Skyscraper City Forum banner
1 - 20 of 110 Posts

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #1 ·
This Thread is dedicated to News, Discussions and Photos regarding Water Passanger and Cargo/Freight Transprotation and the Ship building industry.


Thank You,
 

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #3 ·
Des beaux bateaux au Sud-Kivu, Bukavu en pointe sur la construction navale.

5 CommentairesPar Syfia RD Congo
Posté le 07 juin 2013 à 11:30
Les beaux bateaux qui sortent des chantiers navals de Bukavu font la fierté de leurs constructeurs. Solides, confortables, rapides, ils ont grandement amélioré la navigation sur le lac Kivu. Un savoir-faire que les Kivutiens aimeraient partager avec d’autres provinces.

Bruits assourdissants des marteaux, grincements stressants des meules à main et éclairs aveuglants des machines à souder, le chantier naval situé au km 4 à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu, sur la route de l’aéroport de Kavumu grouille d’activités. C’est là que sont construits la plupart des bateaux qui naviguent sur le lac Kivu.
M/V Miss Rafiki, Emmanuel I et II, Akonkwa I et II, Chasi, Salama, Biega, Felekeni…sont les beaux exemples de l’imagination féconde et du travail des Kivutiens en matière de construction navale. Ils ont remplacé les vieux bateaux de la Société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC), qui avaient fait leur temps et n’étaient plus adaptés aux normes de la navigation maritime et aux exigences de confort des passagers.


Les nouvelles embarcations proposent désormais des installations sanitaires assez propres, un service de petit déjeuner et dans certaines classes (1ère et 2e, notamment) la connexion internet sans fil… Une vingtaine de bateaux ont été mis sur l’eau par ces chantiers depuis 1990. Ainsi, selon Kihusi Rutebuka, capitaine du bateau Emmanuel I, celui-ci peut embarquer plus de 500 personnes et des marchandises (haricot, ciment, mais, matériel de construction, véhicules…).
La famille Mayaka et son entreprise Elmay&frères sont à l’origine de ces initiatives vers les années 1993. Les matériaux utilisés sont de la ferraille ramassée ça et l, des fers plats venus du Burundi ou de l’Ouganda. Il faut au minimum deux ans pour construire un bateau. Moins si le courant électrique était permanent ou si le matériel pouvait être trouvé sur place.
Bien équipés et spacieux, ces gros bateaux facilitent le transport de personnes et de leurs biens en un temps record. ″Nous n’avons plus rien à craindre pour planifier un voyage sur Goma comme dans le temps. Chaque jour il y a un bateau qui traverse, s’émerveille Godelive Habamungu, vendeuse au marché beach Muhanzi près des différents ports publics qui pullulent désormais à Bukavu. Au lieu de journées entières sur le lac nous n’effectuons que 2 à 4 heures de navigation » Et d’ajouter avec satisfaction : ″Le prix de la traversée est abordable, entre 5 et 25 $ ». Élèves, politiciens, touristes, mariés y organisent aussi des tours du majestueux lac Kivu. Le week-end on y fait la fête et des concerts de karaoké…
″Dans les années 80 et début 90, j’éprouvais d’énormes difficultés pour passer ma commande à l’étranger, car j’avais le souci de mettre un bateau sur le lac Kivu, se réjouit Jean Etongano, futur armateur. Les coûts et les problèmes liés au transport de l’unité me semblaient énormes. Aujourd’hui, il est possible de passer sa commande sur place et avec assurance de se rendre sur le chantier pour suivre l’évolution des travaux″,.

L’habilité des ″ingénieurs″ locaux…
Les armateurs ont commencé à prendre leurs distances d’avec le chantier naval de la SNCC pour aller créer leurs propres petits ateliers navals. Quatre ateliers fonctionnent à Bukavu. Les techniciens y travaillent avec ardeur et idées. Une fois les matériaux de construction achetés à Nairobi ou Dubaï, l’ingénieur choisi pour construire l’unité se met au travail dans un port d’attache choisi par le futur propriétaire au bord du lac Kivu.
″Chaque armateur est libre de se choisir un technicien. À condition qu’il soit seulement agréé par les services de l’État congolais″, précise Marume Byamungu, chef de chantier naval de la SNCC/Bukavu. Selon la même source, sa société garde encore le monopole de la supervision de travaux de construction et le contrôle technique. Grâce au dock flottant de la SNCC, de 15X45m de long, le plus grand en Afrique centrale à en croire Nunda Shemi, un ingénieur qui y travaille, les armateurs ne rencontrent aucune difficulté pour faire réparer leurs unités.

