SkyscraperCity banner

1 - 20 of 100 Posts

·
Registered
Joined
·
2,546 Posts
Discussion Starter · #1 ·
Rénovation urbaine de Figuig​


Le Souverain s’est enquis, hier mardi à Figuig, du programme de mise à niveau urbaine de la ville, doté d’une enveloppe budgétaire globale de 104 millions de DH.
Etalé sur la période 2010-2013, ce programme prévoit la mise en oeuvre de travaux de restructuration et de réhabilitation de 14 quartiers sous-équipés (20 millions de DH), la restauration du Ksar Loudaghir (25 millions de DH) et l’aménagement du tissu urbain (55 millions de DH), notamment les principales artères et certaines places publiques. Ce programme portera également sur la réalisation d’un complexe social sur une superficie de 2.100 m2, pour un coût s’élevant à 4 millions de DH.


Source : L'Economiste
 

·
Registered
Joined
·
2,546 Posts
Discussion Starter · #2 ·
Qui a intérêt à bloquer le projet de la route Gourrama-Midelt ?


La commune de Gourrama, récemment annexée à la nouvelle province de Midelt, est un exemple concret d’une marginalisation sans précédent, depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Voisine du défunt bagne de Tazmamart, le village de Gourrama est resté à la marge du développement comme tous les ksours bordant l’oued Guir.
L’espoir de désenclaver cette localité qui compte un peu plus de 13 mille habitants, permettant de réduire le trajet de 200 km entre Errachidia et Midelt, via Rich, et de circuler facilement est né à l’occasion du projet d’édification d’un tronçon de 17,5 km, reliant Gourrama et Tiwzzaguin.
Ce projet tant attendu, a fait l’objet d’une ouverture de plis de la soumission le 23 juin dernier, par l’INDH, maître d’œuvre de cette future réalisation qui coûtera environ 1,3 million de dh. Mais depuis cette date, ce projet de grande envergure est resté sans suite. Situation qui suscite autant de questions que de rumeurs parmi les populations des villages et ksours de cette commune. Les uns parlent de report des fonds vers la route reliant Ait Hani et Imilchil, d’autres évoquent le déblocage dudit budget vers Alnif, province de Tinghir.
Le seul vœu des élus et des habitants de Gourrama, c’est de rendre à César ce qui lui appartient. Une occasion pour les nouvelles autorités provinciales de Midelt, de contribuer à la réparation communautaire de cette voisine de l’ancien « Tazmamort », comme dirait Mahi Benbine.


Source : Libe.ma


PS : Gourrama, c'est entre Rich et Beni Tajite :)
 

·
Registered
Joined
·
2,546 Posts
Discussion Starter · #4 ·
^^ Oh, il suffit d'un peu d'exercice sur quelques cartes, sur Google Earth bien sûr pour rendre les choses plus vivantes et c'est à la portée de tout le monde :)
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Qui a intérêt à bloquer le projet de la route Gourrama-Midelt ?


La commune de Gourrama, récemment annexée à la nouvelle province de Midelt, est un exemple concret d’une marginalisation sans précédent, depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Voisine du défunt bagne de Tazmamart, le village de Gourrama est resté à la marge du développement comme tous les ksours bordant l’oued Guir.
L’espoir de désenclaver cette localité qui compte un peu plus de 13 mille habitants, permettant de réduire le trajet de 200 km entre Errachidia et Midelt, via Rich, et de circuler facilement est né à l’occasion du projet d’édification d’un tronçon de 17,5 km, reliant Gourrama et Tiwzzaguin.
Ce projet tant attendu, a fait l’objet d’une ouverture de plis de la soumission le 23 juin dernier, par l’INDH, maître d’œuvre de cette future réalisation qui coûtera environ 1,3 million de dh. Mais depuis cette date, ce projet de grande envergure est resté sans suite. Situation qui suscite autant de questions que de rumeurs parmi les populations des villages et ksours de cette commune. Les uns parlent de report des fonds vers la route reliant Ait Hani et Imilchil, d’autres évoquent le déblocage dudit budget vers Alnif, province de Tinghir.
Le seul vœu des élus et des habitants de Gourrama, c’est de rendre à César ce qui lui appartient. Une occasion pour les nouvelles autorités provinciales de Midelt, de contribuer à la réparation communautaire de cette voisine de l’ancien « Tazmamort », comme dirait Mahi Benbine.


Source : Libe.ma


PS : Gourrama, c'est entre Rich et Beni Tajite :)
1,3 millions de dhirams 17km de route rurale ?! :nuts:

C'est plutot 13 millions. Enfin, comment peut-on ne pas réaliser une route de 17km pour désenclaver 13 milles habitants, en leur faisant gagner près de 200 km (ca me semble beaucoup).

