SkyscraperCity banner

121 - 140 of 154 Posts

·
Halay Turkish
Joined
·
3,375 Posts
le tout est nickel et interressant a part la tour eiffel et l'arc c'est du bof bof.. fallait penser a la defence plutot :lol:
alors la y'a plus personne pour copier :lol:
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Tourisme : 8 milliards DH de projets à Fès​


Posté le jeudi, 08 novembre 2012


(www.infomediaire.ma) - Une des principales destinations ciblées par la vision touristique 2020, la région Fès-Boulemane vient de se doter d’une stratégie à plus d’un titre ambitieuse, susceptible de la placer au 2ème rang des destinations culturelles internationales du pays. Le contrat-programme de la région, qui devra être signé le 4 décembre prochain, a retenu, à cet effet, une trentaine de projets touristiques d’un coût global qui avoisine les 8 milliards DH (MMDH), dont 7,6 MMDH seront pris en charge par le secteur privé, le reste étant financé par les pouvoirs publics. Le programme table ainsi sur la création de plus de 45 000 emplois additionnels, passant de 32 800 actuellement à plus de 78 000 à l’horizon 2020 et une augmentation significative de la capacité hôtelière avec 13 000 nouveaux lits. A suivre !
http://www.infomediaire.ma/news/maroc/tourisme-8-milliards-dh-de-projets-à-fès
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Ce serait bien de faire le point sur les threads concernant Ifrane terminés ou non :

Ifrane de plus en plus prisée par les touristes​


Par LesEchos.ma

Lundi, 24 Décembre 2012


Ifrane gagne en rayonnement touristique. En effet, l’activité touristique de la ville poursuit sa tendance haussière en enregistrant quelques 71.418 arrivées réalisées durant les dix premiers mois de 2012, soit une progression de 47% par rapport à la même période de l'année précédente. Parallèlement, les nuitées ont également suivi la même tendance au cours de cette période, passant de 94.688 à 150.239 nuitées, soit une augmentation de 59% par rapport à l'année 2011, selon la province d'Ifrane, qui cite des statistiques recueillies auprès des établissements d'hébergement classés. Ces performances sont à mettre particulièrement à l'actif du marché intérieur, dont les nuitées ont progressé de 63% par rapport à la même période de l'exercice 2011. Le marché extérieur, quant à lui a enregistré aussi une augmentation de 30% des nuitées. Cependant, la durée moyenne de séjour n'a pas évolué.

Effectivement, elle s'est maintenue à 2 nuitées. Cette stabilité s'explique par les séjours de courte durée enregistrés aussi bien par les résidents que par les étrangers. En 2011, la bonne performance du secteur du tourisme à Ifrane s'était déjà manifestée par une augmentation de 100% des arrivées et de 80% des nuitées, comparativement avec l'exercice 2010. Une tendance à la hausse de l'activité touristique qui est accompagnée de la réalisation de grands projets destinés à accroître la capacité d'hébergement de la ville. Les projets programmés, d'un montant global de 300 MDH, devraient créer quelque 2.494 lits et viendraient renforcer les infrastructures d'hébergement touristique classées, estimées en 2009, à 47 établissements classés, avec une capacité litière de 3.000 lits, en 2011 http://lesechos.ma/administrator/index.php?option=com_content#.
http://www.lesechos.ma/index.php?op...lus-prisee-par-les-touristes&catid=7:business
 

·
Registered
Joined
·
1,853 Posts
http://www.usinenouvelle.com/articl...eme-usine-de-cablage-au-maroc-cet-ete.N191072

Yazaki ouvrira sa troisième usine de câblage au Maroc cet été


L’équipementier automobile japonais investit plus de 10 millions d’euros dans une unité de fabrication de faisceaux de câbles à Meknès.

Un nouveau projet Greenfield pour Yazaki au Maroc. Le groupe japonais va en effet ouvrir cet été sa troisième usine du pays, à savoir une unité d’assemblage de faisceaux de câbles automobiles à Meknès. Yazaki compte déjà deux importantes usines marocaines sur le même métier, l’une à Tanger sur la zone franche TFZ et l’autre à Kenitra qui a débuté son activité début 2012 pour servir notamment Land Rover. Ces deux usines emploient près de 3 000 salariés chacune.

Groupe privé non coté, Yazaki spécialisé dans le câblage et la connectique compte plus de 200 000 salariés, c’est au Japon un important fournisseur de Toyota, notamment. Avec plusieurs autres équipementiers japonais comme Denso, Yazaki a par ailleurs été condamné aux Etats-Unis l’an dernier à 470 millions de dollars d’amendes pour pratiques anticoncurrentielles et fait l’objet avec des compétiteurs d’une enquête de la Commission européenne pour les mêmes raisons.

À Meknès, l’investissement initial de Yazaki devrait s’élever entre 10 à 20 millions d’euros, hors foncier. Dans sa première phase, le site devrait employer 800 salariés avant de monter en puissance. Dans cette activité essentiellement manuelle, où la performance opérationnelle est critique, le site de Meknès sera basé sur le modèle des deux usines précédentes qui tournent en 2X8 voire en 3X8 selon la charge et sont affectées chacune à deux ou trois clients.

"être présent sur plusieurs bassins d’emploi au Maroc"

Dans une conjoncture automobile extrêmement déprimée, "nous avons une croissance de nos parts de marché en Europe de l’Ouest auprès de différents constructeurs", note Philippe Schlienger, directeur général de Yazaki Europe limited Paris, interrogé par L’Usine Nouvelle. Celui-ci poursuit, "Cette future usine de Meknès vise à accompagner ce développement en diversifiant aussi nos implantations pour être présent sur plusieurs bassins d’emploi au Maroc, un pays satisfaisant en matière de compétitivité tout en étant proche de l’Europe".

Dans les activités de fabrication de faisceaux, le turn-over peut être élevé et la profondeur du marché de l’emploi est essentielle. À Kenitra avant l’ouverture, Yazaki avait recruté et formé en quelques mois plus de 3 600 salariés pour un effectif final d’environ 2 700 personnes.

