SkyscraperCity Forum banner

HAROPA - Ports de Paris Seine Normandie

30453 Views 213 Replies 11 Participants Last post by  Mica76
Ports du Havre, Rouen et Paris











Site : http://www.haropaports.com
1 - 20 of 35 Posts
Source : http://www.laprovence.com/actu/en-d...m_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap
Une nouvelle navette ferroviaire pour relier Fos au Havre


La zone industrialo-portuaire de Fos-lavéra est l'une des plateformes stratégiques de France et d'Europe.
PHOTO SERGE GUÉROULT

C'est un projet attendu par les professionnels de la logistique et du transport depuis de longues années : le port de Marseille Fos, HAROPA - port du Havre, en association avec l’opérateur français de transport combiné Naviland Cargo, lancent dès la mi-mars 2018 une nouvelle navette ferroviaire qui reliera, trois fois par semaine, chacun des deux ports français au terminal de Chavornay, situé près de Lausanne en Suisse romande.
Source : http://www.paris-normandie.fr/breve...-de-6-en-2017-GB11893027#.WlPVmDjNvAo.twitter
Haropa : progression du trafic maritime de 6 % en 2017


Haropa a enregistré une progression du trafic conteneurs de 15 %, ici au Havre, sur les terminaux de Port 2000

LE HAVRE (Normandie) - Avec une progression du trafic maritime total de 6 % et une progression conteneurs de 15 % Haropa, la réunion des ports du Havre, Rouen et Paris affiche le meilleur résultat des ports du range nord européen sur l’année 2017 a annoncé Haropa au cours d’une conférence de presse ce lundi 8 janvier à Paris. Pour la première fois de son histoire, Haropa a traité trois millions de conteneurs EVP sur une année à l’import et à l’export. Haropa enregistre 92.64 millions de tonnes de marchandise sur 2017 sur une année à l’import et à l’export. Haropa enregistre 92,64 millions de tonnes de marchandise sur 2017.

Plus d’informations à venir.
  • Like
Reactions: Tyu61
Ca serait super que l'on ait à nouveau des traversés LH <> NY, non pas pour faire des croisières (même s'il y aura une partir pour, puisqu'il faut bien passer le temps), mais réellement pour faire la traversé la plus rapide pour rejoindre les 2 villes.

Avec l'augmentation de la population en Europe, la peur de certains de prendre l'avion, et l'envie d'autres de juste faire cette traversé, je pense qu'il y aurait une petite clientèle.
Ouais, enfin si le but n'est pas la traversée, mais juste d'éviter, pour une partie des passagers, l'avion, pas besoin de rester 6 jours en mer.

Le temps c'est de l'argent ;)
C'est des traversées croisière dont tu parles, pas moi.

Le QM2 n'a pas vocation à faire des traversées transatlantique en tant que moyen de transport.
On n'a certainement plus non plus les mêmes technologies de l'époque (en tout cas j'ose l'espérer). Et quand bien même, j'espère qu'on trouvera des moyens plus économiques, en règle général, et plus écologiques pour le transport maritime.
Je rappel que 6 jours c'est très rapide. C'est la vitesse de pointe du Titanic (vitesse tranquille pour le QM2)

Evidemment, le France, le Normandie ou le United States allaient beaucoup plus vite, mais c'étaient des gouffres à carburant. Nous ne vivons plus à la même époque.
^^ On est en 2018, à l'heure où il faut toujours aller plus vite.

Si une traversée transatlantique veut être compétitive, ce n'est certainement pas avec 6 jours de traversée, ce qui est extrêmement long lorsque le but est juste de relier une ville à une autre, et extrêmement long tout court quand tu veux passer rien qu'une semaine à NY.
^^ C'est ce que je dis depuis tout à l'heure.

Toi tu parles seulement de croisière, et moi de transport (qui deviendra peut être un jour rentable), voire même coupler les 2.
Source : http://www.lemarin.fr/secteurs-acti...e-fos-remontent-dans-le-top-portuaire-mondial
Le Havre et Marseille-Fos remontent dans le top portuaire mondial


Marseille-Fos gagne deux places dans le top mondial des ports.

