Skyscraper City Forum banner
1 - 20 of 1065 Posts

·
Banned
Joined
·
1,760 Posts
Algérie : 37 milliards DA pour la modernisation du port de Béjaïa
Algérie

09-02-2009

Un projet de modernisation des infrastructures portuaires de Béjaïa a été présenté récemment par la Direction des travaux publics (DTP) de la wilaya.

37 milliards DA (environ 370 millions d’euros) seront investis pour l’extension de la capacité d’accueil du port, dont la création de 50 hectares de zones de stockage supplémentaires et de six nouvelles portes à quai pour la réception des navires.

Les bassins existants devraient enfin être creusés pour pouvoir accueillir les bateaux de grande capacité du type Panamax et Over Panamax. L’entreprise portuaire de Béjaïa (EPB) revendique 24% de parts de marché.
 

·
Unregistered User
Joined
·
5,722 Posts
La nouvelle entité portuaire Djazair Port World développera l’activité du port d’Alger et créera des emplois.

« Nous allons développer un grand terminal » explique enthousiaste M. Anil Singh, directeur général de DP World pour l’Afrique. La toute nouvelle société portuaire Djazaïr Port World a vu le jour dimanche dernier. Fruit d’un accord historique entre l’entreprise portuaire d’Alger(Epal) et le géant émiratie Dubai ports World, DPW est l’aboutissement de longues négociations. L’enjeu est de taille : la modernisation et l’équipement du terminal à conteneurs du port d’Alger ainsi que la gestion du port de Djendjen. C’est une avancée stratégique pour l’activité maritime de l’Algérie.

« 800 000 conteneurs par an à l’horizon 2012 seront traité par l’Entreprise portuaire d’Alger » a déclaré son PDG, Abelhak Bourouai lors de la conférence de presse. Le terminal à conteneurs est l’objet de toutes les attentions pour les dirigeants dont l’objectif est de développer son activité dans les cinq prochaines années. L’accord précise le dévéloppement des deux ports algériens pour les préparer à accueillir les navires de quatrième génération. Les chiffres sont encourageants pour le port d’Alger. En 2007, le terminal d’Alger a assuré le passage de 530 526 EVP( équivalent vingt pieds), contre 440 951 unités en 2006, soit une progression de 20%.

Le port de la capitale a traité, 11,241 millions de tonnes de marchandises diverses au cours de 2007, soit 11% de plus que l’année précédente. Près de 10,8 millions de tonnes de marchandises ont transité par le port d’Alger pour l’année 2008, contre 9,24 millions de tonnes en 2007. Concernant la durée d’attente en rade, sur une prévision annuelle de 1,20/jour, l’entreprise a réalisé 1,29/j, soit un taux de 93%. La durée moyenne de séjour à quai, pour l’exercice 2007, est de 3,58 j sur une prévision de 3,80 j, soit un taux de réalisation de 106%, selon les statistiques fournies par le directeur du port. Dans ce projet DPW se fixe comme priorité le désengorgement des ports.L’offre du numéro trois mondial de l’exploitation des terminaux à conteneurs ne se limite pas au port d’Alger. De nombreux emplois seront créer avec cette nouvelle société mixte.

Source : Dubaifrance.com
 

·
Banned
Joined
·
1,760 Posts
Discussion Starter · #9 ·
GOURAYA |New fishing port | #U-C

Un port de pêche à Gouraya (Tipaza) : Un nouvel atout économique



La localité côtière de Gouraya située à l’ouest de Tipaza vient de bénéficier d’une enveloppe supplémentaire d’un montant de 1800 millions de dinars dans le cadre de la loi de finances 2008, une affectation financière destinée à la réalisation des aménagements intérieurs du nouveau port de pêche de cette ville.


L’avis d’appel d’offres est en cours de lancement pour la réalisation de cette partie du projet. Le ministère des Travaux publics avait donné son accord pour l’adaptation de cet abri de pêche en un important port de la région centre du pays. L’opération intitulée « adaptation de l’abri de pêche en un port de pêche » aura nécessité des efforts financiers qui dépassent 2000 millions de dinars. La jetée principale initialement d’une dimension de 190 ml s’étendra, à l’issue des travaux d’aménagement, sur une distance de 450 ml. La jetée secondaire de 60 ml atteindra 195 ml.

