SkyscraperCity banner

21 - 40 of 69 Posts

·
Registered
Joined
·
2,546 Posts
C'est bien ce qu'il me semblait !

Il va falloir continuer à œuvrer pour diversifier les emplois dans le bassin de Meknès. L'industrie agroalimentaire est idéale de ce point de vue là dans le sens où elle crée un pont entre primaire et secondaire, permettant un premier élan d'industrialisation dans des régions marquées historiquement par le poids de l'agriculture ;)
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
MedZ crée une filiale dédiée à l’agro-industrie


· Elle se chargera de la gestion et de la promotion de l’Agropolis de Meknès

· Un chiffre d’affaires prévisionnel de 446 millions de DH en 2017




Medz filiale de CDG développement vient d’être autorisée à créer une nouvelle filiale. Dénommée Agropolis SA, la nouvelle société dont le capital social initial est de 300.000 DH a pour mission, la gestion, la promotion et la commercialisation de l’Agropolis de Meknès. Selon le plan prévisionnel de l’entreprise, son chiffre d’affaires sur la période 2009-2017 devrait atteindre plus de 446 millions de DH. Le résultat net positif devrait pour sa part être réalisé à partir de l’année prochaine. Il sera autour de 17 millions de DH et passerait en 2014 à 29 millions de DH. Le taux de rentabilité est évalué à 11,05%. Agropolis veut améliorer la compétitivité du secteur de l’agro-industrie notamment dans la région de Meknès-Tafilalet. Un secteur qui devrait être boosté par le plan Maroc vert auquel il faut également associer le plan Emergence. A rappeler que les ministères des Finances, de l’Agriculture, du Commerce et de l’industrie et la wilaya de Meknès –Tafilalet, ont signé une convention le 26 avril 2008 qui consiste à créer un pôle de compétitivité pour l’industrie agroalimentaire dans la région. Pour les modalités et conditions de réalisation de ce projet une autre convention a été validée par les mêmes parties en avril dernier. Le projet devra être réalisé pour un montant d’investissement de près de 559 millions de DH. Il s’étalera sur une superficie de 466 hectares. La première tranche (130 hectares appartenant au domaine privé de l’Etat) comprendra une zone logistique, une autre pour les grandes industries agroalimentaires et un parc agroindustriel.
La commercialisation du parc agro-industriel a déjà été lancée par MedZ en avril dernier lors du salon international de l’Agriculture de Meknès (Siam). A noter que la région de Meknès Tafilalet souffre d’une industrie peu développée et essentiellement concentrée à Meknès (73%). Sa participation à la production nationale est très faible. La région ne contribue que de 2,38% de la valeur ajoutée. L’agro-industrie représente 54% de la valeur ajoutée créée par le secteur industriel dans la région. La superficie agricole utile est évaluée à 760.000 ha. La fertilité des sols et le climat favorisent la pratique de cultures diversifiées (légumineuses, fruits et légumes, céréales...). Quant à l’élevage, le cheptel de la région représente 12,6% des ovins, 11,7% des caprins et 7,11% des bovins du total national.

J. B.
leco
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Une plate-forme logistique est intégrée au projet, c'est bien.
Le projet jouxte l'autoroute c'est bien aussi.

Mais pour rejoindre l'échangeur de Meknes-Est il y a 4km, et 0 routes.

Va t-on réaliser une route d'accès ou un échangeur directement sur l'autoroute ?
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
By The Capitalist :

Recherche et développement : une agriculture version 2.0 au Maroc

Pôles de compétences pour le transfert de technologie, laboratoires de contrôle qualité… Un réseau scientifique et technique est en train de se tisser autour des exploitants, dans les différentes régions marocaines.


Porte d’entrée incontournable des politiques de développement durable, l’agriculture et le monde rural sont au cœur de la stratégie du royaume en la matière. Pour accompagner le plan « Maroc vert », l’État mise sur l’innovation et a inscrit au budget 2011 de l’Agriculture le financement d’importants projets en matière de recherche et développement (R&D), de formation et d’encadrement.