Sur la carte Michelin, il y a une route revêtue entre Gourrama et Rich. Cet article est étrange.
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
Jerada: Plus de 52 millions de DH pour des projets de développement

Plusieurs projets de développement socio-économique d’un coût global estimé à 52,5 millions de DH viennent d’être lancés ou inaugurés dans la province de Jerada. Ils visent, en effet, le désenclavement et l’électrification des zones rurales, la promotion du sport et de l’éducation, l’encouragement de la scolarisation, la mise à niveau urbaine et le renforcement de l’accès aux infrastructures de base.
Dans la commune rurale de Guenfouda, un projet routier nécessitant une enveloppe budgétaire de 22 millions de DH vient tout juste d’être inauguré. Il a été financé par le ministère de l’Equipement (85%), le Conseil municipal (9%) et le Conseil de la région de l’Oriental (6%). Reliant les communes rurales de Guenfouda, Laaouinate et Tencherfi sur une longueur de 32,6 km, ce projet est réalisé dans le cadre du 2e Programme national des routes rurales devant permettre le désenclavement, au niveau de la province, de six douars (3.860 habitants) et de faciliter le transport et la commercialisation des produits agricoles.
Par ailleurs, la province de Jerada bénéficiera dans le cadre de ce programme de la réalisation d’un linéaire de 103 km pour un budget de 79,7 millions de DH. Ce qui permettra d’augmenter le taux d’accessibilité de la population rurale au réseau routier à 92% à l’horizon 2012.
leco
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
20 millions de dirhams pour la restructuration des quartiers sous-équipés et l'aménagement des voiries à Mrirt

Quelque 20 millions de dirhams (MDH) ont été alloués à la restructuration des quartiers sous-équipés et l'aménagement des voiries de proximité, dans le cadre du programme de mise à niveau de la ville Mrirt, apprend-on auprès du holding d'aménagement Al Omrane-Meknès.

Ce projet, financé par le ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'Espace à travers le Fonds de solidarité de l'Habitat, concerne sept quartiers et différentes voiries de proximité dans la ville, indique un document d' Al Omrane, maître d'ouvrage du projet.

Les travaux de la première tranche concernant la restructuration des quartiers ont été achevés, alors que la deuxième tranche portant sur l'aménagement des voiries sera lancée en septembre prochain, précise la même source.

Les travaux réalisés dans les quartiers ont consisté en le dallage des ruelles et l'aménagement des places et des placettes dans les différents quartiers concernés, a précisé à la MAP, M. Ali Saïdi, directeur de l'unité de gestion des projets concernant Khénifra et Errachadia au sein de la société Al Omrane-Meknès, notant que plus de 2.200 ménages profiteront de ce projet qui vise essentiellement à améliorer les conditions de vie des citoyens.

Un programme de mise à niveau de la ville de Mrirt étalé sur la période 2008-2011, a été mis en place pour un coût global estimé à environ 40 MDH, rappelle-t-on.

Ce programme, qui s'inscrit dans le cadre du plan de mise à niveau et de développement de la province de Khénifra (2008-2011), prévoit, outre la restructuration des quartiers et l'aménagement des voiries de proximité, des projets portant sur l'aménagement de la traversée de Mrirt (10 MDH), le renforcement et l'extension de l'éclairage public et de la signalisation (4 MDH), l'aménagement des espaces verts et des places publiques (2 MDH) et le renforcement des équipements sociaux et sportifs (4 MDH).
MAP
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
Khénifra : restructuration des quartiers sous-équipés et des voiries

La ville de Khénifra Les travaux de restructuration des quartiers ont été achevés, alors que l’opération d’aménagement des voiries sera lancée en septembre prochain.



Quelque 20 millions de dirhams (MDH) ont été alloués à la restructuration des quartiers sous-équipés et l’aménagement des voiries de proximité, dans le cadre du programme de mise à niveau de la ville de Mrirt, apprend-on auprès du holding d’aménagement Al Omrane-Meknès. Ce projet, financé par le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace à travers le Fonds de solidarité de l’habitat, concerne sept quartiers et différentes voiries de proximité dans la ville, indique un document d’ Al Omrane, maître d’ouvrage du projet. Les travaux de la première tranche concernant la restructuration des quartiers ont été achevés, alors que la deuxième tranche portant sur l’aménagement des voiries sera lancée en septembre prochain, précise la même source. Les travaux réalisés dans les quartiers ont consisté le dallage des ruelles et l’aménagement des places et des placettes dans les différents quartiers concernés, a précisé à la MAP Ali Saïdi, directeur de l’unité de gestion des projets concernant Khénifra et Errachadia au sein de la société Al Omrane-Meknès, notant que plus de 2.200 ménages profiteront de ce projet qui vise essentiellement à améliorer les conditions de vie des citoyens.

Par : MAP
aujourd'hui le maroc
 
Joined
·
7,701 Posts
Taza : Plus de 64 Millions de Dh pour des projets d'équipements de la ville​


Une enveloppe budgétaire de plus de 64,16 Millions de Dhs a été investie par la commune urbaine de Taza pour le financement des projets en cours de réalisation pour l'équipement de la ville en infrastructures de base.

Les projets d'équipement dont l'état d'avancement a été examiné dernièrement par le conseil municipal concernent la construction et le renforcement des routes (21,36 MDh) et la construction d'un pont sur l'Oued Larbâa pour protéger la population du quartier El Malha contre les crues et les inondations (11,3 MDh).

Ces projets portent aussi sur la construction de passerelles pour piétons sur la voie ferrée traversant la ville et dont le financement pour un montant de 14 MDh est assuré en partenariat avec l'Office National des Chemins de Fer (ONCF). Les projets intéressent de même la construction d'une salle couverte polyvalente à Taza-Haut (10,77 MDh), les travaux de mise à niveau urbaine de la place de Moulay El Hassan à Taza-Haut (3,18 MDh) avec la construction d'une fontaine lumineuse (2,29 MDh) , la construction d'un terrain de sport de proximité à Hay AL-Jiariyine (441.760 Dh) et les travaux des aménagements extérieurs du nouveau complexe commercial de la ville (794.700Dh).

