SkyscraperCity banner

1 - 20 of 154 Posts

·
Registered User
Joined
·
10,758 Posts
Discussion Starter · #1 ·
682 millions de dh pour le nouveau projet touristique "Oued Fès"​

Unité d'aménagement touristique de nouvelle génération à Fès. Ce projet s'inscrit dans le cadre de la vision 2015 de cette ville. Il s'agit d'atteindre une capacité d'accueil de 10.400 lits.

Lancement d'un nouveau projet touristique "Oued Fès" à la capitale spirituelle du Royaume. Le nouveau complexe prévoit 2250 lits supplémentaires pour cette ville et s'inscrit dans le cadre du programme du développement régional touristique. Il sera aménagé par la CDG à travers sa filiale MEDZ en partenariat avec le ministère du Tourisme, l'ONMT et l'ONCF.

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la stratégie retenue concernant la vision Fès 2015. Il s'agit notamment d'atteindre1.880.000 nuitées dans les hôtels classés, une durée moyenne de séjour minimale de 2,5 jours et un taux d'occupation des capacités hôtelières de 58%. Pour atteindre ces objectifs, la capacité d'accueil doit s'élever à plus de 10.400 lits.

D'un coût global de 682 millions de dirhams, comprenant l'aménagement et la construction du golf de 18 trous, le projet devrait drainer un investissement estimé à 2 582 millions de dirhams. Il comprendra deux hôtels 5 étoiles, un hôtel club, un hôtel riad 4 étoiles, un hôtel 3 étoiles, une zone villas de haut standing, une zone de logement collectif de R+3 ainsi qu'une zone d'animation et de commerce.

Cette unité d'aménagement touristique de nouvelle génération représente un projet phare pour le Programme du développement régional touristique de la ville de Fès. A travers son programme riche et diversifié, elle accompagnera le développement économique que connaît la ville, notamment en augmentant sa capacité d'accueil de 2250 lits supplémentaires.

L'unité d'aménagement Oued Fès contribuera ainsi au développement économique et touristique national en général et à celui de Fès en particulier, en augmentant sa capacité d'accueil de 2250 lits, s'intégrant ainsi dans l'objectif national de recevoir 10 millions de touristes à l'horizon 2010.

En plus de l'impact touristique, le projet aura également des retombées économiques et sociales à travers les chantiers en construction et la mise en fonction des unités hôtelières et résidentielles.

La réalisation de cette zone se fera à travers un programme d'aménagement novateur,sur un site hautement symbolique, dans le respect du développement durable. Situé en plein coeur de Fès,au pied du Mechouar, le site du projet Oued Fès est traversé par l'oued Fès, qui a toujours joué un rôle central dans le développement de la ville.

Dans ce projet, MEDZ a veillé à ne pas rompre avec le sentiment naturel mais à restituer, par son biais, une écologie et un art de vivre perdus au fil du temps. La première image de ce quartier sera donc celle d 'une "forêt claire" structurée autour de l'eau et des zones humides de l'oued. Elle sera en partie construite mais c'est le sentiment d'un jardin habité qui devra dominer la composition.

Afin d'optimiser autant que possible les lieux d'accueil des spectateurs, la conception des espaces résidentiels et des hôtels a été particulièrement soignée. Le parcours de golf a été également étudié de façon à ne poser aucun problème de sécurité pour les non-golfeurs.

L'accès principal reste piéton, le long de l'oued,et la bonne liaison entre les hôtels est assurée grâce à des pistes de buggys.

Les caractéristiques du site vont permettre de faire vivre des expériences de golf d'une grande diversité en créant des fairways dans les bois au nord de l'oued et le long du cours d'eau en détournant l'oued pour créer des lagons et pièces d'eau qui serpentent à travers le site.

Le tourisme reste la vocation première du projet Oued Fès. Il s'agit à la fois de créer un ensemble cohérent qui soit le signe d'une destination touristique nouvelle dans la ville et d'assurer la diversité de l'offre hôtelière.

http://fr.allafrica.com/stories/200701260459.html
 

·
Registered User
Joined
·
10,758 Posts
Discussion Starter · #2 ·
Travaux du projet de restauration et d'illumination des murailles historiques de Fès​

Ce projet, qui vise à sauvegarder ces murailles historiques et à les réhabiliter, sera financé dans le cadre d'un partenariat entre la préfecture de Fès (34,2 millions DH) et le C onseil R égional de Fès-Boulemane (6 millions DH).

La mise en oeuvre de ce projet, dont les travaux s'étaleront sur une année, a pour objectifs d'améliorer les conditions de vie des populations concernées et de mettre à niveau le tissu urbain et architectural de la ville, afin de promouvoir la culture touristique dans la ville.

Par la même occasion, SM le Roi s'est enquis de projets stratégiques pour le développement et d'autres s'inscrivant dans le cadre du Programme de Développement Régional Touristique (PDRT).

Concernant le P rogramme de D éveloppement R égional T ouristique (2006/2015), d'un coût de 2 milliards 968,4 millions de DH, il sera financé par le secteur public (945,7 millions de DH) et un investissement privé prévisionnel (2 milliards 22,7 millions DH). Il fait intervenir plusieurs acteurs, à savoir le M inistère du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Economie S ociale, le M inistère de l'Intérieur, ainsi que l'Office N ational M arocain du T ourisme (ONMT), la W ilaya de la région Fès-Boulemane, les C onseils de la région, de la préfecture et de la ville, le Conseil R égional du T ourisme, la Caisse de D épôt et de G estion, l'Agence pour la dédensification et la réhabilitation de la Médina de Fès (Ader-Fès) et le H olding d' A ménagement Al Omrane.

