SkyscraperCity banner

661 - 680 of 1459 Posts

·
aka Kubb
Joined
·
287 Posts
Le projet de viaduc sur la Rance abandonné​


Le conseil général renonce à cette option trop coûteuse.Il penche plutôt pour un doublement de l'écluse.

Un an après avoir été envisagé par le conseil général, le projet de viaduc à péage sur la Rance, entre Saint-Malo et Dinard, semble tombé aux oubliettes. Jean-Louis Tourenne, président PS de l'assemblée départementale, a déclaré vendredi matin sur l'antenne de TVRennes 35 (dans l'émission le Grand Gallo, lire page 10), que le coût d'un tel viaduc était « prohibitif ». En effet, l'investissement était estimé à 200 millions d'euros.

« Le département n'a pas les moyens de financer ce projet, explique Jean-Louis Tourenne. Nous avons décidé d'entamer une nouvelle réflexion car depuis les premières études, la situation a évolué. »

Un sas supplémentaire ?

Les experts avaient anticipé une forte hausse de la circulation routière. Le barrage est l'un des axes les plus fréquentés d'Ille-et-Vilaine, avec 50 000 véhicules par jour au plus fort de l'été. Sans oublier les 16 000 bateaux qui franchissent l'écluse chaque année, obligeant le barrage à se lever toutes les heures, parfois, pour permettre aux plaisanciers de remonter la Rance vers la mer.

« Or, on s'est rendu compte que le parc automobile n'augmentait pas autant que prévu. On veut donc reprendre tout le dossier pour envisager la meilleure solution. » L'hypothèse qui tient la vedette aujourd'hui est celle d'un « doublement de l'écluse », avec un sas supplémentaire, permettant de ne jamais complètement interrompre le trafic lors du passage des bateaux.

Cette solution est beaucoup moins coûteuse (40 millions d'euros). Toutefois aucune décision n'est encore prise, ni aucun calendrier arrêté. « Nous souhaitons tout remettre à plat, en concertation avec les communes et ses habitants. »



Olivier BERREZAI.
Ouest-France, le 03/10/2009
 

·
Registered
Joined
·
127 Posts
Giboire Imobilier : une saga professionnelle et familiale
« Giboire est une marque référente . » Dans la bouche d’un autre que Laurent Giboire, pareils propos pourraient passer pour de l’arrogance. Mais lorsque l’on fait partie de la 3ème génération de l’un des acteurs historiques du marché immobilier de Rennes, on peut en effet se targuer d’une certaine expérience et… reconnaissance, bien au-delà de son territoire d’origine.

On est loin de ce jour de 1923 où le grand-père de Laurent Giboire, à l’origine assureur, se reconvertit « agent d’affaires », appellation alors en vigueur pour agent immobilier. Portefeuille de gestion, développement de l’agence rennaise, premiers à s’installer dans le nouveau centre (alors) des Colombiers… Mais aussi métier de la promotion immobilière au détour des années 60 avec, depuis, des programmes sur la Côte d’Emeraude, Nantes et Paris. La saga professionnelle et familiale est vite lancée par les deux fils du grand-père : Charles et Jacques. « Quant à leurs enfants, vaccinés au biberon de l’immobilier, ils ont tous fini par revenir dans l’entreprise »,s’amuse Laurent, membre de la direction. Avec plus de 10 000 personnes logées, plus de 5 500 lots en gestion locative et 2 500 locations/an en gestion, Giboire « est un généraliste de l’immobilier » présente d’emblée le professionnel qui sait que tout se construit pierre après pierre dans un métier lui-même en pleine évolution : « dans notre fonction d’administrateur de biens, nous logeons ainsi de plus en plus de personnes bénéficiaires d’aides sociales. »A côté de cela, on soulignera comment la « marque » Giboire, c’est aussi une « signature », avec quelques réalisations de prestige. Un exemple parmi une kyrielle de réalisations présentes (et à venir) sur toute la couronne rennaise ? Cap Mail, immeuble de 10 000 m² aujourd’hui acté. Une réalisation signée Jean Nouvel, rien que ça ! « Les Rennais attendent ce type de projet avec déjà une liste d’attente. Dès cet été, nous allons commencer à en parler à nos clients pour de la vente en l’état futur d’achèvement. »
 

·
piéton
Joined
·
2,531 Posts
Merci Seb35 !

