SkyscraperCity banner
1 - 20 of 104 Posts

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #1 ·
Postez ici toutes les news d'infrastructures culturelles et de loisirs.
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #2 ·
Budget 2011
Près de 514 millions de DH pour la culture
Une priorité de la Loi de finances pour contribuer au développement du secteur.​

Publié le : 31.10.2010 | 11h26


Dans la note de présentation du projet de la Loi de finances du ministère de l'Economie et des finances, le point est mis sur la réalisation des grands chantiers dans ce secteur et le renforcement des infrastructures culturelles de proximité.


Cette même note indique, aussi, que le budget du ministère de la Culture pour l'année 2011 s'inscrit dans le cadre de la poursuite des efforts du gouvernement pour la mise à niveau du secteur de la culture et la mobilisation des ressources humaines et matérielles en vue de valoriser son potentiel et répondre aux besoins des programmes culturels à même d'assurer le rayonnement de la culture sur le plan régional et international.

Ainsi, un intérêt particulier sera accordé aux plus importantes réalisations culturelles, notamment la construction du nouveau Théâtre et Musée des Arts contemporains de Rabat, la réalisation des complexes culturels, la restauration des sites historiques et le soutien des activités culturelles et artistiques.

Selon le même document, beaucoup d'autres objectifs sont prévus, pour l'année 2011, afin d'enrichir le secteur culturel et contribuer à son développement. Il s'agit de la réalisation du Musée national de l'archéologie et des sciences de la Terre. Des projets qui seront mis en œuvre pour un coût global de 160 MDH dont 70 MDH à la charge du Fonds Hassan II pour le Développement économique et social. Autre action non moins importante, est le lancement des travaux de construction du Grand Théâtre de Rabat, dans la zone d'aménagement du Bouregreg, qui sera réalisé sur une superficie de 6.000 ha grâce à un investissement de l'ordre de 1,35 milliard de dirhams.

Par ailleurs, le ministère de la Culture compte, par le biais de cette enveloppe, poursuivre les travaux de construction et d'équipement du Musée national des Arts contemporains et de l'Institut national supérieur de musique et des arts chorégraphiques dont le coût de réalisation a été réévalué, respectivement, à 200 MDH et 193 MDH et dont l'achèvement est prévu pour le premier semestre 2012.
La modernisation et l'extension des infrastructures de l'administration et des centres de culture figurent, aussi, parmi les objectifs de l'exercice 2011.
En effet, la future Loi de finances prévoit le renforcement du réseau des Maisons de la culture et des complexes culturels sur l'ensemble du territoire national à travers la mise en place de 4 nouvelles Maisons de la culture. Ces structures porteront la capacité d'accueil globale dudit réseau à 24.000 bénéficiaires.

La question du livre et de sa promotion n'en reste pas moins cruciale et se verra également accorder une grande importance traduite par l'élargissement de l'infrastructure bibliothécaire et des médiathèques, la réhabilitation et la restauration des bibliothèques publiques et générales, afin de permettre la création de 1.520 nouvelles places de lecture. L'organisation de Salons du livre qui accueilleront près de 700.000 visiteurs, s'inscrit, de même, parmi les aspirations du ministère, ainsi que l'encouragement de l'édition par un soutien constant à la publication et à la diffusion du livre.


Acquis culturels de 2010
La note du projet de loi de finances n'a pas manqué de rappeler les principaux projets culturels réalisés en l'an en 2010, notamment la construction de 4 sièges et l'équipement en matériel bureautique et informatique des 16 directions régionales en vue du renforcement de leurs actions en matière de promotion de l'action culturelle et de la mise en valeur du patrimoine culturel au niveau local. Ont, également, fait l'objet de l'exercice 2010, la construction et l'équipement de nouvelles bibliothèques et médiathèques à Guelmim, Tata, Figuig et Tindrart, puis de deux théâtres régionaux à Oujda et Kénitra, ainsi que l'achèvement du théâtre de Taza, entre autres, instituts de musique et de danse à Oujda et à Taza, puis l'équipement des conservatoires de musique de Casablanca et d'Ouezzane et la mise à niveau de 6 conservatoires en partenariat avec les collectivités locales.
Le budget 2010 a aussi bénéficié à d'autres structures patrimoniales, dont 22 monuments historiques qui ont été restaurés et entretenus, ainsi que 7 musées, 6 sites et des murailles de Demnate.



