SkyscraperCity banner
1 - 20 of 79 Posts

·
ZAKARIAMED
Joined
·
619 Posts
إنشاء مركز عربي لعلم الآثار في تيبازة
قالت الوكالة الوطنية لتسيير إنجاز المشاريع الكبرى الخاصة بالثقافة إنها ستوقع عقدا مع المؤسسة الجزائرية للبناء "ترافوكوفيا"، الأحد بالعاصمة، إنها لإنجاز مركز عربي لعلم الآثار.

وأوضح بيان الوكالة أنه تقرر إنشاء هذا المركز العلمي بتيبازة (60 كلم غرب العاصمة)، خلال الندوة العربية الـ17 حول التراث الأثري الحضري المنعقدة بنواكشوط باقتراح من الجزائر.

وتتمثل مهمة هذا المركب العلمي والثقافي في "ترقية التراث الأثري العربي وتشجيع الحوار بين ثقافات العالم العربي على أسس علمية"، كما سيسمح أيضا بـ"جمع ونشر المعرفة وأحدث التقنيات لعلم الآثار عبر العالم".

وسيضم المركز عدة منشآت قاعدية منها: متحف عربي لعلم الآثار والآثار الصخرية ومعهد عربي لعلم الآثار والدراسات الصحراوية ومخبر عربي للحفاظ على الممتلكات الثقافية.

و حسب البيان، فإن الهياكل سترتكز حول فضاء "يتميز بهوية قوية تمثل الثقافة العربية بصفة عامة وهندسة شمال إفريقيا بصفة خاصة".

ويستلهم تصميم هذا المركز، الذي تقدر مساحته بـ41000 متر مربع، من شبكة حفريات علماء الآثار، إضافة إلى "تندة" الخاصة بالصحراء الجزائرية، حسب الوكالة.

وسيوضع الحجر الأساسي لهذا الانجاز من طرف وزيرة الثقافة، خليدة تومي، خلال شهر جويلية الجاري.
http://www.elkhabar.com/ar/autres/dernieres_nouvelles/295458.html
 

·
Algerian Citizen
Joined
·
5,063 Posts
Mme Toumi pose la première pierre d’un Centre arabe d’archéologie à Tipasa



TIPASA - La ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, a posé, mardi dans la commune de Tipasa, la première pierre d’un Centre arabe d’archéologie avant de visiter la maison de la Culture à Koléa.

Pris en charge par l’Agence nationale de réalisation des projets de la Culture (ARPC) et une entreprise algéro-espagnole de construction, ce projet est lancé pour un montant de 1,8 milliard de DA. Sa livraison est attendue dans 22 mois, selon les délais prévisionnels.

Rappelant que le projet a connu plus de quatre années de retard eu égard aux difficultés à trouver un terrain à Alger selon les exigences du cahier de charge de l’Alesco, la ministre s’est félicitée de l’implantation de ce Centre à Tipasa qui est, a-t-elle soulignée, un grand pôle archéologique qui mérite d’abriter une telle infrastructure dédiée au patrimoine culturelle.

Cette infrastructure culturelle et de formation est implantée en face du parc archéologique de la colline dite "Sainte Salsa", à l’entrée est du chef lieu de wilaya sur une assiette de 41.000 m2, dont 25.000 m2 pour les structures de formation et le bloc administratif.

Son implantation a été judicieusement étudiée dans le prolongement de ce qui est appelé la zone tampon de la partie historique de Tipasa avec ces deux parcs archéologiques romains et son musée.

Celle-ci, qui vient renforcer la vocation de ville historique de Tipasa comprendra, en plus d’un Institut arabe d’archéologie et des études sahariennes (formation en post-graduation), doté de deux amphithéâtres d’une capacité de 300 places chacun, un musée d’archéologie et d’arts rupestres, un laboratoire de préservation des biens culturels et de restauration ainsi qu’une bibliothèque en plein air qui seront agrémentés d’un espace vert et d’un patio intérieur rappelant l’architecture arabo-mauresque.

Ce projet de Centre arabe d’archéologie, proposé par l’Algérie lors de la 17ème conférence arabe sur le patrimoine archéologique et civilisationnel, qui s’est tenue à Nouakchott du 22 au 27 décembre 2003, était inscrit, également, dans le cadre de la manifestation "Alger, capitale de la culture arabe" avec comme objectif de promouvoir l’archéologie arabe et de favoriser le dialogue interculturel entre les différents pays qui disposent d’un patrimoine riche dans le domaine.

