SkyscraperCity banner
1 - 20 of 47 Posts

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #1 ·
Quatre projets pour restaurer la Citadelle de Namur

Plusieurs projets de restauration de la Citadelle de Namur ont été présentés lundi matin. Le premier dossier concerne la rénovation de la Porte de Médiane, nécessaire pour garantir la sauvegarde des vestiges et la sécurité des visiteurs.

"L'objectif est de restaurer le monument, de recréer des points de vue et de souligner la présence d'une tour médiévale", a expliqué Jean-Sébastien Misson, attaché de cabinet de l'échevin de la Citadelle, Arnaud Gavroy.

Les travaux sont estimés à 1,3 million d'euros, subsidiés à 95 pour cent par le Service public de Wallonie (SPW). Deux tronçons de murailles, se situant à proximité du Grognon, de la Rue Bord de l'Eau et de la Rampe Verte, sont jugés prioritaires et proposés également à la restauration.

On estime le coût des travaux à 1,86 million d'euros pour les tronçons proches du Grognon et à 1,17 million pour ceux qui surplombent la Rampe Verte. Le quatrième dossier concernera, lui, la qualité de l'infrastructure d'accueil des visiteurs. Pour rappel, la Ville de Namur a choisi l'option d'un remaniement de l'ancienne caserne de Terra Nova afin de construire un "centre du visiteur".

Un scénographe va être désigné et cette approche se conclura par un cahier des charges pour la réalisation des travaux. Le budget global pour la scénographie est estimé à 130 000 euros. Ces quatre dossiers seront abordés lundi soir lors du conseil communal et feront l'objet d'un appel d'offre après leur approbation

http://www.rtbf.be/info/regions/namur/quatre-projets-pour-restaurer-la-citadelle-de-namur-266277


http://www.citadelle.namur.be/
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #2 ·
Les murs de la Citadelle menacent

Philippe Prost a bouclé son étude des murailles de la Citadelle. La restauration complète coûtera 25,4 millions d'euros.

Evidemment, on s'en doutait. Aujourd'hui, il n'y a plus de doute. Les murailles de la Citadelle sont dans un état particulièrement préoccupant ». L'échevin namurois de la Citadelle Arnaud Gavroy (Ecolo), par ailleurs historien, lance un appel. Ce jeudi, à Terra Nova en compagnie de Philippe Prost qui a scrupuleusement étudié l'état de chaque mètre de rempart, il a présenté le diagnostic. Et la situation est peu reluisante. La conclusion générale est que, en mètres courants, près de 50 % des fortifications étudiées nécessitent des interventions à court terme. Entendez : dans les cinq ans sous peine de ne plus pouvoir les récupérer.

1La démarche. En juin dernier, Philippe Prost était désigné pour établir les fiches sanitaires. Passionné d'architecture militaire, ce Français a, entre autres, travaillé durant 15 ans sur la Citadelle de Belle Ile en Mer, et planche actuellement sur celle d'Arras. Son travail à Namur ressemble à celui d'un Bénédictin. Chaque parcelle de mur a été auscultée, et les coûts des travaux estimés. La facture totale se chiffre à 25,4 millions d'euros TVA comprise.

2
Les pathologies. Qualifiées de « classiques » pour des constructions de ce type, elles sont nombreuses. Et les termes sont précis. Affaissements, ventres, zones d'effondrement, brèches, fissures, couronnements cassés, parties déjointoyées et on vous en passe. Un problème particulièrement récurrent est celui des fissures.

3Les réfections antérieures. Evidemment, le propos n'est pas ici de dire que rien n'a été fait par le passé pour préserver ces murailles. Mais comme le synthétise Arnaud Gavroy, « en ce moment, on perd à la course ». Autrement dit, le rythme des travaux ne suffit pas à juguler la dégradation. Il faut accélérer le mouvement. Et vite. Au début du 19e siècle la Citadelle de Namur a été laissée à l'abandon. Trente ans ont suffi à en faire des ruines.

4La valeur patrimoniale. Philippe Prost n'hésite pas à défendre le monument namurois. A ses yeux, c'est un exemple majeur de Citadelle dite moderne, avec bastions, et d'ailleurs bien connu des amateurs d'architecture militaire. Elle mériterait de l'être bien davantage du grand public et offre un potentiel considérable en terme d'animation touristique et culturelle.

5
Un plan pluriannuel. L'ardoise totale est salée. Surtout quand on sait que les services régionaux du Patrimoine disposent d'une enveloppe de 16 millions d'euros, dont 6 à affecter aux édifices publics. Sauf que, la cathédrale de Tournai a décroché un accord pour une lourde restauration sur sept ans (3 millions par an). Les Namurois voudraient le même type de contrat pour leur Citadelle.
http://www.lesoir.be/regions/namur_luxembourg/2011-01-21/les-murs-de-la-citadelle-menacent-816555.php
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #3 ·
Du luxe pour l’administratif ?

Plus d’un million d’euros seront alloués à des bureaux pour le service communal à la citadelle de Namur. Ce qui crée la polémique au conseil communal.

La majorité CDH-Ecolo-MR a décidé d’investir trois millions d’euros nets (non subsidiables) pour la rénovation du site touristique Terra Nova à la citadelle : accueil, Horeca, création d’un centre d’interprétation historique, etc. La première phase de la rénovation concerne notamment la transformation de la conciergerie à l’entrée - un site classé - en 12 bureaux pour le service communal de la citadelle. Coût : 1 083 373 euros. D’où la question : est-ce bien raisonnable d’engloutir un tel budget pour de l’administratif ?

