SkyscraperCity banner

1781 - 1786 of 1786 Posts

·
Registered
Joined
·
1,405 Posts
03.03.2020, 18:27

Le «monstre rouge» se profile à Tolochenaz



Les propriétaires concernés n'ont jamais caché qu'ils avaient un plan B, qu'ils commencent à déployer dans la zone industrielle.


Par Caroline Gebhard

Epic Suisse, plus gros propriétaire foncier à En Molliau, a déposé une demande de permis de construire pour un bâtiment industriel voué à remplacer quatre halles promises à la destruction.


Le spectre du «monstre rouge» commence à se faire jour à En Molliau. Un petit mois après le niet des Tolochinois au plan de quartier Sud Village, les propriétaires concernés ont décidé d’activer leur plan B. Et c’est Epic Suisse, qui détient la plus grosse part de terrain dans le secteur, qui sort du bois en premier.

La société immobilière a obtenu, l’an dernier, un permis de démolition pour les quatre bâtiments qu’elle possède dans le coin, dont ceux occupés par Friderici Spécial. Si ces quatre halles sont encore debout, l’entreprise a décidé de voir plus loin. Elle a déposé une demande de permis de construire pour un bâtiment industriel de 60 000 mètres carrés. Celle-ci devrait être mise à l’enquête publique ces prochains jours.

Cet édifice est «conforme en tout point au monstre rouge» que les promoteurs avaient promis de bâtir en cas de refus du plan de quartier, a argué Pierre Ducret, lors du Conseil communal de lundi soir. Pour le président de l’association J’aime Tolochenaz, il y a désormais urgence. Fervent partisan de Sud Village, qui prévoyait de réaffecter En Molliau afin d’y bâtir des logements et des commerces, il s’inquiète du devenir de la zone: «Plus que tout autre, nous n’avons aucune envie du développement industriel qu’on nous promet et auquel nos opposants nous ont conduits tout droit en votant ‘non’ à Sud Village!»


Municipalité pressée d’agir

Dans le camp adverse, on s’accorde aussi sur la nécessité de remettre l’ouvrage sur le métier. «Les propriétaires sont en droit d’obtenir les garanties que l’actuelle zone industrielle peut être valorisée et il s’agit de leur donner rapidement un cadre fiable et durable concernant le plan d’aménagement pour qu’ils puissent envisager de futurs investissements avec une sécurité juridique suffisante dans le respect des zones habitées voisines», ont développé Frédéric Glassey et Gérard Robin dans une interpellation cosignée par vingt-deux autres conseillers communaux.

Pierre Ducret, qui n’a jamais cru à la possibilité de renégocier une «zone industrielle plus modeste» avec les propriétaires, une seule perspective s’impose désormais: celle d’un nouveau plan d’affectation. Du côté des opposants, on attend de la Municipalité qu’elle précise quelles mesures elle entend prendre dans cette zone actuellement régie par le plan général d’affectation de 2009.

L’exécutif, justement, a promis de répondre lors de la prochaine séance de l’organe délibérant. D’ici là, les Tolochinois auront peut-être reçu des nouvelles du recours déposé par Dominique Figuet, qui possède du terrain à En Molliau, contre le résultat de la votation du 9 février sur Sud Village. Dans l’attente du résultat de cette procédure, il est fort possible qu’aucune décision ne sera prise concernant l’avenir du secteur.


Les Tolochinois savent-ils voter ?

Elle n’a pas participé au dépouillement, mais a scruté les opérations. Comme trois autres Tolochinois, Nicole Heusch était observatrice, lors du scrutin du 9 février, qui a vu les opposants à Sud Village l’emporter avec 39 voix d’avance sur les partisans. Et ce qu’elle a découvert l’a laissée perplexe. «J’ai constaté avec consternation qu’un nombre important de votes – entre 40 et 50 bulletins – avaient dû être éliminés du comptage pour cause de mauvaise manipulation du matériel», a-t-elle développé lors du Conseil communal de lundi, évoquant des cartes d’électeur mal remplies, des signatures manquantes ou des dates de naissance inexactes, avant de demander à la Municipalité d’organiser des ateliers pour apprendre aux habitants à remplir correctement leur devoir civique.