Le Havre et Marseille-Fos remontent dans le top portuaire mondial

Alphaliner publie son classement des 110 premiers ports conteneurisés mondiaux. Le Havre gagne six places et Fos deux.
Ces dernières années, les bonnes nouvelles ont manqué aux ports français. Mais 2017 est une bonne année. Le Havre, en progrès de 14,1 % à 2,88 millions d’EVP, passe de la 62e à la 56e place mondiale. Marseille-Fos, en hausse de 8,8 % à 1,36 million d’EVP, de la 109e à la 107e.
Shanghai conforte sa place de premier port mondial, passant pour la première fois la barre des 40 millions d’EVP (à 40,23 millions, +8,3 %), distançant Singapour. Le top 10 mondial reste inchangé, avec un seul port non asiatique Los Angeles - Long Beach.
Les 110 premiers ports mondiaux représentent 600 millions de conteneurs EVP, en hausse de 6,1 % selon les chiffres d’Alphaliner. Seulement 12 ports sur 110 sont en baisse en 2017. Le port calabrais de Gioia Tauro affiche la plus forte baisse (-12,4 %) devant Dammam, Port Kelang et Algésiras, qui perd six places. La plus forte croissance s’affiche à Cristobal (64 %), au Panamá, devant Zhuhai et Barcelone, qui gagne 18 places en un an.
Dans le top 110, la Chine compte 20 ports devant les États-Unis (9), le Japon (5) et Taiwan (4).

Thibaud TEILLARD

...
Source : http://www.lemonde.fr/economie/arti...s-pour-accentuer-sa-relance_5278764_3234.html
Le port du Havre cherche des fonds pour accentuer sa relance

Le premier port français à conteneurs prévoit des investissements de 610 millions d’euros, mais n’a pas tout l’argent nécessaire.


Le port du Havre, le 5 avril 2017


Cinq siècles d’existence, et beaucoup d’ambition. Après avoir célébré en 2017 les 500 ans de leur cité bâtie sur ordre de François 1er, les responsables du Havre (Seine-Maritime) sont déterminés à accélérer la relance du port, le premier de France pour le commerce extérieur. Un plan d’investissements massifs a été examiné en ce sens, vendredi 30 mars, par le conseil de surveillance du port. Au programme, des dépenses de 610 millions d’euros : 110 millions pour entretenir et moderniser les installations actuelles, 500 millions pour en créer de nouvelles. Seul problème, Le Havre n’a pas les sommes nécessaires. Il va donc falloir trouver de l’argent ailleurs, et faire des choix.
« Ce grand plan d’investissement est très positif, mais il n’est pas question que le port lance les projets, s’endette, et ne puisse pas rembourser ensuite », explique Luc Lemonnier, le maire du Havre.
« Comme le compte n’y est pas totalement, nous allons devoir établir des priorités : que fait-on ces cinq prochaines années, que reporte-t-on après ? », complète Hervé Martel, le directeur général du port. Dans l’immédiat, les professionnels et les financeurs des différents projets vont être consultés, afin d’aboutir à des décisions fin juin.
Tout part d’une bonne nouvelle : Le Havre va mieux. Après une mauvaise année 2016, marquée par les grèves des dockers contre la loi El Khomry, l’activité est nettement repartie à la hausse en 2017. Le trafic global a progressé d’environ 10 %, et de 14 % pour les seuls conteneurs. Une hausse supérieure à celle de nombreux grands ports à travers le monde.
Le 56e port à conteneurs au monde
Le Havre a ainsi cessé de décrocher au niveau international, éloignant le risque de marginalisation qui se profilait. En un an, la ville normande est même passée du 62e au 56e rang mondial des ports à conteneurs, selon le classement établi en mars par Alphaliner. Un signe...

...
Avec un peu de chance, la ligne Dieppe-Newhaven pourra faire des bénéfices et être enfin viable. Il y a d'ailleurs la place pour faire des aménagements conséquents si la ligne Le Havre-Portsmouth ne suffit pas.

Si la ligne Le Havre - Portsmouth deviendrait plus industrialo-commerciale que touristique, il n'y aurait plus de raison de la laisser aussi proche du centre-ville, alors que la destination des véhicules serait de sortir de la ville.

On va peut être pouvoir enfin récupérer la Citadelle !
Non il n'y a pas de déménagement de prévu, je n'ai pas dis le contraire.

Ce que j'ai dis, c'est que si la majorité du transit par les ferries n'est autre que des camions & cie pour la très grande majorité, il n'y aura plus aucune raison que ce terminal soit en ville, c'est juste de la logique ; il y aura une augmentation significative du trafic et de la pollution en pleine ville, c'est totalement bête.

Personne n'a dit non plus que ça se fera en un coup de baguette magique.

