SkyscraperCity banner

1 - 20 of 2915 Posts

·
Registered
Joined
·
1,971 Posts
Discussion Starter #1

·
Moderator
Joined
·
28,567 Posts
LE TÉLÉPAIEMENT FAIT SES PREMIERS PAS EN ALGÉRIE
Payez vos factures via le mobile


Plusieurs institutions bancaires préparent des offres pour promouvoir le e-commerce.

Plus de chèques, plus la peine de se déplacer auprès d’un guichet de paiement pour s’acquitter des ses factures. Vive la technologie!
Le télépaiement arrive. Il suffit d’avoir un mobile et d’être connecté via l’Internet pour payer ses factures. C’est la transaction téléinformatique. Pour présenter le produit, Sira Algérie a organisé, hier, la première édition du Salon international du mobile, de l’Internet et du télépaiement (Simit), à l’hôtel «Mercure» d’Alger. Selon Mohamed El Ouahdoudi directeur général de Sira Algérie, «le Simit se veut un lieu de rencontres des professionnels de ces métiers à forte valeur ajoutée afin d’échanger les nouvelles tendances technologiques notamment celle du télépaiement».

La promotion du commerce en ligne grâce à la démocratisation et l’émergence du marché de l’Internet via le mobile, doit être parmi les priorités à intégrer dans le mode de vie des citoyens.

La pléiade des participants à ce salon sont unanimes à dire que l’Algérie recèle un énorme potentiel. Selon une enquête de Sira Algérie sur le télépaiement, plusieurs institutions bancaires nationales préparent des offres axées sur les nouvelles technologies au service du e-commerce et du e-administration. Sira Algérie, organisateur de cet événement, premier du genre, est une agence de communication spécialisée dans l’événementiel professionnel. Elle vise par cette démarche à présenter les perspectives de ce nouveau marché arrivé à maturité dans les pays industriels et qui commence à faire ses premiers pas en Algérie. Mais aussi de lancer un message à l’Association des banques des établissements financiers (Abef) afin de collaborer et de contribuer à cette nouvelle tendance, souligne M.El Ouahdoudi. «L’objectif principal est d’avoir partout des sociétés maghrébines offrant ce genre de prestations et de créer des réseaux de partenariats des acteurs exerçant dans ce domaine de la technologie» a-t-il ajouté. L’intérêt de ce genre de salon est d’apporter une contribution à l’édification de l’économie. «Les nouvelles technologies se rejoignent pour mieux servir l’économie, modifier les habitudes et mettre davantage d’intelligence dans les transactions», a indiqué Mehdi El Akari, ingénieur d’affaire à la société S2M, The payment systems expertise. Il y a lieu de souligner dans ce volet que S2M est considérée comme pionnière de la monétique à l’échelle mondiale accompagnant les opérateurs grâce à l’expertise afin de développer ses produits selon la demande du marché. S2M est présente aux Etats-Unis, au Moyen-Orient, en France et en Afrique.

D’ailleurs, actuellement elle travaille avec 18 pays africains. A présent, son but est d’investir en Algérie. Aziz Daddane, président de managérial direction de S2M, nous révèle: «Nous avons la ferme volonté de continuer à contribuer à l’essor du mode de télépaiement en Afrique. Nous estimons aussi que les prémices d’intégration de cette nouvelle solution monétique devraient prendre son envol en Algérie très prochainement.»
Chahinez BENZAGHOU - L'expressionDZ
 

·
Moderator
Joined
·
28,567 Posts


Mission :

The Algerian Startup Initiative (ASI) is a platform that promotes the creation of technology startups between Algeria and the USA, Innovation and entrepreneurship.

Through its mentoring and networking capabilities ASI's hopes to bridge entrepreneurs abroad with Algerian entrepreneurs for sharing their experience with business plan generation, patenting, fund raising, HR management, marketing and partnership.

ASI aims to help existing Algerian companies go to the next level with possibility of opening an office in the Silicon Valley.

ASI is connected with a large network of partners in the Silicon Valley,entrepreneurs and VCs.

Provide educational conferences for explaining the key steps for starting and managing with success a technology startup.

Organize a yearly national business plan competition with award to fund and provide mentorship to the best ideas.