Un salaire minimum horaire de 1,1 euro

Sur le futur site de Meknès, le responsable du site a déjà été choisi ainsi qu’une part de l’équipe d’encadrement. Le processus d’embauche des ouvriers montera en puissance jusqu’à l’été. Certains opérateurs ou managers déjà expérimentés de l’usine de Tanger pourraient se voir proposer une affectation à Meknès pour faciliter le démarrage du site.

Une bonne part des géants mondiaux de l’assemblage des câblages électriques automobiles se sont implantés ces dernières années dans le royaume marocain attirés par un salaire minimum horaire de 1,1 euro (12,24 dirhams). Sont ainsi notamment présents, les américains Delphi et Lear, l’allemand Leoni ou le japonais Sumitomo, devenu le premier employeur étranger du Maroc avec plus de 15 000 salariés. Avec l’investissement de Yazaki, le Maroc devient un peu plus japonais !

Pierre-Olivier Rouaud
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
2013/03/25



Fès: Les chantiers de la région reprennent

Les élus mettent la main à la poche

Un jardin botanique et un parc ornithologique au menu

Environnement, réhabilitation, économie… en priorité​


PLUSIEURS projets socioéconomiques, environnementaux et d’infrastructures verront bientôt le jour à Fès. C’est ce que promettent d’ailleurs les différentes instances élues de la ville et de la région. Encouragés par la dynamique enclenchée par la dernière visite royale, les responsables du Conseil communal annoncent ainsi la poursuite de tous les travaux d’infrastructures (voirie, espaces verts…) ainsi que la création d’un jardin botanique et d’un parc ornithologique. «Ces deux derniers projets, qui seront situés à oued Fès, visent à offrir des espaces de divertissement, de distraction et d’excursion pour les visiteurs et les habitants de la ville», indique Allal Amraoui. Le maire-adjoint affirme que le cahier des charges du jardin botanique est déjà approuvé.

En outre, la restauration des sites historiques, l’aménagement des mosquées et la réhabilitation des maisons menaçant ruine ne sont pas en reste. Engagée avec l’Etat, la ville est l’un des principaux partenaires du programme relatif aux maisons menaçant ruine. Doté de 330 millions de DH, ce programme qui vient de démarrer traitera 3.666 bâtisses en médina et s’étalera jusqu’en 2017. 143 bâtisses seront démolies et les 1.586 édifices répertoriés comme dangereux (1er degré) seront traités. 2.000 autres bâtisses feront l’objet d’une surveillance, avec des mesures préventives (contrôle et suivi des dégradations, études, intervention d’urgence, accompagnement social et juridique). Ceci, afin d’assurer l’accompagnement des ménages cibles.

Autre projet, la redynamisation de kissariat Al Kifah, un souk traditionnel à proximité du mausolée de Moulay Driss en médina. Une cure de jouvence permettra à ce berceau des nationalistes de retrouver son lustre d’antan. L’investissement prévu avoisine les 2 millions de DH. Partenaire dans cette opération, la CCIS de Fès-Boulemane en a déjà préparé les plans pour animer l’édifice. Des cafés devraient y être aménagés avec vue imprenable sur la médina. Le Conseil régional a aussi son lot de projets. Parmi eux, la gestion des déchets industriels, médicaux, pharmaceutiques et agricoles au niveau de la région. Ce projet sera basé sur la réalisation d’un schéma directeur régional de gestion de ces déchets, dont le coût s’élève à 1,25 million de DH. Pour M’hamed Douiri, président du Conseil régional, «ce projet s’inscrit dans le cadre de l’appui du gouvernement aux parties et acteurs locaux. Il vise à gérer et traiter les déchets collectés au niveau régional au regard de leur impact nocif sur la santé humaine et l’environnement». D’autre part, le Conseil finance, en partenariat avec le ministère de la Jeunesse et du Sport, le conseil provincial de Sefrou et la commune rurale de Sidi Youssef Ben Ahmed, la réalisation de la première tranche d’un complexe régional de la jeunesse et du sport à Sefrou. Le futur complexe sportif devrait renforcer l’animation au niveau de cette province et lutter contre le marasme social, à l’instar des centres d’insertion de la femme et des jeunes, inaugurés récemment par le Roi.


Cartographie économique

LE Conseil régional veut mettre en œuvre un système informatique pour l’élaboration d’une cartographie économique de Fès-Boulemane. Porté en collaboration avec la CCIS, ce projet nécessitera quelque 3 millions de DH. Il tend à rassembler et à analyser les données économiques afin de faciliter l’accès à l’information, la prise de décision et renforcer l’attractivité des investissements directs extérieurs.

De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI
http://www.leconomiste.com/article/904848-f-s-les-chantiers-de-la-r-gion-reprennent
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
2013/05/17

FÈS NE SERA PAS PRIVÉE DE GAZ
LE MINISTRE RASSURE QUANT À L’APPROVISIONNEMENT RÉGULIER EN BUTANE
307 MILLIONS DE DH POUR ÉVITER LES INONDATIONS
INTERVENTION AUPRÈS DE L’ONEE POUR ACQUÉRIR 5 À 6 MÉGAWATTS​

Fouad Douiri, ministre de l'Environnement, de l'Energie et des Mines, a promis d’intervenir auprès de l’ONEE pour revoir son offre relative à la valorisation du biogaz de la décharge publique de Fès