Ce programme tend à renforcer les capacités d'accueil des unités hôtelières à travers la création de deux nouvelles zones touristiques (Oued Fès et Ouislane), réhabiliter deux quartiers pilotes, Aïn Azliten et Quaraouiyne, renforcer les circuits touristiques, promouvoir le secteur de l'artisanat, mettre en place une stratégie de promotion de la destination Fès, mettre en place des lignes aériennes prioritaires en adéquation avec les marchés stratégiques mondiaux, améliorer l'environnement global de la ville (sécurité, propreté, transport) et à renforcer les moyens humains et financiers du CRT de Fès.

Le projet d'aménagement touristique Oued Fès, s'inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre des Hautes directives royales à l'occasion de la tenue des Assises du tourisme à Marrakech en Janvier 2001 visant l'aménagement d'une nouvelle génération de zones touristiques répondant aux normes internationales.

Nécessitant une enveloppe de 682 millions de DH (aménagement et construction de terrains de golf), le projet, qui s'étend sur une superficie de 171 hectares, devra drainer des investissements estimés à 2 milliards 582 millions DH.

La réalisation de cette zone touristique se fera à travers un programme d'aménagement novateur sur un site hautement symbolique et dans le respect des exigences du développement durable.

Elle permettra d'atteindre les objectifs retenus dans la vision Fès 2015, notamment 1.880.000 nuitées dans les hôtels classés, une durée moyenne de séjour minimale (2,5 jours) et un taux d'occupation de 58 pc.

S'agissant du renforcement des circuits touristiques en Médina, d'un coût de 10 millions DH, il a pour objectifs la mise en valeur et le renforcement de l'attrait des rues les plus fréquentées par les touristes et la sauvegarde du patrimoine.

Concernant le projet de réhabilitation du quartier Aïn Azliten nécessitant une enveloppe budgétaire de 34 millions de DH, il vise la sauvegarde du patrimoine et le renforcement du rayonnement touristique et commercial du quartier.

Il consiste notamment en la restauration des façades dégradées, l'amélioration des accès existants et du renforcement de l'éclairage public, le pavage des ruelles, la restauration des éléments architectoniques dégradés.

Pour ce qui est de l'amélioration du paysage urbain de l'accès Bin Lamdoun, d'un montant de 6 millions DH, il vient compléter les travaux d'aménagement de l'accès, contribuer à améliorer le paysage urbain et renforcer l'attractivité des espaces au profit de la population et des visiteurs.

Le projet de réhabilitation du triangle historique Al Quaraouiyne-Moulay Driss-Sidi Ahmed Tijani, d'un coût de 24 millions de DH, est un programme stratégique qui s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par les pouvoirs publics visant la restauration de la Médersa Errachidia, la consolidation et le ravalement des façades, ainsi que le pavage des rues et la réhabilitation des séquences.

Source : MAP
 

·
PEACE!
Joined
·
767 Posts
Les travaux du Champ de courses pour mai

· Ce projet prévoit plus de 2 milliards de DH d’investissement

· Espaces verts, habitations et palais des congrès… au programme

· Des grands groupes ont manifesté leur intérêt

PLUS que quelques jours pour connaître l’aménageur du plus grand projet immobilier qu’ait connu la ville de Fès. Il s’agit en effet du projet «Champ de courses», qui prévoit plus de 2 milliards de DH d’investissement, et dont l’appel à manifestation d’intérêt a été lancé en février dernier.
En effet, dès la déclaration du projet, plusieurs promoteurs ont retiré le cahier des charges y afférent auprès de l’Etablissement régional d’aménagement et de construction Centre-Nord (Erac-CN). Parmi les premiers intéressés, figurent le groupe Addoha, le groupe Jamaï, Aqwa, Bimaroc, Urbas (groupe espagnol), Berrada de la Palmeraie de Marrakech et bien d’autres aménageurs-développeurs nationaux et internationaux. A noter que les opérateurs voulant se charger de ce vaste chantier d’aménagement ont rendu leurs propositions hier, jeudi 26 avril. «C’est la date limite pour le dépôt du dossier», indique Abdeljajil Cherkaoui, directeur de l’Erac-CN. Et d’ajouter que «c’est parti donc pour un vrai travail de fond pour sélectionner le promoteur qui répond totalement aux exigences des cahiers des charges». Lundi prochain, une commission, regroupant notamment les responsables de l’Erac, l’autorité locale et le conseil de la ville, devra se réunir pour étudier les dossiers. L’objectif étant de choisir un promoteur qui grâce à ce projet, hissera l’image de la ville de Fès. Les membres chargés de la prise de décision rassurent sur la transparence et l’objectivité que connaît ce dossier. Pour eux, l’attribution se fera à deux conditions. La première prend en considération la qualité architecturale du projet. La seconde dépendra de l’offre financière. En clair, le tout s’effectuera par appel d’offres. C’est ce qu’on qualifie aussi par appel à manifestation d’intérêt avec un cahier des charges pour préserver la qualité urbanistique. La charge foncière ne dépassera pas 1.500 DH/m2 de plancher (pour les R+4 et R+9). Ce prix est jugé très intéressant à Fès puisqu’il y a des terrains limitrophes à ce projet qui ont été vendus à 30.000 DH/m2.
De fait, celui qui remportera l’offre aura fait une bonne affaire. Mais, il est tenu de répondre à la lettre aux termes du contrat qui le lie aux responsables de la ville. Ces derniers voulant assurer un bel avenir à ce terrain de 32 hectares, se disent intransigeants. Leur vision est de faire de ce projet une vraie vitrine de la ville de Fès. Situé en plein centre-ville, le «Champ de courses» fera l’objet d’un réaménagement colossal avec habitations et espaces verts.
Sur le plan architectural, l’aménagement prévoit des constructions sur un espace de 6 ha comprenant des immeubles R+4 à R+9, un théâtre municipal de 2.000 places et un palais des congrès. Figurent également au programme, un parking à 3 niveaux, une tour R+12 (plateaux de bureaux) et un centre d’affaires pour des enseignes internationales. Mais pour commencer, un espace vert d’une superficie de 8 ha sera aménagé avec l’aide d’un paysagiste français: «c’est donc un véritable jardin, un lieu de détente et de villégiature que nous voulons offrir à la population de Fès. Celle-ci profitera également d’une véritable piste de footing au milieu du jardin garni de multiples espèces végétales», explique Cherkaoui. Pour lui, l’aménagement de ce chantier est le fruit d’une convention de partenariat entre les élus, les autorités locales, le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, l’Agence urbaine et l’ordre des architectes. «Ce projet est caractérisé par un aspect écologique très spécial, avec les 2/3 de la superficie (18ha) qui sont destinés aux espaces verts et aux équipements publics». Un nouveau siège de la commune urbaine aura aussi sa place parmi les futures constructions. Ces chantiers nécessiteront pas moins de 24 mois de travaux intenses.
Le projet «Champ de courses» devrait alimenter les caisses de la commune d’un montant globale de l’ordre de 733 millions de DH. «Cette somme sera investie dans des projets d’équipement et d’infrastructure. Notre objectif est de donner à Fès une dimension internationale», souligne le maire, Hamid Chabat.
 

