SkyscraperCity Forum banner
1 - 15 of 15 Posts

·
Particle XLR8R
Joined
·
20,993 Posts
Discussion Starter · #1 ·
Quelques fuites accréditent l'existence d'un plan d'urbanisme secret pour 2012: il peut être compris comme l'expression caricaturale d'une ville «boboïsée» en voie de réclusion.

vendredi 01 avril 2005

Par Emmanuel Derouen architecte.

paris, mars 2005. L'agitation prévaut dans l'attente du verdict de la commission des Jeux. Voici que des fuites accréditent l'existence d'un plan secret pour 2012, établi sous le contrôle de Denis Baupin * adjoint écologiste aux transports et à la circulation. Deux ans d'études pour le projet identificateur de la prochaine mandature. Sur l'emprise des quatre premiers arrondissements, l'objectif serait, en trois étapes, de réduire drastiquement le trafic. On entreprend ici de «pacifier l'hypercentre» : multiplication des pistes cyclables, rétrécissements des voies, élimination de la circulation de transit, quasi-prohibition du stationnement puis éradication du trafic non résidentiel, contingentement drastique des livraisons, fermeture de la voie Georges-Pompidou, «traitement, voire déplacement de la mono-activité» textile du Sentier et des Gravilliers...

La prudence est de mise, le projet n'est qu'officieusement lâché en pâture aux médias, et l'on pourrait s'en tenir à de graves conjectures sur le bien-fondé économique d'un tel plan. Cependant, en l'état * quel que soit le niveau d'avancement et de crédibilité du projet *, l'occasion est trop grave pour ne pas voir en un tel dessein, sous le couvert du meilleur, l'accomplissement d'une politique du pire, en ce qu'il affecte profondément le visage de la ville.

Dans l'émission Métropolitains (France Culture, mercredi 16 mars), derrière le beau voeu de la mixité inscrit au plan local d'urbanisme (PLU) de Paris, le géographe Guy Burgel relevait ainsi une série d'écueils. «Absence de hiérarchisation» des priorités ; à vouloir afficher la primauté du «cadre de vie» ou de la «forme de la ville», on en vient à sous-estimer les enjeux économiques cruciaux : l'offre en logements pour toutes les couches de population, la génération d'une «mobilité douce mais efficace», la contradiction entre crispation patrimoniale des «ayants droit» et conscience d'une densification démocratique pour les «laissés-pour-compte». «Timidité» était le terme invoqué. Timidité, oui, que ce plafond des 37 mètres sous lequel la ville, bien égoïstement, s'apprête à s'abriter. «Naïveté», enfin, de procédures visant, le cas échéant, à surseoir à l'obligation de stationnement résidentiel intégré, pour les opérations de logement de petite taille. Or, nous le savons, le citadin de l'intra-muros est désormais identifiable à son vélo hollandais, son abonnement SNCF Fréquence France entière et sa maison de campagne...

Le plan pour Paris en 2012 peut être compris comme l'expression caricaturale de ce cadre réglementaire, comme son décodeur. Cela n'est pas sans susciter ire et frayeur. Paris pourrait demeurer ville ouverte. Nous la voyons bientôt davantage recluse. Le plan 2012 peut valoir comme le spectre de la «communauté cloîtrée» (ou gated community), soit l'expression de la stratégie de la peur. Dos à Notre-Dame, face au hors-les-murs, la nouvelle Geneviève est dressée, à l'Est, en sainte expiatoire de la déferlante des Huns.

Il se pourrait bien que Paris, «ville ouverte», ne soit plus que perdue, cédée au syndrome de la «touristisation» et à la plus-value de l'«impossible voyage», là où il s'agit, sur quelques hectares providentiels, de pomper la manne de l'économie du transport exotique. Ici le factice suranné des rues piétonnes, des boutiques de souvenirs et des magasins du plaisir triste ; là-bas la «vraie vie» * qui n'est certes pas nécessairement rose tous les jours *, celle des supérettes Ed, des cordonniers Topy, des relais H et des cafés-PMU.

Au Paris historique recroquevillé comme une pomme triste, en un inutile et malsain réflexe binaire, nous serons tentés plus encore d'opposer la ville «quelconque». Avec ce qui tient du fantasme de la Ville (l'Urbs), surgira en contrepoint le masque grimaçant des banlieues, lieux du bannissement social et du regard voilé, paysages sans qualités en lesquels peut-être les édiles ne voient-ils que des non-paysages.