Une intervention qui n’a guère plu au président du Conseil communal, Reto Dorta. Selon lui, l’élue n’aurait pas dû dévoiler les coulisses du scrutin quand bien même, selon le canton, «le nombre de votes non pris en considération par le greffe ou/et le bureau électoral est une donnée publique». Le premier citoyen de la commune a ajouté que ce fameux 9 février, il avait dû retirer ses notes à Nicole Heusch, alors qu’elle était en train de lister les Tolochinois qui avaient commis des erreurs.

Ce n’est pas la première fois que cette histoire de votes non comptabilisés ressurgit. Selon le «Journal de Morges», Dominique Figuet avance, dans son recours, qu’il y aurait eu bien plus de votes invalides que mentionné dans le procès-verbal. Le document répertorie trois bulletins nuls. Mais il n’indique pas le nombre de votes non pris en compte, tout simplement parce que ceux-ci sont écartés au tout début du processus. A la différence des nuls, attribuables à ceux qui ont valablement rempli leur carte d’électeur, mais qui ont, par exemple, gribouillé sur leur bulletin.


https://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-morges/le-monstre-rouge-se-profile-a-tolochenaz-915633
 

·
Registered
Joined
·
1,405 Posts
Une cave à jazz dans le ventre des Jumeaux


Lausanne - Le Flon met à l’enquête publique la transformation des deux bâtiments emblématiques qui devaient accueillir Eataly.



Les Jumeaux, à la rue de Genève 19 et 21. (Photo: Florian Cella)


Par Laurent Antonoff 04.03.2020


Le quartier du Flon diversifie son offre musicale: après les boîtes de nuit electro, place aux notes bleues jazzy. La société Mobimo, propriétaire de la parcelle branchée lausannoise, met à l’enquête publique les transformations intérieures et extérieures de ses deux bâtiments emblématiques que sont les Jumeaux, à la rue de Genève 19 et 21. Avec une cave à jazz en sous-sol pour relier les deux.

C’est la seconde fois que Mobimo propose la transformation des Jumeaux, bâtiments sur six niveaux qui n’ont guère changé depuis 1900. La première fois, en juillet 2017, c’était pour préparer la venue de la chaîne Eataly.

Des oppositions étaient venues bloquer ce premier projet, notamment de la part de l’Association pour un aménagement harmonieux de la vallée du Flon (APAHF), qui jugeait qu’il portait préjudice à un ensemble architectural à la valeur reconnue. Depuis, Eataly a laissé entendre que son implantation en Suisse n’était plus une priorité.

Le nouveau projet comprend des bureaux dans les étages, des dépôts dans les sous-sols ainsi qu’un restaurant de 300 places avec terrasse couverte et à ciel ouvert, un bar à vin de 100 places sous une verrière dans la cour entre les deux Jumeaux et des commerces au rez-de-chaussée. Et en dessous, cette fameuse cave à jazz qui ouvrira jusqu’à minuit, sous réserve des prolongations d’horaires légales.

La cave à jazz n’offrira aucune ouverture sur l’extérieur. Une étude acoustique accompagne la mise à l’enquête publique. Il est précisé que la fenêtre d’habitation la plus proche se situe à 40 mètres, mais que des amortisseurs de bruit seront posés malgré tout.

Musique encore: au second sous-sol, Mobimo a décidé d’aménager une quinzaine de locaux de répétition pour des musiciens. Enfin, il est prévu de créer 32 places pour vélos.


https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/cave-jazz-ventre-jumeaux/story/19204391



Cette association de pingouins a réussi son coup, tout comme Toto Morand avec ses pissoirs/shootoirs arborisés. Je me demande si le départ de Marc Pointet ne serait pas un peu lié à ces deux décisions: pas de rampe Vigie-Gonin ni de Maison du livre, et la défection d'Eataly. Eataly, contrairement à des voleurs comme Luigia, proposait des prestations très diversifiées en lien avec la gastronomie italienne. Enfin, espérons que le resto qui va s'implanter à la place ne sera pas une énième enseigne de restauration rapide, mais un vrai restaurant et avec des prix corrects. Quant à cette cave à jazz, je trouve que c'est une excellente nouvelle. Au niveau de ses utilisateurs, ça changera peut-être un peu des jeunes bourrés d'alcool et autres substances prompts à s'exciter pour un simple regard de travers.
 