Avec une passe d’entrée de 50 m, une surface de plan d’eau de 63 000 m2 et une surface de terre-plein de 40 000 m2, en plus de ses capacités d’abriter les chalutiers, les sardiniers et les petits métiers, le futur port de pêche de Gouraya sera en mesure d’accueillir 10 grands navires de pêche semi-industriels. « Ce sera le premier port de pêche en Algérie qui abritera une flottille pareille », a précisé le ministre des Travaux publics lors de sa visite sur le site, au mois d’août dernier. La production halieutique prévisionnelle, selon la direction de la pêche de la wilaya, atteindra 8000 tonnes par an. Il n’en demeure pas moins que le poisson se fait toujours désirer et les pêcheurs s’inquiètent de sa rareté et de la disparition de certaines espèces.

L’activité de cette importante infrastructure portuaire aura l’avantage de créer 600 emplois directs. Gouraya, l’antique « Gunugu » a les potentialités environnementales pour développer d’autres créneaux, notamment le tourisme et l’artisanat, qui s’ajouteront ainsi à l’agriculture et la pêche. Ses criques et ses forêts sont très fréquentées, notamment durant la saison estivale et la saison printanière. Malheureusement, cette localité avait enregistré un étrange départ de ses jeunes vers les maquis pendant les années 1990 et 2000. Un contingent important de cette région de la wilaya a préféré intégrer les rangs des hordes criminelles, créant ainsi un climat d’insécurité. L’achèvement des travaux de réalisation du port de pêche de Gouraya créera un autre climat chez les populations. L’impact social et économique qui interviendra dès l’entame de son activité à l’aube de l’année 2009, constituera sans aucun doute un atout de taille qui permettra aux jeunes d’envisager avec optimisme d’autres perspectives.


Par M’hamed H.
 

·
Unregistered User
Joined
·
5,722 Posts
Les ports algériens seront dotés de moyens de surveillance ultramodernes dits : système intégré de contrôle et de sécurité maritime et portuaire.





Les enceintes portuaires seront équipées de caméras de surveillance (pour l'identification des personnes dans les points sensibles du port), d'un système anti-intrusion, des badges électroniques pour le personnel... Après l'Italie, l'Algérie est le deuxième pays à disposer d'un tel système.Le ministère des Transports a lancé un avis d'appel d'offres international restreint, relatif à la mise en place d'un système intégré de contrôle et de sécurité et de sûreté maritime et portuaire, et d'échange de données informatisés (VTMIS, Vessel Trafic Management and Information Service).

Le projet a été formellement approuvé par le Conseil du gouvernement conjointement avec le projet de développement des ports. Ce projet intitulé VTMIS consiste en l'implantation d'un système VTS associé au système AIS, pour la gestion du trafic des navires aux abords et dans les ports. Cet arsenal de moyens sophistiqués, qui conférera au secteur maritime une vigilance optimale, vient renforcer les mesures de sécurisation maritime adoptées par le pays, à la faveur de l'entrée en vigueur de l'ISPS code, le nouveau code international de sécurité maritime.

Tout récemment, un bureau d'études italien a entamé, à Arzew, l'étude d'un projet de télésurveillance par satellite dont seront équipés tous les ports du pays. Après un audit en la matière, fait en 2008, par des spécialistes américains, le ministre des Transports a reconnu que le port d'Arzew est leader en matière de sûreté. Le nouveau dispositif consiste en la surveillance des personnes et des biens lors de leur passage dans les installations portuaires, ainsi qu'à la prévention de la lutte contre les actes de malveillance par des personnes travaillant dans les installations ou tentant d'y pénétrer pour y procéder à de tels actes.

Ces aspects touchent évidemment toutes les personnes entrant et opérant dans les installations.

Le nouveau dispositif vise la prévention et le secours contre les sinistres (risques naturels ou technologiques majeurs). Ce dispositif de sûreté a, pour objectif, la protection du milieu maritime contre les dangers résultant des pratiques illégales, dont le milieu maritime reste le théâtre de prédilection : piraterie, trafics de stupéfiants, immigration clandestine.

Aujourd'hui, la sûreté, au même titre que la sécurité, est un enjeu économique pour les ports.

« Tous les partenaires portuaires doivent adapter leurs méthodes de travail s'ils veulent améliorer la sûreté et la sécurité dans les ports », insiste un armateur.



Davantage de contrôle​

Un autre dispositif devra également concerner la sûreté à bord des navires et les préoccupations de l'OMI en la matière (projet de code international de sûreté). Un tel arsenal permettra ainsi de «responsabiliser l'ensemble de la chaîne du transport maritime». Ces dispositifs se veulent drastiques. Les contrôles des enceintes portuaires seront renforcés. Ces dispositifs interviennent dans une conjoncture marquée par un renforcement sans précédent des moyens de surveillance dans les ports maritimes de la rive nord de la Méditerranée. Le Parlement européen vient, en effet, d'adopter un ensemble de directives dans ce sens. A partir de 2011, tous les bateaux devront être contrôlés, ceux qui font escale dans les ports européens et ceux qui restent au large. La fréquence de ces contrôles dépendra de l'état du bateau. Les plus suspects seront visités tous les 6 mois, les autres, tous les ans, voire tous les deux ans.