Le port est appelé à évoluer, des quais vont être libéré à terme (notamment avec la possible fermeture de la centrale à charbon) tandis que d'autres vont être réutilisés sur le plus ou moins court/moyen terme (usine d'éoliennes). Donc rien n'est jamais définitif.
Source : https://www.paris-normandie.fr/actu...point-sur-les-projets-en-reflexion-EC15428286
Le port du Havre au cœur de la transition énergétique : le point sur les projets en réflexion

Environnement. Haropa Port du Havre réfléchit actuellement à électrifier certains de ses quais pour lutter contre la pollution atmosphérique engendrée par les navires en escale. Paquebots et porte-conteneurs sont concernés.



HAROPA Port du Havre envisage d'électrifier les quais de la Pointe de Floride

Avec l’arrivée d’une filière éolienne offshore et la fermeture programmée de la centrale à charbon EDF, le port du Havre se métamorphose peu à peu et s’inscrit directement dans un processus de transition énergétique. Autre dossier sur lequel planche Haropa Port du Havre, l’électrification des quais qui permettrait à terme de « brancher » directement les navires à terre, limitant ainsi les émissions de gaz à effet de serre pendant leurs escales. Certains armateurs et certains ports ont déjà sauté le pas en France.

C’est le cas de la compagnie Corsica Linea, qui branchera directement à quai ses ferries dans le port de Marseille dès l’année prochaine. Le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) a également mis en place ce système de branchement électrique dès 2017 pour les navires de la compagnie La Méridionale. Une solution d’autant plus urgente à prendre que la pollution émise par les navires en escale à Marseille serait responsable de 10 à 15 % de la pollution globale de la ville.

Les cheminées des navires émettent trois types de polluants : de l’oxyde de soufre, de l’oxyde d’azote et des particules fines. Mais pour Pascal Galichon, directeur de l’environnement et de la planification à Haropa Port du Havre, la situation marseillaise ne peut pas être comparée à celle du port du Havre. « La problématique de la qualité de l’air en Méditerranée n’est pas comparable à celle de la Manche-Mer du Nord et de la Baltique. Nous sommes en zone de réduction des émissions de soufre, dite zone Seca. Les navires naviguant sur ce périmètre doivent être équipés de scrubbers, un système qui filtre et lave les fumées d’échappement. Autre différence, à Marseille, la durée des escales des navires de la Méridionale est beaucoup plus longue. Au Havre, que ce soit pour les navires de croisières où les ferries, les escales sont plus courtes », nuance-t-il.

Deux solutions techniques envisagées

Sur le fond, Pascal Galichon admet qu’il faut améliorer la qualité de l’air de manière globale. Pour ce faire, l’électrification des quais est l’une des réflexions qu’Haropa Port du Havre mène actuellement. « Encore faut-il savoir comment cette électricité est produite. Si elle provient d’une centrale à charbon comme en Allemagne, ce n’est probablement pas la solution. En France, nous n’avons pas ce problème là », précise Pascal Galichon.

En 2018, au niveau national, une étude pilotée par la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) a précisé les enjeux pour chacun des ports français. « À partir de cette étude, nous avons approfondi les choses pour voir sur quels quais nous pourrions agir et vers quelles solutions techniques nous diriger. Nous avons hiérarchisé les différents quais. »

La pointe de Floride prioritaire

Pour électrifier les quais, deux solutions existent : soit l’alimentation se fait à partir du réseau urbain, soit on met en place sur le navire ou sur le quai des unités de production d’électricité autonomes. « Pour l’alimentation à partir du réseau, un endroit a été identifié comme prioritaire sur le port du Havre, c’est la pointe de Floride, là où se trouvent les paquebots. Les armements eux-mêmes sont demandeurs. Nous menons actuellement des études techniques sur ce sujet. Ça a du sens car la pointe de Floride est à proximité de la ville. »

Pascal Galichon ajoute que ce type d’investissement se chiffre en dizaines de millions d’euros, car il faut alimenter les paquebots avec des puissances très élevées. Haropa Port du Havre prévoit de fournir 10 mégawatts pour ces navires de croisière qui sont de véritables petites villes.

Des projets d’électrification de quais à partir du réseau pourraient également voir le jour sur les terminaux Nord (Atlantique, Amérique). Des solutions d’électrification de quais à partir d’unités de production autonome pourraient être mises en place sur Port 2 000 et sur le terminal roulier. Sur ce dossier, le port est en contact avec des fournisseurs de solutions. Seul frein, ces unités de production sont aujourd’hui limitées en termes de capacité de production. Les plus grosses peuvent fournir 1,5 mégawatt. « Pour le roulier, une ou deux unités suffiraient. Pour certains porte-conteneurs aussi. En revanche, ce ne serait pas suffisant pour les plus gros porte-conteneurs ou les reefers [NDLR : conteneurs frigos] qui sont plus consommateurs, de l’ordre de 6 mégawatts. »

Ces unités de production peuvent fonctionner à partir de GNL (Gaz naturel liquéfié), mais d’autres solutions sont envisagées dans un proche avenir avec de l’hydrogène, voire des batteries.