Lundi soir, au nom de la minorité, Bernard Poncelet (PS) a réagi : "C’est un mauvais dossier. Nous espérons une sérieuse remise en question". Pour l’opposition : d’accord, il faut restaurer Terra Nova. Oui. Il faut, à cet endroit, rendre le site de la citadelle plus attractif pour attirer davantage de visiteurs. "Mais pourquoi sacrifier un bâtiment historique à une simple fonction administrative ? Certes, tous nos fonctionnaires ont droit à des conditions de travail correctes. Ceci dit, une rénovation d’un million sans plus value touristique, c’est indéfendable !", plaide le conseiller, demandant un schéma général de rénovation du site. "Il faut investir d’abord et avant tout pour les visiteurs."

Réponse d’Arnaud Gavroy : "Il existe bien un plan d’ensemble de restauration de la citadelle pour augmenter son potentiel touristique. Et le projet de rénovation de la conciergerie fait partie intégrante du projet global touristique de Terra Nova. Cette première étape est indispensable pour restaurer la conciergerie et le rez-de-chaussée de la Caserne, dans un souci de rationalité et de moindre coût", a démontré l’échevin de la Citadelle. Faut-il y loger le personnel communal ? "On n’imagine pas un personnel à vocation touristique loin du site à animer toute l’année", estime A. Gavroy.

Pour Bernard Anselme (PS), "on peut mettre une partie du personnel citadelle à l’hôtel de ville. On pourrait affecter ce million à autre chose (le Caméo, par exemple !) et solliciter à partir de là des subsides". Jean-Louis Close déplore, lui, qu’on n’ait plus touché aux murailles de la citadelle depuis cinq ans et que le circuit d’interprétation ne soit plus entretenu ! "La conciergerie, vitrine d’entrée, devrait être affectée à une autre fonction."

http://www.lalibre.be/actu/namur-luxembourg/article/664493/du-luxe-pour-l-administratif.html
 

·
_______________________
Joined
·
518 Posts
une nouveau future pour la stade des jeux?

Je suis un étudiant d'architecture interieur, Ce moment je m'occupe d'un proget concernant le stade des jeux à Namur.
ici une introduction:

Le Stade de jeux est un bâtiment exceptionnel qui se trouve à côté de la citadelle à Namur.
Construit à 1911 par George Hobé le bâtiment était construit pour servir le beau monde de Bruxelles et les namurois.


Malheureusement les Namurois ont oublié le stade des jeux. Le bâtiment est abandonné depuis long temps et ça a des conséquences


Ludus pro Patria doit venir une marque forte pour la site du stade de jeux.


Vous pouvez faire un remarque sur :
http://stadedesjeux.blogspot.com/



Uploaded with ImageShack.us
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #5 ·
La citadelle a rajeuni

La dernière grue vient d’être démontée. "Le résultat est une réussite esthétique et patrimoniale", se réjouit d’emblée l’échevin de la Citadelle, Arnaud Gavroy.

S’il réside des nuances entre les pierres neuves et anciennes, on peut compter sur la patine du temps pour harmoniser le tout. La philosophie de l’intervention ne visait pas à uniformiser les murailles mais bien à respecter les éléments en place.

85 % des pierres composant les murailles ont pu être récupérées et réemployées. Les 15 % de pierres neuves proviennent de carrières locales. La restauration de ces 5 000 m2 de murailles s’est faite en moins d’un an, en dépit de la configuration difficile du site, escarpé et proche d’une voirie fort fréquentée.

Finalement : une circulation sans perturbations rue Bord de l’eau, aucun incident pour les passants, et une saison touristique qui n’a pas souffert du chantier.

Etat critique

L’état des deux tronçons de murailles était particulièrement critique. Et ce que les ouvriers ont découvert sur le chantier corrobore parfaitement les pathologies décrites dans la fiche sanitaire élaborée par le bureau d’architecture français de Philippe Prost commandée par la Ville de Namur.

"Ces fiches sont nécessaires : elles permettent non seulement de programmer les phases de restauration mais encore elles réduisent le risque de tomber sur un imprévu", épingle A. Gavroy.

Au chapitre gros sous, la Ville a bénéficié de subsides conséquents (quelque 2,4 millions d’euros), soit 95 % de la Région pour ces murailles classées patrimoine exceptionnel de Wallonie. La part communale (5 %) est donc certes conséquente mais réduite. Les dépassements sont inférieurs à 7 %. "En principe, il faut refaire la fortification tous les 40 ans, estime-t-on, mais avec l’utilisation des techniques mises en œuvre ici, ce qui a été refait durera plus longtemps", note A. Gavroy.

http://www.lalibre.be/actu/namur-luxembourg/article/780732/la-citadelle-a-rajeuni.html
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #6 ·
Enfin un Resort & Spa de luxe

L’hôtel de luxe Ne5t à la Citadelle a ouvert ses portes.

On en parlait depuis des années. C’est désormais devenu réalité. Namur compte un hôtel de plus. Et un hôtel de luxe sur les hauteurs de Namur : le Ne5t Hôtel & Spa.