Promote Algeria's advantages for technology investment and outsourcing.

http://www.algerianstartupinitiative.com/
 

·
Moderator
Joined
·
28,567 Posts
Une initiative des Algériens d’Amérique : une Silicon Valley pour l’Algérie

Algerian Start-up Initiative (ASI) est un projet ambitieux qui vient d’être lancé à Alger par un groupe de chefs d’entreprises et d’experts algériens vivant aux Etats Unis. Parmi eux, certains travaillent à la célèbre Silicon Valley, le pôle des industries technologiques situé à San Francisco. But : développer des initiatives d'investissement dans le secteur des technologies de l'information et de la communication.

Le Conseil d'affaires algéro-américain (USABC) a apporté son soutien à ce projet. Il en est de même pour l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT). « Nous avons pensé à mettre en place une compétition de business plans en Algérie en tenant compte des réalités économiques du pays. Nous avons travaillé avec plusieurs chefs d’entreprises activant à la Silicon Valley et avec le ministère algérien des Télécom. Nous avions lancé l’initiative en juin 2009 mais nous n’avons pas pu continuer faute de ressources », a expliqué Brahim Embouazza, un des initiateurs du projet.

Une conférence a été organisée, lundi 19 octobre à Alger, pour expliquer aux jeunes prometteurs de start-up les procédures à suivre pour réussir leurs business plans et convaincre les banques et les fonds d’investissements. “Il s’agit de faire d’une idée une entreprise à succès. En Algérie, les jeunes ont beaucoup d’idées mains n’ont pas les moyens de les faire émerger”, a ajouté Brahim Embouazza.

Selon Smail Chikhoun, président de l’USABC, les Algériens de la Silicon Valley, fort connus actuellement, ont commencé avec de simples idées. “Aujourd’hui, ils traitent avec de grandes entreprises telles que Intel, Cisco, etc”, a-t-il souligné.

Le géant Microsoft a apporté également son appui à l’ASI. “Le potentiel du marché algérien est important. Il y a beaucoup de diplômés, beaucoup d’idées d’entreprises. Nous voulons faciliter les premières étapes à ces entreprises de telle sorte qu’elles aient toutes les chances de leur côté pour réussir leurs projets. Microsoft va les aider sur le plan financier et technologique. C’est de cette manière qu’on construit une économique local du logiciel”, a indiqué Samir Saïd, directeur général de Microsoft Algérie.

Sid ahmed Karkouche, directeur général de l’ANPT, a annoncé la construction “d’un immeuble incubateur” qui devrait être opérationnel en 2010 au cyberparc de Sidi Abdallah dans la périphérie d’Alger. “C’est un immeuble qui va accueillir une vingtaine de porteurs de projets et une vingtaine de start-up”, a-t-il précisé.

http://www.tsa-algerie.com/economie...es-algeriens-d-amerique-une-silicon_8096.html

:cheers:
 

·
Registered
Joined
·
182 Posts
Cela serait pas mal en algerie :banana:, mais sans pollution, puisque la sillicon valley est un des endroit ou la pollution est elevée dus au fait que les composants a fabriquer produisent une fort impact sur l'environnement.:eek:hno:
 

·
Moderator
Joined
·
28,567 Posts
La diaspora algérienne s’investi

La diaspora algérienne vient de ‘parler’ et propose de lancer un font d’investissement du style capital risque d’une valeur de 150 millions de dollars pour permettre l’émergence de startup algérienne.

