SkyscraperCity banner

1 - 20 of 66 Posts

·
Mah *****h
Joined
·
10,966 Posts
Discussion Starter #1
Une zone franche export à Nouaceur

· Le décret publié au BO du 29 novembre

· Le site s’étend sur 78 hectares en complément de la technopôle


La zone franche d’exportation de Nouaceur est officiellement créée. Son décret d’application vient d’être publié au bulletin officiel n° 5895 du 29 novembre 2010. Etendue sur une superficie de 78 hectares, elle vient donc renforcer la technopôle de Nouacer. Le site est dédié aux industries aéronautique, électrique, de défense et sécurité.
«Elle cible les PME de référence et performantes qui ont besoin de se développer à l’international. Il existe une forte demande puisque nous sommes dans une industrie qui fait face à une importante compétition», explique Hamid Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries et services aéronautiques au Maroc (Gimas).
La mise en place de la zone franche renforcera la compétitivité marocaine dans cette industrie. Les investisseurs bénéficieront d’un régime administratif allégé. Ils seront également exonérés des droits d'enregistrement et de timbre pour la constitution ou l'augmentation du capital et pour l'acquisition de terrains. Ils bénéficieront aussi d’une exonération totale de l’impôt sur les sociétés durant les cinq premières années, suivie d’une réduction des taux à 8,75% à partir de la sixième année.
Dans le pacte pour l’Emergence industrielle, le secteur aéronautique et spatial bénéficie d’un programme de développement dédié. Ce secteur, dont le Maroc fait un de ses métiers mondiaux, est promis à une forte croissance.
Si cette industrie a connu quelques difficultés partout dans le monde en 2010, les sous-traitants marocains achèveront l’année sur une note positive, selon El Andaloussi. L’on table aussi sur une forte relance de l’activité dès 2011-2012. Avec cette nouvelle plateforme industrielle intégrée (P2II), qui a un statut de zone franche, l’on s’attend aussi à doubler les effectifs employés sur le site de Nouacer. La technopôle a permis de créer 8.000 emplois.
Par ailleurs, la zone franche de Kénitra, prévue initialement sur une superficie de 344 hectares, sera érigée sur 199 hectares. Un amendement dans ce sens vient d’être publié dans le bulletin officiel n° 5895. Ce changement s’explique par la forte demande du marché locale. Et donc cette P2II dédiera une superficie plus importante à une zone libre ou généraliste.
Connue sous le nom d’Atlantic Free Zone, la zone franche de Kénitra abritera les industries textiles et cuir, l'agro-industrie, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques incluant l'industrie automobile, les industries chimiques et parachimiques et des services. A terme, l'objectif de ce projet est l'intégration de la chaîne industrielle automobile dans la région et la création de 10.000 à 15.000 emplois dans ce secteur.
Dans cette zone franche, les investisseurs bénéficieront d'un cadre sectoriel incitatif et d’avantages liés aux coûts d'installation et d'exploitation. Les travaux ont démarré au cours du premier trimestre 2010 et les premières installations seraient livrées fin 2011. Cette plateforme est réalisée par la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) à travers sa filiale MedZ et le logisticien espagnol Edonia World.

Khadija MASMOUDI
leco
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
La zone franche de Nouaceur opérationnelle

Publié le : 13/12/2010

Après Kénitra, Nouaceur a désormais elle aussi sa zone franche. Cette dernière, qui sera évidemment adossée à l’aéropôle, s’étendra sur une superficie de 78 hectares. Parmi les activités admises à opérer dans la nouvelle zone franche, les industries aéronautiques, les industries pharmaceutiques et médicales, l’électricité, la mécanique et l’électronique de précision, les systèmes embarqués
http://www.lavieeco.com/echos/18219-la-zone-franche-de-nouaceur-operationnelle.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Projet
Une zone franche pour la métropole
Une nouvelle Plateforme industrielle intégrée (P2I) vient d'être créée par décret ministériel.​

Publié le : 19.12.2010 | 10h48


La capitale économique a désormais sa zone franche. En effet, une nouvelle Plateforme industrielle intégrée (P2I) vient d'être créée par décret ministériel n° 2.10.286 dans la région du Grand Casablanca.