Voilà dix ans que le dynamique chef d’entreprise namurois Benoît Gersdorff (bien connu notamment pour son restaurant de la Plage d’Amée) travaille à son projet de transformer cette ancienne ferme de la Madeleine (XIXe siècle) en résidence de luxe.

Dissimulé au cœur de la citadelle médiévale de Namur, le Ne5t Hôtel & Spa propose six suites au design et aux ambiances variées pour offrir une multitude d’univers de détente. Un petit "nest" aussi douillet, cela se paye. Le prix de la nuitée oscille entre 80 et 280€. Ce concept exclusif met, entre autres, à disposition un Spa, un restaurant et une salle de conférence/cinéma.

Envie de bien-être ? Le spa propose une large gamme de soins du corps naturels, une piscine intérieure et extérieure, une salle de fitness dotée d’un matériel technogym de dernière génération, un hammam et un jacuzzi. Les occupants de l’hôtel peuvent s’y rendre moyennant 25€ pour 2h30. Il en coûte 35€ aux non-résidents. Signe particulier : on peut réserver le spa à des fins privées. Cela évite aux gens de se croiser, l’intimité est de mise.

Le Ne5t comprend en outre un restaurant uniquement accessible sur réservation.

Enfin, ce Resort & Spa table aussi sur le tourisme d’affaires, car il est possible d’organiser des séminaires au Ne5t. Bref, là, tout n’est que luxe, calme et volupté. Chaque détail est pensé.

Et d’emblée, le Ne5t fait mouche. En quelques semaines d’existence seulement, il a déjà enregistré des réservations jusqu’au septembre 2013 ! Ce "resort" vient combler le manque d’infrastructures hôtelières de luxe à Namur. La demande est là.

Un autre Resort & Spa luxueux de huit chambres est aussi dans les cartons à Namur, notamment au Casino de Namur qui aspire à s’étendre. Par ailleurs, l’Hôtel 23 devrait ouvrir ses portes prochainement : à la Plante, trois maisons de maître de valeur patrimoniale sont transformées en un bel hôtel de charme d’une trentaine de chambres.
http://www.lalibre.be/actu/namur-luxembourg/article/788913/enfin-un-resort-spa-de-luxe.html









www.ne5t.com/
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #7 ·
Citadelle de Namur : un téléphérique connecté au centre-ville

Aujourd’hui, une nouvelle proposition est sur la table. Dans les projets structurants de la Ville, voici proposé un nouveau téléphérique. Le bourgmestre Maxime Prévot et ses partenaires l’envisagent cependant dans une configuration différente de ce qui fit la vieille et belle attraction des beaux jours de Namur.

Départ cette fois de la place Maurice-Servais, dans une configuration plus courte, moins coûteuse, mais qui a tout son sens, dit le mayeur. «Il est indispensable que Namur se dote d’un nouveau moyen mécanique de liaison entre le centre-ville et la citadelle. Pas uniquement pour ressusciter un outil auquel les Namurois tiennent de manière emblématique et émotionnelle, mais aussi pour des raisons économiques et touristiques. Nous connaissons aujourd’hui une difficulté majeure à fluidifier la connexion, malgré l’initiative louable de la citadine qui, à sa manière, essaye de répondre à ce besoin .» Aussi, le téléphérique tel qu’envisagé crée un cordon ombilical inédit, permettant de renourrir un coin de Namur en souffrance, à savoir, la place Maurice Servais.

Un téléphérique donc: la navette motorisée ne répond pas aux attentes. Moins sexy qu’un voyage aérien.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130206_00265454
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #8 ·
Les tours Joyeuse et César restaurées


Le conseil communalde Namur a approuvé la restauration des tours Joyeuse et César, bordant la route Merveilleuse,à la citadelle.

En sa réunion de jeudi dernier, le conseil communal de Namur a adopté le projet de restauration des deux tours ainsi que de la muraille les reliant, et de leur réaffectation.

Les tours Joyeuse et César datent du dernier quart du XVe siècle. Ponctuant la muraille qui reliait autrefois le château comtal à la porte urbaine précédant le pont de Jambes, elles défendaient le flanc mosan de la citadelle médiévale.

Elles témoignent des débuts de l’artillerie dans nos régions, par la présence de canonnières permettant de prendre le coteau voisin sous les tirs des couleuvrines, petite pièce d’artillerie au fût fin et allongé.

La tour César (inférieure) a conservé une bonne part de sa physionomie originelle et recèle encore des témoins de son aménagement initial dont les piédroits d’une cheminée au niveau supérieur.

La tour Joyeuse, en revanche, a vu son aménagement intérieur et ses ouvertures modifiées au fil des affectations postérieures, ainsi que sa toiture.

La courtine reliant ces deux tours a été conservée mais sa perception depuis l’extérieur a été modifiée, notamment lors de la création de la route Merveilleuse.

Les tours et la muraille les reliant sont classées comme monument et inscrites sur la liste du patrimoine mobilier exceptionnel de Wallonie.

Le projet vise :

– à restaurer ces deux tours et la muraille les reliant (élévation extérieure, l’élévation intérieure ayant été restaurée dans le cadre de la création du jardin d’inspiration médiévale);

– à réaffecter ces deux tours en complémentarité avec ce jardin, par l’aménagement, dans la tour Joyeuse, d’un espace d’accueil, d’un espace d’exposition et d’un sanitaire; dans la tour César, de deux espaces polyvalents;

– et à assurer une bonne gestion des eaux pluviales et des eaux usées, par la mise en œuvre d’un réseau d’égouttage adapté se reliant au réseau public existant dans la route Merveilleuse.

