Skyscraper City Forum banner
1 - 20 of 346 Posts

·
11 YEARS HERE!
Joined
·
15,377 Posts
Discussion Starter · #1 ·
L’Oriental au R20


La signature de la convention relative à la création du R20 aura lieu ce lundi 15 et mardi 16 novembre à Sacramento, Etat de Californie aux Etats Unis. Les grandes Régions du monde ont atteint désormais un niveau de maturité et d’expertise leur permettant de jouer un rôle de premier ordre dans le déploiement des politiques publiques en matière d’environnement.

Après l’échec de Copenhague, les Régions se sont organisées pour démontrer leur capacité à agir efficacement sur leur territoire en faisant preuve de solidarité et de coopération interrégionale équitable.

La Région de l’Oriental du Maroc siège désormais au R20

L’idée du R20 est née à l’initiative des 5 Régions suivantes :

1. Etat de Californie, le Gouverneur Schwarzenegger ;

2. Province du Québec, le Premier Charest ;

3. Région Ile de France, le Président Huchon ;

4. Région de l’Oriental du Maroc, le président du conseil régional de l’Oriental

5. Etat du Delta (Nigeria), le Gouverneur Uduaghan.

Le R20 sera composé des Régions considérées comme engagées en matière de lutte contre le réchauffement climatique et qui mènent des politiques respectueuses de l’environnement.

La Région de l’Oriental affiche fièrement sa qualité de membre fondateur de cet important réseau mondial,

Le Maroc est pionnier de sa Région en matière de développement durable (bassin méditerranéen et continent africain), la Région de l’Oriental saisie donc l’opportunité du R20 pour faire connaitre les avancées de notre Pays sous l'impulsion de la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui érige la préservation de l'environnement au rang des préoccupations majeures dans les politiques entreprises par le Royaume.

Des retombées de taille pour la Région,

1. En sa qualité de membre fondateur, la Région de l’Oriental serait parmi les premiers bénéficiaires d’actions d’accompagnement ;

2. La Région mobilisera des moyens importants dans le cadre des coopérations interrégionales : transfert de technologie, mutualisation des moyens humains et financiers pour mettre en œuvre le plan d’action pour une économie verte, accueil de l’investissement des entreprises des Régions du Nord, etc.

3. La Région de l’Oriental pourrait abriter le Siège Afrique du Nord du R20, le siège central étant prévu à Genève.

La signature officielle de la création du R20 aura lieu les lundi 15 et mardi 16 novembre à Sacramento ville de l’Etat de Californie.

Un dossier de presse complet et détaillé post événement sera envoyé aux journalistes leur permettant de suivre cet événement mais aussi d’accompagner ses activités tout au long de l’année.
oujda24.com
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Marrakech

Activité Royale
S.M. le Roi préside la cérémonie de signature d'une convention-cadre relative au programme d'amélioration de l'accès aux services de base dans la région de, d'un coût global de près de 7 milliards DH​

Publié le : 03.12.2010 | 18h35

...

Le programme s'inspire, dans son approche et sa stratégie d'intervention, d'un diagnostic de la situation actuelle de la région selon une démarche participative en procédant à l'élaboration d'un projet régional intégré articulé autour du développement territorial durable, à la mise en place d'un cadre contractuel entre l'Etat et la région, à la mobilisation des acteurs centraux et locaux, au suivi et à l'évaluation des différentes étapes de mise en œuvre, conformément aux principes de la bonne gouvernance. Le programme couvre trois axes d'intervention, à savoir le renforcement des infrastructures de base, le développement des services sociaux et la qualification de l'élément humain. Concernant le premier axe, l'ambition est de faire passer le taux d'alimentation en eau potable de 86 à 95% à l'horizon 2015, pour bénéficier à une population de 355.700 habitants répartis sur 46 communes , en mobilisant une enveloppe budgétaire de 861 millions de DH.

Le programme prévoit également la généralisation du raccordement au réseau électrique de quelque 150 communes, en portant ce taux de 93 à 98%, en plus du raccordement électrique des ménages qui devraient bénéficier d'un programme d'électrification à base de l'énergie solaire. Ce projet de généralisation du raccordement au réseau électrique profitera à terme à 203. 000 personnes, pour un investissement de 837 millions de DH.

...

Par MAP
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=110&id=142931
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Aout 2010

Le Maroc reçoit 2,3 mds MAD de la BAD pour son réseau d'eau potable​



Le projet vise à sécuriser l'approvisionnement en eau potable jusqu'en 2030 (photo ONEP)

MAROC. La Banque Africaine de Développement (BAD) vient d'accorder jeudi 21 août 2010 un prêt de 2,3 mds MAD (en euros et en dollars équivalent à 208 M€) à l'Etat marocain pour financer un projet de renforcement de l'approvisionnement en eau potable de la zone côtière entre Rabat et Casablanca à partir du barrage Sidi Mohamed ben Abdellah.

5,5 millions d'habitants sont concernés par ce projet inscrit dans le programme d'investissement (2008/2010) de l'ONEP (Office National de l'Eau Potable) visant à sécuriser l'approvisionnement en eau potable des centres urbains et ruraux situés sur l'axe Kenitra- El Jadida. Et ainsi de répondre à l'urbanisation constante et au développement du tourisme dans cette région de la côte Atlantique du Maroc.