The Algerian Startup Initiative(ASI) sont le site internet a été conçu et réalisé par une stratup algérienne qui a ses bureau à Sidi Abdellah est un projet de coopération technologique entre l’Algérie et les Etats-Unis dans le but de promouvoir l’innovation et l’esprit d’entreprise. Six chef d’entreprise de haut niveaux de la sillicon Valley à savoir Ghazi Benothman, VC Minah Venture, Belgacemn Haba : CTO Tessera, Zino Chair, Co-Founder Cortina Systems, Kamel Ounadjela, Co-Founder Calisolar, Krimo Salem, Co-Founder IfAndThen, Yacine Rahmoun, Operation and Technology Manager IKON se sont déplacé à Alger et ont expliqué qu’il désirait mettre en place un fond d’investissement en capital risque, « comme ceux qui existent aux Etats-Unis » nous dit Ghazi Benothmane. Au-delà de la question quantitative, c’est bien la qualité de cet apport qui a fait l’objet d’interventions durant cette réunion qui a été, de l’avis de tous, passionnante. Une première rencontre a eu lieu dans le Cyberpark de Sidi Abdellah et qui a permis de faire rencontrer les idées et leurs matérialisations sur le terrain. « le projet ASI espère créer un pont entre des entrepreneurs situés à l’étranger et leurs homologues algériens afin qu’ils puissent partager leur expérience dans le domaine de la réalisation de business plans, de dépôt de brevets, de collecte de fonds, de gestion des ressources humaines, de marketing et enfin de partenariat » nous dit Yacine Rahmoun en ajoutant que « cela fait plus de 6 mois que nous sommes entrain de travailler pour ces deux jours à Alger ». Très incisive et pragmatique, Zino Chair nous dit que « nous allons levé un fond de 150 millions de dollars mais que nous voudrions que des entreprises ou des citoyens algériens y mettent eux aussi des moyens financiers pour arrivé à créer un véritable venture capital qui va entraîner la création d’une multitude d’entreprise et donc des emplois » Le soir en présence de Hamid Bensallah, Ministre des PTIC et de Reda Hamiani ainsi qu’un grand nombre de chef d’entreprise, les membre de l’initiative mettent en place une présentation de leur idée en disant très simplement que « les tic sont un levier de la croissance ».

Dans son allocution Hamid Bessalah, ministre des Ptic parle de « rassembler » les compétences mais aussi les bailleurs de fond, les chercheurs et les entreprises. IL trace succinctement devant l’assistance le projet eAlgerie2013, en focalisant sur la eAdminstration, la eEcole et le eCommerce en disant que « les distances nous rassemblent » et il conclu par « nous voulons aller vers l’économie numérique. Pour Reda Hamiani, son son allocution, mettra en exergue le fait que l’économie a changé en disant « que d’autre pays lowcost sont entrés dans le marché » ce qui a déstabilisé totalement les manufacturiers algérien. Pour Samir Mohamed, Dg de Microsoft Algérie, « cette initiative est très intéressante car elle permet un développement d’une économie locale du logiciel » et pour il ajoute que « Microsoft Algerie mettra à la disposition des startup choisi par l’ASI pratiquement une dotation de 150.000 dollars en logiciels et formation ». Kamel Ounadjela, CEO de Calisolar, décortique devant l’assistance les expériences chinoises et indiennes en mettant en avant trois points : la différentiation, le marché et le potentiel humain. Il met en avant le fait que « un gisement d’idée est plus important d’un gisement de pétrole » et conclu que « le train a démarré et l’Algérie doit prendre ce train ». Pour Krimo Salem, fondateur de Webex qui a été vendu à Cisco, est revenu sur la création de la Silicon Valley et conclu que « l’Algérie, avec tout ses atouts, peut enfanter une silicon valley » et il ajoute « n’attendons pas, il faut y aller ». Belgacem Haba, très humble, mais possesseur de plus de 250 brevets dans l’électronique nous dit que « nous voudrions que l’Algérie soit un pays de startup mais pour cela il faut qu’il y ait un écosystème et c’est ce que l’on veut créer » et il ajoute que « nous n’avons pas d’autre choix que de développer rapidement des entreprise bien formées ». Les algériens de l’étranger apportent indéniablement une plus-value à notre pays en termes d’image, de renommée, de connaissances et de réseau global de relations. Les apports économiques des membres de cette « deuxième Algérie » ne sont pas immédiats, si bien qu’ils sont souvent peu, voire mal compris, comme des diamants bruts : une richesse méconnue et inexploitée par nos autorités et nos dirigeants économiques. Les interventions ont été particulièrement riches, intéressantes par leur contenu et par les réflexions qu’elles ont suscitées.

http://www.itmag-dz.com/spip.php?article1229
 

·
Registered
Joined
·
225 Posts
Un Fonds national d’investissement technologique​

C’est ce qui a été souligné, hier, avec force par des experts lors de la première conférence sur la création de start-up. Ce fonds aura pour missions de faciliter la concrétisation des idées et projets des jeunes Algériens liés à la création d'entreprises technologiques, leur mise en place, ainsi que leur gestion et management, ont-ils précisé. Dans ce cadre, le directeur général des TIC au ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Belmahrez, a mis en exergue le projet algérien Start-up Initiative (ASI), lancé lundi dernier, et qui vise à aider les entreprises algériennes à franchir les différentes étapes de leur développement.

