Skyscraper City Forum banner
1 - 6 of 6 Posts

·
Registered
Joined
·
203 Posts
Discussion Starter · #1 ·
J'ai hésité avant d'ouvrir un nouveau topic, voulant simplement répondre à Minato ku et Brisavoine sur le sujet « Est-il envisageable de détruire des immeubles haussmanniens ? ». Mais je me suis dit que cela valait la peine de relancer une nouvelle discussion, étant donné que l'esthétisme est au centre même des valeurs des pro-haussmanniens et de leur mésentente avec les "anti".

Je ne sais pas si l’esthétisme est la préoccupation principale des forumers de SSC, néanmoins, j’aimerais partager mon point de vue sur la question, sans vouloir faire naître un interminable débat. J’aimerais que ceux qui ne partage pas cet avis me donne leur propre vision de l’esthétisme urbain (et évidemment, si cela constitue un des intérêts prioritaires pour eux).

C'est quelque chose que les pro-haussmanniens répètent souvent : ce qui fait l'esthétisme d'un bâtiment haussmannien, ce n'est pas seulement sa beauté inhérente, mais la manière dont il s'intègre dans un environnement cohérent qui fait de la ville elle-même une œuvre d’art, composée de multiples caractères partiels.

Je trouve que c’est la meilleure manière d’envisager l’urbanisme. Mis à part des oeuvres spécifiques, l’architecture de la plupart des autres villes passe dans l’anonymat, notamment parce qu’elles n’ont pas de toile de fond, n’ont pas de cohérence dans leur urbanisme (sauf si l’on omet le style quadrillé pragmatique des villes américaines : pour ceux qui trouveraient l’urbanisme parisien ennuyeux, l’ « urbanisme américain » l’est déjà par son tracé-même !)
Cette vision globale de l’esthétisme urbain, très en vogue sous le second empire, a été complètement délaissée. Non pas que l’on soit passé à un autre type d’esthétisme, on a simplement mis de côté cet aspect pour passer à des choses plus pratiques et moins centralisées (la main invisible a pris le dessus).
Voila ce que donne un aménagement urbain parisien de la deuxième moitié du 20e siècle :

1 - Terrain à construire en 1950 (origine inconnue)
2 - Beaugrenelle, aujourd’hui (par cyann90/Flickr)





Moche, anonyme, sans âme. (à noter qu’on aurait pu éventuellement faire un beau cluster de gratte-ciel).


Moi aussi, j’aime le centre Pompidou. Je dois avouer ne pas avoir apprécié cette œuvre pendant longtemps, mais passant souvent devant, j’ai appris à admirer ses traits, ses formes, ses couleurs, tout ce qui fait de lui une œuvre esthétique (et pas seulement moderne comme je l’ai longtemps pensé). C’est pourtant le genre de bâtiment qui doit être construit avec parcimonie à Paris : je trouve que, ici et là, les « ruptures de symétrie » haussmannienne ajoutent vraiment à la beauté de la ville, et participe pour beaucoup de son caractère (je suis le premier à penser qu’un Paris 100% haussmannien serait d’un ennui profond). Nous avons, avec nos bâtiments et nos tracés parisiens, la toile de fond esthétique d’un tableau, qui met mieux en exergue des œuvres architecturales intéressantes comme Beaubourg, le quai Branly… mais également la tour Eiffel, la plus grosse rupture de symétrie de Paris, avec Montparnasse. J’aime la première par sa beauté et son élégance, je n’aime pas la seconde parce que je la trouve moche et sans intérêt (je précise que, dans la mesure où l’on peut objectivement se dire objectif, mes critères esthétiques ne dépendent pas d’un décalage générationnel, alors qu’on ne me fasse pas le coup de la « tâche d’encre parisienne » !)
Il n’est d’ailleurs pas certain que la Tour Eiffel serait le monument le plus connu au monde si elle avait été noyée au milieu d’autres gratte-ciel dans un tissu urbain disposé de manière anarchique. Il en est de même pour l’arc de triomphe, Notre-Dame, la pyramide du Louvre, l’arche de la Défense et la Défense elle-même (un cluster assez beau et isolé dominant une ville au terme d’un axe monumental et symbolique.)
Ce qui rend beau l’opéra de Sydney, c’est aussi la baie de Port Jackson. Le Christ Rédempteur, son entour sauvage et sa domination sur Rio. Quant à la statue de la Liberté, la voilà à Barentin :