Selon l'ONEP, "à travers cette importante réalisation, la capacité de production globale au niveau du complexe adducteur de Bouregreg, qui dessert la côte atlantique à partir du barrage de Sidi Mohamed Ben Abdellah, passera à 14m3/s, ce qui en fait l’une des stations d’alimentation en eau potable les plus importantes dans le monde."
http://www.econostrum.info/Le-Maroc...-BAD-pour-son-reseau-d-eau-potable_a3215.html

http://www.afdb.org/en/projects-operations/project-portfolio/project/p-ma-e00-008/
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
MARRUECOS

* Validación de Estudios y Asistencia Técnica a los trabajos de rehabilitación del Casier Freigh y reparación de las orillas del segundo tramo del canal principal, bajo servicio de DOUKKALA(El Jadida).Cliente: ORMVAD.
http://www.getinsa.es/getinsa/internacional/mapafrica.asp


MAROC

* Études de validation et d'assistance technique à la réhabilitation des freigh Casier et réparer les banques de la deuxième tranche du canal principal en vertu de service Doukkala (El Jadida). Client: ORMVAD .
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Tétouan
Branchements sociaux pour 60.000 habitants​

Publié le : 17.12.2010 | 15h58


L'INDH, la municipalité et AMENDIS participent à cette opération en accordant une enveloppe globale de 150 millions de DH.


Lorsque les responsables de la société AMENDIS avaient lancé, la semaine dernière, la nouvelle opération des branchements sociaux au profit des ménages démunis, ils ont voulu joindre l'utile à l'agréable et dresser le bilan 2006–2012 de toutes les interventions réalisées, notamment dans les quartiers non structurés et qui étaient jusqu'alors hors des pronostics architecturaux et en dehors du périmètre urbain. En présence du président de la commune urbaine de la ville de la « Colombe Blanche », docteur Mohamed Idaamar, le directeur régional de la société AMENDIS de Tétouan, Louis Medica, a brossé un tableau des perspectives d'équipement en eau, électricité et assainissement tout en se référant aux branchements sociaux considérés comme relevant d'une opération tripartite, puisqu'elle a été réalisée conjointement avec la commune urbaine dans le cadre de l'Initiative nationale pour le développement Humain.

Filiale de Veolia Environnement, la société AMENDIS de Tétouan a pu assurer quelque 10.800 branchements sociaux entre eau potable, électricité et assainissement, touchant quelque 60.000 habitants répartis dans vingt deux quartiers populaires. En plus des robinets alimentés en eau potable, ces ménages pourront évacuer leurs ordures ménagères et bénéficier d'un système d'assainissement, qui était inexistant jusque-là, tout cela pour assurer le bien-être et des conditions saines et salubres aux habitants de ces quartiers… a précisé M. Medica. Lancée symboliquement au quartier « Touibla », cette importante opération de branchements sociaux entre dans le cadre d'une rubrique facilitant une enveloppe de 150 millions de dirhams afin de concrétiser la vision d'un environnement très sain escompté par l'ensemble des habitants de cette partie du Royaume. Les habitants touchés par cette opération et représentés par les associations de quartiers étaient tous radieux et satisfaits des travaux réalisés. Ainsi pourront-ils enfin profiter de services et de prestations (eau potable, assainissement et électricité) qui relevaient il y a encore quelques temps du rêve inaccessible.

Après avoir visité les nouvelles installations de branchement, le président de la commune urbaine de Tétouan, docteur Mohamed Idaamar, a pris la parole pour exprimer, au nom des associations des habitants et des bénéficiaires, sa grande satisfaction pour la réalisation de cette opération de branchements sociaux harmonisés par la pose des canalisations et autres systèmes susceptibles de participer directement à l'amélioration des conditions de vie de cette couche de la population à faible revenu. Généraliser l'accès à l'eau potable, à l'électricité et à l'assainissement est un projet fondamental pour rehausser le niveau de vie de ces habitants, a conclu le président Idaamar qui n'a pas manqué de faire l'éloge de la qualité des prestations et services fournis par AMENDIS, qui s'est acquittée pleinement de sa tâche, telle que stipulée dans les paragraphes relatifs à l'assainissement et l'environnement du cahier de charges de la gestion déléguée.


Lancement des devis forfaitaires préférentiels de règlement
Pour faire alléger le paiement des facturations de ces services de la part des habitants, la société AMENDIS a lancé ses devis forfaitaires préférentiels de règlement. Ce système permettra aux ménages à faible revenu de demander en toute sécurité ces services tout en prévoyant un mécanisme spécial réservés à autres 5.400 nouveaux ménages supplémentaires vivant dans des quartiers populaires qui désirent se raccorder aux réseaux. Tout de suite après les travaux de forage, pose de canalisation et autres travaux, la municipalité de Tétouan aura à entamer la mise à niveau de toutes les routes concernées avec la pose des trottoirs, goudron, éclairage public et autres moyens à même de donner à ces quartiers l'éthique que demande la ville de la « Colombe Blanche ».



Repères

Facilités de paiement


Dans le cadre de l'INDH, cette opération de branchements sociaux a été fort saluée par plus de 60.000 habitants.

Pour le bien-être de ces ménages répartis dans 22 quartiers, cette opération a coûté 150 millions de dirhams.

Des facilités de paiement, des prestations et autres encouragements sont proposés par AMENDIS pour la réussite de cette opération qui a laissé un grand écho dans la région
.



Par Abdelaziz M'RABET | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=112&id=143690
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Ressources en eau souterraine
Une étude pour mieux planifier l'exploitation à Dakhla​

Publié le : 18.12.2010 | 11h06


Une étude permettant de concevoir «les mesures à prendre» pour une meilleure planification de l'exploitation des ressources en eau souterraine dans la région de Oued-Eddahab-Lagouira sera lancée prochainement, a souligné, jeudi à Dakhla, le directeur de l'Agence du bassin hydraulique de Sakia-El Hamra et Oued-Eddahab, Rachd Ghandi.


Cette étude, initiée par l'agence du bassin hydraulique de Sakia-El Hamra et Oued-Eddahab, fixera en particulier les quantités d'eau souterraine à exploiter par an pour répondre aux besoins de l'agriculture et aux besoins de la population en eau potable, a précisé Ghandi qui s'exprimait lors d'un atelier de concertation régionale sur «les scénarios de développement des ressources en eau dans la région à l'horizon 2030».