Le mode de financement sera :

– subsides escomptés : SPW : 95 % en tant que patrimoine exceptionnel; 497 884 €; province de Namur : 1 % : 5241;

– part communale : 1 571 312 €.

Total : 660 256 €.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130228_00274708


 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #9 ·
Namur: valorisation du potentiel touristique de la citadelle

Les rénovations des murailles et des bâtisses du site ont commencé, grâce à des subsides wallons; mais aujourd'hui l'échevin Ecolo espère plus. Selon Arnaud Gavroy, les choses ont changé, et Namur a enfin réussi à valoriser sa citadelle.

Pourtant Namur et sa citadelle, font moins bien que la soeur jumelle dinantaise, en terme de fréquentation. Pour Arnaud Gavroy, il faut des moyens, et ces moyens arrivent :

"Le problème c'est qu'à Namur on n'a pas eu de grands ministres du patrimoine, nous apportant tout de suite l'argent sur un plateau d'or. Donc on doit se battre avec nos moyens. On le fait et c'est déjà payant, puisqu'on a des subsides pour le grand chantier Porte de Médiane, et pour les murailles.

Mais il en faut plus et il faut une convention cadre à long terme. Et je ne désespère pas de l'obtenir avec l'appui du collège communal et du bourgmestre."

Quant au motocross, il ne s'intègre pas dans le projet patrimonial de la citadelle. Arnaud Gavroy encore, précise qu'il s'agit d'un sport fric :

"Il faut rester sur une crédibilité patrimoniale et touristique, et pas en faire un champ de foire, ouvert à tout et n'importe quoi."

Les responsables du site ont donc présenté, hier lundi 8 avril, leur programme d'activités pour cette année. En bref, nous aurons le retour des célèbres médiévales pendant l'été, et le spectacle Mary Tudor, victime il y a deux ans d'un temps exécrable. Et une nouveauté : trois balades gourmandes avec de grands chefs namurois en cuisine, pour épater les papilles.


Sonia Boulanger, Christine Pinchart
http://www.rtbf.be/info/regions/detail_namur-valorisation-du-potentiel-touristique-de-la-citadelle?id=7967328
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #10 ·
Un financement à long terme pour restaurer la Citadelle

Le ministre Carlo Di Antonio va proposer au Gouvernement wallon de signer une convention-cadre pour la restauration de la citadelle.

Cette convention s’inspire de celle qu’a déjà signée le Gouvernement avec Tournai, en vue de la restauration de sa prestigieuse cathédrale.

A Namur, l’accord porterait sur un terme de dix années. A chaque exercice, la Wallonie mettrait sur le tapis un million d’euros, à charge pour la Ville de Namur d’allonger un montant équivalent, ce qu’elle fait d’ailleurs depuis plusieurs années déjà.

Au terme des dix ans, ce ne sont pas moins de 20 millions€ qui auront été injectés. De l’argent bienvenu, tant la citadelle de Namur présente de stigmates, résultant de l’usure du temps et d’un manque d’entretien. Ces points faibles avaient été répertoriés et priorisés par le bureau d’études français Prost.

L’accord ne permettra pas de financer une restauration intégrale du domaine fortifié mais les travaux les plus urgents seront pris en charge. Le projet de convention-cadre a été annoncé par le ministre wallon du Patrimoine Carlo Di Antonio lors d’une visite de la citadelle. Il y venait pour le lancement du chantier de restauration de la porte de Médiane, subventionné par la Wallonie à concurrence de 942 458€

Les travaux de restauration de la porte, confiés à l’entreprise Monument Hainaut, dureront un an environ. Ils permettront de mettre en valeur une partie d’ancienne tour du château comtal, englobée dans des postérieures, de permettre un accès des terrasses d’artillerie aux touristes, offrant un magnifique panorama sur la Sambre et la vieille ville.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130507_00307377
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #11 ·
Un nouveau téléphérique pour relier le centre de Namur à la Citadelle

Le projet de la majorité a reçu un coup d’accélérateur récemment avec l’octroi d'une enveloppe de 22 millions d’euros à la Ville par le gouvernement wallon. Presque un tiers de la somme sera consacrée à la construction du téléphérique.

Namur renouerait ainsi avec un mode de transport qui fut associé longtemps à son image touristique, entre l'inauguration des installations en 1957 et leur fermeture 40 ans plus tard.

Nous sommes partis à la rencontre d’un Namurois un brin nostalgique de cette époque... L’homme a reconstitué un mini-téléphérique dans la cour de son restaurant. Il y a rassemblé quelques souvenirs. Sa pièce maîtresse : une cabine d’origine du téléphérique achetée sur Internet il y a deux ans.