Dans le cadre du projet ASI, des spécialistes venus de Silicon Valley (USA), feront profiter les jeunes Algériens de leur expérience dans la réalisation de business plans, de dépôt de brevets, de collecte de fonds, de gestion des ressources humaines, de marketing et de partenariat. L'expert algérien à Silicon Valley, M. Yacine Rahmoun, a souligné «la nécessité de promouvoir l'innovation et d'investir dans le cerveau algérien», précisant que «l'Algérie possède des compétences qu'il faut impérativement prendre en charge en vue d'un développement rapide». «A travers notre expérience en Californie, nous pouvons vous assurer qu'à travers une petite idée, nous pouvons mettre en place une entreprise technologique et concurrencer de grandes marques dans le domaine», a-t-il soutenu.

Pour sa part, M. Abdelkrim Salem, spécialiste en technologie verte, a passé en revue la situation des start-up à Silicon Valley, indiquant que «20% des logiciels informatiques du monde sont fabriqués en Californie, et 52,4% des entreprises dans cette région ont été fondées par des immigrants, et 55% des ingénieurs sont des talents nés à l'étranger», estimant «qu'avec les compétences dont dispose l'Algérie, on peut créer notre propre Silicon Valley». Cette rencontre donnera aussi le coup d'envoi d'une «compétition inédite» pour des milliers de jeunes férus de NTIC et dont les idées n'ont pas trouvé d'échos leur permettant de se réaliser. Les trois premiers lauréats se verront remettre à l'occasion un chèque conséquent pour leur démarrage et bénéficieront de la mise à disposition d'un bureau au niveau de l'incubateur du cyberparc de Sidi Abdallah, un accompagnement personnalisé et la possibilité de visiter la Silicon Valley pour y rencontrer des représentants des entreprises leaders dans le monde des NTIC.

La Nouvelle République
H. B. 26-10-2009
 

·
Moderator
Joined
·
28,567 Posts
ALGERIA: ICT innovation start-up initiative

Algeria has launched a start-up initiative called ASI to help university graduates and hi-tech entrepreneurs transfer ideas into innovative information and communications technology-based enterprises in the hope of establishing a Silicon Valley-style innovation zone and a "Google - made in Algeria".

ASI is part of the 'e-Algeria 2013' strategy that aims to connect Algeria to the information society and knowledge-based economy. The plan was announced at the First Conference on the Creation of Start-ups held last week and organised by the National Agency for the Promotion and Development of Technology, the US-Algeria Business Council and Algerian business leaders based in California.

ASI is intended to speed up the use of ICT in enterprises, develop mechanisms and incentive measures enabling access to equipment and ICT networks, and to develop skilled human resources.

Participants at the conference emphasised the need to create a national technology investment fund to finance new enterprises specialising in ICTs and to enable Algerian university graduates and entrepreneurs turn ideas and projects into viable and well-managed ICT enterprises.

To build bridges between Algerians and skilled expats living abroad, a national competition for start-up projects will be organised in Algiers next January, in cooperation with Algerian researchers and experts working in the Silicon Valley.

Three prize-winners will receive full funding for their enterprises and will be provided with a personal adviser and an 'intelligence office' in the Sidi Abdallah 'cyber-park'. They will also have the chance to visit Silicon Valley and meet representatives working at the cutting edge of ICT.

http://www.universityworldnews.com/article.php?story=20091029175141882
 

·
C.T
Joined
·
5,818 Posts
Un groupe de six “cerveaux” algériens résidant aux États-Unis veulent aider au développement technologique de l’Algérie et contribuer à la création d’emplois et de richesses dans le pays.

Une délégation de six chefs d’entreprise ou managers algériens de grandes boîtes américaines implantées à la Silicon Valley, le berceau mondial des start-up high-tech, a séjourné à Alger du 24 au 27 octobre, a confié Yacine Rahmoun, le chef du groupe.
Ces génies, qui ont créé leur propre société start-up ou dirigé de grandes firmes américaines en Californie, sont spécialisés dans l’énergie solaire, les télécommunications et Internet, l’investissement technologique, la numérisation des données. “Un membre de la délégation s’est illustré notamment en déposant 230 brevets d’invention aux États-Unis. Objet de leur visite : lancer une initiative en faveur de la création de start-up en Algérie, ces petites entreprises qui démarrent, à partir d’une idée ou une innovation technologique et qui peuvent grossir jusqu'à générer de nombreux emplois et d’importants revenus annuellement”, a ajouté la même source.