Par ici, les souriantes pistes cyclables et autres allées arborées, comme la figuration déphasée d'un Eden en plein Paris, campagne d'un gros bourg à l'urbanité rétrécie aux contours de l'enceinte. Par ici, les campements de néo-villageois irréductibles opposant une fin de non-recevoir à ces persona non grata des fuyantes périphéries. Par ici, les périmètres (hyper) protégés de (l'hyper) centre, la quintessence d'un patrimoine pour boboïsation qui ne saurait supporter de voir surgir à portée de vue (à portée de canon ?) les improbables tours d'une densification rendue pourtant nécessaire par la pression démographique et économique.

Voilà le message que vous nous adressez * hélas * Monsieur Delanoë, premier magistrat socialiste de la bourgeoise capitale de la France. Que de contresens, quelle absence de perspectives, quelles déconvenues... Il nous reste, Monsieur le Maire, en qui nous avons cru, le temps de vous accorder nos suffrages, à vous offrir un billet Paris-Montpellier aller-retour en TGV vers l'empire de la belle Languedocienne, aux mains, depuis tant d'années, de votre confrère en politique, Georges Frèche.

Rassurez-vous, Monsieur le Maire, entre la gare ferroviaire et la riante place de la Comédie, vous n'aurez alors que cinq cents mètres à avaler les yeux fermés, la bouche cousue, les oreilles closes * le temps de croiser le ring des pestilentiels boulevards de ceinture, pour gagner ce que d'aucuns estiment être la vraie cité (rues piétonnes, quartiers résidentiels barrés, fringues, escarpins, design * pauvres, vieux, familles évaporés dans un au-delà indésirable), là où les Virgin Megastore de tous acabits, pompant la sève de l'espace public, s'accaparent, par la grâce des échevins, les halles centrales d'un marché autrefois de plein jour, devenu cryptique depuis lors. Fin des idéologies. Société du spectacle. Bien modestement, nous nous permettrons d'imaginer que l'agglomération parisienne mérite de bien plus délicats égards, et que la ville-centre requiert de bien plus ordinaires atours.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=286525
 

·
Registered
Joined
·
6,423 Posts
euuhhh c'est un article de libé????
je comprends plus rien... hier j'ai vu quelques minutes Sarko disant que tout allait mal... bref, il crache dans la soupe... et là libé qui publie un article où il crache sur leurs lecteurs...
enfin un énième article qui ne changera rien...
 

·
Registered
Joined
·
6,423 Posts
ah oui j'avais zoublié le1er avril !

Mais j'ai quand même du mal à suivre en y réfléchissant... je ne comprends pas vraiment le sujet de la polémique, et finallement ce mec a le cul entre deux chaises...
L'embourgeoisement de Paris est normal et pourquoi le reprocher?
Construire des tours serait la solution au désembourgeoisement de Paris??? ridicule ! Si tour il y a, (donc de logement)... c'est des tours de pauvres black-blanc-beur qu'il veut pour rétablir la mixité social??? Mais ça existe déjà dans Paris et ça ne freine pas cet abominable embourgeoisement... ah oui mais les tours sont en périphéries et l'embourgeoisement dans le centre... construire des tours sociales dans le centre pour assurer la mixité... ridicule et impensable!
Donc si tours de logement il y a, elles seraient destinés à une classe aisée capable d'acheter de tels logements sinon on retourne à la tour hlm des années 50-70... faire de la "qualité architecturale" ( Bertrand parle de tour de qualité architecturale non? Quand on voit son "audace architecturale" on peut avoir des doutes quant à la "qualité") pour du social, j'y crois pas!
Bref, cqfd, cet article est con... la piétonnisation du centre de Paris est une bonne idée, l'embourgeoisement du centre est inévitable et plutot bon signe, la mixité du centre une illusion, et la construction de tour sociale de qualité un fantasme...
Et je ne sais même pas si des projets de tours de qualité pour bobos augmentant l'offre de logements causerait une baisse logique des prix à Paris... les lois de l'offre et de la demande restent un mystère pour moi...
 

·
Registered
Joined
·
623 Posts
je ne pense pas au poisson d'avril, c'est un architecte qui écrit ca, ça parrait cohérent.

mais c'est une bonne chose que libé publie ce genre d'article, si ca peut permettre à l'électorat de delanoe de prendre conscience qu'en s'alliant et en cédant ainsi aux extrémistes verts, Paris va dans le mur...
 