10 000 m² pour Cap Mail ça nous donnerait au minimum R+8, la parcelle ayant une superficie d'environ 1300m²... à voire selon le volume nouvelisé...

En tout cas clair que c'est un bâtiment qui se fait attendre, et au bout de 4~5ans ne lâcher comme info que sa superficie, on peut dire qu'ils savent entretenir le suspense chez Giboire...
 

·
aka Kubb
Joined
·
287 Posts
Merci Seb35 !

10 000 m² pour Cap Mail ça nous donnerait au minimum R+8, la parcelle ayant une superficie d'environ 1300m²... à voire selon le volume nouvelisé...

En tout cas clair que c'est un bâtiment qui se fait attendre, et au bout de 4~5ans ne lâcher comme info que sa superficie, on peut dire qu'ils savent entretenir le suspense chez Giboire...
Quid de la maison de l'éclusier?
 

·
piéton
Joined
·
2,531 Posts
Il me semble qu'elle est toujours en place... et qu'elle le restera... pour en remettre une couche, elle ne m'apparaît pas comme élément primordial du patrimoine rennais, j'aurais au contraire préféré qu'une gare de tramway comme celle qu'il y avait ici par le passé passe l'épreuve du temps et soit, elle, "conservée"...
 

·
Registered
Joined
·
127 Posts
Rue du Pré-Perché, des immeubles devraient remplacer le siège départemental de la banquequi part à La Courrouze. Ça coince pour de nombreux riverains.
À l'automne 2010, le siège du Crédit Agricole déménagera de la rue du Pré-Perché vers la Courrouze pour emménager des bâtiments tout neufs.

Dans le centre de Rennes, ce départ va bouleverser le paysage Liberté-Colombier. Les locaux qui occupent presqu'un pâté de maisons entier, entre le boulevard de la Liberté et la rue du Puits-Mauger, seront démolis pour laisser la place à plusieurs immeubles d'une capacité totale de près de 400 logements sur 28 000 m2.


Les riverains s'informent

Situé précisément entre les rues Thiers, Chicogné, Pré-Perché et Tronjolly, cet ensemble, dont les premières esquisses datent de plus de deux ans, sera essentiellement réparti en deux îlots longeant la rue Chicogné. Mais il y aura aussi des bâtiments plus au coeur de l'îlot.

C'est là que se situent les plus hauts. Au total, ça ira de 3 à 13 étages, auxquels s'ajoutent parfois des mezzanines. En-dessous, il y aura deux nouveaux parkings d'environ 400 places. Les logements s'étaleront du T2 au T5 avec 25 % de logements aidés, 25 % de locatifs et 50 % en accession libre. De nouveaux commerces sont également prévus au rez-de-chaussée des immeubles.

La plus grande part est réalisée directement par le Crédit Agricole mais une partie est également confiée à Archipel Habitat pour faire des logements sociaux.

Jeudi dernier, la présence de près de 150 personnes à une réunion d'information des riverains, dans les locaux du Crédit Agricole, a montré que beaucoup de monde s'intéressait à ce projet et voulait avoir des informations. Elle a également montré qu'il existe une vive opposition à ce projet.

Pour l'instant, le calendrier prévoit deux à trois ans de travaux après la démolition en fin 2010.
 

·
piéton
Joined
·
2,531 Posts
Le point sur quelques chantiers...


ZAC La Courrouze - secteur Dominos - Siège Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine













ZAC La Courrouze - secteur Bois Habité - BH4













Place de la gare - Siège AG2R Grand Ouest





 

·
Registered
Joined
·
43 Posts
un peu daccord avec seb35
je trouve en revance que la 2ème tour est beaucoup mieux reussi a ceux stade mais attendont de voir le resultat finit

A quand les premiers rendus d'eurorennes c'est long d'attendre
 

·
piéton
Joined
·
2,531 Posts
Concernant Eurorennes il y aura une exposition du pré-projet (les rendus déjà connus) à la gare et à l'hôtel de la métropole de la mi-novembre à la mi-décembre...