L'objectif de cette mesure est de protéger l'équilibre écologique de la nappe phréatique profonde dont les eaux sont fossiles, et par conséquent, non renouvelables, a-t-il soutenu, faisant savoir que le niveau de cette nappe, qui constitue l'unique source d'approvisionnement en eau potable dans la région, a baissé au cours des dernières années.

Il a, par ailleurs, indiqué que cet atelier s'inscrit dans le cadre des concertations régionales dans les provinces du sud autour de «l'étude relative au plan directeur d'aménagement intégré des ressources en eau (Pdaire) du bassin du Sahara».

L'étude du Pdaire, dont l'horizon est fixé pour 2030, doit notamment permettre de faire le point sur les ressources en eau disponibles (en quantité et qualité) dans la région du Sahara, définir les priorités en matière d'aménagement des ressources en eau à court, à moyen et à long terme, et de proposer des scénarios de développement des ressources en eau dans toute la zone du Sud.

Pour développer les ressources en eau dans la région de Oued-Eddahab-Lagouira, les participants à cet atelier ont recommandé le recours aux procédés non conventionnels pour la mobilisation des ressources hydriques, notamment le dessalement de l'eau de mer, le recyclage des eaux usées et le traitement des eaux saumâtres.

Selon des estimations fournies à cette occasion, le potentiel des ressources en eaux souterraines dans la région est estimé à 9 millions de m3 par an, alors que les besoins actuels en eau sont de l'ordre de 7,8 millions m3 (4,3 millons de m3 pour le secteur agricole et 3,5 millions de m3 pour l'approvisionnement des habitants).

«Ces besoins devront se développer pour atteindre, en 2030, un volume de près de 29 millions de m3, alors que le volume des eaux souterraines demeurera le même (9 millions de m3), ce qui exige le recours aux eaux non conventionnelles (dessalement, recyclage des eaux usées et le traitement des eaux saumâtres», a-t-on souligné.

Cette rencontre s'est déroulée en présence du gouverneur de la province d'Aousserd, Al Hassan Abou Laouane, en présence des élus et responsables locaux.



Par MAP
http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=143739
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Maroc : Les factures d’électricité vont baisser en 2011​

23.12.2010

Selon le quotidien « L’Economiste », les factures d’électricité connaîtront une baisse considérable en 2011. Un projet de loi abrogeant le Dahir de 1954, relatif à la tarification électrique, a été adopté par le parlement, le mercredi 22 décembre. A noter que ce projet de loi ne concerne pas les industriels.

En effet, les consommateurs avaient le choix entre deux formules d’abonnement à basse tension, la première représentait un forfait qui obligeait les clients à payer un minimum non atteint (MNA), si leur consommation est inferieure à ce forfait en question. La deuxième formule proposait un abonnement sans forfait, toutefois les clients étaient contraints de payer une facture majorée de 20% par rapport au prix normal de l’électricité.

Dorénavant, les consommateurs ne paieront que ce qu’ils auront consommé. Environ 1,33 millions de foyers marocains devraient bénéficier d’une baisse de 7 à 17% sur leurs factures d’électricité. Cette nouvelle loi devrait entrer en vigueur en 2011, après l’approbation par la deuxième chambre et 3 mois après sa publication au bulletin officiel.

La rédaction
Copyright Yabiladi.com
http://www.yabiladi.com/articles/details/4017/maroc-factures-d-electricite-vont-baisser.html
 

·
Mah *****h
Joined
·
10,965 Posts
Vos factures d’électricité vont baisser en 2011

· Plus d'un million de foyers en bénéficieront

· Des baisses de 7 à 17% attendues


Fin d’une injustice. Les abonnés pourront payer ce qu’ils auront effectivement consommé. Un vieux dahir relatif à la tarification électrique instituait un système de facturation arbitraire. Les clients avaient donc le choix entre deux formules d’abonnement à basse tension. La première formule, dite avec forfait, obligeait les clients à souscrire une consommation forfaitaire. A la fin de l’année, si leur consommation est inférieure au forfait en question, ils payent le minimum non atteint (MNA). L’écart était facturé à un tarif réduit de 30%. Cette situation poussait les usagers à surconsommer l’électricité pour épuiser leur forfait.
Quant à la seconde formule, elle consistait à souscrire un abonnement à l’électricité, mais sans forfait. Dans ce cas, le client payait une facture majorée de 20% du prix de l’électricité.
Pendant plus d’un demi-siècle, ce double régime de tarification générait une injustice pour les clients qui étaient astreints à une consommation minimale. Ce système est devenu anachronique par rapport aux réalités actuelles du secteur de l’énergie. En effet, le gouvernement veut favoriser l’efficacité énergétique et les économies en termes de consommation de l’électricité, en l’occurrence. De plus, l’existence d’un dahir instituant une consommation minimale d’électricité est contradictoire avec les dispositions de la loi relative à la liberté des prix et à la concurrence. En effet, l’existence d’un double régime de tarification est contraire à l’égalité entre clients.
Le projet de loi abrogeant ce dahir, qui devait être voté en séance plénière du Parlement hier mercredi 22 décembre, met fin à cette situation. Les cahiers des charges de l’Office national d’électricité (ONE), des régies autonomes d’eau et d’électricité et des gestionnaires délégués, instituant une consommation minimale, deviendront donc caducs. Par conséquent, les clients, qui étaient liés à leur fournisseur d’électricité par un contrat avec une consommation minimale, basculeront tous vers la tarification à usage domestique. Ainsi, 1,33 million de foyers verront leur facture d’électricité baisser de 7 à 17% puisqu’ils payeront ce qu’ils auront consommé. Le projet de loi devra être ensuite voté par la deuxième Chambre. La baisse des factures d’électricité n’interviendra qu’en 2011 car la loi n’entrera en vigueur que trois mois après sa publication au Bulletin officiel.

Exclus, les industriels!