L’objectif est de poursuivre les programmes nationaux et régionaux, notamment la réalisation des cartes de fertilité des sols lancée en partenariat avec l’Office chérifien des phosphates (OCP), la livraison du laboratoire de production in vitro de plants de palmiers dattiers à Errachidia (région de Meknès-Tafilatet), et, tout particulièrement, de faire avancer les projets d’agro-pôles. Les chantiers de ceux de Meknès et de Berkane-Oujda (région de l’Oriental) s’achèvent et trois nouveaux sont en projet dans les régions du Souss, du Haouz et du Tadla-Azilal, dont on espère qu’ils suivront le modèle de l’Agro-Pôle Olivier.

À l’origine
Fondé en partenariat avec l’École nationale d’agriculture (ENA) de Meknès, l’Agro-Pôle Olivier, opérationnel depuis 2006 et dédié à la filière agro-industrielle oléicole, a acquis une visibilité internationale. Le budget mobilisé pour sa mise en place (infrastructures, équipements de laboratoires, vergers, matériel agricole) a été d’environ 100 millions de dirhams (8,8 millions d’euros).
Le pôle de compétences, qui fonctionne comme un Groupement d’intérêt public (GIP) grâce au partenariat de la région et de divers organismes publics et groupes privés nationaux et internationaux, dispose de laboratoires de R&D de pointe, d’une salle de dégustation et d’analyses sensorielles, d’une unité pilote de trituration et d’une plate-forme de compostage… Sans oublier sa pépinière (d’une capacité de 100 000 plants), ses vergers traditionnels (7 ha) et de démonstration (12 ha) et sa station météo.
Les agro-pôles en chantier à Meknès et à Berkane sont réalisés par MedZ, filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), en partenariat avec l’État et les wilayas concernées. Ces complexes seront dotés de pôles de R&D, de laboratoires de contrôle qualité, ainsi que d’unités de formation relevant de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Nouvelle génération
Sur une superficie de 150 ha, le parc agro-industriel de Meknès, dont le coût d’aménagement est estimé à 500 millions de DH, va desservir les principales filières régionales (oléiculture, céréaliculture, culture maraîchère, lait et viande) et générer, d’ici à quinze ans, la création de 10 000 emplois.
La première phase de l’agro-pôle de Berkane, qui doit être livré début 2012, porte quant à elle sur 25 ha. Le projet, principalement centré sur l’agrumiculture, doit permettre la création de 5 000 emplois directs et 3 000 indirects. À terme, le projet doit s’étendre sur plus de 100 ha (en 2018), pour un investissement total estimé à plus de 1,2 milliard de DH.
Afin de répondre aux besoins des différentes branches, l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), qui a formé près de 800 stagiaires en 2010, compte accompagner les réseaux d’agro-pôles avec la création d’instituts spécialisés. Le premier, à Meknès, sera consacré à l’industrie agroalimentaire, un autre, à Kelaat Es-Sraghna (région de Marrakech), aux métiers de l’oléiculture, et deux centres de formation seront établis à Bouknadel (au nord de Rabat) et Figuig (Est).
jeune afrique
 