Le conseil de la commune urbaine de Taza a, par ailleurs, examiné les projets en cours d'élaboration pour l'aménagement du jardin public " 20 août " (19,25 MDh), l'aménagement des abords de la porte historique Bab Al Jamâa et des remparts (7,94 MDh) et la mise à niveau du terrain de Hand-ball (2MDh).
map
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Taza à l'horizon 2035
Vision urbanistique et socioéconomique de la ville​

Publié le : 20.09.2010 | 13h32


L'ouverture à l'urbanisation de nouvelles zones à Taza et sa périphérie peut accroître le poids des marges urbaines dans la ville et accroître les difficultés de gestion en matière d'équipements, selon une vision d'une étude du Schéma directeur d'aménagement urbain (Sdau) de la ville de Taza à l'horizon 2035.




La forte pression actuelle sur le capital foncier de la ville est partie pour durer encore, en l'absence d'une alternative foncière, selon l'étude, établie par un cabinet d'architecture et d'urbanisme à Rabat et qui a été examinée au cours d'une précédente réunion tenue sous la présidence du gouverneur de la province.

Dans une conjoncture de forte pression d'urbanisation, le risque d'une psychose de pénurie de terrains est grand, et peut se traduire par des dérapages, selon l'étude, qui relève que la situation foncière à Taza est contraignante.

En effet, en plus de la topographie difficile, le foncier public disponible couvre seulement 94,5 ha (3,8%), le foncier privé possède 205,50 ha (8,2%) et les terrains non urbanisables ont une superficie globale de 1.150 ha, soit 46%.

Quelque 68,8% de terrains publics urbanisables disponibles relèvent du domaine militaire, et près du cinquième (19%) appartient aux Habous (18 ha), selon la même source, qui se réfère aux données du Plan d'aménagement (PA) en vigueur.

La consistance des autres terrains publics est insignifiante avec 9 ha de foncier domanial et 2,5 ha de foncier communal.

La requalification en cours du centre ville de Taza risque d'entraîner une flambée des prix, fait remarquer la même source, qui estime que toutes les évolutions en cours peuvent compromettre la vocation de Taza en tant que ville accessible pour les salariés et limiter son pouvoir d'attraction économique.

A ce niveau, le marché de travail à Taza est dominé par les salariés de l'administration (31,4ù des actifs occupés) suivi du secteur industriel.

L'étude propose de relever les défis de renouvellement des réserves foncières, de lutte contre l'habitat insalubre et l'habitat qui menace ruine , de maîtrise de l'étalement urbain, de régulation du renouvellement urbain, de l'élargissement du marché de travail et de la consécration du développement durable.

Selon l'étude, le profil futur de Taza à l'horizon 2035 sera un profil démographique plus équilibré avec 214. 500 habitants et un taux d'accroissement moyen annuel perspectif de l'ordre de 1,25%.

Le profil social sera moins contrasté en passant par la restructuration du parc de logement, le développement des services de proximité, l'élargissement du marché de travail, et l'émergence de pratiques spatiales saines.

Le profil économique sera moins fragile avec le redéploiement du tissu économique et la diversification et ramification du secteur tertiaire.

Un profil urbanistique sera mieux soigné avec, selon l'étude, l'émergence d'un Grand Centre ville, l'accompagnement de la restructuration urbaine, le développement de la mixité sociale, la maîtrise de l'étalement urbain et une attention particulière au patrimoine urbain.

Toutefois, le secteur commercial occupe une place importante en raison du nombre d'emplois qu'il offre à l'activité informelle.

S'agissant du parc de logement, son évolution s'est profilée au cours des dernières décennies et son état actuel comporte des signes avant coureurs d'un certain nombre de tendances qui se ramènent , entre autres, à une diversification accrue des types de logements, à une percée du secteur privée de nature à encourager l'exploration de nouveaux créneaux , à l'auto construction et à la densification des tissus urbains.

Par MAP
http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=139263
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Plus de 110 MDH consacrés à la mise à niveau du tissu urbain de la ville de Guercif


Taza, 23/09/10- Le programme de mise à niveau du tissu urbain de la ville de Guercif nécessite un investissement global de 110,51 millions de dirhams (MDH), apprend-on auprès des autorités de la province de Guercif.

Quatorze projets sont prévus dans le cadre de ce programme visant à combler le déficit de la ville en équipements et infrastructures de base, rehausser l'image de la ville, dynamiser les activités socioéconomiques et améliorer les conditions de vie de la population.

Parmi les projets saillants figurent la création de 3 passages sur la voie ferrée (26,5 MDH) et la construction d'un pont sur l'Oued Melloulou (17 MDH) de 75 m de longueur et 14 m de largeur en vue d'améliorer la sécurité routière, éliminer les points d'étranglement du trafic et faciliter les liaisons entre les parties Nord et Sud de la ville.

Par ailleurs, le transfert du souk hebdomadaire du centre ville vers un terrain communal de 11 ha situé dans le quartier Nougoud à Guercif (11,75 MDH) constitue l'un des projets structurants réalisés par les autorités locales et la commune urbaine.

Dicté par des soucis de sécurité routière, le transfert du souk a pour objectifs aussi d'améliorer les recettes communales, de créer des emplois stables et de dynamiser les activités commerciales.

