Skyscraper City Forum banner
1 - 6 of 6 Posts

·
Particle XLR8R
Joined
·
20,567 Posts
Discussion Starter · #1 ·
LE MONDE | 24.05.05 | 13h41 • Mis à jour le 24.05.05 | 13h41
Grenoble et Bourg-en-Bresse de nos correspondants

Adossée aux coteaux de l'Ouest, l'agglomération lyonnaise s'est, depuis toujours, développée vers les plaines de l'Est et du Nord-Est. Dès sa naissance, en 1966, la Communauté urbaine de Lyon (Courly) avait dépassé les frontières du département du Rhône. Plusieurs communes limitrophes de l'Isère et de l'Ain y avaient alors été transférées.

Quarante ans plus tard, l'agglomération lyonnaise, à la recherche d'une dimension et d'une organisation territoriales à la mesure des métropoles européennes avec lesquelles elle veut rivaliser, regarde à nouveau vers les villes voisines. Mais celles-ci ne veulent pas devenir l'exutoire de l'inévitable poussée de la métropole : croissance démographique élevée, besoin crucial de logements locatifs, pression foncière. En moins de deux ans, certaines communes ont vu s'envoler le nombre de leurs habitants et le prix du terrain, et elles ont dû revoir à la hausse la dimension de leurs infrastructures. "Les nouveaux arrivants exigent tout, tout de suite, alors que nos budgets, eux, ne s'enrichiront de taxes supplémentaires que dans huit ou dix ans", déplore Christian Rival, maire et conseiller général (UMP) de Morestel (Isère).

L'intercommunalité fournit aux élus certains outils avec lesquels le Grand Lyon doit compter. Mais communautés de communes ou Schémas de cohérence territoriale (SCOT) ne suffisent pas à créer une force politique. Doté d'un espace abondant, et toujours perçu, à tort, comme un département rural, l'Ain, atone sur le plan politique, a eu et a encore des difficultés à faire admettre sa réalité de territoire industriel et rurbain, plus épargné que les autres par le chômage.

Les tentatives de la Courly, durant le mandat de Raymond Barre, de "partager" les taxes professionnelles des entreprises rhodaniennes qui s'étaient relocalisées dans l'Ain, ont laissé de mauvais souvenirs. "Il n'y a pas eu désert, mais transferts", conteste Jacques Berthou, maire (DVG) de Miribel et conseiller général du canton (20 000 habitants), dont le territoire a, lui aussi, bénéficié de l'"expatriation" des entreprises lyonnaises. Il estime à 3 000 le nombre d'emplois créés en quinze ans.

UN TERRITOIRE STRATÉGIQUE

"Le danger d'annexion du nord Isère a été réel", admet, de son côté, André Colomb-Bouvard, vice-président (PS) du conseil général de l'Isère. Tiraillé entre sa proximité géographique avec la capitale des Gaules et son appartenance au département de l'Isère, ignoré autant par l'un que par l'autre, ce territoire de 200 000 habitants, qui compte un pôle urbain (L'Isle-d'Abeau et Bourgoin-Jallieu) et, plus au nord, le Haut Rhône dauphinois, plus rural, a toujours souffert d'un manque d'identité. Sa proximité avec l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, la présence d'un axe autoroutier, le prochain passage de la ligne ferroviaire Lyon-Turin ainsi que l'importance de ses réserves foncières en font pourtant un territoire stratégique. La directive territoriale d'aménagement (DTA), qui confie à l'Etat l'aménagement du Lyon-Turin, en phase finale d'adoption, est vécue par certains élus comme une intrusion. "Ils ont pris des petits morceaux par-ci par-là. On n'a pas eu notre mot à dire", regrette le maire (UMP) de Montalieu, Georges Vagnon.

Le désengagement annoncé de l'Etat dans la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau, créée en 1972 pour lutter contre l'expansion de Lyon, soulève de nouveaux enjeux. Le Syndicat d'aménagement (SAN), qui regroupe cinq communes, doit disparaître avant la fin de l'année pour laisser place à une nouvelle structure, qui pourrait être une communauté d'agglomération, à condition d'élargir son périmètre.

Cette idée ne suscite pas l'adhésion de tous les élus. "Ils préfèrent rester dans leur intercommunalité à la carte, sans moyens et sans ambitions", déplore Alain Cottalorda, maire et conseiller général (PS) de Bourgoin-Jallieu, qui a porté la candidature de sa ville. Une structure forte de 100 000 habitants et de 50 000 emplois permettrait, selon lui, "de nouer un partenariat plus équilibré avec le Grand Lyon".

M. Cottalorda est convaincu de l'intérêt de saisir "la perche tendue" que représentent les contrats de partenariat proposés aux territoires périphériques, mais il ne veut pas laisser la métropole choisir "ce qui l'intéresse et refuser le reste", comme elle l'a fait avec l'équipe de rugby de Bourgoin-Jallieu pour laquelle il attendait un soutien.

"PLUS QUESTION D'ANNEXION"

"Nous allons prendre Gérard Collomb au mot et lui proposer de co-investir dans des projets qui pourront contribuer à élargir l'excellence du pôle lyonnais, en photovoltaïque, nanotechnologies et sport et santé", annonce-t-il, en misant sur l'appui du conseil général de l'Isère, présidé par André Vallini (PS). "Même si nous ne pouvons pas nous passer les uns des autres, nous n'en sommes pas encore à réaliser des choses ensemble", nuance Alain Rossot, président du SAN, maire (DVG) de L'Isle-d'Abeau, qui est conscient de la position de faiblesse du nord Isère.

