SkyscraperCity banner

5501 - 5520 of 11074 Posts

·
Registered
Joined
·
1,710 Posts
rapide changement de sujet :

je crois qu'on en a déja parlé mais je ne suis plus sur ...

ISRAËL. Air Méditerranée renforce sa desserte vers Israël et ouvre deux lignes vers Tel-Aviv au départ de Toulouse et de Strasbourg.

La compagnie aérienne low cost est déjà présente au Portugal, en Algérie, en Espagne en Grèce au Liban, au Maroc et en Tunisie.

La liaison au départ de Toulouse débutera le 24 juin 2013, et celle au départ de Strasbourg le 4 juillet 2013 à raison d'un vol hebdomadaire durant l'été.

La compagnie prévoit, par ailleurs, de nouveaux vols supplémentaires au départ de Paris CDG pour passer "à 7 vols hebdomadaires réguliers, dès le 24 juin", ajoute la compagnie.
 

·
Registered
Joined
·
17,990 Posts
Nouveau bâtiment Maillon-Wacken à 25M€.

Scoop: le quartier d'affaires du Wacken sera détaillé lors du prochain conseil municipal de Strasbourg (Lundi 24 juin 2013 à 15h00), dixit Mr Ries lors du conseil municipal du 27/05/2013.


Ajout info sur le conseil municipal de Strasbourg du 27/05/2013

Article de Rue89Strasbourg, 28/05/13

Extrait de l'article:
Un nouveau théâtre en 2017

Les travaux devraient durer un an, de la fin 2015 à la fin 2016, et coûteront 25 millions d’euros, comme le rappelle Daniel Payot à travers cette pique destinée notamment à Robert Grossmann :

« Où se plaint-on d’un théâtre à 25 millions d’euros ? Un nouveau label à Strasbourg: capitale de l’ingratitude ! »

La vice-présidente à la CUS en charge de la culture, Souad El Maysour, appuie l’adjoint au maire sur ce point : « Investir 25 millions d’euros dans la culture en période de crise, ça n’est pas rien ».

Il faudra attendre 2017 pour que le Maillon quitte les halls 1, 2 et 3 du parc des expositions et aille s’installer juste en face.


Les nouveaux locaux du théâtre du Maillon se situeront place Adrien Zeller. (Document remis)​

En attendant cette date, Daniel Payot tient à rassurer les spectateurs du Maillon :

« L’avantage de construire un nouveau bâtiment plutôt que de travailler sur l’existant c’est que pendant les travaux, il n’y aura pas d’interruption de la programmation du théâtre. Il n’y aura pas besoin de déplacer l’activité du théâtre pendant la durée des travaux. »
 

·
Registered
Joined
·
1,710 Posts
Je ne sais pas si c'est important ...

vu sur france matin

Collectivités Locales
Strasbourg met à disposition des terrains à l’usage de l’Agence européenne pour la gestion des systèmes d’information Schengen (SIS)


Abritant depuis 1995 plusieurs services du système central d’informations Schengen et depuis décembre 2012 le siège de la nouvelle Agence européenne des systèmes d’information Schengen (SIS), qu’elle partage avec Talinn, Strasbourg a choisi de céder un certain nombre de terrains pour faciliter le déploiement et la montée en puissance sur son territoire de la surveillance informatique des frontières et du partage de données entre 24 polices européennes.

L’agglomération de Strasbourg a choisi de contribuer de manière substantielle à l’accueil et à la pérennisation des services de l’Agence SIS en cédant à son usage plusieurs terrains d’une superficie globale de 60 ares.

En outre, la Ville de Strasbourg s’est engagée à faciliter sur son territoire l’installation des 75 fonctionnaires européens qui évolueront à terme au sein de la nouvelle agence.

