SkyscraperCity banner
1 - 20 of 22 Posts

·
Moderator
Joined
·
29,429 Posts
Discussion Starter · #1 ·
  • Madghacen or Medracen or Medghassen or Madghis also spelled Imadghassen, or Medghacen means mausoleum tomb of King Berber Imadghassen which stands near Batna city in Algeria.

  • Madghis was a king of independent kingdoms of the Numidia, between 300 to 200 BC.

  • Ibn Khaldun said: Madghis is an ancestor of the Berbers of the branch Botr Zenata, Banu Ifran, Maghrawa (Aimgharen) , Merinid, Zianid, Wattasid dynasty, Sanhadja, etc.



Wikipedia





 

·
Registered
Joined
·
523 Posts
Mausolée d’Imadghassen: des expertes de l’UE présentent les 1ers résultats des relevés d’architecture

BATNA - Des experts de l’Union Européenne, agissant pour le compte du Programme d’appui à la protection du patrimoine culturel (UAP), ont présenté, mercredi soir à Batna, les premiers résultats des relevés d’architecture du mausolée d’Imedghassen.

Ces relevés constitueront la base de l’étude préliminaire du plan de sauvegarde de ce monument funéraire Numide de forme conique situé dans la commune de Bouima, a-t-on expliqué lors d’une journée d’étude internationale organisée par l’association des "Amis d’Imedghassen", en collaboration avec le ministère de la Culture et l’université de Batna, autour de la question de la préservation de ce patrimoine et de la restauration de certaines de ses parties endommagées.

Selon Matteo Malvali, expert et responsable de l’UAP, des techniques de dernière génération dont un scanner en trois dimensions ont été utilisés pour les relevés architecturaux effectués sur le site du mausolée en janvier dernier. Des techniques qui ont permis, a-t-il souligné, d’identifier avec précision les parties nécessitant une intervention pour la restauration du monument.

La mission de l’UAP n’est pas de se contenter d’intervenir directement mais "d’apporter un appui technique aux énergies existant en Algérie" en multipliant, également, les échanges et la coopération avec les pays partageant les mêmes préoccupations dans le domaine de la préservation du patrimoine.

La journée a permis de focaliser l’attention sur la mise en valeur du site d’Imedghassen qui figure sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La rencontre a également permis, en plus d’un aperçu historique sur le site et son importance au triple plan local, national et international, de présenter des cas de bonnes pratiques sur la mise en valeur de sites similaires dans d’autres pays, et de mettre en relief l’importance de plans de gestion pour ce type de vestiges à haute valeur patrimoniale.
Source: APS
 

·
Registered
Joined
·
9,721 Posts
Mausolée de Medghacen de Batna La restauration promise pour 2018

Lors de la huitième édition du marathon international de Medghacen, samedi dernier à Batna, Azzedine Guerfi, président de l’association des Amis de Medghacen, qui organise l’événement, a annoncé à El Watan que la deuxième phase du projet Patrimoine était activée. J’ai discuté longuement avec la commissaire européenne lors de sa venue à Alger.


«Medghacen est le plus avancé de tout le projet Patrimoine, et ils sont contents de cela. Il m’a annoncé officiellement que pour le Medghacen, on était passés à sa deuxième phase au début de 2018», a-t-il expliqué. Il précise qu’il s’agit du renforcement de la structure du Medghacen et de l’exécution des solutions techniques proposées par l’étude et qui ont été adoptées pour 95% par les institutions algériennes. Pour rappel, le mausolée de Medghacen a été inscrit comme pilote au projet Patrimoine, initié par l’Union européenne (UE) en 2015, avec La Casbah d’Alger et le Palais du bey à Constantine.Ce dernier en a été exclu pour diverses raisons, entre autres, l’événement «Constantine, capitale de la culture arabe».

Quant au budget, il n’est pas encore connu, mais cela importe peu, selon notre interlocuteur, sachant que le programme Patrimoine dispose de 21,5 millions d’euros pour toutes ses activités. «Le plus important, c’est qu’on disposera du financement adéquat pour l’exécution de l’étude. Le combien importe peu. Car une étude qu’on n’exécute pas ne change rien à la situation réelle du Medghacen, qui est en train de se dégrader dangereusement», nous a-t-il affirmé.

Au-delà de la performance athlétique et de sa dimension culturelle, le marathon international de Medghacen est d’abord une formidable aventure humaine. En plus d’être une franche réussite, l’édition du marathon de cette année, organisée par l’association des Amis de Medghacen, en collaboration avec la Fédération d’athlétisme, se distingue par plusieurs de ses facettes.

Il s’agit de l’unique marathon en Algérie, jumelé cette année avec le championnat national de marathon. Il est le deuxième plus grand en Afrique (après celui du Maroc) avec 1500 participants, toutes courses confondues avec 400 uniquement à la distance mère. La 8e édition a rassemblé des coureurs venus de 38 wilayas d’Algérie et de 14 pays de par le monde, entre autres, Canada, France, Belgique et particulièrement l’Angleterre et l’Italie.

«J’ai voulu faire un marathon en Afrique et j’ai choisi celui de Medghacen pour assouvir mon envie», dira l’athlète anglaise Nolwen Bogic. «Heureuse de faire partie de cette course dont le but premier est de faire revivre l’identité amazighe, un pan de l’histoire», a affirmé, non sans émotion, Eleonora Fornai, une participante italienne.

En outre, le peloton de coureurs regorgeait de profils atypiques, comme celui du doyen de la compétition. Abdelkader, cet arrière-grand-père algérois de 84 ans, avale les kilomètres à en donner des complexes aux jeunes de 25 ans. «J’ai couru plusieurs dizaines de marathons et de courses dans ma vie. La passion n’a pas d’âge!», nous dira-t-il.

D’autre part, Azzedine Guerfi explique que cette course est populaire et draine de nouveaux coureurs qui viennent d’Europe pour courir et repartir. «Il y a de plus en plus de monde qui vient de toutes parts et qui participe. C’est une course qui rassemble autour du mausolée de Medghacen. Le marathon a réussi à faire connaître notre ville et notre culture», nous a-t-il déclaré. L’orientation internationale dont faire preuve l’association organisatrice est clairement un facteur déterminant dans cette nouvelle attractivité dont jouit l’événement. Ajoutant à cela la première participation des autorités locales. Le message semble passer. Il était temps.
http://www.elwatan.com/culture/la-restauration-promise-pour-2018-11-10-2017-354399_113.php
 
1 - 20 of 22 Posts
Top