Et les navires fonctionnant au GNL ?

Dans le domaine maritime, l’arrivée prochaine de navires nouvelle génération fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL) constitue une petite révolution pour le port du Havre. Il s’y est préparé.
« C’est un dossier sur lequel nous travaillons depuis longtemps. Nous sommes prêts du point de vue réglementaire. Il y a un an, une première étude nous a permis de dégrossir le problème, voir quel est le marché et quels schémas logistiques pourraient être mis en place », explique Pascal Galichon. De cette première analyse, il ressort que le schéma logistique retenu dépend étroitement des volumes de soutage. Si le volume se situe en dessous de 500 m3, la meilleure solution est l’avitaillement par camion-citerne. Cela se fait depuis 2016 pour le paquebot Aïdaprima lors de ses escales hebdomadaires au Havre. Si les volumes sont supérieurs à 500 m3, il faut un engin flottant pour avitailler le navire. « Puisque nous n’avons pas de terminal méthanier au Havre, il existe plusieurs solutions. Soit c’est un navire maritime du nord de l’Europe ou de Montoir de Bretagne qui vient avitailler le navire, et c’est ce qui est prévu pour les porte-conteneurs de CMA CGM fonctionnant au GNL, soit c’est un industriel qui investit dans une capacité de production de plusieurs milliers de m3 sur le site du Havre. Sur cette dernière hypothèse, un engin flottant pourrait faire le lien entre le lieu de production et le navire. »

Haropa Port du Havre n’exclut pas d’autres pistes, comme celle consistant à liquéfier du gaz naturel directement sur la zone industrielle du Havre. Côté trafic fluvial, la prise de conscience environnementale commence à porter ses fruits. Au Havre, une borne électrique devrait être mise en place en septembre sur le quai de Marseille pour les unités de croisière fluviale. D’autres bornes sont prévues tout au long de la Seine jusqu’à Paris. Certains armateurs fluviaux ont opté pour le GTL (Gas To Liquid), un carburant plus propre, biodégradable qui permet de réduire les émissions polluantes grâce à une meilleure combustion. Le GTL a été retenu par des compagnies parisiennes naviguant sur la Seine comme Bateaux-Parisiens, Bateaux-Mouches et Batobus.
Source : https://www.paris-normandie.fr/le-h...-etait-denomme-port-jacques-chirac-KH15651649

google map : https://www.google.com/maps/place/L...:0x5bc1867aaf33af12!8m2!3d49.49437!4d0.107929
Et si Port 2000 au Havre était dénommé Port Jacques-Chirac ?

Hommage. Six jours après le décès de l’ancien président de la République le jeudi 26 septembre 2019, les élus du Havre réfléchissent à donner son nom à un lieu emblématique de la ville. Les terminaux de Port 2000 constitueraient la piste la plus originale et la plus légitime.



Le président Chirac en visite au Havre sur le chantier de Port 2000 qu’il avait qualifié « d’intérêt national » et beaucoup soutenu. (Photo Eric Houri)

«Si je me suis engagée précocement en politique au RPR (NDLR : à l’âge de 15 ans, en 1983), c’est précisément parce que je me reconnaissais dans les idées que portaient Jacques Chirac et Antoine Rufenacht, réagit Agnès Firmin-Le Bodo. Pour la chiraquienne que je suis toujours, il m’apparaît tout à fait logique de donner son nom à un lieu emblématique de notre ville, et pour l’élue de la République que je suis, il est légitime que son nom soit associé à des lieux auxquels il a imprimé sa marque par son action et par ses engagements. » Au Havre, ce qui apparaît comme une évidence pour la députée (Agir) de la 7e circonscription de Seine-Maritime, c’est de donner son nom à Port 2000.

« Le père fondateur de Port 2000 »

« Dès qu’il a pris connaissance de ce grand projet lors de sa visite présidentielle officielle au Havre où Antoine Rufenacht venait d’être élu maire, il a été convaincu de l’aspect stratégique de Port 2000. En tant que président, il s’est mobilisé pour que ce grand projet aboutisse. Je vais engager des démarches pour que le nom de Jacques Chirac soit donné à Port 2000 », indique Agnès Firmin-Le Bodo.