Centralisant les services techniques de SIS depuis 1995, dont VIS (système d’information sur les visas) et EURODAC (base de données des empreintes digitales des demandeurs d’asile et migrants clandestins), Strasbourg est ainsi devenue fin 2012 le siège technique de l’Agence SIS, dont la gestion administrative a été confiée à la capitale estonienne.

L’implantation du système SIS à Strasbourg, siège par ailleurs de multiples institutions ou entités européennes et internationales, a été réalisée par l’Etat français, à la demande expresse de la Commission européenne, sur des terrains appartenant à l’agglomération et situés au 18 rue de la Faisanderie.

L’installation pérenne de la nouvelle agence à Strasbourg est une contribution importante au rayonnement de la capitale européenne.
C'est au fin fond du neuhof !!! au stockfeld ... quand on fait un streetview on voit qu'il y a déja quelque chose ... avec les drapeaux français et européens mais je me demande pourquoi à l'époque, ils ont décidé de mettre ça ici ??? ce n'est pas du tout le quartier européen ...

 

·
Registered
Joined
·
788 Posts
C'est pas plus mal que ça ne soit pas dans le quartier européen !
Le Quartier Européen représente l'union des peuples, la paix, la volonté de gérer un destin commun ; alors que là on a une société qui symbolise le flicage, la surveillance et les barrières.
Donc OK c'est une agence européenne et c'est bien qu'elle soit à Strasbourg, mais la mettre au milieu des autres institutions serait plutôt contre-productif en terme d'image et de popularité des institutions européennes à Strasbourg.
 

·
Registered
Joined
·
17,990 Posts
Et dans la même manne, l'Eurocorps dont l'état-major est basé à Strasbourg s'apprête à élargir son champs d'action de l'armée terrestre vers la marine, l'aviation et les forces spéciales. La Pologne va devenir une nation-cadre avec une présence renforcée dans l'état-major. Un petit wiki.
Vers une liaison aérienne Strasbourg-Varsovie?

L'Alsace, 28/05/13

P.S La Pologne va devenir nation-cadre le 1er janvier 2016. D'après le nombre de cadres (officiers et personnel) par pays présents à Strasbourg, j'estime que la présence polonaise devrait passer de 20 à environ 140 personnes (comme l'Espagne).
 

·
Banned
Joined
·
22,185 Posts
C'est pas plus mal que ça ne soit pas dans le quartier européen !
Le Quartier Européen représente l'unon des peuples, la paix, la volonté de gérer un destin commun ; alors que là on a une société qui symbolise le flicage, la surveillance et les barrières.
Donc OK c'est une agence européenne et c'est bien qu'elle soit à Strasbourg, mais la mettre au milieu des autres institutions serait plutôt contre-productif en terme d'image et de popularité des institutions européennes à Strasbourg.
Et ainsi, Bruxelles continue de représenter l'Europe antidémocratique tandis que Strasbourg représente l'Europe de la démocratie. ^^



Les supérettes fermées le dimanche font appel, l’Inspection veille

Les avocats des supérettes condamnées le 15 mai à rester fermées le dimanche par le tribunal de Strasbourg ont annoncé leur intention d’interjeter appel de cette décision. Dans un communiqué envoyé dans l’après-midi, ces avocats indiquent que les sept commerçants qu’ils représentent « n’acceptent pas ces décisions qui auront des conséquences économiques et sociales très graves pour leurs exploitations. »
Les avocats précisent dans leur communiqué que le juge des référés a appuyé sa décision sur un arrêté municipal, pris par le maire de Strasbourg en 1936. Faute de quoi, le Code du travail permettrait aux supérettes d’employer des salariés le dimanche pendant une période de cinq heures maximum selon eux. Ils appellent donc le maire Roland Ries à abroger cet arrêté. Lequel a précisé dès le 15 mai qu’il lancerait une concertation sur ce sujet. Une réunion s’est déjà tenue à la CUS entre les services et l’Institut du droit local.
Au Carrefour City : « provisoirement fermé »

