Skyscraper City Forum banner
1 - 11 of 11 Posts

·
Rugged Individualist
Joined
·
3,017 Posts
Discussion Starter · #1 ·
C'était ce soir. Je n'y étais pas mais j'espère que Scalpel aura fait quelques clichés. Sinon, je tâcherai de m'y rendre ce week-end.

En attendant, un petit article du Monde:

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html

Elle est le symbole de la ville. C'est là que tout le monde se retrouve dans les grands moments, quand il s'agit de communier dans l'émotion, la joie ou la colère. En dépit de la fragilité de ses ornements, la place Stanislas avait résisté à la Révolution, traversé le XIXe siècle, connu les manifestations de 1968, la colère des agriculteurs ou celle des sidérurgistes qui venaient dérouler du fil de fer autour de Stanislas et menaçaient d'arracher les grilles d'or de Jean Lamour.

Le 250e anniversaire de cette place inscrite au patrimoine mondial de l'humanité sera célébré jusqu'à l'automne.

Après un peu moins d'un an de travaux, la place, avec ses ors baroques et sa statuaire délicate, est enfin rendue aux Nancéiens, qui ont passé des mois à observer les ouvriers s'activant sur le chantier. Elle est plus grande, plus blanche, plus belle. Plus élégante en somme. Nul doute qu'Emmanuel Heré, l'architecte qui a conçu entre 1751 et 1755 cette place royale qui conjugue une modernité épurée avec une fidélité à l'esthétique d'origine, ne l'aurait pas désavouée.

Ni fleurs ni poubelles, aucun mobilier urbain, rien que cette blancheur minérale traversée par deux diagonales plus sombres, et, trônant dans sa majesté retrouvée, Stanislas, ancien roi de Pologne, duc de Lorraine, beau-père de Louis XV.

Depuis son bureau situé au premier étage de l'hôtel de ville, André Rossinot, maire UMP, ne se lasse pas d'admirer la place qui sera inaugurée par le président Jacques Chirac, le 19 mai, à la faveur du sommet tripartite de Weimar. "Je suis le premier surveillant de ce chantier !" , s'amuse le maire, qui a couvé sa place du regard pendant des mois.

Quand il faisait vraiment très mauvais * moins 15 degrés en janvier * il allait remonter le moral des troupes en offrant des cafés brûlants aux compagnons. Pas question de prendre du retard sur le calendrier de Nancy 2005, le siècle des Lumières, une célébration du riche patrimoine du XVIIIe siècle de la ville, la place en étant évidemment le fleuron.

18 000 voitures par jour. La décision de rendre aux piétons la place Stanislas, autrefois parking, et il y a quelques mois encore traversée quotidiennement par 18 000 voitures, était à la fois un geste politique et urbanistique. Il fallait être "gonflé" pour imposer cela aux Nancéiens. L'ensemble a coûté 8,7 millions d'euros dont la moitié a été prise en charge par la Communauté urbaine, le reste par l'Etat, la région, le département. "C'est arrivé dans la continuité d'une démarche de reconquête du centre-ville, de la Ville Vieille de Charles III dont la place est le lien, et après qu'on eut ouvert des boulevards périphériques" , explique le maire.

Ce flux de transit quotidien était devenu insupportable, asphyxiant la ville et occasionnant une pollution importante. Même la pierre des statues ornant les édifices de la place était gangrenée. "La place, cette agora, c'est la première étape d'un ensemble architectural du XVIIIe que les Nancéiens ont intégré aujourd'hui et qui comprend la place de la Carrière et la jolie petite place d'Alliance" , reprend le maire, qui annonce ainsi la poursuite de la requalification du coeur de la ville.

"Ce que l'on a fait à Nancy pourrait être l'équivalent d'une "piétonisation" de la place de la Concorde à Paris... A laquelle il faudra bien venir" , glisse-t-il encore.