Des abattoirs sont également en cours de construction pour organiser le commerce des viandes et lutter contre l'abattage clandestin.

Le programme de mise à niveau urbaine de Guercif comporte aussi la création d'une gare routière sur un terrain communal d'un hectare (12,56 MDH), la construction d'un marché couvert (3 MDH) et la création de locaux commerciaux sur une superficie de 2.680 m2 pour la sédentarisation des marchands ambulants (3,1 MDH).

La construction d'une salle couverte omnisports (9,5 MDH) à proximité de l'avenue Moulay Youssef et la création d'un terrain de sports au quartier Chouibir (930.000DH) sur 5.000 m2 figurent parmi les projets visant la promotion des activités sportives, l'encadrement des jeunes et la déconcentration des équipements vers les quartiers.

Les travaux d'aménagement de la traversée principale de la ville sur 6 Km (15 MDH), de réhabilitation de l'éclairage public (5MDH), et de création des espaces verts (700.000 MDH) sont en cours pour améliorer l'environnement et le tourisme dans la ville, précise la même source.

Le programme prévoit aussi la création d'une zone d'activité économique sur 3 ha au quartier Ngoud (2,2 MDH) visant la délocalisation des activités de nuisance dans les zones d'habitation et la création d'une zone industrielle pour la promotion des investissements (800.000 DH).

Pour les équipements sociaux, un centre de santé est en cours de finition au quartier Nougd pour assurer des services sanitaires de proximité. La construction et l'équipement de ce centre, construit sur un terrain communal, nécessitent un montant global de 2,42 MDH.

Parallèlement à ces 14 projet, il est prévu la réalisation des travaux d'assainissement liquide de la ville et de construction d'une station d'épuration des eaux usées pour un montant global de 128 MDH.
map
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Khouribga : Le plein de chantiers



Plusieurs établissements apportent leur soutien financier pour contribuer au succès des différents programmes socio-économiques.


Depuis des années, la ville de Khouribga semblait complètement abandonnée à son sort, et de grands projets qui ont pompé des milliards traînaient au fil des années, d'un conseil élu a un autre. De même les espaces verts et les places publiques sont inexistants, le revêtement des chaussées dont on parlait à chaque occasion en annonçant des milliards n'existe que sur le papier, les opérations de sous traitance dont celle de nettoiement ne répondent que rarement et par occasion aux règles en vigueur etc... D'ailleurs en passant à travers la région par Fkih Ben Saleh, Kasbet Tadla et même Azilal, les Khouribguis jugent la différence avec le changement radical de ces centres urbains qui se développent au quotidien. Il a fallu donc ,après des années, attendre l'intervention directe et efficace du gouverneur de la province, M. Sabri pour donner espoir à cette ville, à ses habitants qui ne savaient à quel saint se vouer. Doit-on rappeler que le rôle de nos élus ne doit pas se limiter aux autorisations de construire, à l'acte de naissance, aux impôts aux taxes, à la légalisation des documents, au marché de gros, au fameux festival du cinéma africain etc.…

Aujourd'hui et plus que jamais la ville de Khouribga, grâce à cette volonté des autorités locales ,est en plein chantier. Les responsables semblent conscients de la situation,et les citoyens sont fiers de voir leur ville bouger dans le bon sens. Plusieurs établissements apportent leur soutien notamment financier pour contribuer au succès des différents programmes socio économiques.
Le rôle de nos élus est donc de réfléchir, de se concentrer sur une politique de mobilité produisant des solutions aux problèmes que vivent au quotidien les citoyens et anticiper, ainsi l'avenir. Il est du devoir de nos élus d'avoir une vision claire sur les actions à entreprendre, de réfléchir sur la commune de demain, sur la gestion efficace des affaires des citoyens. Allez y voir dans ce sens, l'état catastrophique du premier arrondissement urbain (Avenue des FAR) et dans quelles conditions travaillent les gens, et comment les citoyens sont servis. De même les espaces verts abandonnés devant le bâtiment ou siègent nos élus et le complexe culturel que gère ces derniers ne sont que deux exemples vivants démontrant le sens inverse de la gestion de la chose locale!…

L'assainissement liquide verra la réalisation d'un important projet déjà en cours au profit du centre urbain de Khouribga et la commune rurale d'Ouled Abdoune. D'un coût de 400 millions de dirhams, il est situé à proximité de la ville de Khouribga et vise la protection du milieu naturel et particulièrement la nappe phréatique, l'amélioration des conditions sanitaires des populations et aussi la réalisation des eaux épurées à des fins industrielles. Ce projet d'une grande importance comporte deux composantes.

La première comporte la réalisation d'un canal principal de collecte d'une longueur de 20 kilomètres, dont six en galerie avec une profondeur de huit mètres, la réhabilitation, le renforcement et l'extension de quarante kilomètres du réseau des eaux usées et pluviales, la mise en place d'une station de pompage et de relevage des eaux au niveau du pont Assa et le renouvellement des équipements des deux stations de pompage des eaux pluviales des deux ponts des boulevards Roudani et Moulay Youssef . Cette tranche du projet verra la participation financière des établissements ONEP-OCP.