Il s’inscrit, par ailleurs, dans les recommandations de la mission d’expertise de l’Unesco qui, suite à la levée des réserves sur le site classé "en péril" et du lancement du plan permanent de sauvegarde de la ville de Tipasa, prévoyaient de créer un centre sur les métiers du patrimoine.

A Koléa, la ministre a visité la maison de la Culture de la wilaya de Tipasa implantée sur une superficie de 6500 m2, dont 4000 avec une emprise au sol qui a connu de très grands glissements dans les délais de réalisation et de nombreuses malfaçons qui ont été prises en charge depuis 2011.

Son inauguration aura lieu dans les prochaines semaines sitôt l’installation d’un groupe électrogène et l’achèvement des issues de secours.

Construite sur deux étages, la maison de la Culture de la wilaya est composée d’une grande salle de spectacles de 600 places, d’un hall d’exposition, d’une bibliothèque et d’une salle de lecture, d’une salle informatique et d’une boutique d’artisanat ainsi que de huit ateliers destinés à diverses activités culturelles et de loisirs.

Inscrite en 2002, sa construction a nécessité à ce jour une enveloppe de près de 130.000.000 de DA, après plusieurs réévaluations.

Le choix de la ville de Koléa pour abriter cet édifice a été décidé en raison de son dynamisme culturel symbolisé par l’existence de ces trois associations musicales andalouses (Dar El Gharnatia, El Bachtarzia et Fen El Assil) très actives dans la domaine de la préservation de ce patrimoine ancestral, par son Mouvement Théâtral de Koléa (le MTK), par l’association de Sid Ali Mbarek ainsi que par la création,en 2005, de la section de Tipasa de la "Fondation Emir Abdelkader" pour ne citer que les plus connues.

La délégation ministérielle a également inauguré officiellement la bibliothèque urbaine de la ville de Tipasa implantée à l’entrée de la ville.
Source: APS
 

·
Registered
Joined
·
22,280 Posts
Pose la première pierre d’un Centre arabe d’archéologie à Tipasa

TIPASA - La ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, a posé, mardi dans la commune de Tipasa, la première pierre d’un Centre arabe d’archéologie avant de visiter la maison de la Culture à Koléa.

Pris en charge par l’Agence nationale de réalisation des projets de la Culture (ARPC) et une entreprise algéro-espagnole de construction, ce projet est lancé pour un montant de 1,8 milliard de DA. Sa livraison est attendue dans 22 mois, selon les délais prévisionnels.

Rappelant que le projet a connu plus de quatre années de retard eu égard aux difficultés à trouver un terrain à Alger selon les exigences du cahier de charge de l’Alesco, la ministre s’est félicitée de l’implantation de ce Centre à Tipasa qui est, a-t-elle soulignée, un grand pôle archéologique qui mérite d’abriter une telle infrastructure dédiée au patrimoine culturelle.

Cette infrastructure culturelle et de formation est implantée en face du parc archéologique de la colline dite "Sainte Salsa", à l’entrée est du chef lieu de wilaya sur une assiette de 41.000 m2, dont 25.000 m2 pour les structures de formation et le bloc administratif.

Son implantation a été judicieusement étudiée dans le prolongement de ce qui est appelé la zone tampon de la partie historique de Tipasa avec ces deux parcs archéologiques romains et son musée.

Celle-ci, qui vient renforcer la vocation de ville historique de Tipasa comprendra, en plus d’un Institut arabe d’archéologie et des études sahariennes (formation en post-graduation), doté de deux amphithéâtres d’une capacité de 300 places chacun, un musée d’archéologie et d’arts rupestres, un laboratoire de préservation des biens culturels et de restauration ainsi qu’une bibliothèque en plein air qui seront agrémentés d’un espace vert et d’un patio intérieur rappelant l’architecture arabo-mauresque.

Ce projet de Centre arabe d’archéologie, proposé par l’Algérie lors de la 17ème conférence arabe sur le patrimoine archéologique et civilisationnel, qui s’est tenue à Nouakchott du 22 au 27 décembre 2003, était inscrit, également, dans le cadre de la manifestation "Alger, capitale de la culture arabe" avec comme objectif de promouvoir l’archéologie arabe et de favoriser le dialogue interculturel entre les différents pays qui disposent d’un patrimoine riche dans le domaine.

Il s’inscrit, par ailleurs, dans les recommandations de la mission d’expertise de l’Unesco qui, suite à la levée des réserves sur le site classé "en péril" et du lancement du plan permanent de sauvegarde de la ville de Tipasa, prévoyaient de créer un centre sur les métiers du patrimoine.