·
PEACE!
Joined
·
767 Posts
Le Champs de courses confié au groupe Addoha

· Le groupe remporte le marché pour 800 millions de DH

· Habitations, siège de la mairie, hôtel, palais des congrès… au programme

L’OUVERTURE des plis concernant l’appel à manifestations d’intérêt pour l’aménagement du champs de courses a eu lieu, le lundi 27 avril. Rappelons qu’il s’agit du plus grand projet immobilier qu’ait connu la ville de Fès. De fait, une commission, regroupant notamment les responsables de l’Erac, l’autorité locale, le Conseil de la Ville et l’Agence urbaine, s’est réunie pour étudier les dossiers. L’objectif étant de choisir un promoteur qui, grâce à ce projet, hissera l’image de la ville. Les membres chargés de la prise de décision rassurent sur la transparence et l’objectivité qui ont entouré ce dossier. Pour eux, l’attribution s’est faite sous deux conditions. La première prend en considération la qualité architecturale du projet. La seconde dépend de l’offre financière. En clair, le tout s’est effectué par appel d’offres avec un cahier des charges pour préserver la qualité urbanistique. «La BMCE, le groupe espagnol Urbas/Urbatra et le groupe Addoha étaient en lice. Et, finalement, c’est le groupe Addoha qui a remporté le marché», indique Hamid Chabat, maire de Fès. Et d’ajouter que parmi les promoteurs intéressés par l’aménagement de ce mégachantier, certains ont demandé plus de délais pour mieux étudier le dossier, d’autres ont rendu leurs propositions après la date-limite, fixée au jeudi 26 avril.
C’est ainsi que l’offre d’Addoha a été jugée «complète», puisqu’elle répond le mieux aux exigences du cahier des charges. Ce groupe versera à la caisse de la Commune quelque 630 millions de DH pour un terrain de 12 ha, sis en plein centre-ville. Il réalisera également les travaux de viabilisation et d’équipement pour un montant de 100 millions de DH et construira un siège pour la Commune de Fès (R+2) à hauteur de 70 millions de DH. Mais, pour commencer, Addoha aménagera un jardin public doté de multiples espèces végétales sur plus de 8 ha. Le groupe se fixe un délai de 12 mois pour livrer un jardin à la hauteur des espérances. Notons que le projet Champs de courses est caractérisé par un aspect écologique très spécial, avec les 2/3 de la superficie (20 ha) qui sont destinés aux espaces verts et aux équipements publics. Au-delà du jardin, des espaces verts seront aménagés un peu partout. Une piste pour le jogging est également prévue.
Sur le plan architectural, l’aménagement prévoit des constructions sur un espace de 8,5 ha, comprenant des immeubles R+4 à R+9, un théâtre municipal de 2.000 places et un palais des congrès. Figurent également au programme un hôtel 5 étoiles, un parc de stationnement à 3 niveaux, une tour R+12 (plateaux de bureaux) et un centre d’affaires pour des enseignes internationales. Au total, plus de 5 milliards de DH d’investissement et 457.600 m2 de plancher sont prévus. Ces chantiers nécessiteront pas moins de 24 mois de travaux intenses mais donneront à la ville une dimension internationale. Le premier coup de pioche est annoncé pour les prochaines semaines.
 