·
Registered
Joined
·
1,161 Posts
Meknès Agropolis opérationnel en avril 2012



Forte demande sur les lots de terrains

MedZ investit 560 millions de DH

Objectif, devenir le principal pôle de l’agroalimentaire

Le projet du pôle de compétitivité en industries agroalimentaires «Agropolis» de Meknès sera opérationnel en avril 2012. C’est ce qu’affirment les responsables du Centre régional d’investissement (CRI) de Meknès-Tafilalet. Il s’agit, en effet, d’une zone d’activité à vocation industrielle, dédiée aux entreprises de production agroalimentaire, qui devra engendrer la création d’environ 18.000 emplois directs et indirects.
Lancé en 2009, l’aménagement de Meknès Agropolis est confié à Med
Z, la filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Grâce à son concept novateur, il est attendu que le rayonnement de ce projet dépasse le niveau local vers une dimension internationale, estiment les responsables de la région. Ceci, surtout grâce à son parc agro-industriel et sa plateforme logistique dédiée au parc. Le projet intègre aussi un pôle de concentration des compétences et de mutualisation des moyens et services.
Une composante qui permettra certainement de renforcer les capacités des acteurs, et d’accompagner les professionnels dans les efforts d’amélioration de la productivité des filières compétitives à haut potentiel et de valorisation des produits agricoles de la région. Ce pôle sera constitué de laboratoires opérationnels spécifiques et d’espaces communs (centre de conférences, restaurant, centre d’accueil, zone d’hébergement …).D’un coût de près de 560 millions de DH, Meknès Agropolis est situé dans la commune de Sidi Slimane Moul Kifane. Il bénéficie d’un positionnement stratégique à proximité des principaux axes de liaison (autoroute, route, voie ferrée…). Il est aussi implanté au cœur des sites de formation de renom comme l’Ecole nationale d’agriculture de Meknès et le Centre régional de l’INRA. Son emplacement, adossé aux autres composantes, constitue un atout qui encourage bon nombre d’investisseurs à postuler pour un lot de terrain dans cette zone. Ces opérateurs peuvent soit acquérir, soit louer puisque l’aménageur développeur a construit des bâtiments réservés à cette seconde option. Le prix de vente oscille en fonction des superficies des lots, entre 250 et 500 DH le m2, est-il indiqué.
La principale composante du projet est l’agroparc. Celui-ci intègre l’espace réservé aux industries, dit parc agro-industriel, la plateforme logistique, les équipements communaux et le pôle recherche-développement et contrôle de qualité. Ce dernier constitue une interface entre les établissements du ministère de l’Agriculture, d’une part, et des producteurs, des agrégateurs, des professionnels du secteur agro-industriel et desinstitutions de formation et de recherche, d’autre part.
L’autre composante du projet est la “Cité intelligente”. Elle regroupe les fonctions de support à l’industrie agroalimentaire (recherche et développement, formation, zone tertiaire, centre de conférences…). Elle sera gérée par le ministère de l’Agriculture. Pour les initiateurs du projet, les autres tranches seront réalisées en fonction du rythme de valorisation de la première tranche. Elles comporteront une extension du parc agro-industriel, une plateforme logistique régionale et une plateforme commerciale et de distribution.
Pour l’heure, la commercialisation de la première tranche avance bien. A fin septembre dernier, la commission en charge de l’attribution des lots avait accordé 13 terrains d’une superficie totale de 13 hectares sur les 32 demandes examinées. Pour le reste, les demandes sont en cours d’étude et d’approbation. La commission qui les traite est présidée par Mohamed Faouzi, le wali de la région. Elle se réunit une fois tous les mois et devra statuer sur les 211 lots restants, couvrant 130 ha de la première tranche du projet. En attendant, tous les indicateurs montrent que les responsables de la région veulent faire de ce projet un fleuron de l’industrie agroalimentaire.
S’inscrivant dans le cadre de la déclinaison régionale du plan Maroc Vert et du programme Emergence, l’Agropolis de Meknès vise à renforcer la place de la région en tant que pôle d’excellence dans les domaines agricole et agroalimentaire, disent-ils. Même son de cloche auprès de Hassan Bahi, directeur du CRI, pour qui «l’excellence régionale sur le plan agricole a comme naturel corollaire le développement des industries agroalimentaires qui se sont affirmées par l’implantation de cet Agropolis comme un pôle de compétitivité dédié». «Le CRI a travaillé activement pour renforcer cette vocation agro-industrielle. Et l’objectif recherché est de faire de notre région le principal pôle de l’agroalimentaire du Maroc», conclut Bahi.
leconomiste
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Agropolis de Meknès : 13 lots totalisant 14 hectares déjà affectés​

L'assiette foncière mobilisée est de 466 hectares. Le prix du metre carré est compris entre 250 DH et 500 DH, selon les lots et leur taille. La première tranche comprend un parc agro-industriel, un site logistique et TIR, une zone pour la grande industrie agroalimentaire et un pôle de recherche et développement.