RTBF
http://www.rtbf.be/info/regions/detail_un-nouveau-telepherique-pour-relier-le-centre-de-namur-a-la-citadelle?id=8000495
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #12 ·
Les cinq travaux d’Hercule de la citadelle de Namur


C’est le charme inattendu de la situation : lorsque nous avons Arnaud Gavroy au bout du fil, il est en Normandie, plus précisément sur le site d’Omaha Beach : c’est là que le 6 juin 44, les alliés débarquent pour écrire l’histoire de la liberté. Justement, c’est d’histoire qu’il s’agit ici, «puisque la citadelle raconte 2000 ans d’occupation humaine et d’histoire militaire.» Arnaud Gavroy, échevin de la citadelle, mais aussi historien de formation, conjugue lui aussi l’aspect humain et guerrier (dans le sens volontariste et militant du terme) pour défendre son projet d’une citadelle plus touristique, plus lisible, plus solide aussi, elle qui souffre profondément dans ses murailles notamment..

Sa stratégie pour la présente législature (mais qui risque de déborder sur d’autres vu les enjeux financiers) s’articule en cinq points. Cinq axes.

1. Priorité au pôle de Terra Nova, avec un nouveau centre du visiteur, lieu interactif pour décrypter l’histoire de la citadelle et ses différentes strates, avec un nouvel accueil touristique, avec un nouveau pôle Horeca également «de style Exki», dit Arnaud Gavroy, entre pique-nique et consommation bio.

2. Une nouvelle scénographie des souterrains, représentatifs de cette magnifique termitière militaire qu’est la citadelle : « Nous avons des souterrains qui vont du 16e siècle au 20e , puisqu’ils ont alors été gunités, dans cette dernière période, pour résister aux attaques au gaz. » Oui, dit Arnaud Gavroy, il faut mieux mettre en valeur ces lieux gorgés de souvenirs, mieux qu’avec un seul guide «qui est tout seul et un peu perdu au milieu des visiteurs», sur un réseau de près de 4 kilomètres (450 mètres accessibles en visite guidée).

3. La restauration des murailles. Ce chantier pharaonique est en cours, mais doit nécessiter de nouvelles interventions. (Lire ci-dessous), car l’urgence est toujours là, notamment pour la sécurisation de sites comme la rampe verte, lien ombilical piéton et précieux entre le centre-ville et la citadelle.

4. Un nouvel éclairage : « Le site doit être attractif de jour comme de nuit, pour les touristes comme pour les Namurois : or, il apparaît que l’éclairage nocturne éblouit certains automobilistes sur la route Merveilleuse. » Arnaud Gavroy imagine un dispositif de LED, beaucoup plus agréable. Lequel dispositif est également souple en termes de puissance comme de couleurs, éventuellement. On repense ici aux sentinelles de Yann Kersalé, dont la vision patrimoniale et scénographique travaillait sur le même dispositif.

5. Un reconditionnèrent du pôle médiéval, autour du château des comtes. «Plusieurs interventions sont nécessaires, même si elles ne sont pas prioritaires : il faut recalibrer le château des comtes, aujourd’hui la Reine Blanche, en termes énergétiques. Il faut aussi veiller à ce qu’entre les deux tours, s nous développions un artisanat de qualité, qui sera complémentaire à l’offre sur le plateau. »

Cinq axes, qu’il faut aujourd’hui financer.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20131030_00382595&pid=1905479
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #13 ·
Le retour annoncé du téléphérique

Ce soir au conseil communal, Maxime Prévot évoquera son gros dossier. Un téléphérique plein d’alternatives et parés à affronter les études préalables.

Un téléphérique pour rejoindre une citadelle. Avec un tel projet, le bastion perd définitivement sa fonction première, être inaccessible. Seize ans après la disparition du transport aérien par câbles à Namur, l’idée a refait surface dans la tête de Maxime Prévot « dans le but de recréer une forme de contact entre le cœur de Ville et ce patrimoine exceptionnel». Le bourgmestre tient tellement à son téléphérique qu’il en a fait le projet le plus coûteux de sa législature : 8 millions d’euros. Maxime Prévot dévoilera au conseil communal de ce soir les différentes alternatives qui feront l’objet d’une étude technique de faisabilité et d’une étude paysagère. Objectif : l’obtention du permis d’urbanisme. Aperçu.

1. Centre-ville. Depuis le début, la station centre-ville est envisagée place Maurice Servais car elle possède une ouverture vers la citadelle, entre le Foyer namurois et la crèche des Petits pouyons. «Elle est au cœur du piétonnier, là où les touristes convergent, mais la place est désincarnée. Ce n’est qu’un parking.» Le mayeur de Namur veut d’abord rendre le lieu piétonnier en coupant la jonction routière de la rue des Brasseurs, obligeant les automobilistes à contourner la place. «La perte de parking sera compensée par le souterrain prévu au Grognon», précise Maxime Prévot.

La crèche des Petits pouyons se transformerait, quant à elle, en hôtel. Elle est jugée «trop énergivore et horrible» par le mayeur qui prévoit de créer une nouvelle structure d’accueil pour enfants dans la rue Julie Billiart.

La possibilité d’intégrer la station au nouvel hôtel est également à l’étude. Tout comme à la maison de la Culture, soit dans les jardins, soit sur l’esplanade.