« Dénommer un lieu Jacques-Chirac me semble une évidence. Il est venu plusieurs fois dans notre ville. Il est le père fondateur de Port 2000. Nous allons cependant prendre notre temps pour trouver le lieu le plus approprié à ce grand homme », indique Jean-Baptiste Gastinne, maire du Havre et président de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole.

Sollicité par Paris-Normandie, Antoine Rufenacht juge lui aussi qu’« il faut qu’un lieu du Havre porte son nom ». L’ami du président défunt depuis plus de cinquante ans se garde d’ouvrir une piste. « Cette décision appartient au maire du Havre et au conseil municipal », ajoute celui qui fut le directeur de campagne du président Chirac pour l’élection présidentielle de 2002 et qui l’accueillit au Havre pour sa première visite officielle présidentielle en 1995. C’est à cette occasion qu’Antoine Rufenacht avait fait faire une belle présentation du port du Havre par le directeur de l’époque. « Jacques Chirac a lancé de manière très forte le projet Port 2000 en disant que c’était un projet d’intérêt national et qu’il ferait tout pour le soutenir », a réagi l’ancien maire du Havre dans l’entretien qu’il a accordé à Paris-Normandie, le 26 septembre dernier, jour de la disparition de Jacques Chirac.

Si elle adhère pleinement au principe de rendre ainsi hommage au président Chirac, Agnès Canayer entend, comme Jean-Baptiste Gastinne, que soit pris le temps de la réflexion. « Il ne m’apparaît pas bon de réagir sous le coup de l’émotion et de l’emballement médiatique », considère la sénatrice LR de Seine-Maritime. « Jacques Chirac a marqué la Ve République par son côté profondément humain et sa vision des territoires. L’endroit choisi au Havre devra avoir du sens, être à la hauteur de la personnalité de l’ancien président. Ce ne pourra qu’être le fruit d’un débat réfléchi. La décision devra être collective et discutée par l’ensemble de notre conseil municipal », complète la présidente des Républicains de Seine-Maritime.

« Tous les présidents »

« Je pense qu’il est tout à fait légitime que la mémoire de tous les présidents de la Ve République soit honorée dans un lieu de notre ville. Ce qui n’est pas le cas. Aucun lieu au Havre ne porte le nom de François Mitterrand », rappelle Matthieu Brasse. « C’est une demande que nous portons depuis sa disparition en janvier 1996. Il nous est répondu que la politique de François Mitterrand n’avait pas convenu à tous. Soit ! Mais on peut en dire autant de la politique de Jacques Chirac ! Ce que je vais proposer à mes collègues du conseil municipal, c’est que la mémoire de François Mitterrand et de Jacques Chirac, qui furent respectivement présidents de la République durant quatorze et douze ans, soit honorée en même temps », ajoute le conseiller municipal et secrétaire du PS havrais. « Un lieu approprié devra être choisi en ce sens par le conseil municipal en veillant bien à ce qu’aucune rue, avenue, place ou autre ne soit injustement débaptisée. »

Une position que partage l’opposition communiste. « Nous n’avons pas d’a priori sur cette question. Jacques Chirac a été président de la République pendant douze ans et nous partagions certaines de ses prises de position à l’international, en particulier le refus de la guerre en Irak en 2003 », rappelle Jean-Louis Jegaden. « Il n’en reste pas moins qu’il était un homme de droite, avec ses relais politiques locaux, que nous avons combattu. Ceci étant, nous n’avons aucune hostilité à l’égard de l’homme. S’il doit y avoir une place, une rue ou tout autre lieu portant son nom, il m’apparaîtrait inélégant que ce ne soit pas également fait pour François Mitterrand », argumente le président du groupe PCF Le Havre à cœur au conseil municipal.

Il reviendra aux élus havrais d’honorer ou non dans les prochaines semaines la mémoire du quatrième et du cinquième président de la Ve République.
Non il est affaiblit mais il va encore bien.

Mais ouais, c'est une bonne idée !
Pas question que la gouvernance d'HAROPA s'installe à Rouen... Puis c'est quoi encore cette demande que si l'installation n'est pas à Rouen, un Rouennais doit être à sa tête ? C'est terminé la Fabiusie... Je pense même que le mieux pour tout le monde, c'est que jamais AUCUN Rouennais ne doit y être à la tête, sinon, ça sera tout pour Rouen, et rien pour le bien d'HAROPA en tant que tel.

1 - 20 of 35 Posts
Top