Le premier acte vers la piétonisation, ce fut en mai 2003 le classement du sol, afin qu'on ait là encore une continuité de traitement entre les bâtiments (Opéra, Musée, mairie...) et la place. La piétionisation n'allait pas sans une restauration totale du pavement. "La place devenant monument historique classé, nous nous assurions du même coup la collaboration de l'architecte en chef des Monuments historiques comme maître d'oeuvre. Pierre Yves Caillault a su retrouver la cohérence du projet d'architecte d'origine sans pour autant sombrer dans la nostalgie du passé" , se félicite Denis Grandjean, adjoint au patrimoine, directeur de l'école d'architecture.

Ce dernier se souvient des débats qui ont précédé la décision de refaire la place. Fallait-il lancer un concours d'architecte international, fallait-il rétablir la petite statue de Louis XV, gendre de Stanislas, fondue après la Révolution ?

Il s'agissait de concilier deux impératifs : retrouver l'état d'origine et l'usage contemporain, encore à imaginer, de cet espace urbain. Pour mener à bien le chantier, les hommes de l'art disposaient de deux atouts : un tableau représentant la place à sa création, conservé au château de Pange (Moselle), et d'un Mémoire de travaux de 1755, très précis, exhumé des Archives.

Petites infidélités à l'histoire. On n'a pas reposé de grille autour de la statue, car les Nancéiens aiment à se reposer sur ses marches. Et par égard pour les talons des promeneuses, les pavés sont un peu moins inégaux qu'à l'origine. Enfin, pour la sublimer tout à fait, l'éclairage a été totalement repensé. Plus doux, orienté du bas vers le haut, il met en valeur les ferronneries des balcons, les dorures des grilles, les statues et les fontaines. Parce que la place Stanislas est aussi belle la nuit que le jour.
Monique Raux
 

·
Registered
Joined
·
471 Posts
Après avoir pas mal hésité je n'y suis pas allé. Mes parents ont tenté le coup et n'ont rien pu voir tellement il y avait de monde. Il n'y a pas eu moyen de prendre un seul cliché de la place ou du spectacle. Je ferai peut-être un tour demain...
 

·
Rugged Individualist
Joined
·
3,017 Posts
Discussion Starter · #3 ·
Je m'y suis collé. Le temps était assez pourri malheureusement.
Ne me demandez pas pourquoi ils ont mis ces horribles plots/bancs/barrières :bash:

C'est encore assez bordélique, ce qui ne met pas vraiment en valeur l'architecture de la place (en plus du temps)


Quelques vues:

















La rue des Dominicains


La Place de la Carrière, située de l'autre côté de l'Arc Héré



L'une des entrées du Parc de la Pépinière



Le Palais du Gouverneur

 

·
Registered
Joined
·
471 Posts
Enfin je peux voir à quoi ressemble cette place ! Ca n'a pas l'air mal du tout ! Les balayeurs ont bien fait leur boulot, il n'y as plus de traces du passage des 30000 visiteurs présents lors de la soirée d'inauguration.



Depuis peu le jardin du Palais du gouverneur est ouvert au public, et il est plutôt sympatique (et un peu de soleil change tout !) :

 

·
Registered
Joined
·
471 Posts
La webcam continue de fonctionner :

 

·
Rugged Individualist
Joined
·
3,017 Posts
Discussion Starter · #6 ·
Je vois que les terrasses en profitent. Il y en a une en face de l'entrée du musée ou quoi?
 

·
Registered
Joined
·
471 Posts
On dirait bien. Ce doit être à cause des rambardes qui n'existaient pas avant et qui limite les accès au centre de la place.
 

·
Registered
Joined
·
471 Posts
La place Stanislas à Nancy retrouve son lustre du Siècle des Lumières

Pavés blancs de Croatie rendus aux piétons, candélabres dorés à la feuille, terrasses chauffées l'hiver sous des stores coordonnés: la place Stanislas à Nancy a été restituée aux Nancéiens après 10 mois de chantier pour une restauration comme "au Temps des Lumières".