·
PEACE!
Joined
·
767 Posts
Fès dotée d’une université libre

· Un investissement de 80 millions de DH

· Management, ingénierie et tourisme au menu

L’ANNONCE a été faite la veille des Assises internationales du tourisme qui se sont tenues le week-end dernier à Fès (cf.www.leconomiste.com). Une université libre de Fès (ULF), orientée vers les métiers de l’avenir et ouverte sur le monde socioéconomique, s’installe dans la capitale spirituelle. Son initiateur, Somagef -un groupe qui a à son actif 20 ans d’expérience dans la formation et les nouvelles technologies- a eu toutes les autorisations nécessaires pour démarrer les travaux de construction. De fait, le premier coup de pioche sera donné cette semaine. Quelques mois plus tard, le futur campus sera fin prêt et s’apprête d’accueillir près d’un millier d’étudiants dès la rentrée 2007-2008.
En effet, la région Fès/Boulemane est engagée dans des projets très importants qui demandent des compétences de plus en plus pertinentes. La disponibilité de ces compétences est généralement un élément déterminant pour le choix d’investissement dans la région, surtout dans les domaines des nouvelles technologies et de l’offshoring.
« D’un coût global de 80 millions de DH, le projet ULF Technologia entend contribuer efficacement au développement du potentiel humain en ingénieurs et en cadres supérieurs performants dans la région», indique Mohamed Aziz Lahlou, président de Somagef.
Pour ce qui est du futur campus, il est situé sur la route d’Aïn-Chkef sur un terrain de 1,5 ha, avec plus de 10.000 m2 de surface couverte. Il devra abriter un amphithéâtre de 300 places assises, une infothèque avec les plus récentes technologies en matière de documentation et de recherche et plus de 50 salles de cours et travaux dirigés. Des laboratoires d’informatique, d’électronique et de télécommunications de dernière génération, un terrain de football, une salle omnisports, une cafétéria, un parc de stationnement et des espaces verts sont également au programme. Ces équipement seront partagés entre trois écoles : d’ingénieurs, de management et de tourisme.
Pour l’école d’ingénierie, elle permettra aux étudiants d’être les plus performants dans les métiers de l’informatique et ceux liés à Internet. Son objectif est de former des étudiants capables d’être rapidement opérationnels en entreprise en leur offrant la possibilité de préparer et de passer des certifications internationales officielles en informatique. S’agissant de l’école de management, celle-ci est accréditée pour divers bachelors et masters. Les études dans cette filière durent cinq années avec la possibilité de préparer un «MBA of the Swiss School of Management», en partenariat avec une école suisse accréditée par Eduqua, explique Lahlou.
Enfin, localement, ULF associe les opérateurs économiques dans toutes ses démarches de formation afin d’aboutir à des profils qui correspondent aux besoins du marché. A ce titre, une convention de partenariat et de coopération la lie à l’Asmex-Fès.
 

·
Live and Let Live !!
Joined
·
4,100 Posts
Fès: Plus de 330 MDH pour des projets socio-économiques​


La commune urbaine de Fès prévoit la réalisation en 2008 d'une vingtaine de projets à caractère économique, social et culturel pour un budget global de plus de 330 millions de DH.

Ces projets, présentés jeudi lors de la session ordinaire de février du conseil de la ville, concernent notamment l'achèvement des travaux du programme d'aménagement urbain de Fès (routes, éclairages, plantations), la contribution à une vingtaine de projets s'inscrivant dans le cadre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et la construction des portails de la médina de fès.

Il s'agit également de l'élaboration des études relatives à la création de projets culturels d'envergure, notamment une grande bibliothèque communale, un Opéra, un institut de beaux-arts et une Académie marocaine de la musique authentique.

L'aménagement du parc Jnane Sbil, des jardins et des espaces verts, la création de salles et terrains de sport, l'élaboration d'un plan directeur de circulation, la création de parkings communaux et l'équipement des bâtiments administratifs sont autant de projets programmés pour l'année en cours.

Ces projets visent, entre autres, à lutter contre l'exclusion sociale, la préservation du patrimoine humanitaire de la ville, l'achèvement des programmes d'aménagement urbain de Fès, le renforcement des infrastructures culturelles et sportives, l'élargissement des espaces verts et l'organisation de la circulation.

Lors de cette session, le Conseil a approuvé le compte administratif de la commune urbaine de Fès pour l'année 2007, lequel a dégagé un excédent net de 23,92 millions de DH, qui sera consacré au financement de nouveaux investissements dans la ville.

Ce résultat est dû en partie à la hausse de 9,35 des recettes pour atteindre 421 millions DH % et à la baisse de 8 % des dépenses (397 millions DH).

Le Conseil a, également, examiné des projets de conventions relatifs notamment à l'habitat, à l'environnement, à la recherche scientifique, aux médias et à la santé.

La première convention, liant la commune urbaine, la wilaya de Fès, le ministère de l'Habitat et l'Association Moulay Idriss pour la solidarité, concerne le relogement des habitants des maisons menaçant ruine, alors que la deuxième convention porte sur le réaménagement du parc Jnane Sbile et engage la fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement, la wilaya de Fès et la commune urbaine.

Deux autres conventions ont aussi été examinées lors de cette session. La première porte sur l'encouragement de la recherche scientifique et lie la commune urbaine avec l'université Alquaraouiyine, alors que la deuxième, engageant la délégation du ministère de la santé et la commune urbaine, est relative à l'amélioration des conditions de santé des habitants de la ville de Fès.



Source : MAP
 

·
Live and Let Live !!
Joined
·
4,100 Posts
SM le Roi lance le projet d'aménagement ''Fès City Center''​

SM le Roi Mohammed VI a procédé, mardi à Fès, au lancement du projet d'aménagement intégré "Fès City Center", dont la réalisation nécessitera des investissements de l'ordre de 5 milliards de dirhams.

Ce projet, situé sur un terrain communal, sera réalisé dans un délai de 5 ans sur une assiette foncière de 32 Ha dans le cadre d'un partenariat public-privé associant la commune urbaine de Fès, Al Omrane Fès et le groupe Addoha.

Parmi les objectifs stratégiques du projet figurent le repositionnement de Fès dans l'armature urbaine nationale et dans la compétition entre les grandes villes du Royaume en terme, notamment, d'attraction des investissements.