Le magasin Carrefour City au Neudorf a bien fermé ses portes les dimanches. Sur sa devanture, une note explique que le magasin est fermé « provisoirement » suite « à l’acharnement de certains »… De son côté, l’Inspection du travail a vérifié la bonne exécution de la décision du tribunal. Les sept enseignes concernées par la procédures étaient bien fermées dimanche dernier.
Les inspecteurs et contrôleurs du travail en ont profité pour étendre cette procédure à toutes les épiceries et supérettes ouvertes le dimanche à Strasbourg, en se basant sur la jurisprudence ainsi obtenue. Plusieurs dizaine de petits magasins ont été contrôlés dimanche et des lettres de rappel à la loi doivent partir demain à l’intention des gérants des épiceries ouvertes.
http://www.rue89strasbourg.com/inde...es-le-dimanche-font-appel-linspection-veille/


Un article sur le rapprochement entre l'UHA, l'UdS, l'INSA et la BNU.

Le contrat de site alsacien sur les rails

Les quatre composantes sont désormais (presque) tout à fait sur la même ligne. Seule l’Unistra revotera ce matin.

En votant, hier après-midi, chacun dans son conseil d’administration le contrat de site Alsace, après en avoir débattu une dernière fois ensemble à Strasbourg, l’Université de Strasbourg (Unistra), l’Université de Haute-Alsace (UHA), l’Insa (Institut national des sciences appliquées) de Strasbourg et la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg (BNUS) préfigurent un modèle de coopération, qui, pensent-ils, influencera peut-être bien la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur. Lorsque chaque composan-te signera avec le ministère, le 4 juin prochain, le pôle alsacien sera en effet le premier à cette échelle de la vague initiale de contractualisation (les trois autres ne concernent qu’une université et une école d’ingénieurs – la Lorraine – et deux universités isolées, Corte et Avignon).


Mais, dernier petit couac : si l’unanimité s’est faite à la BNUS, et l’unanimité moins une seule abstention à l’UHA et à l’Insa, l’Unistra devra revoter ce matin ! Un quart des élus y a en effet demandé un report du vote (lire ci-dessous). Un blocage, que les statuts rendent impossible à la deuxième convocation. Gênant, ce contretemps ? « Non, répond Alain Beretz, parce que c’est la démocratie. Mais oui par rapport aux votes unanimes des autres : je ne peux pas m’en réjouir. »


L’UHA satisfaite


Si la BNU a tout lieu de se réjouir d’orchestrer le futur pôle documentaire alsacien, tandis que l’Insa trouve dans le contrat « une chance » de s’enraciner dans le territoire, tout en continuant de bénéficier de la notoriété du réseau national des cinq Insa, comment l’UHA a-t-elle surmonté les préventions que l’association avec Strasbourg avait fait naître à Mulhouse ? « C’est l’évolution du contrat, dont la première version avait été rédigée par le ministère et qui nous paraissait inacceptable » , répond Christine Gangloff-Ziegler. Depuis, explique-t-elle, il y a eu ce « travail entre les partenaires, avec des discussions parfois assez fortes, où toutes les réserves ont été mises sur la table ».


De toute façon, dit le texte, « le pilotage de la politique du site alsacien sera assuré par un comité constitué des représentants des exécutifs des quatre établissements signataires » , auxquels seront d’ailleurs associés l’Engees, qui dépend du ministère de l’Agriculture, et l’Ensas (architecture), qui dépend de celui de la Culture. Après, il s’agira encore de peaufiner les conventions de rattachement de chaque composante. « D’ici à la fin de l’année », mais « je ne promets plus rien » , rit Alain Beretz. Parmi les premières étapes sensibles du calendrier, figure notamment, dès 2013, une « cartographie de l’offre régionale de formation ». Déterminant pour savoir qui fera quoi, et où. Étant entendu que, dans une situation marquée par les contraintes budgétaires, on ne fera pas tout partout. Le projet d’une carte orange régionale devrait en être boosté… En tout cas, répète Alain Beretz, « on ne va pas tout centraliser à Strasbourg ».
http://www.lalsace.fr/actualite/2013/05/23/le-contrat-de-site-alsacien-sur-les-rails


