SkyscraperCity banner

281 - 291 of 291 Posts

·
Registered
Joined
·
261 Posts
Journées de l'archéologie: A la découverte de l'Aqueduc romain du Gier, près de Lyon

Sur les 92 arches qui composaient cette partie de l’aqueduc du Gier, 72 sont encore debouts. Des vestiges qui font du Plat de l'Air à Chaponost, près de Lyon, un site unique en France. A l’occasion des journées de l'archéologie, qui se déroulent de vendredi à dimanche partout en France, 20 Minutes a choisi de vous faire découvrir l’histoire de cet ouvrage, édifié il y a plus de 2.000 ans. Des vestiges d’exception autour desquels plusieurs animations sont proposées au public dans la métropole.
La suite sur 20minutes.fr
 

·
Registered
Joined
·
261 Posts
Histoire de Lyon : les différentes vies de la tour de Fourvière

Tout commence en 1889. La tour Eiffel est terminée. Lyon aimerait se doter d’une tour qui permettrait d’avoir un panorama inédit sur toute la région. Le 13 avril 1892, la société anonyme de “La tour de Fourvières” (le “s” était de rigueur à l’époque) voit le jour et obtient pour une durée de quarante ans une partie d’un terrain qui appartient à la famille Gay, en échange d’une concession exclusive pour l’exploitation d’un restaurant construit au premier étage du bâtiment en bas de la tour. Cette même famille Gay possède à proximité un observatoire connu dans tout Lyon pour son architecture pour le moins exotique, puisqu’il est en forme de pagode.........
L'article sur Lyon Capitale.
 

·
European Federalist
Joined
·
1,120 Posts
^^ J'aimerais tellement que cette tour soit réouverte au public et qu'un restaurant y reprenne place, ça ferait une sacré plus-value pour la ville et un super point de vue pour voir lyon à 360°.
 

·
Registered
Joined
·
261 Posts
Lyon : Riester et Collomb inaugurent la nouvelle porte de la Tête d’Or
Frank Riester a accompagné Gérard Collomb, le maire de Lyon, jeudi 27 juin, lors de deux visites culturelles au parc de la Tête d’Or, pour la porte des Enfants du Rhône, et au musée des Beaux-Arts.
Bientôt un nouveau Matisse au musée des Beaux-Arts
Sur Lyon Capitale
 

·
Honi soit qui mal y pense
Joined
·
17,200 Posts
^^ J'aimerais tellement que cette tour soit réouverte au public et qu'un restaurant y reprenne place, ça ferait une sacré plus-value pour la ville et un super point de vue pour voir lyon à 360°.
Juste à côté, la tour de la Basilique de Fourviere offre un point de vue a 360 degré.
 

·
Registered
Joined
·
6,604 Posts
Fourvière : la Maison carrée a sa verrière
Publié le 28/08/2019

Le module central de cet imposant élément d’acier de 260 m2 a été posé à l’aube. Il est destiné à couvrir la cour intérieure du bâtiment au sud de la basilique, en pleine transformation plus d’un siècle et demi après son érection, dans le cadre du projet Nouvel élan pour Fourvière.



C’est de la haute voltige. Dès potron minet, le grutier monte au sommet de la Maison carrée ce squelette d’acier de 23 mètres de long arrivé dans la nuit depuis la Loire par convoi exceptionnel. Il s’agit du module central de la verrière qui va coiffer l’édifice. Une « chapeau » de 260 m2 (17,5 m x 14,8 m) pesant 23 400 kilos composé de 429 tubes et 144 doubles vitrages isolants. Assemblée dans les ateliers de la métallerie Blanchet, cette charpente a ensuite été découpée en huit morceaux pour permettre son transport.



Au sommet de la Maison carrée, la reconstitution s’apparente à de la mécanique de précision. « Il y a deux millimètres de jeu pour emboiter les éléments« , explique l’architecte du projet, Patrick Deveraux (Dodeka). Contrairement à la verrière de l’Hôtel-Dieu – par exemple – celle-ci sera posée sur l’édifice et « fermera » la cour. Elle doit donc à la fois être anti-UV pour le soleil, éviter la buée, être étanche mais aussi chauffante pour que la neige ne stagne pas dessus. « Sur ce bâtiment classé, la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) nous a challengé afin d’avoir les éléments les plus fins possibles pour ne pas perturber l’architecture d’origine« , détaille Magaly Chatin, déléguée générale de la fondation de Fourvière, propriétaire du site. Précisons qu’il s’agit de la première rénovation de ce bâtiment depuis sa construction en… 1853. C’est-à-dire avant même la basilique.