Il ambitionne de même d'accroître le rayonnement de la capitale spirituelle du Royaume, redynamiser le centre ville et créer un pôle d'animation majeur vu le potentiel dont dispose le site notamment une excellente desserte routière.

Ce programme intégré contractuel consiste en l'aménagement d'un grand parc central sur 8,5 ha de promenade et de loisirs, la mise en place des équipements structurants ayant un rayonnement urbain régional et national.

Il consiste aussi en la mise en place d'un réseau commercial de qualité dans un environnement verdoyant avec des showrooms, des surfaces d'exposition, des commerces spécialisés susceptibles de capter l'intérêt des grandes marques et des investissements.

Ce projet d'envergure porte également sur la réalisation d'un programme d'habitat de standing, moteur financier de l'opération qui serait l'écrin architectural à même de mettre en valeur l'ensemble du quartier de champs de course.

Financé par le groupe Addoha, ce projet porte sur l'aménagement d'espaces verts au profit des habitants de Fès et la réalisation d'un programme d'habitat composé d'une zone d'immeubles et d'une zone villas, des espaces commerciaux et des équipements structurants dont un palais des congrès, des parkings et le siège de la commune urbaine.

Après son réaménagement, le "champs de course" ou l'ex-hippodrome Jnane Moulay El Kamel sera un site structurant et écologique.

Ce méga réaménagement de l'ex-hippodrome, qui sera respectueux de l'écologie du fait qu'une partie importante des terrains sera réservée aux espaces verts et aux équipements publics, sera un véritable poumon de la ville et un espace de détente et de loisirs pour la population de Fès.

Le projet comprend notamment un complexe multifonctionnel comportant un hôtel et un palais des congrès de 3000 places (20.176 m2) et des commerces (48.000 m2).

Il comprend aussi une zone résidentielle, réalisée sur une superficie de 618.500 m2, dont 33.000 m2 réservés aux bureaux, 408.500 m2 aux logements, 83.000 m2 aux commerces et 94.000 m2 au parking.

Comprenant aussi le siège de la commune urbaine de Fès (7.500 m2), ce projet permettra la création de 4.500 emplois, dont 500 permanents.

A Son arrivée, SM le Roi a passé en revue un détachement de la Garde Royale, qui rendait les honneurs, avant d'être salué par MM. Ahmed Taoufiq Hejira, ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement de l'espace, Mohamed Boussaid, ministre du Tourisme et de l'artisanat, les représentants des autorités locales et les élus, ainsi que par le directeur général du holding d'aménagement Al Omrane et par le Président Directeur Général du groupe Addoha.


Source : MAP
 

·
Registered User
Joined
·
10,758 Posts
Discussion Starter · #12 ·
1,5 mdh pour les études relatives à la création d'une plage artificielle à Fès


http://www.menara.ma/fr/Actualites/...eation_d_une_plage_artificielle_a_fes.default

Une enveloppe budgétaire de 1,5 million de DH a été débloquée par la commune urbaine de Fès pour la réalisation des études relatives à la création d'une plage artificielle au coeur de la cité idrisside.
Le lancement de ces études, dont le budget a été approuvé mardi lors de la session ordinaire de juillet du conseil de la ville, permettra d'accélérer la mise en place de cette plage devant constituer un grand lieu d'attraction aussi bien de la population de Fès que des touristes.
Le conseil a aussi approuvé des projets ayant trait à la réduction des taxes imposées aux maisons d'hôtes, à l'organisation de la circulation dans la ville, à la réception d'un don en nature offert à la commune par la ville de Barcelone et à la création du site-web de la commune.
Ont été également approuvés lors de cette session, des projets portant sur l'aménagement de terrains et complexes sportifs, la construction de bâtiments administratifs, l'octroi de primes en faveur d'associations culturelles et le lancement des travaux d'aménagement d'un mausolée.
Le conseil a également examiné un projet de convention relative à la requalification du bureau communal de protection de la santé.
Ce projet, auquel la commune urbaine contribuera à hauteur de 30 pc du coût global estimé à plus de 14 MDH, porte notamment sur la lutte contre les maladies animalières, le contrôle de la qualité de l'eau, des boissons et des produits alimentaires et la formation continue des médecins légistes.
Le Conseil avait approuvé, lors de la dernière session, une vingtaine de projets à caractère économique, social et culturel, qui seront réalisés cette année pour un budget global de plus de 330 millions de DH.
Ces projets concernent l'achèvement des travaux du programme d'aménagement urbain de Fès (routes, éclairages, plantations), la contribution à une vingtaine de projets s'inscrivant dans le cadre de l'Initiative nationale pour le Développement humain (INDH) et la réhabilitation et la reconstruction des portails de la médina de Fès.
Il s'agit également de l'élaboration des études relatives à la création de projets culturels d'envergure, notamment une grande bibliothèque communale, un Opéra, un institut de beaux-arts et une Académie marocaine de la musique authentique.
L'aménagement du parc Jnane Sbil, des jardins et des espaces verts, la création de salles et terrains de sport, l'élaboration d'un plan directeur de circulation, la création de parkings communaux et l'équipement des bâtiments administratifs sont autant de projets programmés pour l'année en cours.
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Le Conseil de la région consacre 46,2 MDH à l'exercice 2009