Il s'agit de la zone franche de Nouaceur, la première de son genre dans la région. Installée à proximité de l'aéroport Mohammed V, cette P2I s'étend sur une superficie de plus de 78 Ha. L'objectif de sa création est de renforcer les structures d'accueil industriel, dans une parfaite harmonie avec l'ambition du Grand Casablanca à être le pôle industriel régional par excellence.

Cette P2I sera ainsi un argument de plus de la métropole, pour attirer les investisseurs désireux de gagner en compétitivité et des marchés à l'export. La nouvelle zone franche abritera des industries de pointe qui riment avec la stratégie de développement économique régionale. Il s'agit de l'industrie aéronautique et spatiale, les activités liées aux systèmes de sécurité et radars, l'industrie médicale, les industries métalliques, métallurgiques, électriques, électroniques embarqués, système de précision. Les services liés à toutes ces industries sont également prévus dans la nouvelle P2I. Cette dernière pourrait être livrée en 2012. Il est à noter que les plateformes industrielles intégrées sont considérées comme des véhicules d'investissement pour la réalisation des actifs des parcs offshoring.

Elles assurent les meilleurs services aux investisseurs avec une couverture sectorielle large mais aussi territoriale pour tirer le meilleur parti des potentialités de chaque région. Celle de Casablanca s'affirme comme une mesure phare pour l'ensemble des investisseurs et acteurs économiques. «La multitude des zones industrielles programmées par l'État s'inscrivent dans une politique globale dont nous veillons sur la synergie», a affirmé à ce propos Mohssine Semmar, directeur des Etudes et de la planification industrielle au ministère du Commerce, de l'Industrie et des Nouvelles Technologies, au cours du forum de l'Immobilier d'entreprise 2010.

L'objectif étant de les ériger comme véritables pôles de compétitivité lorsqu'elles seront en vitesse de croisière et d'en faire de véritables leviers pour le développement économique du Pays. «C'est pour cette raison que nous avons structuré les P2I en trois types.
Les plateformes généralistes, régionales et thématiques et sectorielles», analyse Mohssine Semmar.
Ce genre de plateforme vise à répondre aux besoins en capacité d'accueil des investisseurs et dépasser la problématique récurrente du foncier.


Un réseau de 16 P2I
Tout un réseau de 16 plateformes industrielles intégrées (P2I) sera mise en place progressivement dans le cadre du Pacte national pour l'émergence industrielle dont certaines sont des zones existantes et qu'il s'agit de mettre à niveau en termes de proposition de valeur offerte aux investisseurs. On dénombre 9 P2I sectorielles, 6 P2I dédiées offshoring. L'ambition est de voir ces P2I se transformer en pôles de compétitivité et enfin en pôles d'activité dont le principal effet est d'insuffler une dynamique de compétitivité basée sur le savoir et l'innovation. Ces P2I sont localisées au niveau de Casablanca, Fès, Tanger, Kénitra, Settat, Laâyoune et Dakhla.



Repères

Détails des P2I


Deux P2I sont dédiées au secteur automobile bénéficiant du statut de zone franche.

Une P2I est dédiée à l'aéronautique.

Cinq P2I sont généralistes et comprennent la plateforme industrielle de Casablanca dans le «Corridor Zénata-Nouasser».



Par Nadia Ouiddar | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=112&id=143792
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
Aéronautique : La zone de Nouaceur s’appellera désormais Mid Park

La semaine qui commence ce lundi 2 mai sera mémorable pour le secteur de l’industrie aéronautique. Les opérateurs prévoient l’inauguration avant vendredi prochain de l’institut de formation dédiée aux différents métiers liés à cette industrie. Un institut dont la mise en place a été piloté par le GIMAS, association professionnelle regroupant les opérateurs de l’aéronautique.

L’inauguration de cet un institut est un tournant pour l’industrie aéronautique dans la mesure où il permettra de pallier, ne serait ce que partiellement, aux grands besoins en ressources humaines pour cette industrie. D’ailleurs, ce manque d’opérateurs qualifiés est l’un des principaux facteurs qui empêchent l’expansion des investissements actuels et l’arrivée de nouveaux opérateurs.