A Koléa, la ministre a visité la maison de la Culture de la wilaya de Tipasa implantée sur une superficie de 6500 m2, dont 4000 avec une emprise au sol qui a connu de très grands glissements dans les délais de réalisation et de nombreuses malfaçons qui ont été prises en charge depuis 2011.

Son inauguration aura lieu dans les prochaines semaines sitôt l’installation d’un groupe électrogène et l’achèvement des issues de secours.

Construite sur deux étages, la maison de la Culture de la wilaya est composée d’une grande salle de spectacles de 600 places, d’un hall d’exposition, d’une bibliothèque et d’une salle de lecture, d’une salle informatique et d’une boutique d’artisanat ainsi que de huit ateliers destinés à diverses activités culturelles et de loisirs.

Inscrite en 2002, sa construction a nécessité à ce jour une enveloppe de près de 130.000.000 de DA, après plusieurs réévaluations.

Le choix de la ville de Koléa pour abriter cet édifice a été décidé en raison de son dynamisme culturel symbolisé par l’existence de ces trois associations musicales andalouses (Dar El Gharnatia, El Bachtarzia et Fen El Assil) très actives dans la domaine de la préservation de ce patrimoine ancestral, par son Mouvement Théâtral de Koléa (le MTK), par l’association de Sid Ali Mbarek ainsi que par la création,en 2005, de la section de Tipasa de la "Fondation Emir Abdelkader" pour ne citer que les plus connues.

La délégation ministérielle a également inauguré officiellement la bibliothèque urbaine de la ville de Tipasa implantée à l’entrée de la ville.
Source : APS
 

·
ZAKARIAMED
Joined
·
619 Posts
Aescala Maquetas ont signé un accord pour mener à bien le modèle du musée archéologique de l'Algérie.


Ce modèle sera la présentation du projet qui fera la ministre de la Culture de l'Algérie aux médias Tipaza.
Pour la mise en œuvre de ce modèle sont à utiliser différentes techniques, découpe laser pour la réalisation de bâtiments, les aires, les jardins, etc, et l'impression 3D modèle couvre les différents bâtiments qui composent le complexe.
Pour faire l'expédition du modèle en Algérie, une caisse d'emballage destiné vol boîte. Ce sera bien protégé car il est prévu d'aller par avion.











source : aescalamaquetas
 

·
Registered
Joined
·
455 Posts



Le Centre Arabe d’Archéologie est un complexe culturel dont l’objectif est de promouvoir l’excellence de l’archéologie arabe et de favoriser le dialogue interculturel dans le monde arabe. il a vocation à devenir un lieu d’étude international destiné à des chercheurs de haut niveau.

La création du Centre Arabe d’Archéologie a été décidée lors de la 17 e conférence arabe sur le patrimoine archéologique civilisationnel qui a eu lieu du 22 au 27 décembre 2003 à Nouakchott.

Sur proposition de l’Algérie, il a été décidé que cet important centre scientifique et culturel sera réalisé en Algérie, à Tipasa.

Le Centre Arabe d’Archéologie comportera :

• une bibliothèque spécialisée ;

• un musée arabe d’archéologie et d’arts rupestres ;

• un institut arabe d’archéologie et des études sahariennes ;

• un laboratoire arabe de préservation et de restauration des biens archéologiques.

Le Musée:


La surface plancher du musée s'étend sur 4845 m², dont près de 1860 m² sont consacrés à l’exposition. Le musée accueillera des collections d’œuvres d’art et d’objets archéologiques, ethnographiques, scientifiques et techniques à des fins de conservation, d’études et d'exposition.

Son rôle est de rendre accessible à tous le patrimoine commun de la nation arabe. Il devra présenter en exposition les œuvres les plus représentatives de la société arabe dans sa richesse et sa diversité et constituer ainsi la vitrine du génie de l’Homme de nos sociétés et ses créations à travers les âges. Le musée du Centre Arabe d’Archéologie à aussi pour mission le renforcement de l’identité arabe et la valorisation de sa culture auprès des autres nations du monde.

Chercheurs et étudiants doivent y trouver un espace idoine à leurs activités et un fond documentaire accessible.

La Bibliothéque:

La bibliothèque assure plusieurs fonctions :

L’acquisition et la conservation des fonds documentaires et bibliographiques mais également celles liées à la publication et à la restauration. Elle est, de par le nombre de places assises offertes dans ses différents départements, une véritable bibliothèque d’étude et de recherche pour de nombreux chercheurs, professeurs, érudits, étudiants et documentalistes.

La surface plancher de la bibliothèque est de 3547 m².