Le reliquat des recettes estimées à 43% du budget sera affecté à différents projets structurants. Présentant les travaux de cette 15-ème session, en présence du wali de la région Fès-Boulemane, Mohamed Rherrabi, M'hamed Douiri, président du Conseil a insisté lors de son intervention sur le plan agricole régional Fès-Boulemane, la constitution d'un patrimoine foncier pour la réalisation du projet Fès-Technovalley, créé il y a deux ans. Il s'agit aussi de la réalisation du projet d'un pôle industriel high-Tech dédié à l'offshoring. La création d'une université internationale à Fès, proposée lors du congrès international sur "l'Union pour la Méditerranée, la création d'un musée national à la Kasba Moulay Hassan et d'un musée d'art à la demeure de la famille Slaoui figurent en bonne place dans l'agenda du Conseil de la région. Le président du Conseil a annoncé lors de son intervention la réalisation d'un certain nombre d'études relatives à la construction d'une quasi autoroute sur 16 km entre Fès et Moulay Yacoub, au dédoublement de la route nationale vers Imouzzer sur 10 km et au dédoublement de la route nationale n 8 entre Fès et l'échangeur de l'autoroute Fès-Taza et vers l'aéroport Fès Saïss.

http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=112&id=98884
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Mise à niveau urbanistique à Meknès​

L’Agence urbaine de Meknès vient d’élaborer des plans de mise à niveau de l’habitat et de l’urbanisme pour 23 centres ruraux et urbains. Sont concernés la province d’Ifrane et les communes rurales de My Driss Zerhoun, les tissus insalubres dans la province d’El Hajeb et de la préfecture de Meknès. Par ailleurs, l’Agence a débloqué 1,23 million de DH pour l’élaboration de 6 études relatives à l’espace du patrimoine urbanistique de Meknès, les espaces paysagers de Oued Tizkit (Ifrane) et de Boufkrane (Meknès).
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Oilybia Café Shop - Meknès



by a Moroccan studio : Kubik Studio
 

·
Registered
Joined
·
490 Posts
Fès: Dernière ligne droite pour la Technovalley

· Le projet sera scellé lors du Forum sur l’UPM

· Le Conseil de région y est fortement impliqué

«LE projet Fès-Technovalley va mettre la région Fès-Boulemane en première position en matière d’économie du savoir». L’affirmation est de M’hamed Douiri, président du Conseil régional de Fès-Boulemane. Pour lui, ce projet, comparable à ceux de Sophia Antipolis en Europe et de Silicon Valley aux Etats-Unis, représente une nouvelle plate-forme à fort apport technologique.
Dans un entretien accordé à L’Economiste à l’issue de la dernière session dudit Conseil et à la veille du Forum mondial sur l’Union pour la Méditerranée, prévue du 27 au 29 mai, Douiri a souligné que ce Forum sera l’occasion de réitérer l’importance de Fès-Technovalley. De fait, la réflexion s’avère d’un grand apport. «D’autant plus que le Forum de Fès sur l’UPM est devenu après seulement une année d’existence l’une des plus grandes manifestations culturelles que connaît notre région, et je me permets de dire, toute la région méditerranéenne», ajoute Douiri. En l’espace de trois jours, la cité spirituelle et «capitale de l’économie du savoir» accueillera des personnalités aussi nombreuses que diverses venues des deux rives de la Méditerranée (hommes politiques, décideurs économiques et sociaux, journalistes, experts, chefs d’entreprises, universitaires, etc). L’objectif est de débattre, proposer, échanger des idées, apporter des solutions, innover pour pouvoir évoluer. Compte tenu de la qualité de ses acteurs et intervenants, de la richesse et de la densité de ses activités, le président de la région considère que le Forum de Fès est une véritable force de proposition, de construction ou de reconstruction, voire de réconciliation. Il s’inscrit clairement dans une démarche d’ouverture, d’avancée et se veut être une structure solide et permanente de dialogue où la confrontation d’idées fera en sorte que la réflexion avance et la négation de l’autre recule. «Je suis convaincu que le Forum de Fès saura être fidèle à la vocation et à l’éthique de la ville», ajoute-t-il.
Conscients de la nécessite de promouvoir un développement économique et culturel conséquent et novateur, les élus de Fès ont pensé une stratégie bien ficelée qui leur a permis de métamorphoser les domaines de l’éducation et de la recherche, de même que le paysage socioculturel dans la région. «Ainsi, nous avons créé «Fès-Technosalley» (complexe urbain, industriel et scientifique), une sorte de ville scientifique dont le principal acteur demeure l´Université, et cela afin d´encourager la recherche scientifique et de soutenir l’innovation et la découverte de nouvelles technologies», explique le président. Et de rappeler que «ce projet a été initié en janvier 2006 par l’accord passé entre Sofia Antipolis, la première technopole en France (et en Europe) et la région de Fès-Boulemane. Sophia Antipolis a été créée il y a plus de 30 ans à l’image de Silicon Valley aux Etats-Unis».
La réalisation de Fès-Technovalley s’étalera sur de nombreuses années, et aura pour ambition d’accueillir, outre les étudiants-chercheurs, les enseignants et les entrepreneurs, de grands laboratoires et entités scientifiques spécialisés dans le développement et la promotion de plusieurs secteurs (l’énergie solaire, la protection de l´environnement, la biologie, etc.). C’est pour cette raison d´ailleurs que cet immense projet fonctionnera en étroite collaboration avec la future Université euroméditerranéenne, un pôle d´excellence que le Souverain a décidé de créer au sein de la capitale culturelle.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI
 

·
Registered
Joined
·
490 Posts
Fès: 20 milliards de DH pour des projets immobiliers