"Les relations avec le Grand Lyon sont aujourd'hui plus constructives. Il n'est plus question d'annexion. On peut travailler sur des dossiers concrets", reconnaît Charles de la Verpillière, président (UMP) du conseil général de l'Ain, en évoquant le lancement d'une réflexion commune sur la politique des déplacements dans le sud-ouest du département. Par ailleurs, la création, récente, d'une Agence de développement économique doit permettre de "parler d'égal à égal" avec les structures lyonnaises, indique M. de la Verpillière.

Ce souci de "partenariat" englobe aussi bien la revendication de mise en place d'une plate-forme multimodale sur la ligne de fret France-Italie, à Ambérieu-en-Bugey, que celle d'avoir son mot à dire sur l'extension de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, le tracé du futur TGV Rhin-Rhône et, tout en approuvant l'échangeur de l'A 432, aux Echets, la nécessité de réalisation du contournement ouest de Lyon (COL) pour éviter la thrombose du Noeud-des-Iles. "Nous ne voulons pas nous intégrer dans une superstructure qui pourrait imposer sa propre vision. Nous voulons conserver notre autonomie et travailler sur des projets communs", insiste, de son côté, le maire de Miribel.

Nicole Cabret et Laurent Guigon
Article paru dans l'édition du 25.05.05
 

·
ubik
Joined
·
1,136 Posts
javais poste dans le thread sur lyon mais c vrai que c mieux de lextraire pour en parler la

je trouve dommage que tant de maires refusent de sallier a la communaute urbaine meme si je comprends la peur de perdre l'independance + centralisme...
 

·
Registered
Joined
·
77 Posts
jai longtemps habité miribel et aussi loin que je me souviens je crois avoir toujours vu des banderoles "Miribel dit non a la COURLY" aux entrées du village sur la nationale.....est ce qu'il en a été de meme a Rilleux ou Mezieux avant que ces communes soient "annexées" ??
Sinon, je me demandais si le systeme administratif francais et notemment le cas du departement avait des equivalent en allemagne en espagne ou en italie par exemple ? plus concretement les lander sont ils subdivisés eux aussi et cela pose il le meme genre de problemes ?

soit dit en passant dailleur je suis sur que des communes comme miribel saint maurice etc....ont une population qui justifierai amplement que les TCL les desservent (il suffit de voir a quel point les trains a destination d'amberieux sont pleins aux heurs de pointe)...mais il n'y a meme pas de "lignes hors courly" comme a vaugneray brindas ou genas....les limites administratives sont elles si impermeables que meme la logique voir la necessité ne permettent pas de les traverser ?
 

·
Registered
Joined
·
513 Posts
En Allemagne, les länder sont subdivisés en "Kreis", qui sont plus petits que les départements français, mais plus grands que les communes. Ils sont de taille assez variable (les 2/3 premières lettres à gauche sur les plaques d'immatriculation allemandes sont les initiales du Kreis d'où provient la voiture: K pour Cologne, M pour Münich, BAD pour Baden Baden etc..).
Généralement, les villes constituent un seul "Kreis" qui serait comparable à nos communautés urbaines. Les Kreis dans des zones rurbaines ou rurales seraient plutôt comparables à nos nouvelles communautés de communes.
Comme les Länder gèrent depuis toujours les transports en commun, il y a moins de problèmes entre les Kreis que chez nous entre les départements.
C'est vrai qu'avec la régionalisation, on peut se demander si nos départements napoléoniens ont encore une utilité. Ils constituent un étage administratif en trop: trop petits pour gérer les problèmes régionaux, trop grands pour gérer les problèmes locaux.
 

·
nanar
Joined
·
8,279 Posts
Salut

C'est vrai que , dans l'absolu, une cté urbaine de Lyon qui réunirait TOUTES les communes du département du Rhône, plus certaines de la Loire, de l'Ain et de l'Isère serait une entité rationnelle.

Et j'irais au delà :

Le Rhône s'agrandirait autant que nécessaire sur les 3 voisins, prend la dénomination "Très Grand Lyon" (ou autre, ce n'est pas l'important),
puis disparait en tant que département ordinaire, mais cumulerait les POUVOIRS et les moyens FINANCIERS actuellement départementaux et communautaires.

Tous les syndicats et autres systèmes de coopération intercommunale existant sur "Très Grand Lyon" disparaitraient.

Pour que ça fonctionne bien il faudrait que ça devienne une seule entité électorale, dont les élus seraient élus au suffrage universel.

Donc un élu du Très grand Lyon ne serait pas l'élu de Lyon 4ème, de Villefranche sur Saone, de Morestel (38) ou de St Chamond (42), mais un élu de l'ensemble du Grand Lyon.

Pour la taille : environ 3.000 km 2 et 2 millions d'habitants.
Ca n'a rien d'extraodinaire : il y a des villes qui ont cette population et cette superficie et une administration unique.


Mais je reconnais que c'est utopique.

nanar
 

·
ubik
Joined
·
1,136 Posts
a moins qu'on est des revolutionnaires comme en 1789 qui redecide du decoupage administratif du territoire

et pourquoi pas de lever l'impot en region? oulala je suis fatigue moi la
 
1 - 6 of 6 Posts
Top