La mise en service de l’institut de formation n’est pas la seule bonne nouvelle que devraient annoncer les opérateurs de l’aéronautique. Ils attendent en outre à l’expansion de leur zone d’activité située à Nouaceur juste à côté de l’aéroport Mohamed V. Cette zone aura désormais un nom. Elle s’appellera Mid Park. Elle aura également un développeur à savoir Med Z, filiale du groupe CDG Développement. Cet organisme sera chargé de la préparation du terrain pour l’accueil de nouveau opérateur dans de nouveaux métiers.

Le Gimas veut attirer de nouveaux opérateurs, notamment dans la métallurgie liée à l’aéronautique, l’entretien des aéronefs à plus grande envergure et d’autres segments à plus forte valeur ajoutée. Encore faut-il que l’institut en question puisse mobiliser autant de main d’œuvre qualifiée pour accompagner ces ambitions.
maroceco
 

·
Registered
Joined
·
3,837 Posts
Des photos si c'est possible ?
merci
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Aéronautique : La zone de Nouaceur s’appellera désormais Mid Park

La semaine qui commence ce lundi 2 mai sera mémorable pour le secteur de l’industrie aéronautique. Les opérateurs prévoient l’inauguration avant vendredi prochain de l’institut de formation dédiée aux différents métiers liés à cette industrie. Un institut dont la mise en place a été piloté par le GIMAS, association professionnelle regroupant les opérateurs de l’aéronautique.

L’inauguration de cet un institut est un tournant pour l’industrie aéronautique dans la mesure où il permettra de pallier, ne serait ce que partiellement, aux grands besoins en ressources humaines pour cette industrie. D’ailleurs, ce manque d’opérateurs qualifiés est l’un des principaux facteurs qui empêchent l’expansion des investissements actuels et l’arrivée de nouveaux opérateurs.

La mise en service de l’institut de formation n’est pas la seule bonne nouvelle que devraient annoncer les opérateurs de l’aéronautique. Ils attendent en outre à l’expansion de leur zone d’activité située à Nouaceur juste à côté de l’aéroport Mohamed V. Cette zone aura désormais un nom. Elle s’appellera Mid Park. Elle aura également un développeur à savoir Med Z, filiale du groupe CDG Développement. Cet organisme sera chargé de la préparation du terrain pour l’accueil de nouveau opérateur dans de nouveaux métiers.

Le Gimas veut attirer de nouveaux opérateurs, notamment dans la métallurgie liée à l’aéronautique, l’entretien des aéronefs à plus grande envergure et d’autres segments à plus forte valeur ajoutée. Encore faut-il que l’institut en question puisse mobiliser autant de main d’œuvre qualifiée pour accompagner ces ambitions.

maroceco
CHnagment de titre, de :

CASABLANCA | Zone Franche Export Nouaceur | #Realized

en :

NOUACEUR | Mid Park | #Realized
 

·
Banned
Joined
·
7,859 Posts
AÉRONAUTIQUE
L’ATOUT NUMÉRO 1 DU PLAN EMERGENCE
OBJECTIF: SE POSITIONNER EN TANT QUE BASE LA PLUS COMPÉTITIVE DANS LE PROLONGEMENT DE L’EUROPE
MIDPARC SERA MIS EN SERVICE À LA FIN DE L’ANNÉE PROCHAINE

L’Aéropôle de Nouaceur regroupe la majorité des entreprises installées au Maroc. La capacité d’accueil de la base aéronautique sera renforcée par la mise en service, à la fin de l’année prochaine, de MidParc