· Ils sont initiés par le groupe Afej sur 427 ha

· Lots de terrains, villas avec piscine, logement social... au programme

· Parmi les objectifs : la construction de 8 appartements par jour

La ville de Fès attire de plus en plus de promoteurs immobiliers. De fait, les projets foisonnent. Manquent toutefois la main-d’œuvre qualifiée, les diplômés en génie civil, les ouvriers ou encore les travailleurs de chantier. Aujourd’hui, un maçon est payé jusqu’à 200 DH par jour. Les temps ont donc changé et le secteur a besoin de vrais professionnels dans la menuiserie, la boiserie, l’électricité, la conduite d’engins... «En clair, le secteur a besoin de ressources humaines bien formées et qualifiées». L’affirmation est de Mohamed Guessous, président du groupe immobilier Afej (Al Fath El Jadid). Ce dernier entend d’ailleurs révolutionner le secteur par l’introduction de nouveaux procédés de construction.
Engagé dans la réalisation de plusieurs projets de logements à Fès, ce groupe a lancé, il y a quelques jours, la commercialisation d’un ensemble résidentiel situé sur la route d’Imouzzer. Baptisé projet Hamza, ce nouveau chantier s’édifie sur 22 hectares. Il est réparti en deux tranches, à savoir Hamza I qui est en cours de construction et Hamza II qui vient d’être lancé.
En effet, l’ensemble résidentiel Hamza I comprend des villas de luxe de 250 à 550 m², des appartements haut standing sur une surface allant de 140 à 400 m², des lots viabilisés de 200 à 1000 m², et plusieurs équipements d’accompagnement.
Initié sur une superficie de 11 hectares, ce projet comprend 87 villas construites avec sous-sol, RDC et étage. La surface de plancher totale est de 420 m² avec garage, piscine et jardin. Le projet compte également 36 appartements haut standing en résidence fermée et sécurisée d’une surface moyenne allant de 220 à 350 m².
Le promoteur met en vente également 66 lots de villas en bandes, jumelées et isolées de 220 à 1000 m². «L’investissement relatif à la réalisation de ce projet est estimé à un milliard de DH», indique Guessous. Et d’ajouter que son groupe dispose actuellement d’une réserve foncière, relevant du périmètre urbain de Fès, de l’ordre de 427 ha. La mise en valeur de ces terrains se fera progressivement entre 2009 et 2013. «Durant cette période (5 ans), nous comptons investir 20 milliards de DH rien qu’à Fès», souligne le PDG d’Afej. «L’ensemble des projets que nous bâtissons concerne tous les produits immobiliers (social, moyen et haut standing) surtout dans le créneau du logement, poursuit-il. Poussé par la dynamique de la ville, le promoteur a introduit les dernières technologies (OutiNord, procédés de construction, caméras de surveillance) pour suivre et réaliser ses chantiers tout en respectant les délais. La date de livraison des premières villas est fixée à fin 2010. De gros engins sont depuis déjà quelques mois à pied d’oeuvre sur les 11 hectares destinés à recevoir les villas (R+1) et les lots de terrains viabilisés.
Selon Guessous, la course pour se positionner dans le haut standing et les villas est rude. En effet, ce segment connaît un regain d’intérêt et commence à être investi à Fès. Ici, les promoteurs privés offrent plus de choix aux acquéreurs. Si certains mettent les moyens dans la qualité des gros œuvres (construction antisismique), d’autres payent le prix fort pour la finition. Ainsi, les futures villas profiteront, outre d’une plomberie de luxe, d’un chauffage central et d’une climatisation intelligente.
De nombreux promoteurs estiment que bien que clairement identifié, le besoin en logements villas tarde à être comblé. En fait, rappelons que cette composante cible une large frange de cadres, pas seulement originaires de Fès, mais aussi des personnes qui veulent acquérir une maison secondaire. Tout l’enjeu est donc aujourd’hui de commercialiser ce dont cette clientèle a besoin. Pour ce qui est du reste du marché (social et moyen standing), Afej réalise également des centaines d’unités dans les quartiers Bensouda et Zouagha et au niveau du centre-ville.
Selon le responsable du groupe, les moyens mis en œuvre par sa société vont permettre de réaliser huit appartements par jour dès janvier 2010. «Notre défi est grand, mais il est tout à fait réalisable sachant que le manque en logements est estimé à 50.000 unités rien qu’à Fès».
En tout cas, il semble que ce groupe, qui est présent dans le secteur depuis plus d’une dizaine d’années, est prêt à investir pour répondre aux besoins du marché local. Enfin, il s’investit également dans l’humanitaire à travers l’association Moulay Idriss qui prend en charge la restauration de près de 2.000 maisons délabrées situées en médina.


Youness SAAD ALAMI
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Fès/médina: Projet de lifting pour Bab Al Makina et Lalla Yddouna

· 150 millions de DH pour le réaménagement des monuments

· Un concours international d’architecture en janvier​


L’Agence pour la dédensification et la réhabilitation de la médina de Fès (Ader-Fès), qui fête cette année ses vingt ans d’existence, a du pain sur la planche. Celle-ci s’apprête à lancer l’aménagement des sites de Bab Al Makina et de Lalla Yddouna. «Considérées comme des hauts lieux d’histoire et de mémoire populaire, les deux places feront peau neuve grâce à un financement de la Millenium Challenge Corporation », explique Fouad Serrhini, directeur de l’Agence.
Estimés à 18,7 millions de dollars, soit 150 millions de DH, les travaux de réhabilitation devront se conformer aux résultats d’un concours international d’architecture. Concours dont le coup d’envoi officiel est prévu entre janvier et septembre 2010. «Il vise des architectes, toute nationalité confondue, associés à des bureaux d’étude», indique Serrhini. «Ce concours, anonyme et ouvert aux professionnels du monde entier, se déroulera en deux phases pour chacun des deux sites. Au terme de la première phase, sept concurrents au maximum seront sélectionnés pour participer au concours final, lors de la deuxième phase», ajoute-t-il. A noter que les concurrents ont la possibilité de participer aux deux projets ou à l’un des deux de façon séparée et indépendante. L’objectif étant d’élaborer la meilleure solution d’un point de vue urbain, architectural et technique pour la réhabilitation de ces deux sites. La mise en œuvre du projet d’aménagement est assurée par l’Agence du partenariat pour le progrès (APP).