Déclaration commune de l’Université de Strasbourg (Unistra), de l’Université de Haute-Alsace (UHA), de l’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Strasbourg et de la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg

« Le contrat de site, cet acte majeur pour nos quatre établissements, a fait l’objet d’un travail commun, où chacun a pu apporter son point de vue. Si des différences ont pu apparaître, nous affirmons aujourd’hui que nos échanges, nos discussions ont avancé et les principaux obstacles sont levés. Ce travail nous a non seulement permis de travailler ensemble, mais surtout de poser les jalons d’une collaboration innovante et sincère. Par ce nouveau rapprochement, nous avons aujourd’hui initié les conditions d’un travail stratégique durable et ambitieux. En effet, ce contrat de site est une première pierre d’une offre universitaire en Alsace plus cohérente, complémentaire. Il vise à coordonner nos stratégies pour améliorer encore et toujours notre efficacité en matière de formation, de recherche et en matière documentaire. C’est pourquoi nous nous engageons résolument à un copilotage de la politique de site, et veilleront à ce que chaque établissement puisse contribuer à la dynamique impulsée en coordonnant nos réflexions sur certains axes stratégiques. Faire ensemble, non pas pour gommer nos spécificités, mais pour nous faire tous gagner, pour faire progresser l’enseignement supérieur et la recherche de haut niveau. »



Récemment, des responsables de l'UdS ont rencontré des députés européens au Parlement européen.


Première rencontre au sommet entre l’université et les parlementaires européens


Six députés européens ont rencontré le président Alain Beretz et une délégation d’universitaires dans le cadre d’une « matinale » délocalisée au Parlement. La recherche, sa construction européenne, son financement, ses enjeux, et plus largement ceux de l’enseignement supérieur, dans une société européenne en crise économique ont été tour à tour évoqués.


Inaugurées en mars sur la thématique de la vie étudiante (voir L'Actu du 22 mars), les « matinales » de l’université se sont délocalisées pour leur deuxième édition au Parlement européen, permettant au président de l’Unistra, à plusieurs membres de son équipe (Michel Deneken, Édouard Mehl, Joern Pütz) et au secrétaire général de la Leru (League of European Research Universities) Kurt Deketelaere, de rencontrer six députés européens. La rencontre a été organisée autour d’un petit déjeuner au Parlement, à l’initiative de l’université mais avec l’aide active de Catherine Trautmann, elle-même députée européenne et vice-présidente de la Communauté urbaine de Strasbourg, qui a mobilisé ses collègues autour d’elle. La thématique des échanges portait surtout sur la recherche, même si elle s’est élargie, de fait, à toute la sphère de l’enseignement supérieur.
Les députés conviés à cet échange ne sont pas des novices en matière de recherche, puisque cinq d’entre eux (Ioannis Tsoukalas, Edit Herczog, Maria Carvalho, Antonio Correia de Campos, et Catherine Trautmann) sont membres de la commission « Industrie, recherche et énergie » du Parlement. Quant à Luigi Berlinguer, il a été président de l’Université de Sienne et ministre de l’Éducation.



Plus d’étudiants de l’Unistra en stage au Parlement

Un échange très riche s’est donc construit autour de la recherche dans sa composante européenne, ses financements, leur complexité, les enjeux économiques de l’innovation, mais aussi de la formation, dans un contexte de crise et de chômage qui marquent le climat européen. La nécessité de veiller à l’adéquation entre les formations dispensées aux étudiants et les besoins des entreprises a été avancée comme une arme de lutte contre le chômage.

