Skyscraper City Forum banner
1 - 20 of 68 Posts

·
Registered
Joined
·
1,781 Posts
Discussion Starter · #1 ·
Plus de 200 parlementaires de différents bords politiques pour « un plan vélo ambitieux »



Des parlementaires de différentes sensibilités, dont les députés de la majorité Matthieu Orphelin et Barbara Pompili estiment que « nous avons vingt ans de retard ».

Ils dénoncent « vingt ans de retard ». Plus de 200 parlementaires de différentes sensibilités politiques, dont les députés de la majorité Matthieu Orphelin et Barbara Pompili, signent dans Le Journal du dimanche une tribune appelant le gouvernement « à mener un grand plan vélo ».

« Nous avons vingt ans de retard par rapport à d’autres pays européens », déplorent les signataires qui appellent « le gouvernement à mener un grand plan vélo dans le cadre de la future loi d’orientation des mobilités ». « Les collectivités locales prennent aujourd’hui une large part, mais ne peuvent pas porter à elles seules cet enjeu national », estiment-ils, soulignant qu’en France « plus des deux tiers des déplacements domicile-travail de moins de cinq kilomètres sont encore faits en voiture ».

« Impasse » du tout-voiture

« Le tout-voiture est aujourd’hui dans une impasse », affirment-ils, jugeant qu’« une volonté des pouvoirs publics d’investir dans des infrastructures est essentielle afin de développer l’usage du vélo ». Les signataires réclament, en particulier, « le développement de liaisons dites “autoroutes vélo” entre différents pôles de vie sur un même territoire ».

Rappelant que le conseil d’orientation des infrastructures a préconisé la mise en place d’un plan vélo de 350 millions sur quatre ans, ils estiment que cette enveloppe financière serait « un engagement fort à retranscrire dans la future loi d’orientation des mobilités ».

(...)
http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/04/22/plus-de-200-parlementaires-de-differents-bords-politiques-pour-un-plan-velo-ambitieux_5289035_823448.html

"La France a besoin d'un grand plan vélo"

TRIBUNE - Estimant que "le tout-voiture est dans une impasse", plus de 200 parlementaires appellent le gouvernement à mettre en place un plan vélo.

Oui, le vélo est un vrai moyen de transport. Non, il n'est pas limité aux citadins, mais il est aussi pertinent, pour certains déplacements, dans les territoires péri*urbains et ruraux. Oui, il est grand temps de le mettre au cœur de la mobilité du quotidien! Nous, parlementaires de sensibilités politiques variées mais rassemblés par la conviction que le vélo est un mode de déplacement d'avenir, appelons le gouvernement à mener un grand plan vélo dans le cadre de la future loi d'orientation des mobilités. Le vélo ne présente que des bénéfices : simple d'utilisation, peu onéreux, rapide, pratique, en phase avec son époque, s'adressant à tous sans distinction sociale ou géographique et bon pour la santé.

Les collectivités locales prennent *aujourd'hui une large part mais ne peuvent pas porter à elles seules cet enjeu national. Le développement du vélo croise de nombreux enjeux nationaux et locaux : l'accès à la mobilité pour tous, la lutte contre l'enclavement, la solidarité, la santé, l'accès à l'emploi, l'optimisation des infrastructures, la décongestion et la lutte contre le réchauffement climatique. Nous avons vingt ans de retard par rapport à d'autres pays européens. En France, la part modale du vélo est de moins de 3% (contre 26% aux Pays-Bas, 19% au *Danemark et 10% en Allemagne) et plus de deux tiers des déplacements domicile-travail de moins de 5 kilomètres sont encore faits en voiture!

Résorber les "zones blanches"

Le tout-voiture est aujourd'hui dans une impasse, dans un contexte de saturation des routes, de la hausse du prix des carburants et de la nécessaire réduction des émissions de CO2. Face à ces défis, le vélo est une solution de transport, pour bon nombre de déplacements, qu'il ne faut plus négliger comme alternative à la voiture individuelle. Une volonté des pouvoirs publics d'investir dans des infrastructures est essentielle afin de développer l'usage du vélo. Nous souhaitons ainsi le développement de liaisons dites "autoroutes vélo" entre différents pôles de vie sur un même territoire. Entre deux bourgs distants de quelques kilomètres, une piste cyclable sans coupures à côté d'une *départementale n'est pas une utopie. Nous sommes également convaincus que les gares doivent devenir des pôles d'échanges multimodaux. Le déploiement d'infrastructures dédiées contribuera à la résorption des "zones blanches" de la mobilité dans certains territoires aujourd'hui en marge.