Ainsi, au niveau de Bab Al Makina, les responsables locaux cherchent à stimuler la croissance économique et le développement social de Fès, à travers la revalorisation du site, par la création de nouvelles, activités économiques liées à la culture et au patrimoine. Appelé Bab Makina ou Place Moulay El Hassan, le site est situé entre l’ancienne médina et la ville nouvelle. Il nécessite donc une sorte de réaménagement qui permettrait une interconnexion entre les deux grandes parties de la ville (Fès El Bali et Fès Jdid). Cette interconnexion ne pourrait aboutir que si l’on connaît bien la ville et les spécificités de sa communauté. Exploité une fois par an, lors du festival des musiques sacrées de Fès, le prestigieux monument devrait être transformé en un endroit animé tout au long de l’année. Il sera reconfiguré en un espace public pouvant accueillir, outre les festivals de musique, diverses manifestations culturelles. Selon le responsable de l’Ader, le projet vise la restauration et la réhabilitation du bâti historique (Makina, place, muraille) et l’aménagement de parkings, toilettes, paysage et espaces verts. L’ambition est de créer une relation durable entre tout évènement culturel ou artistique et la géographie urbaine de Fès. Ce serait aussi une opportunité pour améliorer les conditions du festival, «maximiser la place Bab Makina», la replacer dans la ville de Fès et resituer le festival par rapport à la ville (hôtels, médina, sites historiques et logistiques). Pour ses concepteurs, ce chantier est de portée régionale, nationale et internationale.
A noter que ce projet jouit de l’expérience d’un comité consultatif international. Celui-ci a reconnu le caractère singulier de la future Makina, et dont l’objectif est de créer un pôle de rayonnement de la culture marocaine à même de répondre aux diverses aspirations et relancer le développement de la ville de Fès.

S’agissant de la place «Lalla Yddouna», ce site est un lieu stratégique au sein de la médina. Depuis des siècles, il constitue l’un des espaces de liaison entre les deux rives de l’oued de Fès: Adouat Al-Quaraouiyyine et Adouat Al-Andalous. La place et le pont attenant sont un carrefour de communication et un lieu de passage entre les deux entités urbaines de la ville. Sur les plans architectural et urbain, Lalla Yddouna englobe des structures variées (place, oued et espaces annexes) et des édifices historiques (fondouks, maisons, ateliers, fontaine et pont). Le projet de réhabilitation de ce site se propose aussi de contribuer au développement économique et social de la ville. Ceci, à travers la revalorisation de la place par la promotion de l’artisanat et la création de points de rencontres entre artisans et clients. Enfin, le projet entend assurer la réhabilitation des bâtisses à grande valeur, rénover les bâtisses sans valeur, renforcer l’infrastructure de base et améliorer l’environnement.


l'economiste
 

·
Registered
Joined
·
490 Posts
Dans une déclaration à la MAP, M. Belkhayat a souligné que ces entretiens ont porté notamment sur la construction d'un stade de 25.000 places sur une superficie de 30 ha à Meknès, la réalisation d'une étude devant permettre la réduction des coûts et la garantie de l'efficacité lors de la construction d'infrastructures socio-sportives dans les quartiers, et ce dans le cadre du programme du ministère étalé sur les six prochaines années visant la mise à niveau et le renforcement des infrastructures, en particulier dans les quartiers et au sein des écoles.
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Signature à Fès de deux conventions pour la réalisation d'une station d'épuration des eaux usées

Le coût total de ce projet s’élève à 1 milliard de DH​


Le conseil d'administration de la régie autonome de distribution d'eau et d'électricité de Fès (RADEEF), réuni mercredi 23 décembre à Fès, a procédé à la signature de deux conventions relatives à la réalisation d'une station d'épuration des eaux usées dont le coût total, y compris son exploitation sur 10 ans, s'élève à 1,081 milliard de DH.
Les deux conventions ont été signées entre la RADEEF et un consortium de banques marocaines ainsi qu'un groupement international adjudicataire composé notamment de Golden State Environnement (Chine), Waterleau (Belgique), Sotradema (Maroc) et Eusebios-Alberto Martins (Portugal), rapporte la MAP.
Les travaux de cette station, qui contribuera à l'abattement de la pollution à hauteur de -85%, seront entamés en janvier 2010 et la mise en service est prévue après un délai de plus de deux ans.
La station aura une particularité environnementale importante du fait qu'elle abritera une unité de cogénération de l'énergie électrique à partir de biogaz issu des digesteurs, ce qui évitera les émissions du biogaz (gaz à effet de serre) dans l'air et permettra ainsi au projet d'être éligible au mécanisme de développement propre (MDP) dans le cadre du protocole de Kyoto pour la réduction des gaz à effet de serre, a affirmé à la MAP, le directeur de la RADEEF, Najib Mimi Lahlou.
Et d'ajouter que la station d'épuration des eaux usées de Fès sera le projet environnemental le plus important à l'échelle régionale et même nationale.
"Il s'inscrit dans le cadre du grand projet intégré de dépollution du bassin de Sebou", a-t-il expliqué.
 
1 - 20 of 154 Posts
Top