Fin 2009 l'équipe d'urbanistes en charge de la zac sera désignée, il y aura alors une deuxième réunion pour présenter le périmètre... les premières ébauches du plan général d'aménagement ?

Après ça, mise en route de la concertation jusqu'à fin 2010~mi 2011... tours, pas tours, ça se jouera pendant cette période ?

Pour voir des beaux rendus de batiments il n'y aura plus qu'à attendre, passé cette date, que les promoteurs se lancent à leur tour (mauvais jeu de mots :D)... lors de la réunion de juin dernier, le fin du projet "Eurorennes" a été annoncé pour 2020~2025, il va donc falloir être patient, avant d'avoir un beau quartier tout beau tout neuf...


Concernant Bh4, à priori il ne révolutionnera pas grand chose en terme graphique, en revanche sur le plan de l'aménagement à Rennes c'est une nouveauté, et comme Lekt, j'attends la fin pour juger... reste que l'alternance de bandes blanches et bandes beiges ajoutées au volume spécifique de la tour sud, me plaît bien, en tout cas je trouve ça loin d'être "moche", il y a bien pire dans ce qui se fait aujourd'hui sur Rennes et alentours...
 

·
Registered
Joined
·
43 Posts
Merci steph pr les infos sur eurorennes je vais prendre mon mal en patience.

D'accord avec toi pour bh4, c'est en tous cas mieux que ce qui ce fait habituellement.
 

·
Registered
Joined
·
32 Posts
La ceinture verte de Rennes

Bonjour, j'essaye de lancer un petit sujet-débat :colgate:

L'organisation de l'agglomération rennaise est basé sur le principe de la ville archipelle, et la ceinture verte; c'est à dire la ville à l'intérieur de la rocade, et la campagne ou plutôt, les villes de banlieue autour (de plus en plus les villes que les campagnes d'ailleurs)
Cependant je me permet d'émettre un avis sur la question : je trouve cela stupide de vouloir mettre une limite d'urbanisation autour de Rennes, ou plutôt de la rocade car de toute façon certaines portions des communes avoisinantes sont intégrées dans la rocade : Chantepie, Saint-Grégoire, Cesson-Sévigné, Saint-Jacques-de-la-Lande, Thorigné-Fouillard et même un tout petit bout de Noyal-Châtillon-sur-Seiche.
Du coup, la rocade forme une barrière davantage sociale que physique. Mais de toute façon, selon moi le principe de ceinture verte est une aberration car d'un côté le SCoT fait en sorte pour que les communes ne se rapprochent pas de la rocade (quoique Pacé... ?!) et aussi pour qu'elle ne fusionnent pas entre elles (les "champs urbains", zones rurales entre deux communes proches...). Cependant, il est impossible de répondre à ces deux contraintes quant on voit l'évolution de l'agglomération rennaise, qui reste une des plus attractives de France.
Déjà que la ceinture verte est bien coupée au niveau du sud-est (Chantepie), nord (Saint-Grégoire), sud-ouest (Saint-Jacques, et d'autant plus vrai avec la Courrouze qui forme une continuité urbaine entre la Morinais d'un côté et Pigeon-Blanc / Cleunay de l'autre), mais aussi l'extension prévue de la ZI Sud-Est de l'autre côté de la rocade (Touche Aury) ou encore les extension du métro A (aménagement du Val Blanc, et possible aménagement de la Lande du Breil) où, dans ce dernier cas Pacé serait une commune de plus à être dans la continuité du noyau urbain rennais.

Quel est votre avis sur la question ?

En résumé, je suis fervent partisan de l'urbanisation dense, et réfléchie, mais ce n'est pas la peine de se cantonner à un espace délimité par un anneau périphérique (sur lequel il n'y aura de toute façon plus la place d'aménager quoique ce soit de nouveau bientôt de toute manière).
 

·
piéton
Joined
·
2,531 Posts
Une précision, je prendrai le temps de bien répondre plus tard (ou plus tôt en fait)...