La seconde composante se rapporte à une station d'épuration qui nécessite une enveloppe de 200 millions de dirhams confiée au groupe OCP. Cette unité de type «boues activées», répond aux normes internationales en matière de préservation de l'environnement. La partie eau est fonctionnelle dés que la mise en service des équipements de la partie boue prévue dans quelques semaines. La station permettra d'une part, la réalisation des eaux pour le traitement industriel du minerai phosphatier et l'arrosage des espaces verts et d'autre part l'épuration de cinq millions de m3 d'eau.

Par ailleurs, le programme comporte un autre projet d'assainissement solide en cours d'étude pour servir un ensemble de communes relevant de la province. Il consiste en l'aménagement de quatre décharges contrôlées.
Le programme routier est d'une grande importance à travers l'aménagement des voies pénétrantes de la ville et de ses principaux boulevards et la construction d'un passage sous voie. L'objectif est de rendre plus fluide la circulation dans une ville qui a vu son parc automobile augmenter considérablement au fil des années ou plutôt des mois. Il est prévu une enveloppe de plus de 84 millions de dirhams repartie ainsi : 12 millions serviront à l'aménagement de la traversée de la ville sur une distance de plus de quatre kilomètres et à l'aménagement de deux giratoires.
En outre, les principaux boulevards de la ville de Khouribga, enregistrent d'importants travaux de réaménagement. En effet, la voirie du boulevard Moulay Youssef ( entrée principale de la ville), a été aménagée sur une distance de plus d'un kilomètre et elle a nécessité une enveloppe de dix millions de dirhams.

Le programme compte également l'aménagement de la voirie du boulevard Mohammed VI, traversant la ville en diagonale sur une distance de quatre kilomètres déjà réalisée. On compte également les travaux de dallage et de carrelage du même boulevard pour un coût de 25 millions de dirhams, l'élargissement et le développement de la voie des boulevards Moulay Driss Premier et Ben Amir sur une distance de plus de deux kilomètres pour une enveloppe de 16 millions de dirhams débloquée par la DGCL (Direction générale des collectivités locales) et la commune urbaine. Il est prévu de même la réalisation d'un troisième passage sous voie ferrée connue sous «Assa», d'un coût de 21 millions de dirhams financée par l'INDH, l'OCP, l'ONCF, la DGCL et la commune urbaine. L'objectif de ce projet en cours de réalisation est de réduire la pression de circulation au niveau du centre de la ville et des deux passages sous voie ferrée existant.


Verdure et éclairage

Un important programme de mise à niveau urbain, d'un coût de plus de 31 millions de dirhams, a été lancé pour combler le déficit que connaît toute la ville dans plusieurs domaines. Il est prévu 20 millions de dirhams pour le renforcement et l'extension du réseau d'éclairage public, 5 millions de dirhams dont 4 débloqués par la DGCL sont alloués aux travaux d'aménagement des places publiques ( places de la poste, de Bir Anzarane, de la Palestine, devanture de l'hôtel de ville), plus de 2 millions de dirhams serviront pour l'aménagement d'un jardin public sur une superficie des deux hectares environ et enfin plus de 2 millions de dirhams pour rendre agréable les espaces verts du boulevard Mohammed V.
Soulignons que les villes de Oued-Zem et Bejaad sont également concernées par ce programme de mise à niveau qui prévoit d'importants projets que nous aurons l'occasion de traiter dans nos prochaines éditions.

le matin
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Slaoui est déjà passé par là ! Je rajoute la légende de la photo, la fin de l'article et j'offre la photo de la salle omnisport en bonus. :lol:

Khouribga
Le plein de chantiers​

Publié le : 13.10.2010 | 14h53


Plusieurs établissements apportent leur soutien financier pour contribuer au succès des différents programmes socio-économiques.


Boulevard Beni Amir en plein chantier.Ph. F.Bennar​

Depuis des années, la ville de Khouribga semblait complètement abandonnée à son sort, et de grands projets qui ont pompé des milliards traînaient au fil des années, d'un conseil élu a un autre. De même les espaces verts et les places publiques sont inexistants, le revêtement des chaussées dont on parlait à chaque occasion en annonçant des milliards n'existe que sur le papier, les opérations de sous traitance dont celle de nettoiement ne répondent que rarement et par occasion aux règles en vigueur etc... D'ailleurs en passant à travers la région par Fkih Ben Saleh, Kasbet Tadla et même Azilal, les Khouribguis jugent la différence avec le changement radical de ces centres urbains qui se développent au quotidien. Il a fallu donc ,après des années, attendre l'intervention directe et efficace du gouverneur de la province, M. Sabri pour donner espoir à cette ville, à ses habitants qui ne savaient à quel saint se vouer. Doit-on rappeler que le rôle de nos élus ne doit pas se limiter aux autorisations de construire, à l'acte de naissance, aux impôts aux taxes, à la légalisation des documents, au marché de gros, au fameux festival du cinéma africain etc.…

Aujourd'hui et plus que jamais la ville de Khouribga, grâce à cette volonté des autorités locales ,est en plein chantier. Les responsables semblent conscients de la situation,et les citoyens sont fiers de voir leur ville bouger dans le bon sens. Plusieurs établissements apportent leur soutien notamment financier pour contribuer au succès des différents programmes socio économiques.
Le rôle de nos élus est donc de réfléchir, de se concentrer sur une politique de mobilité produisant des solutions aux problèmes que vivent au quotidien les citoyens et anticiper, ainsi l'avenir. Il est du devoir de nos élus d'avoir une vision claire sur les actions à entreprendre, de réfléchir sur la commune de demain, sur la gestion efficace des affaires des citoyens. Allez y voir dans ce sens, l'état catastrophique du premier arrondissement urbain (Avenue des FAR) et dans quelles conditions travaillent les gens, et comment les citoyens sont servis. De même les espaces verts abandonnés devant le bâtiment ou siègent nos élus et le complexe culturel que gère ces derniers ne sont que deux exemples vivants démontrant le sens inverse de la gestion de la chose locale!…