Tout ça pour dire que le cadre d’un tableau, la place qui lui est attribuée sont tout aussi importants que l’œuvre elle-même. Et parfois le cadre lui-même est tellement bien fait qu’il en devient une œuvre d’art qui potentialise la beauté de la peinture. Le bâti haussmannien est évidemment plus qu’un « cadre », mais je l’aime autant pour sa beauté inhérente que pour l’intensité qu’il donne à chaque trait, à chaque perspective, à chaque place, à chaque bâtiment de cette ville. Voila pourquoi il me paraît essentiel de le conserver. Il ne s’agit pas de conserver ou de ne pas conserver des bâtiments pris individuellement mais de conserver ou de ne pas conserver l’unité dans laquelle ils se rassemblent. Commencer à détruire quelques-un de ces immeubles c’est déjà commencer à rogner cette unité. Voila pourquoi je me méfie du titre du topic : « Est-il envisageable de détruire des immeubles haussmanniens ? », qu'est-ce que tu veux dire par là ?

Je nourris le rêve illusoire que la banlieue parisienne saura retrouver ce sens de l’esthétisme dans le Grand Paris. Non pas, évidemment, en construisant des bâtiments haussmanniens, mais en trouvant une nouvelle forme de cadre, donnant au tissu urbain une beauté, une identité, un intérêt qui contribuent à sortir la banlieue de son anonymat architectural.
 

·
Banned
Joined
·
3,272 Posts
Voila ce que donne un aménagement urbain parisien de la deuxième moitié du 20e siècle :

1 - Terrain à construire en 1950 (origine inconnue)

Il ne s'agit pas de terrain à construire, mais de l'héliport de Paris, qui est une exclave parisienne au-delà du périphérique entourée par Issy-les-Moulineaux. C'est un des terrains pionniers de l'aviation !



 

·
European citizen
Joined
·
1,226 Posts
Moche, anonyme, sans âme.
Pourquoi anonyme? Les immeubles de rapports haussmanniens ne sont-ils pas justement anonymes puisque c'est pratiquement le même modèle répété partout (je ne parle pas des immeubles aux façades plus décoratives construits à la fin du XIXe siècle qui ne sont pas à proprement parler haussmanniens).

Il est d'ailleurs intéressant de noter que les quartiers d'IGH parisiens ont été pensés en prenant en compte le tissu urbain existant et notamment l'homogénéité des hauteurs : c'est ce qui explique pourquoi toutes les tours d'une même opération ont sensiblement la même taille.

Quant à l'âme, je ne vois pas exactement de quoi tu veux parler mais à mon avis, ces tours sont le reflet d'une époque tout autant que les immeubles de rapports sont les témoins des grandes transformations parisiennes du XIXe.
 

·
Registered
Joined
·
1,239 Posts
Je réagis de la même manière que Alvar sur le fait de dire que certaines tours sont moches, anonymes et sans âme.

Il faut voir ce qui fait l'âme de la ville, c'est son urbanisme (je te rejoins sur ce point) ajouté de son architecture mais surtout grâce à ses habitants. Ce sont les habitants et leu utilisation quotidienne de la ville qui donnent une âme à n'importe quel espace urbain.

Pour parler esthétisme, c'est un mot subjectif qui met d'accord certains et en désaccord d'autres. On ne peut pas juger une ville et son urbanisme juste se basant sur ce critère. L'urbanisme pensé est en effet l'un des clés de la réussite de la ville, il faut qu'il soit fonctionnel et "esthétique".

Maintenant, on sait que nombreuses de nos villes n'auront pas un urbanisme homogène vu que le bâti n'appartient pas à une seule génération. Donc c'est aux urbanistes et architectes de travailler ensembles pour trouver la solution la plus adaptée qui se pose pour la régénération de certains quartiers.
Je prends l'exemple de la ZAC Rive Gauche, certains diront que c'est moche d'autres trouveront une certaines cohérence et même une continuité dans le tissu urbain, c'est difficile de trouver le juste milieu et de contenter tout le monde.
 