Un plan global d'approvisionnement de la ville de Fès en bonbonnes de gaz butane sera mis en place pour éviter toute éventuelle pénurie durant l'été et le mois de Ramadan. Fouad Douiri, ministre de l'Energie et des Mines, en déplacement dans la capitale spirituelle pour la mise en œuvre de la stratégie régionale de l’environnement, de l’énergie et des mines, en a profité pour rassurer la population qui, à cause d’une grève du personnel d'un important centre remplisseur, craignait pour l’approvisionnement régulier en butane. Effectivement, les Fassis consomment quotidiennement entre 40.000 et 50.000 bonbonnes de gaz, soit l’équivalent de plus de 650 tonnes de gaz. «La grève ouvrière menée depuis quelques semaines dans le principal centre remplisseur de la ville a causé quelques perturbations. Lesquelles ont vite été surmontées grâce aux centres de Oujda, Taoujtate et Sidi Kacem», explique Fouad Douiri. Ce dernier a exclu l’éventualité d’une pénurie durant l'été et le mois de Ramadan. Son déplacement à Fès était l’occasion aussi d’annoncer la construction éminente d’un nouveau centre de remplissage avec un investissement de 60 millions de DH

S’agissant du prix des bonbonnes, Douiri a voulu rassurer mais avec une certaine réserve. «Si la ville se situe au point d’approvisionnement «Zéro» (ndlr: à proximité d’un centre de remplissage), les citoyens de la région achèteront la bouteille de gaz de 12 kg à 40 DH. A ma connaissance, il n’y aura pas d’augmentation de prix… je ne suis pas seul à décider sur ce registre», a-t-il déclaré à L’Economiste.

Douiri s’est également enquis de la valorisation du biogaz ainsi que de la lutte contre les inondations. Dans ce domaine, Fès s’est dotée d’un plan d’actions pour éviter les crues. Mené par l'Agence du bassin hydraulique du Sebou (ABHS), ce plan cible seize sites prioritaires relevant de la région Fès-Boulemane. Dès son lancement en 2010, il a permis d'identifier 7 sites menacés de risques d'inondations à Fès et 9 autres centres dans les provinces de Moulay Yacoub, Boulemane et Sefrou. Selon l’ABHS, ce plan traite des dispositions relatives à la protection de l'habitat, des infrastructures et des équipements industriels. Il vise, entre autres, la restauration des cours d'eau par curage et traitement des berges, la sauvegarde des zones humides et des zones d'épandage et le stockage des apports à l'amont, et ce, pour préserver la ressource et restaurer les écoulements originels. D’après les explications fournies au ministre, les travaux de protection contre les inondations aux sites identifiés ont porté principalement sur le reprofilage, le recalibrage, la canalisation des cours d'eau, l'augmentation de leur capacité et la création d'ouvrages d'écrêtement et de stockage des crues, ainsi que la reconstruction des ouvrages de franchissement sous dimensionnés. Ceci étant, d’autres travaux d’infrastructure s’avèrent actuellement prioritaires pour éviter les inondations qui frapperaient différents quartiers en cas d’intempéries. Le coût global de ces travaux, qui devraient s’opérer entre 2013 et 2015, avoisine les 307 millions de DH. Une enveloppe qui dépasse de loin le budget de l’ABHS. D’où l’appel lancé par Douiri au wali de la région au même titre que les responsables des collectivités locales pour appuyer les différents chantiers. Notons enfin que le plan d’actions au niveau du bassin du Sebou tel qu’il découle de la stratégie nationale comporte des projets structurants, en l’occurrence, la construction, d’ici 2030, de huit grands barrages d'une capacité de 1.300 Mm3 et de 48 petits barrages et lacs collinaires.

Valoriser les déchets

L’autre projet visité par Douiri est celui de l’usine de récupération du biogaz et de valorisation énergétique auprès de la décharge publique contrôlée. Réalisée depuis 2 ans, cette usine devrait atteindre une production de 5 à 6 mégawatts destinés à être injecter dans le réseau électrique. Néanmoins, l’ONEE avait exigé un tarif de 0,4 DH le kilowattheure en plus de la prise en charge des travaux de raccordement au réseau de la moyenne tension. «Des conditions qu’Ecomed, la société gestionnaire de la décharge, et le conseil de la ville ne peuvent accepter», explique Allal Amraoui, 1er vice-maire. Face à quoi, le ministre a promis d’intervenir auprès de l’ONEE pour revoir son offre. «Nous étudions également l’option de financer le raccordement sur un linéaire de 5 km et d’utiliser l’énergie produite pour l’éclairage public», explique le responsable de la ville.
De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI
http://www.leconomiste.com/article/906813-f-s-ne-sera-pas-priv-e-de-gaz
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
8 milliards de DH pour faire de Fès la 2ème destination culturelle internationale du Maroc​


De grands projets, mobilisant des investissements de près de 8 milliards de DH, doivent voir le jour prochainement à Fès pour diversifier l'offre touristique de la ville et en faire la deuxième destination culturelle internationale du Maroc, après Marrakech.


Ce sont 29 projets au total qui ont été arrêtés dans le cadre d'un contrat-programme signé en mars dernier, et qui vont offrir une capacité litière additionnelle de 13.000 lits, permettant ainsi à Fès d'accueillir 1,1 million de touristes à l'horizon 2020 et d'engranger des recettes touristiques de l'ordre de 11,7 milliards de DH.

Sur le plan social, l'apport de ces chantiers est indéniable avec la création prévue de plus de 45.000 emplois additionnels, passant de 32.800 actuellement à plus de 78.000 à l'horizon 2020.

Ce contrat-programme, une sorte de feuille de route pour le développement touristique, va capitaliser sur le patrimoine culturel, historique et civilisationnel exceptionnel de la ville de Fès.

Le positionnement de la région sera désormais articulé principalement autour de la culture d'expérience et du patrimoine matériel, notamment à travers un programme visant à valoriser l'identité culturelle, à encourager le tourisme spirituel et des festivals et à mettre en place de produits touristiques cohérents et attractifs.

Selon le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, il s'agit de créer une offre d'animation riche et complémentaire et d'infrastructures permettant d'accueillir de grands événements internationaux et de créer des synergies avec les segments sport et bien-être, animation et culture.

Ces projets seront mis en œuvre dans les différentes préfectures et provinces de la région, dont 12 à Fès, 11 à Sefrou et 4 à Moulay Yacoub, et vont cibler des créneaux comme la valorisation du patrimoine et l'héritage, l'animation, les sports, les loisirs et l'environnement.