·
Registered
Joined
·
623 Posts
JP said:
ah oui j'avais zoublié le1er avril !
Bref, cqfd, cet article est con... la piétonnisation du centre de Paris est une bonne idée, l'embourgeoisement du centre est inévitable et plutot bon signe, la mixité du centre une illusion, et la construction de tour sociale de qualité un fantasme...
Et je ne sais même pas si des projets de tours de qualité pour bobos augmentant l'offre de logements causerait une baisse logique des prix à Paris... les lois de l'offre et de la demande restent un mystère pour moi...
non, le problème n'est pas l'embourgeoisement de Paris face aux classes populaires. Ces 2 catégories sont protégées, les premiers ont les moyens financiers pour rester et les seconds bénéficient d'aides qui leur permettent de continuer d'habiter à Paris. Le problème, c'est pour les classes moyennes, pour les jeunes, les familles, bref tous ceux qui font vivre la ville, qui ont qui moins en moins leur place dans cette ville... Et au dela de l'aspect démographique, c'est l'aspect économique qui est en cause : au contraire de chercher à développer l'activité économique de la ville, on cherche à la freiner, bref, on veut conduire Paris vers le déclin...
 

·
Le Havre, Porte Oceane...
Joined
·
12,712 Posts
JP said:
Construire des tours serait la solution au désembourgeoisement de Paris??? ridicule ! Si tour il y a, (donc de logement)... c'est des tours de pauvres black-blanc-beur qu'il veut pour rétablir la mixité social???
Encore des préjugés typiquement Français. En Amérique, c'est l'inverse. Les Tours sont pour les riches et les petits immeubles pour les pauvres.
 

·
Registered
Joined
·
8,544 Posts
Pour lutter contre l'embourgeoisement de la capitale, il faudrait que Paris assimile et integre la petite couronne, histoire d'armoniser l'ensemble urbain et de minimiser le contraste entre les deux, aujourd'hui, paris ne s'agrandit pas, et ettouffe en quelque sorte, ensuite c'est sur que ce n'est pas la seule solution mais bon
 

·
Registered
Joined
·
6,423 Posts
Paris actuellement cherche pas à attirer les classes moyennes, enfin je pense,...la mixité sociale pronée par Bertrand & cie ne vise pas les moyens (en plus ce n'est pas son électorat...)
 

·
Registered
Joined
·
6,423 Posts
Fredo said:
Encore des préjugés typiquement Français. En Amérique, c'est l'inverse. Les Tours sont pour les riches et les petits immeubles pour les pauvres.
Je sais pas s'il y a des préjugés, la tour pour riches a pas encore été vraiment testée à Paris, sauf Le Front de Seine... Je ne sais pas qui y vit, comment ça s'est vendu, et quelle valeur ça a...

Les tours des olympiades étaient à l'origine destinées aux classes moyennes voire classes moyennes sup...

Donc vendre de la tour au français parait quelque chose de difficile...

Sinon quand je disais la tour black-blanc-beur, je demandais si c'était CE type de tour que Bertrand ou encore cet architecte préconisent ...
 

·
Registered
Joined
·
6,423 Posts
virtual said:
Pour lutter contre l'embourgeoisement de la capitale, il faudrait que Paris assimile et integre la petite couronne, histoire d'armoniser l'ensemble urbain et de minimiser le contraste entre les deux, aujourd'hui, paris ne s'agrandit pas, et ettouffe en quelque sorte, ensuite c'est sur que ce n'est pas la seule solution mais bon
ça semble impossible, par contre il faudrait revoir le mode d'élection du maire de Paris et ne pas laisser l'intra-muros décider pour la capitale... il devrait y avoir un conseil des maires de l'agglo qui nomme un maire...
 

·
Banned
Joined
·
59 Posts
Cyril said:
Il nous reste, Monsieur le Maire, en qui nous avons cru, le temps de vous accorder nos suffrages, à vous offrir un billet Paris-Montpellier aller-retour en TGV vers l'empire de la belle Languedocienne, aux mains, depuis tant d'années, de votre confrère en politique, Georges Frèche.

Rassurez-vous, Monsieur le Maire, entre la gare ferroviaire et la riante place de la Comédie, vous n'aurez alors que cinq cents mètres à avaler les yeux fermés, la bouche cousue, les oreilles closes * le temps de croiser le ring des pestilentiels boulevards de ceinture, pour gagner ce que d'aucuns estiment être la vraie cité (rues piétonnes, quartiers résidentiels barrés, fringues, escarpins, design * pauvres, vieux, familles évaporés dans un au-delà indésirable), là où les Virgin Megastore de tous acabits, pompant la sève de l'espace public, s'accaparent, par la grâce des échevins, les halles centrales d'un marché autrefois de plein jour, devenu cryptique depuis lors. Fin des idéologies. Société du spectacle. Bien modestement, nous nous permettrons d'imaginer que l'agglomération parisienne mérite de bien plus délicats égards, et que la ville-centre requiert de bien plus ordinaires atours.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=286525


Mais c'est quoi ce rant anti-Montpellier ?


Quel élitiste à la con.
 
1 - 15 of 15 Posts
This is an older thread, you may not receive a response, and could be reviving an old thread. Please consider creating a new thread.
Top