Ces beaux bateaux dont certains de plus de 250 tonnes font la fierté du Sud-Kivu. Ils sont uniques en leur genre et on ne les retrouve pas ailleurs en RD Congo. Armateurs et constructeurs navals se disent prêts à mettre leur savoir-faire au service d’autres. ″Nous pouvons offrir notre expertise en construction navale à d’autres provinces qui en ont besoin au lieu d’aller importer une main-d’œuvre qui coûterait cher ailleurs″, lance, tout fier, Gaby Owanga d’El-May et Frères. Selon lui, l’État congolais doit encourager de telles initiatives et les recherches dans d’autres domaines techniques. ″Ce n’est qu’à ce prix, estime-t-il, que la RDC sortira de la dépendance.″
www.bukavuonline.com
 

·
Registered
Joined
·
4,269 Posts
Everyone; has there ever been a study to state how much it would take to dredge parts of the Kongo river to make it navigatable all around?
 

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #5 ·
I remember seen a news about EU fiancning Dredging of Kin-Kisangani area. not sure how much it costs though. it shouldn't that expensive though.

I think there was a dredging between between uanda and Matadi already. i remember watching it on Youtube.
 

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #6 ·


Le bateau ‘’Santa Maria’’ fabriqué par les ingénieurs congolais du diocèse de Kilwa Kasenga, dans la province du Katanga, sillonne actuellement les eaux du lac Moero et de la rivière Luapula, appuyant les efforts des populations riveraines pour leur développement
 

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #7 ·
Nice river , lake Boat!!!

So fas Boat construction in Kin, SK, NK and Katanga!!

We must encourage these Engineers...It will be very good boost if we start using, buying local or made in Congo.....it's the only way a sustainable economy or sensible economic development works.

s
 

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #8 ·
PM Matata visits the naval construction sites in Ndolo and Ngaliema on rehabilitation of Gungu and Kokolo Boats.


 

·
Registered
Joined
·
2,564 Posts
Good news au moins

RDC: le navire ITB Kokolo bientôt prêt pour son premier test de navigation



En réhabilitation depuis le 8 janvier 2013, le navire ITB Kokolo devrait être prêt pour son premier test de navigation sur le fleuve Congo prévu le 13 septembre p...rochain. L’ingénieur Mukumbu de la Société congolaise de transports et ports (SCTP), chargé de la supervision des travaux de réhabilitation de ce bateau, l’a annoncé vendredi 5 septembre à Radio Okapi. A l’en croire, les travaux les plus importants ont déjà été réalisés. Il ne resterait que la décoration du bâtiment.

Les travaux de réhabilitation qui ont duré près de 20 mois ont notamment consisté à renouveler la coque, la superstructure, les quatre barges de marchandises et de passagers ainsi que le circuit électrique du navire.
De nouveaux moteurs ont également été installés. Le navire est équipé en unités de traitement d’eau. Pour l’équipe qui a supervisé les travaux de réhabilitation du navire, le bâtiment est suffisamment équipé pour être un « hôtel de luxe flottant ».

Mesurant 52 mètres de longueur et 15 mètres de largeur avec un tirant d’air d’au moins 20 mètres de hauteur, l’ITB Kokolo compte quatre étages comportant des appartements de luxe, de première et deuxième classe.
Avec une puissance de 1 390 chevaux, l’ITB Kokolo a une capacité d’accueil de 1 200 passagers et 2 000 tonnes de marchandises.
Depuis une quinzaine d’années, ce navire n’était plus opérationnel. L’ITB Kokolo est une unité flottante qui a fait les beaux jours de la SCTP dans le passé.

Vieux d’une quarantaine d’année, il n’a jamais connu des naufrages, indique-t-on à l’entreprise publique de transport.
Au début de l’année passée, le gouvernement avait annoncé sa réhabilitation sur fonds propres. Les travaux devraient coûter au moins 2,5 millions de dollars américains.
Le bateau est destiné au transport des passagers et du cargo sur le fleuve Congo entre Kinshasa et Kisangani en passant par Mbandaka, Lisala, Bumba et Basoko.
 

·
Mutu ya Chuma.
Joined
·
43,873 Posts
Discussion Starter · #12 ·
Good to see the legendary Kokolo back in business in 3 days.!!

I hope there will be more big ships navigating between Kin-Kisangani.
 
1 - 20 of 110 Posts
Top