SkyscraperCity Forum banner

{ Oil & Gaz Industries News }

516679 Views 2281 Replies 196 Participants Last post by  John vicks
Morocco has signed three exploration contracts with three international oil companies from Cyprus, Canada and Malaysia, MAP news agency reported.




The agreements were signed, on the sidelines of the 4th conference "Maghreb & Mediterranean Oil and Gas 2006" in Marrakech, by Amina Benkhadra, general director of the National Office of Hydrocarbons and Mines (ONHYM), with the representatives of Cabre Maroc Ltd (Cyprus), Transatlantic Maroc Ltd (Canada) and Genting Oil Morocco Ltd (Malaysia).

These bring the number of agreements signed with ONHYM in the mining sector to 17 agreements and six reconnaissance contracts in collaboration with 20 partners.

The contracts cover a total area of 237,195,40 km2, providing for four exploration concessions, 85 research permits (14 onshore and 71 offshore) and six onshore reconnaissance authorisations.

The Minister of Energy and Mining, Mohamed Boutaleb, invited on Wednesday international oil companies to benefit from morocco's potentials.

“Morocco, with its 350,000 km2 of sedimentary basins, constitutes an interesting and practically virgin zone for oil drilling,” he underlined.

“Although we are satisfied with the quality of cooperation with the oil companies operating in Morocco at present, our subsoil is still under-tapped,” he added.
See less See more
1 - 20 of 2282 Posts
هسبريس – محمد لديب
الاثنين 06 أكتوبر 2014 - 14:59
ستشرع الشركة الإيرلندية "سيركل أويل" قريبا في استغلال بئر جديد للغاز الطبيعي شمال القنيطرة، لينضاف إلى بئرين سبق لها أن شرعت في استغلالهما سنتي 2008 و2010.

ويأتي الإعلان عن الشروع قريبا في استغلال هذا البئر الجديد مباشرة بعدما أورد كل من المكتب الوطني للهيدروكاربورات والمعادن وشركة سيركل أويل الإيرلندية، خبرا عن اكتشاف كميات "متوسطة" من الغاز الطبيعي في آبار "سي ج يدي – 12" المتواجدة بحوض الغرب في شمال القنيطرة، وذلك بعد الوصول إلى وصلت عمق نهائي يبلغ 1232 مترا.

وتعمل "سيركل أويل" في المغرب في إطار شركة مشتركة مع الحكومة المغربية لإنشاء خط أنابيب الغاز، على أن يتقاسم الطرفان المكتشفات بنسبة 25 في المئة للجانب المغربي و75 في المئة للشركة الإيرلندية، والتي قدرت فرص نجاحها باكتشاف موارد نفطية وغازية بحوض الغرب بـ60 في المئة.

وقال المكتب الوطني للهيدروكاربورات والمعادن إن الشروع في الإنتاج بهذا الاكتشاف الجديد من شأنه تعزيز إنتاج الغاز الطبيعي، المتواجد في هذا الحوض بمنطقة الغرب، وسيساهم في تزويد الصناعات المحلية بحاجياتها من الغاز الطبيعي.

وأورد كل من المكتب والشركة الإيرلندية في بيان صحفي جد مقتضب، أن " النتائج الأولية للاختبارات التي أجريت على آبار CGD-12 الواقعة بحوض سبو تظل متوسطة ومتواضعة على غرار الاكتشافات التي تمت خلال سنتي 2008 و2010".

وجاء في البيان أنه " سيتم الشروع في استغلال البئر الجديد بعد تجهيزه ليشرع مستقبلا في الإنتاج" من دون تحديد تاريخ دقيق للشروع في عملية الاستغلال.

وأوضح ذات البيان، الذي توصلت جريدة هسبريس بنسخة منه، أن البئر الجديد هو الثاني من بين ستة آبار التي برمجتها شركة "سيركل أويل" خلال سنة 2014، والتي تقع في الوسط الغربي في المنطقة التي يشملها ترخيص المكتب الوطني للهيدروكاربورات والمعادن الممنوح للشركة الإيرلندية في منطقة الغرب.

يشار إلى أن شركة سيركل أويل قد وقعت في سنة 2008 عقداً يمتد على مدى 25 سنة مع المكتب الوطني للهيدروكربورات، للتنقيب و استغلال آبار الغاز الطبيعي في منطقة الغرب.

وكانت ذات الشركة أعلنت في أكتوبر 2010 و في يناير 2011 عن اكتشافها لآبار غاز بمنطقة حوض الغرب، بدورها أعلنت "كولف ساندس بيتروليوم" شهر يوليوز الماضي، أنها اكتشفت مخزونا مهما من الغاز الطبيعي القابل للاستغلال بمنطقة الغرب بالمغرب.