Pour déployer ces infrastructures dans nos territoires, le Conseil d'orientation des infrastructures a préconisé la mise en place d'un plan vélo de 350 millions d'euros sur quatre ans. Cette enveloppe financière, engagement fort à retranscrire dans la future loi d'orientation des mobilités, serait à la hauteur du retard accumulé. Nous souhaitons la mise en place d'appels à projets réguliers qui permettront aux petites communes de se mobiliser. Le vélo est à mettre au cœur de la *mobilité quotidienne, tant professionnelle que sociale. Sept millions d'actifs sont actuellement en situation de "précarité mobilité", ce qui se traduit par une exclusion du marché du travail en l'absence de *solutions de transport. Ainsi, un jeune sur quatre a refusé en 2017 un emploi ou une formation faute de moyen de transport : ce n'est pas acceptable!

Généraliser l'indemnité kilométrique vélo

La mobilité est l'un des premiers facteurs du retour et du maintien à l'emploi. Nous sommes convaincus que le déploiement du vélo, notamment à assistance électrique, est l'une des réponses pour ne laisser personne sans solution de mobilité. D'ailleurs, il faudra évaluer les effets de la nouvelle aide nationale à l'achat d'un vélo à assistance électrique (VAE) dont la mise en place peut sembler complexe et restrictive ; le VAE constitue pourtant un mode de déplacement à encourager.

Nous espérons aussi que le gouvernement généralisera l'indemnité kilométrique vélo (IKV) pour tous les employeurs privés et publics, ce qui permettra aux salariés d'être indemnisés pour leurs déplacements domicile-travail à vélo. Sans attendre cette généralisation, il faut publier le décret déjà rédigé pour offrir cette possibilité aux fonctionnaires et répondre à l'engouement d'un nombre croissant de municipalités.Ce plan vélo doit être complet et s'accompagner de mesures de sécurité routière. Il s'inscrit parfaitement dans la généralisation du "savoir rouler" annoncée par le gouvernement à l'école primaire et du plan de "remise en selle" pour les adultes. Dans cette logique, nous espérons aussi voir adoptées des dispositions relatives au renforcement de la sécurité routière (l'Assemblée nationale a été endeuillée cette *semaine par l'accident mortel d'une collaboratrice, renversée en vélo), particulièrement les composantes d'un code de la rue afin de faire évoluer la réglementation en l'adaptant aux besoins de tous les usagers de l'espace public.

Nous appelons à une véritable mobilisation de l'Etat, aux côtés des collectivités territoriales, pour accélérer la pratique du vélo dans notre société. Un engagement de la part des acteurs publics est absolument nécessaire pour favoriser l'usage du vélo et rattraper le retard pris en la matière. Un portage politique fort est impératif pour regarder le vélo, non plus avec condescendance, mais comme un mode de mobilité d'avenir.

(...)
http://www.skyscrapercity.com/newreply.php?do=postreply&t=2012410
 

·
Registered
Joined
·
3,708 Posts
Selon moi l'IKV n'est pas le meilleur moyen, l'argent doit surtout aller dans des infrastructures performantes et sûres! La tragédie subie par l'assistante parlementaire vendredi leur ouvrira aussi les yeux sur le sujet...
 

·
nanar
Joined
·
8,341 Posts
Le renouvellement profond de l'Assemblée, par de relativement jeunes députés qui il y a 2 ans étaient encore pour beaucoup des citoyens lambda ou de "petits" élus locaux sans doute plus enclins à rouler vélo que les vieux députés qu'ils ont remplacés va dans le bon sens pour que des mesures soient enfin prises.