Positionné par le plan Emergence comme étant l’un des métiers mondiaux du Maroc, le secteur aéronautique est en développement soutenu depuis quelques années. Le Maroc se donne les moyens pour réaliser l’objectif de positionnement en tant que base aéronautique la plus concurrentielle dans le bassin sud de la Méditerranée, et de «représenter un pôle aéronautique compétitif dans le prolongement naturel de l’Europe», affirme Hamid Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS). A la tête des moyens dont se dote le Maroc pour relever ce défi, on retrouve les plateformes industrielles, comme l’Aéropôle de Nouaceur, qui est déjà opérationnelle, et la P2I Mid
Parc, dont les travaux d’aménagement sont en cours. Aujourd’hui, une centaine d’entreprises du secteur sont déjà installées au Maroc, dont certains groupes leaders au plan mondial, comme EADS, Safran, Boeing. S’y ajoutent RAM Industrie et des PME de référence comme le Piston Français, Creuzet Aéronautique, Ratier Figeac, Zodiac, Daher… Le site industriel de Nouaceur abrite une grande variété d’activités, notamment la production, le traitement de surface, l’entretien avions et moteurs, l’ingénierie, l’assemblage… L’idée est de se positionner en tant que centre d’excellence, avec une forte valeur ajoutée. «Nous ne nous positionnons pas sur des activités en fin de vie, mais sur des produits pour lesquels la demande est en forte croissance pour ne pas délivrer uniquement des pièces élémentaires, mais des ensembles et des systèmes complets», tient à préciser El Andaloussi. L’industrie aéronautique marocaine emploie plus de 8.500 personnes et réalise annuellement environ 1 milliard de dollars à l’export.
Le site de Nouaceur, mais également la P2I Mid
Parc, permettent au Maroc de se positionner en tant qu’acteur majeur sur la carte aéronautique internationale. Cette nouvelle P2I s’étale sur 125 hectares et constitue une zone franche dédiée aux métiers de l’aéronautique, de l’industrie spatiale, de la défense et la sécurité, et de l’électronique embarquée. Les travaux d’aménagement «sont bien avancés et la commercialisation est déjà lancée», selon El Andaloussi. Les premières entreprises devraient s’installer à partir de la fin de l’année prochaine. De grandes entreprises auraient déjà manifesté leur intérêt pour ce nouveau site. Mais aucun nom ne filtre pour l’instant. Cette zone industrielle devrait offrir aux investisseurs, notamment aux PME, des installations en location conformément à leurs besoins. Le business model de Mid
Parc est «d’offrir un centre d’accueil unique pour des PME détentrices de technologie, les accompagner dans toutes leurs démarches d’implantation et leur offrir en location une usine de qualité, sans besoin d’apport financier dans le bâtiment», note-t-il. Mid
Parc leur offre aussi «tous les services et la logistique dont elles ont besoin». Ce qui leur permettra de se focaliser sur leur cœur de métier. Plus de 300 entreprises devraient s’installer à Mid
Parc durant les 10 prochaines années, offrant plus de 10.000 emplois hautement qualifiés aux jeunes marocains.
D’où le rôle de l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA) dans la préparation des compétences adéquates. «L’IMA arrive au bon moment pour accompagner les besoins des industriels en compétences», fait savoir El Andaloussi, également président de l’Institut. Actuellement, «nous sommes en mesure de former 400 lauréats par an», ajoute-t-il. Ce nombre devrait passer à 800 à l’horizon 2015. Les lauréats de cet institut, opérationnel depuis mai dernier, devront intégrer directement les entreprises déjà installées. Ce sont les entreprises qui «choisissent, en partenariat avec l’Institut, leurs collaborateurs à former au sein de cet établissement», précise-t-il. Outre la mise en place de cette nouvelle zone industrielle et de l’Institut de formation pour accompagner le besoin en profils pointus, la promotion de l’offre aéronautique marocaine est confiée à l’AMDI qui se charge du démarchage des entreprises internationales, afin de les inciter à s’installer au Maroc. De son côté, Maroc Export se charge d’encourager l’activité de sous-traitance.
l'eco
 

·
Halay Turkish
Joined
·
3,375 Posts
Casablanca: La P2I de Nouaceur se dessine L’installation de géants de l’industrie aéronautique dévoilée ce mois
Les travaux de la voirie et l’assainissement à 30%
La première tranche livrée en mars 2013