Repères

Répartition du budget


Montant global :

513 640 000 DH

Dépenses de personnel: 183 640 000 DH

Dépenses de matériel et dépenses diverses :140 000 000 DH

Dépenses d'investissement : 190 000 000 DH.



Par Ouafaâ Bennani | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=115&id=141169
 

·
Registered
Joined
·
2,596 Posts
puisk c le thread aproprie j'amerai savoir ou eske on en est avec le fameux projet de Disney Land au Maroc eske c justes des rumeurs ou un projet en étude ??
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #5 ·
puisk c le thread aproprie j'amerai savoir ou eske on en est avec le fameux projet de Disney Land au Maroc eske c justes des rumeurs ou un projet en étude ??
:rofl:

Dinesyland au Maroc ? :lol:

Et pourquoi pas le Maroc à Disnelyland ? :D ☆ Morocco in Walt Disney World ☆ (les photos de Hostingpics ne marche plus sur SSC :eek:hno:)
 

·
Registered
Joined
·
10,265 Posts
À l'exception du RABAT | National Archeological Museum | #Project qui semble être situé près du cinéma 7éme art

Les autres pointent tous vers le même site de la résidence générale
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #8 ·
Ωρτimuş;66370763 said:
À l'exception du RABAT | National Archeological Museum | #Project qui semble être situé près du cinéma 7éme art

Les autres pointent tous vers le même site de la résidence générale
Ces 3 threads ont donc été fusionnées :

RABAT | Royal Museum | #U-C
RABAT | Musée National d'archeologie et des sciences de la Terre| #Project
RABAT | Musée des sciences de la Terre | #Project

Il y a quelque mois 2 autres threads avaient déja été fusionnés, cela faisait donc 5 threads pour le même projet ! D'où l'intérêt d'avoir une partie entièrement dédiée à la culture pour plus de lisibilité. Les sections régionales, étaient trop grandes pour ces threads.
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,965 Posts
Kénitra: L’ancienne zone industrielle reconvertie en zone d’animation culturelle

L’agence urbaine de Kénitra-Sidi kacem a présenté tout récemment un projet de renouvellement de l’ancienne zone industrielle de Kénitra ainsi que différents scénarios pour sa concrétisation. Située en plein centre ville, cette zone s’étend sur 34 ha dont 14% appartiennent au domaine de l’Etat. Les bâtiments et les installations industrielles qui se trouvent dans ce quartier industriel sont en ruine ou en état de délabrement avancé. Aujourd’hui, la majorité des unités industrielles sont fermées ou ont délocalisé leurs activités vers l’une des deux zones industrielles de la ville de Kénitra.Toutefois, le site jouit d’une situation stratégique donnant sur Oued Sebou permettant à la ville de disposer d’une large façade aménagée sur le fleuve. Aussi, l’Agence propose la reconversion du quartier industriel en zone d’animation culturelle et de loisir, tout en complétant cette action par le réaménagement de l’espace public du quartier El Mellah. Le renouvellement urbain de ce site porte sur l’évacuation des hangars en occupation temporaire du domaine public fluvial et donnant sur les berges de l’oued pour la création d’une corniche aménagée en espace de détente et de promenade piétonne ou cyclable. Cette corniche peut servir aussi de musée à ciel ouvert où peuvent être exposées des œuvres artistiques ou des objets industriels récupérés du site. Reste à discuter la faisabilité et les moyens de financement de cet ambitieux projet.
leco
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,965 Posts
Première librairie en ligne au Maroc

