SkyscraperCity Forum banner
1 - 1 of 1 Posts

·
TUNISIAN MODERATOR
Joined
·
3,569 Posts
Discussion Starter · #1 ·










Un squelette en parfait état de conservation avait été découvert en 1994 sur le site même du Musée de Carthage par M. Jean Paul Morel. Ce squelette, bien connu des visiteurs du musée, était exposé au premier étage de celui ci et il est de retour au musée.


Revenant de Paris où il a été littéralement reconstitué ''le jeune homme de Byrsa'' a retrouvé vendredi 24 septembre sa terre natale et regagné aussitôt le musée national de Carthage. Entouré de l'équipe scientifique, artistique et médiatique de l'administration du patrimoine national qui prépare son exposition-événement du 15 octobre prochain, le jeune homme a reçu un accueil des plus émouvants.

Un squelette en parfait état de conservation avait été découvert en 1994 sur le site même du Musée de Carthage par M. Jean Paul Morel. Ce squelette, bien connu des visiteurs du musée, était exposé au premier étage de celui ci.


Le jeune homme de 22 ans, souriant, vêtu de sa tunique phénicienne en lin blanc, portant des sandales suivant la mode carthaginoise, semblait à ce point réel et proche que certains membres de l'équipe, réellement impressionnés par la performance scientifique, s'interrogeaient sur sa façon de parler, sur ses occupations quotidiennes au VI siècle av J.C.

Le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, sous l’impulsion et la direction de l’ICOM Tunisie (International Council of Museum) s’associe à l’Agence de Mise en Valeur et de Promotion du Patrimoine Culturel (AMVPPC, à l’Institut National du Patrimoine (INP) , à l’Arab Tunsian Bank (ATB) et à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Sidi Bou Said (ENAU) pour réaliser un projet novateur.

Après moulage de son crâne, ce squelette fait l’objet d’une dermoplastie, véritable reconstitution anthropométrique, dans les Ateliers Daynes à Paris. Cette reconstitution permettra au grand public de rencontrer, presque en chair et en os, un Carthaginois ayant vécu à la période punique.


- La dermoplastie proprement dite fait partie d’un projet beaucoup plus large (édition d’une brochure, exposition sur les fouilles ayant abouti à cette découverte et tous les travaux anthropométriques qu’elle a suscité, confection de copie d’habits et de bijoux, exposition du matériel funéraire, et enfin projection d’un film « making of » tourné dans les ateliers Daynes), entrainant la mise à disposition d’une salle du Musée de Carthage et le probable aménagement d’un itinéraire spécifique sur le site même du musée de Carthage.
 
1 - 1 of 1 Posts
This is an older thread, you may not receive a response, and could be reviving an old thread. Please consider creating a new thread.
Top