Chacun s’est appliqué à souligner l’importance de l’université, la nécessité de la soutenir dans ses missions, de structurer la recherche au niveau européen et ce, en dépit d’un contexte morose. Les députés ont également exprimé leur souhait d’accueillir au Parlement davantage d’étudiants de l’Université de Strasbourg en stage, une démarche qui devrait être facilitée par le fait que l’Unistra compte 20% d’étudiants étrangers. Les parlementaires ont exprimé le souhait de mieux connaître notre université, à la fois physiquement et sur le fonds.

Alain Beretz évoque « Une rencontre très riche qui nous permet de mieux nous connaître. Il y a des demandes pour découvrir ce que nous faisons, la qualité et le nombre de ceux qui ont répondu à notre invitation en témoignent. C'est évident, nous devons continuer à nous rapprocher des décideurs européens et créer une relation de proximité avec cette belle institution ». De son côté, Catherine Trautmann, précise : "Cette rencontre a été l'occasion pour les députés d'échanger sur les applications concrètes des décisions et programmes, y compris financiers, votés au Parlement Européen qui concernent les Universités et l’ensemble du secteur de la recherche. La richesse des témoignages qui se sont articulés autour des spécificités et des besoins des universités nous a convaincus que ce type d'initiative était à renouveler régulièrement et que l’Université de Strasbourg était une université partenaire privilégiée." Bref, une rencontre qui ne restera pas sans lendemain...
http://lactu.unistra.fr/index.php?id=17267#c77684


L'écologiste Éric Schultz sera candidat pour être tête de liste EELV aux municipales.

Eric Schultz candidat pour être tête de liste Europe-Ecologie à Strasbourg

C’est le 26 juin qu’Europe Écologie les Verts (EELV) désignera sa tête de liste pour les élections municipales de mars 2014.

En 2008, Alain Jund, actuel adjoint à l’urbanisme de Roland Ries, le sénateur-maire (PS) de Strasbourg, menait cette liste. Entre les deux tours, les listes avaient fusionné et l’équipe PS-EELV l’avait emporté sur les sortants (la liste menée par le « tandem » Fabienne Keller-Robert Grossmann).

Aujourd’hui, sur les réseaux sociaux (profil Facebook), l’actuel conseiller municipal EELV Eric Schultz, chef de file du groupe EELV, annonce qu’il sera candidat pour conduire la liste « du rassemblement des écologistes à Strasbourg ». M. Schultz indique « y avoir longuement et mûrement réfléchi ».
http://www.dna.fr/edition-de-strasb...re-tete-de-liste-europe-ecologie-a-strasbourg


Pendant ce temps-là, l'UMP se divise.

Le jugement favorable à Jean-Emmanuel Robert

Le juge des référés a rejeté ce matin la requête de Robert Grossmann et d’Anne Schumann dans le contentieux qui les oppose à Jean-Emmanuel Robert, leur collègue du groupe UMP-UDI au conseil municipal. L’objet de leur litige porté devant la chambre des référés civils du TGI de Strasbourg était l’utilisation d’une partie de la cagnotte de l’ancienne Union Pour Strasbourg (UPS).

Le juge des référés a rejeté ce matin la requête de Robert Grossmann et d’Anne Schumann dans le contentieux qui les oppose à Jean-Emmanuel Robert, leur collègue du groupe UMP-UDI au conseil municipal. L’objet de leur litige porté devant la chambre des référés civils du TGI de Strasbourg était l’utilisation d’une partie de la cagnotte de l’ancienne Union Pour Strasbourg (UPS), un mouvement qui avait été créé pour soutenir l’action municipale de l’ancien « tandem » (Keller-Grossmann).

Le juge n’aura pas accédé à la demande de l’avocat Michel Reinhardt, qui défend la position de Robert Grossmann et Anne Schumann, de voir un administrateur judiciaire nommé pour une mission de deux mois.