Quid des entreprises industrielles, dont la facture d’énergie pèse lourdement sur les charges? Pour l’heure, le projet de loi abrogeant le dahir de 1954 ne concerne que les ménages. Or, «les industriels sont eux aussi astreints à une consommation minimale, égale à 600 fois la puissance souscrite. La différence est payée à 70% du prix en vigueur», explique Saïd Guemra, expert en management de l’efficacité énergétique. En pratique, si une usine souscrit 100 kva, elle se voit attribuer un forfait obligatoire équivalent à 60.000 kWh. Si sa consommation s’élève à 50% du forfait souscrit, elle devra payer l’écart, à un tarif réduit de 30%. Les entreprises qui sont pénalisées sont surtout celles qui démarrent leur activité et qui n’ont pas encore atteint leur vitesse de croisière ou dont les commandes ont été impactées par la crise économique. Par conséquent, l’on se demande si le ministère des Affaires générales et économiques, à l’origine de l’abrogation du dahir de 1954, n’étendra pas cette mesure aux industriels.

Hassan EL ARIF
leco
 

·
11 YEARS HERE!
Joined
·
15,377 Posts
Discussion Starter · #11 ·
Oujda valorise ses déchets solides

Oujda s’apprête à maximaliser la valorisation de ses déchets solides et réduire, en conséquence, leurs nuisances.

Au fait, la société délégataire va bientôt produire de l’électricité à partir du biogaz extrait des déchets de la décharge publique d’Oujda, l’une des rares décharges contrôlées du royaume.

Le projet prévoit une production annuelle de 2,4 Méga Watt- MW – qui sera injectée dans le réseau de l’ONE. Ce projet à double apport, économique et environnemental, permettra à la commune urbaine de réduire le coût d’exploitation de la décharge par tonne entrante, outre le nombre d’emplois généré, et de minimiser les impacts environnementaux de la décharge

Mohammed Zerhoudi
http://www.oujdacity.net/regional-article-33886-fr.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Réseaux électriques des pays arabes : rencontre de l’Union Arabe de l’Electricité​

22 décembre 2010


L'Office National de l'Electricité (ONE) et l'Union Arabe de l’Electricité (UAE) organisent, les 21 et 22 décembre 2010 à Casablanca, la réunion annuelle de la commission de coordination du fonctionnement des réseaux électriques des pays arabes, membres de l’UAE.

Cette rencontre regroupe les représentants de 9 compagnies, ayant pour mission la gestion et la conduite des systèmes électriques nationaux et représentant l’Egypte, l’Arabie Saoudite, la Palestine, d’Algérie, le Maroc, le Soudan, les Emirats Arabes Unis, le Yémen et la Jordanie.

Les travaux de la réunion traitent les thèmes suivants :

- Le plan d’action pour les systèmes d’information,
- Les indicateurs de performance des réseaux électriques,
- L’expérience turque en matière de l’interconnexion synchrone avec le réseau européen,
- L’examen et la révision des critères et de la méthodologie utilisée pour évaluer le niveau de sécurité de la capacité de transit adoptée pour relier les lignes entre les réseaux interconnectés
,
- Les derniers développements dans le projet de liaison électrique dans les pays du Golfe.

L'Union Arabe de l’Electricité, dénommée précédemment l’Union Arabe des Producteurs, Transporteurs et Distributeurs d’Energie Electrique, regroupe tous les pays arabes. Elle a été créée en 1987 dans l'objectif de renforcer la coopération arabe dans le domaine de l'énergie électrique et créer un cadre de réflexion susceptible de proposer des solutions aux problèmes spécifiques des installations électriques arabes, comparées à celles des pays industrialisés.

Présidée actuellement par M. Kamel YASSINE, Vice Président de la Société Egyptienne d'Electricité, l'UAE organise annuellement des conférences liées au secteur électrique au sein de différents pays. L'Office National de l'Electricité en est l'un des membres fondateurs et participe régulièrement aux réunions des commissions issues de cette Union.
http://www.one.org.ma/FR/pages/actua.asp?esp=2&id1=8&id2=70&t2=1&id=350
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Mise en service du poste 60/22 kV de Tanger Med​
21 septembre 2010



En date du dimanche 19 Septembre 2010 à 15h, il a été procédé à la mise en service avec succès du poste 60/22 kV de 2X40 MVA de Tanger Med.

Ce poste est constitué de :

- deux travées départs 60 kV extensibles à quatre,
- deux transformateurs HT/MT de 40 MVA chacun, avec possibilité d'ajouter un troisième transformateur,
- 2 départs MT répartis sur deux rames,
- deux batteries condensateurs de 2 x 3,6 MVAR.


Le nouveau poste est raccordé au réseau national par deux lignes de 60 kV chacune, qui le relient au poste de Melloussa sur une longueur de 40 Km et au poste 60/22 kV de Taghramt sur une longueur de 11 Km.

Cette nouvelle réalisation du réseau de Transport, qui s'inscrit dans le cadre de l'amélioration continue de la qualité de service, permettra l'alimentation du complexe portuaire Tanger Med qui est alimenté jusqu'à présent par un poste mobile.

Félicitations à toutes les équipes ayant contribué à l'aboutissement de ce projet.

http://www.one.org.ma/FR/pages/actua.asp?esp=2&id1=8&id2=70&t2=1&id=307
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Usine hydro-électrique d'EL BORJ
1er couplage des 2 groupes turbines-alternateurs
au réseau national​
30 novembre 2010



Dans le cadre de l'intégration des énergies renouvelables dans son parc de production, l'Office National de l'Electricité a procédé, le 26 novembre 2010, au 1er couplage des 2 groupes turbines-alternateurs de l'usine hydro-électrique d'EL BORJ au réseau national. Cette usine, d'une puissance totale de 22 MW et d'un productible moyen annuel de 120 GWh, fait partie du complexe hydro-électrique de TANAFNIT - EL BORJ situé à environ 10 Km de la ville de Khénifra.