وذكرت الشركة البريطانية، أنها اكتشفت مخزونا قابل للاستغلال من الغاز الطبيعي على عمق 1182 متر بمنطقة الغرب، والذي يمكنه أن يوفر حوالي مليوني متر مكعب من الغاز الطبيعي يوميا.
See less See more
From now on the Gas stations like Total,Afriquia,Shell ... must publish the prices in electronic boared ,and I think the prices now higher then what it should be .
  • Like
Reactions: 1
شركة بريطانيَّة تكتشف احتياطِياً ثانياً من الغاز غرب المغرب



أعلنتْ شركة التنقيب عن النفط والغاز البريطانيَّة "كولفْ ساندزْ"، عنْ اكتشافِ احتياطِيٍّ ثانٍ من الغاز الطبيعي بموقعٍ في منطقة الغرب، كانتْ قدْ حازتْ رخصة التنقيب بها، بمقتضى عقدٍ مع الدولة المغربيَّة.

وأوضحَت الشركة في بيانٍ لها، أنَّ احتياطِي الغاز الطبيعي الذِي جرى الاهتداء إليه، ذُو جودة عالية، بعدما سبق لها أنْ اكتشفتْ احتياطًا مماثلًا، بالموقع نفسه، وهو ما تجدهُ حافزًا لتوسيع عمليَّات التنقيب التي تباشرها، بحثًا عن نتائج إضافيَّة.

وتشيرُ المعطيَات التقنيَّة التي أفصحتْ عنها الشركة البريطانيَّة، إلى أنَّ بئر "الاحتياطِي" المُكتشفْ حديثًا، تمَّ حفرهُ إلى عمقِ 1153 مترًا، على أنَّ النتائج عثر عليها في عمقِ 875 مترًا.

ورأت الشركة أنَّ النتائج التي توصلتْ إليها في منطقة الغرب تعدُّ الأفضل لها في المملكة حتَّى اليوم، وأنَّ الاختبارات التي تمَّ القيامُ بها، تبدُو مشجعةً للشركة، كيْ تمضِي قدمًا في عمليَّات التنقيب.

في غضون ذلك، كانتْ شركة كولف ساند بتروليوم قدْ أعلنتْ، في وقتٍ سابق، أنها اكتشفتْ كمية مهمة في منطقة الغرب، وسطَ تقديرات بتوفر المملكة على أزيد من عشرين تريليون قدم مكعب من البترول على سواحلها.

من جانبها، قدرت شركة "سيركل أويل" الإيرلندية، الشهر الماضي، وجود كميات إضافية من الغاز الطبيعي في حوض سبو، بجودة عاليَّة، تفتحُ الشهيَّة أمام القيام بمزيدٍ من الاستثمارات.

منْ ناحيته، أوضح وزير الطاقة والمعادن، عبد القادر عمارة، مؤخرًا، أنَّ ما يرُوج حول اكتشافاتٍ مهمَّة في المغرب، بين الحين والآخر، لا يكون سوى مؤشرات تقنية للشركات المنقِّبة، على اعتبار أنَّ الاكتشافات تلزمها أطوار كثيرة قبل بلوغ مرحلة الاستغلال.

عمارة لمْ يتوان عن وصف الغاز الطبيعي الذِي جرى اكتشافه بالمغرب حتى الساعة بالمتواضع، حيث لا يتخطَّى 70 مليون متر مكعب، وهو ما لا يجعلُ مخزون المغرب على حظٍّ كبير من الأهميَّة، يحتاجُ سنواتٍ أخرى تدعمها المؤشرات الإيجابيَّة الصادرة عنْ الشركات الأجنبيَّة المستفيدة من حوافز الاستثمار في التنقيب بالمملكة.

الشركات الدولية أبدتْ اهتمامًا متزايدًا بالأحواض الرسوبية فِي المغرب، التي تصلُ مساحتها في الوقت الراهن إلى 900 ألف كيلومتر مربع، تتوزعُ بين شمال وشرق ووسط وجنوب المملكة، زيادةً السواحل الوطنية، يجرِي الاستكشافُ فِي 400 ألف منها، حاليًّا.

http://www.hespress.com/economie/251280.html
See less See more
  • Like
Reactions: 1
^^
la superficie du royaume est de 710.000 km2 !!!!
:lol::lol::lol: c est pas la superficie du royaume .la superficie des zones d explotation dans la terre et les couts martime marocaine
Produits pétroliers
Des investissements dans le stockage arrivent

600.000 mètres cubes supplémentaires prévus
Akwa double ses capacités à Jorf Lasfar
450 millions de DH dans les systèmes de mise à niveau des prix






