2011 et Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) en 2013. A plus long terme, son atout maître sera la future plate-forme d'Achères (Yvelines) au débouché du canal Seine-Nord. D'une surface potentielle de 420 hectares, elle devrait nécessiter des investissements de 200 à 300 millions d'euros, dont une part sera supportée par les exploitants, l'Etat et Réseau ferré de France, selon une clé à déterminer. La première tranche devrait ouvrir en 2018-2019. Un véritable changement de dimension pour le Port, qui exploite un domaine de 1.000 hectares auquel il va consacrer 200 millions d'euros d'investissements dans les cinq années de son plan stratégique, soit 25 % de plus qu'au cours des cinq années qui viennent de s'écouler.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020969242273.htm
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #5 ·
Sarkozy donne son feu vert au canal Seine-Nord Europe

Le choix du constructeur interviendra «dans le courant de l'année prochaine» pour une mise en service en «2016-2017», a indiqué le président. Le coût du projet (environ 4,2 milliards d'euros) doit être pris en charge pour moitié par les pouvoirs publics.

Le président PS de la région Nord-Pas de Calais, Daniel Percheron, qui a salué un «très grand projet pour la France», n'a pas manqué de railler le locataire de l'Elysée qui, a-t-il noté, «aspire à être aussi puissant, constructif et efficace que Louis XI». Nicolas Sarkozy a souri: «Louis XI, un très grand roi...», a-t-il glissé.
lol
http://www.lesechos.fr/entreprises-...e-son-feu-vert-au-canal-seine-nord-europe.htm
 

·
Hugues. Paris, France
Joined
·
331 Posts
Je suis un peu sceptique sur ce projet, qui propose finalement de rejoindre les embouchures de l'Escaut et du Rhin depuis Paris. Pourquoi ne pas plutôt utiliser Le Havre ? Actuellement, je ne perçois pas bien l'utilité de ce canal (sur lequel je suis assez peu renseigné, je dois avouer).

Mais, évidemment, je ne demande qu'à être convaincu !
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #7 ·
Au-delà du côté « écologique » avec un nombre de camions sur les routes important en moins, dis toi simplement que ça veut dire Paris, au lieu d’être un « terminus » comme il l’est actuellement, va potentiellement devenir un hub européen.
En un mot, un armateur (dans la théorie ..) va pouvoir, plutôt que passer par Rotterdam ou Anvers, qui dispatchent les camions à travers l’Europe, faire descendre son cargo via Paris, puis les faire remonter vers les grandes villes du nord : ainsi, il peut rentabiliser en quelques sortes son trajet.
Le raisonnement est aussi valable dans l’autre sens : plutôt que de bloquer les bateaux en Belgique ou aux Pays-bas, un Cargo pourra redescendre directement sur Paris notamment.
De plus, ce canal permettra aussi de déporter de la valeur vers la France : des containers pourront descendre monter à bruxelles, descendre à Lille, recharger à Paris puis partir pour le Havre par exemple
 

·
Honi soit qui mal y pense
Joined
·
18,603 Posts
C'est fou de voir comme Paris peu dépendre du port de Anvers. Beaucoup de marchandise à destination de Paris proviens du port de Anvers beaucoup plus que du Havre j'ai l'impression. Les vélos des magasins Décathlon de toute la région parisienne proviennent du port de Anvers. J'immagine que c'est pareil pour d'autres régions françaises.

@ clouchicloucha. Je sais pas je suis un peu sceptique sur ce point, j'ai peur que cela puisse nuir à l'attractivité du port du Havre ce canal Seine nord Europe mais tout comme Hugues75 je suis peu renseigné.
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #9 ·
Enfin une bonne nouvelle!
:banana:


Le projet de canal Seine-Nord Europe relancé

Le député-maire de Maubeuge Rémi Pauvros (PS) devrait remettre fin novembre ou début décembre son rapport sur « la reconfiguration » du projet de canal Seine Nord Europe. Le projet semble en effet reprendre des couleurs depuis la dernière réunion du Conseil des ministres européens des Transports à Tallin, le 17 octobre, qui a confirmé que Seine Nord Europe était éligible à un financement jusqu’à 40 % de l’Union européenne, contre 6 % envisagés au départ. En outre, les aménagements complémenta ires liés à ce grand projet, y compris jusqu’au Havre ou à la frontière belge, pourraient eux aussi émarger aux fonds européens, jusqu’à 30 %.