·
Registered
Joined
·
1,405 Posts
A Prilly, une gestation de 14 ans pour un quartier


Urbanisme - Après de multiples variantes et oppositions, un projet immobilier à 266 habitants joue son va-tout à la route de Cossonay.



Les voitures pourraient laisser la place à six immeubles.
Image: Olivier Vogelsang



Par Chloé Banerjee-Din


C’est une mise à l’enquête plutôt discrète qui a eu lieu entre novembre et décembre dernier à Prilly. Sur la route de Cossonay, face au Garage de l’Étoile, on envisage la construction de six immeubles de cinq étages, pouvant accueillir 266 habitants ainsi que des commerces. Baptisé En Broye, le projet n’est pas né de la dernière pluie, puisqu’on en parlait déjà en 2006, avec une densité et des hauteurs de façades similaires. Face aux protestations des riverains, cette première planification était passée à la trappe. Depuis, la fronde n’a jamais faibli, si bien que le projet a connu pas moins de sept avatars en quatorze ans. Avec cette récente mise à l’enquête, il revient pourtant à la case départ.

Christian Baur est de ceux qui ne veulent pas entendre parler de ces immeubles: «Toutes ces années, les voisins étaient convoqués pour présenter de nouvelles variantes, puis on apprenait que les autorités laissaient tomber», sourit-il. Depuis ses fenêtres, il a vue sur le terrain concerné, qui accueille pour l’instant des voitures d’occasion et dont le propriétaire possède aussi le garage d’en face. «On ne nie pas la nécessité de construire quelque chose à cet endroit. Le problème, c’est le gigantisme du projet», estime Alberto Botta, lui aussi propriétaire d’un appartement en surplomb.


Seize oppositions

Christian Baur, en particulier, s’élève contre le changement d’affectation des terrains. La récente mise à l’enquête est en effet double, puisqu’elle concerne non seulement le permis de construire du projet immobilier, mais aussi un nouveau plan de quartier pour remplacer celui en vigueur dans ce secteur. De zone d’activité, il pourrait passer en zone d’habitation. Problème pour Christian Baur: «Si on nous avait dit qu’il y aurait ce changement, nous n’aurions jamais acheté notre appartement en 2004.» La demande de permis de construire a récolté 16 oppositions et le plan de quartier également.

Pourquoi cette mise à l’enquête simultanée? La question taraude les opposants. Le syndic, Alain Gillièron, s’explique: «Quand on propose un plan de quartier sans l’accompagner d’un projet élaboré, les gens ne peuvent pas se représenter ce qu’il y aura. On est ainsi plus transparent.» En 2017, la Municipalité avait adopté une stratégie différente en mettant à l’enquête uniquement un projet de nouveau plan de quartier. La démarche s’était soldée par 34 oppositions et le retrait du projet par la Municipalité.

Depuis cette dernière tentative, c’est essentiellement la forme architecturale qui a changé. Il était en effet question de bâtir deux bâtiments, au lieu de six, dont un particulièrement imposant. «La barre qui était proposée était excessive, concède Alain Gillièron. Nous avons essayé de trouver quelque chose de moins péjorant.» Pour les opposants, cette concession n’est toutefois pas suffisante, car aussi bien la densité du quartier que la hauteur des bâtiments n’ont pas évolué.


Cinq étages ou rien

«Un niveau en moins, et on serait d’accord!» lance Christian Baur, qui a fait opposition avec son épouse. Cette voie du milieu semble toutefois fermée. «Ce n’est pas la Commune qui tient absolument à construire des immeubles de cinq étages à cet endroit. C’est le Canton qui l’impose», répond en effet le syndic. Le Service du développement territorial de l’État de Vaud (SDT) a d’ailleurs déjà revu ses exigences à la baisse (voir encadré). «Cela fait cinq ans que je suis en tractations pour obtenir de réduire encore la densité. J’ai essayé et pas pu!» défend Alain Gillièron.