· Un millier de références disponibles

· Les dernières nouveautés tous les mois


Tous les fans de lecture n’auront plus à se déplacer à l’étranger ou même dans les librairies pour obtenir le dernier best-seller. De chez eux, en un clic, ils peuvent choisir leurs livres et payer soit à la réception ou par carte de crédit. Une librairie marocaine en ligne vient de voir le jour. Il s’agit de www.primo.ma. Environ un millier de livres sont à la disposition des clients. En plus des romans, une panoplie d’ouvrages spécialisés sont disponibles dans des domaines variés (médecine, pharmacie, économie, gestion, entreprise, management, sciences humaines, pédagogie, droit, sciences, informatique, bâtiment…). «Nous avons pu négocier avec nos fournisseurs des prix spéciaux pour l’Afrique du Nord, qui tiennent compte du pouvoir d’achat local», assure Othmane Hammadi, fondateur et directeur de Eviatus Group, une start-up basée au Technopark à Casablanca. De ce fait, certains ouvrages sont proposés à des prix inférieurs à ceux pratiqués sur des sites internationaux comme Amazon. Pour ce qui est de la disponibilité, 95% des livres affichés sur le site existent en stock dans un dépôt à Mohammédia et le délai de livraison moyen est de 48 heures, partout au Maroc. Pour les commandes d’ouvrages indisponibles localement, la société se charge de les importer dans un délai de deux à quatre semaines. C’est la société Amana qui se charge de la livraison, facturée au client à 35 DH. Deux modes de paiement existent: soit le paiement par carte de crédit marocaine, ce qui donne droit à une remise automatique de 3%, soit en espèces à la livraison. C’est Maroc Telecommerce qui s’occupe du paiement en ligne, avec le CMI (Centre monétique interbancaire). «Nous versons au CMI une caution pour qu’en cas de fraude, le client soit remboursé. Mais jusqu’ici, depuis le lancement du paiement en ligne en 2008, aucun cas de fraude n’a été signalé. C’est complètement sécurisé», assure Hammadi.
Au lancement de la librairie en mai dernier, la société recevait 8 commandes par semaine, alors qu’aujourd’hui, elle traite jusqu’à 10 commandes par jour. Près de 70% des clients préfèrent payer à la livraison, les 30% restants optent pour la carte de crédit. «En mai prochain, nous allons arrêter le paiement à la réception car c’est trop compliqué à gérer», annonce Othmane Hammadi.
Actuellement, Eviatis Group travaille exclusivement avec des éditeurs étrangers. Mais des partenariats vont se faire avec des éditeurs marocains espagnols, allemands et anglais pour continuer à étoffer l’offre, et ramener tous les mois les dernières nouveautés. Des ouvrages pour enfants seront également disponibles. Pour l’instant, les ouvrages les plus vendus sont «Apocalypse Bébé» et «Finance d’entreprise», des best-sellers.
Eviatis Group Primo emploie 5 personnes, qui gèrent le back-office (gestion du site, ajout des nouveaux ouvrages, modification des prix, intégration des promotions… ). Pour se faire connaître, la société a organisé une série d’expositions, accompagnées de promotions : au Technopark, à l’Iscae et au forum de l’Etudiant à l’Ofec.

Nadia BELKHAYAT
leco
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,965 Posts
La Villa Matisse ouvre ses portes à Marrakech

· Exposition collective de 7 artistes de renom

· Parmi les arts plastiques représentés figurent la peinture et la sculpture




Une nouvelle galerie d’art a vu le jour à Marrakech. Bâptisé «Villa Matisse», cet espace d’une superficie de 800 m2 sur 3 niveaux est entièrement peint en blanc. L’inauguration de cette nouvelle galerie a été aussi l’occasion pour le vernissage d’une exposition collective de sept artistes marocains de renom. Il s’agit de Amina Benbouchta, Safaa Erruas, Jamila Lamrani, Mouna Charrat, Hassan Echaïr, Hassan Darsi, Mahi Binebine. Presque tous ces artistes ont répondu présents à l’inauguration. Située sur la route de Tamesloht et Tahanaout (Boulevard Mohammed VI), la Villa Matisse abritera jusqu’à fin novembre, l’exposition collective de ces artistes. L’ensemble des œuvres représente en fait une large fresque qui couvre plusieurs années d’art au Maroc. A l’origine du projet, deux hommes: Nabil El Mallouki et Youssef Falaky, deux figures incontournables des arts plastiques au Maroc. « Nous prenons un engagement définitif en faveur d’une création marocaine libre », affirme Nabil El Mallouki, co-fondateur de Matisse. Parmi les arts plastiques représentés figurent notamment la peinture et la sculpture. Si les œuvres de Safaa Erruas montrent un univers blanc symbole, de l’immatérialité, la transparence et la fragilité, celles de Jamila Lamrani présentent une dominante noire accompagnée de fils de soie, tissus et fibres en laine, papillons, abats-jour en soie, baguettes chinoises, teinture de satin, perles… L’univers de Mouna Charrat, reste pour sa part, sobre et dépouillé. L’artiste est une spécialiste de la monochrome et organique.
En revanche, Amina Benbouchta évoque souvent la présence par l’absence, joue sur les couleurs, c’est le noir qui caractérise ses dernières créations. Ces nouvelles compositions résument et actualisent sa pensée.
Les œuvres de ces 4 femmes, considérées parmi les plus créatives de leur génération, côtoient les obsessions de Hassan Echaïr, les portraits de famille cultes de Hassan Darsi et les peintures noir et blanc de Mahi Binebine.
Par ailleurs, le choix de la ville ocre pour abriter cette galerie est loin d’être anodin. La ville reçoit régulièrement des artistes venus de l’étranger et s’ouvre de plus en plus à l’international. L’objectif des deux propriétaires est donc de « profiter de cette ouverture pour donner de la visibilité aux artistes marocains sur de nouveaux marchés». La Villa Matisse est également prête à recevoir les expositions d’artistes internationaux et donc, «d’offrir aux acheteurs et collectionneurs, un large éventail de ce qu’est aujourd’hui l’art contemporain dans le monde», soutient Youssef Falaky.