L'assainissement liquide verra la réalisation d'un important projet déjà en cours au profit du centre urbain de Khouribga et la commune rurale d'Ouled Abdoune. D'un coût de 400 millions de dirhams, il est situé à proximité de la ville de Khouribga et vise la protection du milieu naturel et particulièrement la nappe phréatique, l'amélioration des conditions sanitaires des populations et aussi la réalisation des eaux épurées à des fins industrielles. Ce projet d'une grande importance comporte deux composantes.

La première comporte la réalisation d'un canal principal de collecte d'une longueur de 20 kilomètres, dont six en galerie avec une profondeur de huit mètres, la réhabilitation, le renforcement et l'extension de quarante kilomètres du réseau des eaux usées et pluviales, la mise en place d'une station de pompage et de relevage des eaux au niveau du pont Assa et le renouvellement des équipements des deux stations de pompage des eaux pluviales des deux ponts des boulevards Roudani et Moulay Youssef . Cette tranche du projet verra la participation financière des établissements ONEP-OCP.

La seconde composante se rapporte à une station d'épuration qui nécessite une enveloppe de 200 millions de dirhams confiée au groupe OCP. Cette unité de type «boues activées», répond aux normes internationales en matière de préservation de l'environnement. La partie eau est fonctionnelle dés que la mise en service des équipements de la partie boue prévue dans quelques semaines. La station permettra d'une part, la réalisation des eaux pour le traitement industriel du minerai phosphatier et l'arrosage des espaces verts et d'autre part l'épuration de cinq millions de m3 d'eau.

Par ailleurs, le programme comporte un autre projet d'assainissement solide en cours d'étude pour servir un ensemble de communes relevant de la province. Il consiste en l'aménagement de quatre décharges contrôlées.
Le programme routier est d'une grande importance à travers l'aménagement des voies pénétrantes de la ville et de ses principaux boulevards et la construction d'un passage sous voie. L'objectif est de rendre plus fluide la circulation dans une ville qui a vu son parc automobile augmenter considérablement au fil des années ou plutôt des mois. Il est prévu une enveloppe de plus de 84 millions de dirhams repartie ainsi : 12 millions serviront à l'aménagement de la traversée de la ville sur une distance de plus de quatre kilomètres et à l'aménagement de deux giratoires.
En outre, les principaux boulevards de la ville de Khouribga, enregistrent d'importants travaux de réaménagement. En effet, la voirie du boulevard Moulay Youssef ( entrée principale de la ville), a été aménagée sur une distance de plus d'un kilomètre et elle a nécessité une enveloppe de dix millions de dirhams.

Le programme compte également l'aménagement de la voirie du boulevard Mohammed VI, traversant la ville en diagonale sur une distance de quatre kilomètres déjà réalisée. On compte également les travaux de dallage et de carrelage du même boulevard pour un coût de 25 millions de dirhams, l'élargissement et le développement de la voie des boulevards Moulay Driss Premier et Ben Amir sur une distance de plus de deux kilomètres pour une enveloppe de 16 millions de dirhams débloquée par la DGCL (Direction générale des collectivités locales) et la commune urbaine. Il est prévu de même la réalisation d'un troisième passage sous voie ferrée connue sous «Assa», d'un coût de 21 millions de dirhams financée par l'INDH, l'OCP, l'ONCF, la DGCL et la commune urbaine. L'objectif de ce projet en cours de réalisation est de réduire la pression de circulation au niveau du centre de la ville et des deux passages sous voie ferrée existant.


Verdure et éclairage
Un important programme de mise à niveau urbain, d'un coût de plus de 31 millions de dirhams, a été lancé pour combler le déficit que connaît toute la ville dans plusieurs domaines. Il est prévu 20 millions de dirhams pour le renforcement et l'extension du réseau d'éclairage public, 5 millions de dirhams dont 4 débloqués par la DGCL sont alloués aux travaux d'aménagement des places publiques ( places de la poste, de Bir Anzarane, de la Palestine, devanture de l'hôtel de ville), plus de 2 millions de dirhams serviront pour l'aménagement d'un jardin public sur une superficie des deux hectares environ et enfin plus de 2 millions de dirhams pour rendre agréable les espaces verts du boulevard Mohammed V.
Soulignons que les villes de Oued-Zem et Bejaad sont également concernées par ce programme de mise à niveau qui prévoit d'importants projets que nous aurons l'occasion de traiter dans nos prochaines éditions.



Repères

Réalisations grâce à l'INDH


- Un complexe socio-éducatif pour la femme qui dispose de deux centres dont un pour l'éducation et la formation et un d'écoute et d'orientation. Il est d'un coût de six millions de dirhams.

- Une salle couverte omnisports en cours d'achèvement alors que les travaux ont été entrepris en 1989. D'une superficie de 20.000 m2 dont 6.000 couverts et d'une capacité de 3.000 places, cette infrastructure sportive qui a nécessité une enveloppe de 45 millions de dirhams, est financée par l'INDH, la DGCL, le ministère de la Jeunesse et des Sports, l'ERAC, les conseils régional, provincial et urbain.