La P2I de Nouaceur pourrait, à terme, accueillir jusqu’à 300 entreprises spécialisées essentiellement dans les industries aéronautiques, spatiales, de défense et de sécurité. Elle cible aussi les industries de santé (médicaments et équipements). L’ensemble devrait générer des investissements de l’ordre de 4 milliards de DH


La zone franche de Nouaceur, Mid-Parc, est apparemment sur le chemin du succès. Après Bombardier, c’est au tour de cinq autres grands noms de l’industrie aéronautique de déposer leurs demandes d’installation dans cette P2I prévue sur 125 ha. Le Centre régional d’investissement (CRI) du Grand Casablanca, chargé de l’instruction des demandes d’implantation, se montre optimiste quant au développement futur de la zone. «Le projet commence vraiment à prendre forme», indique Hamid Benlafdil, directeur du CRI. Les décisions définitives d’autorisation devraient être annoncées ce mois. «Il y a, toutefois, des demandes que nous refusons malgré nous, vu qu’elles concernent des secteurs autres que ceux prévus par le décret de création de la zone, comme l’agro-industrie», souligne Benlafdil.
La future plateforme a pour vocation d’améliorer la compétitivité des industries exportatrices: aéronautiques, spatiales, de défense et de sécurité, en particulier, et, pour la première fois au Maroc, des industries de santé (médicaments et équipements). Son aménagement est confié à Midparc Investment, une filiale de Med
Z, créée en juillet 2011. «Midparc» est une autre structure de Med Z qui assure la commercialisation, la location des unités industrielles et la gestion du projet (voir L’Economiste édition n° 3684 du 23/12/2011).
La P2I sera réalisée en deux tranches. L’aménagement de la première (63 ha), qui prévoit la construction de 148 unités industrielles, devrait être achevé en mars 2013. Les travaux de réalisation de la seconde tranche (62 ha) ne démarreront qu’après la livraison de la première phase. L’achèvement total du projet est prévu avant fin 2016. «Le foncier de la première tranche est complètement assaini», indique Khalifa Chakib, directeur général délégué de Midparc. Un premier lot de travaux, portant sur la voirie et l’assainissement, a démarré en juin 2011. Le chantier a été remporté par l’entreprise S.W. Trap et est aujourd’hui avancé à environ 30%.
Côté voies d’accès, un pont est en cours de réalisation par la société Handassa et le bureau d’études Novec. Un autre marché a été attribué à l’entreprise marocaine STBR Constructions, pour l’aménagement d’un centre de vie de 1,1 ha. Un espace qui comprendra, entre autres, des bureaux d’administration et de commercialisation.
Le montant de réalisation global de la P2I est estimé à 710 millions de DH. Elle devrait accueillir 300 entreprises et générer 12.000 emplois et des investissements de l’ordre de 4 milliards de DH. Outre le centre de vie et les unités industrielles (65 ha), la future plateforme abritera une zone logistique (6,6 ha), des ateliers relais (3,6 ha), des équipements et activités support, un hôtel, une zone de commerces et services, des espaces verts (10 ha), un restaurant et un parking.

Paysage

La plateforme industrielle intégrée (P2I) de Nouaceur sera dotée d’un parc paysager de 15 hectares. Sa réalisation nécessitera une enveloppe budgétaire de 15 millions de DH. L’espace abritera un complexe socio-sportif, une piscine mixte, trois aires de jeux (pétanque, gym, etc.), un terrain de sport public, une piste de jogging, un jardin, un poste de police, des toilettes publiques, un parking de 30 places et un kiosque. La convention de valorisation du futur parc a été signée par les ministères de l’Industrie et du Commerce et de la Jeunesse et des Sports. Lancé en juin 2012, l’appel d’offres relatif à son aménagement a abouti à la conclusion d’un marché avec l’entreprise «Aromed». Les travaux viennent à peine de démarrer.
l'economiste
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
La future plateforme a pour vocation d’améliorer la compétitivité des industries exportatrices: aéronautiques, spatiales, de défense et de sécurité, en particulier, et, pour la première fois au Maroc, des industries de santé (médicaments et équipements).
Là je dis bravo, car il y a un vrai marché à explorer.
 