J. T.
leco
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #12 ·
Arribat Center Rabat Agdal

Pas loin du supermarché, sera aménagé un bowling. Le choix de cette salle de jeux, qui diversifiera les services de divertissement offert par le complexe, est justifié par «la demande forte sur ce genre d’espaces de loisirs à Rabat comme prouvé par les études réalisées dans ce sens», affirme-t-on.

...

Un autre espace de loisirs et de culture sera édifié dans ce centre : un multiplex sur une superficie de 3 900 m2. Il s’agit d’un complexe de 9 salles de cinéma de 90 à 250 places chacune et d’une capacité totale de 1 400. En attendant la réalisation de projets similaires annoncés par d’autres groupes, celui-ci est censé combler un vide notable dans la capitale administrative où il n’existe plus de véritables salles de projections. La seule dont disposent les Rbatis pour le moment est celle du Septième art après la fermeture du Dawliz et du cinéma mythique la Renaissance.
Et les habitants de Rabat semblent attendre avec impatience l’ouverture d’un projet pareil à tel point que «plusieurs personnes surtout des jeunes lient tout le projet au complexe de cinémas». L’enseigne Megarama sera sans doute le gérant de ce multiplex, même si les responsables de la Foncière Chellah se limitent à affirmer qu’ils sont «en négociation avec un grand groupe spécialiste en la matière».
lavie eco

Ce serait bien de recenser sur ce thread les infrastructures culturelles dans les centres commerciaux.
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,965 Posts
Construction d'un théâtre moderne à Taza



Construit sur un terrain offert par la commune urbaine avec une capacité de 420 places, le théâtre est conçu suivant les nouvelles normes techniques de bâtiment offrant sécurité, accessibilité et confort.

Financé par le ministère de la culture, le théâtre est équipé notamment d'une scène avec rideau automatique, un auditorium de 420 places, une cabine pour son et lumière, des loges et vestiaires pour acteurs, un hall pour exposition d'arts plastiques, un bureau administratif, un dépôt, un atelier et un guichet pour la billetterie.

Les parois des murs de la salle des spectacles sont couvertes en bois pour garantir une parfaite audition acoustique. Les aménagements extérieurs sont dotés d'un jardin planté d'arbres et de fleurs, protégé par un mur de clôture et un parking public.

"Ce théâtre permettra la promotion d'activités culturelles et artistiques dans la ville de Taza qui accueille annuellement le Festival international du théâtre jeune public avec la participation de troupes de théâtre du Maroc et de l'étranger ", selon le directeur régional de la culture à Taza, M. Mohammed Belhissi, lui même un homme de théâtre patenté.
map
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #14 ·
Résume des activités présentes dans le projet de rénovation du port de Tanger ville :

Loisirs :

- création d'un musée de 15.000 m2,
- palais des congrès de 1.500 places
- multiplexe cinématographique d'une superficie de 7.000 m2
- 1 parc et 4 places
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,965 Posts
Cinéma : Le Maroc atteint par la folie des multiplex

Se dirige-t-on vers un nouvel âge d’or des salles obscures au Maroc ? Peut-être oui, vu les différents projets de construction de multiplex en cours dans le royaume. Dans plusieurs villes, des complexes cinématographiques sont en cours de réalisation. Cela suffira-t-il à reconquérir un public qui de plus en plus préfère le cinéma Derb Ghallef à la maison ?

