SkyscraperCity Forum banner
21 - 29 of 29 Posts

· ...
Joined
·
5,549 Posts
La fondation de la Qalâa

« Elle doit être située en un lieu inaccessible, sur une hauteur abrupte, sur une île ou sur un fleuve que seul un pont peut franchir. Ainsi, il sera difficile de la prendre, et on en fera une vraie forteresse »*


Au début du X e siècle (IV e siècle de l’Hégire), Ubayd Allah al-Mahdi, se prévalant d’être un descendant du prophète Mohammed, conquiert une grande partie du Maghreb et fonde la dynastie fâtimide.

La conquête du territoire Fatimides est parvenue à s’étendre de Tripoli à l’est, à Tlemecen à l’ouest. Le pouvoir central, géré depuis leur capitale, à Kairouan, est délégué à de puissantes forces régionales. Ainsi, vers 925 de notre ère, Zîrî Ibn Manâd, le chef de la tribu des Sanhâja qui occupe la Mitidja et les monts du Titerri, se met au service du calife Fâtimide.

Chargé de contrôler la partie occidentale du territoire, Zîrî fonde Achîr, une place forte sur le versant Sud du mont du Titerri, et étend peu à peu sa puissance. En 947, le chef des Sanhâja accompagne le calife al-Mansûr dans sa traque de Abu yazîd, dit « l’Homme à l’âne », qui faillit renverser la dynastie. Encerclé dans le fort de Tâqarbust, la future Qalâa, l’Homme à l’âne est mortellement blessé par Zîrî.
Dès lors, la puissance des Sanhâja ne cesse de se renforcer et, en 972 lorsque les Fâtimides vont s’installer en Egypte, le calife confie l’Emirat du maghreb à Bluggîn Ibn Zîrî, qui fonde la dynastie zîrîde qui régnera jusqu’au milieu du XII e siècle.

En 966, après les règnes de Buluggîn puis de son fils al-Mansûr, le fils de ce dernier accède au pouvoir alors qu’il n’est âgé que de douze ans. La succession filiale est contestée par les parents de l’émir, qui souhaitent revenir au mode de désignation agnatique du chef. Les opposant à Bâdîs se regroupent alors autours des grands-oncles de l’Emir, et une violente lutte fratricide oppose les Sanhâja. Hammad Ibn Buluggîn, se range aux côté de son neveu, et combat ses oncles. Les survivants seront obligés de s’exiler en Andalousie.

Au même titre que leur suzerains fâtimides, les Zîrîdes, qui siègent à kairouan, sont constamment attaqués à l’ouest par les zanâtas, client du califat de Cordoue. L’étendue du territoire et le danger des attaques amènent Bâdîs à déléguer une partie de son pouvoir à Hammad, qui est chargé de contrôler tout l’ouest du territoire. Il s’acquitte parfaitement de sa mission, et pour affirmer son rang et sa puissance, il fonde la Qalâa. Son choix se porte sur un site connu sous l’appellation de Qalâa Abî Tawîl, situé sur le versant sud du Djebel Maadid au nord-est de M’sila. Hammad y établit son pouvoir et commence la construction de qui sa capitale, qui sera connue sous le nom de la Qalâa ds Béni Hammad.

Synthèse Babzman
Sources :

  1. Universelle algérie, Zaki Bouzid Edition
  2. Rachid Bourouiba, « les Hammadites », 1984
  3. * Citation Abd al-Rahman Ibn Khaldûn
http://www.babzman.com/2015/la-fondation-de-la-qalaa/
 

· Registered
Joined
·
1,060 Posts
La Kalâa des Béni Hammad

Dans un site montagneux d’une saisissante beauté, les ruines de la première capitale des émirs hammadides, fondée en 1007, abandonnée en 1090 sous la menace de l’invasion hilalienne et démantelée en 1152, nous restituent l’image authentique d’une ville musulmane fortifiée. Sa mosquée, avec sa salle de prière de 13 nefs à 8 travées, est l’une des plus grandes d’Algérie. Les ruines de la Kalâa témoignent du grand raffinement de la civilisation hammadite, d’une architecture originale et de la culture palatiale de l’Algérie et l’Afrique du nord.






Ce monument, classé patrimoine mondial, doit être conservé puisqu'il représente un exemple vivant de l'architecture algérienne mauresque et son minaret est plus ancien que tous les minarets d'un pays qui veut monopoliser ce style architectural !
 
21 - 29 of 29 Posts
This is an older thread, you may not receive a response, and could be reviving an old thread. Please consider creating a new thread.
Top