De ceinture verte il n'est plus "techniquement" question, même si l'appellation est restée, le "schéma" d'urbanisation n'est plus projeté sous forme de noyaux urbains indépendants les uns des autres.

L'agglomération rennaise prendra (prend déjà) la forme d'une urbanisation en "doigts de gant" (et à priori, à plus long terme en "amas" tels les"super-amas de galaxies", des corridors urbains interconnectant les noyaux urbains de la métropole), des extensions urbaines dans les champs le long d'axes importants, des invasions rurales en ville dans l'entre deux axes... c'est l'interpénétration et la "cohabitation" des deux types d'espace qui sont souhaitées.

Voilà voilà pour la précision...
 

·
Registered
Joined
·
43 Posts
je ne trouve pas si mal le centure verte autour de rennes cela crée une veritable délimitation, cela crée aussi de la densification dans les construction (la courrouze). Malgré que rennes soit deja assez dense, temps que les réseaux routiers, les transports en commun et les services de proximités n' arrivent pas à saturation cela nest pas une mauvaise chose (pour l'environnement) après ce n'est que mon avis.

Il reste de la place dans le périphérique c'est surtout Cesson qui va surement dans l'avenir connaitre une forte croissance démographique, et les communes se trouvant sur les principaux axes routiers.

En apparté j'ai une question est-ce que quelqu'un connait la hauteur de la tour des telecomunication du C.C.E.T.T. a la limite de Cesson ? merci d'avance
 

·
Registered
Joined
·
32 Posts
@Steph35 : Cette urbanisation en doigt de gants comme tu l'appelles me parait déjà beaucoup plus souhaitable que la ville-archipelle.

@mathé postato : Oui c'est sûr qu'il reste de la place dans le secteur intrarocade mais toutes les secteurs restants sont déjà des ZAC (bon, l'urbanisation du secteur nord-est n'est pas encore clairement défini, c'est vrai).
Par contre, le réseau routier commence à saturer : la rocade ouest, sud, et même la N157 parfois, bouchonne le matin et le soir.

Pour continuer sur l'urbanisation en doigt de gants, c'est vrai qu'elle en a déjà la forme : Saint-Jacques-de-la-Lande / Bruz; (et même Chartres-de-Bretagne voir Noyal-Châtillon) Chantepie / Vern-sur-Seiche; et un peu plus loin mais pas relié au noyau urbain Noyal-sur-Vilaine / Brécé / Servon-sur-Vilaine / Châteaubourg.

Pour la tour des télécommunication (de TDF) je sais pas mais c'est assez haut, j'ai remarqué qu'on la voyait bien depuis le parc de Beauregard.
 

·
aka Kubb
Joined
·
287 Posts



Le futur Colombia aura un jardin sur son toit



Le lancement « officiel » des travaux d'extension du centre commercial Colombia a eu lieu hier après-midi. L'opération prévoit la création d'un jardin public de 7 000 m2, sur le toit de la future Fnac.

« Premier arbre »

D'habitude, pour des travaux, on pose une première pierre. Pas là. Hier, c'est un « premier arbre » que Daniel Delaveau, le maire de Rennes, et Laurent Morel, le président de la société Klépierre, qui finance le projet, ont dévoilé symboliquement. Clin d'oeil à la partie non commerciale du projet, à savoir la création d'un « jardin paysager contemporain » de 7 000 m2, qui poussera sur le toit de la future Fnac. Implanté au coeur du quartier Colombier, à l'emplacement des actuelles places du Général Koenig et Albert-Einstein, il sera ouvert à tous, y compris en dehors des horaires d'ouverture du centre commercial. Ce sera un vrai jardin public. Et un grand. Avec 7 000 m2, on est plus proche du vrai jardin d'agrément, façon jardin public du toit de la gare Montparnasse, à Paris, que du petit square de quartier !

Sept nouveaux magasins

Les travaux, qui ont débuté en mars dernier, sont déjà bien avancés. Le coeur de l'opération consiste à créer une nouvelle Fnac, deux fois plus grande que le magasin actuel, installée à la place des anciens locaux de l'Espace des Sciences, considérablement agrandis. Mais sept autres nouvelles boutiques vont voir le jour.