Le Maroc comptait environs 300 salles de cinéma dans les années 80-90. Aujourd’hui, à peine 80 salles continuent encore de résister aux vagues de fermetures et de destructions. Mais cette période difficile des salles obscures devrait être bientôt révolue. En effet, le Maroc devrait porter à 250, le nombre de ses salles de cinéma, à en croire le Directeur Général du CCM (Centre Cinématographique Marocain), qui s’est confié au magazine Variety, en marge du dixième festival cinématographique de Marrakech.

Les principaux complexes cinématographiques du royaume – Casablanca et Marrakech – sont détenus par le groupe français Mégarama, qui totalise aussi 36% des entrées et 54% du box office national.

La création de nouvelles salles modernes sera facilitée selon le chef du CCM, Nour-Eddine Sail, par des exonérations fiscales prévues dans une loi qui entrera prochainement en vigueur. D'ailleurs, 2 multiplexes verront bientôt le jour à Rabat et à Tanger.

L’ère des multiplexes

Alors que le multiplexe de la capitale proposera neuf salles, celui de la ville du détroit en comptera dix. A Casablanca, une salle de 400 places sortira de terre avec l’ouverture dans quelques mois du Morocco Mall. La capitale économique pourrait voir l'offre cinéma gonfler avec le projet du réalisateur marocain Nabil Ayouch. Il n’attend plus que le feu vert des autorités pour son lancement.

Fès, Meknès et Agadir pourraient également disposer de nouvelles salles de cinéma, accompagnant de futurs lieux de shopping qui y verront le jour. Des salles existantes devront être digitalisées dans les villes de Salé, Tanger et Ouarzazate.


Reste à savoir, si la construction de ces nouveaux espaces de projections pourront recréer le lien avec un public de plus en plus épris de DVD made in Derb Ghallef. Car il faut dire qu’en plus du manque de salles, les professionnels du cinéma souffrent surtout du piratage de leurs films.
yabiladi.com
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #16 ·
Maroc-Etats-Unis : Vers la mise en place d'un partenariat accru sur le plan culturel​

15.12.2010

Marilyn Diamond, consul honoraire du Maroc à Chicago a rendu visite à Bensalem Himmich mardi dernier, apprend-t-on auprès du ministère de la Culture. Elle était accompagnée de Jeannette Murphy, récemment décorée par le Roi Mohammed VI pour son action en faveur du renforcement des liens entre le Maroc et les Etats-Unis.

Lors de la rencontre les deux femmes ont esquissé les grandes lignes de leurs actions allant de l’humanitaire à la coopération culturelle. A ce niveau, un projet pour la mise en valeur de la bibliothèque de l’Université Al Qarawiyyine de Fès est en cours.

La rédaction
Copyright Yabiladi.com
http://www.yabiladi.com/articles/details/3943/maroc-etats-unis-vers-mise-place-d-un.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #17 ·
Patrimoine
Ben M'sick a son musée​

Publié le : 19.12.2010 | 10h49


Minuscule par sa taille, ce lieu de mémoire et d'histoire implanté à la Faculté de Ben M'sick est immense par ses ambitions.


Musée à part que celui ayant élu domicile au sein de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M'sick. Un lieu qui diffère des musées tels qu'ils sont définis, où sont de coutume exposés des objets de valeur, tableaux ou pièces d'antiquité. Ici, les objets exposés sont très modestes, mais ils sont chargés d'histoire : une vieille radio, une machine à coudre qui a filé des jours meilleurs, une lampe à huile n'ayant plus servi depuis des lustres ou encore un bougeoir qui a dû en éclairer plus d'un.