·
Banned
Joined
·
2,230 Posts
l'economiste
magnifique on est sur le bon chemin mais ce genre d'initiative doit se développé sur tout le territoire et ne pas oublié que le Maroc ce n'est pas que Rabat-Casa :cheers:
 

·
Halay Turkish
Joined
·
3,375 Posts
magnifique on est sur le bon chemin mais ce genre d'initiative doit se développé sur tout le territoire et ne pas oublié que le Maroc ce n'est pas que Rabat-Casa :cheers:
ca se developpe, par exemple avec les agropoles, les P2i... le problem c'est que ça met du temps a sortir de terre, il aurait fallu faire tout ça 10ans auparavant pour recolter les fruits aujourd'hui !
 

·
Registered
Joined
·
202 Posts
magnifique on est sur le bon chemin mais ce genre d'initiative doit se développé sur tout le territoire et ne pas oublié que le Maroc ce n'est pas que Rabat-Casa :cheers:
tanger med c pas casa. la zone franche de tanger. celle de kenitra. des offshors genre casanearshor dans plusieurs régions. mais bon, il ya tjs un centre de gravité partout dans le monde. pour l'aéronautique, je pense que c'est lié à l'aéroport, le siége de l'ONDA, la RAM. en fait y a déja des ressources humais coté maintenance qu'on peut déveloper pour en faire le noayau du future personnel.
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Maroc : une nouvelle zone franche vise les PME de l’aéronautique​


Par Marie Cadoux - Publié le 24 septembre 2012



Venues principalement d’Europe, les PME du secteur de l’aéronautique sont au rendez-vous du Sistep-Midest, le salon de la sous-traitance industrielle qui se tient jusqu’au 22 septembre à Casablanca. Une zone franche en cours de réalisation, située au contact de l’aéroport, compte attirer les PME de l’aéronautique à partir de la mi-2013.

Certes, la première entreprise à avoir signé pour s’installer sur Mid Parc, la nouvelle zone franche dédiée aux secteurs de l’aéronautique, du spatial, de la défense et de la sécurité, n’est pas une PME. Il s’agit même de l’un des géants de l’aéronautique, le Canadien Bombardier, qui a prévu d’investir 200 millions de dollars et d’occuper un espace de 10 hectares.

Dès janvier 2013, le constructeur démarrera la production de pièces d’aérostructures dans une usine provisoire installée au sein de l’Aéropôle, la zone d’activité juste en face du futur parc industriel intégré. Selon nos informations, une trentaine de techniciens sont actuellement en cours de formation à l’Institut des métiers de l’aéronautique, situé sur place.

Bombardier, qui emploiera à terme un millier de personnes, rejoindra Midparc dès la fin du premier semestre 2013. "L’arrivée de Bombardier va faire de Casablanca un pôle lourd de développement industriel à proximité de l’Europe. Dans son sillage, nous nous attendons à l’arrivée de nouveaux sous-traitants", s’enthousiasme Hamid Benbrahim El Andaloussi, le président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas).

Pour accueillir ces PME, Mid Parc propose des bâtiments de 1200 m2 en location, sur des parcelles de 2000 m2, réalisés selon le cahier des charges du client. En outre, des ateliers relais de 600 m2 seront proposés aux industriels afin qu’ils puissent démarrer leur production avant même que leur bâtiment ne soit terminé. Midparc s’étendra sur 124 hectares au total, dont une première tranche de 60 hectares, et accueillera 250 unités industrielles et 10 000 emplois.

Le coût du projet est évalué à 0.5 milliard d’euros. Alors que sa commercialisation n’a pas encore démarré, déjà une quinzaine d’entreprises européennes ont manifesté leur intérêt pour cette zone nouvelle franche. Mid Parc est une filiale de Medz (groupe Caisse de dépôts et de gestion), principal aménageur et promoteurs de parcs industriels intégrés au Maroc.

Par Marie Cadoux, à Casablanca
http://www.usinenouvelle.com/articl...ranche-vise-les-pme-de-l-aeronautique.N182573
 
1 - 20 of 66 Posts
Top