Il s'agit en particulier de la réalisation d'un centre d'interprétation du patrimoine de la médina de Fès, d'un musée ethnographique à Sefrou, l'aménagement d'un parcours de spiritualité et la restauration des Medersa et Foundouk.

Trois grands projets sont prévus, en l'occurrence le développement d'activités de bien-être dans la médina (50 MDH), le réaménagement et l'enrichissement de la station thermale de Moulay Yacoub (500 MDH) et la valorisation du centre thermal Ain Allah (44,11 MDH).

Le secteur privé s'est engagé aussi à réaliser des structures d'hébergement écotouristique à Boulemane (72,8 MDH), la mise en place de gîte d'étape(1,3 MDH), de refuge (1,2 MDH) et de maison d'hôte (1,5 MDH) au corridor Aouglit-Bouiblane, la mise en valeur des produits de terroir de la province de Sefrou (2,5 MDH) et la mise en place de boutiques d'exposition (1,6 MDh) et de kiosques d'orientation éco-touristiques (1,2 MDH), toujours dans ce corridor à grand potentiel naturel et touristique.

Pour accompagner la mise en œuvre de cette stratégie et accompagner les objectifs en termes d'arrivées à l'horizon 2020, la desserte aérienne sera renforcée pour atteindre 231 fréquences hebdomadaires.

L'ancienne médina de Fès occupe une place de choix dans le dispositif de concrétisation de ce programme étant donné sa forte charge historique et culturelle.

Et pour renforcer son attractivité auprès des touristes étrangers notamment, la médina a été équipée d'une série de panneaux de signalétique touristique directionnelle, informative et d'interprétation, un projet structurant financé par le Millenium challenge corporation (MCC).

Pour les responsables du ministère de l'Artisanat, cette signalisation a pour objectif principal de soutenir l'activité touristique locale axée sur le segment culturel et de mettre en valeur les différentes facettes du patrimoine de la ville.

Outre le contrat-programme et les circuits touristiques, le secteur du tourisme devra engranger les dividendes du Label national de l'artisanat, destiné à promouvoir la qualité et l'excellence dans ce secteur.

Ce projet, qui fait partie d'un vaste programme financé par le MCC, est considéré comme un pilier essentiel du chantier de développement de la compétitivité du secteur et de pérennisation de sa productivité.

La concrétisation dans les délais de l'ensemble de ces projets structurants est à même de donner un coup d'accélérateur à ce secteur qui façonne l'activité économique à Fès et y fait vivre des milliers de personnes.


MAP
www.lavieeco.com

2013-12-19
http://www.lavieeco.com/news/actual...culturelle-internationale-du-maroc-27775.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Bricoma ouvre à Fès son 9e magasin

Après Rabat, Agadir, Casablanca, Marrakech, Mohammedia, Tanger et Meknès, Bricoma investit la ville de Fès.


L’enseigne 100% marocaine spécialisée dans le bricolage a ouvert jeudi 20 mars son 9e magasin au centre commercial Marjane Oued Fès et son 2e depuis le début de l’année 2014. Cette ouverture est en droite ligne avec la stratégie de croissance de l’enseigne. Edifié sur une surface globale de 2 000 m², le magasin va générer au démarrage 60 emplois directs et une vingtaine d’emplois indirects, et apportera une valeur ajoutée aux entreprises locales partenaires (promoteurs immobiliers, sociétés de décoration d’intérieur, sociétés de jardinage, de nettoyage…), selon le management de Bricoma.

La Vie éco
www.lavieeco.com

2014-03-21
http://www.lavieeco.com/news/actualites/bricoma-ouvre-a-fes-son-9e-magasin-28929.html
 

·
Registered
Joined
·
1,853 Posts
Nouveau marché de gros de poisson à Meknès

Meknès se dote d’un marché de gros de poisson
Un pôle régional moderne de commercialisation


La cité ismaïlienne s'est dotée, récemment, d'un nouveau marché de gros de poisson, qui constitue un pôle régional moderne en matière de distribution et de commercialisation des produits de la mer à l'échelle locale et régionale dans le respect des standards de la qualité et de la sécurité alimentaires. Réalisé dans le cadre d'un partenariat entre l'Office national de la pêche (ONP) et la commune urbaine de Ouislane avec le soutien financier de la MCC (Millenium Challenge Account), ce projet s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale «Halieutis» visant un développement intégré du secteur, notamment à travers la modernisation des circuits de distribution et la promotion de la consommation interne des produits halieutiques.
La nouvelle halle aux poissons, dont la réalisation intervient dans le cadre de )la mise en place d'un réseau de marchés de gros de poisson dans les différentes villes du Royaume (Casablanca, Oujda, Marrakech en dehors des ports, vise à dynamiser l'économie locale et régionale par la création de nouvelles opportunités d'emploi, améliorer les revenus des intervenants, à travers la professionnalisation de la commercialisation et renforcer les différentes branches de cette activité.

Construite sur une superficie globale de 1,4 hectare pour un investissement estimé à 54 millions de dirhams, cette nouvelle infrastructure moderne a également pour objectifs d'organiser la commercialisation et la distribution des produits halieutiques, valoriser ces richesses au niveau de la région de Meknès-Tafilalet, améliorer les conditions de vente de ces produits, et partant, contribuer à la restructuration du secteur dans le cadre d'une approche visant à garantir la qualité, améliorer les conditions de travail et valoriser la production du poisson.
http://www.libe.ma/Meknes-se-dote-d-un-marche-de-gros-de-poisson_a48267.html
 

·
Registered
Joined
·
1,853 Posts
L'ONEE lance un projet de renforcement d’alimentation en eau potable de la ville de Meknès et de sa région.