Le Laboratoire:


Avec une surface plancher de près de 5170 m², le laboratoire d'archéologie est chargé de la conservation des pièces archéologiques issu de fouilles réalisées et/ou de collections acquises. Le laboratoire n'est pas une structure muséale, toutefois, une petite salle d'exposition permet la présentation au public d'expositions temporaires et thématiques liées aux activités du laboratoire.

Les locaux et les équipements permettent l'accueil des archéologues professionnels ou amateurs.

L'Institut:


L'Institut Archéologique est un organisme d’enseignement, de formation et de recherche en archéologie et sciences annexes aux études du patrimoine.Il a pour but la protection du patrimoine et sa conservation à travers le développement et la promotion de la recherche scientifique, les activités de formation et la diffusion des connaissances en rapport avec l’histoire et l’archéologie du monde arabe, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours.

En outre, l’Institut du Centre d’Archéologie Arabe sera appelé à constituer avec les centres de même intérêt, un réseau de coopération et d’échange, tant sur le plan arabe que sur le plan mondial.

L’Administration:

L'administration générale assure, pour l'ensemble du Centre Arabe d’Archéologie, les missions de gestion, de coordination et d'évaluation.

Le bloc administration est surmonté d’un porte-à-faux de plus de 6 m couvrant l’entrée monumentale, elle-même ornée d’une arcade polylobée de style almoravide.

La surface plancher de la bibliothèque s’étend sur prés de 3900 m².

La Minarat:

Un minaret a été intégré comme rappel à l’architecture musulmane médiévale. Il a une fonction de réservoir d’eau et alimente tous les bâtiments.
ARPC
 

·
Kabylian user
Joined
·
6,469 Posts
Faudrait changer le titre du centre archéologique
Bientot ils vont meme rebaptissé les ruines romaines avec leurs ideologie
 
  • Like
Reactions: ayour and Numide

·
Registered
Joined
·
425 Posts
ⵜⴰⵎⵓⵔⵜ ⵏ ⵉⵎⴰⵣⵉⵖⴻⵏ ⵜⵓⵔⴰⵍ ⵜⴰⵎⵓⵔⵜ ⵏ ⵉⵔⴰⴱⴻⵏ
 

·
Registered
Joined
·
1,930 Posts
Ah ouai! Kanet kalyatou elmarroki ,zahitouh hata tla9ha .bsahtah ouf ryah meskine :cheers:

Bla ma tbo9al ,:lol: 9aloulkom elmkhaznya belli el moresque marque deposée marrokya n'est ce pas?
 

·
Moderator
Joined
·
10,850 Posts
C'est vrai qu'il et moche. on dirait qu'il a été conçu par un gamin de 5 ans. :eek:hno::eek:hno:
Ils auraient vraiment du mettre plus d'effort, un style classique du genre de la Madrassa de Tlemcen
ou quelque chose de style Classique Greco/Romain vu qu'il y a d'important héritage de cette époque et que c'est la raison de la construction de ce batiment je crois.

Bref il y a tant de chose à faire !

Ps : Merci :eek:kay:
 

·
SSC Algeria
Joined
·
4,712 Posts
Ils auraient vraiment du mettre plus d'effort, un style classique du genre de la Madrassa de Tlemcen
ou quelque chose de style Classique Greco/Romain vu qu'il y a d'important héritage de cette époque et que c'est la raison de la construction de ce batiment je crois.

Bref il y a tant de chose à faire !

Ps : Merci :eek:kay:
Je peux te dire que tu trouvera de meilleurs projets en 1ère année à l'ecole d'archi d'Alger que ça. Ce projet est le résultat de 2 fléaux qui gangrènent notre administration.
1- le favoritisme et clientélisme (plus communément appelé ma3rifa)
2- l'amateurisme et l'incompétence

Ce projet ne veux rien dire. L'architecte c'est contenté de magouiller 4 carré et il a foutu 100 fenêtres n'importe comment :eek:hno:
 

·
Moderator
Joined
·
10,850 Posts
Je peux te dire que tu trouvera de meilleurs projets en 1ère année à l'ecole d'archi d'Alger que ça. Ce projet est le résultat de 2 fléaux qui gangrènent notre administration.
1- le favoritisme et clientélisme (plus communément appelé ma3rifa)
2- l'amateurisme et l'incompétence


Ce projet ne veux rien dire. L'architecte c'est contenté de magouiller 4 carré et il a foutu 100 fenêtres n'importe comment :eek:hno:
C'est ces fléaux qui nous stagne depuis x temps !

J’espère qu'il changeront de design...
 
1 - 20 of 79 Posts
Top