Rappelons que l'usine TANAFNIT, d'une puissance totale de 18 MW et d'un productible moyen annuel de 100 GWh, située en amont de l'usine El Borj, a été mise en service en novembre 2009. Sa production a atteint, à ce jour, 73 GWh.

Le complexe hydro-électrique TANAFNIT- EL BORJ, qui turbine les eaux des sources pérennes de l'Oued Oum-Er- Rabie est composé des ouvrages suivants :

- Le barrage TIQLIT d'un volume total de 500 000 m3
- La galerie d'amenée de 2800m et 4,20 de diamètre
- L'usine TANAFNIT de 2x9 MW
- Le barrage TANAFNIT d'un volume total de 2 000 000 m3
- La galerie d'amenée de 10 500 m et 4,20 de diamètre
- L'usine d'EL BORJ de 2x11 MW.
- Le montant du projet, qui s'élève à 1, 118 milliards DH, a été financé par la banque allemande KFW à hauteur de 65 millions d'Euros.

Eligible au Mécanisme de Développement Propre, ce projet permettra l'évitement de 150 000 tonnes de CO2 par an.

http://www.one.org.ma/FR/pages/actua.asp?esp=2&id1=8&id2=70&t2=1&id=340
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
L'Office National de l'Electricité et le Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe signent un contrat de prêt d'un montant de 660 millions de DH​

14 octobre 2010


L'Office National de l'Electricité (ONE) et le Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe (FKDEA) ont signé, le jeudi 14 octobre 2010 à Rabat, un contrat de prêt d'un montant de 660 millions de Dirhams (20 millions de dinars koweïtiens) destinés au financement du renforcement du réseau de transport d'électricité des régions Sud du Royaume.



Au préalable à cette signature, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et l'Emir de l'Etat du Koweït, SA Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah ont présidé, au Palais Royal de Rabat, une cérémonie de signature d'un accord de garantie afférent au contrat précité et qui a été signé par M. Salaheddine Mezouar, Ministre de l'Economie et des Finances et son homologue koweitien Cheikh Mohamed Sabah Al Salem Al Sabah.

Les projets concernés par ce financement, dont la réalisation sera achevée en 2013, sont la ligne 400 kV Tan Tan - Laâyoune, le poste 400/225 kV de Laâyoune et le raccordement en 225 kV de la ville de Boujdour.

Ces ouvrages permettront l'évacuation de l'énergie produite par le parc éolien de Tarfaya et les futures centrales de production électrique qui seront réalisées dans la zone Sud dans le cadre du Projet Solaire Marocain et du Programme Intégré d'Energie Eolienne, lancés à la Haute Initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour valoriser les énergies renouvelables de notre pays et contribuer à son développement durable.

Il est à signaler que le Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe est un partenaire stratégique de l'ONE et cette opération constitue sa cinquième intervention dans le financement des projets stratégiques de l'ONE.
En effet, la coopération entre les deux organismes a débuté en 1975 et s'est concrétisée, depuis, par l'octroi de quatre prêts d'un montant global de l'équivalent de 1.011 millions de dirhams ayant bénéficié à la construction de la centrale thermique de Kénitra, de la centrale hydroélectrique Al Wahda, du complexe hydraulique Dchar El Oued - Aït Messaoud et à la réalisation de la 4ème phase du Programme d'Electrification Rurale Global
http://www.one.org.ma/FR/pages/actua.asp?esp=2&id1=8&id2=70&t2=1&id=313
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
L’ONEP réalise une nouvelle station de traitement à Ourtzagh
et poursuit son programme de généralisation de l’accès
à l’eau potable dans la province de Taounate​



Le Lundi 15 novembre 2010, SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que Dieu l’assiste, a inauguré au centre d’Ourtzagh, la nouvelle station de traitement des eaux de la retenue du barrage Al Wahda, et s’est enquit, lors d’une présentation donnée par Monsieur Ali FASSI FIHRI, Directeur Général de l’ONEP, de l’état d’avancement du programme de généralisation de l’accès à l’eau potable dans la province de Taounate, et ce à l’occasion de la Visite Royale dans la Province.






La nouvelle station de traitement dont la capacité de production est de 100 litre/seconde, fait partie d’un projet intégré, d’un coût global de 75 Millions de Dirhams financé par l’ONEP et qui a consisté en la réalisation d’une prise d’eau brute sur la retenue Al Wahda, par barge flottante, d’une conduite d’adduction d’eau brute sur 8,6 km, d’un réservoir de mise en charge de capacité 500 m3 et d’une station de pompage d’eau traitée. Les installations réalisées permettront la sécurisation de l’alimentation en eau potable et la satisfaction des besoins à long terme des centres de Ghafsaï et Ourtzagh et de 9 communes rurales de la zone, pour une population globale de 86 000 habitants. Les travaux d’adduction d’eau sont actuellement en cours, et les douars bénéficiaires seront alimentés en eau potable progressivement à partir de juin 2011.

Le projet général d’alimentation en eau potable rurale de la province de Taounate, dont la réalisation est étalée sur la période 2004 – 2012, nécessitant un investissement global de 815 Millions de Dirhams, et profitant à 306 000 habitants, a permis dans sa 1ère phase 2004 – 2010 et pour un investissement total de 267 Millions de Dirhams, de porter le taux d’accès de 59 % au début du programme à 87 % à fin 2010.

La 2ème phase qui est en cours de réalisation, d’un investissement global de 548 Millions de Dirhams profitera à une population totale de 136 000 habitants, et permettra à son achèvement en fin 2012 d’atteindre l’objectif de 98 % comme taux d’accès.