L’Office national d’électricité et d’eau potable (ONEE) lance un projet de renforcement d’alimentation en eau potable de la ville de Meknès et de sa région à partir du barrage Idriss Ier pour un coût de 1.700 MDH, financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

Ce projet comprend la réalisation d’une prise d’eau brute sur le barrage Idriss 1er, la construction d’une station de traitement pour la production de 2.000 litres/seconde d’eau potable en première phase, dont 1.000 litres/seconde seront réservés à la ville de Meknès, la pose de 100 km de conduites de diamètres variant entre 700 et 2.000 mm ainsi que la réalisation de douze réservoirs et huit stations de pompage. Les travaux du projet ont démarré au mois de février 2014, et leur achèvement est prévu au cours de l’année 2016.
http://www.leseco.ma/actualite/18668-eau-potable-l-onee-renforce-la-region-de-meknes
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
2014/08/04

FÈS/TOURISME
LA DESTINATION REPREND DES COULEURS
PLUS DE 374.200 NUITS D’HÔTEL VENDUES, 39% DE TAUX D’OCCUPATION
LES VOYAGISTES MALAISIENS PROGRAMMENT LA VILLE IMPÉRIALE DÈS 2015​

Fès/Tourisme La destination reprend des couleursLes opérateurs des pays asiatiques s’intéressent à Fès. Aziz Lebbar, président du CRT, recevait dernièrement des agents de voyages de Malaisie qui vont prescrire Fès à partir de 2015

LE secteur du tourisme a affiché une bonne mine, du moins durant les cinq premiers mois de l’année en cours. En effet, les statistiques établies par la délégation régionale du tourisme montrent que les nuitées touristiques réalisées dans les établissements d’hébergement classés de la ville de Fès ont affiché, entre janvier et mai 2014, une hausse de 13% par rapport à la même période de l’année précédente.

«Outre la culture et l’histoire, les touristes visitent Fès pour l’art culinaire, l’animation, l’artisanat et les congrès», estime Aziz Lebbar, président du Conseil régional du tourisme (CRT). Et d’ajouter: «la capitale spirituelle s’est démarquée lors de la Machyakha (confrérie) de la tariqa Tijania, tenue en mai dernier». «Fès a abrité également plusieurs congrès, éductours (Malaisie, Chine…), et festivals durant le premier semestre de cette année. Et c’est ce qui a boosté l’activité touristique de la destination», rappelle-t-il.
Selon la délégation du tourisme, «plus de 374.200 nuitées ont été enregistrées au cours de la période janvier- mai 2014, contre 330.825 nuitées durant la même période de l’année 2013». «Cette évolution croissante du nombre de touristes est due particulièrement à la hausse des nuitées réalisées par les principaux marchés émetteurs, dont le marché nippon (59%), allemand (52%), anglais (46%), italien (41%) et américain (34%)», précise Youssef Tadlaoui, le délégué du tourisme. Et de poursuivre: «Les arrivées dans les hôtels classés durant la même période ont été de 182.418 en 2014, contre 157.122 l’année précédente, soit un accroissement de 16%. Pour sa part, la durée moyenne du séjour (DMS) s’est établie à 2 jours, soit un taux identique à celui enregistré en 2013 et qui montre que «Fès est sur la bonne voix pour devenir une destination de city break».

S’agissant du classement par catégorie d’hôtel, les maisons d’hôtes, les résidences hôtelières et les établissements touristiques classés 4 et 5 étoiles ont cumulé la majorité des nuitées totales enregistrées au niveau de la cité idrisside durant les cinq premiers mois de l’année avec un taux d’occupation de 39% contre 36% au cours de la même période de l’année 2013. Et rien que pour le seul mois de mai, les nuitées touristiques ont été de 85.992, contre 72.377 durant la même période de l’année précédente, soit une hausse de 19%.

Par ailleurs, un total de 3.924 chambres ont été opérationnelles au niveau de la ville de Fès à fin mai 2014. Par catégories, 1.038 chambres relèvent des hôtels classés 5 étoiles, 1.208 dans les 4 étoiles, 636 chambres dans les hôtels de 3 étoiles et 695 chambres dans les maisons d’hôtes. Notons que le parc hôtelier de Fès vient de s’enrichir d’un nouvel établissement 5 étoiles qui a ouvert ses portes en avril dernier. Il s’agit d’une ancienne résidence coloniale, demeure d’été du Maréchal Lyautey, surplombant l’ancienne médina et le mellah de Fès. Ses initiateurs en ont fait, grâce à un investissement de 100 millions de DH, un véritable hôtel de charme (5 étoiles), qui porte le nom de Sahrai. Situé non loin du centre commercial Borj Fez, et niché au milieu d’une dense végétation naturelle, le Sahrai est doté d’une capacité de 50 chambres et suites avec un standing haut de gamme et un spa Givenchy. Enfin, un autre projet d’envergure qui verra le jour bientôt est celui du complexe Hilton Tizirt. Situé dans la province de Moulay Yacoub, ce projet mobilisera un investissement de 110 millions de DH. Il prévoit un motel de 60 chambres, une salle des fêtes et ses annexes, un espace de type mall, structure d’animation avec une galerie marchande, des «food-court», un bowling, une mosquée, un aquaparc avec piscines en plein air et jeux d’animation aquatique, et une piscine couverte.