Il s'agit plutôt d'un musée communautaire qui raconte l'histoire des habitants de Ben M'sick. Ces derniers, pour la plupart, avaient investi le quartier avec un bagage culturel constitué principalement d'un patrimoine symbolique, entre contes, proverbes et chansons populaires, ainsi qu'un patrimoine matériel composé de vieux outils qu'ils utilisaient auparavant. Quand ils se sont installés à Ben M'sick, ils ont gardé en mémoire ce lien ou cette nostalgie par rapport au passé. « Nous avons ainsi voulu, en quelque sorte, écrire l'histoire de ces gens : qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Certes, ils sont issus de toutes les régions du Maroc, mais principalement de la région de la Chaouia et ses différentes tribus », explique Samir El Azhar, professeur-chercheur responsable du musée. Dans le cadre de la coopération et du partenariat académique et culturel qui lie la Faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M'sick et la « Kennesaw State University » de Géorgie, une exposition de grands panneaux relatant l'histoire de Ben M'sick a été organisée des deux côtés de l'Atlantique. Et c'est là le véritable intérêt du musée. Ce sont quatre panneaux qui traitent chacun d'un sujet déterminé.

« Ben M'sick, naissance de la banlieue, a été réalisé d'une manière tellement professionnelle qu'une trentaine de secondes suffisent pour donner au visiteur une idée globale sur la localité. Nous avons beaucoup travaillé sur l'image, de sorte à ce qu'elle contienne toutes les informations nécessaires et que le texte qui l'accompagne soit le plus concis possible », indique Samir El Azhar.
Des textes écrits en arabe et en anglais sur des toiles réalisées aux Etats-Unis. Ces mêmes toiles ont été exposées, dans un premier temps, au sein de la Kennesaw State University, avant de faire l'objet d'expositions dans les différentes universités de Géorgie. Il est à souligner que, dans le cadre d'un consortium, l'Université Hassan II a signé un accord de partenariat avec l'ensemble des universités de l'Etat de Géorgie.

« Cette exposition a eu un impact important, vu que, d'une part, elle faisait découvrir la culture marocaine et, ce faisant, le Maroc. D'autre part, une année après, soit en 2009, une université américaine, la Georgia University en l'occurrence, a organisé une journée spécialement dédiée au Maroc. Cela s'inscrit ainsi dans le cadre d'une diplomatie non officielle qui met en avant le côté étincelant de la culture marocaine et, par là-même, qui dissipe les préjugés et les stéréotypes », précise le responsable du musée. Dans un deuxième temps, les intervenants au sein de la faculté ont travaillé sur la mémoire de Ben M'sick. En ce sens, 30 témoignages de personnes de différents âges et de diverses classes sociales ont été enregistrés. Le résultat a été une sorte de mosaïque où figurent la femme âgée, l'homme de 70 ans, la femme active, le jeune, étudiant, ouvrier ou au chômage, les enfants, etc., donnant ainsi une idée globale sur l'arrondissement.

A la différence d'un musée classique qui cible de manière générale les étrangers et autres touristes, le musée de la Faculté de Ben M'sick, d'une dimension pédagogique, cible quant à lui les étudiants, afin d'établir les ponts entre savoir scientifique et expérience de la vie. En d'autres termes, il est question de mettre fin à une sorte de dénigrement du quartier par ses jeunes. Il s'agit d'établir une fierté par rapport à son quartier, et non pas le considérer comme une période transitoire dans la vie, car c'est un quartier populaire, le temps de déménager ailleurs, dans un quartier plus huppé.

De même, les objets exposés n'ont pas fait l'objet d'acquisition. Ce sont en fait des donations faites par les étudiants illustrant leur implication dans cet espace qu'ils considèrent comme le leur. Pour en arriver là, avant la mise en place dudit musée, un sondage a été réalisé auprès des étudiants au sein de la faculté. Il était question de savoir si, déjà, ils adhéraient à l'idée. Ensuite, ils devaient donner leur perception du futur musée, ce à quoi il devrait ressembler, etc. Ce sont ainsi ces jeunes qui ont conçu le musée, de sorte à ce qu'il représente leur quartier et qu'ils puissent s'y retrouver.

Le lieu a par la suite constitué un pont entre les étudiants et leur communauté. Chose qui a abouti à des rencontres auxquelles assistaient des parents d'étudiants, leurs frères et sœurs, et même, parfois, leurs grands parents. « C'était des moments forts dans l'histoire de ce petit musée, puisque la majorité des parents n'avaient jamais foulé le sol d'une faculté, ne sachant pas à quoi elle pouvait bien ressembler de l'intérieur et ignorant tout de ce qui pouvait s'y passer. C'était de purs moments de bonheur pour eux. Pour nous, c'était une façon de faire "disparaitre" les murs de la faculté, de manière à dévoiler, de part et d'autre, ce qui se passe de chaque côté », conclut Samir El Azhar.