·
Registered
Joined
·
203 Posts
Discussion Starter · #5 ·
Il ne s'agit pas de terrain à construire, mais de l'héliport de Paris, qui est une exclave parisienne au-delà du périphérique entourée par Issy-les-Moulineaux. C'est un des terrains pionniers de l'aviation !
Merci de l'info, je pensais que c'était un ancien terrain industriel

Alvar Lavague said:
Pourquoi anonyme? Les immeubles de rapports haussmanniens ne sont-ils pas justement anonymes puisque c'est pratiquement le même modèle répété partout (je ne parle pas des immeubles aux façades plus décoratives construits à la fin du XIXe siècle qui ne sont pas à proprement parler haussmanniens).
Par rapport à Paris-même, Beaugrenelle ne passe évidemment pas inaperçu, donc n'est pas "anonyme". En revanche, par rapport à ce qui se fait à peu près dans toutes les autres grandes villes du monde, ça l'est totalement : les mêmes bâtiments, les mêmes routes, les mêmes centres commerciaux, pour moi, aucun intérêt. Tu noteras que je n'étais pas contre l'idée d'un cluster à Beaugrenelle, il a simplement été raté.

archimonde said:
Il faut voir ce qui fait l'âme de la ville, c'est son urbanisme (je te rejoins sur ce point) ajouté de son architecture mais surtout grâce à ses habitants. Ce sont les habitants et leu utilisation quotidienne de la ville qui donnent une âme à n'importe quel espace urbain.

Pour parler esthétisme, c'est un mot subjectif qui met d'accord certains et en désaccord d'autres. On ne peut pas juger une ville et son urbanisme juste se basant sur ce critère. L'urbanisme pensé est en effet l'un des clés de la réussite de la ville, il faut qu'il soit fonctionnel et "esthétique".
En l'occurrence je parlais plutôt de l'âme qui émane de l'architecture, mais je suis bien d'accord que ce sont les habitants et eux seuls qui donnent vie à la ville. Je suis également d'accord que la fonctionnalité est au moins aussi importante que l'esthétisme. Mais j'aimerais que l'on se concentre plus sur ce sujet, parce qu'il est au coeur du débat entre pro et anti-haussmanniens. C'est effectivement tout à fait subjectif mais j'aimerais bien, justement, que vous me donniez votre vision de l'esthétisme urbain. Sur quoi se base-t-il, que ce soit au niveau des tracés, de la hauteur, du style architectural... Qu'est-ce qui est important pour vous dans ce domaine ? Et notamment, pensez-vous que ce soit compatible avec le concept de la main invisible, en vogue, on pourrait le dire dans 99% des villes aujourd'hui ?
 

·
Registered
Joined
·
1,239 Posts
Concernant Beaugrenelle, on n'a pas tous le même avis tranché que tu as. :)

Je suis d'accord sur le principe de dire que les centres commerciaux partout, ça lasse, les routes aussi (quoique dans ce cas précis, c'est une dalle), mais concernant les immeubles, je te répondrai non. Si on regarde bien, on aime ou pas c'est une question de goût, chaque immeuble possède une identité différente des autres, à chacun un revêtement qui le différencie, même si dans l'ensemble la hauteur peut paraître monotone. Chose qui est dûe aux règles imposées dans l'îlot qui a été construit plus qu'autre chose.

Et justement cette identité aujourd'hui on ne la trouve pas ailleurs, regarde bien La Défense, ils sont en train de changer les revêtements des immeubles anciens pour avoir justement une monotonie ressemblance et croissante comme ailleurs.

Je vais aller jusqu'à dire que des immeubles comme "Totem" n'ont pas leur sosie alors que ailleurs on trouvera facilement des immeubles avec des revêtements gris-clair ou bleu ou bleu-foncé utilisés comme un mur-rideau sur une surface lisse sans aucune "pensée architecturale" qui caractérise l'ensemble.

Autre chose, l'immeuble Super Italie peut paraître moche pour certains et beau pour d'autres, n'empêche qu'il a une identité qui fait qu'il est unique dans tout Paris et sa région. On ne trouve pas un autre lui ressemblant à Bruxelles ou à Francfort ou à Milan.

Tout ceci pour dire que parfois l'esthétisme rejoint (entre autre) le fait d'avoir des "projets uniques" même s'ils sont contestés par ailleurs. Le tout bien sûr se fondant dans un ensemble directeur. :)
 
1 - 6 of 6 Posts
Top