Les hôteliers «bougent»

Le bureau de l’Association régionale de l’industrie hôtelière (ARIH) vient d’être renouvelé. Son président Abdelhadi Mernissi promet des actions concrètes. Déjà sur le volet juridique, l’ARIH a débattu récemment du projet de loi portant sur le système de classement des établissements touristiques au Maroc. Pour son président, l’article 59 de cette loi doit être amendée «pour prévenir tout noyautage et marginalisation du secteur hôtelier et éviter que les associations régionales de l’industrie hôtelière ne tombent entre les mains de personnes qui ne sont pas rigoureusement professionnelles». «Il ne peut être créé plus d’une association régionale de l’industrie hôtelière par région. Aussi, le mode d’élection du président et du bureau de ces associations s’effectue en vertu de l’importance de chaque établissement d’hébergement exprimée en nombre de chambres», conclut Mernissi.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI
- See more at: http://www.leconomiste.com/article/...ion-reprend-des-couleurs#sthash.l7rW5emi.dpuf
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
FES

Risma fermera le Sofitel Palais Jamaï​

Source: flm.ma 04/08/2014

Dans la note d’information de l’ORA, Risma a annoncé un assainissement de son parc. Celui-ci passe par la fermeture fin 2014 du Sofitel Palais Jamaï, qui dégagerait un EBE négatif. Aussi, un soin particulier sera consacré au Sofitel Marrakech (20% du GOP de Risma) avec une rénovation entre 2014 et 2017.
http://metrecarre.org/risma-fermera-le-sofitel-palais-jamai/
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
HEM inaugure son nouveau campus à Fès​


Source: lesEcos 21/05/2014


HEM inaugurera son nouveau campus à Fès, le jeudi 22 mai. L’investissement, qui a nécessité 44 MDH, permettra d’accueillir 1.000 étudiants et représente le premier projet réalisé dans le cadre du partenariat signé en avril 2013, entre HEM et la Société financière internationale (SFI), laquelle a investi 7 Millions de dollars dans le capital du groupe HEM.
http://metrecarre.org/hem-inaugure-son-nouveau-campus-fes/
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
2014/10/29

FÈS SE DOTE D’UN INSTITUT SPÉCIALISÉ DES TRAVAUX PUBLICS
IL ROUVRE APRÈS 26 ANS DE FERMETURE
UN PROJET INITIÉ PAR LE MINISTÈRE DE L’EQUIPEMENT ET DU TRANSPORT
UNE PREMIÈRE PROMOTION DE 50 JEUNES STAGIAIRES DÉJÀ EN PLACE​



Aziz Rebbah a posé pour une photo souvenir avec les 50 étudiants de l’Institut Spécialisé des travaux Publics (ISTP) de Fès, et dont certains proviennent de pays africains. Le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique affiche son ambition de renforcer la coopération sud-sud dans le domaine de la formation

Former des techniciens spécialisés en travaux publics est désormais possible à Fès. Ceci, grâce à la réouverture de l’Institut Spécialisé des travaux Publics (ISTP) du quartier Doukkarat. Fermé en 1988, cet établissement a été entièrement rénové et équipé pour accueillir des stagiaires dans des spécialités, particulièrement recherchées au niveau de la région de Fès-Boulemane. Ils seront ainsi formés en plusieurs spécialités, dont les «routes», la «construction» et la «gestion du Transport et de la Logistique».

Initiée par le ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, la réouverture de cet édifice tombe à point nommé avec les chantiers engagés au niveau de la région. D’ailleurs, son inauguration a été présidée par le ministre Aziz Rebbah, en personne. Dans une déclaration à L’Economiste, ce dernier a souligné que «la réouverture de cet institut, au titre de l’année scolaire 2014-2015, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de développement des instituts de formation des techniciens spécialisés relevant du ministère et en déclinaison des orientations du département visant la promotion de pôles de formation dans ses secteurs d’intervention, qui incluent le développement des ISTP et dont l’augmentation du nombre des lauréats constitue la pierre angulaire de cet ambitieux projet». A ce titre, trois autres centres de formation verront bientôt le jour au Nord comme dans la région de l’Oriental. En attendant, celui de Fès accueille déjà une première promotion de 50 jeunes stagiaires. «Son budget de fonctionnement est de l’ordre de 3 millions de DH. Une enveloppe qui permettra de former annuellement une centaine de technicien dans des domaines très demandés», révèle Rebbah.

Outre l’augmentation des effectifs formés, le ministère veille à l’introduction de nouvelles filières dans ces instituts, notamment la logistique. «Nous procédons continuellement à la mise à jour des projets pédagogiques en partenariat avec l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), et ce en vue de préserver l’excellence de la formation dispensée et de contribuer à la réponse aux besoins grandissants de l’économie nationale à ce genre de formations», explique Rebbah.Au titre de l’année scolaire 2014-2015, l’ISTP de Fès a connu l’inscription de quarante-cinq étudiants, ayant franchi avec succès toutes les étapes du concours d’admission, en plus de cinq bacheliers étrangers issus de pays africains. Le coût global du projet de réouverture de l’ISTP de Fès dépasse les cinq millions de DH, dont 3,6 millions réservés aux travaux de réaménagement et le reste pour l’équipement de l’institut en matériel et mobiliers nécessaires à son fonctionnement. L’établissement est doté de cinq salles d’études, d’une salle d’informatique, une bibliothèque, et d’autres dépendances administratives et sportives.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI
- See more at: http://www.leconomiste.com/article/...lise-des-travaux-publics#sthash.Kb0Po9N7.dpuf
 

·
Banned
Joined
·
78 Posts
Fès: Nouveau départ pour les projets CDG

-Oued Fès, Fès Shore, P2I…les dossiers chauds
-Zaghnoun promet de réactiver tous les projets