De quoi relancer ce barreau manquant de l’axe fluvial européen, soit 106 kilomètres de canal à grand gabarit entre bassin parisien et Nord-Pas-de-Calais. Le montage financier initial n’était plus tenable : d’une facture officielle évaluée à 4,4 milliards d’euros, les dernières études laissaient apparaître une dérive jusqu’à 7 milliards, qui a entraîné la suppression du partenariat public-privé .

« La priorité des priorités »
L’infrastructure est considérée par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais comme « la priorité des priorités », son président Daniel Percheron ayant souvent martelé qu’elle était aussi importante que le tunnel sous la Manche en termes d’aménagement du territoire. Un jugement assorti d’un très gros chèque puisque la région est prête à mobiliser 220 millions d’euros pour cet équipement. Selon nos informations, Daniel Percheron et Frédéric Cuvillier, le ministre délégué aux transports originaire de la région, pourraient être entendus en séance plénière du conseil régional.

Contrairement à beaucoup d’autres projets majeurs, le canal Seine Nord est très consensuel, très largement soutenu tant par les populations concernées que par les acteurs économiques et les collectivités. La remise à plat du projet semble d’ailleurs avoir convaincu davantage les départements, qui devraient accroître leur effort dans la nouvelle configuration. Rémi Pauvros, qui réunissait hier au Palais Bourbon les principales collectivités, se félicite de leur engagement renforcé. La remise à plat du projet doit le ramener à « une enveloppe resserrée de façon assez conséquente », indique aux « Echos » l’élu nordiste.
http://www.lesechos.fr/entreprises-...de-canal-seine-nord-europe-relance-624049.php
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #10 ·
Repentin confiant dans l'avenir du canal Seine-Nord

Le ministre des Affaires européennes se félicite dusoutien de BruxellesLes financements européens passeraient à 40%, contre 6%dans le projet initialUn chantier emblématique du Grenelle de 2008Les résultats de la mission Pauvros attendus dans lesprochaines semaines

Le gouvernement s'est montré confiant mardi de voir aboutir le projet du canal Seine-Nord, l'Europe ayant revu en hausse sa participation financière à un projet suspendu à cause du gonflement de sa facture.

Le canal, l'un des chantiers emblématiques du Grenelle de l'environnement en 2008, doit relier les bassins de la Seine au nord de l'Europe et convertir une partie de la circulation des poids lourds en trafic fluvial. Mais le projet a été gelé en mars par le gouvernement, le coût du chantier étant monté selon lui à plus de sept milliards d'euros, contre une facture initiale de quatre milliards.

"Je suis très confiant compte tenu de ce que la Commission européenne a fait une ouverture qu'elle n'avait jamais faite par le passé sur ce dossier, cela marque une volonté politique des autorités européennes d'accompagner lourdement la France sur une grande infrastructure", a déclaré à Reuters Thierry Repentin, ministre des Affaires européennes.
Pour que le projet voie le jour, la France avait demandé une aide européenne de 1,3 milliard d'euros, représentant 30% de la part publique du financement du projet, contre une contribution de l'Europe à hauteur d'environ 6% dans la mouture initiale.
Elle a finalement obtenu lors d'un conseil européen des Transports à Tallin (Estonie) le 17 octobre que des financement européens pouvant aller jusqu'à 40% des coûts de construction seraient mobilisables, comme pour la ligne ferroviaire Lyon-Turin.
Ce sont les deux seuls grands travaux en France bénéficiant de telles subventions européennes pour le programme d'investissement 2014-2020.

"Avec un tel taux, cela va aussi inciter des collectivités locales qui rechignaient - en disant 'nous n'arriverons pas à faire le tour de table financier' - à revoir considérablement leur position", a ajouté Thierry Repentin.
Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a également confié en mars au député Rémy Pauvros une mission pour reconfigurer le projet, long de 106 kilomètres, dans ses aspects techniques. Selon Thierry Repentin, l'élu socialiste du Nord remettra ses propositions "dans les semaines qui viennent".