L’accord signé entre le gouvernement et le groupement des pétroliers ne se limitera pas à un accompagnement sur la fixation des prix durant une période transitoire (jusqu’à décembre prochain). Les deux parties ont convenu de plusieurs mesures qui devraient être déployées d’ici décembre 2015.
Le secteur s’engage à investir 450 millions de dirhams dans les systèmes de mise à niveau des prix. Ceux-ci devraient permettre aux compagnies pétrolières d’opérer des changements de prix à distance, explique Adil Ziadi, président du GPM.
En décembre prochain, les 2.000 stations-service que compte le réseau devraient être ainsi en mesure d’opérer les changements de prix des produits pétroliers en temps réel. De même, la loi sur la liberté des prix et de la concurrence fait de l’affichage des prix une obligation. Certaines compagnies ont déjà commencé à afficher les prix au niveau des stations qu’elles gèrent alors que les autres disposent encore de quelques mois pour s’y mettre.
Cette convention prévoit un ensemble d’engagements du côté du gouvernement. Des engagements qui sont essentiellement liés au soutien de l’investissement. Il reste à en définir le détail et les modalités.
La seule certitude est que les compagnies pétrolières pourraient bénéficier, si elles le désirent, des avantages accordés par la loi de Finances quand le seuil de l’investissement dépasse 100 millions de dirhams.
La convention entre l’Etat et les pétroliers parle de mesures «appropriées» pour accompagner l’installation de pipelines et le développement des infrastructures pétrolières. Et ce, sans oublier le soutien à la création de nouvelles capacités de réception et de stockage des produits pétroliers.
Aujourd’hui, les capacités du pays sont estimées à près de 1,6 million de mètres cubes. Plusieurs compagnies pétrolières sont actuellement en prospection, en particulier du côté de Jorf Lasfar et de Tanger
Med. Au total, les investissements devraient porter sur 600.000 mètres cubes pour assurer l’approvisionnement du pays.
C’est l’équivalent de l’ambitieux programme d’investissement de Winxo (ex-Compagnie marocaine des hydrocarbures) décliné en janvier 2014. Cette société pétrolière avait annoncé un investissement de 3 milliards de dirhams dans trois grands projets dont le plus important est la construction d’un terminal pétrolier au port de Jorf Lasfar. Sur un terrain de 22 hectares, l’infrastructure serait destinée à l’importation, le stockage et l’exportation de carburant avec une capacité de 600.000 m3.
Pour sa part le groupe Akwa est en train d’opérer un doublement des capacités: de 100.000 mètres cubes à 200.000 pour un investissement de près de 220 millions de dirhams. D’autres sociétés pétrolières ont également déposé leurs dossiers pour des projets dans les infrastructures de stockage.

Une quarantaine de stations par an

DE nouvelles stations-service devraient être mises en place cette année. Le secteur restera sur la même moyenne que celle des années précédentes, soit une quarantaine d’ouvertures. Par ailleurs, les compagnies pétrolières continueront à appliquer les prix plafonds fixés par le gouvernement pendant une période transitoire qui prendra fin le 30 novembre 2015. Un accord d’homologation a été signé, vendredi 26 décembre à Rabat, entre le gouvernement, les pétroliers et la Samir.

www.leconomiste.com/article/964467-...ans-le-stockage-arrivent#sthash.6GyX31wF.dpuf
See less See more
Afriquia : 55 ans, ça se fête



Afriquia SMDC (Société marocaine de distribution de carburants) fête ses 55 ans. Le groupe, a été fondé par Ahmed Oulhaj Akhannouch et Ahmed Wakrim en 1959. En effet, cette année là, tout commence quand les deux hommes s’associent et lancent Afriquia SMDC, avec seulement deux stations-services. L’année 1972 marque le premier partenariat avec Elf Aquitaine. En 2005, Afriquia SMDC fusionne avec Somepi Carburants et s’allie, une année plus tard, avec le troisième pétrolier mondial, Chevron Texaco. Aujourd’hui, et avec plus de 480 stations-services qui maillent le Royaume, ainsi que la plus grande capacité de stockage d’hydrocarbures du Royaume, la société opère également dans l’industrie, l’aviation et la pêche. Une success-story qui date. Et pour marquer l’évènement, Afriquia SMDC lance une vaste campagne de publi-reportages retraçant l’aventure entrepreunariale du groupe à travers l’histoire.

PS : Au Domain du stations de tous les societs,Sur les 2.000 stations qui existent, 1300 sont gérées par des personnes propriétaires des lieux, 400 sont louées par les sociétés de distribution et 300 appartiennent à ces dernières.

http://www.challenge.ma/afriquia-55-ans-ca-se-fete-41184/
See less See more
  • Like
Reactions: 1
Jorf Lasfar : Le Maroc va investir 40 milliards dans un terminal de gaz naturel liquéfié

Le Maroc envisage de réaliser un terminal de gaz naturel liquéfié à Jorf Lasfar, a annoncé hier le ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Abdelkader Amara.

Le ministre, qui intervenait à la Chambre des Conseillers, a ajouté que ce terminal sera doté d'infrastructures nécessaires, outre des stations électriques, avec un coût de 40 milliards de dirhams. Cette structure qui sera parachevé dans les prochaines années, mettra un terme à la dépendance du Maroc de ce produit, a relevé Amara.