«Nous sommes sur la bonne voie. Le nouveau patron de la CDG nous a promis de réactiver tous les projets», affirme Mohamed Dardouri. Le wali de la région de Fès-Boulemane a décroché lors de sa rencontre avec Abdellatif Zaghnoun, le jour de sa réception par le Souverain à Fès, la promesse de réactiver tous les projets de la CDG. Toutefois, la réunion prévue, mardi dernier, avec le staff de la holding n’a pas eu lieu. En effet, le nouveau DG de CDG veut, d’abord, esquisser tous les dossiers (Fès-Shore, Oued Fès, P2I…) avant de présenter son offre. Connu par son pragmatisme, Zaghnoun est appelé à dépoussiérer nombre de projets structurants, et touchant différents secteurs, au niveau de la région. Pour le tourisme, à titre d’exemple, qui constitue un secteur d’avenir, la réalisation du projet de la nouvelle zone touristique d’Oued Fès qui a enregistré un énorme retard est très attendue. Confiée à Med
Z, la filiale de CDG développement, le projet promettait un bel avenir pour cette partie de la ville avec la conception d’une zone résidentielle et touristique intégrée Oued Fès Golf City. Lancée en 2005 et devant abriter plusieurs hôtels 4 et 5 étoiles, l’Unité d’activité touristique (UAT) censée drainer quelque 3 milliards de DH d’investissement n’a accueilli finalement qu’un golf et quelques dizaines de lots résidentiels. Pour ce projet, Med
Z s’est engagée dans la réalisation des travaux d’aménagement du projet (in site et hors site), un golf 18 trous, l’aménagement d’un parc public, la programmation d’un minimum de 1.000 lits touristiques ainsi que des équipements d’animation et de loisirs pour la ville, la promotion de la zone auprès des chaînes hôtelières et des TO, et la gestion de la zone. Selon les responsables du projet, les travaux d’infrastructures (2006 –2011) sont achevés (viabilisation du site, voiries et assainissement (réseau primaire) sur 100 Ha, réseaux télécom, eau potable, électricité….). Il en est de même pour la construction du Golf, sur 73 Ha, y compris les lacs sur 25 Ha. Toutefois, sur la composante touristique, aucun hôtel n’est sorti de terre. Par moment, la zone sert au pâturage. Elle est envahie par des moutons, vaches et brebis (voir la photo prise hier), au vue et au su des agents de sécurité sur place. Pour ce projet, les responsables Med
Z avouaient qu’ils avaient rencontré des difficultés. «Principalement pour la commercialisation de la composante touristique concernent uniquement la partie investissement coïncidant avec la crise de 2009». Pour eux, «Med
Z a engagé des coûts d’aménagement très importants, de plus de 700 millions de DH, pour viabiliser et valoriser le site, jusqu’alors inconstructible, dans l’optique d’accompagner le développement territorial de la ville de Fès». Cependant, en dehors de raisons contextuelles qui peuvent entraver ou retarder l’aboutissement d’un projet, une mobilisation de tous les acteurs concernés est également indispensable afin de favoriser l’attractivité de la destination à travers un marketing territorial dynamique. A ce titre, le wali est très confiant. Selon lui, tous les projets vont reprendre incessamment. A commencer par la zone touristique Oued Fès, le plus important projet du pacte 2005-2015, dont «la reprise se fera en grande pompe». La CDG, initiatrice de cette zone, devrait y construire 40 villas, consacrer 30 millions de DH pour l’aménagement d’un club house, et offrir gratuitement les lots de terrains dédiés à l’hôtellerie aux chaînes internationales. Pour sa part, l’hôtel Jnane Fès ouvrira en avril prochain après des travaux de rénovation qui ont duré près de 4 années et nécessité quelques 360 millions de DH.
Enfin, la commercialisation du parc Fès Shore dont la première tranche est livrée depuis juin 2012 avance à grands pas. L’on sait que HP s’installera incessamment au niveau du parc. Un responsable de la zone offshore nous a affirmé que plus de la moitié du site est déjà réservée par des opérateurs de renom.

Moulay Yacoub aussi…

Au niveau de la province de Moulay Yacoub, la CDG devrait relancer son projet du Parc industriel intégré (P2I) Ras El Ma. Chantier phare de la région, la réalisation de ce parc pourrait sauver les jeunes du chômage. D’autant plus qu’un tel projet renforcerait l’attractivité économique de la ville. Pareil pour le projet de la station Vichy Moulay Yacoub qui prévoit à lui seul des investissements de plus de 400 millions de DH. Ce sont ces mêmes projets qui devraient redynamiser l’activité économique de la région, créer des emplois et réduire les disparités sociales.

http://www.leconomiste.com/article/966238-fes-nouveau-depart-pour-les-projets-cdg
 

·
Banned
Joined
·
6,318 Posts
Ils se foutent de qui ces CRI ? :picard: :picard:


مشاريع استثمارية بنصف مليار درهم في مكناس​


صادق المركز الجهوي للاستثمار لجهة مكناس - تافيلالت ، برسم الفصل الأول من سنة 2015 ، على ما مجموعه 23 مشروعا باستثمار إجمالي يبلغ 485,5 مليون درهم.

وأوضحت معطيات إحصائية للمركز أنه من المرتقب أن تساهم المشاريع الاستثمارية المصادق عليها، والتي تشمل مختلف القطاعات ، في إحداث أزيد من 1021 منصب شغل.

ويشير توزيع هذه الاستثمارات حسب القطاعات إلى هيمنة قطاع الإسكان ب43,6 بالمائة ، متبوعا بالصناعة ب 29 بالمائة ، والسياحة (26,1 بالمائة) وقطاعات أخرى.

وتم كذلك خلال نفس الفترة إحداث حوالي 969 مقاولة على مستوى جهة مكناس- تافيلالت ، 66 بالمائة منها شركات ذات مسؤولية محدودة.

وعلى صعيد جهة فاس - بولمان، تمت المصادقة خلال الأشهر الستة الأولى من سنة 2015 على ما مجموعه 91 مشروعا بغلاف مالي إجمالي يناهز 753 مليون درهم.

وكان المركز الجهوي للاستثمار لجهة فاس - بولمان قد صادق ، برسم سنة 2014 ، على حوالي 136 مشروعا باستثمار إجمالي يبلغ 2,040 مليار درهم.
1- Seulement 23 projets pour toute une région ? Dont presque la moitié dans le domaine du bâtiment (sûrement en grande partie à Meknès et ses banlieues).
2-La région de Fez, a 91 projets pour un total de 753MDh (Donc sûrement des projets à deux balles, étant donnée qu'avec 500MDH dans la région de Meknès, on en arrive à seulement 23 projets.) re-:picard:

Par contre, 969 pme (ou start-up) dans la région de Meknès, ça va ...