Le plan de quartier doit être soumis au Conseil communal début mai. À en croire Alain Gillièron, il jouera alors son va-tout: «On a tout imaginé, y compris une tour ou au contraire l’option de répartir les constructions sur la surface du parc. Quand on finit de mettre sur la table toutes les contraintes, des riverains et du Canton, il ne reste plus que ce que nous sommes en train de présenter. C’est soit ça, soit rien.»


Créé: 09.03.2020, 17h29

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/prilly-gestation-14-ans-quartier/story/29152746


Ce n'est pas un étage de moins qui va calmer ces NIMBY. Des R+4, ce n'est vraiment pas haut. Si le moindre développement urbanistique insupporte cette poignée d'opposants, alors il ne fallait pas venir habiter en ville. Surtout que Prilly est l'une des villes les plus denses du canton. Ça ne date pas d'hier. Les communes et le Canton devraient avoir plus de pouvoir pour faire taire ces abuseurs de démocratie.
 

·
Registered
Joined
·
1,405 Posts
18.03.2020 PREMIUM


Etoy: l’ancienne halle de la CET attend sa résurrection



La halle n'est pas encore à retrouver tout son lustre comme imaginé sur cette image de synthèse.
Kephas Architecture & T. Brütsch Architecte


Par jol



Les travaux de transformation de l’ancienne halle industrielle de la Compagnie d’expédition et transport (CET) n’ont toujours pas débuté. La société immobilière attend de conclure des contrats avec de futurs locataires.


L’ancienne halle industrielle de la Compagnie d’expédition et transport (CET), à Littoral Parc, à l’abandon depuis 2008, conserve ses airs de géant endormi. Et pourtant, la société immobilière PI Infac qui mène le projet évoquait un démarrage de travaux de transformation à l’été 2019. «Certains contrats avec de potentiels locataires n’ont pas pu être confirmés, explique Renaud Vincendon, directeur de m3 Développement & Investissement, qui agit en qualité de maître d’ouvrage. Nous travaillons désormais sur une solution mixte qui intégrerait des activités de loisirs à celles déjà prévues dans le domaine tertiaire et artisanal. Nous sommes en contact avec d’éventuels locataires, mais il faut bien avouer que la crise liée au coronavirus aura un impact dont nous ne connaissons pas l’ampleur.»

Les promoteurs souhaitent conserver le cachet industriel de l’immense halle, tout en lui offrant une rénovation comme à neuf. Les 17 000 m2 seront destinés à accueillir des locaux pour de l’artisanat, de l’industrie légère, des bureaux et des activités de loisirs. Pour expliquer le retard pris par le projet, le directeur évoque à la fois la question de l’offre et de l’accessibilité en transports publics, à perfectionner, et une zone où les surfaces disponibles sont déjà bien présentes.






L’hôtel en bonne voie

«L’intention des investisseurs est de faire les efforts nécessaires afin de trouver les bons partenaires, en particulier à travers une approche agressive sur les loyers, de 20 à 30% inférieurs à ce qui se pratique aux alentours», explique Renaud Vincendon. Une fois les premiers locataires trouvés, la rénovation de la halle pourra démarrer.

«Nous restons dynamiques et positifs, poursuit le directeur. La bonne nouvelle, c’est qu’à proximité de la halle, la réalisation de l’hôtel va bon train!». La société immobilière pilote également le projet de réalisation de 212 chambres au sein d’une résidence hôtelière innovante et connectée. Elle sera gérée par la chaîne Yotel qui verra là sa première implantation en Suisse.

L’hôtel devrait ouvrir ses portes cet automne. Il sera destiné en priorité à une clientèle composée de professionnels effectuant des séjours de moyenne et longue durée, de quelques jours à plusieurs semaines. On trouvera ainsi à Etoy de nombreux espaces partagés et des salles de conférences. L’hôtel sera doté en outre d’un bar-restaurant, d’un spa et d’un fitness. Une centaine de places de parc compléteront l’offre. Yotel est une chaîne de standing dont les prix se veulent abordables.



L'hôtel par contre devrait ouvrir cet automne.



https://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-nyon/etoy-l-ancienne-halle-de-la-cet-attend-sa-resurrection-921113?image=3
 

·
Registered
Joined
·
1,405 Posts
09.04.2020

Quatorze millions pour la piscine de Malley et le stade de la Tuilière



L'intérieur du stade de la Tuilière donnera "une belle image de Lausanne" promet la Municipalité.