« On a perdu », a reconnu ce matin Anne Schumann, en n’en disant pas plus pour l’instant, tout en laissant entendre qu’ils n’en resteraient sans doute pas là.

Et ce, dans un litige qui les oppose au jeune candidat à la candidature pour les primaires UMP, Jean-Emmanuel Robert, qu’ils accusaient d’avoir changé de nature sa propre association « Association Bourse, Esplanade, Krutenau » (ABEK), afin d’en faire une association à but politique – un micro-parti « Strasbourg 2014 » – utilisée pour servir les desseins de sa propre candidature pour les futures élections municipales, avec une partie des fonds transférés depuis l’UPS.

La défense soulignait, pour sa part, la « naïveté » feinte de Robert Grossmann et d’Anne Schumann découvrant la candidature de Jean-Emmanuel Robert – « alors que cette association fonctionnait très bien » et que les deux élus qui assignent leur collègue n’ont rien trouvé à y redire jusqu’à ce moment-là, avait déclaré l’avocat.
D’où, selon lui, « la belle histoire racontée » pour « embêter » son client, qui est le « président, reconduit le 3 janvier dernier », de l’association « Strasbourg 2014 ».
http://www.dna.fr/actualite/2013/05/28/le-jugement-favorable-a-jean-emmanuel-robert


Cette division de l'UMP ne profite pas seulement à la gauche, elle pourrait aussi profiter au candidat UDI François Loos, qui propose de faire de Strasbourg une "smart city", une ville tournée vers le développement durable.

François Loos, candidat de l'UDI à la mairie de Strasbourg, ne veut pas se laisser bousculer. Il considère que le temps ne presse pas, à droite, et laisse l'UMP se dépêtrer de son débat sur d'éventuelles primaires. Ensuite, il sera encore temps de discuter entre partenaires, estime l'ancien président de l'ADEME qui propose de faire de Strasbourg une "smart city"...

Il propose de faire de Strasbourg une "smart city", entendez une "ville intelligente" qui privilégie le "développement durable", à travers l'écomobilité, la rénovation thermique des bâtiments et l'utilisation des ressources de l'intelligence numérique dans les domaines où c'est possible.
http://www.dna.fr/actualite/2013/05...-promet-de-faire-de-strasbourg-une-smart-city

"Smart City", "ville intelligente". François Loos est un IBMer ! :lol:



Pour ceux que ça intéresse, à l'occasion des "Rendez-Vous de la Neustadt", la Région Alsace lance un concours photo.
Strasbourg : un concours photo
Mardi 28 mai 2013 | 07h00

A l'occasion des rendez-vous de la Neustadt, qui se déroulent à Strasbourg les 30, 31 mai et 1er juin 2013, la Région Alsace, lance un concours photo.

Ce concours, ouvert à tous, vous invite à donner votre regard sur le caractère exceptionnel, insolite ou simplement particulier à vos yeux du "quartier allemand" de Strasbourg - quartier, qui encercle le noyau urbain historique et s'étend du quai des pêcheurs jusqu'à l'hôpital civil.

La sélection des lauréats du concours sera assurée par un jury de professionnels.
http://www.e-alsace.net/index.php/smallnews/detail?newsId=12993
http://patrimoine.region-alsace.eu/fr/event/Concours-photo-objectif-Neustadt,288838.html



En selle aux archives

Un « phénomène social »

La lettre et l'arrêté, montrés aux archives dans le cadre de l'exposition « En selle ! Du vélocipède au Vélhop » (lire encadré), montrent qu'en matière de vélo, de nombreuses problématiques d'antan sont toujours d'actualité. On croirait en effet assister au débat judiciaire qui a récemment opposé l'association Piétons 67 à la ville de Strasbourg au sujet des pistes cyclables aménagées sur les trottoirs.