Le concept des agropoles que le ministère de l’agriculture a mis en place depuis 2008 connaît sa première concrétisation à Meknès. Le site est prêt et sa commercialisation a commencé. Déjà 13 lots totalisant 14 hectares sont affectés et 10 compromis de vente signés, dont 8 ayant donné lieu à des contrats définitifs. C’est dire que les pouvoirs publics ont suffisamment bien expliqué leur projet aux professionnels puisque ces derniers y adhèrent sans mal et s’empressent d’acheter.

Ces agropoles sont des méga zones industrielles dédiées aux activités agro-industrielles où les professionnels vont s’installer pour produire avec autant de valeur ajoutée dont ils sont capables et directement acheminer leurs produits vers les différents marchés réceptifs, localement ou à l’export. Pour cela, ils ont besoin d’un environnement mais aussi d’infrastructures, de voies de communication, d’énergie, d’eau potable et d’espaces adaptés à leurs besoins spécifiques, le tout à des prix défiant toute concurrence. Avec cela, sur un même site se retrouveront installées les industries de transformation, les industries de support, la logistique et les prestataires de services.

A Meknès, l’assiette foncière mobilisée est de 466 ha, avec pour la première tranche un parc agro-industriel de 70 ha, une zone logistique et un parc TIR sur 30 ha, une autre zone pour la grande industrie agroalimentaire de 30 ha et un pôle de recherche et développement qui s’est vu attribuer plus de 6 ha. Les filières concernées sont le lait, les céréales et les viandes pour le marché local. Pour l’export, il s’agit de l’oléiculture et les fruits et légumes.

Le choix de Meknès pour ce premier agropole se justifie pleinement. D’abord, par sa situation sur l’axe autoroutier Rabat/Fès et la proximité de l’aéroport de la capitale spirituelle. Ensuite, la région, bien arrosée, est à fort potentiel agricole. L’industrie agroalimentaire représente en effet plus de la moitié du chiffre d’affaires industriel du Saïss. Les autres éléments qui ont milité pour le choix de la région sont l’implantation des instituts de recherche et d’enseignement comme l’Ecole nationale d’agriculture (ENA), l’Institut national de recherche agronomique (INRA) ou l’université Moulay Ismail. Mais il y a aussi le fait que de grands groupes industriels y sont installés.

4 milliards de DH d’investissements et 18 000 emplois attendus

Si le prix moyen d’acquisition du m2 est de 350 DH (entre 250 DH et 500 DH, selon les lots et leur taille), c’est que l’Etat, en mettant à contribution plusieurs ministères et en apportant différentes formes de subvention, a permis à Med Z, filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) qui en est le maître d’ouvrage, de le commercialiser à ces prix abordables. En effet, il y a d’abord la convention signée entre les différents ministères (Finances, Agriculture et les pêches maritimes, Commerce et industrie et des nouvelles technologies mais aussi le Conseil régional de Meknès Tafilalt, les communes et wilaya de la région) qui oblige toutes ces parties à apporter une pierre à l’édifice, sans oublier le ministère de l’équipement et des transports sans qui la partie infrastructures routières aurait manqué à l’appel.