L'appel d'offres initial prévoyait un montage en partenariat public-privé auquel les trois groupes de BTP Vinci, Bouygues et Eiffage avaient l'intention de postuler
http://www.lesechos.fr/entreprises-...-dans-l-avenir-du-canal-seine-nord-625857.php
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #11 ·
Canal Seine-Nord : quatre Départements prêts à payer

Nouvelle éclaircie pour le projet de canal Seine-Nord-Europe : les quatre départements traversés sont prêts à participer au financement du chantier. On saura dans quelques semaines, quand Rémi Pauvros rendra son rapport, si le projet de canal à grand gabarit refait surface ou s’il est abandonné. Mais les signes encourageants se multiplient.
(...)
http://www.lavoixdunord.fr/region/canal-seine-nord-quatre-departements-prets-a-payer-ia0b0n1702085
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #12 ·
.. Et voici le rapport (la synthèse en tout cas :D) du rapport en question!
ça à l'air bien partir pour repartir :yes:
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/synthese_du_rapport_Canal_Seine_Nord.pdf

On retiendra notamment
Les conclusions de la mission permettent de proposer un projet reconfiguré au coût réduit avec un
financement européen à hauteur de 40%. Le bilan de la mission intègre également le crédit redonné
à ce projet et une remobilisation générale de tous les acteurs, qui constituent un résultat concret
permettant de proposer l’engagement des travaux préparatoires dès 2015 pour une ouverture en
2022 du tronçon central.
Exceptionnel, dans le cadre du MIE (programme d'interconnexion européen), le la participation de l'Europe passe de 6.22% à ... 40%, et même 50% pour les études.
Autant dire que sur un projet de 5Md€ ça change tout.
:eek:kay:
 

·
Registered
Joined
·
504 Posts
Bonjour,
Canal Seine-Nord Europe : la demande de subvention européenne déposée

Transport | 27 février 2015 | Florence Roussel

http://www.actu-environnement.com/ae/presentation/recommandation.php?NW=23974

Après la décision de créer une société de projet chargée de réaliser le canal Seine-Nord Europe adoptée dans le cadre de la loi Macron, la France et la Belgique ont officiellement déposé la demande de subvention européenne pour le projet de transport fluvial Seine-Escault. Cette subvention doit courir sur la période 2014-2020 et couvrir 40% des coûts des travaux.
http://www.actu-environnement.com/ae/news/canal-seine-nord-europe-demande-subvention-23974.php4

Christian
 

·
Moderator
Joined
·
16,695 Posts
Discussion Starter · #14 ·
Je ne m'en fait pas trop sur l'aboutissement de la subvention: ce projet répond à 100% aux objectifs européens en matière de transports, de diversification et d'environnement
 

·
Honi soit qui mal y pense
Joined
·
18,603 Posts

·
Normandie
Joined
·
24,465 Posts
Seine-Nord : la fin des ambitions portuaires françaises ?

L'économie mondiale dépend des flux internationaux, maritimes à 80 %, de biens matériels. Les activités et les emplois se créent le long de ces routes maritimes, autour des ports et des voies qui les desservent.
Capter une part de ces flux est donc un objectif essentiel d'aménagement du territoire et un impératif de politique industrielle et de relocalisation des activités productives. Ce doit être une ambition non seulement des territoires portuaires, mais du pays entier.
La décision du gouvernement de faire du canal Seine-Nord une priorité est, de ce point de vue, déconcertante de naïveté. Ce qui est présenté comme un « grand projet structurant » est d'abord celui de tous les excès.
Par son gigantisme : 106 kilomètres de canal creusés, des dizaines d'ouvrages d'art. Par son impact environnemental : 2.000 hectares de terres agricoles sacrifiés, des dizaines de millions de mètres cubes d'eau prélevés pour sa mise et son maintien en eau. Par son coût, évalué à 4,5 milliards d'euros au moins.
Il ne garantit ni l'allégement du trafic sur l'autoroute A1 ni la création d'activités et d'emplois pérennes. Il concentre l'essentiel des financements européens au détriment des autres projets français, notamment ceux qui doivent revitaliser le transport ferroviaire. Et, au moment où l'Europe, via le programme Weastflows, incite à des flux est-ouest afin de décongestionner la logistique du fret, nous lui proposons de renforcer un axe nord-sud déjà saturé !
Surtout, le canal Seine-Nord, c'est conforter Anvers et Rotterdam comme les portes d'entrée de l'Europe au détriment du Havre, de Dunkerque et de Calais. Ce sont les ports flamands et néerlandais que nous aidons à capter une part encore plus importante des flux économiques maritimes, des activités et des emplois !
Il ne s'agit pas de s'opposer au transport fluvial ni à une amélioration de la liaison Seine-Escaut. Mais on ne comprend pas ce gâchis économique et environnemental qui consiste à construire à grands frais un axe navigable - parallèle à la Manche ! - pour renforcer, aux dépens des intérêts français, les ports du nord de l'Europe, dont la position est déjà dominante.
On le comprend d'autant moins qu'un projet différent existe : la rocade Nord-Est, autoroute ferroviaire d'acheminement du fret entre Le Havre et l'Europe centrale par Amiens et Châlons-en-Champagne, en évitant le goulet d'étranglement de Paris et de sa banlieue.