- L'édification d'une bibliothèque est en cours d'étude et devrait prochainement voir le jour. Son coût est estimé à trois millions de dirhams.



Par Farid BENNAR | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=112&id=140302
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
Guercif
Plus de 63,5 MDH pour l'aménagement de la voirie et de l'éclairage public


Une enveloppe budgétaire de plus de 63,54 millions Dh a été réservée aux projets de construction et d'aménagement de la voirie et d'amélioration de l'éclairage public et des espaces verts de la ville de Guercif, selon les autorités de la province de Guercif.

Parmi ces projets, figure notamment la construction d'un pont sur l'oued Mellelou pour améliorer la sécurité routière, éliminer les points d'étranglement du trafic et faciliter les liaisons entre les parties Nord et Sud de la ville.

Ce projet porte sur la construction d'un pont sur une longueur de 75 m et une largeur de 14 m avec une chaussée de 8 m, deux trottoirs de 1,5 m et deux pistes cyclables. Son coût global est estimé à 17 MDH dont 7 MDH impartis au département de l'équipement, 6,2 MDH à la Direction générale des collectivités locales (DGCL), 3,5 MDH au groupe Al Omrane et le reste à la commune urbaine et au conseil de la région Taza-Al Hoceima-Taounate.

La construction de trois passages sur la voie ferrée pour améliorer la sécurité routière et faciliter la liaison entre les parties Nord et Sud de la ville figure au programme de renforcement de la voirie de la ville.

Le montant alloué à ces trois passages (un passage déjà fonctionnel) atteint 26,5 MDH dont 20 MDH fourni par l'Office national des chemins de fer (ONCF) et 6,5 MDH par la commune urbaine.
aufait
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
L’Agence de l’Oriental vend ses projets

· Opération inédite à destination des bailleurs de fonds

· Au menu, 23 programmes de développement


L’Agence de développement de l’Oriental a sans doute inauguré une expérience inédite en matière de marketing territorial. La région a en effet présenté avant-hier à Rabat ses projets aux bailleurs de fonds notamment étrangers. Le chantier, il est vrai, a été facilité par l’existence d’un jumelage institutionnel financé par l’UE, entre l’Agence de l’Oriental et son partenaire l’Agence andalouse de la coopération internationale pour le développement (AACID). Quelque part ce jumelage a apporté une caution supplémentaire.
«Ce partenariat constitue un cadre approprié pour renforcer la coopération entre le Maroc et l’UE à travers la réalisation des projets contribuant au développement des provinces de l’Oriental», signale d’emblée Nizar Baraka, ministre chargé des Affaires économiques et générales.
Le programme de développement de la région comporte 23 projets formulés selon 6 axes. Le premier concerne la promotion de la compétitivité économique. Sur ce chapitre, l’Agence propose un programme de relance industrielle dont le coût d’investissement estimé à près de 85 millions de DH. D’autres projets ciblent la reconversion agricole, la diversification de l’offre touristique et la promotion des services. D’autres encore, le développement de pôles urbains attractifs. Sur ce volet, près de 390 millions de DH seront consacrés aux quartiers urbains sous-équipés alors que 315 millions de DH vont être destinés à la qualification urbaine des petits centres. Au menu du programme présenté par l’Agence, figurent également des actions qui vont cibler l’amélioration des services sociaux de proximité comme la santé et la scolarisation ainsi que l’emploi et la culture. «Par l’ensemble de ces projets, nous ambitionnons d’accompagner la dynamique de rattrapage de la région lancée suite à l’initiative royale pour le développement de l’Oriental lancée en 2003», indique Mohamed Mbarki, directeur général de l’Agence de l’Oriental. Cette dynamique a permis le désenclavement de la région et son ouverture sur son environnement national et étranger notamment l’Europe et la Méditerranée. Actuellement, l’avenir de la zone est moins vulnérable à la contrebande.
L’Agence de l’Oriental estime à ce propos que le commerce informel représenterait près de 6 milliards de DH mais «le chiffre d’affaires aurait baissé de 12% au cours des 5 dernières années».

--------------------------------------------------------------------------------


100 milliards de DH pour réhabiliter la région


Le désenclavement et le développement de la région orientale a nécessité la mobilisation d’une enveloppe de près de 100 milliards de DH dont 50% reviennent au secteur public pour financer la réalisation de plusieurs projets. Il s’agit, à titre d’exemple, de l’autoroute reliant Fès à Oujda dont la mise en service est attendue en juin prochain, selon Mbarki. Sans oublier la rocade méditerranéenne et l’aéroport d’Oujda dont les travaux sont achevés.
Les populations de la région commencent à accueillir les fruits de cette dynamique. En effet, en termes de pouvoir d’achat, la région est passée de la 11e place en 2001 à la 6e en 2008.