Les investissements réalisés et projetés rentrent dans le cadre de la stratégie de l’ONEP en matière de planification et de sécurisation de l’alimentation en eau potable à travers le Royaume, et de généralisation de l’accès à l’eau potable à la population rurale de la province de Taounate. Et ont apporté, à travers la mobilisation de nouvelles capacités de production à partir des eaux superficielles des retenues des barrages, la solution appropriée à la problématique de la rareté des ressources souterraines dans la zone, qui constituait longtemps une entrave au développement des infrastructures de l’eau potable dans la province. Ils permettront, enfin, de propulser les programmes de développement socio-économique dans la province de Taounate et d’améliorer les conditions de vie des citoyens
http://www.onep.org.ma/news/2010/innauguration-Ourtzagh_15-11-2010/accueil.html
http://www.onep.org.ma/news/2010/innauguration-Ourtzagh_15-11-2010/PanneauPresentationOurtzagh.JPG
http://www.onep.org.ma/news/2010/innauguration-Ourtzagh_15-11-2010/PanneauRuralProgGeneral.JPG
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Le Maroc dépassera les Objectifs du Millénaire pour le développement en matière d'accès à l'eau​

07.01.2011

En collaboration avec la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), le Maroc a réalisé une grande avancée sur l’approvisionnement et l'assainissement de l'eau.

Un progrès remarquable qui fait suite à d'importantes dépenses publiques. Les fonds utilisés pour améliorer l'approvisionnement en eau et pour les programmes d'infrastructures d'assainissement dans les zones rurales et urbaines, ont augmenté entre 2005 et 2009 de 5 à 25 %.

Ainsi, grâce au renforcement des programmes d’approvisionnement en eau en zone rurale, le taux d’accès à l’eau portable est passé de 50% en 2004 à 87 % en 2009.

Avec tous ces efforts, le Maroc aujourd’hui a les capacités requises pour dépasser les Objectifs du Millénaire pour le Développement, tout en continuant d’accroître sa croissance vers un avenir meilleur pour le pays.

La rédaction
Copyright Yabiladi.com
http://www.yabiladi.com/articles/details/4165/maroc-depassera-objectifs-millenaire-pour.html
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Elec Expo
L'électrification de l'Afrique en question​

Publié le : 09.01.2011 | 11h02


Une centaine de donneurs d'ordres internationaux, notamment africains, présents au 6e Salon de la FENELEC (Fédération nationale de l'électricité, de l'électronique et des énergies renouvelables).



Pour la sixième année, la FENELEC (Fédération nationale de l'électricité, de l'électronique et des énergies renouvelables) organisera son Salon Elec Expo, du 22 au 26 novembre 2011, à l'Office des foires et expositions de Casablanca. Seulement, cette édition se distingue par la tenue simultanée de deux salons dans le même espace d'exposition. Outre Elec Expo, l'unique salon de la profession au Maroc, est prévue l'organisation de la première édition du Salon EneR Event dédié aux énergies renouvelables. Une manifestation qui s'est, d'ailleurs, imposée aux professionnels du secteur pour deux principales raisons.

Primo, l'envergure des chantiers lancés dans le domaines des énergies éoliennes et solaires (construction de nouveaux parcs éoliens qui porteront, d'ici 2020, la puissance électrique installée d'origine éolienne de 280 MW actuellement à 2000 MW, installation d'une capacité totale de 2000 MW, en puissance solaire connectée au réseau des centrales solaires réparties sur 5 sites d'ici 2020,….). Secundo, l'adhésion récente de l'Association des industries solaires et éoliennes (AMISOLE) à la FENELEC. Pour dire que celle-ci s'étoffe et s'internationalise au point de chercher à rompre avec le passé et remédier aux différents manquements enregistrés lors des éditions précédentes.

Un appel d'offres international a été lancé, à ce titre, pour professionnaliser davantage l'organisation des salons. Le choix a enfin porté sur un partenaire allemand, Fairtrade, considéré parmi les organisateurs leaders de salons professionnels internationaux au sein des marchés émergents d'Europe de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Par ailleurs, force est de noter que cette sixième édition, à laquelle est conviée une centaine de donneurs internationaux notamment africains, serait marquée par le tenue de l'assemblée générale constitutive de la Confédération africaine d'électricité (CAFELEC).

Pour mémoire, l'idée de sa création a été lancée en marge du Salon Elec Expo de 2009 où plus de 80 donneurs d'ordres et opérateurs africains en électricité venant de 14 pays ont signé le manifeste de sa mise en œuvre. Cette institution devra permettre l'organisation associative du secteur électrique dans chaque pays africain, puis à l'échelle continentale, pour harmoniser toutes les actions à même de diligenter l'électrification de tout le continent par les entreprises nationales et avec le matériel fabriqué localement.

--------------------------------------------------------------------------------------

Questions à : Khalil ElGuermaï • Directeur général de la fenelec et secretaire general de la cafelec.


« Le projet de création de la Confédération africaine d'électricité est en bonne voie »


• Comment se présente l'année 2011 pour la FENELEC et pour le secteur de l'électricité et de l'électronique ?

Notre secteur a connu des moments difficiles en 2008 et 2009 à cause de la crise économique mondiale, les exportations avaient chuté de 47% pour l'électronique mais la reprise a été au rendez-vous dès le début de 2010.
Le rétablissement enregistré de l'économie mondiale ainsi que les grands chantiers lancés par le Royaume, notamment le programme des énergies renouvelables, nous donnent confiance pour une croissance soutenue du secteur en 2011.

• Où en est le projet de création de la Confédération africaine d'électricité ?