Source : ICI
 

·
Normandie
Joined
·
24,465 Posts
^^ Et de droite à gauche, c'est le même avis pour les acteurs directement impliqués par ce projet. Il n'y a guère que les politiques bien éloignés du secteur portuaire pour se réjouir de ce projet... Et les Flamands et Néerlandais, ça va de soit.

Canal Seine-Nord : Jean-Paul Lecoq (PCF) veut un axe fluvial Seine-Est

Le maire communiste de Gonfreville l’Orcher, Jean-Paul Lecoq, demande que soit développé un axe fluvial Seine-Est plutôt que Seine – Nord Europe comme il se dessine actuellement. M. Lecoq reprend au bond les récentes déclarations du maire UMP du Havre, Edouard Philippe, également hostile à réalisation du canal Seine-Nord car il risquerait d’ouvrir plus largement les portes de l’Île-de-France aux ports du Benelux.

Pour Jean-Pierre Lecoq, le canal Seine-Nord est « plus adapté au développement du port du Havre pour rejoindre l’est de la France et le centre de l’Europe ». Il estime que la responsabilité du gouvernement est « de tout mettre en œuvre pour créer les conditions d’un hinterland ambitieux afin de favoriser les ports de la Manche ».

Source : ICI


Canal Seine-Nord : le sénateur Thierry Foucaud met en garde et jette une pierre vers les exécutifs

ROUEN (SEINE-MARIITIME). La perspective d’un canal Seine-Nord Europe entre l’Ile-de-France et les ports nord-européens inquiète le sénateur PCF Thierry Foucaud. D’autant que plusieurs plates-formes sont prévues au nord de Paris. « Tout passera par Anvers et Rotterdam, le port du Havre étant ainsi menacé. Il faut bien prendre cet élément en compte car il fait peser sur nous le risque de finir en cul-de-sac », a expliqué le sénateur de Seine-Maritime jeudi en séance publique au Sénat dans le cadre de la discussion sur la loi Macron. Pour lui, il faut imaginer des plates-formes logistiques sur l’axe Seine où il existe des possibilités : entre 400 et 500 hectares dans le secteur havrais et 600 sur la partie Seine-Sud dans l’agglomération de Rouen, « où les usines de chimie et de pétrochimie ont disparu ». Selon Thierry Foucaud, il est donc « nécessaire » d’aménager ces espaces. « Je regrette que rien n’ait été fait, souligne-t-il. Il faudrait que nous allions dans le même sens mais s’agissant de la Seine-Maritime, malgré des remarques, des propositions et des interventions répétées, rien n’a été fait. Comme je ne dirige ni le conseil régional ni le conseil général, ni la métropole rouennaise, je tenais à pointer ce sujet important », note Thierry Foucaud. Au passage, le sénateur communiste jette une pierre dans le jardin des exécutifs locaux.

Source : ICI

On s'en mordra les doigts, mais tant pis. On sera quand même là pour dire "on vous l'avez dit", et je ne doute pas que vous serez là pour répondre "mais c'est de votre faute" :nuts:
 
1 - 20 of 288 Posts
Top