A noter que les expérimentations débuteront en 2020, année marquant la fin du contrat conclu avec Sonatrach, a précisé le ministre. A suivre !

http://www.infomediaire.net/news/ma...ards-dans-un-terminal-de-gaz-naturel-liquefie
See less See more
On ne peut pas accélérer cela, pour se débarrasser de ce contrat avec les Algériens ? ^^
Avec le Qatar, le premier pays Gazier au Monde
Du gaz trouvé dans le Gharb



Des indices de gaz « positifs » ont été détectés au forage du puits d’exploration Dardara (DRC-1) sur les permis de recherche « Rhab centre et sud », situés dans le bassin du Gharb, au nord de Sidi Allal Tazi, a annoncé l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM).

Lors des opérations de forage effectuées par la société Gulfsands sur le puits Dardara (DRC-1), du gaz a été détecté dans un intervalle d’une épaisseur de 16 mètres, précise l’ONHYM sur son site. Ce niveau a été confirmé par l’analyse diagraphique, souligne l’Office, ajoutant que des travaux de tests, qui seront réalisés ultérieurement, sont nécessaires pour pouvoir se prononcer sur ces résultats.

Une fois ces opérations des tests achevées sur les puits Dardara (DRC-1), l’appareil de forage déménagera pour la réalisation d’un autre puits dit Douar Balkhair (DOB-1).

http://www.aufait.ma/2015/01/07/du-gaz-trouve-dans-le-gharb_636402
See less See more
60 MDH pour une nouvelle usine de lubrifiants Winxo



Le groupe pétrolier marocain Winxo annonce la construction d’un site de production et de conditionnement de lubrifiants pour un montant de 60 MDH.

L’usine sera opérationnelle en 2017. Elle permettra de tripler la capacité de production des lubrifiants du groupe de 9.000 à 30.000 tonnes par an. Les produits seront destinés au marché marocain ainsi qu’à l’export, notamment vers l’Afrique.

40 MDH supplémentaires seront consacrés au lancement de nouveaux lubrifiants par Winxo.

http://www.medias24.com/Quoi-de-neu...H-dans-une-nouvelle-usine-de-lubrifiants.html
See less See more
À la conquête du gaz de schiste…

Le gaz de schiste devrait bientôt voir le jour. C’est en tout cas ce qu’annonce l’Office marocain des hydrocarbures. Ladite institution travaille depuis 2005 sur une stratégie de développement bien étudiée, afin de développer le schiste bitumeux, en partenariat avec des sociétés pétrolières et détentrices de procédés. «Le Maroc disposerait de 50 milliards de barils de réserves en schistes bitumineux», se plaçant ainsi au 6e rang mondial. Pour l’instant, il est beaucoup trop tôt pour parler d'exploitation industrielle, mais le royaume s’y intéresse de très près. À ce titre, trois sociétés dans la région de Tarfaya (sud du Maroc) vont faire des essais pilotes pour tester les résultats obtenus, alors que l'ONHYM entretient des négociations avec deux partenaires sur Timahdit pour leur accorder des zones où ils vont faire également des essais. «Nous allons développer la production électrique à partir des schistes bitumineux, avec une première centrale pilote qui nous permettra d'évaluer les paramètres techniques et économiques de l'utilisation de ces schistes», a annoncé Amina Benkhadra, directrice générale de l’ONHYM. Le Maroc compte bien mettre tout en œuvre afin d’aboutir à des résultats concrets explique-t-on auprès du management de l’ONHYM. Les sociétés partenaires qui vont débuter les chantiers dans le sud ont des autorisations de reconnaissance et procéderont à des forages à travers l'analyse des premières couches (300 m). Le gisement de Timahdit se situe dans la chaîne du Moyen-Atlas, à une altitude variant entre 1.700 m et 2300 m. Il est localisé à 240 km environ à l'est / sud-est de Rabat et à 35 km au Sud d'Azrou. Le gisement de Tarfaya s'étend sur une superficie d'environ 2.500 km² à l'est de la ville de Tarfaya, le long de la côte atlantique, à 1.200 km au sud de Rabat. La série de roches bitumineuses est composée d'une alternance de niveaux sombres et clairs, de calcaires crayeux. «Le Maroc dispose d'un potentiel important. Des découvertes de gaz ont été faites au large de Tanger-Larache et à l'est du pays», a poursuivi Benkhadra. Les 76 sondages exécutés sur le gisement de Timahdit ont permis de déterminer des réserves qui s'élèvent à 42 milliards de tonnes de schistes bitumineux, avec une teneur moyenne de 61.5 l/t, soit 15 milliards de barils d'huile en place. Quelque 137 sondages au total ont été exécutés sur le gisement de Tarfaya. Les réserves sont estimées à 80 milliards de tonnes de schistes bitumineux, renfermant 22 milliards de barils d'huile en place. Par ailleurs, le bloc Doukkala, qui couvre 1.997 km² le long de la côte Atlantique, à environ 125 km de Casablanca (80 km au sud-ouest de Rabat), a été attribué à la compagnie canadienne East West Petroleum à hauteur de 75%, le solde des participations revenant à la compagnie marocaine ONHYM. 31 partenariats on été conclus entre l’ONHYM et des sociétés de forage, soit à travers des contrats de reconnaissance soit des permis d'exploration.

http://www.leseco.ma/economie/178-a-la-conquete-du-gaz-de-schiste.html
See less See more
Baisse des prix de l’essence et du gasoil dès demain

Les produits pétroliers sortis de Mohammedia vont connaître une baisse dès demain, vendredi. Le litre du gasoil coûtera 4 centimes moins cher et celui de l’essence diminuera de 31 centimes.