Le gouvernement vaudois soumet au Grand Conseil deux crédits d’investissement pour des installations sportives à Lausanne. Le premier, de 9 millions de francs, doit être dédié à la construction d’une nouvelle piscine à Malley. Le second, de 5 millions, servira au nouveau stade de football de la Tuilière.


La piscine couverte de Malley comprendra un bassin de 50 m, un bassin de 25 m, une pataugeoire ainsi qu’une fosse de plongeon, rappelle jeudi l’Etat de Vaud. Elle devrait ouvrir en janvier 2021, à quelques encablures de la nouvelle patinoire de la Vaudoise aréna.

La subvention cantonale se monte à 10% des coûts d’investissement effectifs, mais au maximum à 9 millions de francs, précise le Conseil d’Etat. Le budget total du centre aquatique est de 96 millions.

Concernant le stade de football de la Tuilière, le Conseil d’Etat propose au Grand Conseil d’accorder une aide à fonds perdus de 5 millions de francs. Le coût total du futur domicile du Lausanne-Sport est estimé à 76,6 millions.

Pour mémoire, le stade de la Tuilière va remplacer celui de la Pontaise, devenu trop vétuste. Il devrait être opérationnel cet été.

ATS


 

·
Registered
Joined
·
1,405 Posts
07.05.2020

Le Capitole de Lausanne à l’aube de faire revivre son riche passé


La transformation et la rénovation du cinéma Capitole, à Lausanne, entrera cette année encore dans sa phase de réalisation. La Ville et la Cinémathèque entendent transformer ces lieux prestigieux en vitrine publique du septième art, au cœur de la cité.






Témoin d’un passé prestigieux, le cinéma Capitole de Lausanne a vu défiler les plus grands noms au cours de son histoire presque séculaire. C’est de plus une vraie perle architecturale, dans un état remarquable pour son âge. Mais cet héritage mérite un assainissement, de façon à entretenir la flamme du septième art.


Riche valeur historique

Le projet de rénovation et d’extension de cette salle mythique est désormais à l’enquête publique. Son propriétaire, la Ville de Lausanne, et son gérant, la Cinémathèque suisse, veulent transformer les locaux tout en sauvegardant au maximum leur riche valeur historique. Il s’agit d’offrir à la Cinémathèque suisse, qui a inauguré l’an dernier ses nouveaux bâtiments à Penthaz (VD), un point de rencontres, de projections et d’animations.


Entre cinéma muet et avant-première

La grande salle de cinéma, d’une capacité de 754 places, pourra ainsi abriter à la fois des projections de films muets avec accompagnement en live par un orchestre, ou la présentation de films en avant-première. Les anciennes loges pourront être réaménagées de façon à offrir à leurs futurs occupants un accès direct à la scène. Les revêtements de la salle, datant des années 1950, seront complètement rénovés dans l’esprit du lieu. Il en ira de même pour les installations techniques. Les fauteuils seront remplacés et les couloirs de passage décalés sur les côtés. Le gradin du balcon recevra enfin une meilleure visibilité et un meilleur accès.


Nouvel espace de projection

Les grands travaux de la salle principale ne sauraient éclipser l’intention de faire aménager un nouvel espace de projection au sous-sol. Dotée de 140 places, cette petite salle sera à la fois accessible depuis le foyer principal et de l’extérieur. Elle permettra de diversifier la programmation des projections privées, professionnelles et scolaires. De même, elle offrira un accès indépendant de la salle principale, pour permettre la tenue simultanée de deux manifestations différentes.


Boutique et coins-lecture

Le premier étage du cinéma sera également transformé pour abriter un nouvel espace public, comprenant boutique et médiathèque. Les trésors de la Cinémathèque suisse pourront ainsi y être présentés. Le complexe sera également équipé de bars et de coins-lecture. La Cinémathèque proposera un nouvel écrin au cœur de la ville, sur une surface totale de 2500 m². Les travaux pourront si tout va bien commencer cette année encore.



 
1781 - 1786 of 1786 Posts
Top