35 % de surface supplémentaire

« La pose de la verrière change tout« , assure l’architecte. La cour – peu utilisée ces dernières années pour des questions de sécurité – va devenir un élément central permettant notamment de réorganiser les circulations au sein de l’édifice. Au terme des travaux – prévu pour fin 2021 – la Maison carrée accueillera à nouveau le musée de Fourvière avec des espaces agrandis, un centre culturel pour d’autres formes artistiques, la halte des pèlerins avec sa salle hors-sac ouverte depuis juin 2018, des salles de réunions et de séminaires susceptibles d’accueillir des entreprises, les logements des chapelains et le restaurant bistronomique tenu par le chef étoilé Guy Lassausaie dont la salle et la terrasse offriront une vue imprenable sur la ville. Avec un total de 3 500 m2 exploitables, les travaux auront permis à la maison de gagner 35 % de surface supplémentaire.



Ce chantier s’inscrit dans le projet global de nouvel élan pour le site. Le nouveau pavillon d’accueil de 100 m2 sera inauguré le 8 septembre à l’occasion du Vœu des échevins. Le belvédère – tout en verre – construit sur l’esplanade doit ouvrir au printemps 2020. Suivront – outre la Maison carrée – la Maison de Fourvière fin 2021, un nouveau bâtiment qui doit accueillir les bureaux de la fondation. Enfin, l’esplanade – avec en sous-sol un espace découverte retraçant l’histoire du site – sera repensée à horizon 2022. Un cheminement Nord-Sud passant sous la basilique avec vue sur la ville est également prévu. Budget total de l’opération : 24 millions d’euros financés pour moitié les institutions (Diocèse, Ville, Région, Etat) et pour l’autre par les dons et le mécénat des entreprises et des particuliers.


https://nouveaulyon.fr/2019/08/28/fourviere-la-maison-carree-a-sa-verriere/


 

·
Registered
Joined
·
6,604 Posts
11,4 millions d’euros pour la nouvelle convention patrimoine
Publié le 18/09/2019 https://nouveaulyon.fr/2019/09/18/114-millions-deuros-pour-la-nouvelle-convention-patrimoine/

Lyon est la seule ville d’Auvergne-Rhône-Alpes, avec Vienne, à bénéficier d’un tel protocole par lequel l’Etat apporte son concours à l’entretien des monuments locaux.

Depuis 1998, date de l’inscription de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco et de la première convention, ce sont un petit peu plus de 28 millions d’euros qui ont été mobilisés pour les édifices lyonnais dont un tiers venant de l’Etat. Pour mémoire, la ville compte 198 monuments historiques dont 52 classés.

Pour la période 2019-2024, sont au programme : les églises Saint-Bruno-des-Chartreux (photo), Saint-Bonaventure, Saint-Nizier, Saint-Irénée et Saint-Pothin ainsi que l’orgue de l’église Saint-François-de-Sales, sans oublier le patrimoine profane (statues du Rhône et de la Saône, jardin du rosaire, monument aux morts de l’île du Souvenir). Il s’agira également de financer des schémas directeurs de gestion des parc de la Tête d’Or et de la Ceriseraie ainsi que du jardin archéologique du Vieux-Lyon.

La priorisation des chantiers – infinis en matière de patrimoine – correspond désormais à cinq critères : achever les restaurations entamées – comme Saint-Bonaventure avec la façade ou Saint-Nizier et Saint-Pothin -, être dans une logique de sites complets, profiter des opportunités financières du mécenat – comme à Saint-Bruno avec une manne de près d’un million d’euros -, garder l’équilibre entre religieux et profane – pas évident à première vue – et travailler sur les espaces publics.

Rhône et Saône quittent Bellecour

Les statues du Rhône et de la Saône signées des frères Coustou et trônant sous le cheval de Louis XIV vont faire l’objet d’une restauration et quitter définitivement la place Bellecour pour le musée des Beaux-Arts. « Mais elles seront visibles par tous en dehors du circuit payant« , assure Jean-Dominique Durand, l’adjoint lyonnais au patrimoine. Pour la petite histoire, rappelons que ces statues ont été réalisées en 1720. Elles ont été déménagées de la place Bellecour à l’atrium de l’hôtel-de-ville en 1792 pour ne pas connaitre le même sort que Louis XIV sur son cheval. Rhône et Saône ne reviendront orner le piédestal de la statue équestre qu’en 1957. Et donc plus pour très longtemps désormais.

Enfin, outre l’esplanade du monuments aux morts du parc de la Tête d’Or, des études vont être lancées concernant son accessibilité. Passerelle, petit pont, pont flottant, rénovation du souterrain existant avec ascenseur ou monte-charge pour garantir l’accessibilité à tous : aucun scénario n’est aujourd’hui arrêté.
 
281 - 291 of 291 Posts
Top