Les prix des produits pétroliers, le gasoil, l’essence super, le fuel n°2, le fuel °2 ONE et le fuel spécial, vont connaître des baisses à partir du 16 janvier 2015 , a annoncé jeudi le ministère chargé des Affaires générales et de la gouvernance.

Ainsi, le prix du gasoil reculera de 40 centimes le litre pour passer à 8,03 Dh/litre, alors que celui de l’essence super perdra 31 centimes le litre pour atteindre 8,98 Dh/litre, a précisé le ministère dans un communiqué.

Pour leur part, les prix du fuel n°2 et du fuel n°2 ONE connaîtront des baisses respectives de 343,12 Dh/tonne à 3.144,28 Dh/tonne et de 343,11 Dh/tonne à 2.942,74 Dh/tonne.

De son côté, le fuel spécial verra son prix reculer de 436,95 dirhams la tonne, pour se fixer à 3.654,30 dirhams la tonne, a ajouté le ministère qui précise qu’il s’agit de prix des produits pétroliers sortis de Mohammedia.

http://www.aufait.ma/2015/01/15/baisse-des-prix-de-lessence-et-du-gasoil-des-demain_636932
See less See more
AFRIQUIA GAZ. RETOUR SUR UNE ANNÉE DE STAGNATION

Malgré une légère croissance des tonnages, les résultats sont en quasi-stagnation.



Avec une capacité bénéficiaire de 385 millions de dirhams, les réalisations d’Afriquia Gaz se sont inscrites en stagnation par rapport à 2013. Cette évolution s’explique notamment par la faible évolution des marges liées à l’activité. En effet, en s’établissant à 528 millions de dirhams, le résultat d’exploitation n’a progressé que de 2%. Pourtant, en termes de tonnage, Afriquia Gaz a écoulé plus de 948.000 tonnes, soit 3,1% de plus que l’année précédente. En revanche, les marges n’ont pas été aussi confortables, sans doute à cause de la baisse des prix des produits pétroliers et d’un rééquilibrage entre les produits.

Le résultat s'est établi à 535 MDH, contre 529 MDH un an auparavant, souligne la société dans un communiqué financier publié sur le site web de la Bourse de Casablanca, notant que cette évolution de 1,1%, moins importante que celle du résultat d'exploitation, est attribuable à un résultat financier contracté. Côté perspectives, la société a indiqué qu'elle continuera à axer ses efforts sur la génération d'une croissance rentable pour une dynamique positive de résultats. Celle-ci envisage la distribution d’un dividende de 105 dirhams au titre de l’exercice 2014.

http://www.le360.ma/fr/economie/afriquia-gaz-retour-sur-une-annee-de-stagnation-31905
See less See more
HYDROCARBURES. TOUS LES REGARDS VERS JORF LASFAR



Le groupe Akwa compte investir 300 millions de dirhams dans un grand projet de stockage à Jorf Lasfar, alors que Winxo veut y installer un terminal pétrolier pour s’attaquer au marché africain.

Concernant les investissements dans le secteur des hydrocarbures, les grands groupes n’ont d’yeux que pour Jorf Lasfar. Différentes entreprises du secteur projettent des investissements relativement importants dans ce port situé à 60 km au sud de Casablanca. Akwa Group aurait l’intention d’investir dans une nouvelle unité de stockage quelque 300 millions de dirhams. Cet investissement devrait être porté par Hydrocarbjorf. Il convient de rappeler qu’Akwa Group possède déjà sur place la société d’entreposage de Jorf Lasfar, assurant la gestion d’un dépôt d’hydrocarbures liquides, en particulier le gasoil et les essences. SEJ approvisionne les stations-service et les clients industriels d’Afriquia et de Total Maroc. Pour sa part, Winxo compte installer à Jorf Lasfar son terminal pétrolier pour s’attaquer au marché africain. Il sera installé sur un terrain de 22 ha et se promet "d’être la plus grande infrastructure d’importation, de stockage et d’exportation d’hydrocarbures du pays", de l’avis même de Hassan Agzenay.

http://www.le360.ma/fr/economie/hydrocarbures-tous-les-regards-vers-jorf-lasfar-31881
See less See more
Investissements : Afriquia mise 140 MDH dans son réseau



La famille Afriquia s’agrandit et poursuit l’élargissement de son réseau avec l’ouverture de 19 nouvelles stations en 2014, renforçant ainsi sa position de réseau leader national.