Le projet est en bonne marche, et nous sommes à la phase finale qui est l'assemblée générale constitutive. En effet, après le lancement de l'appel de Casablanca pour la création de la Confédération africaine de l'électricité (CAFELEC), la priorité était de constituer un noyau dur de pays fondateurs qui porteront le flambeau de la Confédération et veilleront à sa promotion à leur niveau et au niveau continental. C'est ainsi que plusieurs conventions ont été signées avec nos homologues en marge des caravanes d'export organisées par Maroc Export et auxquelles les membres de la FENELEC ont répondu massivement. La deuxième démarche était la mise en ouvre du cadre légal de la CAFELEC. Un projet de statut a été élaboré par la FENELEC en étroite collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et de la Collaboration et a été soumis en suite à l'approbation des pays fondateurs qui l'ont tous ratifié. L'idée de création de la Confédération était lancée en marge d'Elec Expo 2009 et j'en étais désigné le secrétaire général permanent par les signataires du manifeste de l'appel de Casablanca.
C'est pourquoi nous avons décidé que son assemblée constitutive se tiendra pendant l'édition 2011 qui verra aussi la présence de plusieurs donneurs d'ordres africains. Un bon timing aussi pour sa promotion.



Repères

Une superficie de plus de 10.000 m2


Elec Expo et EneR Event bénéficient du soutien du gouvernement marocain puisqu'ils sont organisés sous l'égide du ministère de l'Industrie et du Commerce, du ministère du Commerce extérieur et du ministère de l'Energie, des mines, de l'Eau et de l'Environnement.

L'exposition du savoir-faire des membres de la FENELEC et leurs homologues internationaux se fera sur une superficie de plus de 10.000 m2.



Par Nadia Benyouref | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=113&id=144776
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Investissements
Plan d'action contre les inondations​

Publié le : 08.01.2011 | 13h29


5,8 milliards de dirhams seront investis par le Conseil de la ville entre 2011 et 2015, au lieu de 4 milliards programmés auparavant.


Aujourd'hui plus que jamais, la protection des catastrophes naturelles notamment des inondations s'impose au niveau du Grand Casablanca. Après les dévastations entraînées par les inondations du mois de novembre, le Conseil de la ville de Casablanca a décidé de réagir en révisant le programme d'investissement pour les infrastructures de base. Ainsi, il a été décidé d'investir en matière d'eau et d'assainissement liquide 5,8 milliards de dirhams au lieu des 4 milliards de dirhams prévus auparavant dans le contrat de gestion déléguée. Ce montant servirait en partie à élargir les réseaux de distribution d'eau dans les zones rurales et périphériques.

Il s'agit entre autres de l'extension du réseau à l'étage 110 de Hay Hassani qui débutera en 2013. Ce projet réparti sur trois ans nécessiterait une enveloppe budgétaire totale de 70 MDH. Madinat Errahma prévu sur 1.000 ha à Dar Bouazza sera également concernée grâce à un investissement de 80 MDH. A partir de 2012, le gestionnaire délégué devrait réaliser le réservoir Chambre XI de la ville de Zenata qui est à même de diminuer les risques de l'inondation.

Toutefois, l'extension du réseau de la ville verte de Bouskoura s'avère plus prioritaire. Ce projet est programmé pour l'année en cours pour un montant de 137 MDH. S'agissant de l'assainissement liquide, la ville a identifié dix zones à risque avec besoin d'interventions urgentes. Dans ce cadre, il sera procédé au renforcement du réseau pont Longométal en 2011 pour un budget de 7 MDH. Dans la même période, le gestionnaire délégué responsable de l'assainissement liquide devrait procéder au délestage du collecteur de la voie des préfectures pour un budget de 7 MDH ainsi qu'au renforcement du réseau du boulevard Ba Hmad qui nécessite 5 MDH. Au niveau de Hay Sadri, les réseaux d'assainissement de deux quartiers, «Mabrouka» et «El Hofra», seront également renforcés.

Ces zones sensibles ont été fortement sinistrées en fin novembre. Afin d'épargner à leurs habitants la même expérience, la ville a décidé d'investir 3 MDH en 2011 au niveau « d'El Hofra ».

Par ailleurs, le projet concernant « Mabrouka » sera réalisé sur trois étapes à partir de l'année courante.
Des montants de 10 MDH, 50 MDH et 60 MDH y seront injectés respectivement entre 2011 et 2013. Hay Hassani ne sera pas en reste au sein du programme de mise à niveau. Ainsi, un investissement de 15 MDH permettrait le renforcement du réseau d'Oum Rabia. Et pour minimiser les risques des points noirs de la capitale économique, le Conseil de la ville a intégré dans ledit programme l'extension de plusieurs réseaux d'assainissement, à savoir ceux de la nouvelle ville de Lahraouiyine (90MDH), de la nouvelle Ville Verte de Bouskoura (90MDH) et de Dar Bouazza (100 MDH). La révision du programme d'investissement a, par ailleurs, permis d'intégrer d'autres projets de grande envergure.

Il s'agit du programme antipollution dans la zone Est de la ville, de la nouvelle station d'épuration de Médiouna, de l'assainissement de Dar Bouazza et surtout de l'anticipation de certains projets de lutte contre les inondations. Le coût de ces projets est estimé approximativement à hauteur de 903 MDH dont le budget réservé à l'achat du foncier (200 MDH). Toutefois pour mener à termes ces chantiers, Casablanca aurait besoin d'un budget supplémentaire de 1,7 milliard de dirhams. Néanmoins, le Conseil de la ville ne compte pas rester les bras croisés.
Son bureau sollicitera tous ses partenaires, ministères et autres organismes, afin d'avoir le total du financement nécessaire à limiter les risques des inondations.


Projet d'antipollution de la zone Est de Casablanca
Le projet s'inscrit dans le cadre de la Charte nationale de l'environnement et du développement durable initiée par S.M. le Roi en juillet 2009.
Il est également préconisé par le Schéma Directeur National d'Assainissement liquide (SDNAL) en termes de protection des grandes villes côtières.
Le projet représente une poursuite des actions définies par le plan directeur d'antipollution de la wilaya du Grand Casablanca. Le projet d'Antipollution de la zone Est de Casablanca a pour objectif de protéger la population et les plages du secteur Est de Casablanca de la pollution liquide due au rejet d'eaux usées brutes, de se préparer à la labellisation des plages du secteur Est de Casablanca et de se préparer à la mise en place de nouvelles normes de rejet d'eaux usées dans le milieu marin.



