SkyscraperCity banner

1 - 10 of 10 Posts

·
Moderator
Joined
·
10,779 Posts
Discussion Starter #1
Iulia Constantia Zilil | Dchar Jdid




English :

The full name at the founding was Colonia Augusti Iulia Constantia Zilil and was a Roman colonia with full rights.

The city had then already been a Phoenician and Mauretanian city since the 4th century BC. It was an important station on the Antonine Itinerary. It was located at approximately 40 km south-west of Tangier, 13 km in the north-east of Asilah, close to the present village of Dshar Jdid.

In the second half of 2nd century AD, the city was surrounded by an enclosure. It comprised residential districts, a big temple and an amphitheater, outside of the city a thermal unit (built in 80 AD) and a cistern with four compartments, supplied with a partly underground aqueduct (built in 130 AD).

The most spectacular monument of Iulia Constantia was that of an early Christian church, in three naves, equipped with a baptistery and various appendices, close to the western door. This paleochristian church is the only found in Atlantic Morocco, related to the Christianity between romanised Berbers.

The city was finally destroyed during the years 410-430 AD, at the time of the invasion of Mauretania Tingitana by Vandal tribes. But evidences show that the city remained populated as a small fishing village until the Arab invasion in the early 8th century.


Wiki

French :

Le site de Dchar Jdid est situé à 13 Km au nord-est de la ville d'Asilah et à l’est du village de Had el Gharbia. Il occupe, avec les bâtiments suburbains, une superficie de 32ha, à l'extrémité d'une avancée orientée est - ouest d’un plateau, qui, à l'ouest, descend doucement vers la plaine côtière.

En 1977, une équipe maroco-française a repris la recherche archéologique sur le site. Les fouilles entreprises sur « la citadelle » entre 1977 et 1980 ont confirmé l'idée d'une occupation du site à l'époque préromaine. Un premier sondage entrepris en 1977 a permis de repérer, à deux mètres du sol moderne, des couches ne contenant que des céramiques campanienne A et quelques fragments de céramique peinte. Deux niveaux maurétaniens ont été ainsi déterminés.

Au premier niveau correspondent les vestiges d'une habitation en briques crues, elle se compose de deux pièces grossièrement rectangulaires communiquant par une porte. Le mobilier céramique découvert, écrasé sur le sol du bâtiment est considéré homogène, et il est scellé par un niveau d'une destruction violente. La datation de ce niveau peut être située au deuxième s. av. J.-C. et plus probablement vers la fin du siècle.

Au deuxième niveau appartient un ensemble de construction d'orientation nord-ouest - sud-est, bordé par une rue. Les murs sont faits de soubassements en pierres et des élévations en briques crues. Le matériel exhumé dans ce niveau, renfermant des produits d'importation permet de situer la destruction et l'abandon du quartier dans le troisième quart du Ier s. av. J.-C

Entre 33 et 25 av. J.-C., la ville fut détruite et l’empereur Auguste y installa une des trois colonies romaines de Maurétanie occidentale, Iulia Constantia Zilil. D’après un passage de Strabon, les habitants de cette ville furent déplacés en Espagne, avec des habitants de Tingis et des colons italiens pour constituer la population de Iulia Ioza en Bétique. Les fouilles archéologiques entreprises sur le site n’ont pas encore défini l’aspect urbanistique de cette implantation coloniale.

Les fouilles entreprises sur le site ont permis de dégager des quartiers d’habitation, un grand temple, un ensemble thermal, une imposante citerne à quatre compartiments, alimentée par un aqueduc en partie souterrain, sera construite pour l'alimenter en eau, postérieurement à Hadrien. Enfin, dans la seconde moitié du IIème siècle, comme d'autres cités de la Tingitane, Zilil se dote d'une enceinte, fouillée partiellement près des portes nord et ouest, mais repérée sur la majorité de son tracé grâce à la prospection électrique.

La ville a été détruite, à un moment archéologiquement indéterminé, entre 238 et le milieu du IVème siècle. L'étude des monnaies issues des fouilles de Dchar Jdid montre que la reconstruction de la ville résulte d'une décision impériale et peut être datée assez précisément des années 355-360 ap. J.-C.. La création la plus spectaculaire est celle d'une église paléochrétienne, à trois nefs, pourvue d'un baptistère et de diverses annexes, près de la porte ouest de l'enceinte, unique monument de cette catégorie dégagé en Maurétanie Tingitane. La ville fut détruite au début du Vème s. mais la date de l’arrêt définitif de l’occupation du site n’est pas encore déterminée

[URL="http://www.minculture.gov.ma/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=76%3Asites-antiques-du-maroc&catid=44&Itemid=133#Dchar-jdid"]Ministere de la culture[/URL]




Spanish short Documentary

 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
...

Il est prévu, dans ce même contexte, l’aménagement et la réhabilitation du site archéologique de Zilil pour une enveloppe budgétaire globale de plus de 18 millions DH, dont quelque 7 millions DH serviront à l’achat des terrains à des particuliers afin de pouvoir protéger et sauvegarder l’ensemble de ce patrimoine remontant à une période de l’histoire romaine allant du souverain Juba II (23 après J.C.) à Flavius Honorius (423 après J.C.). Il s’agit d’une ancienne ville romaine située près de Had Gharbia (relevant de la préfecture Tanger-Asilah). Les fouilles archéologiques ont permis de découvrir, en plus des vestiges d’un grand temple, des restes des remparts et des rues abritant des maisons, des bains (thermes),…
http://aujourdhui.ma/economie/tange...stauration-de-lancien-consulat-du-royaume-uni
 

·
Banned
Joined
·
3,056 Posts
Le site comporte au total 4 parties, 3 en haut et 1 en bas.
Il y a egalement une cabane d'un gardien mais il etait absent lorsqu'on etait sur place.
Sur tout le trajet depuis Briyech, la route est un piteux etat.
Les villageois de Dchar Jdid n'ont ni eau courante ni route, alors que dans le meme temps a tout juste 4 km se trouve la LGV.


Jdid
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (2)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (3)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (4)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (5)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (6)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (7)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (8)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (9)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (10)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (11)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (12)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (13)
by imrane azzouzi, sur Flickr


Jdid (14)
by imrane azzouzi, sur Flickr
 
1 - 10 of 10 Posts
Top