Avec un investissement de plus de 140 millions de dirhams (MDH) l’année précédente, Afriquia développe activement son réseau, présent sur tout le territoire marocain et réparti en 7 directions régionales (Tanger, Nador, Meknès, Béni Mellal, Centre, Marrakech, Agadir).

Et selon le directeur général de Afriquia SMDC, Said El Baghdadi, en 2015, la société projette de ‘‘maintenir le même rythme avec un budget d’investissement consistant’’.

Les anciennes stations ne seront pas en reste avec un plan de mise à niveau ambitieux.

Pour rappel, Afriquia SMDC qui détient la 1ère capacité de stockage de carburant au Maroc (980 000 m3), représente aujourd’hui le 1er réseau de stations-service dans le Royaume, avec pour objectif de dépasser les 500 stations-service courant de cette année.

http://www.infomediaire.net/news/maroc/investissements-afriquia-mise-140-mdh-dans-son-reseau
See less See more
  • Like
Reactions: 1
Vivo Energy se prépare pour la libéralisation



Elle compte développer la restauration rapide en s’alliant à «Monsieur Brochette» et transformer une grande partie de son réseau citadin en supérettes. Un réseau de 330 stations-service et 36 millions de clients par an. Un laboratoire de contrôle fixe et deux mobiles et des vérifications et analyses rigoureuses du produit.

C’est bientôt la libéralisation du secteur des produits pétrolier. La concurrence sera rude, elle peut sonner le glas pour les entreprises qui ne s’y sont pas préparées. Tout le monde connaît cette réalité, y compris Vivo Energy Maroc. L’entreprise qui compte aborder ce nouveau tournant dans le secteur a choisi de miser sur «l'avantage technologique et économique de son carburant». «2015, sera une année charnière pour l’ensemble des acteurs du secteur, nous avons fait le choix de la qualité au niveau de nos produits, de nos services et de nos opérations. Cette démarche qualité est un processus continu entamé depuis de nombreuses années», note Mohamed Raihani, directeur général de Vivo Energy Maroc. Sur ce point, l’entreprise assure que dans sa stratégie, il est nullement question de «rentrer dans une guerre des prix» pour faire face à libéralisation du secteur. Sa stratégie sera axée sur le développement des services de la restauration rapide. Pour ce faire, Vivo Enegy Maroc a fait appel à l’enseigne marocaine, «Monsieur Brochette». Ce n’est pas tout, concurrence oblige, le pétrolier compte métamorphoser une grande partie de son réseau citadin en supérettes.


Un processus qualité rigoureux

L’entreprise se base aussi sur son carburant additivé (pas de corrosion, ne mousse pas ne contient pas d'eau...). Un produit qui fait l’objet d’un contrôle minutieux depuis sa réception de chez le fournisseur jusqu’au client final. Ainsi, pour son approvisionnement en carburant, l’entreprise l’achemine soit par pipe depuis la raffinerie SAMIR, soit par gros navires à Mohammedia et par de petits navires aux dépôts éloignés. Mais, l’entreprise ne réceptionne le produit qu’après avoir obtenu la certification de son fournisseur. «S’agissant des achats qui sont faits par navires, le contrôle qualité se fait avant, durant et après la réception y compris l’analyse du first foot du navire», note-t-on auprès de l’entreprise. Après la réception, vient l’opération de stockage réalisée dans les 8 dépôts sur lesquels. À ce stade, il est question de contrôles rigoureux. Ainsi avant de réceptionner le produit, ce dernier est analysé par le laboratoire de l’entreprise. Mieux encore, durant le pompage, une analyse sommaire du produit est effectuée chaque heure. Après réception, et avant de délivrer le certificat de mise en service, la qualité du produit est également analysée. À cela s’ajoute «un contrôle inopiné et analyse détaillée de la qualité du produit stocké dans les réservoirs», souligne-t-on auprès de Vivo Energy Maroc. Bien évidement pour plus de sécurité et de qualité l’entreprise procède à un entretien préventif «très poussé» de l’ensemble de ses installations.

«Une unité d'additivation»

Basant sa stratégie commerciale sur le carburant additivé, Vivo Energy, a mis en place une «unité d'additivation». Celle-ci a pour fonction d’assurer le dosage et l’injection automatique de l’additif dans le produit de base durant le chargement. Pendant cette opération, des responsables sont chargés de procéder au contrôle minutieux des camions et des chauffeurs avant de leur permettre l'accès au dépôt. Il est aussi question de purger les camions chez le client. Le but étant de vérifier la qualité du produit transporté. Sur ce point il faut savoir que pour sa logistique l’entreprise s’appuie sur les services de 3 contractants (150 camions). Ce processus de qualité est assuré par un laboratoire fixe et deux autres mobiles.