2. Une station intermédiaire . Toujours dans le scénario idéal ébauché par Maxime Prévot, le téléphérique survolerait la Sambre de manière rectiligne et conduirait tout droit à la Terrasse du Logis Comtal. Premier grain de sable : le coin de verdure à proximité de la parfumerie Delforge doit faire l’objet de fouilles archéologiques. Il faudrait donc patienter le temps qu’elles soient accomplies… ou déménager. Cela pourrait être vers une esplanade rectangulaire située à côté de la tour du guetteur. Mais dans ce cas, le parcours ne serait plus rectiligne. Or, qui dit virage, dit pylônes plus nombreux et empreinte paysagère plus importante. Et au bourgmestre d’ajouter : «S’il faut trouver un million en plus pour réaliser cette station intermédiaire, ce sera faisable. L’intérêt est de couvrir les deux versants qui sont les atouts touristiques de la ville : d’un côté une vue sur le Vieux Namur, de l’autre la vallée mosane.»

3. Citadelle. Ici encore, il y a ce dont la Ville rêve et le reste. La station culminante idéale d’après les autorités communales se situerait à hauteur du café du Panorama. Le terminus du téléphérique historique, le Belvédère, est également évoqué mais ne rencontre pas les faveurs du premier citoyen namurois. «Physiquement, cela risque d’être impossible parce que les cabines sont plus larges qu’à l’époque et qu’en plus, aujourd’hui, on doit penser à d’autres choses comme l’accès pour les PMR.» Enfin, l’ultime alternative prévoit une station à Terra Nova, plus précisément au Bastion des Cinq Frères.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20131114_00388992
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #14 ·
Dix millions d'euros pour restaurer la Citadelle de Namur


Une subvention de dix millions d'euros (un million par an pendant dix ans) vient d'être accordée pour la restauration de la Citadelle de Namur dont le coût global des travaux est estimé à 25,4 millions d'euros, a annoncé jeudi Carlo Di Antonio (cdH), ministre wallon du Patrimoine.

Maxime Prévot, bourgmestre cdH de Namur, a salué la décision du ministre "qui a été sensible à ce joyau patrimonial dont la cure de jouvence va pouvoir se poursuivre".

Des opérations de restauration sont entreprises depuis déjà plusieurs années mais il ne s'agit que d'une partie des travaux et l'état de conservation des murailles, des souterrains et des monuments spécifiques nécessite des interventions urgentes.

Un accord cadre a donc été conclu entre la Wallonie et la Ville. Il porte sur la période allant de 2013 à 2022.

Le taux d'intervention de la Wallonie dans le coût des travaux subsidiables est fixé à un montant global de dix millions d'euros pour dix ans par tranche annuelle d'un million d'euros.

Ce montant couvre les travaux, les frais généraux, la révision des prix et les dépassements éventuels et ce, en application de l'article 216 du Code wallon de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme, du Patrimoine et de l'Energie (CWATUPE) et de l'arrêté du gouvernement wallon du 29 juillet 1993, relatif au subventionnement des travaux de conservation des monuments classés.

La Citadelle de Namur est classée depuis 1996 et figure sur la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie.
http://www.lalibre.be/regions/namur/dix-millions-d-euros-pour-restaurer-la-citadelle-de-namur-528e498d3570386f7f3135b6
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #15 ·
Rénovation de la Citadelle : la porte de Médiane refaite


NAMUR - Au cœur de la citadelle, la porte de Médiane vient de perdre ses échafaudages. Sa lourde restauration touche à sa fin. L'architecte Nicolas Gyomorey nous en parle.

En quoi ont consisté les travaux ?

Il a fallu refaire les parements, remplacer les couvre-murs qui laissaient l’eau s’infiltrer dans les maçonneries et se désolidariser les pierres. Pour les terrasses, on a enlevé la végétation, posé une dalle de béton, puis une couche d’étanchéité, et on va replacer un sol, mais qui sera étanche.

À quoi ressemblera la tour quand les travaux seront terminés ?

La terrasse supérieure sera végétalisée, l’intermédiaire sera en briques sur champ et la terrasse inférieure sera couverte de gravier. La commission des monuments et sites insistait pour qu’on privilégie un aspect proche de celui qui était le plus récent.

Et l’intérieur ?

Tout sera badigeonné, en blanc, comme cela l’était autrefois. Il faudra s’y habituer. On a fait des essais d’autres couleurs, mais cela n’a pas donné satisfaction. Sauf la tour médiévale, qui ne sera pas badigeonnée.

Vous avez eu des surprises ?

Il était prévu de dégager le pied de la tour, en creusant un fossé tout autour, style «cour anglaise». Mais il est apparu que cette base était plus profondément enfouie que prévu. C’est pourquoi cette option a été abandonnée.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20140226_020 (+ vidéo)
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #16 ·
Le mesureur de nuages regarde désormais Namur de haut




Magnifique collaboration qui s’installe entre Namur et Jan Fabre, en partenariat avec Mons 2015.

Namur va rivaliser dans sa communication avec l’ensemble de la planète: si, pendant la Coupe du Monde, on a vu sur tous les écrans le Christ rédempteur écartant les bras pour tutoyer ou surveiller Rio de Janeiro du haut du mont du Corcovado, voici que la capitale wallonne installe son étendard à elle, symbolique, sur le parvis gazonné de la porte de Médiane, à la citadelle. L’œuvre, moins christique dans son esprit mais tout autant céleste dans sa dimension, s’appelle «L’homme qui mesure les nuages.» Elle est signée de Jan Fabre, iconoclaste et fabuliste dans l’âme, artiste internationalement reconnu qui s’installe à Namur pour plusieurs mois (jusqu’en septembre, précisément).