« Souvent, les expositions se focalisent sur l'objet et sur la pratique sportive du vélo, alors que là, c'est le phénomène social qui est mis en valeur », observe Jan Konold, consultant vélo et collectionneur, qui a mis à disposition plusieurs pièces. « L'histoire du vélo, c'est l'histoire d'une société », abonde Benoît Jordan, conservateur aux archives. Le vol de deux roues, souci local et contemporain, était aussi redouté au début du siècle : en témoignent l'image d'un vélo suspendu au mur d'une chambre, qui rappelle ceux que l'on hisse aujourd'hui sur les balcons, et les premières plaques d'immatriculation, ancêtres des cadres gravés. Les cyclistes artistiques du vélo-club de Schiltigheim, photographiés en 1900, évoquent pour leur part les acrobaties du récent festival de cultures urbaines NL Contest. L'exposition rend aussi hommage à l'action d'associations comme le Cadr 67 (Comité d'action deux roues), dont le militantisme a permis d'initier dans les années 1970 les aménagements qui font de Strasbourg la ville la plus cyclable de France.
http://www.20minutes.fr/strasbourg/1160331-selle-archives
 

·
Fourbe des collines
Joined
·
23,120 Posts
Je suis passé devant le Printemps tout à l'heure, il manque toujours 3 vitres sur la verrière du premier étage... Je ne sais pas ce qu'ils attendent pour les poser.

L'immeuble rue du Noyer a bien avancé par contre, il a atteint sa hauteur définitive. Désolé, pas de photos, mon antique téléphone portable n'a pas cette fonction. :D
Quelqu'un sait quand ils vont attaquer les travaux de l'immeuble d'à côté ? J'ai hâte de voir le gros nounours doré. :)
 

·
Banned
Joined
·
22,185 Posts
La différence est flagrante. Personnellement, je préfère l'aspect extérieur de l'ancien bâtiment.

Bon, à part ça, la construction des nouveaux immeubles devrait bientôt démarrer près du Parc de l'Étoile.
 

·
Registered
Joined
·
17,990 Posts
Le port autonome de Strasbourg (PAS), c'est un peu mon dada car j'ai vécu non loin du port durant mon enfance. C'était la zone qu'on cachait et peu de touristes (voire des Strasbourgeois) connaissent l'activité portuaire de Strasbourg. La perception change car tous les trains se rendant vers l'Allemagne permettent de se questionner sur cette zone portuaire qui inclut également Kehl (environ 8+4=12 millions de tonnes de fret), sans compter l'émergence de nouveaux quartiers dans le secteur ...

Le gouvernement développe un plan de "relance" des ports français dont le PAS sera aussi bénéficiaire: http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/13094_Strategie-nationale-relance-portuaire_DEF_23-05-13_light_p-a-p.pdf

Pour le PAS (on n'a pas encore de plan détaillé):

Logistique:
Sur l'axe Seine, Haropa (Paris + Rouen + Le Havre) intègre les ports maritimes décentralisés de Caen et Cherbourg et associe les ports intérieurs de Lyon, Strasbourg et Nogent-sur-Seine en tant que partenaires.

Industrie:
Élaborer un plan énergie et déchets et effectuer des démarches d'insertion pour les quartiers voisins au port autonome de Strasbourg. Le port autonome de Strasbourg engage des travaux sur les réseaux énergie et chaleur du port pour développer un réseau de chaleur.
Les démarches d'insertion visent à améliorer l'image du port (acceptabilité des activités industrielles) et à mettre en valeur le potentiel de création d’emplois de la place portuaire.
La gestion prévisionnelle permet au port d'anticiper les besoins et d’orienter les recherches en matière d'emploi.
 

·
Registered
Joined
·
1,710 Posts


Vous avez peut-être un avis sur le résultat final de l'extension de l'école d'architecture..


Rendu

Vu de la rue, l'INSA est beaucoup plus sympa à voir que photographiée en vue plongeante avec un objectif grand ange ...