Jeudi soir quelque 35.000 Nancéiens --autant qu'en peut contenir cette place royale--, se sont pressés pour assister à un spectacle d'inauguration, avec feux d'artifices, projections et funambules.





La rénovation de cet ensemble architectural du XVIIIème, initiée par le maire de la ville André Rossinot à l'occasion du 250ème anniversaire de la place, est l'occasion de célébrer à Nancy le "siècle des lumières" à travers une série d'expositions, de conférences et de rendez-vous touristiques.



Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1983 comme une des plus belles places royales européennes, la "place Stan" comme l'appellent les Nancéiens a été achevée en 1755 à l'instigation du roi de Pologne et dernier duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, en forme d'écrin royal pour son gendre Louis XV.

Son architecte Emmanuel Héré fut l'élève de Germain Boffrand, disciple de Mansart. Ses six grilles rehaussées d'or signées du plus grand serrurier du XVIIIème Jean Lamour valurent à Nancy son surnom de "Ville aux portes d'or".

La restauration conduite par Pierre-Yves Caillaut, architecte en chef des Monuments historiques, a duré dix mois. Elle s'est inspirée d'un tableau anonyme du XVIIIème siècle reproduisant fidèlement la physionomie de la place avec ses diagonales de pavés noirs et ses lices de bois --des bancs urbains du XVIIIème-- sur le pourtour.

Le sol est légèrement bombé pour converger, comme à l'époque, vers la statue centrale du monarque éclairé Stanislas, qui a remplacé la statue pédestre de Louis XV détruite à la Révolution.



Il en aura coûté près de 9 millions d'euros --en partie financés par l'Etat, le sol même de la place étant classé monument historique-- pour installer 200.000 pavés aux 22 nuances de blancs et d'ocres pâles, pour ravaler les façades, redorer les candélabres et inventer de nouveaux éclairages.

"C'est réussi. Ils ont bien travaillé, c'est parti pour cinq siècles", estimait un couple de retraités, parmi les premiers badauds nancéiens à fouler les nouveaux pavés de "la place la plus belle du monde".

Devenue entièrement piétonne, la place sera tolérée aux cyclistes s'ils circulent au pas et surveillée par 9 caméras vidéo.

A partir de vendredi et tout l'été, plusieurs expositions à Nancy célèbrent l'événement et "L'Esprit des Lumières". Au musée des Beaux Arts, au bord de la place, "De l'Esprit des villes", une exposition riche et savante livre 185 tableaux, plans et maquettes de Saint Petersbourg à Lisbonne, Rouen ou Naples pour évoquer l'Europe urbaine au Siècle des Lumières.

Au Musée Lorrain, "Sous les pavés, la place" déroule l'histoire de la célèbre place, des trouvailles de l'archéologie aux photographies contemporaines. Enfin, dans l'ancien site d'Alstom, une vingtaine d'architectes présentent en maquettes ou en vidéo leurs projets de ville à l'horizon de l'an 3.000 dans "Avenirs de villes".

La place devrait également connaître une ultime inauguration officielle le 19 mai avec la venue du président Jacques Chirac, du président polonais Aleksander Kwasniewski et du chancelier allemand Gerhard Schroeder à l'occasion de la réunion du Triangle de Weimar.
 

·
Rugged Individualist
Joined
·
3,017 Posts
Discussion Starter · #9 ·
Tiens, il n'y a personne sur la place? Je pensais que les footeux y fêteraient la remontée en L1.
 

·
Registered
Joined
·
471 Posts
[HS]Le match en retard nous a été favorable ?[/HS]

J'ai jeté un oeil vers 22h30 et il y avait pas mal de monde mais pas de footeux.
 

·
Registered
Joined
·
18 Posts
Tout le monde n'en a que pour cette place, mais il en existe une autre derrière
qui est tout aussi intéressante : la place carrière qui rejoint la place Stan par la rue héré et son arc.
 
1 - 11 of 11 Posts
Top