C'est quand même le moment d'appuyer l'action de lobbying des assoces vélos dans vos villes respectives ou à l'échelle nationale. https://www.fub.fr/
 

·
Amaury
Joined
·
694 Posts
Un voyage d'étude sur le sujet en Italie organisé par le CERTU il y a une dizaine d'années avait montré que la pratique du vélo n'était pas la plus forte là où il y avait le plus de pistes cyclables (un ensemble de tronçons, pas un réseau) mais là où il y avait le plus de "zones à trafic limité" avec de faibles vitesses. En fait, grâce aux différents retours d'expérience (Pays-Bas, Danemark, Italie, Autriche, Allemagne...), on sait que :
  • moins il y a de place pour les voitures, plus il y a de vélos (c'est bien qu'il y ait un peu de place pour les vélos quand même sinon ils roulent sur les trottoirs...)
  • moins vite roulent les voitures, plus il y a de vélos (ce qui peut être alimenté par le point 1 et plus les voitures roulent vite, plus il y a de vélos sur les trottoirs)
  • plus il y a de vélos, moins il y a de risque à vélo (parce que les automobilistes sont habitués à rencontrer des cyclistes, ils font plus attention aux angles morts, aux écarts de dépassement et aux trajectoires des cyclistes - on peut l'observer notamment à La Rochelle)
  • moins il y a de risque à vélo, plus il y a de vélos
C'est donc bien un cercle vertueux qui repose sur plusieurs facteurs. Les infrastructures lourdes de type piste cyclable, lorsqu'elles sont bien faites, font monter sur un vélo des personnes qui n'auraient pas franchi le pas autrement... mais seulement lorsque l'entrée et la sortie de ces aménagements sont rassurantes. Il faut donc que les aménagements soient intégrés dans des itinéraires et s'accompagnent de l'ensemble de la panoplie :
  • cédez-le-passage cycliste aux feux rouges
  • sas vélo
  • double-sens cyclable dans tous les secteurs où la vitesse est inférieure ou égale à 30
  • bande cyclable sur les voiries jusqu'à 50 km/h et pistes cyclables au-delà
  • ... et, comme on le disait, ce qui concerne plus spécifiquement la notion d'itinéraires (entrée/sortie d'aménagement cyclable, franchissement de carrefours et signalétique directionnelle)
L'indemnité kilométrique vélo est un autre levier. Ce qui est sûr, c'est qu'un plan national est intéressant car il peut permettre de développer de l'ingénierie locale.
 

·
Only Lyon
Joined
·
8,118 Posts
J'avais dans le coin de la tête l'idée de créer un fil Infrastructures et politiques cyclables pour parler du Baromètre, du coup merci pour cette création dont je vais profiter tout de suite ;)


Donc pour ceux qui découvriraient, la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette, l'équivalent de la FNAUT pour le vélo) a lancé à l'automne dernier une grande enquête sur la cyclabilité des villes françaises. De par le nombre de répondants (113.000 !) et la richesse des questions posées, cette enquête est d'une ampleur absolument inédite en France. La FUB compte renouveler l'expérience régulièrement pour étudier les évolutions dans chaque ville. Les 316 communes avec plus de 50 répondants ont été conservées pour l'étude statistique.

Les résultats sont parus il y a un mois au cours d'un grand congrès (à l'ENS de Lyon :angel:).

Les résultats complets sont ici, si vous avez un peu de curiosité allez voir les réponses pour votre ville :)


Je vous fais un copier-coller de ce qu'il y a à retenir au niveau national :

(les cercles sont proportionnels au nombre de répondants par commune)







Sans oublier le bon dernier, qui est bien sûr Marseille :troll:
 

·
Registered
Joined
·
4,410 Posts
Tiens, samedi, j'ai découvert qu'on pouvait faire le trajet Marne-la-Vallée (Val d'Europe) jusqu'à Paris (Les Halles) à vélo (42km)... le tout à 95% en piste cyclable ou chemin balisé. C'est particulièrement flagrant entre Torcy et Paris, où le seul moment où l'on quitte la piste cyclable du bord de Marne, c'est pour couper le méandre de Saint-Maur par Joinville-le-Pont. Et pour le coup, c'est vraiment très plaisant de pouvoir ainsi faire du vélo en toute sécurité, et presque sans marquer l'arrêt à cause d’intersections avec la voirie automobile.
 