Nour Eddine EL AISSI
leco
 

·
Registered
Joined
·
2,546 Posts
Discussion Starter · #17 ·
Sympa la news concernant Guercif ! Je connais très mal la ville mais il suffit de traverser la ville via la nationale pour se rendre compte du boulot qu'il y a à faire niveau aménagement urbain. Et encore, c'est censé être l'axe clé de la ville donc particulièrement entretenu. J'ose même pas imaginer le reste de la ville ...
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Sympa la news concernant Guercif ! Je connais très mal la ville mais il suffit de traverser la ville via la nationale pour se rendre compte du boulot qu'il y a à faire niveau aménagement urbain. Et encore, c'est censé être l'axe clé de la ville donc particulièrement entretenu. J'ose même pas imaginer le reste de la ville ...
Demande à Zakaria Bou3alem :lol:
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Sa Majesté le Roi Mohammed VI fait une entrée officielle à Midelt
Le Souverain examine l'état d'avancement du programme de mise à niveau urbaine de la ville, d'un coût global de près de 146 MDH​

Publié le : 01.11.2010 | 18h46


• S.M. le Roi inaugure un pont sur l'oued Outate et lance le projet d'élargissement et de renforcement de la principale traversée de Midelt.

• Le programme de mise à niveau urbaine est destiné au renforcement des infrastructures de la ville et à l'amélioration des services rendus aux citoyens.



Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, s'est enquis, lundi à Midelt, de l'état d'avancement du programme de mise à niveau urbaine de la ville, doté d'une enveloppe budgétaire globale de 145,8 millions de dirhams (MDH).

A cette occasion, le Souverain a procédé à l'inauguration d'un pont reconstruit sur l'oued Outate pour un coût de 25 MDH et donné le coup d'envoi des travaux d'élargissement et de renforcement de la principale traversée de la ville sur 4,88 km (18,6 MDH). Ces deux projets, financés par le ministère de l'Equipement et du Transport et le Conseil de la région, contribueront à l'amélioration de la circulation et de la sécurité routière ainsi qu'à l'embellissement de la ville à travers la réalisation d'ouvrages d'évacuation des eaux fluviales, la plantation d'arbres d'alignement et l'aménagement d'espaces de parkings.

Ils font partie du programme de mise à niveau urbaine de Midelt, lequel s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de partenariat signée le 1er mai 2008 sous la présidence de S.M. le Roi Mohammed VI.

Ce programme global et intégré est mis en œuvre en application des Hautes instructions royales pour le renforcement des infrastructures de la ville et l'amélioration des services rendus aux citoyens, en concrétisation de l'esprit de la politique de proximité qui met l'administration territoriale au service du développement économique et social. Il permettra de favoriser l'accès de la population (50.000 personnes) aux services publics et équipements de base et de renforcer les attraits de la ville, située au carrefour des régions de Meknès-Tafilalet et Tadla-Azilal.

Le programme de mise à niveau urbaine de Midelt est financé dans le cadre d'un partenariat entre les ministères de l'Intérieur, de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace, et de l'Equipement et du Transport et le Conseil de la région. Les priorités retenues portent sur le développement des infrastructures de la ville, la requalification intégrée du territoire, l'amélioration de la qualité des prestations de santé et le renforcement du réseau de transport. L'accent est, en effet, mis sur l'aménagement de la traversée principale, d'espaces verts et de voiries de proximité, la restructuration des quartiers sous-équipés, la réhabilitation des ksours Tachaouite et Othmane Oumoussa, l'éclairage public, la réalisation d'équipements socio-sportifs et communaux et la création d'une zone industrielle.

La réalisation de ce programme se trouve dans un état avancé avec l'achèvement des travaux d'aménagement de la voirie, d'éclairage public et de reconstruction d'un pont sur l'oued Outate, alors que d'autres projets sont en phase de mise en œuvre, particulièrement la gare routière (90%), les équipements sportifs et espaces verts.



Par MAP
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=110&id=141239
 

·
Registered
Joined
·
2,546 Posts
Discussion Starter · #20 ·
Décidément, Taza est à l'honneur en ce moment. Tant mieux car elle le mérite bien :D

Par contre, le passage directement lié au titre est franchement léger.

Taza: approbation du plan d'aménagement de la médina de Taza


Ce plan d'aménagement, établi par l'Agence urbaine de Taza, contribuera à la protection du cachet architectural et traditionnel de la médina et à l'organisation de l'acte de bâtir dans la cité à l'histoire séculaire.

Le conseil municipal a aussi approuvé le projet de budget de 2011 qui prévoit des recettes de près de 106,06 millions de Dhs et des dépenses dépassant 92 millions de Dhs.

Le conseil a décidé également de conférer la qualité d'utilité publique au projet de création d'une nouvelle décharge publique sur le terrain dit "Saff El Louza" relevant de la commune rurale de Meknassa Al Charquia et de définir le foncier nécessaire pour engager la procédure d'expropriation à cette fin.

Le conseil avait approuvé, dans une précédente session, l'acquisition d'un terrain d'environ 30 ha pour la nouvelle décharge publique qui viendra remplacer l'ancienne implantée depuis 1940 à la périphérie de la ville. La nouvelle décharge publique permettra l'acheminement d'environ 100 tonnes par jour de déchets ménagers produits par la ville de Taza qui compte une population de 170.000 habitants environ.

Une étude technique a révélé que 90 tonnes environ de déchets ménagers sont déversés, chaque jour, dans l'actuelle décharge publique dont le site est inadapté à cause de sa proximité de la ville et de l'oued Larbâa.

Le conseil municipal a, d'autre part, décidé l'acquisition d'un terrain au quartier Hay Er-Rachad pour la création d'une zone d'activité économique.
MAP
 
1 - 20 of 100 Posts
Top