Le laboratoire fixe

S’agissant de l’unité fixe celle-ci se compose d’une salle pour analyses spéciaux (chromatographe couplé à un spectro de masse et un spectrophotomètre). Les analyses effectuées permettent de détecter et quantifier les traces de contamination dans le produit. Dans le laboratoire fixe, l’entreprise peut aussi déterminer les éventuelles contaminations et volatilité du carburant (distillation, densité, tension de vapeur). Elle peut aussi déterminer le comportement à froid (température limite de filtrabilité, point d’écoulement, point de congélation), le but étant «d’éviter le colmatage des filtres». Et pour mesurer la résistance du carburant, ce dernier est soumis à l’indice d’Octane. Objectif, «avoir une combustion sans cliquetis et favoriser un confort dans la conduite». Le laboratoire réalise aussi des tests de «conductivité, point d’inflammabilité, point de feu», dans le but «d’éviter les risques d’incendie». D’autres tests et analyses sont réalisés pour éviter la dégradation et l’usure du moteur, éviter des dommages dans le réservoir, moteur et réacteur (corrosion, explosion), évaluer la propriété lubrifiante du carburant et tester l’additivation. En parallèle à ces tests, l’entreprise fournit aux stations-service, un kit TFM leur permettant d’évaluer la qualité des carburants et ce avant toute opération de dépotage.

Les laboratoires mobiles

Ces laboratoires ont été conçus pour vérifier la conformité des équipements aux exigences de l’entreprise, de traiter les réclamations clients. Ils participent aussi au lancement des nouveaux produits, assurent la formation au premier dépotage… Ceci étant, lorsqu’un contrôle est effectué par ces unités, un rapport est adressé au comité de direction réseau et au chef de secteur. Là il faut savoir que chacune des stations-service a son «expert qualité» qui est formé en interne sur le process qualité et les exigences de la norme ISO 9001. Il est en charge du contrôle qualité à chaque dépotage.

Carte de visite

Créée en 1922, Vivo Energy Maroc (ex Shell du Maroc) distribue et commercialise les carburants et lubrifiants de la marque Shell au Maroc. Spécialisée dans les lubrifiants, le stockage et distribution de carburant, et de conditionnement et commercialisation de gaz de pétrole liquéfié (GPL), l’entreprise, employant 600 salariés et avec 5.000 emplois indirects, s’appuie sur un réseau de 330 stations-service et 36 millions de clients par an (stations-service, B2B-B2C, aviation, marine, armée et également les clients GPL). Pour maintenir à niveau ses installations, Vivo Energy Maroc a investi 37 MDH en 2014. Cette année l’entreprise, qui se targue d'un chiffre d'affaires de 12 MMDH, a prévu un investissement de plus de 23 MDH.


http://www.leseco.ma/business/26652-vivo-energy-se-prepare-pour-la-liberalisation.html
See less See more
Prospection pétrolière : Les Emiratis arrivent au Maroc



Mubadala Petroleum, société d'investissement appartenant au gouvernement d'Abou Dabi, a annoncé hier qu’elle a convenu avec le gouvernement marocain pour prospecter et évaluer le potentiel en hydrocarbures, dans une large zone au large de la côte méditerranéenne du Royaume.

Et selon le site spécialisé E&P, Mubadala Petroleum a obtenu une licence exclusive de prospection dans la côte méditerranéenne Ouest du Maroc sur un périmètre de 3 433 kilomètres carrés.

Les 1ers travaux dans cette vaste zone de prospection consisteront en une étude géologique approfondie pour produire des 1ères estimations des potentiels de cette région en gisements de gaz et de pétrole. A suivre !

http://www.infomediaire.net/news/maroc/prospection-petroliere-les-emiratis-arrivent-au-maroc
See less See more
GDF Suez se positionne sur le plan GNL marocain



Le volet infrastructure de cet important chantier chiffré à 4,6 MM$ suscitent l’intérêt de l’opérateur français.

Alors que l’appel à manifestation d’intérêts des opérateurs marocains est encore en cours, le leader industriel gazier exprime son intention de participer à l’appel d’offres pour ce projet énergétique colossal de 2.700 MW pour un coût estimé de 4,6 MM$.

Les infrastructures gazières sont en effet une spécialité pour GDF Suez qui en a profité pour venir exposer à Casablanca ses points forts et les contours de sa participation à ce projet. Le point avec Jean-Claude Depail et Patrick Wilmart, tous deux directeurs généraux adjoints chez GDF Suez.

GDF Suez est un géant de l’énergie gazière et maîtrise l’ensemble de la chaîne de production : de l’approvisionnement à la distribution en passant par la transformation électrique. Sur le plan GNL de l’ONEE, GDF Suez devrait se positionner prioritairement sur le segment infrastructure

Livrer le 1er kw ne 2021, un objectif réalisable

Le plan GNL prévoit un investissement en infrastructures colossal : un terminal gazier à Jorf Lasfar, 4 unités à cycle combiné de 600 MW chacune, la modernisation de 2 unités existantes de 150 MW chacune et un gazoduc de raccordement du terminal aux centrales de 400 km. GDF Suez, leader européen en IPP (Independent Power Producer) est déterminé à participer à ce projet auprès des investisseurs et opérateurs nationaux.