Les Etats européens seront priés de vérifier les bateaux qui naviguent sous leur drapeau. La flotte européenne représente 1/4 de la flotte mondiale, l'UE exige de ses Etats membres qu'ils vérifient le respect des normes internationales par leurs bateaux. Chacun des 27 de l'Union européenne devra désigner une autorité indépendante chargée de prendre en charge les navires en détresse, histoire d'éviter qu'un bateau en détresse ne soit renvoyé dans les eaux européennes avec de plus grands risques de marée noire. L'Union européenne a fixé des dédommagements pour les voyageurs en mer victime de pertes de bagages ou d'accidents. Ce genre de mesures existe déjà pour le secteur aérien, il n'y avait rien de prévu pour le secteur maritime. Tous les transporteurs devront désormais être assurés, ils devront pouvoir prouver cette assurance sous peine de se voir chassés des eaux européennes.

Source : Continental news 22/03/2009
 

·
Unregistered User
Joined
·
5,722 Posts
Naissance d'une nouvelle unité de réparation navale à Béjaia

Naissance d'une nouvelle unité de réparation navale à Béjaia


Une nouvelle unité de réparation navale "Béjaia Maintenance" a été mise en exploitation mardi à Bejaia à l’issue d’une cérémonie solennelle à laquelle ont pris part les professionnels de la mer.

Une nouvelle unité de réparation navale "Béjaia Maintenance" a été mise en exploitation mardi à Bejaia à l’issue d’une cérémonie solennelle à laquelle ont pris part les professionnels de la mer.
Ont pris part également à la cérémonie d'inauguration de cette unité de réparation navale, qui a vu le jour en 1991 sous forme d'atelier prosaïque, les autorités portuaires et une délégation de l’ambassade du royaume de Belgique en Algérie, au titre de son parrainage du projet, réalisé en partenariat avec une firme Belge.
Située, en bordure de mer à hauteur du môle "Abdelkader" et sur un site relevant de l’EGPP (entreprise de gestion du port de pêche), cette unité qui s’étale sur quelque trois hectares entend, dans un premier temps, assurer la réparation mécanique de tout type d’embarcation nautique et, à terme, développer tout type d’intervention navale, qu’il s’agisse de carénage, chaudronnerie, ou de menuiserie.
Réalisée, en partenariat avec la société Belge SKD, qui va assurer la formation de ses cadres et sa fourniture en pièce de rechange, "Bejaia Maintenance" ambitionne d’aller loin, avec comme objectif avant la fin de l’année, assure-t-on, la construction et la fabrication d’embarcations marines.
"Nous allons créer une société mixte de droit algérien qui aura pour objectif la construction navale", a dit M.Peter Delien, attaché économique et commercial à l’ambassade de Belgique, qui fixe le mois d’octobre pour sa création et la fin de l’année pour son entrée en exploitation.
Il s'est félicité de cette collaboration qu’il estime participant d’un "modèle de partenariat gagnant-gagnant pour les deux parties". "Bejaia Maintenance", qui emploie 28 travailleurs, a pour mission majeure la révision et la maintenance des bateaux ayant des puissance pouvant aller jusqu'à 15.000 chevaux.
Avec le savoir acquis et l’amélioration de sa technicité, elle se donne de nouvelles ambitions, d’autant que tous ses cadres se recrutent parmi les anciens d’entreprises nationales notoires, notamment la SNTM/CNAN, HYPROC et l’ERENAV.
Le dossier de son extension a transité par l’ANDI, l’agence nationale du développement de l’investissement. Elle bénéficie, à ce titre, de tous les avantages accordés dans le cadre de ce dispositif, notamment les exonérations douanières et TVA ou celles inhérentes à son exploitation, dont l’IBS et la TAP, selon le directeur local de cette agence.

Source : ElMoudjahid (22/04/09)
 

·
Moderator
Joined
·
29,781 Posts
Algerian boats and maritime infrastructure

Passenger ship | Algerie Ferries

Tassili II




Le Havre Ships-flickr

Ariadne




Le Havre Ships-flickr

El Djazair II




Dominique Pipet-flickr

Tariq ibn Ziyad


Dominique Pipet-flickr
 

·
ⴻⵙⵒⴰⵏⵓ&#
Amazigh Power
Joined
·
6,442 Posts
quelques photos de bateaux au Port d'Alger





 
1 - 20 of 1065 Posts
Top