Repères

Conformité aux règles de l'urbanisme


Renforcer la capacité de pompage à l'échelle de la ville.

Dédier des moyens d'intervention de proximité (pompes et groupes électrogènes) aux zones à risques.

Interdire la construction dans les zones inondables.

Mise en conformité des sous-sols : dispositif anti-retour, pompe….

Suppression des rampes d'accès aux trottoirs (béton, terre…).

Favoriser les rétentions d'eau à la parcelle pour les nouvelles constructions.



Par Nadia Ouiddar | LE MATIN
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=110&id=144794
 

·
Registered
Joined
·
52,573 Posts
Activité Royale
S.M. le Roi examine le programme d'économie de l'eau d'irrigation pour la région de Souss-Massa-Drâa, d'un investissement global de 1,14 milliard DH​


Publié le : 10.01.2011 | 17h09


• Le Souverain s'informe de l'état d'avancement du projet de réseau de stations météorologiques pour le pilotage de l'irrigation des vergers agrumicoles, d'un coût de 10 millions DH

• S.M. le Roi visite une ferme pilote en matière d'utilisation des techniques modernes d'économie d'eau

• Des investissements de 10,6 milliards DH dédiés à la région de Souss-Massa-Drâa dans le cadre du Plan Maroc vert.





Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, s'est enquis, lundi dans la commune rurale d'Aït Amira (province de Chtouka-Aït Baha), du programme de l'économie de l'eau d'irrigation pour la région de Souss-Massa-Drâa, doté d'un investissement global de près de 1,14 milliard de dirhams (MMDH).
A cette occasion, des explications ont été fournies au Souverain sur ce vaste projet destiné à 6.000 agriculteurs et consistant en le remplacement des systèmes d'irrigation traditionnels par le système d'irrigation localisé goutte-à-goutte, sur une superficie de 26.700 hectares et la modernisation des équipements hydro-agricoles sur 3.300 hectares. Ce programme, mis en œuvre sur la période 2009-2013 dans le cadre du Plan Maroc vert, concerne les provinces de Chtouka-Ait Baha et de Taroudant et les préfectures d'Inzegane-Ait Melloul et d'Agadir-Ida Outanane. Il contribuera au développement d'une agriculture moderne à forte valeur ajoutée, tout en favorisant une gestion rationnelle et durable des ressources en eau. Sa concrétisation permettra d'améliorer l'efficience de l'irrigation de 50 à 95 %, d'augmenter la production annuelle des légumes (de 71 à 90 tonnes/ha), des agrumes (de 19 à 25 T/ha) et des olives (de 0,7 à 1,2 T/ha).

Ce programme régional table aussi sur une économie annuelle de 45 millions de m3 d'eau, soit l'équivalent de la capacité de retenue du barrage Al-Mokhtar Soussi. Le Souverain a pris connaissance, par la même occasion, de l'état d'avancement du projet de réseau de stations météorologiques pour le pilotage de l'irrigation des vergers agrumicoles dans la région de Souss-Massa-Drâa, qui mobilise des fonds de 10 millions de dirhams. Ce système consiste en la collecte et la diffusion des données climatiques sur le réseau Internet et par SMS auprès de 3.600 agriculteurs en leur indiquant le besoin quotidien en eau de leurs vergers, contribuant ainsi au renforcement des techniques d'économie d'eau à usage agricole. Le système prévoit la mise en place d'un réseau de 35 stations météorologiques, dont 15 ont déjà été installées, ainsi que l'acquisition du matériel informatique nécessaire pour le traitement des données.

Ce projet, qui couvre 33.000 hectares de vergers agrumicoles, a pour objectifs de maîtriser l'irrigation pour optimiser l'utilisation de l'eau, de favoriser une économie additionnelle des eaux d'irrigation (66 millions de m3/an) et de 20 % de l'énergie nécessaire au pompage des eaux et de mettre en place une base de données climatiques pour les exploitations agricoles ciblées.
Par la suite, S.M. le Roi Mohammed VI s'est rendu dans une ferme pilote dans le domaine d'utilisation des techniques modernes d'économie d'eau.
Il s'agit d'une ferme de 235 hectares de tomate-cerise cultivée en hydroponique qui a adopté, aux côtés des techniques d'irrigation localisée, un système innovant de réutilisation des eaux de drainage (gestion d'eau à circuit fermé) pour l'irrigation de sa culture. Cette technologie permet la récupération de 40 % d'eau d'irrigation par rapport à l'irrigation au goutte-à-goutte et l'économie d'environ 2.000 mètres-cubes par hectare et par an.
Le plan agricole régional de Souss-Massa-Drâa prévoit des investissements d'un total de 10,6 milliards de dirhams pour la promotion du secteur, et ce dans le cadre du Plan Maroc vert.
Ces investissements se répartissent entre le premier pilier du plan (4,9 MMDH) avec le financement de 24 projets bénéficiant à 29.500 agriculteurs, le second pilier (1,6 MMDH) portant sur 56 projets destinés à 65.000 agriculteurs et des actions transversales (9 projets) nécessitant un financement de 4,1 MMDH.
Les actions entreprises à l'échelle de la région dans le cadre du Plan Maroc vert permettront, à l'horizon 2020, de porter la valeur globale de la production agricole de 8,9 à 14,2 milliards de DH et de générer 34 millions de journées de travail.
La mise en œuvre du plan contribuera à l'amélioration de la valeur ajoutée du secteur agricole, en passant de 5,30 MMDH actuellement à 9,21 MMDH à l'horizon 2020 et à l'augmentation de la production pour les principales filières.
MAP
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=110&id=144844
 
1 - 20 of 346 Posts
Top