250 brevets d’invention déposés aux États-Unis
À cette fin, la délégation a rencontré les ministres de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, de la Solidarité nationale et de la Communauté algérienne à l’étranger, respectivement MM. Bessalah et Ould-Abbès, la direction du Forum des chefs d’entreprise (patronat privé), le premier responsable de l’Ansej.
Elle a tenu une séance de travail avec l’équipe de la direction du cyberparc de Sidi-Abdallah. Chefs d’entreprise locaux et des représentants de la multinationale Microsoft et de la première start-up algérienne implantée à Sidi-Abdallah Red Fabrik, ont assisté à cette réunion.
Cette dernière fait de l’outsourcing, c’est-à-dire la conception de logiciel pour le compte de boîtes françaises.
La délégation a également enseigné le 27 octobre à des porteurs de projets technologiques : comment rédiger un business plan, l’outil qui permet d’exécuter l’idée, en un mot un plan de développement susceptible d’intéresser les investisseurs qui vont financer le démarrage de l’entreprise. Elle s’est réunie le soir avec des représentants de la Chambre algéro-américaine de commerce.
Au terme de sa visite, elle a reçu les encouragements des pouvoirs publics. Ces derniers se sont engagés à apporter leur soutien à cette initiative.
En quoi consiste-t-elle ?
Elle vise trois objectifs à court terme :
1- apprendre aux jeunes porteurs de projets algériens comment rédiger un business plan. Le travail a été entamé avec le cours dispensé mentionné plus haut ;
2- lancer la compétition des meilleurs start-up. Cette course au meilleur projet sera lancé dans les prochains jours et clôturé en janvier prochain. Pas de limite d’âge n’est fixé aux candidats ;
3- en mars 2010, seront récompensés les trois meilleurs starts-up, en un mot celles qui ont rédigé les meilleurs business plans. Un jury, qui siégera à la Silicon Valley, départagera les candidats. Les trois meilleurs start-up bénéficieront de locaux gratuitement à Sidi-Abdallah.
Plus précisément, ces jeunes entreprises travailleront dans des bureaux intelligents, c’est-à-dire dotés de matériels informatiques et de moyens de communication modernes.
Chaque start-up recevra un chèque, permettant de faire démarrer l’entreprise et 150 000 dollars de logiciels offerts par Microsoft. Elle bénéficiera du parrainage de ce groupe de génies de la Silicon Valley qui œuvreront à lui assurer les meilleures conditions de succès. À long terme, l’ambition des auteurs de l’initiative est la création d’une start-up par jour en Algérie.
Tout a commencé lorsque ces membres de la délégation se sont réunis autour d’une table à San Fransico, pour voir comme aider l’Algérie à se développer technologiquement.
L’idée leur est venue alors de lancer cette initiative qui a bénéficié de l’appui de l’ambassade de l’Algérie aux États-Unis.
Les choses se sont accélérées depuis. La Chambre algéro-américaine de commerce sollicitée a organisé le voyage. L’initiative est sur le point d’être lancée.
“À long terme l’Algérie pourrait convevoir son propre google” avance Yacine Rahmoun sur un ton optimiste. Espérons seulement que l’initiative fera tâche d’huile.

Liberté
 

·
C.T
Joined
·
5,818 Posts
L'Algérie comptait 30 millions d'abonnés à la téléphonie mobile au 31 décembre 2009, en hausse de 12,64% par rapport à 2008, a indiqué dimanche le ministère de la Poste et des technologies de l'information et de la communication (MPTIC).
L'Algérie, dont la population avoisine 35 millions d'habitants, compte trois opérateurs de téléphonie mobile: Mobilis (public, filiale de l'opérateur historique Algérie Télécom), Nedjma (filiale de Qatar Télécom) et Djezzy (filiale du groupe égyptien Orascom).

Ces trois opérateurs comptaient 30 millions d'abonnés en 2009, soit une densité de 91,62%, ont précisé des responsables du ministère à l'agence algérienne APS. Le nombre d'abonnés au téléphone fixe était de 3,76 millions en 2009, selon la même source.
Source : TSA

:cheers::cheers:
 

·
C.T
Joined
·
5,818 Posts
non !! ça méritait un thread à part :D
 
1 - 20 of 2915 Posts
Top