·
Amaury
Joined
·
694 Posts
@Un passant : Est-ce que tu fais référence à ce que Nicolas HULOT aurait dit (je n'ai pas écouté) ou simplement au fait qu'il y ait un "plan vélo" national ? Parce que l'existence d'un plan vélo national est dictée par des compétences qui ne relèvent pas du local :
Actu Environnement said:
Le plan vélo abordera l'ensemble des dimensions du sujet : santé publique, infrastructures, éducation, fiscalité..., a promis Mme Borne. Une approche indispensable lorsque l'on connaît les carences en la matière et les besoins qui se révèlent multiples.
Source

ça peut recouper, par exemple :
  • une extension de l'indemnité kilométrique vélo qui est aujourd'hui accessoire, pas prévue dans la fonction publique et plafonnée à 200€ (obligatoire partout ? seulement dans la fonction publique ? relèvement du plafond de 200€, voire suppression ?)
  • des modifications du Code la Route (priorité donnée d'office aux plus fragiles sur les croisements entre voies structurantes type véloroutes voies vertes du schéma national et chaussée routière, possibilité de créer des voies partagées piétons/vélos y compris en secteur urbain hors voies vertes(*))
  • L'apprentissage du vélo à l'école et des temps de sensibilisation au moins jusqu’au collège
  • Une prime pour mise à la casse d'un véhicule motorisé au profit d'un vélo (qu'il ait ou non une assistance électrique)
  • La généralisation des prescriptions médicales de marche/vélo pour lutter contre les conséquences de la sédentarité
  • Des aides à la mise en oeuvre du schéma national de véloroutes voies vertes
  • En se basant sur ce qui se passe, par exemple, en Allemagne, imposer des règles adaptées pour l'accueil des vélos non démontés dans les trains (au moins sur tous les futurs achats de matériel...)
  • ...

(*) ... Puisque n'existe pas, quand c'est pertinent, les collectivités qui veulent le faire sont obligées d’utiliser le panneau "voie verte" qui n'est pas du tout fait pour ça.
 

·
Registered
Joined
·
3,708 Posts

·
Honi soit qui mal y pense
Joined
·
19,006 Posts
CB31 said:
Photos de la Journée mondiale pour le vélo du 3 juin dernier.

Autant de personnes en circulation, 0 pollution :)
Il n'y à pas 0 pollution, même les vélos engendre de la pollution avec le freinage, sans compter les freins à disque sur certains vélos.

La trottinette est moins polluante, sauf la trottinette électrique équipé de frein à disque.

Même la marche à pied engendre de la pollution avec l'usure des semelles.
 

·
Amaury
Joined
·
694 Posts
OK. Le "0 pollution" n'existe pas. Mais la pollution, c'est comme la toxicité : ce n'est pas binaire, 0 ou 1. C'est une question de concentration dans l'air, le sol ou encore l'organisme. Qu'est-ce qui est soutenable ? "Tout le monde " à vélo avec des freins à disque, ce serait dangereux pour la santé ?
 

·
Registered
Joined
·
3,708 Posts
De toute facon je trouve ca pas sain de défendre le vélo sur l'aspect "environnement", c'est pas ca qui va le rendre attractif! Peu de cyclistes urbains se sont mis au vélo en pensant à l'environnement! On s'y met car on évite les bouchons, on n'a pas à galérer pour stationner, et économiquement c'est vite rentable!
L'écologie est l'argument contre productif par excellence!
 

·
Sniper de centralisme
Joined
·
16,461 Posts
^^
Entre autre....
 

·
Technocrate darwiniste
Joined
·
12,680 Posts
Le problème avec l'argument de l'écologie est qu'il n'est plus généralisable à l'ensemble du parc automobile, et ça sera de moins en moins le cas avec l'hybridation/l'électrification/gazification/whatever des nouvelles voitures.
Or, il se trouve que toutes les politiques publiques censées dépolluer les centre-ville se basent sur un fait qui sera de moins en moins vrai à l'avenir, la mobilité étant par contre de plus en plus restreinte sur le long terme (par l'interdiction des véhicules individuels dans des zones de plus en plus large).

Quant au terme "mobilité active"....active en termes de quoi ? Perso je suis plus actif à travailler sur mon ordi/lire un livre/etc dans le RER qu'à pédaler et ne rien faire d'autre.
 

·
Registered
Joined
·
3,708 Posts
c'est actif dans le sens "actif physiquement"! Après je n'aime pas non plus ces termes pompeux de mobilité active ou déplacement doux! Je te rejoins parfaitement!

Le problème de l'automobile en ville, est pour moi plus un problème d'encombrement que de pollution! Son excès a créé une congestion qui a eu pour conséquence notamment cette pollution!
 
1 - 20 of 68 Posts
Top