Skyscraper City Forum banner
1 - 3 of 3 Posts

·
Registered User
Joined
·
10,759 Posts
Discussion Starter · #1 ·


· A partir du mois d’octobre

· 5,5 millions de DH pour le réaménagement de 8 ha

· Un lac de 4.000 m2 et trois aires de jeux

http://www.leconomiste.com/article.html?a=94942

BONNE nouvelle pour les amoureux de la nature. L’ancien parc préfectoral de «Aïn Sebaâ» sera bientôt ouvert au grand public. Il est presque prêt. Dans deux mois, les Casablancais pourront profiter pleinement de sa beauté.
Ce jardin, appartenant à la préfecture d’arrondissements d’Aïn Sebaâ-Hay Mohammadi, s’est transformé, depuis mars dernier, en un véritable chantier. Une superficie d’environ huit hectares connaît, en effet, des travaux de réaménagement, de réfection et d’équipement. «Nous travaillons aujourd’hui sur la première tranche de ce projet. La deuxième partie, qui s’étend sur les 14 hectares restants, sera lancée ultérieurement», indique Omar El Asri, chef de la division des espaces verts et pépinières au Conseil de la ville de Casablanca. Et d’ajouter: «Le financement des travaux en cours est assuré par le Conseil de la ville pour un montant total de 5,5 millions de DH».
Bien qu’il soit toujours en cours de finalisation, le jardin de «Aïn Sebaâ» se représente déjà sous un aspect agréable. Arbres, arbustes et palmiers ont été plantés dans l’ensemble du parc. Des fleurs de toutes les couleurs parsèment ses allées. De plus, un grand lac de quelque 4.000 mètres carrés a été totalement réfectionné.
Il est aujourd’hui alimenté par une source naturelle et équipé d’une grande variété de jets d’eau. L’infrastructure de base, notamment les bordures et les réseaux d’assainissement, a été complètement réaménagée. Aussi, le parc a été équipé d’un réseau d’arrosage automatique. «Ce système permet, outre le gain de disponibilité, de réaliser de substantielles économies tout en améliorant l’entretien de la pelouse et du jardin car l’apport en eau est plus précis et mieux dosé, notamment dans le cas du goutte-à-goutte», explique un spécialiste en jardinage. «L’arrosage au moyen d’un tuyau se révèle être généralement excessif», poursuit-il.
«Depuis 2005, notre objectif est de moderniser les réseaux d’irrigation et les systèmes d’arrosage de l’ensemble des espaces verts de la ville», indique El Asri. De fait, le responsable explique qu’avant toute installation il faut connaître et apprécier précisément les besoins des végétaux. Avec l’arrosage automatique, les plantes reçoivent, en effet, la quantité d’eau suffisante, au moment opportun. «Le système installé n’en sera que plus efficace et les économies d’autant plus grandes», renchérit El Asri.
A l’heure actuelle, les travaux de réaménagement du parc Aïn Sebaâ avancent bon train. «Nous sommes en train de finaliser l’installation de trois aires de jeux dédiées aux enfants», précise le chef de la division des espaces verts. «Nous voulons offrir un bel espace vert pour la détente et le plaisir des enfants comme des parents», souligne-t-il. A en croire les responsables, la promenade dans le parc préfectoral de «Aïn Sebaâ» serait possible dès octobre prochain. La première phase du projet (8 ha) sera bientôt bouclée. Il ne reste plus que la mise en place du mobilier urbain (bancs, poubelles, etc.) et l’installation des lampadaires et socles d’éclairage.
En attendant le lancement de la deuxième tranche (14 ha), le Conseil de la ville confie à la société Ahouzi l’entretien et la maintenance d’environ 9,5 hectares du parc.
A ce propos, le délégataire assure ces travaux sur une superficie totale de plus de 73 hectares, et ce, dans les parcs et espaces verts des arrondissements de Aïn Sebaâ, Hay Mohammadi, Sidi Bernoussi, Sidi Moumen et Roches Noires. Le reste des espaces verts (254 ha) à entretenir est délégué à Atelier Vert (77 ha), Maghreb Plantes (81 ha) et Eve Espaces Verts (96 ha). Pour les responsables, «l’externalisation en 2005 de ces travaux a permis une nette amélioration de la qualité des prestations, ainsi qu’une réduction des coûts».
Grâce à ce mode de gestion, la ville verse pour l’entretien de ses espaces verts quelque 22 millions de DH annuellement, au lieu de 35 millions de DH (gestion en régie)». Pour cette année, le Conseil de la ville a consacré 39 millions de DH pour l’entretien, et l’achat des végétaux d’ornement et des produits fertilisants. Par ailleurs, son budget d’équipement, dédié aux grands travaux de réaménagement et de réfection des parcs, est de 20 millions de DH (2009).
Un montant qui est, toutefois, insuffisant selon les responsables. Pour rappel, une enveloppe budgétaire de 240 millions de DH a été allouée (2006), en grande partie par la Direction générale des collectivités locales (DGCL), pour la réalisation de 10 projets d’ici 2010. Histoire de renforcer les moyens financiers du Conseil. Résultat: deux parcs, à savoir Murdoch et Alesco, ont été totalement réaménagés. Les autres projets restants avancent, pour l’instant, à petits pas. Certains sont toujours en cours d’études. Pour le zoo de Aïn Sebaâ, par exemple, nul ne sait ce que lui réserve l’avenir!

Bouchra SABIB
 
1 - 3 of 3 Posts
Top