Mais l’Etat a aussi déjà installé sur le site une représentation de l’Etablissement autonome de coordination et de contrôle des exportations (EACCE) et de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) pour que les services administratifs soient accessibles, ainsi qu’une structure de recherche développement et de formation. Il s’y ajoute les différents bâtiments d’accueil, un centre de conférences d’une capacité de 500 personnes, des agences bancaires, des restaurants et une zone d’hébergement de 30 chambres. Toutes ces constructions ont nécessité une enveloppe de 144 MDH qui s’ajoutent aux 558 MDH nécessaires aux aménagements de l’agroparc.
Avec l’installation des 200 entreprises attendues, les investissements à générer sont évalués à 4 milliards de DH. 18 000 emplois pourront y être créés, dont à terme 11 000 directs.


Maroc - Agropoles : Les agropoles de Tadla et du Souss bien avancés


Si Agropolis Meknès en est au stade de commercialisation, les autres projets sont à différents stades, soit d’études, soit d’achat du foncier ou d’autres niveaux de début de réalisation. Ainsi, pour celui du Tadla, on en est aux procédures d’acquisition du foncier après les études. Pour ce qui est de l’agropole du Souss, après les études, on s’est déjà attaqué aux contacts avec les Eaux et forêts pour la mobilisation du foncier et à l’estimation des coûts et business plan du projet. Les prochaines phases pour l’agropole du Haouz sont aujourd’hui la validation du site et le lancement des procédures d’acquisition du foncier. Les études sont en cours de lancement pour Chaouia-Ouradigha alors que la demande pour l’aménagement d’un agropole a été clairement exprimée par la région Doukkala-Abda.





Mohamed El Maâroufi. La Vie éco
www.lavieeco.com

2012-03-01
http://www.lavieeco.com/news/econom...talisant-14-hectares-deja-affectes-21446.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Des pôles dédiés à la recherche et développement

Dans le cadre des plans Maroc Vert et l’Émergence industrielle, le département de l’Agriculture financera les travaux de construction afférents aux Pôles de recherche développement et contrôle de qualité (PRDCQ) qui seront constitués de laboratoires de contrôle des produits agricoles, d’une entité de recherche-développement et de formation relevant de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique), ainsi que d’autres espaces communs.
L’exercice 2012 sera marqué par l’achèvement des travaux de construction de deux pôles au niveau des agropoles de Meknès-Tafilalet et de l’Oriental, ainsi que par le lancement des travaux de construction des pôles de Tadla, de Marrakech et d’Agadir.


...

http://lematin.ma/journal/Loi-de-Fi...-de-DH--d-investissements-publics/164082.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
...

Agropolis

L’Agropolis de Meknès sera livré incessamment. Ce pôle de compétitivité en industries agroalimentaires est l’un des projets phares de la déclinaison régionale du Plan Maroc vert. Ses initiateurs, en l’occurrence Med
Z, cherchent à intégrer des projets à fort contenu innovant. Il s’agit en effet de finaliser une zone d’activités à vocation industrielle, dédiée aux entreprises de production agroalimentaire, et de là résoudre le problème de l’emploi. Le projet devra engendrer la création d’environ 12.000 emplois directs et indirects. Près de 5 milliards de DH d’investissement y sont projetés dans sa première tranche de 140 ha. L’ambition est de créer une plateforme régionale de référence pour le regroupement, la commercialisation, la transformation et la distribution de produits agricoles.

De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI
http://www.leconomiste.com/article/897653-mekn-sinvestissementsles-btp-et-mines-toujours-en-t-te
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Journée d'information sur le projet Agropolis de Meknès

Février 2012

 

·
Halay Turkish
Joined
·
3,375 Posts
D'ici l'année prochaine 2013 le maroc sera producteur et exportateur de bio fertilisants, aussi appelés engrais biologiques et de bio pesticides tel est en effet l'objectif de la societe a but non lucratif éléphant vert entité émanant de la fondation suisse antenna,qui en train de concrétiser un projet de grande envergure au parc agro-industriel agropolis de meknes l'ensemble de ce projet nécessite un investissement de 25 millions d'euro,avec la création de 500 emplois et la production de 60 000 tonnes de ces bio fertilisants.
la vie eco
 
21 - 40 of 69 Posts
Top