Pour Jean-Claude Depail, la livraison des terminaux devrait se faire en plusieurs étapes. L’objectif annoncé de l’ONEE de livrer le 1er kw en 2021 lui semble techniquement réalisable.

Les partenaires encore inconnus

S’il est encore prématuré d’envisager quels seront les partenaires marocains, GDF Suez a la volonté de prendre un rôle auprès de celles qui seront sélectionnées à l’issu de la pré-qualification lancée par l’ONEE. Tout dépendra de comment sera structuré l’appel d’offres : GDF Suez pourra former un groupement avec un ou plusieurs distributeurs voire même avec un industriel.

A noter que GDF Suez est déjà partenaire de Nareva sur la ferme éolienne de Tarfaya (310 MW) et la centrale thermique de Safi (1.300 MW). GDF Suez est également déterminé à travailler avec Acwa, le grand distributeur panafricain attendu à l’issu de la pré-qualification.

Le GNL est complémentaire des énergies renouvelables

Pour Jean-Claude Depail, le gaz est un complément pertinent dans la démarche de mix, du fait de l’intermittence de la production électrique liée au renouvelable. Les cours du gaz sont actuellement bas et la production électrique dérivée du gaz présente actuellement les meilleurs rendements par rapport à d’autres sources énergétiques. Pour l’ONEE, le gaz va donner un instrument d’arbitrage supplémentaire pour maîtriser ses coûts électriques.

Se doter d’un réseau gazier relève également d’un enjeu de souveraineté énergétique, permettant au Maroc de maîtriser ses sources d’approvisionnement et de bénéficier des prix gaziers les plus bas.

Selon toute vraisemblance, l’Etat marocain conservera la maîtrise de l’approvisionnement gazier, comme cela se fait en Europe. Le ministre de l’Energie Abdelkader Amara a entrepris en février une tournée auprès de fournisseurs potentiels en Russie, au Qatar et aux Etats-Unis.

http://www.medias24.com/ECONOMIE/EC...z-se-positionne-sur-le-plan-GNL-marocain.html
See less See more
Hydrocarbures: 6,6 MMDH d'investissements en 2014



Les investissements en matière de recherche des hydrocarbures ont atteint, à fin 2014, près de 6,6 milliards de DH dont 96 millions financés par l'Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym), contre 2,4 MMDH en 2013 (58 MDH financés par l'Onhym), a relevé, mardi à Rabat, le ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Abdelkader Amara.

"A fin 2014, la recherche des hydrocarbures a couvert une superficie totale de plus de 350.000 km2, soit moins de 40% de l'ensemble des bassins sédimentaires nationales, ce qui montre que ces bassins ne sont toujours pas assez explorés", a indiqué M. Amara qui présidait la onzième session du conseil d'administration de l'Onhym.

Il a également signalé que le domaine de l'exploration des hydrocarbures a été impacté par la baisse drastique des prix du pétrole.

Actuellement, 34 sociétés opèrent au Maroc dans le domaine de l'exploration pétrolière, selon l'Onhym. Elles sont réparties en onshore et en offshore, y compris les majors comme BP, Chevron et Total ou les super- indépendants tels que Kosmos et Repsol.

Pour ce qui est de la recherche minière, les travaux ont porté sur 43 objectifs situés dans les zones les plus prometteuses du pays, tandis que les travaux propres de l'Onhym ont concerné 27 objectifs dont 10 pour les métaux précieux, 10 pour les métaux de base et l'uranium, 4 pour les roches et minéraux industriels, 2 pour la reconnaissance minière et 1 projet spécial pour la géothermie.

Les travaux en partenariat ont, quant à eux, intéressé 16 objectifs dont 8 pour les métaux de base, 6 pour les métaux précieux et 2 pour les roches et minéraux industriels, précise l'Onhym dans un communiqué.

http://www.medias24.com/Quoi-de-neuf/154055-Hydrocarbures-66-MMDH-d-investissements-en-2014.html
See less See more
Pétrochimie : Petrolabs s’installe

Un nouveau fournisseur pour l’industrie pétrolière va ouvrir. Si l’organisme chargé des hydrocarbures, l’ONHYM se veut discret, les prestataires de services fourbissent leurs armes. Ainsi, une nouvelle entreprise de droit marocain de conseil et d’importation de matériel destiné à l’industrie pétrolière et aux laboratoires connexes prend ses marques: Petrolabs. Son fondateur, Sebastien Le Vern, n’est pas un inconnu dans le domaine, depuis son passage chez le fournisseur de machines français Normalab. D’ailleurs, ce sont certainement les machines de cette dernière entreprise qui seront commercialisées. L’expertise paie toujours.

http://www.challenge.ma/petrochimie-petrolabs-sinstalle-46981/
See less See more
1 - 20 of 2282 Posts
Top