Surtout quand on est en face de la ruelle traversée par la passerelle ... on a une bonne vue d'ensemble du bâtiment et je le trouve sobre, recherché et assez class ! et pas mal vitré !!

J'ai pris ça hier justement ... j'étais au feu et l'insa était derrière moi... j'ai fait ce que j'ai pu avec mon portable ... et le temps qu'il me restait jusqu’à ce que le feu devienne vert !

 

·
Registered
Joined
·
788 Posts
Comme vous le savez, l'aménagement de la station Gare centrale n'est pas vraiment accueillant. Voici quelques exemples de trams partiellement souterrains.
Tu ne peux pas comparer la station tram actuelle avec des rendus photoshop de projets idéalisés: tu as toi-même dans ton poste précédent souligné l'énorme différence qu'il pouvait y avoir entre l'image "publicitaire" du projet et la réalité.

Si tu veux réellement comparer, il faut comparer les PHOTOS entre elles.
 

·
Banned
Joined
·
22,185 Posts
Tu ne peux pas comparer la station tram actuelle avec des rendus photoshop de projets idéalisés: tu as toi-même dans ton poste précédent souligné l'énorme différence qu'il pouvait y avoir entre l'image "publicitaire" du projet et la réalité.
Je compare les aménagements et pas l'état des stations. Les images que j'ai postées sont des exemples d'aménagement possibles.

Ensuite, concernant l'école d'architecture, quand j'ai dit que la différence était flagrante entre le rendu et la photo, je parlais uniquement de l'école d'architecture.

Sur beaucoup de projets architecturaux, les constructions sont souvent fidèles aux rendus. Pour l'école d'architecture, ce n'est pas vraiment le cas.
 

·
Registered
Joined
·
788 Posts
Je compare les aménagements et pas l'état des stations. Les images que j'ai postées sont des exemples d'aménagement possibles.

Ensuite, concernant l'école d'architecture, quand j'ai dit que la différence était flagrante entre le rendu et la photo, je parlais uniquement de l'école d'architecture.

Sur beaucoup de projets architecturaux, les constructions sont souvent fidèles aux rendus. Pour l'école d'architecture, ce n'est pas vraiment le cas.
Dans ce cas là, une fois que l'on a fait abstraction des details de textures et effets du rendu, sur les trois exemples que tu donnes, je trouve deux d'entre eux absolument identiques à la station Gare Centrale sur leur principe d'aménagement. :dunno:
Je ne vois donc pas en quoi ils représenteraient une quelconque solution alternative à l'aménagement actuel (ou passé) de la station Strasbourgeoise.
 

·
Banned
Joined
·
22,185 Posts
Dans ce cas là, une fois que l'on a fait abstraction des details de textures et effets du rendu, sur les trois exemples que tu donnes, je trouve deux d'entre eux absolument identiques à la station Gare Centrale sur leur principe d'aménagement. :dunno:
Je ne vois donc pas en quoi ils représenteraient une quelconque solution alternative à l'aménagement actuel (ou passé) de la station Strasbourgeoise.
Tu as mal regardé. Sur les exemples que j'ai montré, les stations sont mieux éclairées et l'aspect des stations est soigné. Et sur certains des exemples que j'ai citées, on peut voir qu'il y a des bancs dans les stations.
 

·
Registered
Joined
·
17,990 Posts
Article des DNA sur la Tour de chimie et l'urbanisme vertical à Strasbourg. L'accès est réservé aux abonnés.
http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2013/05/28/l-urbanisme-vertical-a-strasbourg
L'article retrace rapidement l'évolution de l'architecture verticale à Strasbourg. Bref, Strasbourg avec un record mondial en 1439 (142 m). Puis jusqu'en 1945, la hauteur sous corniche des bâtiments est limitée à 20 m!
Depuis, la hauteur des bâtiments se limite peu ou prou à la hauteur de la plateforme de la cathédral, soit 66 m.
 
5501 - 5520 of 11074 Posts
Top