Qui à la place de la Fnac ?

Cinq de ces sept nouvelles enseignes sont déjà connues : Du Bruit Dans la Cuisine (ustensiles de cuisine, ouverture prévue ce mois de novembre) ; Ikks Men (prêt-à-porter masculin) ; Maison Larnicol (chocolats) ; Sasha et Lulu (lingerie, déjà ouvert) ; Undiz (lingerie, déjà ouvert). Les deux derniers espaces à pourvoir (l'actuelle Fnac et une cellule de 100 m2 située à l'entrée du centre, côté place du Colombier) étant « en cours de commercialisation », le nom des futurs occupants est inconnu. Seul indice : les m2 occupés par la Fnac se transformeraient en un « commerce de services à la personne ». En clair... un (grand) magasin de vêtements.

Projet bouclé à l'été 2011

Première ouverture annoncée : novembre, avec le lancement du magasin Du Bruit Dans la Cuisine (ustensiles de cuisine) sur 300 m2. Deuxième grand rendez-vous un an après (novembre 2010) avec l'ouverture de la nouvelle Fnac, qui doublera sa surface de vente (3 100 m2 contre 1 500 m2 aujourd'hui). Le jardin sur le toit, lui, devrait ouvrir en février 2011. Fin de l'aménagement du nouveau grand Colombia en juillet 2011, avec l'ouverture du magasin situé sur l'ancien site Fnac.


Klépierre met 35 millions dans l'opération​


Mais qui paye l'agrandissement du centre Colombia ? La société Klépierre, une multinationale propriétaire de la quasi-totalité des cellules commerciales de la galerie. La société, elle-même détenue à 52 % par la BNP-Paribas, possède « 275 centres commerciaux dans 13 pays d'Europe ». Valeur estimée de son patrimoine immobilier : 14 milliards d'euros.

L'investissement de Klépierre dans le projet rennais est à la hauteur de ces chiffres. Tout compris, la société a mis plus de 35 millions d'euros dans l'agrandissement du centre Colombia (dont 8 millions pour les seuls travaux). Pour récupérer sa mise, elle compte sur les loyers des commerces qui occupent la galerie. Ceux-ci sont calculés en fonction du type d'activité du magasin hébergé, de sa taille et de son chiffre d'affaire. « Le Colombia vit bien, mais son offre commerciale pouvait être améliorée, estime Laurent Morel, le président du directoire de Klépierre. Un centre commercial est un objet vivant. Il faut le faire évoluer pour qu'il reste attractif ». Un centre Colombia plus attractif, demain, ce sont des magasins qui feront de meilleures affaires. Et donc des loyers supérieurs pour le propriétaire, qui récolte aujourd'hui « un peu moins de 5 millions d'euros par an » auprès des commerçants installés à Colombia.


Les chiffres clés du centre Colombia​

- Les travaux d'extension ont démarré en mars 2009 et s'achèveront en juillet 2011.

- 7 millions de visiteurs flânent dans la galerie chaque année.

- 72 boutiques y sont implantées.

- 123 millions d'euros sont rentrés dans les tiroirs-caisses de l'ensemble de ces boutiques en 2008 (chiffre d'affaire global).

- 750 personnes sont employées dans le centre commercial.

- 23 ans, c'est l'âge de la galerie, ouverte en 1986.

- 19 176 m2 de surface de vente et de réserves sont actuellement disponibles sur le site, contre plus de 22 000 m2 après extension.

- 37 % de la surface du centre (soit 8 200 m2) vont être transformées à la faveur du projet d'agrandissement et de rénovation de la galerie.


Stéphane VERNAY.
Ouest-France, le 21/10/2009
 

·
Registered
Joined
·
127 Posts
On avait parlé d'un projet rue chicogné, il y a qq pages.

J'ai trouvé un doc officiel concernant l'agencement de cette zone.

donc il y aura 7 batiments

1 en R+6
2 en R+7
2 en R+8
2 en R+9
1 en R+13


voila les infos
 
661 - 680 of 1459 Posts
Top