Ateliers et collecte d'histoires
Aujourd'hui, le musée fait l'objet de visites organisées en partenariat avec des écoles primaires et des collèges sis à Ben M'sick. Une façon de leur faire découvrir un lieu qu'ils pourraient, éventuellement, fréquenter dans l'avenir. Parallèlement, dans le cadre du musée, des ateliers son régulièrement organisés. Dans le cadre de l'un d'eux, les étudiants y participant travaillent sur un projet de collecte des contes et histoires populaires qui concernent Ben M'sick. Un autre atelier, quant à lui, est consacré au même projet de collecte, mais de proverbes populaires cette fois-ci.
En parallèle, des groupes de travail ont été constitués, comprenant des étudiants en différentes branches (histoire, géographie, littératures arabe et anglaise). Ces différents groupes travaillent sur le patrimoine de Ben M'sick, chacun selon sa spécialité. Les étudiants en littérature arabe travailleront sur la culture populaire, tandis que les Anglophones se consacreront à explorer les liens éventuels existants avec la culture américaine. In fine, le projet a pour objectif de transmettre les résultats des différentes études aux partenaires américains.



Repères

Dimension pédagogique


Mis en place en 2006 en tant que galerie d'exposition, les lieux se sont transformès

en musée en 2008,

Un musée communautaire qui raconte l'histoire des habitants de Ben M'sick,

Des objets exposés très modestes, mais tellement chargés d'histoire.



Par Abdelhakim Hamdane | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=112&id=143793
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #18 ·
Foire
L'art contemporain en partage​


Publié le : 07.03.2011 | 14h43


Du 30 septembre au 3 octobre 2011, Marrakech Art Fair, grand rendez-vous artistique, revient pour une nouvelle édition qui se veut plus riche et plus novatrice.


Rappelez-vous, l'année précédente, plus exactement en octobre dernier, la ville de Marrakech a abrité un événement culturel d'envergure. La manifestation en question, qui porte le nom de Marrakech Art Fait, a mis au devant de la scène la création artistique marocaine et étrangère en matière d'art moderne et contemporain. Cette année, forts de leur succès, les organisateurs ont décidé de récidiver avec une nouvelle édition qu'ils veulent encore plus riche et plus novatrice.

Rendez-vous est donc donné aux amateurs et aux professionnels d'art du 30 septembre au 3 octobre, dans le cadre féerique du palace Es Saadi, qui se prête parfaitement à cette grande foire, abritant lui-même une réserve d'œuvres d'arts d'une valeur inestimable. Aussi, la première foire d'art moderne et contemporain au Maroc vient répondre à une demande de plus en plus pressante de la part des galeristes pour montrer toute l'étendue du mouvement artistique qui existe au Maroc et la dynamique qui anime le champ culturel de notre pays. «Nous sommes les témoins d'un certain engouement au Maroc pour l'art contemporain. Nous avons alors pensé qu'il fallait une foire pour favoriser l'émergence de nos artistes sur la scène internationale. Marrakech Art Fair montre que le Maroc est un lieu d'expression et un marché avec lequel il faut désormais compter», souligne Hicham Daoudi, président d'Art Holding Morocco, société organisatrice de Marrakech Art Fair.

Encore une fois, une cinquantaine de galeries se retrouveront dans un même espace pour que soit représenté à Marrakech, le temps de la foire, le meilleur de la création moderne et contemporaine issue du Maghreb et de tout le continent africain, sans oublier le Moyen-Orient et l'Europe, voire même l'Asie-Pacifique… «Nous souhaitons mettre l'accent sur les galeries turques, italiennes, espagnoles, grecques et celles du monde arabe, car il y a une vraie culture méditerranéenne et moyen-orientale dont nous faisons partie», explique Zineb Daoudi, directrice de la foire.
En parallèle aux expositions qui animeront le Palace Saadi, une série d'activités seront au menu de cette grand-messe artistique. C'est donc toute la ville qui se mettra à l'heure de cette manifestation avec un parcours culturel qui fera la part belle aux rencontres et aux conférences autour de l'art. Des spécialistes dans le domaine des arts contemporains éclaireront les intéressés sur la création artistique. Les âmes assoiffées d'art et de création auront l'occasion de savourer, sans modération, des œuvres exposées dans des fondations, des collections privées, des ateliers d'artistes...