Hespress
 

·
Registered
Joined
·
7,924 Posts
Moulay Yacoub
Les nouveaux thermes traditionnels finalisés


-3 piscines, 2 hammams, 34 baignoires… pour un million de visiteurs
-Un chantier technique délicat
-La rénovation des anciens thermes bientôt lancée




C’est un chantier assez particulier et très délicat au niveau technique qui a été mené sur le site .

Moulay Yacoub est enfin doté de nouveaux thermes traditionnels de normes internationales, ces derniers sont en phase finale de travaux. Ils remplaceront ceux édifiés en 1928, et ce, après deux années de travaux intenses.
Pour Mohammed Karim Jennane, DG de la Sothermy, la filiale de CDG développement en charge de la gestion de la station, «les thermes seront fin prêts dans quelques jours. Après leur inauguration, des travaux de rénovation démarreront dans les anciens thermes». Outre la réhabilitation des piscines, le projet comprend l’aménagement de deux «hammams» (bains publics) alimentés avec de l’eau douce. «C’est un chantier assez particulier et très délicat au niveau technique», explique Jennane. «Nous avons terrassé 13 mètres de hauteurs sur des pentes de talus avec du béton projeté… parce que la zone est très exiguë disposant de bâtiments assez proches les uns des autres», ajoute-t-il. Il a été procédé à un système de remblaiement et de drainage assez sophistiqué afin de permettre l’écoulement des eaux à l’extérieur des bâtiments. Au niveau financier, près de 60 millions de DH ont été mobilisés pour la réalisation du projet des nouveaux thermes traditionnels. Ceci, sans compter le coût de la réhabilitation des anciens thermes ainsi que l’aménagement imminent de 2 «hammams» traditionnels (hommes et femmes), auxquels un budget de 20 millions de DH est réservé. Grâce au projet du complexe thermal traditionnel, les responsables de la station ambitionnent de préserver leur clientèle (un million de visiteurs par an), tout en lui offrant la possibilité de profiter d’un éventail de soins. «Nous disposons désormais de 34 baignoires classiques (au lieu de 26) en plus de 10 baignoires avec jacuzzi d’un niveau de standing élevé.2 grandes piscines (15m de diamètre)Moulay Yacoub Les nouveaux thermes traditionnels finalisés
L’ouverture des nouveaux thermes traditionnels de Moulay Yacoub est imminente. Dotés de 3 piscines, 34 baignoires, et 2 hammams, ces derniers constituent la 1e phase du grand projet du SPA Vichy de Moulay Yacoub
dotées d’une vue panoramique sur le temple de Lalla Chafia et une 3e piscine de réserve (VIP)», souligne le management de Sothermy. Notons que la piscine VIP sera utilisée par les clients des thermes modernes à partir de juin 2016. A cette date, ces thermes seront en rénovation. Rénovation qui devra durer un an pour une réouverture en juin 2017 sous l’enseigne Vichy, en même temps que l’hôtel Vichy & SPA, dont les travaux de terrassement sont en cours.
En attendant, et suite à l’investissement dû aux travaux de rénovation, Sothermy appliquera une nouvelle tarification. Ainsi, pour les piscines le prix du ticket passera de 13 à 25 DH. Pour les baignoires, le client devra payer 35 DH au lieu de 25. Enfin pour les accès aux baignoires jacuzzi, le tarif augmentera de 10 DH (60 au lieu de 50 DH aujourd’hui). «Nos prix restent abordables et nous faisons également un geste social avec quelque 250 habitants de la localité de Moulay Yacoub qui profitent gracieusement des piscines, à raison d’un accès par semaine», confie Jennane.



L’ouverture des nouveaux thermes traditionnels de Moulay Yacoub est imminente. Dotés de 3 piscines, 34 baignoires, et 2 hammams, ces derniers constituent la 1e phase du grand projet du SPA Vichy de Moulay Yacoub .

Pour ce qui est de la gestion de l’eau de source, la régularisation prônée par l’Agence du bassin sera assurée jusqu’en 2035. Ainsi, il y a possibilité de disposer de 10 litres/seconde comme débit de l’eau de source. «Grâce aux équipements du nouveau bâtiment, la gestion de l’eau thermale est rationalisée, puisque l’eau de source ira du forage vers les thermes traditionnels», est-il indiqué. A noter que des bâches à eau, nouvellement créées, devront accueillir l’eau de source pendant la nuit pour être utilisée durant le jour. Ceci, afin d’utiliser moins de débit pendant la journée et éviter les pertes de charges. Enfin, s’agissant des emplois, les thermes traditionnels offriront 5 à 10 postes permanents et 15 à 20 postes occasionnels, en période de vacances. Mais le plus gros recrutement de Sothermy se fera après l’ouverture du futur hôtel (4*) Vichy & SPA (70 postes).

Thermalia, un 4 étoiles plus



Le plan de développement de la station thermale de Moulay Yacoub comprend aussi la rénovation des thermes modernes et la construction d’un «Vichy SPA hôtel Thermalia» pour un investissement de 260 millions de DH. Ce projet, dont les travaux de terrassement ont déjà démarré, est mis en œuvre en partenariat avec la société française Vichy Spa International, filiale de la «Compagnie de Vichy». Le nouvel hôtel 4 étoiles plus (R+3) sera d’une capacité de 93 chambres et 7 suites. Ces dernières seront alimentées avec de l’eau thermale. Une fois finalisé, l’hôtel devrait être géré par Vichy. Pour rappel, la marque Vichy Spa offre un éventail de services depuis la conception jusqu’au management: faisabilité économique, architecture et design, assistance technique et choix du matériel, sélection et formation du personnel, gestion pour compte et contrôle qualité. La station de Moulay Yacoub profitera également des plateformes de communication de Vichy pour une meilleure commercialisation, surtout en Europe.
http://www.leconomiste.com/article/...-traditionnels-finalises#sthash.4K92xKSq.dpuf
 
  • Like
Reactions: CasaNegra2014
121 - 140 of 154 Posts
Top