L’installation, imaginée dans le cadre du partenariat entre Namur et Mons capitale culturelle 2015, est simplement magnifique dans son contenu, mais aussi dans sa localisation: cet homme de conte qui tend une règle pour mesurer les nuages surplombe toute la ville. Doré dans son appareil vestimentaire, comme sorti du groupe disco façon «Imagination», il se fait précieux, à l’image de son auteur, sa posture est celle d’un faux scientifique qui compte rationnellement la taille des cumulus de passage, millimètres en main, tout en devenant rêveur, le nez vers des nuages non quantifiés ni qualifiés, mais juste images de rêve…

C’est hier après-midi que ce personnage directement tiré d’une pellicule de Méliès a posé son socle doctoral sur la citadelle, au fil d‘un dispositif peu conventionnel. La grue a déposé l’œuvre soigneusement, sous les yeux de l’équipe qui encadre les installations de Jan Fabre depuis plusieurs années.

Art Casting, fonderie d’art d’Audenaerde, est l’associé de cœur de l’artiste. ce sont ses exécutants qui ont géré l’ensemble: la stabilisation, la protection aussi.

La statue est recouverte d’un enduit particulier qui permettra de répondre à d’éventuelles attaques au tag.

Elle est solidement fixée pour éviter le vol.
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20150121_00589988
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #17 ·
Un téléphérique reliera le vieux Namur à la Citadelle




Selon une étude technique réalisée par un bureau français, le meilleur tracé pour le futur téléphérique de Namur relierait les quais de la Sambre, à hauteur de la place Maurice Servais, à l'Esplanade de la Citadelle. Six-cent septante-neuf mètres de liaison, trois minutes de parcours. Le téléphérique pourrait être mis en fonction en 2018.


C'est un bureau spécialisé de Grenoble, ERIC, qui a défriché le terrain pour les autorités communales namuroises. Dans les Alpes françaises, l'installation et l'exploitation de liaisons téléphériques est un business florissant. Et c'est vrai que les visuels présentés ce mercredi matin en conférence de presse avaient un petit goût de sports d'hiver. Les ingénieurs ont envisagé une quinzaine de tracés différents.


Préserver le paysage de la Citadelle


La station de départ aurait pu être installée devant la Maison de la culture de Namur ou même sur le Grognon, à côté du Parlement wallon, mais ces options ont finalement été écartées au profit d'un départ depuis les quais de la Sambre, à hauteur de la place Maurice Servais, à l'orée du piétonnier de de la vieille ville. "C'est un tracé qui permet de préserver l'intégrité du paysage de la Citadelle, plaide le bourgmestre Maxime Prévot, mais qui permet aussi d'avoir une magnifique vue sur le quartier du vieux Namur, et qui permet surtout de faire une liaison entre le piétonnier touristique et l'Esplanade de la Citadelle, où il y a beaucoup d'activités qui se développent; c'est aussi le point d'arrivée des cars de touristes."

La ville de Namur avait déjà marqué sa préférence pour un départ du téléphérique de la place Maurice Servais. Encore fallait-il que ce soit possible. "Avec le bâti qui sépare la place et la Sambre, ce n'est pas possible d'installer la station de départ sur la place, comme l'envisageait la ville, explique Fabien Abinal, Ingénieur chargé d'affaires chez ERIC. Le tracé retenu suppose donc la destruction d'un bâtiment sur le quai pour laisser la place à la station." Le bâtiment en question, qui ne présente pas d'intérêt architectural, appartient à la Ville. Il abrite actuellement une crèche.

La station d'arrivée serait, elle, installée au sommet de la Citadelle, sur l'Esplanade, au terme d'un parcours de 679 mètres de long. L'étude privilégie un type de téléphérique - les télécabines débrayables - qui ne suppose pas des pylônes de trop grande taille. Il y en aurait 6 sur la liaison, mesurant entre 20 et 25 mètres de haut.


Vers une exploitation privée

Ce jeudi, le Conseil communal de Namur devrait voter un appel à candidature pour connaître les groupes privés intéressés à construire et exploiter le téléphérique durant 30 ans. "Nous préférons concéder l'exploitation à une entreprise dont c'est le métier", explique Maxime Prévot. Cela permettra sans doute de réduire les coûts à charge des pouvoirs publics."

D'après une estimation prudente, la conception et la construction du téléphérique coûteraient 8,7 millions d'euros. Les coûts d'exploitation durant 30 ans s'élèveraient à 19,6 millions d'euros et les coûts d'entretien à 3 millions d'euros. Quant aux recettes, à raison de 350.000 euros par an, elles s'élèveraient à 10,5 millions sur 30 ans. Le bourgmestre a pris sa calculette : "Cela porte le coût d'exploitation à environ 12 millions d'euros sur 30 ans, soit 405.000 euros par an, à charge des pouvoirs publics. Nous utiliserons une enveloppe de subsides alloués par la Région wallonne aux grandes villes pour le développement de projets métropolitains."

La ville de Namur espère mettre son nouveau téléphérique en service à l'été 2018 et atteindre 75.000 utilisateurs par an dès l'année suivante.