Bilan 2010
En octobre 2010, plus de 10 000 visiteurs se sont rendus à l'édition inaugurale de Marrakech Art Fair, première foire d'art moderne et contemporain au Maroc. Une trentaine de galeries du Maghreb, du Moyen-Orient et de l'Europe y sont venues à la rencontre des amateurs d'art et collectionneurs nationaux et internationaux. De nombreuses ventes ont ainsi révélé le formidable potentiel du marché de l'art au Maroc.

L'an passé, le parcours culturel mettait notamment à l'honneur l'art contemporain de l'Afrique Subsaharienne avec African Stories, une exposition organisée par André Magnin sur l'invitation d'Hicham Daoudi. Installée dans l'ancienne agence de la Banque du Maroc sur la place Jamaâ El Fna, cette exposition a déclenché un véritable enthousiasme, qui s'est prolongé bien au-delà de Marrakech Art Fair… Le programme de cet événement comportait également «l'Art de vivre» à Dar Chrifa, l'un des plus anciens riads de la médina, «Luxe et volupté» qui a vu la participation de plusieurs palaces et complexes hôteliers au parcours des arts en exposant des œuvres dans leurs espaces extérieurs et intérieurs. Autres volets de cette manifestation artistique, «Art et savoir» ainsi que la «Golf Art Cup», compétition de golf, entre des acteurs du marché de l'art, au terme de laquelle a été remis un trophée réalisé par un artiste marocain.



Repères

Marrakech Art Fair en quelques mots


Un comité d'honneur composé de personnalités françaises et marocaines.

Un événement artistique et marchand.

Un lieu prestigieux : Palace Es Saadi.

50 galeries internationales sélectionnées par un comité.

Une communication internationale.

Des événements festifs dans toute la ville (cocktails, soirées de gala).

Des expositions culturelles et didactiques, des visites d'atelier.

Des conférences pour le public.

Des visiteurs, artistes et collectionneurs, venus de toute l'Europe.







Par Kenza ALAOUI | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=115&id=147804
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Discussion Starter · #19 ·
Casablanca

Equipements Culturels

- Mise en exploitation de la médiathèque et du centre artisanal
- Réhabilitation urbanistique et architecturale du centre ville
- Réhabilitation du Patrimoine
- Aménagement de la plage d’ANFA et Sidi Abderrahmane
- Aménagement de la côte d’Ain Sbaa
- Aménagement du paseo d'Anfa (Corniche)
- Construction du nouveau théâtre de Casablanca (quote-part des Collectivités locales)
- Réhabilitation et mise à niveau des théâtres et des bibliothèques de la ville
- Réhabilitation et mise à niveau des complexes culturels
- Restauration de la cathédrale sacré cœur
- Restauration du conservatoire
- Consolidation du marché central
- Surélévation de l’école des beaux arts
- Réaménagement de l’annexe de la CUC

http://www.casablanca.ma/index/portal/media-type/html/user/anon/page/accueil.psml?noteid=2766
 

·
11 YEARS HERE!
Joined
·
15,377 Posts
Al Hoceima: création du Musée du Rif


Une convention relative à la création du "Musée du Rif" a été signée, samedi à Al Hoceima, au terme du colloque international "Patrimoine culturel du Rif: quelle muséographie".
Cette convention a été signée par le président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH), le secrétaire général du Conseil de la communauté des Marocains de l'étranger, la présidente du conseil municipal d'Al Hoceima et le président de la région Taza-Hoceima-Taounate.

La création de cette nouvelle institution muséale entend faire connaitre l'histoire, y compris celle du temps présent, aux niveaux local, régional et national et favoriser le dialogue culturel et civilisationnel et le développement du tourisme culturel et écologique.
Le projet du musée, qui s'inscrit dans le cadre du programme de mise en œuvre des recommandations de l'Instance équité et réconciliation (IER) en matière d'histoire, d'archives et de mémoire, porte sur la réhabilitation de la battisse devant accueillir le musée, l'élaboration d'une vision sur le contenu de cette nouvelle structure et les activités parallèles, l'équipement du musée, la formation du staff et l'établissement de partenariat au niveau national et international.
http://oujda24.com/f/national/193-oujda24.html
 
1 - 20 of 104 Posts
Top