François Louis













http://www.rtbf.be/info/regions/detail_un-telepherique-reliera-le-vieux-namur-a-la-citadelle?id=8904266
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #18 ·
La tortue de Jan Fabre au lever du jour


Il y a quelques jours, une œuvre monumentale de Jan Fabre, «Searching for Utopia», a été posée sur la citadelle. Depuis, la statue attire les curieux et fait chauffer les appareils photos. Ces clichés ont été pris, ce matin, au lever du jour. Face au confluent, le reptile carapacé contemple la Meuse et attend le soleil...
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20150305_00611627



Jan Fabre à Namur - 2015 by Evrard Rebecca, on Flickr



Jan Fabre à Namur - 2015 by Evrard Rebecca, on Flickr
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #19 ·
Classer stade et théâtre de Verdure




La Ville a introduit un dossier de classement de ces deux édifices sur la citadelle. Le dossier est aujourd’hui à l’enquête publique.


Le dossier est aujourd’hui à l’enquête publique. Il ne motive pas vraiment les foules (même l’agent du service urbanisme ne voyait pas de quoi nous parlions quand nous avons poussé la porte du service), mais il est pourtant essentiel et plein de promesses pour l’avenir du lieu. La Ville de Namur souhaite faire classer par la Région Wallonne le stade des jeux (hors esplanade) et le Théâtre dit de Verdure.

Financé par la Région

Ce classement permettra à la Ville, s’il est accepté, de pouvoir compter sur des budgets régionaux pour des travaux de rénovation qui sont urgents. Sur base de projets concrets, Namur pourrait compter sur 85% de financement régional. Ce serait la bonne nouvelle. La moins bonne est que les 15% restant seraient à sa charge. Il faudra donc gérer les priorités.

Le classement est ici demandé sur base d’un argumentaire étayé. Il y a d’abord l’intérêt architectural «élevé du stade des jeux et du théâtre en plein air, sur la citadelle de Namur représentant un témoin unique en Belgique par l’originalité et l’exemplarité du programme.» La demande souligne également que la symbiose entre les deux programmes, le sportif et le culturel, est « particulièrement aboutie», qu’au niveau technique, «l’œuvre est un témoignage précoce et rare à cette échelle de l’usage du béton armé, breveté Hennebique, et que dès lors le procédé mérite d’être conservé.»

Entre Art Nouveau et Art Déco, Georges Hobé avait raconté comment la citadelle ne devait pas être seulement militaire, mais aussi lieu de loisirs et de villégiature.

L’enquête publique, qui déploie dans son dispositif un dossier photographique complet, raconte comment le lieu a souffert des outrages du temps. Comment même, que ce soit du côté du Théâtre de Verdure ou de celui du stade des jeux, la pluie, le temps, ont fait leur effet. Rappelons qu’en 2011, les gradins, le Théâtre de Verdure et le tunnel de la Citadelle de Namur ont été fermés car l’assureur des édifices estimait que ceux-ci se trouvent dans un état d’insécurité dangereux. Dans le tunnel de 113 mètres de long, un filet devait être posé pour éviter les chutes de pierres.

Rappelons que dans le cas de ces deux bâtiments, le Théâtre de Verdure et le Stade des jeux, un dossier avait été introduit en mars 2010 auprès de l’administration wallonne pour classer cette partie de la citadelle. Ce sera peut-être chose faite bientôt.

L’enquête publique est accessible jusqu’au mardi 19 mai.
http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150505_00643794
 

·
Registered
Joined
·
3,108 Posts
Discussion Starter · #20 ·
Restauration des Grands Fossés de la Citadelle de Namur pour 820 000 euros


Les Grands Fossés de la Citadelle de Namur, long couloir de murailles datant du 17e siècle et rénové sous la période néerlandaise vers 1815, sont actuellement restaurés, indique lundi Arnaud Gavroy, échevin en charge de la Citadelle.

Entamé en octobre 2014, le sixième chantier aux abords de la Citadelle depuis 2005 représente 820 000 euros de budget, contre les 995 000 euros estimés, et devrait se terminer fin octobre.


"L'analyse de l'état sanitaire général des murailles en 2011 par les architectes a révélé que cette partie était la priorité des priorités. Deux anglées avaient été pointées du doigt. Finalement, l'attention est portée à une seule et aux murailles qui la prolongent", a expliqué l'échevin.

Ces murailles souffraient d'effondrements importants et de gonflements dus à l'infiltration importante de l'eau, de déjointoiement et d'une importante colonisation végétale.

"Nous démontons et stockons les moellons par assise et donc par taille et, si nécessaire, nous les réparons ou faisons des greffes avant de les mixer de manière harmonieuse à de nouvelles pierres. Nous installons notamment un système d'ancrage complémentaire en inox en remontant le parement pour améliorer sa résistance, de même que des goulottes en plomb par endroits pour rejeter l'eau hors de la muraille", expliquent l'ingénieur Aurélie Vermijlen et l'architecte Jehanne Seghers.

Cette rénovation, sur 18 mètres de haut, fait partie de l'accord-cadre conclu avec la Région wallonne de 10 millions d'euros de subsides pour une durée de dix ans.

La seconde anglée et le reste des murailles des Grands Fossés devront faire l'objet de nouvelles demandes de subsides.

Belga
https://www.rtbf.be/info/regions/detail_restauration-des-grands-fosses-de-la-citadelle-de-namur-pour-820-000-euros?id=8983525
 
1 - 20 of 47 Posts
Top